Ide de Boulogne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ida et Ide.
Ide de Boulogne
Ida syni.jpg
Titre de noblesse
Comtesse (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieu inconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Activité
AristocrateVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Mère
Dode (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Conjoint
Enfants
Godefroy de Bouillon
Godefroi IV de Bouillon, Duc de Basse-Lorraine (d)
Baldwin I de Boulogne, King of Jerusalem (d)
Ida de Boulogne (d)
Eustache III de Boulogne
Baudouin Ier de Jérusalem
Ide de Boulogne (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Ordre religieux
Étape de canonisation

La bienheureuse Ide ou Ida de Boulogne (ou Ide de Lorraine), née vers 1040 en Ardennes et morte le , a été comtesse de Boulogne par son mariage avec Eustache II. Elle descend de Charlemagne par son père Godefroi II le Barbu, duc de Basse-Lotharingie, et sa première épouse Doda. Elle est également la nièce du pape Étienne IX. Sa piété et son humilité la firent béatifier[1]. Liturgiquement, elle est commémorée le 13 ou le [2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Éduquée à l'abbaye de Munsterbilzen, elle épouse à 17 ans, vers 1056, Eustache II (v. 1020 † 1085), comte de Boulogne. De ce couple adonné aux bonnes œuvres sont nés trois enfants auxquels Eustache et Ide donnent une éducation chrétienne solide :

D'une grande piété, elle se place sous la direction spirituelle de saint Anselme, abbé bénédictin de Notre-Dame du Bec. Quelques lettres de leur correspondance sont parvenues jusqu'à nous. Priant fréquemment pour le succès de la croisade de son fils Godefroid, elle en recevait des reliques de Terre sainte qu'elle distribuait aux différents monastères sous sa protection.

La mort du comte Eustache, en 1087, lui laisse de grands domaines et propriétés à gérer. Elle utilise cette fortune pour venir en aide aux pauvres et construire ou restaurer monastères et églises, particulièrement celui où elle étudia, à Munsterbilzen, Notre-Dame de Boulogne et l'abbaye Saint-Wulmer de Samer. Plusieurs abbayes sont fondées en Picardie, dont l'abbaye Saint-Michel du Wast où elle est inhumée après sa mort[3].

Après de nombreuses translations, son corps repose finalement au couvent des bénédictines de Bayeux. Le roi Louis XI la nomma patronne de Boulogne et de son comté en .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir site Nominis
  2. Paul Guérin, Les petits Bollandistes : vies des saints. T. IV, Du 26 mars au 23 avril / d'après les Bollandistes, le père Giry, Surius... ; par Mgr Paul Guérin, (lire en ligne), p. 376
  3. F. Beaucamp, « Un monument à sauver : un joyau de l'art roman en Boulonnais, l'Église du Wast », Revue du Nord, vol. 23, no 91,‎ , p. 195–197 (DOI 10.3406/rnord.1937.1754, lire en ligne, consulté le 4 novembre 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Dickès, Sainte Ide de Boulogne, éditions de Paris, 2004.
  • L'abbé F. Ducatel, vicaire à Notre-Dame de Boulogne-sur-Mer, Vie de Sainte Ide de Lorraine, comtesse de Boulogne, Boulogne, éditions Desclée de Brouwer et Cie, 1900. (lire en ligne)
  • Revue Magnificat, .
  • Baudoin de Gaiffier, « Sainte Ide de Boulogne et l’Espagne: À propos de reliques mariales », in Analecta Bollandiana, 86 (1968), pp. 67-82.

Liens externes[modifier | modifier le code]