Wavrans-sur-l'Aa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Wavrans-sur-l'Aa
Wavrans-sur-l'Aa
Le village et ses coteaux.
Blason de Wavrans-sur-l'Aa
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Saint-Omer
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Lumbres
Maire
Mandat
Julien Delannoy
2020-2026
Code postal 62380
Code commune 62882
Démographie
Gentilé Wavranais
Population
municipale
1 239 hab. (2019 en diminution de 4,84 % par rapport à 2013)
Densité 108 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 41′ 01″ nord, 2° 08′ 15″ est
Altitude Min. 43 m
Max. 141 m
Superficie 11,48 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Lumbres
(banlieue)
Aire d'attraction Saint-Omer
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Lumbres
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Wavrans-sur-l'Aa
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Wavrans-sur-l'Aa
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Wavrans-sur-l'Aa
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Wavrans-sur-l'Aa
Liens
Site web wavranssurlaa.com

Wavrans-sur-l'Aa est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Le territoire de la commune est situé dans le parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est inclus dans le périmètre du parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale. Il est situé sur la vallée de l'Aa, en amont de Lumbres, Arques, Saint-Omer. La commune est caractérisée par un relief de cuesta assez abrupt, et la présence de coteaux calcaires, autrefois et encore pâturés par des moutons. L'autre versant est constitué d'un système de monts et vallons plus doux, à vocation agricole.

La commune est traversée par la D 192, reliant Lumbres au nord et Remilly-Wirquin au sud-est. La D 225 permet de se rendre au sud à Ouve-Wirquin. Saint-Omer se situe à environ 20 minutes en voiture ; Béthune (via l'autoroute A26), Boulogne-sur-Mer (via la N 42) et Calais (via l'A26 / E15) sont chacune à environ 40 minutes.

Communes limitrophes de Wavrans-sur-l'Aa
Lumbres
Wismes Wavrans-sur-l'Aa Remilly-Wirquin
Elnes Merck-Saint-Liévin Esquerdes

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Paysages[modifier | modifier le code]

Panorama de la commune, dans la vallée au centre (église, habitat, constructions liées à l'activité humaine. Le premier plan est formé par un champ ; l'arrière plan par les coteaux calcaires, composé de zones forestières et ouvertes, et d'un ciel nuageux
Panorama de la commune de Wavrans sur l'Aa et de ses environs, mai 2009.

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est situé dans le parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale[1].

La commune abrite un site de grand intérêt écologique, qui a justifié la création d'une réserve naturelle volontaire, devenue réserve naturelle régionale puis nationale (en 2008)[2] (avec celle d'Acquin-Westbécourt).

La vallée de l'Aa ainsi que ses affluents contribue également à la richesse écologique locale.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Wavrans-sur-l'Aa est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5]. Elle appartient à l'unité urbaine de Lumbres, une agglomération intra-départementale regroupant 8 communes[6] et 9 226 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Omer dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 79 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[9],[10].

La commune a été sélectionnée au cours d'un appel à projets régional intitulé "Vers un urbanisme de qualité", organisé par le syndicat mixte Espaces naturels régionaux (ENRx, à Lille) et les trois Parc naturel régionaux du Nord-Pas-de-Calais, et soutenu par le Ministère de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de l'aménagement du territoire (MEEDDAT)[11].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (92,5 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (94,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (58,6 %), prairies (28,7 %), zones urbanisées (6 %), zones agricoles hétérogènes (5,2 %), forêts (1,5 %)[12].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[13].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Villa Waurantis (862), Wabrante Villa (868), Villa Vaurantis (961), Wavarant (984), Gaverans (1119), Waverant (1157), Wavaranza et Vauaranza (1175), Wavrans (1207), Waverans (1348), Waverens (1357), Waurans juxta Morinum (v. 1420), Wavrant (1512), Wavrans-les-Enne (XVIIIe siècle), Wavrans-sur-l'Aa (depuis 1899)[14].

D'après Ernest Nègre, la commune tiendrait son nom du gaulois *vober signifiant « friche », suivi du suffixe pré-romain -antia « cours d'eau, rivière », le tout donnant « la rivière de la friche »[15]. D'autres hypothèses avancent le celtique wabrantio dérivé de wambra « forêt », pour Maurits Gysseling, ou le pré-celtique *vobero « source, ruisseau souterrain, ravin, fossé » pour Albert Dauzat, où ces deux propositions seraient également suivies du suffixe -antia évoqué précédemment[16].

Histoire[modifier | modifier le code]

Anciennement Wavrantis Villa, mentionné au Xe siècle. La seigneurie était unie à celle de Remilly. saint Omer, grand apôtre des Morins, mourut à Wavrans.

Wavrans a donné son nom à une famille noble dont subsistent des membres aux XVIe – XVIIe siècles. En 1585, Pierre de Wavrans, fils d'Antoinette Quiel, sœur d'Adelvy est retrouvé seigneur de Malembourg, fief disposant de toute la justice seigneuriale, dans la châtellenie de Bourbourg. En 1630, après la mort de Pierre, écuyer, vicomte héréditaire d'Eeno, époux d'Antoinette de Heuchin, arrive son fils Charles de Wavrans puis en 1631, sa fille Jacqueline de Wavrans, épouse de don Mauro Mac Mahon. Le fief reste ensuite un temps dans cette famille mais on retrouve en 1678, un héritier des Mac Mahon, dénommé Antoine de Ruttere, époux d'Elisabeth Butzeel, fils d'Étienne de Ruttere et de Louise de Wavrans[17].

Le village subit de nombreux dommages en 1944.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Saint-Omer du département du Pas-de-Calais.

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes du Pays de Lumbres.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée au canton de Lumbres.

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la sixième circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[18]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1898 1906 Charles Desgardin    
mars 1906 1912 Clément Roels    
mars 1912 1925 Paul Cocquempot    
mars 1925 1929 Élie Obert    
mars 1929 1932 Arthur Bedague    
mars 1932 1935 Henri Dubois    
mars 1935 1944 Auguste Hericourt    
mars 1944 1945 Émile Dubois    
mars 1945 1960 Abel Roussel    
mars 1960 1969 Paul Hermetz    
mars 1969 1972 Josse Goubelle    
mars 1972 1979 Marius Ghier    
mars 1979 1987 Jules Terlat    
mars 1987 2005 Josse Heumez[19]   Expert production retraité d'Arc International
Démissionnaire
mars 2005 2014[20] Gérard Devigne   Ancien comptable
mars 2014 En cours
(au 14 avril 2022)
Julien Delannoy DVG Ouvrier qualifié dans un abattoir de volailles[21],[22],[23]
Réélu pour le mandat 2020-2026[24],[25],[26]

Instances de démocratie participative[modifier | modifier le code]

La commune s'est dotée en 2015 d'un conseil municipal des jeunes[27].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[28]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[29].

En 2019, la commune comptait 1 239 habitants[Note 3], en diminution de 4,84 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
563361617648744781793791785
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
8018821 0029589551 0129821 013970
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
938942919854888836830877905
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
8538979381 0351 1961 2251 2941 2971 329
2014 2019 - - - - - - -
1 2901 239-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[30] puis Insee à partir de 2006[31].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 33,3 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). De même, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 24,7 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 597 hommes pour 658 femmes, soit un taux de 52,43 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[32]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ou +
1,5 
5,9 
75-89 ans
7,7 
18,0 
60-74 ans
15,4 
23,9 
45-59 ans
22,6 
18,0 
30-44 ans
19,4 
14,6 
15-29 ans
13,5 
18,7 
0-14 ans
19,8 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[33]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Économie et vie locale[modifier | modifier le code]

Économie agricole (vaches, moutons, cultures). Quelques entreprises. Un commerce a fermé à la fin des années 2000.

La commune est équipée d'une école ; l'enseignement secondaire (collège, lycée) peut se faire à Lumbres.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Omer, mars 2010.
  • L'église Saint-Omer.
Restes de l'ancienne voie ferrée, mars 2010.
  • Des restes de l'ancienne voie-ferrée Anvin - Calais sont encore visibles le long du chemin de randonnée accessible tout public qui longe les coteaux : une plaque tournante et un pont métallique, qui donnaient accès à un moulin (Sagot-Avot, devenu Dambricourt)[34].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Philippe de Haynin, écuyer, seigneur de Waurans (Wavrans), de la Vallée, de Reckem (Rekkem), est fait chevalier par lettres données à Madrid (la région relève alors de l'Espagne) le 17 avril 1628. Il est le fils de Philippe de Haynin et de Françoise de Hénin-Liétard, et descend de noble extraction, tant du côté paternel (Maison de Haynin) que du côté maternel (Maison de Hénin-Liétard)[35].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Wavrans-sur-l'Aa Blason
De gueules, aux trois arbres arrachés d'argent[36].
Détails
Inspiré des armes de l'évêché de Thérouanne qui étaient : « de gueules aux trois mitres d'argent » où les mitres ont été remplacées par des arbres afin d'évoquer l'une des hypothèses étymologiques de Wavrans qui voudrait que la commune tienne son nom du celtique wabra signifiant « forêt ».

Adopté par la municipalité vers 1995.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « ZNIEFF FR8000007 - Caps et Marais d'Opale », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  2. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000018217161&dateTexte Décret n° 2008-219 du 5 mars 2008 créant la réserve naturelle nationale de la grotte et des pelouses d'Acquin-Westbécourt et des coteaux de Wavrans-sur-l'Aa (Pas-de-Calais)
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Unité urbaine 2020 de Lumbres », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  7. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  8. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Saint-Omer », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  11. Projets retenus dans le cadre de l'anniversaire des 40 ans des Parcs Naturels Régionaux
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  13. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  14. Auguste De Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne), p. 398-399.
  15. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Librairie Droz, (lire en ligne), p. 279.
  16. « Les toponymes du Pays de Lumbres », sur medievales.lumbres.net (consulté le ).
  17. Georges Dupas, Seigneuries et seigneurs de la châtellenie de Bourbourg, Coudekerque-Branche, 2001, Galaad Graal, page 104
  18. Liste des maires sur le site de la mairie.
  19. « À la mémoire de M. Josse Heumez », sur http://memoire.lavoixdunord.fr, (consulté le ).
  20. Jennifer-Laure Djian, « Bilan des maires à Wavrans-sur-l’Aa : Gérard Devigne a « bon espoir de se représenter » : Élu maire en 2005, après la démission de Josse Heumez, Gérard Devigne, ancien comptable, s’est d’abord attelé à redresser les finances de Wavrans-sur-l’Aa (1 350 habitants). Son mandat, il l’a ensuite dédié à dessiner les projets de groupe scolaire et d’urbanisation de la ville. Le second s’appelle Wavrans avenir autrement (WAa) et lui donne envie de se représenter. Il attend l’avis de ses colistiers pour prendre sa décision », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  21. « Wavrans-sur-l’Aa : à 29 ans, Julien Delannoy devient maire, dès son premier mandat », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  22. Jennifer-Laure Djian, « Les nouveaux maires : Julien Delannoy, défenseur du terroir, est devenu maire de Wavrans-sur-l’Aa à tout juste 30 ans : 2014 aura été une grande année pour Julien Delannoy. Celle de son élection au poste de maire, de la trentaine et de son mariage. Militant du terroir, investi dans l’associatif, le jeune homme a pris la tête d’une commune de plus de mille habitants. Il assume son rôle avec envie », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  23. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  24. https://reader.cafeyn.co/fr/1926576/21599233
  25. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  26. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  27. « Wavrans-sur-l’Aa : Antoine Joly a été élu maire du conseil municipal des jeunes : Première du canton de Lumbres, la commune de Wavrans-sur-l’Aa a procédé mardi à l’installation d’un conseil municipal des jeunes », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  28. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  29. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  30. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  31. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  32. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Wavrans-sur-l'Aa (62882) », (consulté le ).
  33. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  34. Panneau d'information le long du sentier de randonnée, Wavrans-sur-l'Aa
  35. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 34, lire en ligne.
  36. « Wavrans-sur-l'Aa (Pas-de-Calais) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).