Fréthun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fréthun
Fréthun
La mairie.
Blason de Fréthun
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Calais
Intercommunalité Communauté d'agglomération Grand Calais Terres et Mers
Maire
Mandat
Guy Heddebaux
2020-2026
Code postal 62185
Code commune 62360
Démographie
Gentilé Fréthunois
Population
municipale
1 355 hab. (2018 en augmentation de 10,16 % par rapport à 2013)
Densité 171 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 55′ 03″ nord, 1° 49′ 33″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 60 m
Superficie 7,92 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Calais
(banlieue)
Aire d'attraction Calais
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Calais-1
Législatives Septième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Fréthun
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Fréthun
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fréthun
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fréthun
Liens
Site web frethun.fr

Fréthun est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Il ne faut pas confondre cette commune avec Fretin, commune du département du Nord.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est proche du parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale, à environ 6 km.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Située à 5 mètres d'altitude, la rivière d'Hames-Boucres et la rivière de Nielles-les-Calais sont les principaux cours d'eau qui traversent la commune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Une entrée de la commune.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Fréthun est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Calais, une agglomération intra-départementale regroupant 6 communes[4] et 98 712 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Calais dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 45 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[7],[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Albert Dauzat, à la suite d’Auguste Longnon[9], analyse le second élément -thun comme étant le mot saxon tun[10] « jardin, enclos, propriété enclose, habitation rurale entourée d'un mur », comprendre le vieux saxon tūn, exactement semblable au vieil anglais tūn qui a donné l'appellatif -ton dans les noms de lieux, ainsi que l'anglais moderne town « village, agglomération, ville ».

Il appartient à toute une série de toponymes en -thun, tels que Wadenthun, Landrethun, Raventhun, Offrethun, Terlincthun, Alincthun, Verlincthun, Baincthun, etc.

Le premier élément Fré- représente un anthroponyme, selon le cas général, dont la nature est plus difficile à déterminer. Albert Dauzat propose le nom de personne germanique Fraido[11] ou plus précisément le vieux saxon *Fraitho ou *Fraitha.

  • Fraitum, Fraittum (1084), Fratum (1119), Frettum (1150), Fraitin (1179), Fretin (XIIIe siècle), Freitun (1213), Frestun (1296), Frétun (1402), Froytone, Froytoun (1556), Froiton (1559), Frétunc (1567)[12].

Fraaituin en néerlandais.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1273, Frethun était une des douze pairies du comté de Guînes[13].

Fréthun était un village frontalier, aux impôts allégés, situé sur le territoire du royaume anglais, lorsque celui-ci avait une enclave en France (Calais est anglaise de 1347 à 1558, voir Histoire de Calais), à proximité du royaume de France et du duché de Bourgogne puis de l'empire espagnol.

Au lieu-dit « les Alleux », qui était autrefois une carrière de moellon appelée la « Carrière des Morts », furent découverts en 1912, de nombreux squelettes ainsi que des armes, suggérant la présence sur ce site d'un cimetière mérovingien[14].

En février 1352 le bourg est pris par les armées française. Son seigneur d'alors, Aimeri de Pavie, sans qu'on en connaisse aujourd'hui les raisons, est emmené à Saint-Omer pour y être torturé à mort. Son corps est ensuite découpé en quartiers et exposé aux portes de cette ville[15].

Cette conquête ne dut pas tenir longtemps, car dans les dernières années du XIVe siècle, un noble chevalier du village, Gillebert de Frethun, refusa de prêter serment de fidélité au roi d’Angleterre et vit « ardoir sa maison », ce qui signifie raser sa demeure sur les ordres d’Édouard III. Résolut de se venger, il mena pendant 13 ans, avec 2 vaisseaux et des gens de guerre, une lutte sans merci contre les Anglais. Après avoir remporté de nombreux succès contre la flotte anglaise, que le roi avait été obligé de mobiliser toute entière, il fut finalement tué en 1402[14].

Pendant la première guerre mondiale, Frethun est en 1917-1918 le siège d'un commandement d'étapes, c'est-à-dire un élément de l'armée organisant le stationnement de troupes, comprenant souvent des chevaux, pendant un temps plus ou moins long, sur les communes dépendant du commandement, en arrière du front. Le commandement d'étapes a ensuite été transféré à Coulogne, Frethun continuant à en faire partie. Coulogne, Coquelles, Sangatte, Marck font partie de ce commandement d'étapes et ont donc accueilli des troupes[16]. Frethun dé^pend également du commandement d'étapes de Guînes[16].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Fréthun dans son canton et son arrondissement.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1995[17] octobre 2017 Catherine Fournier DVD puis UDI Conseillère générale (2006 → 2008)
Réélue pour le mandat 2014-2020[18],[19]
octobre 2017 En cours Guy Heddebaux   Fonctionnaire au conseil régional

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[21].

En 2018, la commune comptait 1 355 habitants[Note 3], en augmentation de 10,16 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : +0,1 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
264244346443507524495488458
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
429428436513528551639584648
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
655724746832822886758767857
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
8708647621 0941 1691 0911 2041 1631 293
2018 - - - - - - - -
1 355--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (17,9 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,5 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,5 % d'hommes (0 à 14 ans = 21,6 %, 15 à 29 ans = 16,8 %, 30 à 44 ans = 23,4 %, 45 à 59 ans = 23 %, plus de 60 ans = 15,1 %) ;
  • 51,5 % de femmes (0 à 14 ans = 20 %, 15 à 29 ans = 15,2 %, 30 à 44 ans = 23,2 %, 45 à 59 ans = 21 %, plus de 60 ans = 20,5 %).
Pyramide des âges à Fréthun en 2007 en pourcentage[24]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
1,5 
3,4 
75 à 89 ans
9,0 
11,5 
60 à 74 ans
10,0 
23,0 
45 à 59 ans
21,0 
23,4 
30 à 44 ans
23,2 
16,8 
15 à 29 ans
15,2 
21,6 
0 à 14 ans
20,0 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[25]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalité liée à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Fréthun Blason
D'azur à trois tours cousues de gueules*, ajourées du champ et rangées en fasce ; au comble et à la champagne d'argent.
Détails
* Il y a là non-respect de la règle de contrariété des couleurs : ces armes sont fautives (gueules sur azur).
Les Archives Départementales avaient proposé « d'azur à la fasce d'argent chargée de trois tours de gueules, ouvertes et maçonnées de sable » mais la commune préféra les armes des anciens seigneurs de la commune, les De Frethun, ou plus exactement De Fraitun, qui portaient « d’argent à la fasce d’azur chargée de trois tours carrées de gueules ».
Adopté par la municipalité.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 2 avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  4. « Unité urbaine 2020 de Calais », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 2 avril 2021).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 2 avril 2021).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 2 avril 2021).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Calais », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 2 avril 2021).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 2 avril 2021).
  9. Albert Dauzat, « La toponymie et ses enseignements » in Revue des deux mondes, 11, 2016 (lire en ligne) [1]
  10. Albert Dauzat et Charles Rostaing, op. cit.
  11. Ibidem
  12. Comte Auguste De Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne), p. 164.
  13. P. Feuchère, « Pairs de principauté et pairs de château. Essai sur l'institution des pairies en Flandre. Étude géographique et institutionnelle », dans Revue belge de Philologie et d'Histoire, Année 1953, Tome 31, fascicule 4, p. 981, lire en ligne
  14. a et b http://www.frethun.fr/histoire-patrimoine/ Histoire et patrimoine sur le site de la mairie
  15. Livre "Mémoires à l'Académie des inscriptions et belles lettres - Étude sur la vie d'Arnoul d'Audrehem, maréchal de France", année 1883, page 26.
  16. a et b « Journaux des marches et opérations des corps de troupe - Mémoire des hommes », sur www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr (consulté le 23 août 2020).
  17. « Calaisis: la maire de Fréthun, candidate aux législatives : Maire de Fréthun depuis 1995, Catherine Fournier, 56 ans, a annoncé ce vendredi sa candidature à l'élection législative, sur la septième circonscription de Calais. Catherine Fournier se présente sans étiquette. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 12 janvier 2015).
  18. BE.B (CLP), « À Fréthun, un nouveau mandat pour Catherine Fournier et son équipe : Plébiscités par la population fréthunoise à l’issue du scrutin du 23 mars dernier, les 15 membres de la liste « J’aime ma ville, j’aime Fréthun », emmenée par Catherine Fournier, ont procédé, vendredi soir, à l’installation du conseil municipal. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 12 janvier 2015).
  19. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le 15 janvier 2015).
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  24. « Évolution et structure de la population à Fréthun en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 16 août 2010).
  25. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 16 août 2010).