Union pour un mouvement populaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Union pour un mouvement populaire (homonymie), Union populaire et UMP.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Union populaire républicaine (1919-1946).
Union pour un mouvement populaire
Image illustrative de l'article Union pour un mouvement populaire
Logo officiel
Présentation
Présidents Alain Juppé
Nicolas Sarkozy
Jean-François Copé
Fondation
Disparition
(changement de nom en Les Républicains)
Siège 238 rue de Vaugirard
75015 Paris Cedex 15
Personnages-clés Jacques Chirac
Alain Juppé
Nicolas Sarkozy
Jean-François Copé
Jean-Pierre Raffarin
François Fillon
Positionnement Droite à centre droit
Idéologie Gaullisme[1],[2],[3]
Conservatisme[3]
Libéral-conservatisme[4],[5],[6],[7]
Démocratie chrétienne[3]
Affiliation européenne Parti populaire européen
Affiliation internationale Internationale démocrate centriste et Union démocrate internationale
Adhérents 213 030 annoncés
(mai 2015)[8]
Couleurs Bleu, rouge
Site web www.u-m-p.org

L'Union pour un mouvement populaire (UMP) est un parti politique français de droite, actif de 2002 à 2015, date à laquelle il est renommé Les Républicains.

En 2002, l'Union pour la majorité présidentielle est créée dans la perspective des élections législatives. Elle devient l'Union pour un mouvement populaire — en gardant les mêmes initiales — en avec l'ambition de rassembler les différentes factions de la droite française. Elle naît ainsi de la fusion de Rassemblement pour la République (RPR), de Démocratie libérale et d'Écologie bleue en un seul parti, auquel se sont associés des partis de droite et centre droit ayant conservé leur autonomie (FRS, CNIP, Parti radical), tandis que de nombreux parlementaires de l'UDF les rejoignent. Plusieurs personnalités centristes l'ont ensuite quitté, notamment pour former l'Union des démocrates et indépendants (UDI).

L'UMP a soutenu les gouvernements nommés par Jacques Chirac entre 2002 et 2007, puis par Nicolas Sarkozy entre 2007 et 2012.

Dans l'opposition depuis 2012, l'UMP connait une succession de crises internes. Nicolas Sarkozy en redevient président en 2014 et fait adopter un changement de nom du parti, qui devient « Les Républicains » le .

Sommaire

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

Jacques Chirac, l'un des fondateurs de l'UMP.

Issue d'Alternative 2002 (mouvement de soutien à Jacques Chirac qui avait pour ambition de rassembler l'ensemble des forces de droite et du centre), l'UMP est créée le par Jacques Chirac et Alain Juppé, sur le conseil de Jérôme Monod, à la suite du premier tour de l'élection présidentielle et en vue des législatives de la même année, afin d'« unir les forces politiques de toutes les droites ». Elle se nomme d'abord « Union pour la majorité présidentielle » en signe de soutien au président de la République, mais une fois les élections terminées, ce nom perd sa raison d'être et doit donc être changé. Un débat interne a lieu afin de nommer ce nouveau parti. Alain Juppé proposa de nommer ce parti « La Maison Bleue », quand d'autres étaient partisans (les libéraux pour l'essentiel) d'une référence au Parti populaire européen et au Parti populaire espagnol, souvent cité en exemple, et proposèrent de nommer le parti « Union populaire ». Il a été choisi de conserver le sigle alors déjà bien connu des Français, mais de changer la dénomination en « Union pour un mouvement populaire », lors de son congrès fondateur le au Bourget. Alors que le RPR, DL et Écologie bleue sont dissous à l'intérieur de l'UMP, deux partis fondateurs subsistent en tant que tels: le Forum des républicains sociaux de Christine Boutin, et le Parti radical de Jean-Louis Borloo (ce parti quitte l'UMP en 2012 afin de créer l'UDI avec d'autres partis de centre-droit).

2002-2004 : les années Juppé[modifier | modifier le code]

Alain Juppé, président de l'UMP de 2002 à 2004.

Au congrès du Bourget du , Alain Juppé est élu premier président de l'UMP par 79,42 %, devant Nicolas Dupont-Aignan (14,91 %) et trois autres candidats. La participation ne s'élevait qu'à 28,79 %, avec un corps électoral composé des adhérents à jour de cotisation. Refusant d'entrer au gouvernement, le parti permet à Juppé de tenir une lutte à distance avec son principal rival à l'intérieur de sa famille politique, Nicolas Sarkozy. Les années 2003-2004 constituent l'apogée du combat féroce mené entre chiraquiens et sarkozystes. L'UMP en devient un de ses principaux théâtres. En 2004, ont lieu les premières élections depuis 2002, véritable test pour le gouvernement Raffarin et le parti. Lors des régionales (le parti ne conserve que l'Alsace et la Corse sur les 26 régions), cantonales et européennes, les résultats sont désastreux. La politique gouvernementale est sévèrement sanctionnée. En outre, Alain Juppé est rattrapé par la justice : le , à la suite de sa condamnation dans l'affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris, il donne sa démission. Jean-Claude Gaudin assure l'intérim à la tête du parti, en attendant l'élection d'un nouveau président par les adhérents.

2004-2012 : les années Sarkozy[modifier | modifier le code]

2004-2007 : la préparation de la présidentielle[modifier | modifier le code]

Le , au Bourget, élu par 85,09 % des membres du parti face à Nicolas Dupont-Aignan (9,10 %) et Christine Boutin (5,82 %), Nicolas Sarkozy devient le deuxième président de l'UMP[9]. La participation s'élevait à 53,29 %. Pierre Méhaignerie est nommé secrétaire général. Lui permettant de rivaliser à distance avec Jacques Chirac, le nouveau président de l'UMP n'a plus qu'un seul objectif en tête, à savoir l'élection présidentielle de 2007. Malgré l'échec du référendum constitutionnel de 2005, l'UMP bat tous les records d'affluence et d'adhésion. Le mouvement entreprend alors un vaste chantier de modernisation et de réflexion interne, par l'organisation d'une vingtaine de conventions thématiques entre 2005 et 2006, afin d'élaborer le programme de Nicolas Sarkozy et de l'UMP pour les échéances de 2007. Le parti abandonne à cette occasion toute référence gaulliste. Seul candidat en lice, Nicolas Sarkozy est investi candidat de l'UMP par les militants à l'élection présidentielle le . Il est élu président de la République quatre mois plus tard, avec 53,06 %, face à Ségolène Royal. Le , deux jours avant son investiture, il démissionne de la présidence du parti. Jean-Claude Gaudin, pour la deuxième fois, assure l'intérim.

2007-2012 : présidence de la République[modifier | modifier le code]

Nicolas Sarkozy, président de l'UMP de 2004 à 2007 et président de la République de 2007 à 2012.

Les élections législatives de 2007 ont lieu sur le thème de donner au président les moyens ou non de gouverner. Dès le premier tour de scrutin, le , l'UMP réalise des scores très importants, puisque 100 députés de droite sont élus contre 1 de gauche (PS). Au second tour, l'UMP l'emporte largement mais la « vague bleue » attendue n'a pas eu lieu, sûrement à cause du lancement maladroit du sujet sur la TVA sociale. À elle seule, l'UMP obtient tout de même 313 sièges sur 577, soit la majorité absolue[10]. Depuis 1978, c'est la première fois qu'une majorité se succède à elle-même.

À partir de ce moment se pose la délicate question de la succession de Nicolas Sarkozy à la tête de l'UMP. La bataille est lancée entre Patrick Devedjian, proche du président de la République, et Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre, développant une image consensuelle. À la sortie d'une réunion du bureau politique, le , Jean-Claude Gaudin affirme « [considérer] que, moralement, le président [de l'UMP] reste Nicolas Sarkozy et, par conséquent, [penser] qu'il n'est pas utile d'élire à nouveau un triumvirat comme les statuts l'exigent[11] ». Réuni le , le conseil national de l'UMP adopte à 72 % une réforme des statuts du mouvement instituant une direction collégiale de l'UMP composée d'un pôle législatif (le bureau du conseil national, animé par trois vice-présidents, Jean-Pierre Raffarin, Jean-Claude Gaudin et Pierre Méhaignerie) et d'un pôle exécutif (le secrétariat général, dirigé par Patrick Devedjian assisté de Philippe Cochet et de Dominique Paillé). À la suite des élections municipales et cantonales de 2008, Xavier Bertrand et Nathalie Kosciusko-Morizet sont nommés secrétaires généraux adjoints en lieu et place de Philippe Cochet et Dominique Paillé. Christian Estrosi les rejoint quelques semaines plus tard.

Lors des élections municipales de 2008, si à l'échelle nationale les listes étiquetées « majorité présidentielle » arrivent en tête en nombre de voix et en nombre de sièges[12], l'UMP et la droite en général perdent un certain nombre de villes importantes. Si après les élections municipales de 2001 elle contrôlait 21 villes de plus de 100 000 habitants sur 39, la droite en perd 10 et n'en gagne aucune. Quant aux cantonales, la gauche qui contrôlait déjà une majorité de départements depuis 2004, en remporte huit de plus, alors que la droite en reprend deux à l'opposition.

Le , Patrick Devedjian est nommé ministre de la Relance économique. Il démissionne aussitôt de son poste de secrétaire général. L'intérim est assuré dans un premier temps par les trois secrétaires généraux adjoints, puis confié à Xavier Bertrand jusqu'au [13], date à laquelle le conseil national désigne les nouvelles instances nationales et confirme ce dernier à ce poste. En , l'UMP lance sa campagne pour les élections européennes avec la création d'un site web[14], l'organisation d'un meeting à Rueil-Malmaison en présence de François Fillon le et le lancement de la caravane de l'Europe des Jeunes Populaires pour sillonner la France[15]. En , après sa victoire aux élections européennes, l'UMP lance une grande campagne d'adhésion et de re-adhésion pour ses adhérents.

Lors des élections régionales de 2010, l'UMP conserve l'Alsace et remporte la Réunion et la Guyane, mais perd la Corse[16].

Jean-François Copé devient secrétaire général de l'UMP le 17 novembre 2010, à la suite du retour de Xavier Bertrand au gouvernement. Les responsables de l'UMP décident de ne pas organiser de primaire pour la présidentielle de 2012[17], malgré le souhait de certaines personnalités[18], et de soutenir la candidature de Nicolas Sarkozy pour un second mandat. Le 2 mai 2012, entre les deux tours de scrutin, Jean-François Copé propose la création de « mouvements » internes au parti afin d'éviter un éventuel éclatement du parti en cas d'échec à la présidentielle[19], tournant le dos selon certains observateurs au schéma du courant unique au service du Président[20]. Il se déclare favorable à la mise en place d'un système de primaires pour l'UMP en 2017[21].

2012-2014 : succession de crises internes[modifier | modifier le code]

Après la défaite de Nicolas Sarkozy à l'élection présidentielle de 2012, l'UMP organise le renouvellement de sa direction, ce qui aboutit à la première crise majeure du mouvement.

Départ des radicaux et de certains centristes fondateurs[modifier | modifier le code]

Les membres du Parti radical de Jean-Louis Borloo reprennent leur indépendance. Le , une assemblée constituante officialise la création de l'Union des démocrates et indépendants (UDI), qui regroupe le Parti radical et divers partis de centre-droit (tels que le Nouveau Centre ou l'Alliance centriste), restés indépendants de l'UMP. Ils sont soutenus par Valéry Giscard d'Estaing et Simone Veil, puis, après le scrutin UMP du 18 novembre, par Pierre Méhaignerie, secrétaire général de l'UMP de 2004 à 2007.

Congrès de novembre 2012[modifier | modifier le code]

Jean-François Copé (à gauche) et François Fillon (à droite) revendiquent chacun la victoire à la présidence de l'UMP en novembre 2012.

L'élection du président de l'UMP par les adhérents est prévue pour le . Les candidatures doivent être parrainées par au moins 3 % des adhérents à jour de cotisation, soit 7 924 parrains, dans au moins 10 fédérations différentes[22]. Cette règle de parrainage est un obstacle pour certains candidats, malgré l'autorisation d'accès au fichier des adhérents donnée par la CNIL, et cause le retrait de Dominique Dord en faveur de François Fillon[23],[24]. C'est pourquoi Bruno Le Maire, Nathalie Kosciusko-Morizet, Henri Guaino puis François Fillon demandent au secrétaire général, Jean-François Copé, de faciliter « l'accès » aux signatures des militants[25],[26],[27]. Finalement, seuls François Fillon et Jean-François Copé restent en lice le 18 septembre, en annonçant respectivement 47 000 et 46 000 parrainages[28],[29]. Aucun autre candidat n'atteint le nombre de parrainages requis et Xavier Bertrand, qui affirme pourtant avoir 8 000 parrainages, renonce[30],[31].

La campagne officielle dure deux mois (du 18 septembre au 18 novembre). François Fillon possède une large avance dans les sondages qui portent sur les sympathisants et de nombreux parlementaires et cadres du parti se rallient à lui[32]. Jean-François Copé se présente quant à lui comme le « candidat des militants » contre celui des « barons » et se prononce pour une « droite décomplexée » ; pendant la campagne, il introduit des thèmes tels que le racisme antiblanc[33],[34],[35],[36].

Le vote du 18 novembre voit une participation record avec notamment d'importantes files d'attentes et des soupçons d'irrégularités[37]. Les résultats sont beaucoup plus serrés que prévu et, dans la nuit, les deux camps proclament leur victoire à moins de 20 minutes d'intervalle[38]. Le 19 novembre, Patrice Gélard, le président de la Commission d'organisation et de contrôle des opérations électorales (COCOE), proclame Jean-François Copé vainqueur avec 50,03 % des suffrages. Mais les partisans de François Fillon contestent cette décision, tandis que la Commission nationale des recours, le 26 novembre, annonce à son tour la victoire de Jean-François Copé avec 50,28 % des voix. François Fillon annonce alors la création d'un groupe parlementaire dissident, le Rassemblement-UMP. Le 17 décembre, après un mois de confusion, les deux candidats concluent un accord prévoyant une nouvelle élection en septembre 2013 et la dissolution de groupe filloniste. De peur de voir les tensions internes ravivées et la situation financière du mouvement aggravée, le bureau politique décide finalement de solliciter les adhérents sur le report du scrutin à novembre 2015, soit à la fin initiale du mandat de Jean-François Copé. Les 28, 29 et 30 juin 2013, lors d'un congrès extraordinaire, les adhérents de l'UMP votent en faveur de ce report.

Lors du congrès de 2012, parallèlement à l'élection du président de l'UMP, les militants devaient se prononcer sur une nouvelle charte des valeurs, qui a finalement été approuvée par 96,10 % des suffrages, et sur l'adoption de « motions ». Parmi les six en lice, cinq dépassent les 10 % des suffrages exprimés et sont donc habilitées à se constituer en mouvements au sein de l'UMP :

Présidence de Jean-François Copé[modifier | modifier le code]

À l'été 2013, la question de l'« inventaire » du quinquennat de Nicolas Sarkozy fait débat au sein du parti. Cet exercice critique est notamment demandé par les proches de François Fillon, qui annonce son intention de se présenter à la primaire prévue en 2016, se posant ainsi en concurrent de l'ancien président de la République[39]. D'abord réticent à cette idée, Jean-François Copé accepte finalement cette proposition, à la condition qu'il s'agisse d'un travail court et ne tournant pas à une critique personnelle de Nicolas Sarkozy[40]. L'Association des amis de Nicolas Sarkozy ne voit pas pour sa part l'intérêt d'un inventaire et préfère mettre l'accent sur l'opposition à François Hollande[41]. Une « convention » d'une demi-journée a finalement lieu au siège de l'UMP le , en l'absence de plusieurs figures notables du parti[42].

Début 2014, une haute autorité présidée par la juriste Anne Levade est créée afin d'organiser les primaires de l'UMP en 2016. Elle compte cinq anciens ministres membres de l'UMP (Christine Albanel, Françoise de Panafieu, Dominique Perben, Jacques Toubon - deux anciens ministres de la Justice - et Nicole Catala) ainsi que quatre juristes indépendants (outre Anne Levade, Jean-Claude Magendie, ancien premier président de la Cour d'appel de Paris, Bernard Maligner, ingénieur CNRS et spécialiste du droit électoral et Pierre Steinmetz, ex-membre du Conseil constitutionnel)[43].

Lors des deux premières années de la présidence Hollande, l'UMP dénonce la hausse continue du nombre de chômeurs alors que le président de la République avait promis l'« inversion de la courbe du chômage », et critique les hausses d'impôts décidées par le gouvernement Ayrault ainsi que l'important déficit budgétaire, le gouvernement n'étant pas parvenu à le ramener à 3 % du PIB. Au printemps 2013, une grande partie de l'UMP milite contre l'ouverture du mariage aux couples de personnes de même sexe.

Les élections municipales de mars 2014 permettent à l'UMP d'obtenir de bons résultats, Jean-François Copé parlant même de « vague bleue » avec 139 villes de plus de 10 000 habitants gagnées par la droite[44]. La campagne pour les élections européennes de mai 2014 voit en revanche des dissensions importantes apparaître entre les pro-européens et les eurosceptiques de l'UMP, Alain Juppé demandant même à Henri Guaino de quitter le parti en raison de ses positions eurosceptiques[45]. Simultanément, l'affaire Bygmalion, concernant notamment la gestion des finances du parti, ravive les tensions entre partisans de Jean-François Copé et ceux de François Fillon[46],[47]. Le , l'UMP arrive deuxième au niveau national (20,80 %, 20 sièges), derrière le Front national (24,85 %, 24 sièges) mais largement devant le Parti socialiste (13,98 %, 13 sièges)[48]. Le lendemain du scrutin, Jérôme Lavrilleux, bras droit de Jean-François Copé et nouvellement élu député européen, reconnaît avoir eu un rôle central dans l'affaire Bygmalion, incluant également la campagne de soutien à Nicolas Sarkozy lors de l'élection présidentielle de 2012[49]. À l'issue d'un bureau politique houleux tenu le , Jean-François Copé ainsi que tous les membres de la direction du parti annoncent leur démission, effective le [50].

Direction collégiale provisoire[modifier | modifier le code]

Le , le bureau politique de l'UMP désigne Luc Chatel comme secrétaire général de l'UMP et le place sous l'autorité d'un « triumvirat » constitué des trois anciens Premiers ministres François Fillon, Alain Juppé et Jean-Pierre Raffarin[51]. Le préfet Jacques Laisné est nommé trésorier, en remplacement de Catherine Vautrin[52]. Éric Cesari, un proche de Nicolas Sarkozy, directeur général de l'UMP depuis 2008, est suspendu de ses fonctions le 15 juin, puis remplacé par Philippe Gustin, un proche de Luc Chatel[53]. Un congrès est convoqué les 29 novembre et 6 décembre 2014 par voie électronique, afin d'élire une nouvelle direction[54], la date limite de réception des candidatures étant fixée au mardi 30 septembre 2014. Hervé Mariton et Bruno Le Maire annoncent séparément leur candidature à la présidence et font campagne.

En politique étrangère, dans le contexte de reprise du conflit israelo-palestinien et de massacres perpétrés au Kurdistan irakien, la direction provisoire de l'UMP prend l'initiative le 13 août 2014, dans une lettre ouverte au président de la République François Hollande, affirmant que « la politique étrangère française oscille au Proche-Orient entre passivité et suivisme », et lui demandant « la réunion sans délai d'un conseil européen extraordinaire » afin de décider d'une intervention européenne au Proche-Orient[55]. Ces critiques sont à leur tour critiquées par le ministre Laurent Fabius[56].

Congrès de novembre 2014[modifier | modifier le code]

Fin septembre 2014, Nicolas Sarkozy annonce sa candidature à la Présidence de l'UMP. La campagne officielle l'oppose à Hervé Mariton et Bruno Le Maire. Le 29 novembre 2014, il est élu président avec 64,50 % des votes, contre 29,18 % pour Bruno Le Maire et 6,32 % pour Hervé Mariton.

2014- 2015 : retour de Nicolas Sarkozy et création d'un nouveau parti[modifier | modifier le code]

Nicolas Sarkozy prend ses fonctions le 2 décembre suivant[57]. Le 4 décembre, Nathalie Kosciusko-Morizet devient la numéro 2 du parti, en tant que vice-présidente[58] et Laurent Wauquiez no 3, comme secrétaire général. Christian Estrosi devient président de la commission nationale d'investitures, Valérie Pécresse, coordinatrice pour les élections régionales, Éric Doligé, coordinateur pour les élections départementales[59], Luc Chatel et Brice Hortefeux, conseillers politiques, Éric Ciotti, secrétaire général adjoint aux fédérations, Gérald Darmanin, secrétaire général adjoint aux élections, Sophie Primas, secrétaire générale adjointe aux adhésions, Édouard Courtial, secrétaire général adjoint à la formation et Isabelle Le Callennec et Sébastien Huyghe, portes-paroles[60].

Nicolas Sarkozy rembourse dès le 3 décembre à l'UMP la somme de 363,615 euros correspondant à l'amende infligée par la Commission des comptes de campagne et qui avait été avancée par la trésorerie du parti[61]. Néanmoins, l'ancien président de l'UMP, Jean-François Copé, ainsi que l'ancienne trésorière, Catherine Vautrin, sont mis en examen début février 2015 pour « abus de confiance », suite au paiement initial de cette amende par l'UMP[62].

Nicolas Sarkozy avait déclaré, pendant la campagne pour la présidence de l'UMP, vouloir changer le nom et les statuts du parti. C'est la dénomination « Les Républicains » qui est proposée[63]. Ce nom est d'abord critiqué par les partis concurrents pour le coût estimatif[64], pour ses références, mêmes fortuites, au Parti républicain américain[65] et au parti allemand Les Républicains[66],[67], ou encore pour l'appropriation potentielle de la valeur « République » revendiquée également par d'autres partis[68]. Malgré des critiques exprimées également au sein de l'UMP[69], le nom proposé est accepté à l'unanimité moins une abstention lors de la réunion du bureau politique du [70].

À la demande de responsables du parti, Nicolas Sarkozy accepte de le soumettre au vote électronique des adhérents le 28 mai 2015, séparément du vote sur les statuts[71]. Les nouveaux statuts proposés, dans leur article 1 indiquent : « il est fondé entre les personnes physiques adhérant aux présents statuts un parti politique dénommé « les Républicains », ci-après désigné le Mouvement ». Le 29 mai 2015, Nicolas Sarkozy annonce que l' UMP devient officiellement « Les Républicains »[72].

Historique des dirigeants[modifier | modifier le code]

Présidents[modifier | modifier le code]

Nom Dates du mandat Notes
Alain Juppé in Washington DC.jpg Alain Juppé 17 novembre 2002 16 juillet 2004 Élu au Congrès de 2002 premier dirigeant du parti. Il est confronté aux mauvais résultats obtenus par l'UMP aux élections régionales (la droite ne conservant que deux régions sur vingt-six) et européennes de 2004. La déclaration de son inéligibilité en 2004 le conduit à quitter ses fonctions. Jean-Claude Gaudin assure l'intérim du au .
Flickr - europeanpeoplesparty - EPP Summit October 2010 (105).jpg Nicolas Sarkozy 28 novembre 2004 14 mai 2007 Le 1er septembre 2004, Nicolas Sarkozy déclare officiellement sa candidature à la présidence de l'UMP à la suite de la démission d'Alain Juppé. Jacques Chirac avait néanmoins mis Nicolas Sarkozy en demeure de choisir entre ce dernier poste et le ministère. Après avoir choisi de prendre la tête de l'UMP, Nicolas Sarkozy fera tout de même son retour au gouvernement en 2005, tout en conservant la présidence du parti. Il quitte ses fonctions le 14 mai 2007, la veille d'être investi président de la République. Jean-Claude Gaudin assure une seconde fois l'intérim jusqu'au . Il ne connaîtra pas de successeur direct, Nicolas Sarkozy souhaitant que la fonction de président soit « gelée » pendant son mandat présidentiel.
Vacance de la présidence de l'UMP de 2007 à 2012
(le secrétaire général est à la tête du parti)
UMP regional elections Paris 2010-01-21 n2 (cropped).jpg Jean-François Copé 19 novembre 2012 15 juin 2014 À la suite de la défaite de Nicolas Sarkozy à l'élection présidentielle de 2012, l'élection du nouveau président de l'UMP a lieu le  ; les adhérents peuvent ainsi élire leur président, la dernière élection pour cette fonction remontant à 2004. Jean-François Copé est élu de justesse face à l'ancien Premier ministre François Fillon. Ce dernier et ses partisans contestent les résultats du scrutin et créent un groupe parlementaire distinct du groupe UMP à l'Assemblée nationale. Un accord est finalement trouvé le mois suivant et Jean-François Copé reste à la tête du parti. Il démissionne en , à la suite d'un scandale concernant le financement de l'UMP à l'occasion de l'élection présidentielle de 2012.
Direction collégiale de l'UMP de juin à novembre 2014
(Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin, François Fillon)
Flickr - europeanpeoplesparty - EPP Summit October 2010 (105).jpg Nicolas Sarkozy 2 décembre 2014 30 mai 2015 Nicolas Sarkozy est élu président de l'UMP par les adhérents à 64,50%, face à Bruno Le Maire (29,18% ) et Hervé Mariton (6,32%).

Vice-présidents[modifier | modifier le code]

Nom Dates du mandat Notes
Jean-Claude Gaudin-IMG 3402.jpg Jean-Claude Gaudin 17 novembre 2002 14 mai 2007 Élu au Congrès de 2002 vice-président d'Alain Juppé, reste à son poste quand Nicolas Sarkozy lui succède. Exerce l'intérim de la présidence en 2004, puis en 2007, jusqu'à ce que la présidence soit suspendue.
Vacance de la vice-présidence exécutive de 2007 à 2012
(Jean-Pierre Raffarin, Jean-Claude Gaudin et Pierre Méhaignerie sont vice-présidents du Conseil-national du parti)
Luc Chatel.jpg Luc Chatel 19 novembre 2012 15 juin 2014 Élu lors du congrès de 2012 sur le même ticket que Jean-François Copé et Michèle Tabarot. À la suite de l'accord trouvé entre François Fillon et Jean-François Copé, il devient vice président délégué le 15 janvier 2013. Des « vice-présidents » sont alors nommés.
Vice-présidents nommés en janvier 2013 :
Laurent Wauquiez, Jean-Claude Gaudin, Christian Estrosi, Brice Hortefeux, Roger Karoutchi, Gérard Longuet et Henri de Raincourt.
Vice-présidents nommés en février 2013 :
Hubert Falco, Rachida Dati, Hervé Gaymard, Christian Kert, Jean-François Lamour, Jean-Paul Fournier, Jean-Pierre Audy, Guillaume Peltier, Jean Leonetti, Thierry Mariani, Patrick Ollier et Bernard Perrut.
Nathalie Kosciusko-Morizet - Portrait 2012.jpg Nathalie Kosciusko-Morizet 4 décembre 2014 30 mai 2015 Nommée par Nicolas Sarkozy après son élection à la tête de l'UMP.

Secrétaires généraux[modifier | modifier le code]

Nom Dates du mandat Notes
Philippe Douste-Blazy - Sarkozy's meeting in Toulouse for the 2007 French presidential election 0164 2007-04-12.jpg Philippe Douste-Blazy 17 novembre 2002 28 novembre 2004 Élu avec Alain Juppé au congrès de 2002, il est remplacé quand Nicolas Sarkozy devient président du parti.
Pierre Méhaignerie.jpg Pierre Méhaignerie 28 novembre 2004 25 septembre 2007 Le 7 juillet 2007, la fonction de président de l'UMP étant gelée, le secrétaire général devient le nouveau dirigeant du parti.
UMP regional elections IlM 2010-02-18 n05.jpg Patrick Devedjian 25 septembre 2007 5 décembre 2008 D'abord secrétaire général adjoint, Patrick Devedjian devient secrétaire général de l'UMP en 2007 jusqu'à sa nomination le au ministère chargé de la Mise en œuvre du plan de relance.
Xavier.Bertrand.jpg Xavier Bertrand 8 décembre 2008 17 novembre 2010 Après l'entrée de Patrick Devedjian au gouvernement, il est nommé secrétaire général par intérim de l'UMP, le 8 décembre 2008. Il quitte le gouvernement Fillon lors du remaniement du 15 janvier 2009, prend la tête de l'UMP le 24 janvier suivant. Lors de la formation du gouvernement Fillon III, le 14 novembre 2010, il devient ministre du Travail, de l'Emploi et de la Santé, et démissionne du secrétariat général de l'UMP trois jours plus tard.
UMP regional elections Paris 2010-01-21 n2 (cropped).jpg Jean-François Copé 17 novembre 2010 19 novembre 2012 Le 17 novembre 2010, Jean-François Copé devient secrétaire général de l'UMP en remplacement de Xavier Bertrand, nommé au gouvernement.
Michèle Tabarot.jpg Michèle Tabarot 19 novembre 2012 15 juin 2014 Élue lors du congrès de 2012 sur le même ticket que Jean-François Copé et Luc Chatel. Le 15 janvier 2013, Valérie Pécresse est nommée secrétaire générale déléguée et Marc-Philippe Daubresse secrétaire général adjoint.
Luc Chatel.jpg Luc Chatel 15 juin 2014 4 décembre 2014 Désigné le 10 juin 2014, sur proposition d'Alain Juppé, François Fillon et Jean-Pierre Raffarin.
L Wauquiez13.jpg Laurent Wauquiez 5 décembre 2014 30 mai 2015 Nommé le 5 décembre 2014 par Nicolas Sarkozy.

Fondements idéologiques[modifier | modifier le code]

Dans sa « Charte des valeurs »[73], l'UMP se donne pour but de donner à la politique française un « souffle nouveau » et d'enrayer « la montée [de la] méfiance à l'égard de la politique ». Ses mots d'ordre : « écouter les citoyens, agir avec eux et pour eux ».

La doctrine de l'UMP déclare qu'il faut laisser libre cours au « destin individuel de la personne » qui dépasse le « déterminisme social ». L'UMP « [rejette] les systèmes qui étouffent la liberté (économique) en cherchant à tout encadrer ». Le travail, le mérite et l'innovation doivent être encouragés, afin de mener la France vers la reprise de la croissance et la baisse du chômage. Cette liberté ne doit cependant pas être comprise comme un égoïsme : « La liberté ouvre la voie à la générosité ». Pour faire respecter cette liberté, un respect strict de la loi est nécessaire : « L'autorité de l'État et la justice doivent assurer que chacun réponde de ses actes ».

L'UMP se déclare très attachée à la solidarité : « l'État est là pour que soit garantie la protection sociale à laquelle les Français sont légitimement attachés ». Néanmoins, la solidarité se doit de « respecter l'individu » et « ne (…) pas se transformer en assistanat ». Elle se limite essentiellement aux domaines des services publics, de l'égalité entre les territoires, du soutien des familles et de l'école de la République, laquelle doit « permettre à ceux que leurs mérites distinguent, d'exercer les responsabilités les plus élevées ».

Enfin, l'UMP affirme sa fierté pour la nation française, tout en définissant son horizon dans la construction européenne, synonyme de « paix » mais aussi d'« élargissement [des] perspectives ». L'Europe ne doit pas se réduire à la seule coopération économique : elle doit « permettre [à ses membres] d'avoir plus de poids » dans le contexte de la mondialisation, tout en faisant en sorte que « chaque pays conserve son identité ».

Courants de pensée internes[modifier | modifier le code]

La création de l'UMP s'est voulue être le grand rassemblement des forces politiques de la droite et du centre. Afin de permettre aux différentes familles qui la composent de s'exprimer en son sein, les statuts de l'UMP prévoient la possibilité de créer des courants internes appelés « mouvements ». L'un des buts de ces mouvements était de favoriser l'émergence d'un débat interne riche et d'éviter que l'UMP, à l'instar du RPR de Jacques Chirac, ne se transforme en un parti avant tout organisé pour favoriser la victoire politique de son leader.

Cette création n'a toutefois pas lieu pendant longtemps. Dans un premier temps, Alain Juppé a été contraint de la repousser, Jacques Chirac, entre autres, y voyant un risque de recréer au sein de l'UMP une « guerre des chefs » telle que l'UDF l'a connue pendant plus de 30 ans entre libéraux et démocrates chrétiens et les multiples chapelles qui naquirent au sein de ces deux familles. De plus, les courants qui se dessinaient à l'époque reprenaient presque à l'identique les contours des anciens partis, ce qui aurait pu donner un argument à ceux qui dénonçaient (notamment au sein de l'UDF demeurée indépendante) le caractère artificiel de la nouvelle formation. Ce report devint très rapidement définitif, la peur des chiraquiens se fondant rapidement sur les conséquences que pourrait avoir la création d'un courant sarkozyste à vocation majoritaire. Lors de son élection à la présidence de l'UMP, Nicolas Sarkozy prit l'engagement de favoriser l'émergence de ces courants, bien des militants s'estimant quelque peu « floués » par rapport aux engagements qui avaient prévalu lors de la création de l'UMP. Mais devant le nombre de ralliements très important autour de son nom (devenant très largement majoritaire, il n'avait plus lui-même l'utilité de rassembler ses partisans au sein d'un courant, qui serait au contraire devenu exclusif pour les autres) et la difficulté pour certaines familles, comme celles des centristes ou des gaullistes, à se structurer sans démontrer par là même une déliquescence certaine, ce projet ne sera pas concrétisé.

L'expression des différentes tendances internes à l'UMP n'en existe pas moins. Elle se traduit à travers plusieurs clubs, associations, voire partis politiques associés, qui regroupent des élus et/ou des militants. À l'exception des partis associés (PCD, CNI, et jusqu'en 2011 le Parti radical), ces différentes structures n'ont cependant aucune reconnaissance en termes de démocratie interne, bien que l'UMP les subventionne pour la plupart. Il est également à noter que certaines grandes familles comme les néo-gaullistes (« chiraco-villepinistes ») ne s'appuient sur aucune structure formelle, mais n'en ont pas moins une très forte influence grâce à leurs leaders.

Arrivé au secrétariat général de l'UMP en 2010, Jean-François Copé décide d'appliquer les statuts et de permettre le dépôt de déclarations de principe par les courants. Ceux dont la déclaration de principe, parrainée par au moins dix parlementaires membres d'au moins dix fédérations départementales, obtient au moins 10 % des suffrages exprimés lors du congrès sont en effet officiellement reconnus et peuvent peser plus fortement au sein des instances dirigeantes de l'UMP. Ils disposent en outre d'une autonomie financière grâce à une dotation annuelle fixe et à une dotation annuelle proportionnelle aux suffrages obtenus. L'ensemble des sommes versées aux courants est limitée à 30 % du montant de l'aide publique annuelle versée par l'État à l'UMP. Une partie du financement de la formation politique revient donc directement aux courants qui en feront un usage libre[74]. Le premier congrès à appliquer cette organisation en courant est celui du 18 novembre 2012. Quelques courants s'étaient déjà formés et structurés au cours du quinquennat de Nicolas Sarkozy, tels la Droite populaire ou la Droite sociale en 2010. D'autres groupements plus anciens, jusqu'ici associations ou partis associés à l'UMP, comme Le Chêne ou Les Réformateurs, apparaissent très vite comme ayant vocation à devenir des courants reconnus. À l'approche du congrès de novembre 2012, de nombreux autres courants voient le jour, dans le but de déposer une déclaration de principe ou de soutenir un candidat à la présidence du parti[75].

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élections présidentielles[modifier | modifier le code]

Année Candidat 1er tour 2nd tour
Voix % Rang Voix % Rang
2007 Nicolas Sarkozy 11 448 663 31,18 1er 18 983 138 53,06 élu
2012 Nicolas Sarkozy 9 753 629 27,18 2e 16 865 340 48,36 2e

Élections législatives[modifier | modifier le code]

Année 1er tour 2e tour Sièges Gouvernement
Voix % Rang Voix % Rang
2002 8 408 023 33,30 % 1er 10 029 669 47,26 % 1er
358 / 577
Raffarin II (2002-2004) et III (2004-2005), de Villepin (2005-2007) et Fillon I (2007)
2007 10 289 028 39,54 % 1er 9 463 408 46,37 % 1er
313 / 577
Gouvernements Fillon II (2007-2010) et III (2010-2012)
2012 7 037 268 27,12 % 2e 8 740 628 37,95 % 2e
194 / 577
Opposition

Élections régionales[modifier | modifier le code]

Date Voix 1er tour % Élus Présidents
2004
2 / 26
2010[76] 5 066 942 26,02
340 / 1 749
3 / 26

Élections départementales[modifier | modifier le code]

Année 1er tour 2nd tour Conseillers Présidents
% Rang % Rang
2004 20,95 2e 27,22 2e
468 / 2 034
37 / 100
2008 23,57 2e 26,80 2e
514 / 2 020
30 / 100
2011 16,97 2e 20,00 2e
369 / 2 026
27 / 101
2015[77] 6,57 1er 8,64 1er
1 080 / 4 108
44 / 101

Élections municipales[modifier | modifier le code]

Élection Score au 1er tour Score au 2nd tour Villes + 100 000 hab
2008
11 / 40
2014
20 / 41

Élections européennes[modifier | modifier le code]

Année  % Sièges Rang Groupe
2004 16,64
17 / 74
2e PPE-DE
2009a  27,88
24 / 74
1er PPE
2014 20,80
20 / 74
2e PPE

a Liste commune avec le NC (3 sièges) et la GM (2 sièges).

Organisation interne[modifier | modifier le code]

Direction nationale[modifier | modifier le code]

Décembre 2014 - Mai 2015 :

Nommés par le bureau politique sur proposition du président de l'UMP, « les secrétaires nationaux sont responsables de l'activité et de la réflexion de l'Union » (article 22 des statuts de l'UMP) dans leurs domaines respectifs. Ils doivent rendre compte de leurs travaux auprès du bureau politique et, au moins une fois par an, devant le conseil national. On peut retrouver leur liste complète sur le site officiel de l'UMP[78].

Instances collégiales de direction[modifier | modifier le code]

Les trois principales instances collégiales de direction de l'UMP sont le congrès, le conseil national et le bureau politique. Le congrès est l'assemblée générale de l'UMP, composée de l'ensemble des adhérents du parti. C'est lui qui désigne le candidat que soutient l'UMP à chaque élection présidentielle. Le conseil national, présidé par le président de l'UMP, est composé de conseillers nationaux élus par les adhérents. Le bureau politique est chargé d'assurer la direction de l'UMP entre les sessions du conseil national. Le président ou un quart de ses membres peuvent le réunir et définir de l'ordre du jour. Les décisions sont prises à la majorité, à condition qu'il y ait au moins la moitié des membres présents. Il est composé des principaux dirigeants du mouvements (président, vice-président, secrétaire général, trésorier, conseillers politiques, secrétaires nationaux, membres élus par le conseil national)[79].

Outre le conseil national et le bureau politique, il existe six autres instances nationales de l'UMP :

  • la commission des sages, qui comprend les « anciens présidents et secrétaires généraux de l'Union, les présidents des anciens partis politiques représentés à l'Union, huit personnalités choisies par les groupes parlementaires pour leur ancienneté » (art. 36 des statuts) ;
  • la commission nationale d'investiture, chargée de préparer les investitures des candidats UMP pour les élections législatives, sénatoriales, européennes, territoriales et municipales (dans les villes de plus de 30 000 habitants), investitures qu'elle soumet ensuite au conseil national ;
  • la commission nationale des recours (CNR ou CoNaRe) « formée de neuf membres, élus par le conseil national » (art. 30 à 35 des statuts) ;
  • la commission d'organisation et de contrôle des opérations électorales (COCOE), chargée de préparer et d'organiser toutes les élections internes à l'UMP, de s'assurer de la régularité des votes, de valider les candidatures et de veiller à l'égalité des candidats dans le déroulement des opérations de propagande et des opérations de vote (art. 29 des statuts);
  • la commission de contrôle de gestion financière ;
  • la commission permanente des statuts.

Fédérations locales[modifier | modifier le code]

Les fédérations départementales de l'UMP sont organisées dans chaque département autour d'un président du conseil départemental, d'un secrétaire départemental et d'un responsable département des jeunes.

Structures spécialisées[modifier | modifier le code]

Les Jeunes Populaires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Jeunes Populaires.

L'UMP a une branche pour les jeunes de 16 à 30 ans, les Jeunes Populaires ou Jeunes de l'UMP.

Les Jeunes Populaires rassemblent tous les adhérents UMP âgés de 16 à 29 ans. Le mouvement a, à sa tête, un président élu pour deux ans. Tous les adhérents de l'UMP de moins de 30 ans sont inscrits automatiquement chez les Jeunes Populaires. Une fois le cap des 30 ans atteint, les adhérents sont radiés du mouvement de jeunesse.

Son fonctionnement repose sur une organisation décentralisée. Ce fonctionnement est confirmé en 2004 avec l'établissement de statuts garantissant l'élection du président des Jeunes Populaires par les conseillers nationaux des Jeunes Populaires (CNJP), eux-mêmes élus par l'ensemble des adhérents.

Au niveau local cependant, les responsables départementaux jeunes (RDJ) sont nommés par le président des Jeunes Populaires en accord avec le secrétaire départemental de la fédération UMP. Un responsable départemental ne peut donc être nommé si le parti ne le souhaite pas. Inversement, le RDJ ne peut pas être nommé sur ordre du secrétaire départemental. Dans la réalité, il s'agit le plus souvent d'un accord entre les parties.

Les Jeunes Populaires ne revendiquent pas leur autonomie par rapport au parti. Fabien de Sans Nicolas déclara : « Je me suis toujours battu pour que la tentation d’autonomie ne l’emporte pas. Vous aspirez tous à avoir des responsabilités à l’UMP. »

Les Jeunes Actifs[modifier | modifier le code]

Les Jeunes Actifs sont une autre antenne de l'UMP pour laquelle l'appartenance n'est pas liée à une tranche d'âge spécifique, mais plutôt au fait d'exercer une activité professionnelle. L'association a été créée par François Guéant dans le courant de l'année 2005 et elle est présidée par Gilles Laborde[80] de 2008 à 2010.

Siège du parti[modifier | modifier le code]

Le siège de l'UMP se situe à Paris. Entre 2002 et 2011, il est domicilié au 55 rue La Boétie (8e arrondissement). Il déménage en 2011 au 238 rue de Vaugirard (15e arrondissement). Cette acquisition, permettant une économie de coûts de fonctionnement, s'élève à 40 millions d'euros (19 millions d'euros pour acheter le bâtiment, 21 pour le réhabiliter) et est financée en majeure partie par un emprunt de 32 millions d'euros contracté sur une période de 13 ans et demi[81].

Nombre d'adhérents[modifier | modifier le code]

  • Au 5 janvier 2007 : environ 335 000 adhérents à jour de cotisation (le parti aurait enregistré plus de 200 000 nouvelles adhésions depuis que Nicolas Sarkozy en était devenu le président).
  • Au 31 décembre 2007 : environ 370 000 adhérents
  • Au 7 novembre 2008 : environ 256 000 adhérents
  • Au 20 novembre 2010 : 236 341 adhérents
  • Au 18 novembre 2012 : 324 945 adhérents[82]
  • Au 29 août 2014 : 268 341 adhérents[83] (à jour de cotisations au 31 décembre 2013 ou au 30 juin 2014)

Figures politiques[modifier | modifier le code]

L'UMP compte ou a compté dans ses rangs plusieurs personnalités figures de la politique française, qui ont parfois pu occuper les plus hautes fonctions de la République sous l'étiquette de l'UMP :

Outre ces figures de la classe politique, on dénombre plusieurs personnalités du monde de la culture, de la société civile ou du show-biz considérées comme proches de l'UMP ou ayant même officialisé leur soutien à l'UMP :

Budget et situation financière[modifier | modifier le code]

L'UMP a repris la dette du RPR[85].

Trésoriers nationaux du parti[modifier | modifier le code]

.

Recettes et trésorerie[modifier | modifier le code]

Dans le cadre des financements des partis politiques, l'UMP perçoit un financement public de 33 millions d'euros en 2010[86] (13 millions dans le cadre de la première fraction de l'aide publique et 20 millions dans le cadre de la deuxième). Le parti était en déficit de plus de 30 millions d'euros à la fin de l'année de la présidentielle en 2007 et tablait sur un retour à l'équilibre pour 2011[87]. Après les campagnes présidentielle et législative de 2012, la situation financière du parti est difficile. Les raisons sont notamment un nombre de voix obtenu moindre ainsi qu'une pénalité pour non-respect de la parité. Dès octobre 2012, le personnel du siège national passe de 140 salariés (équivalent temps-plein) à 90, par non-renouvellement des CDD[88]. L'UMP doit faire face à une dette de 43,9 millions d'euros[89]. Le déficit approche 50 millions lors de la démission du trésorier Dominique Dord, après le congrès de novembre 2012[90]. Après arrêt définitif des comptes, la dette du parti atteint un peu plus de 108 millions d'euros à la fin de l'exercice 2012[91]. Pour suivre son plan de retour à l'équilibre en 2017, l'UMP doit faire des économies annuelles de 10 millions d'euros[92].

En juin 2013, à la suite de l'encaissement de 21 millions de dotation publique, la dette est estimée à 35 millions d'euros, correspondant à une année de recettes[81]. Le rejet des comptes de campagne de Nicolas Sarkozy, le 4 juillet 2013, prive l'UMP de 10,7 millions d'euros de remboursements qui avaient été intégrés dans le budget prévisionnel[93]. Jean-François Copé annonce alors qu'il lance une « grande souscription nationale »[94]. Le 8 septembre, le président du parti déclare que la somme de 11 millions d'euros de dons a été réunie, affirmant notamment qu'« en huit semaines, l'UMP a réalisé la plus importante collecte jamais réalisée par un parti politique de la Ve République »[95].

En juin 2014, François Fillon annonce un endettement « proche de 80 millions d'euros »[96]. Le 8 juillet 2014, à la suite du bureau politique de l'UMP, Le Monde annonce que le montant de la dette est de 74,5 millions d'euros[97].

Transparence des comptes[modifier | modifier le code]

En mars 2014, Jean-François Copé annonce le dépôt d'une proposition de loi imposant à l'ensemble des partis bénéficiant d'une aide publique, dont l'UMP, de publier leurs pièces comptables depuis 2007, ainsi que d'une autre proposition de loi imposant aux « principaux dirigeants et salariés des médias » de répondre aux mêmes contrôles que les parlementaires. En attendant le vote de ces deux propositions, l'intégralité de la comptabilité de l'UMP ainsi que les archives des deux dernières campagnes présidentielles sont enfermées dans une pièce scellée par un huissier[98]. Il le fera finalement le 23 juin de la même année, abandonnant pour l'occasion sa proposition de loi concernant les médias[99].

Partis et structures associées[modifier | modifier le code]

Partis politiques associés[modifier | modifier le code]

Les partis politiques associés à l'UMP le sont selon les statuts du mouvement :

C'est le cas également de partis politiques à portée strictement locale :

Autres mouvements associés[modifier | modifier le code]

Partis de l'ex-majorité présidentielle indépendants mais alliés à l'UMP[modifier | modifier le code]

Organisations politiques internationales auxquelles l'UMP est affiliée[modifier | modifier le code]

Français de l'étranger[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs délégations de l'UMP à l'étranger, en Allemagne, en Belgique, aux États-Unis, au Québec ou encore au Maroc.

Accords internationaux[modifier | modifier le code]

En , Xavier Bertrand a signé un protocole entre l'UMP et le Parti communiste chinois. Ce protocole a pour vocation de rapprocher les deux partis au pouvoir dans leur pays respectif et ainsi d'améliorer les relations entre la France et la Chine[106]. En , Xavier Bertrand a proposé à Gilles Duceppe, alors Premier Secrétaire du Bloc québécois, l'officialisation des relations entre l'UMP et le Bloc, parti québécois qui défend les intérêts spécifiques des francophones sur la scène politique canadienne[107].

Bibliographie, notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie non exhaustive[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Vít Hloušek et Lubomír Kopeček, Origin, Ideology and Transformation of Political Parties: East-Central and Western Europe Compared, Ashgate,‎ (lire en ligne), p. 157
  2. Hans Slomp, Europe, A Political Profile: An American Companion to European Politics, vol. 2, ABC-CLIO,‎ (lire en ligne), p. 385.
  3. a, b et c Wolfram Nordsieck, « http://www.parties-and-elections.eu/france.html », Parties-and-elections.de (consulté le 21 avril 2011)
  4. http://www.lejdd.fr/Politique/Avant-le-Conseil-national-de-samedi-la-ligne-liberale-de-l-UMP-divise-le-parti-649962
  5. http://www.lavoixdunord.fr/france-monde/l-ump-a-dessine-l-ebauche-d-un-programme-tres-ia0b0n1790827
  6. http://leplus.nouvelobs.com/contribution/169752-la-droite-antisociale-me-fait-perdre-mon-sang-froid.html
  7. http://www.lepoint.fr/politique/ump-les-liberaux-aussi-se-reunissent-07-05-2012-1459182_20.php
  8. « Les Républicains » : 60 intervenants et 5 heures de discours pour enterrer l'UMP », sur Lefigaro.fr,‎ (consulté le 30 mai 2015)
  9. « Le sacre de Sarkozy », sur LCI,‎ (consulté le 22 mai 2015)
  10. Résultat des élections législatives sur le site officiel du ministère de l'Intérieur
  11. Devedjian-Raffarin: une direction à deux têtes pour l'UMP, L'Express, 26 juin 2007
  12. [PDF] Résultats globaux pour les communes de 3500 habitants et plus sur le site du ministère de l'intérieur
  13. Xavier Bertrand, Secrétaire Général de l'UMP, 8 décembre 2008
  14. http://www.ump2009.eu
  15. http://www.jeunesump.fr/2009/04/23/les-jeunes-pops-lancent-la-campagne-europeenne/
  16. Large victoire de la gauche, mais pas de Grand Chelem Le Figaro
  17. Primaire UMP : Fillon et Bertrand changent de pied NouvelObs, 03/11/2011
  18. La primaire gagne du terrain à l'UMP, sur fond d'ambitions pour l'après-2012 L'Express, 06/10/2011
  19. Copé : « Je proposerai de créer des mouvements à l'UMP », Le Figaro, 02/05/2012.
  20. « L'UMP tourne la page du sarkozysme » Le Monde, Françoise Fressoz, 02/05/2012.
  21. Primaires 2017 : « Une évidence » (Copé), Le Figaro, 4 mai 2012.
  22. Répartition des parrains potentiels par fédération Site officiel de l'UMP, consulté le 09/09/2012
  23. La Cnil autorise l'accès aux fichiers UMP: Wauquiez satisfait AFP-L'Express', 08/08/2012
  24. Le trésorier de l'UMP soutient François Fillon Le Figaro, 22/08/2012
  25. Présidence de l'UMP : une élection "inéquitable" pour Le Maire France TV Info, 06/09/2012
  26. Duel Fillon-Copé : Juppé, Le Maire et NKM partagent le "malaise" d'Accoyer Le Point, 05/09/2012
  27. Parrainages : Fillon demande à Copé d'assouplir le dispositif JDD, 05/09/2012
  28. Présidence de l'UMP : le choc Copé-Fillon France Info, 18/09/2012
  29. Succession à l'UMP : Copé revendique 46 103 parrainages, Fillon 47 000 France TV Info, 22/09/2012
  30. Présidence UMP : ceux qui n'iront pas France Info, 18/09/2012
  31. Xavier Bertrand vise la présidentielle de 2017 Sud-Ouest, 16/09/2012
  32. Fillon / Copé : le match de la présidence de l'UMP en chiffres Le Huffington Post 02/10/2012
  33. Jean-François Copé se pose en défenseur des militants UMP L'Express, 09/09/2012
  34. Copé dénonce l'existence d'un «racisme anti-Blanc» Le Figaro, 26/09/2012
  35. François Baroin dénonce les propos «toxiques» de Copé Le Figaro, 08/10/2012
  36. UMP : le projet économique « décomplexé » de Copé Les Échos, 03/10/2012
  37. Présidence UMP: le scrutin est clos, mais des files d'attente encore dans les bureaux de vote Dernières Nouvelles d'Alsace, publié le 18/11/2012 à 18:16
  38. Copé ou Fillon ? Les trois enseignements d'une soirée ubuesque à l'UMP France TV Info, 18/11/2012
  39. François Fillon ouvre l'inventaire du quinquennat de Nicolas Sarkozy, L'Opinion, le jeudi 11 juillet 2013
  40. Copé se justifie sur le droit d'inventaire des années Sarkozy Le Figaro, mis à jour le 20/08/2013
  41. Droit d'inventaire : qui est pour ou contre à l'UMP ?, Le Point.fr - Publié le 21/08/2013
  42. L'UMP enterre l'inventaire Le Parisien, publié le 17.10.2013
  43. « Présidentielle 2017 : Anne Levade veillera sur la primaire UMP », in lesechos.fr, 25 janvier 2014.
  44. Municipales: le PS défait, l'UMP tient sa "vague bleue", BFMTV, le 30/03/2014
  45. Guaino, attaqué par Juppé sur l'Europe, ne quittera pas l'UMP, Le Monde.fr et AFP, 12.05.2014
  46. Alain Auffray, "UMP: 70 «conventions» louches ont été facturées", Libération, 24 mai 2014.
  47. Marc de Boni, "Bygmalion : des cadres UMP resserrent l'étau autour de Copé, Le Figaro, 21 mai 2014.
  48. Élections européennes : les résultats dans chaque pays, Le Monde, 26 mai 2014
  49. Bygmalion : Lavrilleux reconnaît que des meetings de Sarkozy ont été indûment facturés à l'UMP Le Point.fr, Publié le 26/05/2014 à 19:44
  50. http://www.bfmtv.com/politique/direct-affaire-bygmalion-lheure-comptes-a-sonne-cope-lump-781793.html
  51. « UMP : le triumvirat prend la direction provisoire avec Chatel », lejdd.fr, 10 juin 2014.
  52. Le nouveau trésorier de l'UMP est un ancien préfet muté par Sarkozy, Le Figaro, le 18/06/2014
  53. L'ex-directeur général du parti de droite, proche de Nicolas Sarkozy, est cité dans l'affaire Bygmalion, Libération, 16 juin 2014
  54. Haute Autorité de l'Union : Calendrier de l'élection du Président de l'Union Site officiel de l'UMP, 2 juillet 2014
  55. Proche-Orient : lettre ouverte à François Hollande Site officiel de l'UMP, Publié le 14 août 2014
  56. Diplomatie française au Proche-Orient : Fabius réplique aux critiques de l'UMP Le Parisien, le 13.08.2014
  57. UMP : Décision de la Haute Autorité de l'Union portant proclamation des résultats de l'élection du Président de l'Union
  58. « NKM nommée no 2 de l'UMP », Var-Matin, 4 décembre 2014.
  59. « Christian Estrosi nommé président de la commission nationale d'investiture », u-m-p.org, 4 décembre 2014.
  60. « Nominations », u-m-p.org, 5 décembre 2014.
  61. Comptes de campagne 2012 : Nicolas Sarkozy rembourse à l'UMP l'amende infligée Le Figaro, le 03/12/2014
  62. [ http://www.lefigaro.fr/politique/2015/02/03/01002-20150203ARTFIG00200-jean-francois-cope-entendu-par-la-justice-dans-l-enquete-sur-les-penalites-infligees-a-nicolas-sarkozy.php Jean-François Copé mis en examen dans l'enquête sur les pénalités infligées à Nicolas Sarkozy] Le Figaro, le 03/02/2015
  63. « "Les Républicains", le futur nom de l'UMP choisi par Nicolas Sarkozy », sur BFMTV.com,‎
  64. « Les Républicains » : le coût du caprice sémantique de Sarkozy, Médiapart
  65. Cambadélis : Sarkozy, "c'est la droite américaine", Europe 1
  66. "Les Républicains", ce parti d'extrême droite ! Le Point, 16/04/2015
  67. (de)UMP heißt bald "Die Republikaner" Die Zeit, 6. Mai 2015
  68. L'UMP va-t-il s'appeler "Les Républicains" ? Impossible, selon un avocat, MyTF1 News
  69. http://www.huffingtonpost.fr/2015/04/23/republicains-sarkozy-persiste-signe-reserves-juppe_n_7127228.html?ref=topbar
  70. « compte-rendu du Bureau Politique de l'UMP du 5 mai 2015 »
  71. « Les Républicains: des ténors UMP veulent le vote promis par Sarkozy », sur BFMTV.com,‎
  72. [1] Sarkozy annonce que l'UMP devient «Les Républicains»
  73. Charte des valeurs de l'UMP telle qu'adoptée lors du Congrès du 18 novembre 2012
  74. « Articles 15 à 18 des statuts de l'UMP » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 2015-02-19 [PDF]
  75. Les « mouvements » de l'UMP, Le Figaro, 8 octobre 2012.
  76. Avec ses alliés de la Majorité présidentielle
  77. Résultats France entière sur le site du ministère de l'Intérieur.
  78. Liste des secrétaires nationaux sur le site officiel de l'UMP
  79. Site officiel de l'UMP - consulté le 9 février 2009
  80. Gilles Laborde est Conseiller National de l'UMP Sur le site populaires.fr - consulté le 18 juin 2012
  81. a et b UMP : Union pour un mouvement pauvre Le Point, 13/06/2013
  82. D'après les chiffres de la COCOE au moment du congrès de l'UMP
  83. « Haute Autorité de l'Union : guide électoral, Union pour un Mouvement Populaire », sur u-m-p.org,‎ (consulté le 31 octobre 2014)
  84. Le clan Hallyday a rejoint l'UMP, Le Nouvel Observateur, 2 septembre 2006, consulté le 4 février 2014.
  85. http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/07/08/ump-dix-ans-de-mauvais-comptes_3444162_823448.html
  86. CNCCFP
  87. « UMP/déficit : retour à l'équilibre en 2011 ? », Le Figaro,‎ 1er décembre 2010 (consulté le 15 avril 2011)
  88. L'UMP confrontée à la rigueur budgétaire Le Figaro, 01/10/2012
  89. « Argent des partis : PS qui rit, UMP qui pleure », Match, 21 novembre 2012.
  90. UMP : les accusations de Dominique Dord contre Jean-François Copé Le Point 26/11/2012
  91. « L'UMP en prend plein la dette », Le Canard enchaîné, 6 novembre 2013, p. 2.
  92. Alexandre Lemarié, « L'UMP plombée par des comptes dans le rouge », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 10 mai 2013)
  93. Compte de campagne de Sarkozy invalidé : un coup dur de plus pour les finances de l'UMP Le Figaro, 04/07/2013
  94. Copé lance une grande souscription nationale BFM.TV, 04/07/2013
  95. Albert Zennou, « Souscription : l'UMP a atteint son objectif de 11 millions d'euros », in Le Figaro, lundi 9 septembre 2013, page 6.
  96. endettée à hauteur de 80 millions d'euros, Le Figaro, 30 juin 2014
  97. Alexandre Lemarié[le lien externe a été retiré], « La dette de l'UMP s'élève à 74,5 millions d'euros », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 8 juillet 2014) : « Les résultats de l'audit commandé par la direction provisoire du parti — le trio Juppé-Fillon-Raffarin et le secrétaire général, Luc Chatel — font apparaître une dette de 79,1 millions d'euros fin décembre 2013. Selon des informations obtenues par Le Monde, la dette est cependant redescendue à 74,5 millions d'euros au 30 juin 2014. »
  98. Copé ouvre les comptes de l'UMP sous conditionsLe Figaro, le 03/03/2014 à 13:23
  99. [2]Libération, le 23/06/2014 à 12:16
  100. Qui sommes nous ? sur le Site officiel du mouvement Des Progressistes
  101. [3]
  102. Communiqué du CNI
  103. P. CHATEL, « Le MPC adoubé par l'UMP », Les Nouvelles calédoniennes, 28/01/2014
  104. « ATP, « Alliance officielle entre Gaston Tong Sang et l'UMP », Tahiti Presse, 18/06/2009 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 2015-02-19
  105. D. N., « Gaylib quitte l'UMP, faute de "place audible" », in bfmtv.com, 13 janvier 2013.
  106. « Aujourd'hui la Chine : L'UMP a un nouvel ami en Chine : le Parti Communiste » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 2015-02-19 Sur le site aujourdhuilachine.com
  107. Québec: alliance UMP et Bloc Québécois Sur le site lefigaro.fr
  108. UMP, ton univers impitoyable LeFigaro.fr Evene
  109. Le coup monté Plon

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]