Boulogne-sur-Mer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Boulogne-sur-mer)

Boulogne-sur-Mer
Boulogne-sur-Mer
Vue générale : le phare, le beffroi et la mer.
Blason de Boulogne-sur-Mer
Blason
Boulogne-sur-Mer
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
(sous-préfecture)
Arrondissement Boulogne-sur-Mer
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Boulonnais
(siège)
Maire
Mandat
Frédéric Cuvillier (PS)
2020-2026
Code postal 62200
Code commune 62160
Démographie
Gentilé Boulonnais
Population
municipale
40 910 hab. (2021 en diminution de 3,44 % par rapport à 2015)
Densité 4 859 hab./km2
Population
agglomération
84 676 hab. (2018[1])
Géographie
Coordonnées 50° 43′ 35″ nord, 1° 36′ 53″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 110 m
Superficie 8,42 km2
Type Commune urbaine et littorale
Unité urbaine Boulogne-sur-Mer
(ville-centre)
Aire d'attraction Boulogne-sur-Mer
(commune-centre)
Élections
Départementales Cantons de Boulogne-sur-Mer-1 et Boulogne-sur-Mer-2
(bureau centralisateur)
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Boulogne-sur-Mer
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Boulogne-sur-Mer
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
Boulogne-sur-Mer
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
Boulogne-sur-Mer
Liens
Site web www.ville-boulogne-sur-mer.fr

Boulogne-sur-Mer Écouter est une commune française, sous-préfecture du département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France. Ses habitants sont appelés les Boulonnais.

Avec 40 910 habitants intra-muros au dernier recensement en 2021, la ville est la troisième du département par sa population derrière Calais et Arras (deuxième jusqu'en 2016) et première par sa densité de population. Boulogne-sur-Mer est également le centre de la communauté d'agglomération du Boulonnais qui regroupe 112 092 habitants en 2019 sur 22 communes.

Située au bord de la Manche, face aux côtes anglaises, la ville est connue pour être le premier port de pêche de France, pour avoir été un important port de liaison avec l'Angleterre jusqu'à la fin du XXe siècle (place aujourd'hui occupée par Calais) et pour ses 2 000 ans d'histoire mouvementés, principalement marqués par les désirs de conquête de Jules César et Napoléon Ier.

Classée « station de tourisme »[2], celle qu'on appelle la « capitale de la Côte d'Opale » est l'une des principales destinations touristiques de la région[3] grâce à son riche patrimoine historique, à sa plage et celles des stations balnéaires voisines, ainsi qu'au centre national de la mer Nausicaá, l'un des sites touristiques les plus visités au nord de Paris, considéré comme « le plus grand aquarium d'Europe » depuis sa dernière extension de 2018.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Boulogne-sur-Mer se situe dans le nord de la France, sur la Côte d'Opale, au bord de la Manche et à l'embouchure de la Liane, à environ 30 km au sud-ouest de Calais[4], 100 km à l'ouest de Lille[5] et 215 km au nord de Paris[6] à vol d'oiseau.

Du fait de son éloignement avec Lille et Arras (respectivement capitales régionale et départementale), Boulogne et son arrondissement possèdent des services particuliers[Lesquels ?] n'existant pas dans les autres villes de même taille de la région[7].

La position de la ville dans le Pas-de-Calais a justifié l'installation d'un marégraphe côtier numérique (HT 200), installé à l'extrémité de la darse Sarraz-Bournet dans le port, dans l'ex-usine Comilog[Note 1].

Appartenant historiquement à la Picardie, Boulogne-sur-Mer est rattachée au département du Pas-de-Calais à la Révolution française, puis à la région Nord-Pas-de-Calais au XXe siècle et, depuis 2016, à la région Hauts-de-France.

Périphérie[modifier | modifier le code]

Boulogne-sur-Mer et sa banlieue forment la communauté d'agglomération du Boulonnais (CAB) qui s'étend sur 22 communes. De plus, Boulogne-sur-Mer exerce une influence importante sur tout le territoire du Boulonnais qui regroupe 74 communes proches de Boulogne-sur-Mer, dans lequel est incluse la CAB. Ce territoire appartient en quasi-totalité au parc naturel régional des caps et marais d'Opale, à l'exception de ses cinq communes les plus urbaines (dont Boulogne-sur-Mer). L'espace maritime boulonnais fait quant à lui partie du parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d'Opale.

Considérée comme la « capitale de la Côte d'Opale »[8],[9], la ville bénéficie par sa situation géographique de la proximité avec quelques sites naturels remarquables (comme le cap Gris-Nez, point du littoral français le plus proche de l'Angleterre) et quelques stations balnéaires parmi les plus attractives de la région (Wimereux, Wissant, Hardelot-Plage ou Le Touquet-Paris-Plage[10]).

À l'intérieur des terres, le paysage, majoritairement rural, à dominante agricole, offre un décor de bocage (plus ou moins relictuel) et d'habitat dispersé (contrairement à une grande partie du Nord-Pas-de-Calais).

Carte
Carte interactive (cliquer sur la carte).

Boulogne-sur-Mer est limitrophe des cinq communes suivantes :

Communes limitrophes de Boulogne-sur-Mer
Manche Wimereux Wimille
Boulogne-sur-Mer Saint-Martin-Boulogne
Le Portel Outreau

La commune de Saint-Martin-Boulogne, limitrophe à l'est, constitue un véritable prolongement de Boulogne-sur-Mer en accueillant, à proximité de la limite entre les deux communes, de nombreux établissements scolaires, culturels, médicaux, sportifs et de loisirs souvent considérés par la population locale comme étant à Boulogne plutôt qu'à Saint-Martin. La fusion des deux communes a d'ailleurs fait l'objet de discussions à plusieurs reprises[11],[12].

Vue générale de Boulogne-sur-Mer depuis Saint-Martin-Boulogne, près de l'autoroute A16.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Astropecten lorioli.

La superficie de la commune est de 842 hectares.

Le territoire se situe géologiquement au cœur de la boutonnière du Boulonnais, qui se prolonge sous l'eau jusque dans le Kent, au-delà des côtes anglaises voisines. Les terrains sont du Jurassique supérieur (Tithonien). Boulogne-sur-Mer est connue en paléontologie pour ses étoiles de mer : Astropecten lorioli.

La plage est sableuse, mais la ville s'inscrit en limite sud d'une façade rocheuse (pointe de la Crèche).

Relief[modifier | modifier le code]

Dans cette région plutôt plate, les reliefs sont assez variables à Boulogne-sur-Mer, avec de nombreuses pentes dans la ville, dont certaines avoisinent ou dépassent les 10 %. L'altitude varie de 0 mètre dans le nord-ouest (au niveau de la plage) à 110 mètres au niveau de la pointe Est de la ville (centre hospitalier) vers le mont Lambert. Le quartier du Chemin Vert se situe sur une colline à 70-80 mètres d'altitude. La vieille ville est sur une autre colline, à environ 60 mètres d'altitude[13], ce qui lui vaut le surnom de Haute ville, en opposition à la Basse ville qui comprend le centre-ville et les quartiers près du port et de la plage.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La plage.

La ville est bordée à l'ouest par la Manche. La commune ne dispose que d'une seule plage située dans le nord-ouest, le reste du bord de mer étant occupé par les installations portuaires. Longtemps classée parmi les moins propres de la région[14] (notamment à cause de sa localisation, à côté du port et de la Liane, récupérant ainsi toutes les sources potentielles de pollution de la ville, du port et de la pluie[15]), la qualité des eaux de baignade affiche depuis 2020 une « bonne qualité »[16] selon l'Agence Régionale de la Santé[17] et l'Agence de l'eau. Les investissements réalisés dans les années 2010, symbolisés par la création d'un bassin de rétention de 13 000 m3 place de France, semblent porter leurs fruits.

Boulogne-sur-Mer est traversée par la Liane, fleuve côtier de 38 km de long, qui se jette dans la Manche à Boulogne[18]. Son embouchure a favorisé les installations portuaires. La Liane est canalisée et artificialisée à l'approche de l'estuaire. La digue Carnot protège le port.

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique franc, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[19]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Côtes de la Manche orientale, caractérisée par un faible ensoleillement (1 550 h/an) ; forte humidité de l’air (plus de 20 h/jour avec humidité relative > 80 % en hiver), vents forts fréquents[20].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,6 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 12,2 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 828 mm, avec 12,6 jours de précipitations en janvier et 8,4 jours en juillet[19]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique installée sur la commune est de 11,2 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 824,5 mm[21],[22]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[23].

Statistiques 1991-2020 et records BOULOGNE-SEM (62) - alt : 73m, lat : 50°43'57"N, lon : 1°35'58"E
Records établis sur la période du 01-01-1947 au 03-12-2023
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 3,4 3,4 5 7 9,8 12,5 14,7 15,3 13,2 10,3 6,8 4,1 8,8
Température moyenne (°C) 5,3 5,4 7,4 9,8 12,7 15,3 17,4 18 15,8 12,6 8,8 6 11,2
Température maximale moyenne (°C) 7,1 7,3 9,7 12,7 15,6 18,1 20,1 20,7 18,5 14,9 10,8 7,9 13,6
Record de froid (°C)
date du record
−13,4
12.01.1987
−13,6
01.02.1956
−7,8
07.03.1971
−2
14.04.1966
1,6
07.05.1997
4
02.06.1962
8
04.07.1965
9
31.08.1956
5,8
22.09.1979
−1
29.10.1947
−5,6
30.11.1978
−9,6
29.12.1996
−13,6
1956
Record de chaleur (°C)
date du record
16,4
01.01.22
18,9
26.02.19
22,7
30.03.17
26
16.04.1949
31,2
27.05.05
33,3
29.06.19
39,6
19.07.22
34,8
11.08.03
32,6
10.09.23
27,2
01.10.1985
19,1
01.11.15
17,2
10.12.1978
39,6
2022
Précipitations (mm) 77 56 48 48,1 54,6 48 54,3 63,2 69,6 95,8 106,8 103,1 824,5
Source : « Fiche 62160001 », sur donneespubliques.meteofrance.fr, edité le : 06/12/2023 dans l'état de la base


Paysages[modifier | modifier le code]

Une vue de ces « paysages des falaises d’Opale » et le cap Blanc-Nez.

La commune s'inscrit dans les « paysages des falaises d’Opale » tels que définis dans l’atlas de paysages de la région Nord-Pas-de-Calais, conçu par la direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL)[Note 2],[24].

Ces paysages, qui concernent 30 communes, s’étendent le long de la côte, d’Équihen-Plage à Sangatte, sur une bande d’environ 50 kilomètres de long et d’un maximum de 5 kilomètres de large, l'autoroute A16 étant la frontière à l'est. Ils sont constitués, d’une part, par les falaises d’Opale où se trouve le grand site des Deux Caps qui, avec le cap Blanc-Nez, culmine à 150 mètres, ces falaises offrent un belvédère sur le pas de Calais avec la possibilité de voir les côtes d’Angleterre, et d’autre part, vers l’intérieur des terres, avec les paysages littoraux qui jouxtent ceux des coteaux calaisiens et du pays de Licques, d'un paysage alternant collines, vallons et bocages.

L’occupation des sols se répartit en 43 % de cultures pour les paysages arrière-littoraux, 20 % de sols artificialisés, 20 % de prairies et forêts et 10 % de plage.

Les crans constituent une des particularités de ces côtes à falaises. Les crans sont des vallées suspendues qui se sont retrouvées le « nez en l’air », soit du fait de l’affaissement du pas de Calais[Note 3], soit par la baisse du niveau de la mer[Note 4] comme le cran d’Escalles, le cran Mademoiselle, le cran Poulet, le cran Barbier, le cran des Sillers, le cran de Quette et le cran aux Œufs, situés, eux, sur la commune d’Audinghen[25].

Ces paysages sont traversés par trois fleuves côtiers, la Liane (Boulogne-sur-Mer), le Wimereux (Wimereux) et la Slack (Ambleteuse), et par le sentier de grande randonnée GR 120 ou GR littoral, appelé aussi sentier des douaniers, qui chemine le long de ces paysages et offre un magnifique panorama.

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Espaces protégés et gérés[modifier | modifier le code]

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[26]. Dans ce cadre, la commune fait partie de deux espaces protégés :

Zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal comprend une ZNIEFF de type 1[Note 5] : la pointe de la Crêche et falaise entre Boulogne-sur-Mer et Wimereux. Cette ZNIEFF constituée d'une falaise littorale jurassique d’argiles, de sables, de grès et de marnes est revêtue, au nord, de sable plaqué[29].

Carte de la ZNIEFF sur la commune.

Inventaire national du patrimoine géologique[modifier | modifier le code]

Les formations kimméridgiennes et tithoniennes des falaises de la pointe de la Crèche, d'une superficie de 461 hectares; sont inscrites à l'inventaire national du patrimoine géologique. L'altitude de ces falaises varient de 6 m, au nord avant Wimereux, à 33 m au sommet du pli de la Crèche[30].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Boulogne-sur-Mer est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[31],[32],[33].

Elle appartient à l'unité urbaine de Boulogne-sur-Mer, une agglomération intra-départementale regroupant 8 communes[34] et 84 811 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[35],[36].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Boulogne-sur-Mer, dont elle est la commune-centre[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 80 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[37],[38].

La commune, bordée par la Manche, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[39]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[40],[41].

Le schéma de cohérence territoriale (SCOT) du Boulonnais est approuvé en septembre 2013[42]. Un plan local d'urbanisme (PLU) intercommunal, intégrant un programme local de l'habitat (PLH), a également été présenté en 2015, dont la version corrigée a été adoptée en 2016[43].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (85,7 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (85,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (69,1 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (16,6 %), prairies (8,2 %), eaux maritimes (3,2 %), terres arables (1,5 %), zones humides côtières (1,3 %)[44]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Les quartiers et les grands axes.

La ville se divise en neuf quartiers, tous différents par leur histoire, par le niveau social de leurs habitants, par la nature et l'architecture de leurs bâtiments, etc.

L'architecture de Boulogne-sur-Mer se caractérise par son important contraste selon les quartiers entre les bâtiments typiques en pierre et en marbre du Boulonnais (qui se distinguent des bâtiments à briques rouges typiques du Nord de la France) juxtaposés aux bâtiments modernes (dont la construction est notamment due aux dégâts causés par les bombardements de la Seconde Guerre mondiale)[45].

Centre-ville[modifier | modifier le code]

C'est le quartier central de Boulogne. Il s'agit d'un quartier qui regroupe un grand nombre de bâtiments historiques et administratifs ainsi que de nombreux logements, commerces, banques, églises, équipements culturels et de loisirs, rues piétonnes et places.

Vieille ville[modifier | modifier le code]

Le Vieux Boulogne est un lieu chargé d'histoire où se trouvent la basilique Notre-Dame, le château-musée, le beffroi, le palais impérial mais également l'hôtel de ville et le palais de justice. Paradoxalement, ce quartier important est le plus petit et le moins peuplé de la ville.

Il conserve encore de nombreuses rues pavées et d'anciens bâtiments occupés aujourd'hui par une population relativement aisée. La vieille ville est entourée de remparts, érigés au XIIIe siècle, très appréciés par les promeneurs[46].

Gambetta-Sainte-Beuve[modifier | modifier le code]

Le quartier Gambetta-Sainte-Beuve se situe au nord-ouest, sur le bord de mer. Il se compose des rues proches de la plage et de la rive Est du port. Quartier touristique, surtout l'été, on y trouve peu de commerces mais de nombreux restaurants et cafés.

L'axe majeur du quartier, constitué par le boulevard Gambetta et le boulevard Sainte-Beuve (qui ont donné leurs noms au quartier), longe la mer et les quais du port sur 3 km. Le boulevard Sainte-Beuve est considéré comme l'une des avenues les plus « chics » de la ville[47].

Le quartier abrite la chambre de commerce et d'industrie et le centre Nausicaá.

Capécure[modifier | modifier le code]

Capécure se situe dans le sud-ouest de la ville, entre les zones industrielles d'Outreau au sud et le port de Boulogne au nord.

Il est divisé depuis les années 1950 en deux secteurs : la zone industrielle et économique (très peu habitée, qui abrite de nombreuses entreprises, en particulier dans la filière halieutique, qui font de Capécure le premier transformateur européen des produits de la mer[48]) et le secteur de Damrémont (petit quartier situé sur les rives de la Liane, à vocation résidentielle et sportive, qui abrite le palais des sports Damrémont, principal complexe sportif de la ville, et les clubs d'aviron et de canoë).

Quartier dynamique jusqu'à sa destruction lors de la Seconde Guerre mondiale, la commune souhaite lui redonner vie en y construisant des logements et des équipements de loisirs[49]. Un casino y est notamment construit en 2008, en remplacement de celui qui se trouvait jadis à l'emplacement actuel de Nausicaá.

Le Dernier Sou[modifier | modifier le code]

Le Dernier Sou est situé dans l'Est de Boulogne. Quartier principalement résidentiel, il est très dynamique en période scolaire du fait de la présence de nombreux établissements (écoles, collèges, lycées) au sein et à proximité du quartier. On y trouve beaucoup de commerces de proximité et de petits restaurants.

Le Chemin Vert[modifier | modifier le code]

Né dans les années 1950 dans le nord de la commune, notamment pour accueillir les habitants des quartiers détruits pendant la Seconde Guerre mondiale[50], le Chemin Vert est aujourd'hui un quartier prioritaire de la politique de la ville comptant plus de 4 000 habitants[51],[52]. Depuis 2004, différents projets d'aménagement urbain visent à rénover les bâtiments du quartier pour changer son visage et améliorer sa réputation[53]. Le quartier est connu pour avoir vu naître et grandir le footballeur Franck Ribéry.

Saint-Pierre[modifier | modifier le code]

Perché sur une falaise dominant la mer, cet ancien quartier de marins et de pêcheurs abritait près d'un tiers de la population au début du siècle dernier[54]. Il a dû être reconstruit après la Seconde Guerre mondiale. Aujourd'hui, il se compose de ruelles avec des maisons mitoyennes et abrite le calvaire des marins et le sémaphore de Boulogne.

Beaurepaire[modifier | modifier le code]

Quartier populaire situé au nord-est de la ville, il est, en majorité, composé de maisons mitoyennes et de logements collectifs.

Bréquerecque[modifier | modifier le code]

Le quartier Bréquerecque est le quartier sud de la ville. Quartier assez dynamique, on y trouve de nombreux logements et commerces ainsi que le centre hospitalier et la gare de Boulogne-Ville. C'est le quartier le plus peuplé et le plus étendu de la ville.

Logement[modifier | modifier le code]

En 2014, le nombre total de logements dans la commune est de 22 873[55]. Parmi ces logements, 87,1 % sont des résidences principales, 1,4 % sont des résidences secondaires et 11,5 % sont des logements vacants. Ces logements sont pour 27,3 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 72,1 % des appartements[56].

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Les principaux projets d'aménagement terminés ou en cours de réalisation sont les suivants :

  • depuis 2004 : rénovation urbaine du quartier du Chemin Vert (250 millions € sur environ 20 ans dans le cadre du programme de l'ANRU) ;
  • dans les années 2010 : projet « Axe Liane »[49] : importants travaux le long du fleuve (aménagement des berges, création d'un écoquartier pour remplacer les friches industrielles derrière la gare principale, construction d'un nouveau stade nautique destiné au canoë et à l'aviron, construction de nouveaux logements, commerces et établissements, etc). L'Axe Liane englobe également les projets cités ci-après. Aujourd'hui, certains éléments de ce projet ont du mal à voir le jour, faute d'investisseurs[57] ;
  • 2015-2018 : projet « Terrasses de la Falaise » (40 millions €) : construction sur un terrain à très fort dénivelé entre les quartiers Gambetta-Sainte-Beuve et Saint-Pierre de 176 logements, de quelques commerces et d'un parking de plus de 1 000 places destiné à mieux desservir le port, la plage et Nausicaá[58] ;
  • 2015-2018 : projet « Nausicaá IV » (100 millions €) : extension du centre national de la mer, qui devrait devenir « le plus grand aquarium d'Europe »[59] ;
  • 2016-2019 : aménagement du port de Boulogne et du quartier Capécure (investissement de 33 millions €) : modernisation de la gare de marée et des installations portuaires, aménagement de l'ancienne gare maritime, réfection de la voirie, agrandissement du port de plaisance et construction d'une marina, etc[60].

La ville était candidate en 2003 à l'implantation d'une antenne du musée du Louvre, mais le gouvernement a préféré la construire à Lens afin de « tenter d'apporter un attrait touristique à une agglomération en grave crise économique »[61].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

L'automobile reste le moyen de transport individuel privilégié par les Boulonnais, le vélo n'étant que peu utilisé, pour partie en raison du relief de la ville et pour partie par insuffisance d'aménagements adaptés[62]. L'agglomération connaît aux heures de pointe des phénomènes de circulation difficile. Le , la ville et l'association Rivages Propres essaient d'inverser la tendance avec le Cycleco, service de vélos en libre-service qui propose 34 vélos (dont 8 électriques) à louer[63].

Boulogne-sur-Mer est reliée à l'autoroute A16, qui lie la région parisienne à la frontière avec la Belgique via Beauvais, Amiens, Abbeville, Calais et Dunkerque. Plusieurs sorties de l'A16 desservent Boulogne-sur-Mer : la sortie no 29 dessert Boulogne-Sud et le port, les sorties no 30 et no 31 desservent Boulogne-Est et la sortie no 32 dessert Boulogne-Nord et permet de rejoindre la plage.

La ville est également sur le trajet de plusieurs routes départementales et nationales, dont la route nationale 42, voie express permettant de rejoindre rapidement Saint-Omer et l'autoroute A26 (qui part vers Reims et Troyes).

Le tableau suivant présente les grands liens routiers autour de Boulogne-sur-Mer et les distances vers les grandes villes proches.

Ville Distance à vol d'oiseau Voie routière Distance automobile Temps de parcours automobile
Calais 30 km[4] A16 35 km 30 minutes
Dunkerque 65 km[64] A16 75 km 50 minutes
Abbeville 70 km[65] A16 80 km 50 minutes
Arras 95 km[66] RN42 - A26 115 km h 15
Lille 100 km[5] A16 - A25
RN42
140 km
115 km
h 25
h 30
Amiens 105 km[67] A16 125 km h 15
Drapeau de la Belgique Bruges 125 km[68] A16 - Drapeau de la Belgique A18 145 km h 30
Rouen 150 km[69] A16 - A28 180 km h 40
Drapeau du Royaume-Uni Londres 150 km[68] A16 - Tunnel - Drapeau du Royaume-Uni M20 200 km
Saint-Quentin 155 km[70] RN42 - A26 180 km h 45
Drapeau de la Belgique Bruxelles 195 km[68] A16 - Drapeau de la Belgique A18 - Drapeau de la Belgique A10 230 km h 10
Paris 215 km[6] A16 260 km h 35
Reims 240 km[71] RN42 - A26 275 km h 30

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Un bus du réseau Marinéo.

Les lignes de bus du réseau Marinéo (anciennement TCRB) assurent les déplacements dans l'agglomération et vers les autres communes du Boulonnais. La ville est également desservie par les autocars du réseau Oscar (département du Pas-de-Calais). Elle dispose d'une gare routière nommée Station Liane, historiquement située place de France dans le centre-ville, et déplacée à 200 m de là, boulevard Daunou, en 2017.

Liée à plusieurs grandes villes d'Europe grâce à la société Megabus entre 2012 et 2015[72], la ville est desservie depuis le par la ligne Dunkerque-Paris de FlixBus[73].

Durant la période estivale, un petit train routier touristique relie la plage à la ville fortifiée, en passant par le centre-ville.

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

La gare de Boulogne-Ville, située dans le sud de la commune, est la gare principale de Boulogne. Elle permet de rejoindre Paris, Lille, Amiens ou encore Calais-Fréthun (qui assure les liaisons vers Londres) mais également des localités proches en TER Hauts-de-France.

La gare de Boulogne-Tintelleries, située dans le centre-ville, est desservie par des TER entre Boulogne-Ville et Calais.

Boulogne abritait deux autres gares ferroviaires, les gares de Boulogne-Maritime et de Boulogne-Aéroglisseurs, fermées dans les années 1990.

La commune était le point de départ de la ligne de chemin de fer Boulogne - Bonningues, une ancienne ligne de chemin de fer qui reliait, dans le département du Pas de Calais, de 1909 et 1935, la commune à Bonningues-lès-Ardres.

Transport maritime[modifier | modifier le code]

Un ferry pour l'Angleterre dans le port en 2008.

Jusqu'à la fin du XXe siècle, le port de Boulogne-sur-Mer était bien développé pour le transport de passagers vers l'Angleterre et proposait de nombreuses traversées de la Manche en ferry vers Douvres et Folkestone. La construction du tunnel sous la Manche et la croissance du port de Calais ont entraîné la baisse du trafic du port de Boulogne et la fermeture progressive des lignes orchestrées par les différents opérateurs transmanche, qui ont préféré consacrer leurs efforts sur la ligne Calais-Douvres[74], jusqu'au départ de la dernière compagnie en 2010[75].

Le trafic fluvial reste néanmoins dense, avec des bateaux de pêche et de loisir, et ceux des douanes maritimes.

Transport aérien[modifier | modifier le code]

L'aéroport le plus proche est l'aéroport du Touquet-Côte d'Opale, à environ 20 km. Les aéroports plus importants de la région sont ceux de Lille-Lesquin (à 130 km) et de Beauvais (à 180 km). Il existe également un aérodrome situé au Portel, dans la banlieue sud de Boulogne-sur-Mer.

Autres voies de communication[modifier | modifier le code]

La ville est le point de départ ou d'arrivée de deux routes cyclables européennes majeures : la LF1[76] jusqu'au Helder aux Pays-Bas, et l'Euroroute R1[77], commune avec la route précédente jusqu'à La Haye, et qui bifurque ensuite à l'est pour rejoindre l'Allemagne, la Pologne et les pays baltes jusqu'à Saint-Pétersbourg. L'EuroVelo 4 qui relie la Bretagne à l'Ukraine, passe également par Boulogne.

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Risque inondation[modifier | modifier le code]

À la suite du passage des tempêtes Ciarán, Domingos et Elisa et des inondations et coulées de boue qui se sont produites, la commune est reconnue, par arrêté du , en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boue sur la période du au , comme 179 autres communes du département[78].

Risque sismique[modifier | modifier le code]

Le risque sismique est faible sur l'ensemble du territoire communal (zone 2 sur 5 du zonage mis en place en mai 2011)[79], comme dans la majorité du Pas-de-Calais. Une faille sismogène existe néanmoins en Belgique, parallèle à la frontière franco-belge. Dans l'Histoire, plusieurs tremblements de terre importants semblent avoir eu un épicentre dans le pas de Calais, entre la France et l'Angleterre. Parmi eux, le tremblement de terre du 6 avril 1580 a touché Boulogne-sur-Mer et Calais ainsi qu'un petit tsunami qui aurait mis en difficulté des navires en mer, mais dans cette région qui a subi de nombreuses guerres, il reste peu de témoignages précis de cette époque. Plus récemment, le , un petit tsunami a également touché le port de Boulogne-sur-Mer[80], évalué de degré 3 par le BRGM[81], c'est-à-dire d'une intensité assez forte, pouvant causer des inondations des côtes en pente douce, l'endommagement de constructions légères près des côtes ou encore l'inversion des cours d'eau dans les estuaires jusqu'à une certaine distance en amont.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations anciennes[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Portus Itius en 54 av. J.-C. Τὸ Ἰτιον, Gesoriacum, Portus Morinorum Britannicus au Ier siècle ; Γησοῤῥιακον , Portus Gessoriocensis au IIe siècle ; Gesoriacum quod nunc Bononia au IIIe siècle ; Bononia Oceanen, Bolonia quam Galli prius Gesoriacum vocabant au IVe siècle ; Βόνωνία, Βουϐωνία πόλις τῆς Γαλατίας en 408 ; Civitas Bononiensium, Portus Œpatiaci au Ve siècle ; Bolungne, Bolunenes au XIIe siècle ; Boloigne en 1259 ; Boloingne de 1263 à 1270 ; Bouloigne, Bouloignhe en 1295 ; Bouloinghe, Boulogne-sour-le-meir en 1296 ; Boloigne-sur-la-mer au XIIe siècle ; Bouloine en 1319 ; Boulloigne en 1347 ; Boulonne en 1360 ; Boulonia en 1372 ; Boulongne en 1376 ; Bouloigna en 1478 ; Bulloyne en 1545 ; Boullongn, Bollongn en 1556 ; Boloigne, Bolloigne au XVIe siècle ; Beunen ou Bouloigne en 1660 ; Port-de-l’Union[82].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, Taruanna (devenu Thérouanne) est le centre névralgique régional et Boulogne est encore nommée « Bononia » (copie d'une carte ancienne, exécutée au XVIIe siècle).

Des toponymistes comme Albert Dauzat[83] ou des historiens comme Camille Jullian[84] ont rapporté le nom de Portus Itius, un port ainsi dénommé par Jules César, à la ville de Boulogne, bien que les recherches d’Albert Grenier prenant en compte le littoral du nord de la France à cette époque, les différentes répliques de cartes anciennes, et l'étymologie des noms des villes voisines, placent plus probablement la ville de Saint-Omer alors Sithiu, au titre de Portus Itius[85]. Ernest Nègre quant-à-lui se contente des formes du type Bononia attestées à partir du IVe siècle[86].

En revanche, Gesoriacum est clairement identifié à Bononia dans les phrases latines Gesoriacum quod nunc Bononia du IIIe siècle et Bolonia quam Galli prius Gesoriacum vocabant du IVe siècle (voir supra). Il s'agit d’une formation toponymique en -(i)acum, suffixe gaulois (celtique) de localisation puis de propriété, précédé du radical gaulois gaiso- > geso- « javelot » (cf. vieil irlandais gae, moyen gallois gwaew, moyen breton goa « lance »)[87], mais le -r- intermédiaire (intervocalique) n'est pas expliqué. On le retrouve également dans l'anthroponyme gaulois Gesorius[87].

Ensuite Bononia devient Bolonia par dissimilation à partir du IIIe siècle, c'est une formation toponymique probablement issue elle aussi du gaulois (celtique) bona « fondation, ville » (cf. vieil irlandais bun, gallois bon « base, souche, partie postérieure »[87]), appellatif toponymique fréquent, suivi d’un suffixe -onia, et également à l'origine du nom de la ville italienne homonyme Bologne[83],[86],[88], ainsi que de très nombreux toponymes et microtoponymes Boulogne en France, dont certains sont identifiés par des formes anciennes du type Bononia[89].

Pendant la Révolution française, la ville fut appelée de manière transitoire Port-de-l'Union[90].

Le nom picard de la ville est Boulonne ou Boulonne-su-Mér, et son nom flamand est Bonen[91].

Noms dérivés de celui de Boulogne[modifier | modifier le code]

Boulogne-sur-Mer a donné son nom à la région naturelle du Boulonnais, qui regroupe plusieurs communes proches de Boulogne-sur-Mer. Les habitants de la ville et de cette région sont aujourd'hui appelés les Boulonnais.

Boulogne-Billancourt, ville de région parisienne, doit son nom à Boulogne-sur-Mer. En effet, Boulogne-la-Petite, créée en 1330 pour proposer des pèlerinages mariaux plus près de Paris que ceux très populaires du Boulonnais, est devenue en 1790 Boulogne-sur-Seine, puis en 1926 Boulogne-Billancourt.

Boulogne-sur-Mer est souvent appelée simplement Boulogne par la population locale et sur certains panneaux signalétiques. Le nom défini par le code officiel géographique, Boulogne-sur-Mer, est surtout utilisé de façon administrative ainsi qu'à l'échelle nationale pour la distinguer de Boulogne-Billancourt.

Une ville d'Argentine de la banlieue nord de Buenos Aires porte le nom de Boulogne Sur Mer, ainsi qu'une rue du quartier de Balvanera de Buenos Aires[92], en hommage à la ville française où mourut en exil, en 1850, le général José de San Martín, héros de l'indépendance argentine[93].

Histoire[modifier | modifier le code]

Premières occupations humaines et Antiquité[modifier | modifier le code]

Après une probable occupation préhistorique, le site est habité par les Morins, peuple celte.

Boulogne est dès l'Antiquité l'une des villes les plus importantes du nord de la Gaule. Elle est desservie par d'importantes voies de communication, comme la via Agrippa de l'Océan vers Rome (passant par l'actuelle région parisienne et Lyon, alors capitale de la Gaule).

C'est à Boulogne que les Romains, sous l'ordre même de Caligula selon Suétone (Vie de Caligula, chap. XLVI), construisent vers l'an 39 une tour « d'une hauteur prodigieuse... à l'instar du Pharos » en vue d'une campagne contre les Celtes du pays de Galles, les Silures.

En 43, la flotte militaire de l'empereur Claude, la Classis Britannica, dont les casernements sont installés au nord de la ville fortifiée (à l'emplacement actuel du parking de l'Enclos de l’Évêché)[94], conquiert définitivement et entièrement l'ile de Bretagne (actuelle Grande-Bretagne).

Boulogne est d'abord nommée en latin Gesoriacum sous l'empereur Claude, puis Bononia ou Bolonia (nom d'origine celtique) vers le IIIe siècle.

À la fin du IIIe siècle, le préfet Carausius, d'origine ménapienne, commandant de la flotte de Gesoriacum s'allie aux Francs, fait sécession de l'empire et prend le contrôle de la Bretagne et du Nord de la Gaule.

Le beffroi (1191-1214).

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, Boulogne est le siège du comté de Boulogne. Un de ses comtes, Eustache II as grenons (« aux belles moustaches »), envahit l'Angleterre avec le duc de Normandie Guillaume. Il est le mari de sainte Ide et le père de Godefroy de Bouillon. Un autre, Étienne de Blois, est roi d'Angleterre au XIIe siècle. Alphonse de Portugal, mari de la comtesse de Boulogne Mathilde II, est roi de Portugal. Baudouin de Boulogne, comte de Boulogne, frère de Godefroy de Bouillon, est le premier roi chrétien de Jérusalem.

Au XIVe siècle, des architectes originaires de Boulogne s'illustrent en Allemagne : Henri Arter, né à Boulogne en 1321, a été maître des œuvres de sa ville natale en 1350. Mort en 1381, on lui attribue les plans de la cathédrale d'Ulm. Il aurait également travaillé à la cathédrale de Prague avec Pierre Arter, probablement son fils. Pierre Arter aurait succédé à Mathieu d'Arras ou à son successeur comme maître d'œuvre de la dite cathédrale qu'il termina en 1386, de même que le château de Karlstein également commencé par Mathieu d'Arras[95].

En 1477, la victoire du roi Louis XI sur le duc de Bourgogne Charles le Téméraire permet le rattachement du comté de Boulogne au royaume de France, il est inclus jusque 1789 dans la généralité d'Amiens.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Boulogne est attaquée à trois reprises par les Anglais depuis l'enclave de Calais pendant la première moitié du XVIe siècle. Il faut attendre le siège mené par Henri II (en 1549 et 1550) et le traité d'Outreau, signé le (rachat de 400 000 écus d'or), pour que la ville redevienne française. Ronsard y fait allusion dans son Hymne d'Henri II :

« Et sans en faire bruit, par merveilleux effortz,
Tu avois ja conquis de Boulongne les forts,
Et par armes contraint cette arrogance Angloise
A te vendre Boulongne et la faire Françoise. »
(v. 1581-1584)
Profils des deux villes de Boulogne-sur-Mer en Picardie, par Bernard de Montfaucon, 1724.

En 1662, les Boulonnais, bourgeois et paysans, se révoltent contre le roi de France, en raison de la pression fiscale accrue et des réquisitions pour le financement des guerres incessantes.

La révolte des Lustucru est soutenue en sous-main par les agents du roi d'Espagne, avec qui la guerre reprend en 1667. En effet, jusqu'à 1678 (paix de Nimègue), la frontière entre le royaume de France et les Pays-Bas espagnols passe encore entre Longueville et Escœuilles. Le pouvoir central exerce alors une répression féroce sur la région : de nombreux habitants des campagnes sont massacrés. Trois mille survivants, qui n'ont pu s'enfuir de l'autre côté de la frontière, sont envoyés aux galères.

Au XVIIIe siècle, Boulogne est un port de pêche en déclin (hareng à l'automne et maquereau au printemps), qui voit la montée en puissance de la contrebande entre l'Angleterre et la France[96]. Cette fraude, appelée smogglage, concerne surtout des produits courants (thé, tissus) ou des alcools (eaux-de-vie, vins, genièvre), surtaxés en Angleterre. Encouragé par les autorités françaises, ce trafic atteint des sommets dans les années 1780, avec près de six millions de livres de rapport annuel, contre 500 000 livres pour toutes les pêches[97].

Durant ce siècle, les corsaires boulonnais sont très actifs, notamment pendant la guerre de Succession d'Espagne (1701 à 1714), la guerre de succession d'Autriche (1740-1748) et la Guerre de Sept Ans (1756 à 1763).

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Inspection de l'armée le - Peinture anonyme.

Le , vente à l'encan[98] de la cathédrale, du palais épiscopal et des dépendances pour la somme de 510 000 francs. Tout est démoli pierre à pierre par les adjudicateurs. Le , la première vaccination contre la variole en France est effectuée sur trois petites filles de la rue des Pipots : Mlles Beugny, Hédouin et Spitalier.

Les corsaires boulonnais font de nombreuses prises et annoncent les grands succès durant la Révolution française et l'Empire, emmenés par le fameux baron Bucaille (Jacques-Oudart Fourmentin).

C'est autour de Boulogne que Napoléon Ier assemble entre 1803 et 1805 l'armée des côtes de l'Océan ou « Grande Armée » ; la deuxième distribution de la Légion d'honneur a lieu au camp de Boulogne, le .

Boulogne-sur-Mer bénéficie de grands travaux portuaires. Cet ensemble de structures passe pour être à l'origine de la prospérité de Boulogne au XIXe siècle. L'idée d'un débarquement en Angleterre fut abandonnée en août 1805, Napoléon préféra envoyer son Armée soutenir la campagne d'Allemagne (victoire de la bataille d'Austerlitz).

Puis le XIXe siècle est marqué par différents projets d'aménagement qui accompagnent la croissance de la ville et le développement du tourisme balnéaire :

En 1894, Boulogne-sur-mer réunit 150 médecins au premier congrès international des bains de mer et d'hydrologie, autrement dit de thalassothérapie[101]. La ville fait figure de pionnière avec Dieppe et Trouville dans l'usage des bains de mer, pour améliorer la santé dans un premier temps[102].

Boulogne devient le premier port de pêche français et une station balnéaire très attractive, grâce notamment aux bains de mer, directement importés d'Angleterre. Jusqu'en 1885, Boulogne est la ville la plus peuplée du département et l'une des villes les plus peuplées de la région (deuxième derrière Lille jusqu'en 1850). On compte, en 1854, 5 000 Anglais (et jusqu'à 15 000 en été) sur plus de 30 000 habitants.

Espérantophones devant le palais des Congrès en 1905.

En 1905, a lieu à Boulogne-sur-Mer, le premier congrès mondial d'espéranto, en présence de Louis-Lazare Zamenhof, l'initiateur de l'espéranto, avec 688 participants de vingt pays[103],[104].

Zone de repos et de soins de Boulogne lors de la Première Guerre mondiale, photographiée depuis la colonne de la Grande Armée.

Le , le capitaine Ferber, pionnier de l'aviation, se tue lors d'un meeting aérien.

Lors de la Première Guerre mondiale, la ville se trouve assez loin du front pour être épargnée mais les populations souffrent et en conservent des séquelles visibles sur le monument aux Morts. La ville sert de cantonnement des alliés, en particulier des Britanniques, mais aussi de zone de repos et de soins[105]. Demeure aussi un dépôt de munitions immergées en mer non loin du port. Pendant le conflit, des camps travailleurs chinois venus travailler en France (notamment du corps de travailleurs chinois travaillant pour l'armée britannique) sont installés autour de la ville[106]. C'est à Boulogne que les premières troupes américaines, menés par John Pershing, débarquent en France dans la liesse populaire, le , deux mois après leur entrée officielle en guerre.

Tout au long de la guerre, est installé à Boulogne un important hôpital militaire britannique. Le cimetière britannique situé le long du Cimetière de l'Est comporte plus de 5 000 tombes de soldats du Commonwealth morts dans cet hôpital.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la ville est assiégée en par les Allemands pour empêcher le transit de soldats et de matériel entre la France et l'Angleterre.

Le , les juifs de Boulogne-sur-Mer, juifs de familles de vieille souche française, et de Béthune sont internés dans un camp à Troyes[107].

Prisonniers de guerre allemands marchant dans Boulogne après sa libération par les Canadiens en 1944.

Par la suite, les Boulonnais furent très actifs contre l'occupant allemand : dès septembre 1941, intervenaient les premiers sabotages par ce qui allait devenir le front national de la résistance de Boulogne, créé par Roger Thierry, Eugène Blamangin et Émile Popelier, qui regroupa jusqu'à quatre cents résistants encadrés par Firmin Blondeel et Louis Fourrier[108]. Les Allemands comme les Alliés épargnent la ville fortifiée et ses monuments, ainsi que les maisons bourgeoises de l'ancien rivage. Cela n'empêche pas la ville d'être violemment bombardée entre 1943 et 1944, en particulier les quartiers Capécure et Saint-Pierre qui sont presque entièrement rasés, ce qui explique l'architecture typique de l'après-guerre qui caractérise aujourd'hui ces quartiers.

Boulogne, tenue par une garnison de 10 000 Allemands commandée par Ferdinand Heim, est libérée entre le et le au cours de l'opération Wellhit[109],[110] par des Canadiens qui ont surpris les Allemands en arrivant au cœur de la citadelle par un souterrain secret[111].

À la fin de la guerre, Boulogne est détruite à 85 %. La ville qui comptait plus de 52 000 habitants en 1939, n’en avait plus que 16 000 en 1945[112]. De fin 1940 à 1944, les Boulonnais dormaient le plus souvent dans des caves[113]. Le réalisateur Alain Resnais évoque ce traumatisme dans son film Muriel ou le Temps d'un retour.

La commune est décorée de l'ordre national de la Légion d'honneur le [114].

Début du XXIe siècle et déclin économique[modifier | modifier le code]

Les dernières décennies du XXe siècle sont marquées par le déclin de l'une des villes les plus dynamiques du pays jusque-là. La population, l'activité touristique et les revenus des habitants baissent, le taux de chômage et le taux de pauvreté augmentent et le port de Boulogne, poumon économique de la ville, souffre de la concurrence[115].

De nombreuses entreprises ferment. Celle qui a le plus marqué est celle des hauts fourneaux de la Comilog en 2003. Ils fabriquaient du ferromanganèse et était l'un des sites de production les plus importants du monde[116]. Outre le licenciement des employés, le trafic du port de commerce est réduit de 60 %, ce qui fait passer le port de Boulogne à la vingtième place des ports de commerce français ; la communauté d'agglomération du Boulonnais est également privée de plusieurs millions d'euros de taxe professionnelle.

Construit en 2009 pour 46 millions d'euros, le hub port n'a quasiment jamais été utilisé.

La forte baisse du trafic du port du commerce (causée par ces fermetures) et du trafic des voyageurs vers l'Angleterre due à la concurrence face au port de Calais et à l'ouverture du tunnel sous la Manche. En 2007, la CCI de Boulogne, gestionnaire du port, soutenue par la région Pas-de-Calais, semble avoir gain de cause. Un hub port destiné aux escales BGV et aux marchandises[117] remplace la moitié des 40 ha de la friche Comilog, le reste est utilisé pour des entreprises halieutiques.

D'après une étude de la DIRECCTE parue en , le Boulonnais est l'une des zones de la région et du pays les plus en déclin depuis les années 1960. La croissance économique est l'une des plus faibles et devrait le rester jusque 2030, selon la DIRECCTE et l'INSEE. C'est également la seule zone au sein du Nord-Pas-de-Calais à ne pas avoir tiré profit de la reprise économique dans les années 2000. Depuis la crise de 2008, l’activité économique a encore reculé de 8,6 % contre 4,5 % au niveau régional[118].

La situation économique de la ville est longuement abordée dans le film Chante ton bac d'abord sorti en 2014.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Boulogne-sur-Mer est le siège de la communauté d'agglomération du Boulonnais et du regroupement de trois structures intercommunales appelé Pays Boulonnais.

Le territoire de la commune est divisé en plusieurs parties, chacune rattachée à un canton : d'abord en deux de 1868 à 1984, puis en trois jusqu'en 1991, puis en quatre jusqu'en 2014. Aujourd'hui, à la suite du redécoupage cantonal visant à réduire le nombre de cantons, la ville est divisé en deux :

  • le nord de la ville (quartiers Gambetta, Saint-Pierre, Chemin-Vert, Beaurepaire et une partie du centre-ville et du Dernier-Sou) abritant 23 904 habitants en 2012 (soit 56 % de la population de la ville) appartient au canton de Boulogne-sur-Mer-1 ;
  • le sud de la ville (quartiers Capécure, Bréquerecque, Vieille-ville et l'autre partie du centre-ville et du Dernier-Sou) abritant 18 881 habitants en 2012 (soit 44 % de la population de la ville) appartient au canton de Boulogne-sur-Mer-2.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Comme de nombreuses villes de la région, Boulogne-sur-Mer est une ville de gauche, privilégiant les candidats de gauche aux élections présidentielles et les plébiscitant aux élections régionales, législatives et cantonales.

Parmi les personnalités politiques importantes ayant exercé à Boulogne-sur-Mer peuvent être citées Guy Lengagne, maire de Boulogne de 1977 à 1989 et de 1996 à 2002 et ministre de la Mer de 1983 à 1986, Frédéric Cuvillier, maire de Boulogne depuis 2002, député et ministre des Transports et de l'Économie maritime entre 2012 et 2014, et Jack Lang, plusieurs fois ministre et député à Boulogne-Nord (6e circonscription du Pas-de-Calais) de 2002 à 2012.

Résultats pour la commune des scrutins français depuis 2000.
Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours.
Année Élu Battu Participation
2002 80,99 % Jacques Chirac RPR 19,01 % Jean-Marie Le Pen FN 70,59 % [119]
2007 46,67 % Nicolas Sarkozy UMP 53,33 % Ségolène Royal PS 78,28 % [120]
2012 61,83 % François Hollande PS 38,17 % Nicolas Sarkozy UMP 76,87 % [121]
2017 55,02 % Emmanuel Macron EM 44,98 % Marine Le Pen FN 69,74 % [122]
2022 47,68 % Emmanuel Macron LREM 52,32 % Marine Le Pen RN 61,59 % [123]
Élections législatives, résultats des deux meilleurs scores du dernier tour de scrutin.
Année Élu Battu Participation
Boulogne-sur-Mer est répartie sur plusieurs circonscriptions, cf. les résultats des .
Avant 2010, Boulogne-sur-Mer est répartie sur plusieurs circonscriptions, cf. les résultats des .
2002 56,04 % Guy Lengagne DVG 43,96 % Jean-Pierre Pont UMP 56,84 % [124]
2007 67,80 % Frédéric Cuvillier PS 32,20 % Annick Valla UMP 59,26 % [125]
Après 2010, Boulogne-sur-Mer est répartie sur plusieurs circonscriptions, cf. les résultats de .
2012 57,43 % Frédéric Cuvillier
élu au premier tour
PS 18,55 % Laurent Feutry NC 54,31 % [126]
2017 59,75 % Jean-Pierre Pont LREM 40,25 % Antoine Golliot FN 39,98 % [127]
2022 49,72 % Jean-Pierre Pont LREM 50,28 % Antoine Golliot RN 38,27 % [128]
Élections européennes, résultats des deux meilleurs scores.
Année Liste 1re Liste 2e Participation
2004 37,15 % Henri Weber PS 12,07 % Carl Lang FN 36,47 % [129]
2009 26,77 % Gilles Pargneaux PS 16,42 % Dominique Riquet UMP 33,64 % [130]
2014 33,44 % Marine Le Pen FN 18,77 % Gilles Pargneaux UG 38,25 % [131]
2019 32,78 % Jordan Bardella RN 17,88 % Nathalie Loiseau LREM 47,42 % [132]
Élections régionales, résultats des deux meilleurs scores.
Année Liste 1re Liste 2e Participation
2004 57,14 % Daniel Percheron PS 25,09 % Jean-Paul Delevoye UMP 58,10 % [133]
2010 59,46 % Daniel Percheron PS 20,63 % Valérie Létard MAJ 43,55 % [134]
2015 62,08 % Xavier Bertrand LR 37,92 % Marine Le Pen FN 56,54 % [135]
2021 % % % [136]
Élections cantonales
Année Élu Battu Participation
Boulogne-sur-Mer est répartie sur plusieurs cantons, cf. les résultats de ceux de Boulogne-sur-Mer-Nord-Est, Boulogne-sur-Mer-Nord-Ouest, Boulogne-sur-Mer-Sud et Le Portel.
2001 % % % [137]
2004 % % % [138]
2008 % % % [139]
2011 % % % [140]
Élections départementales
Année Élus Battus Participation
Boulogne-sur-Mer est répartie sur plusieurs cantons, cf. les résultats de ceux de Boulogne-sur-Mer-1 et Boulogne-sur-Mer-2.
2015 % % % [141]
2021 % % % [142]
Référendums.
Année Oui (national) Non (national) Participation
1992 47,72 % (51,04 %) 52,28 % (48,96 %) 62,76 % [143]
2000 71,56 % (73,21 %) 28,44 % (26,79 %) 27,37 % [144]
2005 35,48 % (45,33 %) 64,52 % (54,67 %) 63,55 % [145]


Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Élections municipales de 2020[modifier | modifier le code]

  • Maire sortant : Frédéric Cuvillier (PS)
  • 43 sièges à pourvoir au conseil municipal (population légale 2017 : 40 874 habitants)
  • 21 sièges à pourvoir au conseil communautaire (CA du Boulonnais)
Résultats des municipales de 2020 à Boulogne-sur-Mer
Tête de liste Liste Premier tour Sièges
Voix % CM CC
Frédéric Cuvillier[Note 8],[146] PS 5 845 66,82 37 19
Antoine Golliot[réf. nécessaire] RN 1 357 15,51 3 1
Denis Buhagiar[147] EÉLV 1 066 12,19 2 1
Nicolas Magère[148] FI-PRCF[149] 480 5,49 1 0
Inscrits 25 692 100,00
Abstentions 16 640 64,77
Votants 9 052 35,23
Blancs et nuls 304 1,18
Exprimés 8 748 34,05

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1947 Henri Henneguelle[150] SFIO Instituteur
Député du Pas-de-Calais (1946 → 1958)
1947 1953 Jean Febvay[151] RPF puis Indép. Avocat
Député du Pas-de-Calais (1951 → 1955 puis 1956 → 1958)
1953 1977 Henri Henneguelle[150] PS Instituteur
Sénateur du Pas-de-Calais (1967 → 1974)
Député du Pas-de-Calais (1946 → 1958)
Conseiller général de Boulogne-sur-Mer-Nord-Ouest (1961 → 1979)
1977 mars 1989 Guy Lengagne PS Professeur
Député de la 5e circonscription du Pas-de-Calais (1981 → 1983 puis 1986 → 2007)
Secrétaire d'État chargé de la Mer (1983 → 1986)
mars 1989 octobre 1996[152] Jean Muselet[153],[154] DVD Dirigeant de société
Mort en fonction
1996 novembre 2002[155] Guy Lengagne[156] PS Professeur
Député de la 5e circonscription du Pas-de-Calais (1981 → 1983 puis 1986 → 2007)
Secrétaire d'État chargé de la Mer (1983 → 1986)
Président de la communauté d'agglomération du Boulonnais (2000 → 2008)
Conseiller général de Boulogne-sur-Mer-Sud (1979 → 1988)
Démissionnaire
2002 juillet 2012 Frédéric Cuvillier PS Professeur de faculté
Député de la 5e circonscription du Pas-de-Calais (2007 → 2012 puis 2014 → 2017)
Ministre des Transports et de l'Économie maritime (2012 → 2014)
Président de la communauté d'agglomération du Boulonnais (2008 → 2012 et 2016 → )
Conseiller général du Portel (2004 → 2007)
Démissionnaire à la suite de sa nomination comme ministre
juillet 2012[157],[158] avril 2014[Note 9] Mireille Hingrez-Céréda[159] PS Professeure de lettres classiques
Vice-présidente de la communauté d'agglomération du Boulonnais (2014 → )
avril 2014[160],[161] En cours
(au )
Frédéric Cuvillier PS Professeur de faculté
Député de la 5e circonscription du Pas-de-Calais (2007 → 2012 puis 2014 → 2017)
Président de la communauté d'agglomération du Boulonnais (2008 → 2012 et 2016 → )
Réélu pour le mandat 2020-2026[162],[163]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Comme beaucoup de grandes villes, Boulogne-sur-Mer a intégré les préoccupations environnementales dans ses réflexions. Outre la création d'un écoquartier prévu en remplacement des friches industrielles derrière la gare de Boulogne-Ville, de nombreux projets axés sur le « développement durable » sont en cours de développement : diminution de la consommation d'énergie dans les logements, développement des pistes cyclables et des transports en commun, développement de l'éclairage basse consommation, développement des espaces verts, mise en place de containers enterrés pour la collecte, etc[164].

La centrale nucléaire la plus proche est celle de Gravelines, située à environ 60 km de Boulogne[165]. Des éoliennes sont par ailleurs installées sur le port.

La CAB assure l’alimentation en eau potable et l'assainissement avec une station d'épuration à Boulogne d'une capacité de 200 000 équivalent-habitants[166]. Veolia assure l’entretien des équipements[166]. La CAB a également la compétence en matière de gestion des déchets. Les ordures sont transportées au centre de stockage de déchets ultimes de Dannes (équipé d’une récupération de biogaz) ou au centre de tri de Saint-Martin-Boulogne[167].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Carte
Jumelages et partenariats de Boulogne-sur-Mer.Voir et modifier les données sur Wikidata
Jumelages et partenariats de Boulogne-sur-Mer.Voir et modifier les données sur Wikidata
VillePaysPériode
Deux-Ponts[168],[169],[170]Allemagnedepuis
Folkestone[168],[171],[170]Royaume-Unidepuis
La Plata[168],[170]Argentinedepuis
Safi[168],[170]Marocdepuis
Stralsund[170]Allemagnedepuis

En 1957, la rue de Boston a été rebaptisée rue de Folkestone pour rendre hommage à la ville jumelle (50° 43′ 38″ N, 1° 36′ 00″ E)[172].

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Eau et déchets[modifier | modifier le code]

Espaces publics[modifier | modifier le code]

Square Mariette-Pacha, autour des remparts.

De nombreux espaces verts (pelouses, arbres, massifs fleuris, aménagements paysagers) sont présents dans les rues de Boulogne, sur le bord de mer, autour des remparts, etc. Étant très dense, la ville ne compte pas de grands espaces verts mais abrite tout de même plusieurs petits parcs et jardins comme le Square Mariette-Pacha, le Jardin Bucciali ou les Jardins de Nausicaá[173].

Depuis 2007, un jardin éphémère à thème est installé chaque année pendant cinq mois sur la place de l'hôtel de ville. Celui-ci rencontre un succès important[174].

Le jury national des Villes et Villages fleuris a décerné le label « Quatre Fleurs » à Boulogne-sur-Mer, ainsi que le « prix Coup de Cœur » en partenariat avec la revue Mon jardin et ma maison[175].

De nombreux espaces boisés sont présents dans le boulonnais, dont les principaux sont les forêts de Boulogne, de Desvres, d'Hardelot et d'Écault. La surface occupée par ces espaces représente 24,2 % du territoire (contre 11,9 % dans la région)[176].

La commune a obtenu deux arobases au label Ville Internet en 2016, auxquels se sont ajoutés deux autres en 2017[177].

Elle détient aussi les labels Villes d'art et d'histoire, Ville amie des enfants et Marianne d'Or.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les établissements scolaires de Boulogne-sur-Mer dépendent de l'académie de Lille et les écoles primaires dépendent de l'inspection académique du Pas-de-Calais. Pour le calendrier des vacances scolaires, Boulogne est en zone B.

Enseignement primaire et secondaire[modifier | modifier le code]

La ville est équipée de plusieurs écoles maternelles, primaires, ainsi que des collèges (Daunou, Langevin, Angellier, Haffreingue, Godefroy-de-Bouillon…).

Lycées[modifier | modifier le code]

  • Lycée public polyvalent Mariette :
Situé dans le quartier Beaurepaire, le lycée est, avec un effectif de plus de 2 000 élèves, le plus grand de Boulogne et l'un des plus grands de la région. Il est équipé d'un internat.
Formations proposées : 2e générale ; Premières et terminales ES, L, S (SVT), STMG et ST2S ; BTS Gestion et Commerce ; CPGE littéraires (hypokhâgne-khâgne) et scientifiques (MPSI-MP).
  • Lycée public polyvalent Edouard-Branly :
Il est situé dans le quartier Bréquerecque.
Formations proposées : 2e générale et technologique ; Premières et terminales ES, S (SVT-SI), STL et STI ; de nombreux BTS (industrie, automatisme, énergie, bâtiment...).
  • Lycée public polyvalent Giraux-Sannier :
Le lycée est situé dans l'est de Boulogne, à la frontière entre le quartier de Bréquerecque et la commune de Saint-Martin-Boulogne.
Formations proposées : 2e générale, 2e professionnelle Gestion Administration ; premières et terminales ES, S (SVT) et STG ; Enseignement supérieur Comptabilité et Gestion.
  • Lycée privé général catholique Nazareth-Haffreingue :
Situé dans le quartier du Dernier Sou, le lycée est né en 2008 de la fusion des lycées Haffreingue-Chanlaire et Nazareth. Il est régulièrement classé parmi les meilleurs lycées de la région[178],[179],[180].
Formations proposées : 2e générale ; premières et terminales ES, L et S (SVT, et SI en partenariat avec le lycée Saint-Joseph).
  • Lycée privé technique et professionnel Saint-Joseph :
Le lycée est situé à la frontière entre le quartier du Dernier Sou et la commune de Saint-Martin-Boulogne. Il est connu pour sa réplique miniature des 24 Heures du Mans, organisée chaque année depuis 2003.
Formations proposées : 2e générale et technologique ; Premières et terminales S (SI), STI, ST2S et STG ; Baccalauréat professionnel ; BTS (ATI, IRIS, CRSA…).
  • Lycée public professionnel Jean-Charles-Cazin :
Le lycée se situe dans le centre-ville. Il est l'un des plus anciens lycées professionnels (anciennement nommées « écoles pratiques ») de France[181].
Formations proposées : 2e professionnelle ; CAP en commerce, vente, restauration, etc. ; Bac Pro commerce, vente, vêtements, accueil et accompagnement à la personne, etc.
Construit en 1959, le lycée se situe entre le quartier de Capécure et la commune du Portel.
Formations proposées : CAP Matelot ; Baccalauréat professionnel Conduite et Gestion des Entreprises Maritimes, Électromécanicien Marine, Nautisme, Capitainerie, Mécanique, etc[182].

Universités[modifier | modifier le code]

Campus Saint-Louis, le principal centre universitaire de l'ULCO à Boulogne.

Les centres universitaires Saint-Louis, Le Musée (tous deux dans le centre de Boulogne) et Capécure (dans le quartier du même nom) accueillent une partie de l'université du Littoral Côte d'Opale (ULCO) : 3 500 étudiants y sont inscrits[183]. L'université est répartie entre cette ville, Calais, Dunkerque et Saint-Omer pour un total de 11 000 étudiants.

Plusieurs formations sont proposées à Boulogne :

Des formations dans la filière halieutique et le monde marin sont proposées sur le site de Capécure, qui abrite aussi un institut universitaire de technologie (IUT).

Boulogne abrite plusieurs sites de recherche pour l'ULCO et des services pour les étudiants (logement, restauration, associations et manifestations étudiantes…).

Le Centre de formation aux métiers de la santé, situé à côté du centre hospitalier, propose une formation en soins infirmiers (IFSI), d'aide-soignants (IFAS) et en dentaire ainsi que l'enseignement, en partenariat avec l'université Lille-II, de la première année de médecine (suspendu pour la rentrée 2017, avant une possible reprise avec l'université d'Amiens[184]).

Université d'été[modifier | modifier le code]

L'Université d'été de Boulogne-sur-Mer est une association avec pour but de faire découvrir à des étudiants étrangers la région de Boulogne-sur-Mer, sa culture et ses traditions, la mise en relation avec les habitants, l'accueil et l'animation.

Postes et télécommunications[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Le centre hospitalier.

Boulogne-sur-Mer dispose de deux établissements de santé, qui s'ajoutent aux différents cabinets médicaux de la ville :

Le centre hospitalier de Boulogne-sur-Mer (CHB), aussi appelé centre hospitalier Duchenne du nom du docteur Guillaume Duchenne de Boulogne, est un établissement de santé public d'une capacité de 1 080 lits et places. Il rassemble 2 030 salariés et 180 médecins. Le CHB dispose d'un service d'accueil des urgences (43 229 passages par an), d'un SMUR, d'une UHCD et assure le secours médicalisé en mer[185]. Il s'agit du premier hôpital de la Côte d'Opale[186].

Ce centre hospitalier dispose également d'un plateau technique important, d'une unité de chirurgie ambulatoire, d'une unité de soins intensifs de cardiologie, d'une unité de soins intensifs de néonatalogie, d'un service de réanimation polyvalente, d'un centre de la mémoire, d'une unité neurovasculaire et permet la prise en charge de la douleur chronique rebelle et de l'obésité.

Le Centre médical chirurgical obstétrical Côte d'Opale (CMCO) de Saint-Martin-Boulogne, situé à 800 mètres de la frontière avec la ville de Boulogne, est un établissement hospitalier privé qui dispose de 246 lits et places d'hospitalisation répartis en chirurgie, médecine, gynécologie-obstétrique et cardiologie. Sur le site se trouvent également un laboratoire d'analyses médicales, les services de radiologie et de kinésithérapie ainsi que les cabinets de consultations privées des médecins[187].

Justice, sécurité, secours et défense[modifier | modifier le code]

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Le palais de justice.

Boulogne-sur-Mer dispose d'un palais de justice datant de 1852 situé dans sa vieille ville. De style néoclassique, il présente une façade ordonnée, d'ordre dorique au premier niveau, ionique au second. Au fronton, la loi est appuyée sur la Justice, entourée de quatre autres allégories, figurant le Commerce, l'Industrie, l'Artisanat et les Arts. Les grandes niches du premier étage abritent des statues de Charlemagne et de Napoléon Ier[188].

Aujourd'hui, il fait office de tribunal de grande instance et de tribunal pour enfants pour un territoire assez vaste, regroupant le Boulonnais mais aussi le Calaisis et le sud de la Côte d'Opale[189].

La ville abrite aussi le site judiciaire des Tintelleries, rue Faidherbe dans le centre-ville, qui joue le rôle de tribunal d'instance, de tribunal de commerce et de conseil de prud'hommes. Ce lieu se situe depuis 1957 sur le terrain d'un couvent et d'une église (l'église Saint-Alphonse de Liguori) détruits lors de la Seconde Guerre mondiale[190].

Boulogne-sur-Mer relève également de la cour d'appel de Douai, du tribunal administratif de Lille et de la cour administrative d'appel de Douai[189].

Police et criminalité[modifier | modifier le code]

Le taux de violence à Boulogne-sur-Mer est de 4,39 faits pour 1 000 habitants, ce qui est inférieur à la moyenne nationale, qui se monte à 5,93 faits pour 1 000 habitants[191]. Par ailleurs, d'après les statistiques de police de la commune, on estimait à environ 4 215 le nombre de crimes et de délits pour l'année 2020[192].

En 2012, les quartiers de Beaurepaire et du Chemin Vert sont placés en zone de sécurité prioritaire par les ministères de l'Intérieur et de la Justice[193].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[194],[Note 10].

En 2021, la commune comptait 40 910 habitants[Note 11], en diminution de 3,44 % par rapport à 2015 (Pas-de-Calais : −0,76 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
10 13710 68513 25717 72820 87425 73229 14530 99430 783
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
34 73935 34938 49238 51440 07544 84245 91645 20546 807
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
49 94951 20153 12855 33652 83951 85452 37134 88541 870
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
49 28149 27648 44047 65343 67844 85944 27342 68041 669
2021 - - - - - - - -
40 910--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[90] puis Insee à partir de 2006[195].)
Histogramme de l'évolution démographique

Au dernier recensement de 2021, la commune est la 2e ville la plus peuplée du département, la 11e de la région Hauts-de-France et la 166e du pays.

La population de Boulogne-sur-Mer atteint son maximum dans la première moitié du XXe siècle (entre 50 000 et 55 000 habitants), puis est fortement touchée par la Seconde Guerre mondiale et ne retrouva jamais sa population d'antan.

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 39,8 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 24,2 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 19 080 hommes pour 21 584 femmes, soit un taux de 53,08 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,5 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[196]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ou +
2,0 
5,1 
75-89 ans
9,6 
14,0 
60-74 ans
16,8 
18,8 
45-59 ans
17,8 
19,7 
30-44 ans
16,1 
23,2 
15-29 ans
20,1 
18,8 
0-14 ans
17,6 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2020 en pourcentage[197]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,6 
5,5 
75-89 ans
8,9 
16,4 
60-74 ans
17,8 
20,3 
45-59 ans
19,3 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,1 
15-29 ans
16,2 
20,2 
0-14 ans
18,1 

Origine de la population[modifier | modifier le code]

L'analyse des patronymes de la région, francisés au cours des siècles, montre que les Boulonnais sont essentiellement d'origine scandinave, flamande, picarde ou anglaise[réf. nécessaire].

En 2012, on compte 1 572 immigrés à Boulogne[198], soit 3,7 % de la population de la commune, ce qui est inférieur à la moyenne nationale (8,8 %).

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Février :
    • L'Enduropale, course de motos organisé début février dans les dunes du Touquet. Chaque année, plus de 2 000 motos partent du quartier Bréquerecque à Boulogne en direction du Touquet[199].
  • Mars :
    • la nuit de la promenade guidée (ville fortifiée), le samedi du weekend de Pâques.
  • Mai :
    • la gainée, marathon culinaire sur le port de pêche (mai-juin).
  • Juin :
    • la Fête de la Musique dans les rues du centre-ville, le 21 juin.
  • Juillet :
La fête de la mer en 2015.
  • Août :
    • la Cavalcade d'Été dans les rues du centre-ville, le 15 août ;
    • la Fête du sport, sur les berges de la Liane, entre fin août et mi-septembre.
  • Septembre
  • Octobre :
    • le festival Poulpaphone en octobre : électro, rock, rap, métal, reggae... ;
    • la Revue Boulonnaise ;
    • le spectacle « son et lumière » L'étonnante histoire de Boulogne-sur-Mer, avec 250 figurants et 700 costumes, qui raconte l'histoire de la ville de l'époque romaine à aujourd'hui ;
    • le « Boulogne Geek Festival », manifestation culturelle et numérique, portée par l'association Mashalaw avec la ville de Boulogne-sur-mer[201].
  • Novembre :
    • la fête du hareng ;
    • le festival Innovation Mer et Littoral, 8e édition en 2023[202] ;
    • le festival Intramurock.
  • Décembre :

Autres manifestations[modifier | modifier le code]

  • Nos Quartiers d'Été durant les vacances estivales, permettant aux personnes ne pouvant partir en vacances de profiter d'animations organisées par le tissu associatif boulonnais et gérées par l'association Développement Social Urbain (DSU)
  • Expo Ch'Tar Wars, convention sur le thème de la saga Star Wars (organisée par l'association SWCO62). 3 éditions : 2 et 3 décembre 2017 à la Gare Maritime, 9, 10 et 11 novembre 2019 au Palais des Sports Damrémont, 11, 12 et 13 novembre 2022 au Palais des Sports Damrémont.

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

La Liane où s’entraînent les équipes d'aviron et de canoë.

La ville compte de nombreux équipements sportifs : des salles de sports, des courts de tennis, des stades[203], la piscine de Nausicaá, le complexe piscine-patinoire Hélicéa, les centres d'aviron et de canoë, etc. De nombreuses activités sont proposées sur la plage de Boulogne (voile, plongée, char à voile, kitesurf…)[204]. La ville bénéficie aussi d'équipements dans les communes environnantes : parcours de golf à Wimereux et Hardelot, centres équestres à La Capelle et Hardelot, complexes multi-sports à Saint-Martin et Outreau, etc.

Le club de football professionnel de Boulogne, l'Union sportive Boulogne Côte d'Opale (USBCO), est relégué en Ligue 2 en 2010 après avoir appartenu à l'élite du football français, puis en National (3e division) en 2012[205]. Le club dispute ses matchs à domicile au stade de la Libération (15 034 places), situé dans le quartier du Dernier Sou.

Scénario similaire pour l'équipe de basket-ball, le Stade olympique maritime boulonnais (SOMB), qui descend de la Pro A à la Pro B en 2015, puis en Nationale 1 en 2017[206]. Elle dispute ses matchs à domicile au palais des sports Damrémont (2 000 places), situé sur la rive ouest de la Liane. Fait remarquable, l'ESSM, équipe basée dans la commune voisine du Portel, évolue également à haut niveau. Faute de salle homologuée par la fédération, les deux équipes disputaient d'ailleurs leurs matchs dans la même salle entre 2007 et 2015 avant l'ouverture du Chaudron.

Boulogne a aussi des équipes de « haut niveau » très reconnues en sports maritimes, en aviron et en canoë[207]. Ces clubs forment de nombreux champions de France et médaillés olympiques.

Les reliefs du Boulonnais attirent les cyclistes. La ville accueille souvent les Quatre Jours de Dunkerque et a accueilli le Tour de France en 1949, 1994, 2001 et 2012[208] ainsi que les championnats de France de cyclisme sur route en 2005 et 2011.

Boulogne, sur son circuit spécifique, a organisé la Coupe des Voiturettes entre 1906 et 1924, ainsi que le Grand Prix automobile de Boulogne et la Coupe Georges Boillot sans discontinuer de 1921 à 1928.

En sports automobiles, voit la 32e édition du « rallye du Boulonnais », labellisé course régionale depuis 2022[209].

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Comme d'autres villes du Pas-de-Calais, Boulogne-sur-Mer a fait office de base arrière pour les Jeux olympiques de Londres 2012 où de nombreuses délégations sportives françaises et étrangères sont venus pour peaufiner leur préparation avant les Jeux[210]. Un nouveau stade nautique a été inauguré pour l'occasion et est aujourd'hui utilisé par les sportifs de haut niveau du territoire[211].

Le , la commune accueille la flamme olympique des Jeux olympiques d'été de 2024, officiellement appelés les Jeux de la XXXIIIe olympiade, qui se dérouleront du au à Paris[212].

Pistes cyclables[modifier | modifier le code]

La piste cyclable « La Vélomaritime », partie côtière française de la « Véloroute de l’Europe - EuroVelo 4 », qui relie Roscoff en France à Kiev en Ukraine sur 5 100 km, traverse la commune, en venant du Portel pour desservir Wimereux[213],[214].

Sentiers de randonnée[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par deux sentiers de grande randonnée :

Cultes[modifier | modifier le code]

Le porche de la basilique Notre-Dame.
La coupole de la basilique vue de l'intérieur.

Catholique[modifier | modifier le code]

La fonction religieuse ancienne de la ville relève du fait qu'elle était le siège d'un ancien évêché (d'où la présence d'une cathédrale), tête du diocèse de Boulogne-sur-Mer ayant existé entre 1566 et 1801 (année pendant laquelle il est dissous pour être intégré en totalité au diocèse d'Arras). Le diocèse de Boulogne correspondait a un territoire s'étendant jusqu'à Étaples, Montreuil, Hesdin, Saint-Pol-sur-Ternoise et Calais.

L'histoire religieuse de Boulogne est aussi marquée par sainte Ide, mère de Godefroy de Bouillon, qui fut nommée patronne de Boulogne et de son comté par le roi Louis XI en avril 1478.

De plus, un pèlerinage à la Vierge de Boulogne existe depuis le Moyen Âge. Par le passé, ce pèlerinage était très connu dans les autres régions de France. À tel point que les habitants de l'Île-de-France, afin de pouvoir lui rendre hommage, créèrent un pèlerinage secondaire dans la forêt du Rouvre (dont un vestige est le Bois de Boulogne) qui allait favoriser la fondation de « Boulogne-la-Petite » appelée de nos jours Boulogne-Billancourt. Dans les années 1930, cette dévotion fut ranimée par le transport d'une statue placée dans une remorque automobile à laquelle on fit faire le tour de la France.

Les lieux suivants se trouvent donc sur le doyenné du Boulonnais, lui-même faisant partie du diocèse d'Arras :

  • Basilique Notre-Dame-de-l'Immaculée-Conception, Parvis Notre-Dame (ancienne cathédrale) ;
  • Église Saint-François-de-Sales, rue de Bréquerecque ;
  • Église Saint-Louis, rue Félix-Adam ;
  • Église Saint-Michel, place Saint-Michel ;
  • Église Saint-Nicolas, place Dalton ;
  • Église Saint-Patrick, rue du Chemin-Vert ;
  • Église Saint-Pierre, rue du Camp-de-Droite ;
  • Église Saint-Vincent-de-Paul, place d'Estienne-d'Orves ;
  • Église Saint-Jean-Baptiste, rue Gustave-Flaubert ;
  • Chapelle du Saint-Sang ou Notre-Dame du Saint-Sang, 55 avenue John-Kennedy[217] ;
  • Les Annonciades, place de la Résistance ;
  • Chapelle de l'hôpital de jour, rue de la Paix ;
  • Chapelle du groupe scolaire Haffreingue- Nazareth, rue De Gaulle ;
  • Chapelle des Rédemptoristes, rue Faidherbe ;
  • Chapelle et calvaire des marins, rue de la Tour d'Odre.

Protestants[modifier | modifier le code]

  • temple protestant, rue basse des Tintelleries ;
  • Église baptiste, rue du Bras-d'Or ;
  • Évangélique - centre chrétien -, allée de l'Alma ;
  • Église adventiste, rue du Colonel-l'Espérance ;
  • Église évangélique, rue Émile-Cazin ;
  • Église réformée, avenue John-Kennedy ;

Israélite[modifier | modifier le code]

  • Synagogue, rue Charles Butor.

Musulman[modifier | modifier le code]

  • Mosquée, route de Calais à Saint-Martin-Boulogne.

Médias[modifier | modifier le code]

L'émetteur situé au sommet du mont Lambert permet la réception de la télévision et de la radio.

Apparue en 2017, BFM Grand Littoral (anciennement Grand Littoral TV) est la seule chaîne de télévision locale disponible sur la TNT (auparavant, Opal'TV s'est arrêté en 2014, et la chaîne régionale Wéo ne couvre pas le territoire). Boulogne reçoit l'une des 24 antennes régionales de France 3, France 3 Nord-Pas-de-Calais, ainsi qu'une édition locale France 3 Côte d'Opale.

Sur le plan radiophonique, la ville est couverte par de nombreuses stations locales comme Radio 6 (92,0 MHz), Transat FM (98,5 MHz), Delta FM (100,7 MHz), Contact (90,4 MHz), La radio de la mer (105,0 MHz), mais aussi des déclinaisons régionales d'acteurs nationaux comme Virgin Radio Côte d'Opale (91,5 MHz) ou NRJ Nord Littoral (102,2 MHz). En 2014, Europe 1, RFM et Fun Radio sont les radios les plus écoutées par les Boulonnais[218].

Concernant la presse écrite, l'hebdomadaire La Semaine dans le Boulonnais est le principal journal du Boulonnais. Le quotidien La Voix du Nord est également présent avec une édition spéciale Boulogne-sur-Mer. Le mensuel Touz'azimuts est consacré aux événements et aux loisirs dans le Boulonnais. Il y a également des publications internes, comme « Boulogne-sur-Mer le Mag » (ou « BMag ») par la mairie et « Agglorama » par la communauté d'agglomération.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2009, le revenu fiscal médian par ménage était de 12 931 , ce qui est inférieur à la moyenne nationale (18 355 ) et à celle du Pas-de-Calais (15 383 )[55]. Les disparités entre quartiers sont par ailleurs assez importantes :

Quartier Revenu moyen
(INSEE 2010)
Gambetta-Sainte-Beuve 19 754 
Vieille Ville 17 546 
Dernier Sou 17 006 
Bréquerecque 16 367 
Saint-Pierre 15 119 
Centre-ville 14 995 
Beaurepaire 14 587 
Capécure 14 002 
Chemin Vert 11 308 

Emploi[modifier | modifier le code]

Avec un port et des entreprises en difficultés, le chômage n'a cessé d'augmenter. La commune a aujourd'hui l'un des taux de chômage les plus importants de France, celui-ci s'élevant à plus de 20 %[55],[Note 12]. Le bassin boulonnais, avec un taux de chômage longtemps resté inférieur au taux régional, a également bien augmenté ces dernières années (s'élevant à 14 % en 2014[219]).

Répartition des emplois par secteur d'activité économique

  Agriculture Industrie Construction Commerces, transports et services Administration publique, enseignement,
santé, action sociale
Boulogne-sur-Mer 2,4 % 12,2 % 3,7 % 45,2 % 36,5 %
Moyenne nationale 3,0 % 14,1 % 6,9 % 45,1 % 30,9 %
Sources des données : INSEE[220],[221]

Répartition des emplois par domaine d'activité

  Agriculteurs Artisans, commerçants, chefs d'entreprise Cadres, professions intellectuelles Professions intermédiaires Employés Ouvriers
Boulogne-sur-Mer 0,5 % 5,3 % 11,9 % 25,1 % 31,0 % 26,2 %
Moyenne nationale 1,9 % 6,1 % 16,2 % 25,0 % 28,6 % 22,2 %
Sources des données : INSEE[222],[223]

Le port[modifier | modifier le code]

Le port de plaisance.
L'hydroptère d'Alain Thébault dans le port.
Le port de nuit.

Le port de Boulogne-sur-Mer fait partie des trois grands ports maritimes des Hauts-de-France avec ceux de Calais et de Dunkerque. Il est devenu un « port régional » en 2007, dans le cadre de la décentralisation.

Les bateaux immatriculés dans la commune ont pour code « BL », selon la liste des quartiers maritimes.

Port de pêche[modifier | modifier le code]

Avec 33 628 tonnes de poissons pêchés en 2016, Boulogne reste le premier port de pêche français[224], devant le port breton de Lorient (deuxième avec presque 27 000 tonnes par an), malgré une importante baisse ces dernières années (43 952 en 2006 et 36 096 en 2012)[225]. De plus, les activités des entreprises halieutiques de Capécure permettent au port de Boulogne de recueillir chaque année 380 000 tonnes de produits de la mer et d'être le premier transformateur européen des produits de la mer[48]. Boulogne est aussi le siège d’Aquimer[226], seul pôle de compétitivité national consacré à la filière de la pêche et à la valorisation des produits de la mer.

Port transmanche[modifier | modifier le code]

La position géographique de Boulogne en a fait un grand port de liaison avec l'Angleterre. Au XIIIe siècle, la première liaison commerciale avec l'Angleterre fut créée à Boulogne[74]. Dès le XVIIIe siècle, de nombreux transports de voyageurs à travers la Manche sont lancés à Boulogne si bien que, jusque dans les années 1990, Boulogne était le deuxième port de voyageurs en France[74],[227],[228]. Mais l'ouverture du tunnel sous la Manche et le développement du port de Calais à la fin du XXe siècle causent la baisse du trafic du port et le départ des différentes compagnies (notamment SeaLink en 1992 et P&O en 1993[229]), préférant consacrer leurs efforts sur la ligne Calais-Douvres[74]. Le port de Boulogne a encore assuré pendant quelques années le passage d'un flux significatif de passagers vers l’Angleterre (entre 500 000 et 1 million de passagers chaque année jusqu'en 2008[230],[231]) jusqu'à l'arrêt des activités transmanche en septembre 2010[75], malgré l'installation d'un nouveau terminal destiné au transmanche en 2009[232]. Mais l'espoir que la liaison renaisse subsiste[233].

Port de commerce[modifier | modifier le code]

Classé dixième port de commerce métropolitain en 1960[234], neuvième en 1990[227], la fermeture des hauts-fourneaux de la Comilog en 2004 met un coup de frein au volume d'activité du port de commerce. En effet, près de 58 % de l'activité portuaire de Boulogne était directement liée à l'activité industrielle de la Comilog[235]. Le port de commerce de Boulogne-sur-Mer passe alors à la 20e place du classement en 2005. En 2010, le trafic commercial global du port s'élève à 1 755 164 tonnes.

Port de plaisance[modifier | modifier le code]

Avec 470 anneaux répartis en trois bassins, le port de plaisance de Boulogne peut accueillir tous les bateaux de plaisance, y compris les voiliers jusqu'à vingt-cinq mètres[236]. Chaque année, le port reçoit environ 3 500 bateaux-visiteurs. La rive du port, située entre la plage et le centre-ville, est aménagée pour les promeneurs et les touristes, et bénéficie d'une forte fréquentation, liée surtout au succès de Nausicaá.

Le port dispose également d'une activité de chantiers navals, la Socarenam[237].

Commerces et services[modifier | modifier le code]

Le centre hospitalier de Boulogne est le premier employeur du territoire du SCOT en 2010[238], avec plus de 2 000 employés. L'administration et les établissements publics constituent également un pôle d'emploi (équipements scolaires, DDTM, chambres, université, agence d'urbanisme…).

La ville compte de nombreux commerces, bars et restaurants, dans les différents quartiers de Boulogne. À cela s'ajoutent les supermarchés, supérettes et centres commerciaux. Plusieurs centres commerciaux sont installés en ville et en périphérie :

  • le centre commercial de la Côte d'Opale, situé en périphérie Est, dans la commune de Saint-Martin-Boulogne, est le principal centre commercial du Boulonnais ;
  • le centre commercial de la Liane est situé en limite du centre-ville ;
  • le centre commercial Leclerc est situé en périphérie sud, dans la commune d'Outreau.

Monnaie locale[modifier | modifier le code]

Le , Boulogne-sur-Mer lance sa monnaie locale, le Bou'Sol[239]. Sa circulation prend fin le 30 novembre 2020[240].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le phare et la digue Carnot.

L'agglomération de Boulogne-sur-Mer est la principale destination touristique de la région Nord-Pas-de-Calais après la métropole lilloise[3]. Sa situation géographique lui permet d'accueillir de nombreux Français, Belges et Anglais. Si la disparition des liaisons maritimes avec l'Angleterre a fortement perturbé l'activité touristique de Boulogne, le succès de Nausicaá depuis 1991 a limité les pertes.

Nausicaá, le centre de découverte de l'environnement marin constitué de l'un des plus grands aquariums publics d'Europe, est le premier site touristique de la région Nord-Pas-de-Calais, deuxième au nord de Paris après le Parc Astérix[241] et quatorzième sur l'ensemble des sites non culturels de France[242].

En tant que ville côtière, Boulogne attire également de nombreux vacanciers sur sa plage, même si celles des communes voisines (Wimereux, Ambleteuse, Wissant, Hardelot, Équihen et Le Portel) sont souvent plus appréciées. La richesse du patrimoine attire aussi de nombreux touristes.

La digue Carnot, qui s'avance dans la mer sur près de 3 km, est un lieu privilégié des touristes et des pêcheurs de loisir. Elle abrite le « Phare de Boulogne », seul phare classé « phare en mer » de la région. À la suite de nombreux accidents, cette digue a menacé de fermer à plusieurs reprises.

Depuis le , Boulogne-sur-Mer est classée « station de tourisme »[2]. La commune bénéficie également de la dénomination de « commune touristique » depuis un arrêté préfectoral datant du [243].

Industries et recherche[modifier | modifier le code]

Boulogne dispose d'un réseau dense de PME et de PMI. Certaines entreprises sont leaders dans leurs spécialités[244] comme l'usine de crayons Conté (BiC), le centre d'appels Armatis et l'entreprise d'aliments pour animaux Continentale Nutrition.

Près du port, de nombreuses entreprises sont spécialisées dans la filière halieutique[244] (Findus, Alfesca, Marine Harvest, Scamer, Copromer, Tradimar, Océan Délices, etc). Il existe également plusieurs centres de recherche consacrés à la mer (notamment Ifremer et le pôle de compétitivité Aquimer).

Les communes voisines abritent également des industries, principalement sous forme de parcs d'activités[245], avec encore certaines entreprises leaders dans leurs spécialités[244] comme le fabricant de cosmétiques Alkos, le fabricant de lessives écologiques Ecover, le fabricant d'alternateurs automobiles Valeo, la Société boulonnaise d'électronique (SBE) et la Société d'impression du Boulonnais (SIB).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Promenade sur les remparts de la ville fortifiée.
La basilique Notre-Dame.
Le château d'Aumont, devenu château-musée.
La Colonne de la Grande Armée, et sa statue de Napoléon tournant le dos à l'Angleterre.

Monuments historiques de la ville fortifiée[modifier | modifier le code]

La ville fortifiée (aussi appelée vieille ville ou haute-ville) est construite à l'emplacement d'un camp romain qui devint la ville gallo-romaine de Gesoriacum, une des bases possibles de la « Classis Britannica ». Réalisées par Philippe Hurepel de Clermont, fils du roi de France Philippe Auguste, les fortifications qui l'entourent et le château (aujourd'hui musée) constituent l'un des ensembles architecturaux médiévaux les mieux conservés en France. Les soubassements de ces remparts sont ceux des remparts gallo-romains.

Aujourd'hui quartier de Boulogne-sur-Mer, la ville fortifiée conserve les dimensions et le tracé historique des voies orthogonales (cardo, decumanus, forum), derniers vestiges du castrum. Elle abrite de nombreux monuments historiques :

  • le beffroi : inscription aux monuments historiques par arrêté du , inscription au patrimoine mondial de l'UNESCO en 2005. Il s'agissait à l'origine du donjon du premier château connu des comtes de Boulogne, attribué à Renaud de Dammartin (fin XIIe siècle). Ses salles accueillent un musée lapidaire (vitrail de Godefroy de Bouillon, boulets de pierre et de fonte, puits…)[246] ;
  • la basilique Notre-Dame de l'Immaculée Conception : classement par arrêté du . Elle est construite par l'abbé Benoît-Agathon Haffreingue entre 1827 et 1866 sur l'emplacement de la cathédrale rasée en 1798. Son dôme, haut de 101 m, se voit à des kilomètres à la ronde. Le visiteur peut y découvrir le splendide autel Torlonia, chef-d'œuvre de la mosaïque italienne, réalisé dans les ateliers du Vatican. D'un poids de 16 tonnes, il est composé de 147 sortes de marbre et de pierres ornementales. De nombreuses œuvres d'Eugène Delaplanche y sont aussi présentées (statue de Notre-Dame de Boulogne, cénotaphe de l'abbé Haffreingue, autel du Sacré-Cœur…)[247],[248] ;
  • la crypte de la basilique : classement avec la basilique. Ses soubassements datent de l'époque romaine. Celle-ci est très impressionnante par ses dimensions (l'une des cryptes les plus vastes de France et d'Europe du Nord), ses salles (crypte basse, crypte du dôme, chapelle de la Vierge...), ses murs recouverts de fresques (« grisailles » du XIXe siècle et peintures médiévales), ses sculptures et son trésor d'art sacré (dont le reliquaire du Saint-Sang, offert par Philippe le Bel en 1308) ;
  • le château d'Aumont : inscription par arrêté du , classement par arrêté du . Aujourd'hui château-musée, il comporte des collections variées : masques d'Alaska, collection d'antiquités égyptiennes, objets d'Afrique et d'Océanie, sculptures romaines et médiévales, tableaux de Georges Mathieu. Le visiteur découvre en même temps les fondations romaines de l'édifice ainsi que la salle de la Barbière (salle gothique voûtée d'ogives), la salle comtale et la chapelle[249],[250]. Les remparts sont inscrits avec le château ;
  • le palais impérial, ou hôtel Desandrouin ou des Androuins : inscription par arrêté du , classé partiellement par arrêté du . Construit en 1777 par Giraud Sannier pour le vicomte François-Joseph-Théodore Desandrouin, il a accueilli brièvement le Premier Consul puis empereur Napoléon, l'impératrice Marie-Louise d'Autriche et le tsar Alexandre Ier[251],[252] ;
  • l'abbaye et église Saint-Wilmer : immeubles contenant les restes de l'abbaye et de l'église : inscription par arrêté du [253] ;
  • la fontaine aux Dauphins, rue de Lille : inscription par arrêté du [254].
  • la fontaine Louis XVI et pavillon, derrière la porte Gayole : fontaine, avec la façade du pavillon qui la surmonte et le mur sur lequel elle est adossée sur une longueur de 10 mètres environ de chaque côté du monument : inscription par arrêté du [255] ;
  • la maison du Croissant, rue de Lille, façade et porche : inscription par arrêté du [256] ;
  • les ouvrages d'entrée de la ville fortifiée : Porte des Degrés[257], Porte Gayole (façade des deux tours qui forment la porte, à l'exclusion des locaux intérieurs)[258], Porte Neuve (ou Porte de Calais ou Porte Flamengue)[259] et Porte des Dunes[260] classées en 1905.

Autres monuments historiques[modifier | modifier le code]

Architecture contemporaine remarquable[modifier | modifier le code]

  • Les buildings du Quai Gambetta, construits entre 1951 et 1961 sur les plans de l'architecte Pierre Vivien et par l'ingénieur Eugène Mopin, sont labellisés Architecture contemporaine remarquable (ACR) depuis 2009[267].
  • L'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste sise 1-3 allée Gustave-Flaubert, construite en 1962 et 1963 sur les plans de l'architecte Pierre-André Dufétel est labellisée Architecture contemporaine remarquable (ACR) depuis 2004[267].

Site classé[modifier | modifier le code]

Un site classé ou inscrit est un espace (naturel, artistique, historique…) profitant d'une conservation en l'état (entretien, restauration, mise en valeur...) ainsi que d'une préservation de toute atteinte grave (destruction, altération, banalisation...) en raison de son caractère remarquable au plan paysager. Un tel site justifie un suivi qualitatif, notamment effectué via une autorisation préalable pour tous travaux susceptibles de modifier l'état ou l'apparence du territoire protégé[268].

Dans ce cadre, la commune présente un site classé par arrêté du  : les remparts de Boulogne-sur-Mer à l'exception des parties des dits remparts déjà classés parmi les monuments historiques [269].

Autres lieux et monuments (liste non exhaustive)[modifier | modifier le code]

L'hôtel de ville.
  • L'hôtel de ville, situé dans la ville fortifiée, présente une façade en brique et pierre, datée de 1734. De cette époque datent le bureau du maire ainsi que la salle des gouverneurs (ou salle des mariages), de style rocaille. On peut également y voir la salle Eurvin (salle des fêtes), orné d'un grand tableau représentant le siège de 1544, la salle du Conseil municipal et un jardin japonais.
  • Le palais de justice du XIXe siècle dans la ville fortifiée, présente une façade néo-classique abritant, entre autres, les statues de Charlemagne et de Napoléon. Une tour carrée romaine a été découverte sous l'édifice.
  • La bibliothèque municipale classée dans la ville fortifiée, dans l'ancien couvent des Annonciades, dont les dispositions d'ensemble (chapelle, cloître…) sont encore visibles. Elle abrite plusieurs dizaines de milliers d'ouvrages, dont une cinquantaine d'incunables[270].
  • La Casa San Martín, dans le centre-ville, maison dans laquelle a résidé le libérateur argentin, le général José de San Martín, devenu aujourd'hui un musée en son honneur.
  • La statue équestre du général San Martín, sculptée par Henri Allouard le long de la plage et inaugurée le 24 octobre 1909[271]. On compte également plus d'une vingtaine de statues ou ouvrages rendant hommage à des personnalités liées à la ville.
  • La maison de la Beurière reconstitue l'habitat typique des anciens marins pêcheurs de Boulogne. Il s'y déroule, en septembre, des festivités liées à la pêche et à la vie traditionnelle des travailleurs de la mer tout au long de l'histoire (visites, démonstrations, défilés en habits traditionnels, dégustations…).
  • Le calvaire des Marins, chapelle dédiée aux équipages des bateaux perdus en mer. La grande procession (dernier dimanche d'août) relie le calvaire à la basilique.
  • La Villa Huguet, construite en 1900 par Charles Godefroy pour Huguet, neveu du sénateur-maire de Boulogne[272]. Elle a accueilli pendant plusieurs décennies le musée d'histoire naturelle de la ville et accueille aujourd'hui les services municipaux d'architecture, d'archéologie et d'Histoire.
  • Le monument aux morts du boulevard Eurvin, pour les Boulonnais morts pendant les deux guerres mondiales.
  • Le Boulogne Eastern Cemetery et le cimetière militaire de Terlincthun, créés durant la Première Guerre mondiale pour les soldats de l'armée impériale britannique morts dans les hôpitaux de la ville.
  • Les quatre buildings du boulevard Gambetta, édifiés de 1951 à 1955 par l'architecte Pierre Vivien, reconnus « patrimoine du XXe siècle » en 2009. Issus de la reconstruction d'après-guerre, ils se distinguent par leurs hauteurs de 40 mètres et le traitement coloré des façades[273],[274].
  • La gare maritime, ancienne gare ferroviaire et ancien terminal d'embarquement pour l'Angleterre, aujourd'hui utilisée pour des expositions, des conférences et des événements culturels.
  • L'école-musée, dans le centre-ville, retrace l'histoire de l'école du début du XIXe siècle à aujourd'hui et présente un mobilier d'époque remarquable.
  • Le conservatoire à rayonnement départemental, établissement d'enseignement de musique et de danse situé en centre-ville depuis 1987, dans l'ancien collège Angelier (construit en 1841) rénové par l'architecte Bertrand Klein.
  • L'école d'Arts, en centre-ville, construit au XVIIIe siècle en tant qu'Hôtel Chanlaire, devenu ensuite école, puis bibliothèque municipale et école d'arts[275].
  • Britannia a été un monument érigé à Boulogne-sur-mer en 1938 en commémoration du rôle joué par les soldats du Royaume-Uni pendant la Première Guerre mondiale. Il fut bombardé en juillet 1940 par les Allemands et ne fut pas reconstruit.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Bijou boulonnais[modifier | modifier le code]

C'est dans le milieu maritime, au début du XIXe siècle, que naît l'histoire du bijou boulonnais comme le noeud d’amour, aussi appelée « bague boulonnaise » ou les dorlots. Il est un signe extérieur de richesse pour les mareyeurs. La bague boulonnaise était offerte par les marins à leurs épouses pendant leur grossesse, il est composé de neuf boules en or, chaque boule représentant un mois de grossesse et les cordages qui les entourent rappellent les cordes des bateaux. Des personnages connus portent ces bijoux comme Carole Bouquet, Eddy de Pretto et Valérie Trierweiler[276],[277].

Folklore[modifier | modifier le code]

Comme de nombreuses villes de la région, Boulogne-sur-Mer possède ses géants : Batisse et Zabelle, inaugurés en 1923, représentant un marin pêcheur et sa femme. Ils mesurent 3,80 m et pèsent 60 kg.

Ils se sont mariés en 2003 et ont eu un enfant, le géant « Ti Pierre », le 14 juillet 2015 (il mesure 2,60 m pour 35 kg)[278].

Langues[modifier | modifier le code]

La langue principalement parlée à Boulogne-sur-Mer est le français. Une minorité de la population (variable selon les quartiers) parle encore le patois boulonnais, dérivé du picard, parfois mêlé d'anglo-normand.

La proximité avec l'Angleterre fait que l'anglais est également bien parlé dans certains quartiers[10].

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Le welsh est devenu un plat typique des brasseries boulonnaises.

Beaucoup de spécialités gastronomiques du premier port de pêche français sont à base de produits de la mer (comme le kipper ou le rollmops à base de hareng, le maquereau au vin blanc ou encore les moules, traditionnellement mangées dans la région avec des frites).

D'autres spécialités de Boulogne et ses environs sont également réputées et appréciées, comme les fraises de Samer, la tarte au papin, la bière des 2 Caps, les chocolats de Beussent ainsi que de nombreux fromages (le vieux Boulogne, l'écume de Wimereux, le fort d'Ambleteuse, etc).

Bien que présentes, les célèbres spécialités du Nord (friteries, maroilles, fricadelle...) sont moins communes que dans le reste de la région. La gastronomie boulonnaise est surtout influencée par la gastronomie d'outre-Manche (avec le welsh ou le pudding de Noël par exemple).

Nausicaá, le centre national de la mer[modifier | modifier le code]

Centre national de la mer, Nausicaá a déjà accueilli plus de quinze millions de visiteurs[279]. C'est un centre de culture scientifique et technique consacré à la relation que l'homme entretient avec la mer. Ouvert le après plus de dix ans de gestation, le centre est aujourd'hui l'un des principaux sites touristiques de France (le premier du département et le deuxième au nord de Paris).

Outre sa vocation de loisir, le centre privilégie la dimension pédagogique de son projet en sensibilisant au respect des mondes marin et côtier. Cette politique lui a valu en 1999 le label Centre d'Excellence de la Commission Océanographique Intergouvernementale de l'UNESCO. En 2006, il accède au statut de membre de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Situé face au port de pêche, sur la jetée, ses aquariums totalisant plus de 17 millions de litres d'eau de mer abritent une faune riche de plus de 60 000 espèces marines venant du monde entier, sur 10 000 m2. Ils sont accompagnés d'expositions sur la faune maritime, l'exploitation et la gestion des ressources marines (pêche, aquaculture, aménagement du littoral, transport maritime, exploitation des ressources minérales et énergétiques, tourisme…). Son objectif est de faire découvrir et aimer la mer au grand public, tout en le sensibilisant à la nécessité d'une bonne gestion des ressources marines.

Lieux culturels et de spectacle[modifier | modifier le code]

Façade du théâtre Monsigny.

Une école d'art et un conservatoire assurent une formation artistique de qualité.

La première salle de spectacle de Boulogne ouvre ses portes en 1772, à l'initiative de Philippe Baret[280]. En 1823, la municipalité s'engage dans la construction d'un véritable théâtre, plus vaste et plus confortable, bâti par Éloi Labarre entre 1825 et 1827. Le théâtre est détruit dans un incendie en 1854. Il est nécessaire pour la ville, très dynamique à l'époque, de le reconstruire. Elle confie à son architecte municipal, Albert Debayser, le soin de réaliser ce nouveau théâtre.

Le théâtre Monsigny est ainsi inauguré en juin 1860 dans le centre-ville de Boulogne et permet la représentation d'opérettes, de comédies musicales, d'opéras et de comédies. Aujourd'hui, il s'agit d'une salle de spectacle de 737 places (772 jusque fin 2012)[281] permettant l'accueil d'artistes de renommée internationale, mais aussi de troupes locales, théâtrales et lyriques.

Boulogne abritait quatre cinémas en ville jusque dans les années 1980[282]. Aujourd'hui, il n'y en a plus qu'un : le complexe Les Stars avec ses sept salles pouvant accueillir jusqu'à 880 personnes[283]. En périphérie se trouvent aussi un cinéma à Hardelot (deux salles) et un multiplexe de 12 salles à la Cité Europe de Coquelles pouvant accueillir jusqu'à 2 371 personnes[284].

La ville dispose d'autres salles de spectacles : la Faïencerie et le Rollmops Théâtre à Bréquerecque, les Pipots dans le centre, le Carré Sam au Chemin Vert, etc. La salle Damrémont peut également accueillir des spectacles, ce qui fait d'elle la plus grande salle de la ville. Il se pourrait que cette dernière ne soit réservée qu'au sport à l'avenir tandis qu'une nouvelle salle modulable de 500 à 3 000 places est prévue pour 2019 dans le quartier Capécure[285].

Un réseau de trois médiathèques est également ouvert au public.

La statue du général San Martín[modifier | modifier le code]

Statue du général San Martín, sur le boulevard Sainte-Beuve.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, Boulogne-sur-Mer endure des raids aériens et beaucoup d'attaques navales. Dans la nuit du , 300 avions anglais larguent des tonnes de bombes sur la ville. Toutes ces attaques cherchent à affaiblir une base sous-marine installée à 200 mètres de la statue du Libérateur[réf. nécessaire].

Comme d'habitude dans la région, les attaques sont faites à haute altitude afin d'occasionner plus de dégâts. Tout est détruit dans le secteur près de la statue du général San Martín, sauf la statue de San Martín elle-même, bien que plusieurs bombes aient explosé autour.

Boulogne-sur-Mer dans les arts[modifier | modifier le code]

Œuvres littéraires[modifier | modifier le code]

  • La nouvelle En mer (1883) de Guy de Maupassant se déroule à Boulogne-sur-Mer.
  • Le Brigadier Gérard d'Arthur Conan Doyle (1903) se situe durant le Camp de Boulogne en pleine épopée napoléonienne. Ce livre a été écrit entre Le Chien des Baskerville (1902) et Le Retour de Sherlock Holmes (1904).
  • Le Fundamento de Esperanto qui fixe les bases de la langue internationale espéranto, rédigé par Louis-Lazare Zamenhof, est adopté en 1905 à Boulogne-sur-Mer à l'occasion du premier congrès mondial d'espéranto qui réunit 688 participants issus de 20 pays.
  • Fantômas est également passé à Boulogne-sur-Mer : au chapitre 27 du roman Les Amours d'un prince (1912), devenu en 1933 Fantômas s'amuse.
  • Le Capitaine du Jamboree de Jean-Louis Dubreuil (1951), une fresque littéraire incontournable pour les intéressés du scoutisme ou de la marine.
  • Le commissaire San-Antonio (SA no 7 En long, en large et en travers, 1958) pour une intrigue sur la Côte d'Opale entre Montreuil, Le Touquet-Paris-Plage et Boulogne-sur-Mer.
  • Adieu mes quinze ans (1964) de Claude Campagne (pseudonyme utilisé par le couple Jean-Louis et Brigitte Dubreuil).
  • Les Enfants de la Brume, de Claude Campagne, est la suite de la saga du Cadran solaire et d'Adieu, mes Quinze Ans.
  • Le Cahier bleu de Claude Campagne, Éditions Christian Navarro.
  • Un impossible Amour de Claude Campagne, Éditions Christian Navarro.
  • SOS Bagarreur (1968). Bande dessinée sur un remorqueur boulonnais de la collection Alain Brisant / Dupuis Aventure des éditions Dupuis. Dessins de René Follet et scénario de Maurice Tillieux.
  • Portus Itius d'Auguste Mariette. Ouvrage sur le port d'embarquement mythique de Jules César qui, selon l'auteur, est Boulogne-sur-Mer. Éditions Christian Navarro.
  • Étude sur le Portus Itius de Jules César, de Daniel Haigneré, qui conforte la thèse d'Auguste Mariette selon laquelle Boulogne-sur-mer est le fameux Portus Icius, Éditions Christian Navarro.
  • Les héros de Love Affairs for Grown-Ups (2009) de Debby Holt se rencontrent sur le car-ferry entre Douvres et Boulogne-sur-Mer.
  • Mariette Pacha - L'Homme du Désert d'Ernest Desjardins, une biographie très fouillée sur l'égyptologue, Éditions Christian Navarro.
  • Dictionnaire du Parler picard du Boulonnais et de ses confins…, de Jacques Mahieu-Bourgain, ouvrage composé de quatre parties (Phonétique du parler boulonnais, Une histoire en patois boulonnais, dictionnaire de référence des mots patois, conjugaison…) Éditions Christian Navarro.
  • Noms de Lieux du Boulonnais, de Jacques Mahieu-Bourgain, ouvrage sur la toponymie des villages du boulonnais et de ses confins. Éditions Christian Navarro.

Œuvres musicales[modifier | modifier le code]

Films et séries[modifier | modifier le code]

Boulogne-sur-Mer est une ville recherchée pour y tourner des films ou des scènes de films. À deux heures des studios de Paris, sa diversité, son littoral, sa lumière et la disponibilité de ses habitants en font une ville de prédilection pour l'industrie cinématographique[286]. Voici une liste des films tournés à Boulogne-sur-Mer, triée par ordre chronologique :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Personnalités natives de la commune[modifier | modifier le code]

Franck Ribéry, ici sous les couleurs de l'équipe de France de football, est né à Boulogne-sur-Mer.

Autres personnalités rattachées à la commune[modifier | modifier le code]

Clair de lune sur le port de Boulogne, 1869
Musée d'Orsay (Paris)
  • Édouard Manet (1832-1883), peintre, a voyagé à Boulogne en 1864. Il a réalisé deux grandes toiles à la suite de ce voyage, dont une après sa visite du navire de guerre américain Kearsarge victorieux pendant la guerre de Sécession, qui avait jeté l'ancre près de Boulogne[300]. Il y passa plusieurs étés avec sa famille dans le port nord de Boulogne et a réalisé des carnets de croquis. Le tableau de Chicago est l'une des trois ou quatre œuvres qu'il a peintes à Paris à partir de ces croquis. On y voit un paquebot à roues latérales qui remonte la Manche, laissant dans son sillage les voiliers plus lents[301]. Sur la plage a été peint lui aussi en atelier à partir de dix-huit croquis au crayon[302]. Il réalisa deux peintures représentant Le Folkestone, ferry à vapeur qui transportait des passagers de Boulogne à Folkestone[303].
  • Clémence Lestienne (1839-1919), vendeuse de pains d'épices et de confiseries, réputée pour son imposante barbe[304].
  • Charles du Passage (1843-1926), dessinateur, peintre, sculpteur animalier, mort à Boulogne-sur-Mer.
  • Auguste Angellier (1848-1911), poète, a vécu à Boulogne à partir de ses cinq ans et y est mort.
  • Douglas Aigre (1851-1912), médecin, maire de Boulogne sur mer de 1892 à 1900, né à Paris, mort à Boulogne-sur-Mer.
  • Joseph Bucciali (1859-1943), organiste à Saint-Nicolas et compositeur.
  • Victor Planchon (1863-1935), inventeur des premières pellicules utilisées pour le cinéma par les frères Lumière[305].
  • Georges Ricard-Cordingley (1873-1939), peintre français qui a habité à Boulogne-sur-Mer.
  • Alfred Loewenstein (1877-1928), milliardaire belge, tombé de son avion, trouvé mort près de Boulogne-sur-Mer
  • Gustave Malcuit (1882-1960), botaniste, enseignant à Boulogne-sur-Mer.
  • Les frères Bucciali, Paul-Albert (1889-1981) et Angelo (1891-1946), constructeurs automobiles.
  • Gaston Stiegler, mort en 1931, globe-trotter et écrivain, a réalisé en 1901 le premier tour du monde en moins de 80 jours, voulant relever le défi lancé par Jules Verne dans son roman Le Tour du monde en 80 jours. Il met le premier pas sur le sol français à Boulogne-sur-Mer, ovationné par une foule compacte.
  • Alfred Georges Regner (1902-1987), peintre et graveur.
  • Maurice Boitel (1919-2007), peintre issu de l'école des Beaux-Arts de Boulogne où il a habité dans sa jeunesse et où il est revenu peindre après la guerre.
  • Audrey Bernard (1922-1997), poétesse.
  • Jack Lang (1939-), homme politique français, plusieurs fois ministre, député à Boulogne-Nord de 2002 à 2012.
  • Jean-Noël Vandaele (1952-), artiste peintre qui vit aux États-Unis et a vécu à Boulogne en 1974 et 1975. Sa fille est née à la clinique de la Sainte-Famille le 9 mars 1975[réf. nécessaire],[pertinence contestée].
  • Catherine Ferry (1953-), chanteuse, représentante de la France à l'Eurovision 1976, qui vit à Boulogne depuis 1990.
  • Gérard Ansaloni (1958-), compositeur, poète, romancier.
  • Corinne Touzet (1959-), actrice, productrice et animatrice, qui a vécu à Boulogne durant sa jeunesse[306].
  • Anne Ducros (1959-), chanteuse de jazz, née dans le Boulonnais, a fait sa scolarité et le conservatoire à Boulogne.
  • Marcel et son Orchestre, groupe de musique boulonnais entre 1986 et 2021.
  • N'Golo Kanté (1991-), footballeur international français, qui a commencé sa carrière par un contrat amateur à l'US Boulogne, le club de football de la ville.
  • Alice Arutkin (1992-), championne de planche à voile, licenciée du Yacht Club de Boulogne.
  • Maëva Coucke (1994-), Miss France 2018, originaire de l'agglomération boulonnaise.

Héraldique, logotype et drapeau[modifier | modifier le code]

Logo de la ville.
Ancien logo de la ville.
Drapeau de la ville.
Blason de Boulogne-sur-Mer Blason
D'or à l'écusson de gueules chargé d'un cygne d'argent, accompagné de trois tourteaux de gueules[307].
Ornements extérieurs
Croix de chevalier de la Légion d'honneur
Croix de guerre 1914-1918
Croix de guerre 1939-1945
Détails
Le cygne figurait en 1286 sur un sceau communal et les tourteaux sont issus des armes des comtes de Boulogne.

Adopté en 1830.

Le drapeau de la ville est celui de la milice boulonnaise, créée en 1670 et répartie en plusieurs régiments d’infanterie, de cavalerie et de dragons, qui avait pour unique but de défendre la province et la côte. Le drapeau, dit « drapeau des troupes boulonnaises », a été fixé par le duc d'Aumont, Louis-Marie-Augustin d'Aumont, gouverneur de la ville et du Boulonnais. Ces drapeaux seront brûlés en 1792 avec quelques archives communales et des statues religieuses en bois[308]. Le drapeau flotte aujourd'hui au sommet du beffroi et au-dessus de l'entrée de l’hôtel de ville.

La symbolique du cygne, présente sur les plus anciens sceaux connus de la cité, tiendrait son origine de la légende du « chevalier au cygne », qui serait l’ancêtre de Godefroy de Bouillon. Plus tard, le cygne municipal sera alors souvent lié aux tourteaux des armes seigneuriales de Boulogne ; lien encore visible sur les armes actuelles, officialisées par lettres patentes signées par le roi Charles X, en 1830.

Philatélie[modifier | modifier le code]

À plusieurs reprises, la Poste française a produit des timbres sur le thème de Boulogne-sur-Mer :

  • en 1939, un timbre à 0,70 franc + 0,30 franc de surcharge, afin de financer une statue rendant hommage Aux Marins perdus en mer[309] ;
  • en 1967, un timbre à 0,95 franc, où apparaissent le phare et des bateaux de pêche[310] ;
  • en 2012, un timbre au tarif lettre prioritaire où apparaît le château de Boulogne-sur-Mer[311] ;
  • en 2014, un timbre à 0,61  où apparaissent le château, le beffroi et la basilique[312].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • P.-J.-B. Bertrand, Précis de l'histoire physique, civile et politique, de la ville de Boulogne-sur-Mer et de ses environs, depuis les Morins jusque 1814, Boulogne, 1828, en 2 vol. — vol.1 & vol.2
  • Auguste d'Hauttefeuille et Louis Bénard, Histoire de Boulogne-sur-Mer, Boulogne-sur-Mer, Chez tous les libraires, 1860, en 2 vol., vol. 1 sur NordNum, vol.2 sur NordNum
  • Édouard Baldus et Auguste Hippolyte Collard, Chemin de fer du Nord - Ligne de Paris à Boulogne : Album de vues photographiques, Paris, Compagnie des chemins de fer du Nord, , 49 p. (lire en ligne), p. 52-59, sur Gallica.
  • Edmond Magnier, Histoire d'une commune de France (Boulogne-sur-Mer) au XVIIIe siècle, Paris, M. Lévy Frères, 1875. Texte en ligne disponible sur NordNum
  • Henri Hippolyte Vivenot, Notice sur le Port de Boulogne, Paris, Imprimerie nationale, 1904. Texte en ligne disponible sur NordNum
  • Alphonse Lefebvre, Le centenaire du 16 août 1804, à Boulogne-sur-Mer, Boulogne-sur-Mer, G. Hamain, 1909. Texte en ligne disponible sur NordNum
  • Pierre Héliot, « Les fortifications de Boulogne sous l'occupation anglaise (1544-1550) », Revue du Nord, no 157,‎ , p. 5-38 (lire en ligne)
  • Georges Torrès, Un port : Boulogne-sur-Mer, Armand Colin, 1976, 64 p.
  • Alain Lottin, Histoire de Boulogne-sur-Mer, La Sentinelle, Le Téméraire, , 514 p. (ISBN 2-84399-015-7)
  • Yann Gobert-Sergent, Pêches, course et contrebandiers. Le Port de Boulogne-sur-mer de Louis XIV à Napoléon Ier, ACRB éditions, 2004, 196 pages.
  • Jean-Marc Detre et Daniel Tintillier Le Commerce boulonnais en images , ABC2E éditions, 2005, 292 p.
  • Auguste Mariette, Portus Icius ; La Classis Britannica ; origines de Boulogne, éditions Christian Navarro, , 128 p. (ISBN 978-2-914909-44-0). Ouvrage sur le port d'embarquement mythique de Jules César qui, selon l'auteur, est Boulogne-sur-Mer.
  • Daniel Haigneré, Étude sur le Portus Itius de Jules César : réfutation d'un mémoire de M. de Saulcy, Boulogne-sur-Mer, éditions Christian Navarro, , 211 p. (ISBN 978-2-914909-68-6, présentation en ligne).
  • Alain Lottin, Histoire de Boulogne-sur-Mer : Ville d'art et d'histoire, Villeneuve d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, , 608 p. (ISBN 978-2-7574-0790-5)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Histoire

Infrastructures de transport

Patrimoine

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le marégraphe fait partie d'un réseau national d'observatoires marégraphiques, gérés par le Service hydrographique et océanographique de la Marine (SHOM) et du réseau mondial GLOSS. Les données sont visualisables et téléchargeables sur le portail de l'information géographique maritime et littorale de référence data.shom du SHOM. Les niveaux moyens (journaliers, mensuels et annuels) sont quant à eux disponibles sur le portail SONEL.
  2. La DREAL distingue, dans la région Nord-Pas-de-Calais, quatre grandes familles de paysages : ceux du Haut Pays, Bas Pays, Littoraux et d’interface. Ces grandes familles de paysages comprennent 21 grands paysages régionaux.
  3. Ce détroit cénozoïque s'est ouvert au Paléogène puis refermé à l'Éocène et se serait à nouveau ouvert au Quaternaire
  4. Depuis la dernière glaciation, la mer a remonté de plus de 100 m de hauteur dans cette région. Lors de la dernière déglaciation le détroit a été rouvert il y a 9 000 ans environ
  5. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Liste du maire sortant ou de la maire sortante
  9. Pour honorer l'engagement des membres du gouvernement de ne pas cumuler de mandats d'élus avec la fonction de ministre, Frédéric Cuvillier a laissé sa place de maire à Mireille Hingrez-Céréda en juillet 2012. Il a annoncé à plusieurs reprises qu'il reprendrait son poste de maire dès qu'il quitterait le gouvernement, ce qui fut le cas en avril 2014.
  10. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  11. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  12. Le nombre de 28 % donné dans l'article ne correspond pas à la définition du taux de chômage telle qu'on l'entend

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. [1] sur l'Insee.
  2. a et b Le journal d'informations de la Ville de Boulogne-sur-Mer - No 28 mars 2014, page 4, sur Calaméo, consulté le 6 avril 2014.
  3. a et b C'est l'Actu juillet 2010 sur ville-boulogne-sur-mer.fr.
  4. a et b « Distance à vol d'oiseau entre Boulogne-sur-Mer et Calais »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur lion1906.com (consulté le ).
  5. a et b « Distance à vol d'oiseau entre Boulogne-sur-Mer et Lille »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur lion1906.com (consulté le ).
  6. a et b « Distance à vol d'oiseau entre Boulogne-sur-Mer et Paris »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur lion1906.com (consulté le ).
  7. Arrondissement de Boulogne-sur-Mer sur www.pas-de-calais.gouv.fr, le 20 septembre 2011.
  8. Saveurs et savoir-faire sur www.ville-boulogne-sur-mer.fr.
  9. Port transmanche de Boulogne-sur-Mer | À découvrir sur www.portboulogne.com.
  10. a et b Boulogne-sur-Mer est devenue la capitale touristique de la Côte d’Opale sur www.boulogne-developpement.com, consulté le 9 janvier 2014.
  11. Boulogne et Saint-Martin fusionneront-ils un jour ? dans La Voix du Nord, le 22 novembre 2008.
  12. Rémi Foulon, Cuvillier dit oui au Grand Boulogne dans La Semaine dans le Boulonnais, le 30 avril 2014.
  13. Carte topographique IGN.
  14. Qualité des eaux de baignade dans le Nord-Pas-de-Calais : les résultats 2013 dans La Semaine dans le Boulonnais, le 13 juin 2013.
  15. Flash Info du 13/06/2013, diffusé sur Opal'TV.
  16. « Qualité des eaux de baignade – Boulogne-sur-Mer passe au vert ! »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur ville-boulogne-sur-mer.fr (consulté le ).
  17. « Ministère chargé de la santé - Qualité des eaux de baignade », sur baignades.sante.gouv.fr (consulté le ).
  18. Sandre, « Fiche cours d'eau - Liane (E53-0020 ) » (consulté le )
  19. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  20. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  21. « Station Météo-France « Boulogne-Sem » (commune de Humières) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  22. « Station Météo-France « Boulogne-Sem » (commune de Boulogne-sur-Mer) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  23. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le ).
  24. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Synthèse des grandes familles de paysages et des paysages régionaux qui la composent » [txt], sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  25. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Paysages des falaises d’Opale », sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  26. « Les espaces protégés. », sur le site de l'INPN (consulté le ).
  27. « Espace protégé FR1100135 - Pointe de la Crèche », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  28. « Espace protégé FR3801059 - pointe de la Crèche », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  29. « ZNIEFF 310007016 - Pointe de la Crêche et falaise entre Boulogne-sur-Mer et Wimereux », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  30. « Patrimoine géologique NPC0009 - formations kimméridgiennes et tithoniennes des falaises de la Pointe de la Crèche », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  31. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  32. « Commune urbaine - définition », sur insee.fr (consulté le ).
  33. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  34. « Unité urbaine 2020 de Boulogne-sur-Mer », sur insee.fr (consulté le ).
  35. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  36. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  37. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Boulogne-sur-Mer », sur insee.fr (consulté le ).
  38. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  39. « Les communes soumises à la loi littoral », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  40. « La loi littoral »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  41. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral », sur cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  42. Scot du Boulonnais, actualités sur www.scot-boulonnais.fr, consulté le 9 avril 2016.
  43. Gauthier Byhet, Communauté d'agglomération: Après un relooking, le plan local d’urbanisme revient dans La Semaine dans le Boulonnais, le 8 avril 2016.
  44. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique (consulté le ).
  45. Suivez le guide : Boulogne-sur-Mer, la capitale de la Côte d'Opale extrait de Midi en France diffusé sur France 3 le 15 septembre 2014.
  46. Les remparts de Boulogne-sur-Mer sur cote-dopale.com.
  47. « Boulevard Sainte-Beuve : Une des plus chics de la ville »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur La Semaine dans le Boulonnais.
  48. a et b Port de pêche de Boulogne, consulté le 15 avril 2013.
  49. a et b Axe Liane sur YouTube, le 9 novembre 2010.
  50. [PDF]Laissez-vous conter le Chemin Vert sur www.ville-boulogne-sur-mer.fr, consulté le 25 février 2013.
  51. Quartier Prioritaire : Chemin Vert sur sig.ville.gouv.fr
  52. ZUS Chemin Vert - Zone urbaine sensible de la commune Boulogne-sur-Mer sur le site officiel du syndicat général du comité interministériel des villes
  53. « Démarche & objectifs de la maison de projets »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur ville-boulogne-sur-mer.fr.
  54. Zoom sur Boulogne-sur-Mer diffusé sur TF1, le 18 novembre 2012.
  55. a b et c Comparateur de territoire sur le site de l'Insee, consulté le 3 février 2018
  56. Immobilier à Boulogne-sur-Mer dans Le Journal du Net, consulté le 18 octobre 2015.
  57. Boulogne : le projet immobilier République s'enlise faute d'investisseurs dans Nord Éclair, le 14 février 2015.
  58. Les Terrasses de la Falaise consulté le 29 janvier 2017.
  59. Sylvia Flahaut, Nausicaa affiche son ambition dans La Semaine dans le Boulonnais, le 6 novembre 2013.
  60. [PDF]Agglorama no 36 - Janvier 2017 sur agglo-boulonnais.fr.
  61. « Le calendrier »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site Louvre Lens (consulté le ).
  62. Sylvain Delage, Pourquoi les Boulonnais ne pédalent pas plus au quotidien ? dans La Voix du Nord, le 15 juin 2017.
  63. Cycleco - Location de vélos sur www.rivagespropres.fr, juillet 2013, consulté le 9 janvier 2014.
  64. « Distance à vol d'oiseau entre Boulogne-sur-Mer et Dunkerque »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur lion1906.com (consulté le ).
  65. « Distance à vol d'oiseau entre Boulogne-sur-Mer et Abbeville »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur lion1906.com (consulté le ).
  66. « Distance à vol d'oiseau entre Boulogne-sur-Mer et Arras »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur lion1906.com (consulté le ).
  67. « Distance à vol d'oiseau entre Boulogne-sur-Mer et Amiens »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur lion1906.com (consulté le ).
  68. a b et c Distance à vol d'oiseau calculée sur Google Earth
  69. « Distance à vol d'oiseau entre Boulogne-sur-Mer et Rouen »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur lion1906.com (consulté le ).
  70. « Distance à vol d'oiseau entre Boulogne-sur-Mer et Saint-Quentin »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur lion1906.com (consulté le ).
  71. « Distance à vol d'oiseau entre Boulogne-sur-Mer et Reims »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur lion1906.com (consulté le ).
  72. Megabus débarque en France sur www.americas-fr.com, le 17 avril 2012.
  73. Calais : la compagnie FlixBus lance une nouvelle ligne de bus pour Paris dans La Voix du Nord, le 10 décembre 2015.
  74. a b c et d 1er port de pêche de France sur le site des ch'tis carpistes II.
  75. a et b « Boulogne : LD Lines va suspendre totalement le trafic passagers »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur La Semaine dans le Boulonnais, .
  76. Route cyclable LF1
  77. Euroroute R1.
  78. République Française, « Inondations et coulées de boue », Journal officiel de la République française, no 264,‎ , p. 16 (lire en ligne, consulté le ).
  79. « Zonage sismique en France au 1er mai 2011 », sur La Voix du Nord (consulté le ).
  80. Base de données Tsunami du BRGM.
  81. Échelle d'intensité des Tsunamis, BRGM.
  82. Auguste de Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, 1907, p. 62 (lire en ligne sur DicoTopo) [2]
  83. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 104a
  84. Camille Jullian, Histoire de la Gaule, 1908-1926, tome III, p. 337, note 5.
  85. Albert Grenier, « Deux ports romains du Pas-de-Calais, Portus Itius et Portus Aepatiacus in Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, p. 380 (lire en ligne sur Persée) [3]
  86. a et b Ernest Nègre Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, Volume , Genève, Droz, 199, châpitre 10, p. 145, n° 2383 (lire en ligne sur Google Livres) [4]
  87. a b et c Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, Une approche linguistique du vieux-celtique continental, Errance, Collection des Hespérides, 2003 (ISBN 2-87772-237-6). pp. 82-173.
  88. Maurice Lebègue et Jacques Chaurand, Les Noms des communes du département de l'Oise, Musée de Picardie, , p. 53.
  89. « Boulogne » sur le site de DicoTopo (lire en ligne) [5]
  90. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  91. La Flandre - Villes et villages sur le site du Cntre de recherche généalogique Flandre-Artois, consulté le .
  92. Boulogne sur Mer à Buenos Aires sur Google Maps.
  93. I. Girardin, P. Mahieu et F. Defrance, « Boulogne-sur-Mer : on a visité le Musée San Martín, où a habité le libérateur de l'Argentine », sur France 3 Hauts de France, (consulté le ).
  94. Exposition de la crypte de la basilique Notre-Dame de Boulogne, 2015
  95. M. Prevost, « Arter ou Arler, architectes », dans Dictionnaire de biographie française, Tome 3, Paris, 1939, Letouzey et Ané.
  96. Yann Gobert-Sergent, Pêche, course et contrebande - Le port de Boulogne-sur-Mer de Louis XIV à Napoléon Ier consulté le 27 janvier 2011.
  97. Yann Gobert-Sergent, Pêches, course et contrebandiers. Le Port de Boulogne-sur-mer de Louis XIV à Napoléon Ier, ACRB éditions, 2004, 196 pages.
  98. Vente de mobilier aux enchères publiques
  99. Laissez-vous conter le patrimoine Publication du service animation de l'architecture et du patrimoine de la ville.
  100. FACS - Patrimoine Ferroviaire, « Les chemins de fer secondaires de France - Département du Pas-de-Calais », sur facs-patrimoine-ferroviaire.fr, (consulté le ).
  101. Les prémices de la Thalassothérapie en France.
  102. Cent ans de vie dans la région - Tome 1 : 1900-1914, La Voix du Nord éditions, 1998, p. 67.
  103. Cent ans de vie dans la région, Tome 1 : 1900-1914, éditions la Voix du Nord, 1998, page 47.
  104. Aurélie Rangognio, « Août 1905, le premier congrès international d’espéranto à Boulogne-sur-Mer », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  105. Le journal d'informations de la Ville de Boulogne-sur-Mer - No 28 mars 2014, p. 24, sur Calaméo, consulté le 5 juillet 2014.
  106. Philippe Broussard, « Première Guerre mondiale, l"odyssée des "coolies" », L'Express no 3253, semaine du 6 novembre 2013, p. 88-96.
  107. Danielle Lemaire, « Nuit et brouillard pour les juifs de Lens », dans Cent ans de vie dans la région, Tome 3 : 1939-1958, La Voix du Nord éditions, Hors série du 17 juin 1999, p. 16.
  108. Le Boulonnais dans la tourmente de Guy Bataille.
  109. http://www.cmp-cpm.forces.gc.ca/dhh-dhp/his/rep-rap/doc/cmhq/cmhq184.pdf.
  110. « HyperWar : The Victory Campaign [Chapter 14] », sur ibiblio.org (consulté le ).
  111. Frédéric Vaillant, Boulogne: où est ce mystérieux souterrain qui a permis aux Canadiens de prendre le château ? dans La Voix du Nord, le 3 septembre 2014.
  112. Le port de Boulogne après le bombardement du 15 juin 1944 sur le site du Concours National de la résistance et de la déportation, consulté le 14 décembre 2013.
  113. Emmanuelle Dupeux, 70e anniversaire de la Libération: pour se protéger des bombes, les Boulonnais dormaient dans les caves dans La Voix du Nord, le 1er septembre 2014.
  114. Ordre de la Légion d'honneur sur www.france-phaleristique.com.
  115. Olivier Merlin, Municipales : le paquebot PS peut-il échouer à Boulogne ? dans La Voix du Nord, le 3 février 2014.
  116. Usine sidérurgique Comilog sur culture.industrielle.pagesperso-orange.fr.
  117. Geneviève Hermann, « Boulogne tourne la page Comilog », sur usinenouvelle.com, .
  118. Bertrand Spiers, Face au déclin du Boulonnais, une seule alternative : le tourisme dans La Voix du Nord, le 27 avril 2015.
  119. Résultats des élections présidentielles de 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  120. Résultats des élections présidentielles de 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  121. Résultats des élections présidentielles de 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  122. Résultats des élections présidentielles de 2017 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  123. Résultats des élections présidentielles de 2022 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  124. Résultats des élections législatives de 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  125. Résultats des élections législatives de 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  126. Résultats des élections législatives de 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  127. Résultats des élections législatives de 2017 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  128. Résultats des élections législatives de 2022 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  129. Résultats des élections européennes de 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  130. Résultats des élections européennes de 2009 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  131. Résultats des élections européennes de 2014 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  132. Résultats des élections européennes de 2019 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  133. Résultats des élections régionales de 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  134. Résultats des élections régionales de 2010 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  135. Résultats des élections régionales de 2015 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  136. Résultats des élections régionales de 2021 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  137. [xls] Résultats des élections cantonales de 2001 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  138. Résultats des élections cantonales de 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  139. Résultats des élections cantonales de 2008 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  140. Résultats des élections cantonales de 2011 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  141. Résultats des élections départementales de 2015 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  142. Résultats des élections départementales de 2021 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  143. Résultats des élections référendaires de 1992 sur le site PolitiqueMania.
  144. Résultats des élections référendaires de 2000 sur le site PolitiqueMania.
  145. Résultats des élections référendaires de 2005 sur le site PolitiqueMania.
  146. « Frédéric Cuvillier : « Mon bilan à Boulogne est bon et je veux prendre le temps de le présenter » », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  147. « Denis Buhagiar désigné tête de liste de «Boulogne citoyenne et écologiste» », sur La Voix du Nord, .
  148. « Nicolas Magère sera finalement tête de liste », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  149. « La liste «Boulogne en commun» présente son programme pour les municipales », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  150. a et b « Henri Henneguelle-1983) », sur Sycomore, base de données des députés de l'Assemblée nationale.
  151. « Jean Febvay (1908-1995) », sur Sycomore, base de données des députés de l'Assemblée nationale.
  152. « Décès du maire de Boulogne-sur-Mer », Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  153. S. D., « Quand la gauche se déchire… : Nous sommes en 1995. Si le début d'année est accaparé par l'élection présidentielle, à Boulogne, les débats pour les municipales sont passionnés », La Semaine dans le Boulonnais,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  154. « Un livre hommage à Jean Muselet, le maire qui faisait sourire les Boulonnais : Ancien bras droit du patron des supermarchés PG, Bernard Harlé a écrit un livre qui raconte Jean Muselet, « l’humaniste visionnaire », à travers la saga de son entreprise. Un livre qui remuera bien des souvenirs chez tous ceux qui ont connu ce patron généreux et homme politique surprenant », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  155. Thierry Devige-Stewart, « Démission du maire de Boulogne-sur-Mer », Le Moniteur,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Maire depuis 1977, Guy Lengagne avait perdu la ville au profit de la droite en 1989. À la mort de son successeur, Jean Muselet, en 1996, Guy Lengagne avait regagné la mairie en battant le candidat officiel du PS, Dominique Dupilet ».
  156. Marc Prévost, « Portraits de grands maires : Guy Lengagne, le grand frère de la côte », Un capitaine au long cours qui a su slalomer entre les écueils d’une scène boulonnaise agitée. L’histoire retiendra de Guy Lengagne les combats électoraux d’une âme bien trempée. Le gentleman s’était fait flibustier. Un nouveau portrait dans notre série des grands maires du Nord – Pas-de-Calais, DailyNord, (consulté le ).
  157. Myriam Schelcher, « Boulogne-sur-Mer, une maire par intérim : Mireille Hingrez-Céréda (PS) est devenue hier maire de Boulogne-sur-Mer, jusqu'au retour de Frédéric Cuvillier », France 3 Hauts-de-France,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  158. « Municipales : Frédéric Cuvillier candidat à Boulogne-sur-Mer : Le ministre des transports sera tête de liste PS pour les élections municipales à Boulogne-sur-Mer, ville dont il était maire jusqu'à son entrée au gouvernement », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Mireille Hingrez-Céréda (PS), qui avait succédé à Frédéric Cuvillier après sa nomination au gouvernement, « poursuivra cette mission le temps de ma présence au gouvernement. Je serai à ses côtés », a souligné le ministre. Elu maire de Boulogne-sur-Mer en 2002 après la démission de Guy Lengagne, Frédéric Cuvillier avait été réélu dès le premier tour (71,6 % des voix) en 2008 ».
  159. Boulogne-sur-Mer : une femme à la mairie sur France 3 Nord-Pas-de-Calais, le 8 juillet 2012.
  160. Boulogne-sur-Mer : Frédéric Cuvillier reprend l'écharpe, sur France 3 Nord-Pas-de-Calais, le 6 avril 2014.
  161. « Liste des communes et des maires »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  162. « Répertoire national des maires » [txt], sur data.gouv.fr, (consulté le ).
  163. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  164. Le journal d'informations de la Ville de Boulogne-sur-Mer - No 22 novembre 2012, pages 9 à 16, sur Calaméo, consulté le 19 mai 2013.
  165. Itinéraire Boulogne-sur-Mer> Centrale nucléaire de Gravelines sur Google Maps, consulté le 12 septembre 2015.
  166. a et b Eau et assainissement sur www.agglo-boulonnais.fr, consulté le 20 mai 2013.
  167. Déchets et tri sur www.agglo-boulonnais.fr, consulté le 1er juin 2013.
  168. a b c et d « Portrait de Boulogne : repères » (consulté le )
  169. « Boulogne Les 60 ans du jumelage entre Boulogne et Zweibrücken », (consulté le )
  170. a b c d et e « https://pastel.diplomatie.gouv.fr/cncdext/dyn/public/atlas/rechercheAtlasFrance.html?criteres.collectiviteId=24007 »
  171. « À Boulogne, la rue de Folkestone évoque notre ville sœur depuis 1957 », (consulté le )
  172. « À Boulogne, la rue de Folkestone évoque notre ville sœur depuis 1957 », sur lavoixdunord.fr, La Voix du Nord, (consulté le ).
  173. Emmanuelle Dupeux, Boulogne: « L’écologie urbaine, c’est le bien-être et le bien-vivre dans la ville » dans La Voix du Nord, le .
  174. « À la ville comme à la campagne, du vert, du vert pour la "cohésion sociale" », sur Le Point, .
  175. Boulogne ville fleurie - Le Label 4 fleurs sur www.ville-boulogne-sur-mer.fr.
  176. État des lieux de la biodiversité dans les SCOT du Nord-Pas-de-Calais Observatoire régional de la biodiversité, 2014.
  177. Boulogne-sur-Mer - Villes Internet sur www.villes-internet.net, consulté le 25 mars 2017
  178. Palmarès des lycées sur www.lycee-nazareth-haffreingue.com, consulté le 17 juillet 2012.
  179. Céline Rudz, Branly deuxième lycée pro de toute l’académie dans La Voix du Nord, le 28 mars 2013.
  180. Céline Rudz, Nazareth-Haffreingue, lycée bien classé : « Il faut avoir le triomphe modeste » dans La Voix du Nord, le 2 avril 2015.
  181. Saviez-vous que Cazin avait été une des premières écoles pratiques de France ? dans La Voix du Nord, le 19 mai 2016.
  182. Lycée professionnel maritime de Boulogne - Le Portel, consulté le 2 août 2013.
  183. Le tissu économique de Boulogne bénéficie d'un bassin d'emploi dynamique avec ses étudiants, site officiel de la CAB, consulté le 2 août 2011.
  184. Marie-Caroline Debaene, Lille ne veut plus de concours de médecine à Boulogne, la faculté d’Amiens dit oui dans La Voix du Nord, le 20 mai 2017.
  185. Présentation du centre hospitalier de Boulogne-sur-Mer.
  186. Le Journal d'informations de la Ville de Boulogne-sur-Mer - N°23, janvier 2013, page 18, sur Calaméo, consulté le 3 mars 2013.
  187. Clinique CMCO Côte d'Opale - Site officiel.
  188. Le Palais de Justice sur www.tourisme-boulognesurmer.com.
  189. a et b « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice et des Libertés (consulté le ).
  190. Bertrand Spiers, Boulogne: le site judiciaire des Tintelleries pleinement opérationnel dans La Voix du Nord, le 25 juin 2014.
  191. « Le palmarès de la violence par département » [PDF], sur Le Figaro (consulté le ).
  192. « Chiffres délinquance Boulogne sur Mer (62200) », sur linternaute.com (consulté le ).
  193. Boulogne : le Chemin Vert, Marlborough et Beaurepaire placés en zones de sécurité prioritaires dans La Semaine dans le Boulonnais, le 15 novembre 2012.
  194. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  195. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  196. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Boulogne-sur-Mer (62160) », (consulté le ).
  197. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  198. Commune de Boulogne-sur-Mer - IMG1A - Population par sexe, âge et situation quant à l'immigration sur le site de l'Insee, consulté le 20 mai 2016.
  199. « Plus de 2000 motos en route pour l'Enduropale »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur La Semaine dans le Boulonnais, .
  200. Julien Delfort, « le festival de street art de boulogne remet le couvert… », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  201. Lucie Sellier, « Le premier Boulogne Geek Festival aura lieu en octobre », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  202. Jean-Luc Barre, « Le festival Innovation Mer et Littoral aura lieu en novembre, découvrez le programme », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  203. Équipement sportif sur www.ville-boulogne-sur-mer.fr.
  204. Clubs nautiques sur www.agglo-boulonnais.fr.
  205. Mickaël Tassart, « Battu 2-1 à Angers, Boulogne est relégué en National »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur La Semaine dans le Boulonnais, .
  206. Vincent Couty, La NM1, c'est pour le SOMB et le SQBB sur www.insidebasketeurope.com, le 20 mai 2017.
  207. Les sports nautiques dans l'agglomération boulonnaise sur YouTube.
  208. Boulogne-sur-Mer dans le Tour de France sur ledicodutour.perso.sfr.fr.
  209. Kevin Carmina (photogr. Olivier Caenen), « Rallye du Boulonnais: Nyls Stievenart en quête d’un doublé », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  210. 5 continents dans le Département dans La Semaine dans le Boulonnais, le 20 juin 2012.
  211. Romain Douchin, « Le stade nautique de la Liane inauguré par le ministre et prêt pour les JO… », sur La Voix du Nord, .
  212. Loïc Costet, « Paris 2024 : sept lieux par lesquels passera la flamme olympique dans le Pas-de-Calais », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  213. « Le Touquet / Boulogne-sur-Mer - La Vélomaritime / EuroVélo 4 », sur francevelotourisme.com (consulté le ).
  214. « EuroVelo 4 - Véloroute de l'Europe Centrale », sur eurovelo.com (consulté le ).
  215. Fédération française de randonnée, GR 120 : De la Flandre à la baie de Somme, Hauts-de-France, imprimerie Corlet, coll. « Topoguides », 2022 pages totales=96 (ISBN 978-2-7514-1221-9)
  216. « Le GR 121 », sur gr-infos.com (consulté le ).
  217. officielle de la Chapelle du Saint-Sang.
  218. Frédéric Vaillant, Boulonnais : Europe 1, RFM et Fun Radio sont les radios les plus écoutées dans La Voix du Nord, le 31 août 2014.
  219. Taux de chômage par zone d'emploi - Du 1er trimestre 2003 au 1er trimestre 2015 (en moyenne trimestrielle) sur le site officiel de l'INSEE, consulté le 7 septembre 2015.
  220. « Boulogne-sur-Mer - EMP2 - Emplois au lieu de travail par sexe, statut et secteur d'activité économique », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  221. « France - EMP2 - Emplois au lieu de travail par sexe, statut et secteur d'activité économique », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  222. « Boulogne-sur-Mer - EMP3 - Emplois au lieu de travail par sexe, catégorie socioprofessionnelle et secteur d'activité économique », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  223. « France - EMP3 - Emplois au lieu de travail par sexe, catégorie socioprofessionnelle et secteur d'activité économique », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  224. Romain Douchin, La criée du port de Boulogne reste la première de France dans La Voix du Nord, le 20 janvier 2017.
  225. Boulogne-sur-Mer : le port toujours leader, mais sous tension sur France 3 Nord-Pas-de-Calais, le 11 avril 2013.
  226. Présentation – Pôle de compétitivité Aquimer.
  227. a et b Historique du port de Boulogne-sur-Mer sur www.portboulogne.com.
  228. La gare maritime sur www.ville-boulogne-sur-mer.fr.
  229. Il y a vingt ans, la compagnie P&O quittait le port de Boulogne, un an après Sealink dans La Voix du Nord, le 4 janvier 2013.
  230. Céline Alia, « Évolution du trafic voyageurs sur le Transmanche » [PDF], sur atout-france.fr, .
  231. Le port et son histoire sur www.boulogne-hub.com
  232. Le nouveau terminal « Hub port » de Boulogne-sur-Mer sur www.echo62.com, le 18 septembre 2009.
  233. Un nouveau bateau Transmanche pour Boulogne? dans La Semaine dans le Boulonnais, 6 juin 2012.
  234. L. V. Vasseur, « Boulogne-sur-Mer : aspects économiques », sur persee.fr, .
  235. Proposition de résolution - Fermeture du site de la COMILOG Boulogne-sur-Mer sur le site de l'Assemblée nationale.
  236. Port de plaisance de Boulogne.
  237. SOCARENAM - Site officiel.
  238. [PDF] Le SCOT en 50 chiffres, Hôpital 1er employeur, 2010, consulté le 2 août 2011.
  239. Bou'Sol - Cap vers des échanges qui ont du sens consulté le 1er janvier 2014.
  240. « Bou’sol, la monnaie locale, s’arrête », sur La Semaine dans le Boulonnais, (consulté le ).
  241. Nausicaá - Centre national de la mer - Boulogne-sur-Mer sur NordMag.
  242. « Les sites touristiques en France » [PDF], sur veilleinfotourisme.fr (consulté le ).
  243. [PDF]Liste des communes ou groupements bénéficiant de la dénomination de commune touristique ou de groupement de communes touristiques sur le site officiel de la Direction générale de la compétitivité, de l'industrie et des services, datant de 2012, consulté le 4 août 2014.
  244. a b et c Les pôles d'excellence économiques sur www.boulogne-developpement.com.
  245. Les parcs d'activités sur www.boulogne-developpement.com.
  246. « Beffroi », notice no PA00108226, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  247. « Ancienne cathédrale Notre-Dame », notice no PA00108227, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  248. Ville de Boulogne-sur-Mer : La basilique Notre-Dame.
  249. « Château d'Aumont », notice no PA00108228, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  250. Ville de Boulogne-sur-Mer : Le Château Comtal.
  251. « Hôtel Desandrouins, dit aussi Palais Impérial », notice no PA00108232, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  252. Ville de Boulogne-sur-Mer : l'Hôtel Désandrouin ou Palais Impérial.
  253. « Abbaye et église Saint-Wilmer », notice no PA00108211, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  254. « Fontaine », notice no PA00108230, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  255. « Fontaine Louis XVI et pavillon », notice no PA00108231, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  256. « Maison du Croissant », notice no IA00059496, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  257. « Porte des Degrés », notice no PA00108234, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  258. « Porte Gayole », notice no PA00108235, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  259. « Porte Neuve », notice no IA00059458, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  260. « Porte des Dunes », notice no IA00059460, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  261. « Colonne de la Grande Armée de Boulogne », notice no PA00108449, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  262. « Église Saint-Nicolas », notice no PA00108229, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  263. « Église Saint-Vincent-de-Paul », notice no IA62000009, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  264. Cinq nouveaux monuments historiques en Nord Pas-de-Calais sur France 3 Nord-Pas-de-Calais, le 17 avril 2015
  265. « Chapelle du Saint-Sang », notice no PA00108458, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  266. Daniel Haigneré, Notre-Dame de Saint-Sang, Boulogne-sur-Mer, Victor Palmé, , 142 p. (lire en ligne).
  267. a et b « Liste des édifices labellisés « Architecture contemporaine remarquable » (ACR) », sur data.gouv.fr - Ministère de la culture (consulté le ).
  268. Articles L. 341-1 à 22 du code de l'environnement
  269. « Bilans annuel de la politique de classement des sites », sur ecologie.gouv.fr (consulté le ).
  270. Eugène Martel, Catalogue pratique de la bibliothèque de la ville de Boulogne-sur-mer, Boulogne-sur-mer, G. Hamain, , 743 p. (lire en ligne).
  271. Cent ans de vie dans la région, tome 1 : 1900-1914, éditions la Voix du Nord, 1998, page 55
  272. [PDF]Dossier de presse : Journées européennes du Patrimoine 2013 sur www.nord.gouv.fr, 2013.
  273. « Buildings du quai Gambetta », notice no EA62000003, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  274. Les buildings du Quai Gambetta sur le site de l'office du tourisme, consulté le 17 avril 2017.
  275. « Hôtel Chanlaire, puis école dite Institution Chanlaire, puis bibliothèque municipale, actuellement école d'art », notice no IA62000576, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  276. Patricia Noël (photogr. Johann Ben Azzouz), « Boulogne : les bijoux boulonnais, tellement plus qu’un cadeau de Noël », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  277. Patricia Noël, « Après Carole Bouquet, Eddy de Pretto a craqué pour un bijou boulonnais », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  278. Céline Rudz, Boulogne : Ti Pierre, nouveau venu dans la famille des géants dans La Voix du Nord, le 14 juillet 2015.
  279. Anne Leburgue, « Nausicaá fête son 15 millionième visiteur », sur La Semaine dans le Boulonnais, .
  280. [PDF] Laissez-vous conter - Le Théâtre Monsigny sur ville-boulogne-sur-mer.fr.
  281. Le journal d'informations de la Ville de Boulogne-sur-Mer - No 22 novembre 2012, page 4, sur Calaméo, consulté le 3 mars 2013.
  282. Virgine Énée, De la bobine au 3D numérique : les Stars sont fiers de fêter leur 25e anniversaire sur La Voix du Nord, le 12 septembre 2010.
  283. Romain Douchin, À Boulogne, « Les Stars » ont reçu leurs nouveaux sièges, on les a testés pour vous dans La Voix du Nord, le 8 septembre 2015.
  284. Cinéma Gaumont Cite Éurope sur Allociné.
  285. Céline Rudz, À quoi ressemblera la salle de spectacles de 3 000 places ? dans La Voix du Nord, le 22 mars 2017.
  286. a et b Cinéma - Le Boulonnais séduit les réalisateurs du 7e art sur www.ville-boulogne-sur-mer.fr, 10 février 2015, consulté le 28 février 2015.
  287. Quand Alain Resnais filmait le Boulogne des années 1960 dans "Muriel" sur France 3 Nord-Pas-de-Calais, le 2 mars 2014.
  288. Mélanie Carnot (photogr. archives municipales de Boulogne-sur-Mer), « Replongez dans le Boulogne des années 1960 avec la projection du film d’Alain Resnais », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  289. Les Tudors (saison 4, épisode 8) sur www.thetudorswiki.com.
  290. Jean-Philippe Delattre, Boulogne: tournage d'une série télé ce mardi sur la place Dalton dans La Voix du Nord, le 11 juin 2013.
  291. Emmanuelle Dupeux, Trois scènes de Tunnel viennent d'être tournées à Boulogne dans La Voix du Nord, le 19 avril 2017.
  292. Figra : « Chante ton bac d’abord », portrait d’une jeunesse boulonnaise pleine d’espoir dans La Voix du Nord, le 29 mars 2014.
  293. "Chante ton bac d'abord !", un documentaire étonnant réalisé à Boulogne-sur-Mer sur France 3 Nord-Pas-de-Calais, le 10 octobre 2014
  294. Générique de fin de film.
  295. Happy End, le film de Michael Haneke tourné à Calais, à Boulogne et à Dunkerque, est sélectionné à Cannes dans La Semaine dans le Boulonnais, le 13 avril 2017.
  296. Christophe Caron, « Tourné à Boulogne-sur-Mer, «Les Pires» sur la Croisette… pour le meilleur », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  297. Mélanie Carnot, « Un film avec Patrick Timsit et Valérie Bonneton en tournage à Boulogne », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  298. « Auguste Huguet (1822-1919) », sur wikipasdecalais.fr (consulté le ).
  299. Lucie Vidal, « Cinq idées pour un p’tit tour de remparts, dans le Nord et le Pas-de-Calais », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  300. Kearsarge, Manet, Metropolitan.
  301. Temps calme, Manet, Chicago Institut
  302. Sur la plage, Manet, Virginie.
  303. Folkestone, Manet, Philadelphie.
  304. Laissez-vous conter le cimetière de l'Est sur www.tourisme-boulognesurmer.com, décembre 2006.
  305. « Victor Planchon, Boulonnais méconnu, pionnier du cinéma », sur La Voix du Nord, .
  306. Corinne Touzet, de la gendarmerie à « Interpol » dans Nord Éclair, le 16 mai 2010.
  307. « 62160 Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).
  308. Marcel Fournet - Cygne et tourteaux : les emblèmes de Boulogne-sur-Mer.
  309. « Timbre : Aux marins perdus en mer Boulogne-sur-Mer », sur wikitimbres.fr.
  310. « Timbre : 1967 Boulogne-sur-Mer », sur wikitimbres.fr.
  311. « Timbre : 2012 Château de Boulogne-sur-Mer », sur wikitimbres.fr.
  312. « Timbre : 2014 Boulogne-sur-Mer Pas-de-Calais », sur wikitimbres.fr.