Couin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Couin
Couin
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Intercommunalité Communauté de communes des Campagnes de l'Artois
Maire
Mandat
Vincent Lacroix
2020-2026
Code postal 62760
Code commune 62242
Démographie
Gentilé Couinois
Population
municipale
96 hab. (2019 en diminution de 6,8 % par rapport à 2013)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 07′ 57″ nord, 2° 31′ 44″ est
Altitude Min. 90 m
Max. 159 m
Superficie 5,82 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton d'Avesnes-le-Comte
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Couin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Couin
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Couin
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Couin

Couin est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

La commune fait partie de la communauté de communes des Campagnes de l'Artois qui regroupe 96 communes et compte 33 193 habitants en 2018.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Couin est un petit village à une quinzaine de kilomètres à l'est de Doullens, en amont de l'Authie. À la frontière avec le département de la Somme, le territoire communal chevauche le cours de l'Authie.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Couin est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (89 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (88 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (66 %), prairies (23 %), forêts (11 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Cuin (1149) ; Coaing (1200) ; Coign (1200) ; Coig (1203) ; Cuins (1258) ; Coiing (1264) ; Coing (XIIIe siècle) ; Couwin (1545)[8].

Comme pour Coigneux, deux hypothèses sont fournies pour l'origine du nom du village :

- Given, mot celtique signifiant blanc, allusion aux côtes marneuses et leurs crêtes blanches ;

- Cavinum, cavum, en référence à la vallée profonde creusée par l'Authie[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

Une partie de cette terre était tenue de l'abbaye de Corbie (Recueils du P. Ignace, t.IV, f° 14) et l'autre dépendait de la châtellenie de Pas depuis l'année 841. Adam, seigneur de Couin, d'après une Charte de 1203, était en même temps Prévôt de Pas.

Plus tard, la seigneurie appartint à la famille de Beaufort,et enfin à celle de Landas de Louvignies, dont un des ancêtres eut la garde des fils du roi Jean à la bataille de Poitiers ().

On tient par tradition dans ce village qu'autrefois la commune était bâtie le long de la rivière qui borde le cimetière actuel là où se trouvait l'ancienne église : les guerres du XVIe siècle détruisirent toutes ces constructions, y compris le château, et l'on rebâtit la nouvelle paroisse sur le haut de la colline.

À la place de l'église primitive, on éleva une chapelle dédiée à saint Pierre qui est devenue le but d'un pèlerinage fréquenté ; la statue du saint est en pierre artistement sculptée et porte la date de 1661.

La nouvelle église de Couin a été construite à la fin du XVIe siècle, sous la domination espagnole, elle est sous le vocable de Saint-Pierre-aux-Liens (Dictionnaire Historique et Archéologique du Pas-de-Calais, 1874, tome II, pages 173 & 174)

Au cours de la Première Guerre mondiale, des soldats néo-zélandais occupent le château[10].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1983 2020 Francis Savoye   Réélu pour le mandat 2014-2020[11],[12],[13],
27 mai 2020 En cours
(au 7 février 2022)
Vincent Lacroix   Contremaître
Élu pour le mandat 2020-2026[14],[15],[16]

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[18].

En 2019, la commune comptait 96 habitants[Note 2], en diminution de 6,8 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
341315326334343346368368371
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
382365359318333289257265248
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
239246212201181170152158130
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1219091797190119126103
2015 2019 - - - - - - -
10996-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 28,4 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). De même, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 20,5 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 48 hommes pour 56 femmes, soit un taux de 53,85 % de femmes, largement supérieur au taux départemental (51,5 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[21]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ou +
2,1 
4,9 
75-89 ans
8,5 
9,8 
60-74 ans
14,9 
34,1 
45-59 ans
29,8 
24,4 
30-44 ans
14,9 
9,8 
15-29 ans
14,9 
17,1 
0-14 ans
14,9 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[22]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Économie[modifier | modifier le code]

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église et le château constituent les éléments essentiels du patrimoine bâti local.

Monument historique[modifier | modifier le code]

le château de Couin fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques par arrêté du [23],[24]. Le château a été construit en 1748 par Philippe de Landas, comte de Louvignies. Il est passé par alliance aux Sainte-Aldegonde-Noircarmes puis aux Louvencourt.

Le propriétaire actuel a entrepris de le restaurer depuis quelques années.

Les habitants du château assistaient à la messe dans une tribune donnant sur le chœur de l'église.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Pierre.
  • La statue de la Vierge.
  • La chapelle Saint-Pierre.

Autres monuments[modifier | modifier le code]

  • Le monument aux morts.
  • Le monument aux animaux victimes de guerre.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Ecu parti, émanché de gueules et d'argent.svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

parti émanché de gueules et d'argent.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Dictionnaire topographique du Pas-de-Calais : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Bibliothèque nationale de France.
  9. Notice géographique et historique réalisée par l'instituteur de Coigneux, M. Godard, 1899, Archives départementales de la Somme, Amiens
  10. Site du château.
  11. Nicolas André, « Le bilan des maires - Couin - Francis Savoye: « Nous avons dû réaliser la mise en sécurité de notre église » : Un presbytère et une église du XVIIIe siècle en pierre blanche, un château, un monument dédié aux animaux victimes de la Grande Guerre, c’est ce qui fait la renommée du village rural de près d’une centaine d’habitants. Francis Savoye, maire depuis 1983, conseiller municipal depuis 1977, gère la commune située un plateau au-dessus de Pas-en-Artois avec un bon sens de terrien. Il faut ça quand on a un budget qui se limite à près de 60 000 €. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  13. Nicolas André, « Couin (projet du maire) : « Nous préparons le dossier pour la nouvelle mairie » : La mairie est dans son jus d’après-guerre: au premier étage d’une maison de briques, un casier à tampons sur une table qui plairait à un brocanteur, des chaises en bois patinées par les années… La rénovation est une nécessité. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  14. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  15. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  16. https://www.lavoixdunord.fr/762681/article/2020-06-08/vincent-lacroix-est-le-nouveau-maire-de-couin
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  21. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Couin (62242) », (consulté le ).
  22. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  23. « Château de Couin », notice no PA00108259, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  24. « Base de données du ministère de la culture ».