Corbehem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Corbehem
Corbehem
La mairie.
Blason de Corbehem
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Intercommunalité CC Osartis Marquion
Maire
Mandat
Dominique Bertout
2020-2026
Code postal 62112
Code commune 62240
Démographie
Population
municipale
2 266 hab. (2021 en diminution de 3,33 % par rapport à 2015)
Densité 872 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 20′ 10″ nord, 3° 03′ 39″ est
Altitude Min. 28 m
Max. 36 m
Superficie 2,6 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Douai-Lens
(banlieue)
Aire d'attraction Douai
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Brebières
Législatives 1re circonscription du Pas-de-Calais
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Corbehem
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Corbehem
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
Corbehem
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
Corbehem

Corbehem est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Ses habitants sont appelés les Corbehemois.

La commune fait partie de la communauté de communes Osartis Marquion qui regroupe 49 communes et compte 42 302 habitants en 2019.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune, située dans le département du Pas-de-Calais, est limitrophe de celui du Nord et se trouve à 6 km, au sud-ouest, de la commune de Douai.

Carte
Carte interactive (cliquer sur la carte).

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de cinq communes, dont trois dans le département du Nord :

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est situé dans le bassin Artois-Picardie.

La commune est baignée par la Scarpe canalisée, d'une longueur de 67 km, qui prend sa source dans la commune d'Arras et se jette dans L'Escaut canalisé au niveau de la commune de Mortagne-du-Nord dans le département du Nord[1]. La Scarpe canalisée constitue, au niveau de la commune, la limite entre la Scarpe-Supérieure et la Scarpe Moyenne[2],[3].

La commune se trouve au confluent de cette rivière avec le canal de la Sensée (élément de la liaison à grand gabarit Dunkerque-Escaut), d'une longueur de 8,18 km, qui prend sa source dans la commune d'Arleux et se jette dans La Scarpe canalisée au niveau de la commune et qui est à l'origine du canal de dérivation de la Scarpe (également partie de la liaison à grand gabarit) qui traverse l'agglomération de Douai et du canal ancien de la ̈Scarpe qui passe au centre de la ville de Douai[4].

Par ailleurs, la commune est traversée par le Filet de Noyelles, cours d'eau naturel non navigable de 4,66 km, qui prend sa source dans la commune de Noyelles-sous-Bellonne et se jette dans la petite Sensée au niveau de la commune de Courchelettes[5].

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[6]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Nord-est du bassin Parisien, caractérisée par un ensoleillement médiocre, une pluviométrie moyenne régulièrement répartie au cours de l’année et un hiver froid (°C)[7].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,5 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 14,5 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 718 mm, avec 12,3 jours de précipitations en janvier et 8,9 jours en juillet[6]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Douai à 5 km à vol d'oiseau[8], est de 11,0 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 729,2 mm[9],[10]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[11].

Statistiques 1991-2020 et records DOUAI (59) - alt : 26m, lat : 50°23'22"N, lon : 3°04'01"E
Records établis sur la période du 01-03-1962 au 03-12-2023
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1,5 1,5 3,3 5,1 8,5 11,4 13,2 13 10,4 7,8 4,5 2,1 6,9
Température moyenne (°C) 4 4,5 7,2 10,1 13,5 16,5 18,6 18,4 15,3 11,5 7,3 4,5 11
Température maximale moyenne (°C) 6,4 7,4 11,2 15,1 18,5 21,6 23,9 23,9 20,1 15,2 10,1 6,9 15
Record de froid (°C)
date du record
−20,5
08.01.1985
−12,5
07.02.1991
−11
13.03.13
−4,5
11.04.03
−1,5
05.05.1996
1
02.06.1962
4,1
17.07.1971
0,8
17.08.1966
0
19.09.1977
−6
30.10.1997
−9,5
23.11.1998
−12,5
29.12.1996
−20,5
1985
Record de chaleur (°C)
date du record
15
01.01.22
19,5
24.02.21
24,8
31.03.21
28
20.04.1968
31,3
27.05.05
36
27.06.11
40,8
25.07.19
36,6
08.08.20
35,5
15.09.20
29
01.10.11
20,5
07.11.15
16,2
31.12.22
40,8
2019
Précipitations (mm) 57,8 51,4 52,5 41,9 56,6 63,3 68,1 68,1 60,9 64,4 71 73,2 729,2
Source : « Fiche 59178001 », sur donneespubliques.meteofrance.fr, edité le : 06/12/2023 dans l'état de la base


Paysages[modifier | modifier le code]

Paysage de Corbehem.

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal comprend une ZNIEFF de type 1[Note 1] : les bassins de Brebières et bois du grand marais. Cette ZNIEFF associe de vastes zones en eau (bassins de décantation) avec vasières et roselières et des végétations forestières dégradées par la plantation massive de peupliers[12].

Carte de la ZNIEFF sur la commune.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Corbehem est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[13],[14],[15]. Elle appartient à l'unité urbaine de Douai-Lens, une agglomération inter-départementale regroupant 67 communes[16] et 503 966 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue. L'agglomération de Douai-Lens est la dixième plus importante de la France en termes de population, derrière celles de Paris, Lyon, Marseille-Aix-en-Provence, Lille (partie française), Toulouse, Bordeaux, Nice, Nantes et Toulon[17],[18].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Douai dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 61 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[19],[20].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (61,2 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (72,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (32,9 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (28,3 %), terres arables (19,7 %), zones agricoles hétérogènes (11,1 %), forêts (7,9 %)[21]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la route départementale D 45[22].

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Le nord de son territoire est traversé par la ligne de Paris-Nord à Lille, et dispose d'une halte desservie par des trains TER Hauts-de-France qui effectuent des missions entre les gares : de Arras, ou Achiet, et de Douai ; d'Arras et de Lille-Flandres.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Corbelhan en 1081 ; Corbelhem en 1105 ; Corbehem en 1289 ; Corbehan en 1297 ; Corbeham en 1306 ; Corbehan en 1307 ; Courbehem en 1515 ; Corbehein en 1720[23], Corbehem en 1793 et Corbihem et Corbehem depuis 1801[24].

Corbeham en flamand[25].

Histoire[modifier | modifier le code]

Révolution française[modifier | modifier le code]

En prémisse à la Révolution française, dans leur cahier de doléances[26], plaintes et remontrances, les habitants, corps et communautés de Corbehem réunis en assemblée le , demandent :

  • 32 députés du tiers-état, élus par les communautés de campagne, pour représenter la province d'Artois ;
  • des suffrages comptés par tête et (non) par ordre ;
  • une justice rendue gratuitement ;
  • un impôt pour tous, y compris les nobles et les ecclésiastiques ;
  • la suppression des corvées ;
  • la suppression des fiefs dans les familles roturières ;
  • que chaque communauté puisse défricher ou conserver ses communes, marais ou pâturages ;
  • que l'on oblige les États de distribuer les quatre cents mille livres accordées à l’assemblée générale à chacun des habitants dont les récoltes ont été grêlées le treize juillet dernier, à proportion des pertes qu’ils ont essuyées, selon les estimations faites par les experts envoyés de la part desdits États.

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

La ligne de chemin de fer Paris - Lille a été mise en service en 1846. En 1907 est créé un embranchement vers Lens qui a fonctionné de 1907 à 1955 (pour les voyageurs).

La commune s'industrialise dès 1838, avec la création de la distillerie Lefebvre en 1838, attirée par la voie d'eau de la Scarpe. De nombreuses autres entreprises industrielles s'installent ensuite sur la commune : raffinerie de sucre, chaudronnerie, potasserie, malterie[27],[28]...

Un embranchement particulier est établi en 1883 pour relier la ligne de chemin de fer à l'embranchement industriel établi par M. Paul Paix et Cie[29].

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

La commune a subi des destructions pendant la Première Guerre mondiale[30],[31],[32],[33],[34].

Elle a été décorée de la Croix de guerre 1914-1918 le [35].

La reconstruction est menée notamment par la Société coopérative de reconstruction de Corbehem.

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Les frères Joseph et Henri Beghin, qui exploitent la sucrerie de Thumeries, rachètent de multiples usines détruites lors de la Première Guerre mondiale, ainsi que des champs et des habitations. Ils construisent la sucrerie en 1920 à l'emplacement de l'ancienne distillerie Lefebvre, puis la cartonnerie en 1926. Les deux premières usines à papier sont mises en service en 1928 et 1929, destinées principalement au papier journal[36]. Au début des années 1930, le site comporte une sucrerie, une distillerie, deux machines à carton et 3 machines à papier. Dès 1934, l'usine se dote d'une centrale électrique, dont les chaudières alimentent également en vapeur les rouleaux sécheurs des machines à papier[37],[27],[38],[39].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Trente glorieuses et temps actuels[modifier | modifier le code]

Ferdinand Béghin, fils de Henri, reprend les installations Béghin et assure son développement. La sucrerie devient la plus importante du groupe. La cartonnerie sert à la fois à l'emballage du sucre, avec la machine no 1 et la production vendue à d'autres entreprise (machine no 2. En 1957 est mise en service la machine no 4. En 1961, l'usine est la première papèterie de France, essentiellement destinée à la production de papier journal. En 1963, elle est l'une des premières à produire papier couché, notamment utilisé par les magazines, activité qui deviendra la principale de l'entreprise à partir des années 1980. Compte tenu de l'importante consommation énergétique de l'entreprise, une deuxième centrale est mise en service en 1963, puis une troisième centrale à gaz dans les années 1980, sans pour autant permettre à l'usine d'être autosuffisante en énergie, qui est alors l'un des 10 premiers clients nationaux d'EDF[27].

L'usine commence à décliner à partir des années 1970, avec l'arrêt de la machine à carton no 1 en 1979, de la distillerie en 1983, et de la sucrerie, devenue trop petite, en 1986.puis l'arrêt de la cartonnerie en 1997. Il ne subsiste plus que la papeterie, qui change à plusieurs reprises de dénomination pour devenir, en 1998, Stora Enso. La machine no 5 est mise en service en 1990, et remplace les machines no 1 et 2 qui sont alors arrêtées. Cette machine no 5 est alors la plus grande du monde[27]. L'industrie du papier couché étant devenue excédentaire au niveau mondial, les machines no 3 et 4 sont arrêtées, malgré un important conflit social en 2006, et ne subsiste que la machine no 5[27].

En 2006, le groupe finlandais Stora Enso annonce un plan de réduction mondial des effectifs. Pour éviter le licenciement, ses salariés français fondent les Géants du papier solidaire. En septembre 2006, le fonds d'investissement Green Recovery propose de racheter deux machines à papier à Corbehem[40], mais le projet est bloqué à la dernière minute[41].

La papèterie ferme en 2014[42].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Arras du département du Pas-de-Calais.

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

Corbehem était membre de la communauté de communes Osartis, créée à la fin de 1999 sous le nom de communauté de communes Scarpe-Sensée .

Celle-ci fusionne avec sa voisine pour former, le la communauté de communes Osartis Marquion dont est désormais membre la commune.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie depuis 1793 du canton de Vitry-en-Artois[24]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Brebières.

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie depuis 2012 de la première circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Lors du premier tour des élections municipales le , dix-neuf sièges sont à pourvoir ; on dénombre 1 512 inscrits, dont 777 votants (51,39 %), 8 votes blancs (1,03 %) et 749 suffrages exprimés (96,40 %). La liste Corbehem avenir menée par le maire sortant Dominique Bertout recueille 562 voix (75,03 %) et ainsi dix-sept sièges au conseil municipal contre deux pour la liste Corbehem ensemble menée par Éric Morelle avec 187 voix (24,97 %)[43].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    André Evrard Républicain Conseiller général de Vitry-en-Artois (1886 → 1913)
    Jules Evrard RG Fils du précédent
Conseiller général de Vitry-en-Artois (1913 → 1928)
1947   Jean Desmons   Ancien combattant
octobre 1948 1971 Marcel Flodrops SFIO  
1971 mars 1983 Claude Paquet SE Responsable SAV de la SEUM
mars 1983 mars 2008 Maurice Herbaut DVG Employé de la métallurgie
mars 2008 En cours
(au 26 mai 2020)
Dominique Bertout DVG Chargé d'affaires
Vice-président de la CC Osartis Marquion (2014 → )
Réélu pour le mandat 2014-2020[44]
Réélu pour le mandat 2020-2026[45]
Réélu pour le mandat 2020-2026[46],[47]

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Espaces publics[modifier | modifier le code]

La commune est labellisée « 2 fleurs » au concours des villes et villages fleuris[48].

Justice, sécurité, secours et défense[modifier | modifier le code]

La commune dépend du tribunal judiciaire d'Arras, du conseil de prud'hommes d'Arras, de la cour d'appel de Douai, du tribunal de commerce d'Arras, du tribunal administratif de Lille, de la cour administrative d'appel de Douai, du pôle nationalité du tribunal judiciaire d’Arras et du tribunal pour enfants d'Arras[49].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants sont appelés les Corbehemois[50].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[51]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[52].

En 2021, la commune comptait 2 266 habitants[Note 4], en diminution de 3,33 % par rapport à 2015 (Pas-de-Calais : −0,76 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
268249274283334303360352387
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
6006206777477678509311 0091 026
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0531 1021 1239141 2281 4711 6921 5921 607
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 8702 0942 6112 3682 3462 3182 2242 2242 221
2015 2020 2021 - - - - - -
2 3442 2722 266------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[53].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 36,5 %, soit légèrement en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). De même, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 24,1 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 1 144 hommes pour 1 195 femmes, soit un taux de 51,09 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,5 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[54]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ou +
2,7 
5,7 
75-89 ans
10,8 
12,7 
60-74 ans
15,6 
20,2 
45-59 ans
17,4 
20,3 
30-44 ans
20,9 
16,2 
15-29 ans
14,7 
24,5 
0-14 ans
17,9 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2020 en pourcentage[55]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,6 
5,5 
75-89 ans
8,9 
16,4 
60-74 ans
17,8 
20,3 
45-59 ans
19,3 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,1 
15-29 ans
16,2 
20,2 
0-14 ans
18,1 

Économie[modifier | modifier le code]

L'entreprise de construction Colas Nord-Picardie inaugure en mai 2009 une usine d'enrobement sur l'ancien site de Stora Enso, certains ouvriers du groupe finlandais y étant embauchés[56].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château d'eau.
  • L'église Notre-Dame construite sur l'initiative de l'abbé Deplantay, curé de Corbehem, vers 1896, aux frais du banquier Louis Dupont, qui habitait le village[57], reconstruite dans les années 1920 en conservant les parties qui ont échappé aux destructions de la Première Guerre mondiale. L'église, de style néo-gothique est principalement en briques. Au-dessus du portail se trouve une statue de la Vierge à l'Enfant, sous laquelle se trouvent les lettres « AM » entrelacées, pour « Ave Maria »[58]. Elle contient des fonts baptismaux de 1530 en grès[59] et un buffet d'orgue, également de style néo-gothique, en chêne teinté, composé de quatre tourelles et de trois plates-faces[60].
  • Le monument aux morts d'Henri-Émile Rogerol[61].
  • La gare de Corbehem.
  • Le manoir des Cèdres, qui appartint à la famille Lefebvre, créateur de la distillerie au début du XIXe siècle. En ruines à la fin de la Première Guerre mondiale, le manoir est reconstruit en 1924 et doté d'une belle façade Art déco agrémentée de bow-windows colorés et d’une verrière réalisée par le maître-verrier lillois Pierre Turpin[62]

Géants de processions et de cortèges[modifier | modifier le code]

Jean de Corbehem, en visite à Roclincourt en 2011.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Corbehem Blason
De gueules à neuf flammes d'or ordonnées 4, 3 et 2 ; au chef du même chargé d'une aigle de sable[64].
Ornements extérieurs
Croix de guerre 1914-1918
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marc de Ferrière Le Vayer, Les cinq vies de Corbehem : de Béghin à Stora Enzo, l'aventure d'une usine, Douai, Pagine éditions, , 191 p. (ISBN 978-2-912208-02-6).
  • Marc de Ferrière Le Vayer et Jean-Claude Daumas (dir.), Le capitalisme familial : logique et trajectoire : Actes de la journée d'études de Besançon du 17 janvier 2002, Besançon, Presses universitaires franc-comtoises, coll. « Série historique », , 254 p. (ISBN 978-2-84867-036-2, lire en ligne), « Les Béghin, du sucre au papier L'échec d'une certaine forme de capitalisme (1870-1977) », p. 77-95 [lire en ligne (page consultée le 6 juillet 2018)] sur Google books..

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Scarpe canalisée (E2--0110) (E2--0110) » (consulté le )
  2. éditions Dellille-Mohler, « Carte postale ancienne : Corbehem - Les écluses jumelles », Fonds des Albums Valois - Département du Pas-de-Calais - Volume 19, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, années 1900-1910 (consulté le ).
  3. éditions Dellille-Mohler, « Carte postale ancienne : Corbehem - Le Pont », Fonds des Albums Valois - Département du Pas-de-Calais - Volume 19, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, années 1900-1910 (consulté le ).
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - canal de la Sensée ( E21-0272) » (consulté le )
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - Filet de Noyelles (E2250700) » (consulté le )
  6. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  7. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Corbehem et Douai », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station Météo-France « Douai » (commune de Douai) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  10. « Station Météo-France « Douai » (commune de Douai) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  11. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  12. « ZNIEFF 310013748 - bassins de Brebières et bois du grand marais », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  13. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  14. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  15. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Unité urbaine 2020 de Douai-Lens », sur insee.fr (consulté le ).
  17. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  18. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  19. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Douai », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  20. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  21. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  22. « La commune sur le site OpenStreetMap », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  23. Dictionnaire topographique du Pas-de-Calais : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Bibliothèque nationale de France.
  24. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. « Communes du Nord-Pas-de-Calais », La Flandre, Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois (consulté le ).
  26. Extrait de cahiers de doléances, consulté 2009 12 31
  27. a b c d et e « Usines Béghin (page 1/10) », Les anciennes usines Beghin de Corbehem, Patrimoine industriel (consulté le ).
  28. éditions Dellille-Mohler, « Carte postale ancienne Corbehem : La distillerie », Fonds des Albums Valois - Département du Pas-de-Calais - Volume 19, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, années 1900-1910 (consulté le ).
  29. « Rapport de l'ingénieur en chef du contrôle de l'exploitation », Rapports et délibérations / Département du Pas-de-Calais, Conseil général,‎ , p. 249 (lire en ligne, consulté le ).
  30. Carte spéciale des régions dévastées, document mentionné en liens externes.
  31. Section photographique de l'armée, « Photo : Corbehem. Le pont détruit par les Allemands avant leur retraite », Fonds des Albums Valois - Département du Pas-de-Calais - Volume 19, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le ).
  32. Section photographique de l'armée, « Photo : Corbehem. Fabrique de bidons détruite par les Allemands. Atelier d'emplissage des bidons », Fonds des Albums Valois - Département du Pas-de-Calais - Volume 19, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le ).
  33. Section photographique de l'armée, « Photo : Corbehem. Fabrique de bidons détruite par les Allemands. Atelier », Fonds des Albums Valois - Département du Pas-de-Calais - Volume 19, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le ).
  34. Section photographique de l'armée, « Photo : Corbehem. Fabrique de bidons détruite par les Allemands. Bâtiment de réception et des emballages », Fonds des Albums Valois - Département du Pas-de-Calais - Volume 19, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le ).
  35. Journal officiel du 24 septembre 1920, p. 14066.
  36. Marc De Ferrière Le Vayer (dir.), « Sites et usines de l’industrie papetière en France au XXe siècle : évolution nationale et étude de cas (Corbehem) », dans La mémoire de l’industrie. De l'usine au patrimoine, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, , 351-364 p. (ISBN 978-2-84867-140-6, DOI 10.4000/books.pufc.28224, lire en ligne)
  37. Marc de Ferrière Le Vayer, Les Béghin, du sucre au papier L'échec d'une certaine forme de capitalisme (1870-1977)ouvrage cité en bibliographie.
  38. Film Fabrication du sucre, Ministère de l'Agriculture, 1930 sur INA.
  39. « Avant-Après, l’ancienne entrée des usines Béghin », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  40. Green Recovery reprend deux machines à papier chez Stora Corbehem, Les Échos n° 19748 du 11 septembre 2006 • page 22
  41. T. M., « A Corbehem, l'usine de Stora à nouveau dans l'inquiétude : L'année dernière, le groupe suédo-finlandais fermait deux des trois machines de son usine de Corbehem, dans le Pas-deCalais. La fin d'un rêve pour Les Géants de papier solidaires, cette association d'employés qui avait un projet de reprise. Aujourd'hui, la pérennité du site est en cause », Les Échos,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  42. AFP, « La papeterie Stora Enso de Corbehem fermera en juin : Aucun repreneur ne s'est manifesté pour le site, qui emploie 350 personnes dans le Pas-de-Calais », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  43. « Élections municipales, Corbehem », La Voix du Nord, édition Douaisis, no 24165,‎ , p. 32.
  44. Géraldine Csizmadia, « Les projets des maires - Corbehem: Le petit château d’eau sera rénové, la bibliothèque rouvrira en novembre : Dominique Bertout, réélu maire à l’issue du premier tour des élections municipales, trace les grandes lignes du mandat qui débute : « des projets en rapport à nos moyens » », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  45. N. L., « Dominique Bertout réélu à Corbehem : Sans surprise, le maire sortant retrouve son fauteuil pour un troisième mandat. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  46. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur data.gouv.fr, (consulté le ).
  47. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  48. « label de la commune », sur concours des villes et villages fleuris (consulté le ).
  49. « Tribunaux dont la commune dépend », sur justice.fr (consulté le ).
  50. Roger Brunet, « France, le trésor des régions », sur tresordesregions.mgm.fr (consulté le ).
  51. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  52. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  53. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  54. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Corbehem (62240) », (consulté le ).
  55. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  56. À Corbehem, les premiers pas de l'usine Colasdévoilés aux habitants, La Voix du Nord, 11 juillet 2009
  57. éditions Dellille-Mohler, « Carte postale ancienne : Corbehem - L'Église », Fonds des Albums Valois - Département du Pas-de-Calais - Volume 19, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, années 1900-1910 (consulté le ).
  58. Jean-Pierre Brémard, Mémoire en images, Brebières et ses environs, éd. Alan Sutton, Joué-lès-Tours, 1999
  59. « Les fonts baptismaux », notice no PM62000531, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture.
  60. « Orgue », notice no IM62001628, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture.
  61. « Le monument aux morts », sur Mémoires de pierres (consulté le ).
  62. « Coups de projecteur : Le manoir de Cèdres à Corbehem, vendredi 23 mars », L'Observateur de l'Arrageois, no 626,‎ , p. 13 (ISSN 0151-7783).
  63. Le nouveau mimois de Jean de Corbéhem L'Avenir de l'Artois, 8 juin 2011.
  64. « Blason », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).