Leulinghen-Bernes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Leulinghen-Bernes
Leulinghen-Bernes
La mairie.
Blason de Leulinghen-Bernes
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Boulogne-sur-Mer
Intercommunalité Communauté de communes de la terre des deux caps
Maire
Mandat
Jacques Fasquel
2020-2026
Code postal 62250
Code commune 62505
Démographie
Gentilé Leulinghenois
Population
municipale
484 hab. (2018 en augmentation de 13,35 % par rapport à 2013)
Densité 70 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 49′ 51″ nord, 1° 43′ 09″ est
Altitude Min. 8 m
Max. 100 m
Superficie 6,9 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Marquise
(banlieue)
Aire d'attraction Boulogne-sur-Mer
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Desvres
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Leulinghen-Bernes
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Leulinghen-Bernes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Leulinghen-Bernes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Leulinghen-Bernes
Liens
Site web leulinghenbernes.com

Leulinghen-Bernes est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France. Elle est située à mi-distance entre Boulogne-sur-Mer et Calais. Elle est répertoriée parmi les plus jeunes du canton de Marquise, avec 30,7 % de sa population âgée de moins de 20 ans.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située à mi-distance entre Boulogne-sur-Mer et Calais, au sein de l’entité paysagère nommée arc urbain et bassin carrier dans le SCOT paysager de la Terre des 2 Caps.

Accès et transports[modifier | modifier le code]

La gare de Marquise-Rinxent se situe à moins de 5 km, la gare de Calais-Fréthun à 13 km par la route. L'échangeur 36, à 1,9 km, permet l'accès à l'autoroute A 16. Le village est desservi par la D 241.

Géologie, reliefs et hydrographie[modifier | modifier le code]

Le relief, incliné depuis la cuesta de la boutonnière du Boulonnais, est le plus haut dans la partie nord-est de la commune (100 mètres en limite nord-est). Il est fortement marqué par l'exploitation des carrières dans la partie est ; et vallonné dans la partie agricole à l'ouest, le ruisseau de Blacourt serpentant au sud du village (situé à 49 mètres d'altitude), puis vers le nord-ouest et le hameau de Bernes (situé à 25 mètres d'altitude), dans le vallon, avant de rejoindre le bassin de la Slack à une altitude d'environ 8 mètres[1]. La commune est reconnue en état de catastrophe naturelle suite aux inondations et coulées de boues du 1er au [2].

Au niveau géologique, on retrouve à l'ouest les terrains secondaires du fond de la boutonnière (argiles, grès, calcaires) au sein desquels affleurent des terrains primaires à l'est (calcaires, dolomies, schistes, houillers, grès). Le risque lié au retrait-gonflement des argiles est globalement faible sur la commune. Il est nul sur la majorité du territoire communal dont le village et moyen au niveau de deux poches (entre l'autoroute et les hameaux de Bernes et Etienville, et au sud de l'église en limite communale)[3].

Le risque sismique est faible sur l'ensemble du territoire communal (zone 2 sur cinq du zonage mis en place en )[4], comme dans la majorité du Pas-de-Calais.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Leulinghen-Bernes
Audembert Leubringhen
Bazinghen Leulinghen-Bernes Ferques
Marquise

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est de type océanique tempéré dans ce département ayant une façade maritime, située à environ 10 km[5] du territoire communal. Les amplitudes thermiques sont modérées et les hivers sont doux avec un temps instable. Il pleut en moyenne de 700 à 800 mm de pluie par an[6]. Les précipitations sont de 705 mm à Boulogne-sur-Mer, station météorologique la plus proche à environ 17 km[7]. Cette différence s'explique par le balayage de la cote (vent sud-ouest dominant), les nuages s'accumulant plus sur l'arrière littoral, au niveau des monts et de la cuesta.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Leulinghen-Bernes est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[8],[9],[10]. Elle appartient à l'unité urbaine de Marquise, une agglomération intra-départementale regroupant 3 communes[11] et 8 559 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[12],[13].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Boulogne-sur-Mer dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 80 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[14],[15].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (68,1 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (77,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (41,3 %), mines, décharges et chantiers (31,6 %), prairies (26,3 %), zones agricoles hétérogènes (0,5 %), zones urbanisées (0,4 %)[16].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[17].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Loningaheimo (776), Loningahem (846-864), Loningehem (1075), Lolingehem (1157), Lulinghem (1179), Lulingahem et Lullingahem (1180), Lolinghem (1223), Lollinghem et Lellinghem (1286), Lunninghem (1305), Loulighem (fin XIIIe siècle), Lelinguen (1401), Loeulinguen et Loeulinguehen (1501), Leullinghen (1506), Lolanghem (vers 1512), Lollinghem (1572), Leulinghen (1681), Leulinghen-Bernes (depuis 1921)[18],[19].

Comme pour son homonyme Leulinghem, Ernest Nègre donne comme origine toponymique l'anthroponyme germanique Launo ayant subi l'attraction du nom Laulindis, suivi de -ingen « gens (de) » + heim « demeure, maison », donnant la « demeure du peuple de Launo »[20].

Bernes est attesté sous les formes Bergnes (1214) et Bernes (XIIIe siècle)[21].

Histoire[modifier | modifier le code]

Pendant la Guerre de Cent Ans, plusieurs trêves furent signées à Leulinghen entre la France et l'Angleterre.

Du fait que la frontière anglo-française traversait son église au début du XVe siècle, la fille de Charles VI, Catherine de Valois, y épousa Henri V, dans l'église qui existe toujours, cinq ans après la bataille d'Azincourt[réf. nécessaire].

Aujourd'hui, Leulinghen-Bernes perpétue cet événement notamment par la pose d'une plaque commémorative, et par des manifestations s'inspirant du Moyen Âge.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Leulinghen-Bernes dans son canton et dans l'arrondissement de Boulogne-sur-Mer.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 En cours Jacques Fasquel
Réélu pour le mandat 2020-2026[22]
  Réélu pour le mandat 2014-2020[23],[24]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La commune est signataire de la charte du parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale ; elle est par ailleurs incluse dans le périmètre du SAGE du Boulonnais.

L'assainissement, individuel jusqu'alors, va devenir mixte avec une partie du village reliée en collectif à la station d'épuration de Marquise par la mise en place d'un poste de relevage qui réceptionne les eaux usées de la salle polyvalente communale et du lotissement situé à l'entrée de la commune.

La communauté de communes de la Terre des 2 Caps a la compétence concernant le ramassage des ordures ménagères.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[25]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[26].

En 2018, la commune comptait 484 habitants[Note 3], en augmentation de 13,35 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : +0,1 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
188180192257279283277311307
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
326309334319307303310315292
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
290268246264245238247261272
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
243250266266401398412413427
2018 - - - - - - - -
484--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[27] puis Insee à partir de 2006[28].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (13,1 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,5 % contre 48,4 % au niveau national et 48,2 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 51,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 24,5 %, 15 à 29 ans = 19,3 %, 30 à 44 ans = 24,5 %, 45 à 59 ans = 21,2 %, plus de 60 ans = 10,4 %) ;
  • 48,5 % de femmes (0 à 14 ans = 20 %, 15 à 29 ans = 16 %, 30 à 44 ans = 29 %, 45 à 59 ans = 19 %, plus de 60 ans = 16 %).
Pyramide des âges à Leulinghen-Bernes en 2007 en pourcentage[29]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
0,5 
1,9 
75 à 89 ans
3,5 
8,5 
60 à 74 ans
12,0 
21,2 
45 à 59 ans
19,0 
24,5 
30 à 44 ans
29,0 
19,3 
15 à 29 ans
16,0 
24,5 
0 à 14 ans
20,0 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[30]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une école.

Santé[modifier | modifier le code]

Il n'y a en 2010 aucune activité de santé sur la commune[31]. Marquise regroupe toute la gamme intermédiaire de services de santé, les hôpitaux les plus proches étant ceux de Saint-Martin-Boulogne et Calais (nouvel hôpital en 2012).

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie communale repose sur l'agriculture, l'exploitation du sous-sol par les Carrières du Boulonnais et par l'activité des commerçants et artisans. Le siège des carrières va être installé sur la commune. Par ailleurs, un bassin d'emploi se situe à proximité : zone d'activité de Marquise à environ 500 m au sud du village et complexe intercommunal Capoolco (hôtel communautaire, équipements sportifs) à environ 1 km.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Leulinghen-Bernes Blason
D'argent à la doloire de gueules.
Détails
Armes de la famille de Bernes, toujours existante et originaire du hameau de Bernes, qui porte le plus souvent une hache d'armes posée en bande, comme représentée sur le tableau aux armes d'Octave-François de Bernes de Longvillers (1815-1889) dans l'église Saint-Nicolas de Longvilliers.

Utilisé par la commune.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN.
  2. « Intempéries de fin octobre : 30 premières communes en état de catastrophe naturelle », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  3. « Zonage d'aléa retrait-gonflement des argiles », sur www.argiles.fr, BRGM (consulté le ).
  4. « Zonage sismique en France au 1er mai 2011. », sur La Voix du Nord (consulté le )
  5. Localisation de Leulinghen-Bernes sur le site de Carmen, consulté le 27 mars 2012.
  6. source : Météofrance, « Les collines de l'Artois, climatologie », sur le site de la direction régionale de l’alimentation,de l’agriculture et de la forêt du Nord Pas de Calais (consulté le ), p. 2.
  7. Thibaud Varnier, « Climat du Pas de Calais », sur le site Météoclimat, (consulté le ).
  8. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  10. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Unité urbaine 2020 de Marquise », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  12. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  13. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  14. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Boulogne-sur-Mer », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  15. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  16. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  17. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  18. Auguste de Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne), p. 222.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Leulinghen-Bernes », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le ).
  20. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Volume 2, Librairie Droz, (lire en ligne), p. 1005.
  21. Auguste de Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne), p. 45.
  22. https://reader.cafeyn.co/fr/1926576/21598216
  23. « Leulinghen-Bernes : plébiscitée, l’équipe de Jacques Fasquel s’est remise à la tâche : Le premier tour des élections a été heureux pour la liste menée par Jacquel Fasquel. Avec 87 % de votants dans la commune, dont 93 % ont voté pour l’équipe - et sans liste adverse - tous peuvent se dire que leur action est approuvée par leurs concitoyens. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  24. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  25. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  26. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  27. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  28. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  29. « Évolution et structure de la population à Leulinghen-Bernes en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  30. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le ).
  31. INSEE BPE 2010