Écourt-Saint-Quentin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Écourt-Saint-Quentin
Écourt-Saint-Quentin
Une entrée de la commune.
Blason de Écourt-Saint-Quentin
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Intercommunalité CA Osartis Marquion
Maire
Mandat
Stéphane Tonelle
2020-2026
Code postal 62860
Code commune 62284
Démographie
Gentilé Ecourtois, Ecourtoises
Population
municipale
1 685 hab. (2019 en diminution de 1,35 % par rapport à 2013)
Densité 178 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 15′ 04″ nord, 3° 04′ 19″ est
Altitude Min. 35 m
Max. 73 m
Superficie 9,49 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Douai
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bapaume
Législatives 1re circonscription du Pas-de-Calais
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Écourt-Saint-Quentin
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Écourt-Saint-Quentin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Écourt-Saint-Quentin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Écourt-Saint-Quentin
Liens
Site web http://www.ecourt-saint-quentin.fr

Écourt-Saint-Quentin est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

La commune fait partie de la communauté de communes Osartis Marquion qui regroupe 49 communes et compte 42 277 habitants en 2018.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Représentations cartographiques de la commune
Maki2-town-hall-12.svg Mairie
Carte OpenStreetMap
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte topographique
Avec les communes environnantes
Avec les communes environnantes
1 : carte dynamique ; 2. carte OpenStreetMap ; 3 : carte topographique ; 4 : avec les communes environnantes
Carte interactive (cliquer sur la carte).

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de huit communes :

Communes limitrophes d’Écourt-Saint-Quentin
Lécluse Hamel,
Arleux
Palluel
Récourt Écourt-Saint-Quentin Oisy-le-Verger
Saudemont Rumaucourt

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Écourt-Saint-Quentin est une halte verte au cœur de la vallée de la Sensée. Elle comprend de nombreux marais pour une surface de 110 ha d'eau incluant les coulants et rivières.

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal comprend une ZNIEFF de type 2[Note 1] : le complexe écologique de la vallée de la Sensée. Cette ZNIEFF de la vallée de la Sensée s’étend sur plus de 20 kilomètres depuis les communes de Remy et Haucourt jusqu’à la confluence de la rivière canalisée avec l’Escaut. Elle forme une longue dépression à fond tourbeux, creusée entre des plateaux aux larges ondulations ; Ostrevent au Nord, bas-Artois au Sud et Cambrésis à l’Est.[1].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Écourt-Saint-Quentin est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Douai, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 61 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (70,8 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (71,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (70,5 %), eaux continentales[Note 4] (10,9 %), zones urbanisées (9 %), zones humides intérieures (5,8 %), forêts (3,5 %), zones agricoles hétérogènes (0,3 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Arras du département du Pas-de-Calais.

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

Écourt-Saint-Quentin était membre de la communauté de communes de Marquion, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé fin 2000 et auquel la commune avait transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Dans le cadre du schéma départemental de coopération intercommunale approuvé par le préfet du Pas-de-Calais le [9], cette intercommunalité a fusionné avec sa voisine pour former, le , la communauté de communes Osartis Marquion dont est désormais membre la commune.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Marquion[10]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton de Bapaume

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la première circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1935 1936 Léon Décaudin SE  
Les données manquantes sont à compléter.
1944   Léon Décaudin SE  
    Roger Denimal SE  
Les données manquantes sont à compléter.
1971 1989 Marc Buissart SE Pharmacien
1989 1995 Marie Mathon[Note 5] SE Institutrice et directrice de l'école maternelle jusqu'en 2000[11]
1995 2014 Edmond Gazel SE  
2014 En cours
(au 7 juillet 2021)
Stéphane Tonelle SE Policier[12],[13]
Réélu pour le mandat 2020-2026[14]

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école primaire communale.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[16].

En 2019, la commune comptait 1 685 habitants[Note 6], en diminution de 1,35 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 5742 0002 0452 0672 0331 8151 8241 8031 804
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 8021 8941 9761 9952 0271 9901 8901 9341 859
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 8031 8251 7861 3621 3651 3831 4431 4091 422
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 4851 5271 5101 6571 7711 7311 7531 7341 749
2014 2019 - - - - - - -
1 6831 685-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 31,5 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 29,4 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 811 hommes pour 868 femmes, soit un taux de 51,7 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,5 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[18]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,3 
6,5 
75-89 ans
10,6 
19,0 
60-74 ans
20,8 
22,6 
45-59 ans
19,2 
18,1 
30-44 ans
18,4 
16,2 
15-29 ans
13,4 
17,1 
0-14 ans
16,4 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[19]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Économie[modifier | modifier le code]

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Écourt-Saint-Quentin Blason
Parti: au 1er de gueules au buste de saint Quentin d'argent, les épaules percées par deux clous du même, au 2e d'or au rais d'escarboucle de sable percée de gueules[21].
Détails
Le premier du parti est au buste du saint patron, Quentin, et le second du parti est aux armes de l'abbaye de Marchiennes.

Adopté par la municipalité.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  5. L'école primaire de la commune portera le nom de cette maire à partir du 1er juillet 2021
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « ZNIEFF 310007249 - Le complexe écologique de la Vallée de la Sensée », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Douai », sur insee.fr (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. « Arrêté préfectoral portant schéma départemental de coopération intercommunale du Pas-de-Calais » [PDF], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ), p. 10.
  10. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. C.L.C., « Écourt-Saint-Quentin : l’école maternelle porte le nom de Marie Mathon : Ouverte en 1977, l’école maternelle de la commune n’avait curieusement jamais été baptisée. Un oubli réparé. Jeudi, elle a reçu le nom de celle qui en fut la première directrice jusqu’en 2000, Marie Mathon, « reconnaissante » de cet honneur. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. « Écourt-Saint-Quentin : Stéphane Tonelle, nouveau maire, veut « redynamiser le village » : Edmond Gazel, maire sortant qui ne se représentait pas après trois mandats, a rapidement laissé la place au nouveau conseil. Stéphane Tonelle est le nouveau maire de ce village de près de 1 800 habitants », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  13. Julien Lechevestrier, « Écourt-Saint-Quentin (les projets des maires): « le dossier de la vitesse en ville et bientôt une première aire de jeux » : Stéphane Tonelle est maire d’Écourt-Saint-Quentin depuis mars. Cet Écourtois de toujours, policier à Arras dans la vie professionnelle, veut redynamiser son village et renforcer la cohésion sociale », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  14. Thomas Bourgois, « À Écourt-Saint-Quentin, Stéphane Tonelle prend goût à la fonction de maire : Élu d’une courte tête en 2014, le maire d’Écourt-Saint-Quentin, Stéphane Tonelle, briguera un deuxième mandat en mars. Il se dit satisfait de la première expérience de son équipe », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  18. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune d'Écourt-Saint-Quentin (62284) », (consulté le ).
  19. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  20. « Le monument aux morts », sur Mémoires de pierres (consulté le ).
  21. « 62284 », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).