Fresnicourt-le-Dolmen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fresnicourt-le-Dolmen
Fresnicourt-le-Dolmen
Verdrel, hameau de la commune de
Fresnicourt-le-Dolmen.
Blason de Fresnicourt-le-Dolmen
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Béthune
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Béthune-Bruay, Artois-Lys Romane
Maire
Mandat
Dany Clairet
2020-2026
Code postal 62150
Code commune 62356
Démographie
Population
municipale
785 hab. (2018 en diminution de 0,38 % par rapport à 2013)
Densité 99 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 25′ 08″ nord, 2° 36′ 02″ est
Altitude Min. 77 m
Max. 186 m
Superficie 7,95 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Bruay-la-Buissière
Législatives Dixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Fresnicourt-le-Dolmen
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Fresnicourt-le-Dolmen
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fresnicourt-le-Dolmen
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fresnicourt-le-Dolmen

Fresnicourt-le-Dolmen est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Du village dépendent deux hameaux : Olhain et Verdrel.

Géographie[modifier | modifier le code]

  • Cours d'eau : la Biette, qui traverse Olhain, au pied du château, également appelée la Lawe.
Fresnicourt, hameau de Verdrel.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Fresnicourt-le-Dolmen est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (58,8 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (61,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (43,9 %), forêts (29,9 %), prairies (11,9 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (6,3 %), zones urbanisées (3,4 %), zones agricoles hétérogènes (3 %), mines, décharges et chantiers (1,5 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Fresnicourt-le-Dolmen dans son canton et dans l'arrondissement de Béthune.
  • Serge Deprez (PS), maire en 1981 (sources : JO du 15 avril 1981).
Titulaires de la fonction de maire de Fresnicourt-le-DolmenVoir et modifier les données sur Wikidata
IdentitéPériodeDuréeÉtiquette
DébutFin
Gaston Beltrémieux[8]
( - )
8 ans Section française de l'Internationale ouvrière
Gaston Beltrémieux
( - )
années 1940 Section française de l'Internationale ouvrière
Michel Fréville (d)[9]
( - )
12 ans et 9 mois Parti socialiste
Dany Clairet (d)[10],[11]
(né le )
En cours13 ans et 7 mois

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[13].

En 2018, la commune comptait 785 habitants[Note 2], en diminution de 0,38 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : +0,1 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
380370415428446472484518554
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
529558591580543554558532574
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
5926226306866335816109011 175
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 1591 0781 014974907880872832763
2018 - - - - - - - -
785--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (21,3 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (19,8 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,6 % contre 48,4 % au niveau national et 48,2 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 51,6 % d'hommes (0 à 14 ans = 19,3 %, 15 à 29 ans = 15,9 %, 30 à 44 ans = 24 %, 45 à 59 ans = 21,2 %, plus de 60 ans = 19,6 %) ;
  • 48,4 % de femmes (0 à 14 ans = 17,1 %, 15 à 29 ans = 13,9 %, 30 à 44 ans = 23,8 %, 45 à 59 ans = 22,1 %, plus de 60 ans = 23 %).
Pyramide des âges à Fresnicourt-le-Dolmen en 2007 en pourcentage[16]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
0,7 
5,6 
75 à 89 ans
9,4 
14,0 
60 à 74 ans
12,9 
21,2 
45 à 59 ans
22,1 
24,0 
30 à 44 ans
23,8 
15,9 
15 à 29 ans
13,9 
19,3 
0 à 14 ans
17,1 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[17]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château d'Olhain est certainement le plus connu des châteaux artésiens. Cette célébrité est largement due à une situation privilégiée au milieu d’un grand étang dans lequel se reflète son pittoresque groupe de tours et de courtines. C’est aussi une des grandes forteresses de l’Artois médiéval, témoignage de la puissance de l'entourage des « grands ducs d'Occident » Car si la famille d'Olhain est citée dès le XIIe siècle, si l’existence du château est attestée dès le début du XIIIe siècle, la construction actuelle est pour l'essentiel l'œuvre de Jean de Nielles, qui épouse Marie d'Olhain à la fin du XIVe siècle.

Le mariage d'Alix de Nielles avec Jean de Berghes, grand veneur de France, fait passer le château dans cette famille, qui le gardera plus de 450 ans. Un moment confisqué par Charles Quint, il a à souffrir des guerres qui ravagent l'Artois : assiégé en 1641 par les Français, il est en partie démoli par les Espagnols en 1654, et enfin bombardé et pris par les Hollandais en 1710. Restauré vers 1830, il est abandonné après 1870, et vendu par le dernier prince de Berghes en 1900. Pendant les deux dernières guerres, l'ensemble du château fut réquisitionné par les troupes françaises, puis canadiennes et britanniques.

Le propriétaire actuel a restauré ce château. Le château d'Olhain, sa tour nord, les bâtiments de la basse-cour ainsi que le sol de la cour du château et de la basse-cour, les douves en eau ou comblées, le pont reliant la basse-cour au château et les deux ponts et voie d'accès au château ont été inscrits monument historique le 12 avril 1989[18].

  • Église Notre-Dame construite fin XIXe sur bases anciennes : dalle funéraire 1420.
  • La Table des Fées : dolmen classé monument historique par liste en 1889[19]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jacques Mellick, ancien maire (PS) de Béthune, ancien député du Pas-de-Calais et ancien ministre, né dans la commune en 1941.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Fresnicourt-le-Dolmen.svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

écartelé au 1) et 4) d'or au lion de gueules, armé et lampassé d'azur, au 2) et 3) de gueules au dolmen d’'or.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Yves Le Maner, « Beltrémieux Gaston, Jean-Baptiste, François, Joseph », Dictionnaire biographique, mouvement ouvrier, mouvement social,  : « Élu maire de Fresnicourt-le-Dolmen le 15 novembre 1904, premier maire socialiste du canton d’Houdain, il était alors l’un des plus jeunes maires de France. Réélu en 1908, il fut battu en 1912, mais resta conseiller municipal. »
  9. Annuaire des mairies du Pas-de-Calais (préf. Christian Poncelet et Jean-Louis Debré), Les Éditions Céline, , 335  p. (ISBN 978-2-35258-162-8), p. 139Voir et modifier les données sur Wikidata
  10. « Fresnicourt-le-Dolmen : second mandat pour Dany Clairet », La Voix du Nord,
  11. Sarah Binet, « Fresnicourt-le-Dolmen : gérer les petits et gros travaux du quotidien, le défi de Dany Clairet », La Voix du Nord,  : « La commune n’a pas le budget d’une mégalopole… Quatre cent mille euros de fonctionnement, la même somme pour l’investissement. Le maire Dany Clairet doit optimiser au mieux pour assurer les travaux. Et il y a plusieurs chantiers en cours ou dans les cartons. »
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  16. « Évolution et structure de la population à Fresnicourt-le-Dolmen en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  17. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  18. « château d'Olhain », notice no PA00108454, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  19. « Dolmen La Table des Fées », notice no PA00108284, base Mérimée, ministère français de la Culture.