Bomy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bomy
Bomy
La mairie
Blason de Bomy
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Saint-Omer
Intercommunalité CC du Pays de Saint-Omer
Maire
Mandat
Alain Deblock
2020-2026
Code postal 62960
Code commune 62153
Démographie
Gentilé Bomynois
Population
municipale
645 hab. (2019 en augmentation de 5,56 % par rapport à 2013)
Densité 44 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 34′ 29″ nord, 2° 14′ 10″ est
Altitude Min. 85 m
Max. 180 m
Superficie 14,63 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Saint-Omer
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Fruges
Législatives 6e circonscription du Pas-de-Calais
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bomy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bomy
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Bomy
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Bomy
Liens
Site web bomy.fr

Bomy est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Ses habitants sont appelés les Bomynois.

La commune comporte un bourg principal (Bomy), 2 Hameaux principaux avec Petigny et Groeuppe ainsi que des hameaux plus petits (Rupigny, Berquigny, Le Grand Bois)

La commune fait partie de la communauté d'agglomération du Pays de Saint-Omer qui regroupe 53 communes et compte 105 169 habitants en 2018.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune se situe à 12 km de Fruges (chef-lieu de canton) et à 26 km de Saint-Omer (chef-lieu d'arrondissement et aire d'attraction)[1],[2].

Carte interactive (cliquer sur la carte).

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de huit communes :

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est situé dans le bassin Artois-Picardie.

La commune est drainée par la Laquette, cours d'eau naturel de 23,39 km, qui prend sa source dans la commune de Beaumetz-lès-Aire et se jette dans la Lys au niveau de la commune d'Aire-sur-la-Lys[3]. La Laquette a deux affluents : le Bomy 1, cours d'eau de 2,27 km, qui se jette dans la Laquette au niveau de la commune et qui prend sa source dans la commune de Laires[4] et le Bomy 2, cours d'eau de 2,24 km, qui prend sa source dans la commune et qui se jette dans la Laquette au niveau de la commune[5].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc de type 5 »[Note 1], selon la typologie des climats en France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[6].

Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après[6].

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000

  • Moyenne annuelle de température : 10 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,5 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 0,9 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 13,5 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 894 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,9 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,9 j

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal comprend une ZNIEFF de type 2[Note 3] : la haute vallée de la Lys et ses versants en amont de Thérouanne. L’entité paysagère de la haute vallée de la Lys et ses versants s’étire sur une vingtaine de kilomètres du Nord au Sud pour moins de dix d’Est en Ouest dans le Haut Artois[7].

Site classé[modifier | modifier le code]

Un site classé ou inscrit est un espace (naturel, artistique, historique,...) profitant d'une conservation en l'état (entretien, restauration, mise en valeur...) ainsi que d'une préservation de toutes atteintes graves (destruction, altération, banalisation...) en raison de son caractère remarquable au plan paysager. Un tel site justifie un suivi qualitatif, notamment effectué via une autorisation préalable pour tous travaux susceptibles de modifier l'état ou l'apparence du territoire protégé[8].

Dans ce cadre, la commune présente un site classé par arrêté du  : les arbres formant la rotonde des tilleuls[9].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Bomy est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[10],[11],[12].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Omer, dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire, qui regroupe 79 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[13],[14].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (92,7 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (92,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (57 %), prairies (35,7 %), forêts (3,9 %), zones urbanisées (3,3 %)[15].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[16].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la route départementale D 130[17] ainsi que la D 158.

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

La commune se trouve à 18 km de la gare d'Anvin, située sur la ligne de Saint-Pol-sur-Ternoise à Étaples, desservie par des trains TER Hauts-de-France[18]. Elle est également à 18 km de la gare de Berguette Isbergues sur la ligne de Dunkerque à Arras (via Hazebrouck et Béthune).

Énergie[modifier | modifier le code]

Sur le territoire de la commune se trouve une ligne de douze éoliennes à la limite avec Vincly et Reclinghem, atteignant 101 m de haut. Un autre groupe d'éoliennes lui fait face du côté de Fauquembergues.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Bommi (1184), Bomi (1188), Boumi (1223), Bomy (1321), Bonmy (1375), Bommy (vers 1512) et Bomy depuis 1793 et 1801[19],[20].

Bomi en flamand et Boumy en picard.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de Bomy est lié à une trêve signée en 1537 entre les envoyés de François Ier et ceux de Charles Quint, dans l'ancien château dont il ne reste que les fondations dans le parc du château actuel. Cette trêve fut de courte durée car les hostilités continuèrent jusqu'à la destruction de Thérouanne.

En 1578, la seigneurie de Bomy appartient à un membre de la famille de Wissocq ; sa fille Antoinette est abbesse de l'abbaye Notre-Dame de Bourbourg[21].

En 1599, Julien de Wissocq, chevalier, seigneur de Bomy, rachète les fiefs constituant la seigneurie de Drincham (voir seigneurs de Drincham). Sa fille Marie de Wissocq, est l'épouse de Gilbert Vilain de Gand, fils de Maximilien Vilain de Gand[22].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Saint-Omer du département du Pas-de-Calais[20].

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté d'agglomération du Pays de Saint-Omer.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée au canton de Fruges.

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la sixième circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Anicet Joly    
mars 2008 En cours
(au 2 février 2022)
Alain Deblock   Ancien cadre
Réélu pour le mandat 2014-2020[23],[24],[25],[26]
Réélu pour le mandat 2020-2026[27],[28]

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Justice, sécurité, secours et défense[modifier | modifier le code]

La commune dépend du tribunal judiciaire de Saint-Omer, du conseil de prud'hommes de Saint-Omer, de la cour d'appel de Douai, du tribunal de commerce de Boulogne-sur-Mer, du tribunal administratif de Lille, de la cour administrative d'appel de Douai, du tribunal judiciaire de Boulogne-sur-Mer et du tribunal pour enfants de Saint-Omer[29].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Bomynois[30].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[31]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[32].

En 2019, la commune comptait 645 habitants[Note 6], en augmentation de 5,56 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
750733721756804764773795860
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
832868872833845798796773796
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
763851817757726676676678685
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
695674658603608604603603606
2017 2019 - - - - - - -
631645-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[33].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 34,2 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). De même, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 24,8 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 325 hommes pour 313 femmes, soit un taux de 50,94 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,5 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[34]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ou +
1,0 
8,1 
75-89 ans
10,0 
14,3 
60-74 ans
15,8 
21,2 
45-59 ans
19,7 
21,2 
30-44 ans
20,0 
14,6 
15-29 ans
14,2 
20,2 
0-14 ans
19,3 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[35]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument Historique[modifier | modifier le code]

Le château de Bomy est construit en 1755 par le marquis de Trazegnies, seigneur de Bomy, et son épouse Marie Ferdinande de Croÿ. Il est confisqué et vendu à la Révolution. Il sert un moment de sucrerie. Il est racheté par le baron de Vilmarest en 1839.

Les façades et toitures, trois escaliers intérieurs avec rampes en bois sculpté, un grand salon, un petit salon d'été (ancienne salle à manger), une salle à manger actuelle et un petit appartement du XVIIIe siècle dans l'aile nord, avec leur décor, font l’objet d’un classement et les façades et toitures des communs d'une inscription au titre des monuments historiques depuis le [36].

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Bomy Blason
D'argent à cinq tilleuls de sinople ordonnés en chevron, soutenus d’une tour de sable, accompagnés en chef et en pointe de deux fasces de gueules, la première chargée de deux gerbes de blé d'or, la seconde d’une seul, à la plaine ondée d’azur[39].
Détails
Inspiré des armes de la famille de Wissocq qui portait : « de gueules à la fasce d'argent accompagnée de trois losanges d'or ». Les gerbes de blé représentent la ruralité et l'agriculture. La champagne ondée évoque la source de la rivière La Laquette, la tour est pour l'ancien château local, bâti en 1600, et enfin les tilleuls sont ceux qui bordent la cour d'honneur du château actuel, construit en 1755.
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le climat océanique franc de type 5 occupe un mince liseré en bordure de la mer du Nord et l'ensemble de la Normandie, la Bretagne, la Vendée et les Charentes. Un espace océanique réduit occupe l'ouest des landes et des Pyrénées-atlantiques. Les températures sont moyennes et très homothermes : l'amplitude annuelle (moins de 13°C d'écart entre juillet et janvier), le nombre de jours froids (moins de 4) et chauds (moins de 4) et la variabilité interannuelle sont minimaux. Les précipitations sont annuellement abondantes (un peu plus de 1000 mm) et fréquentes en hiver (plus de 13 jours en janvier). L'été est également pluvieux (8-9 jours en juillet) mais les cumuls sont réduits. Le climat océanique se caractérise enfin par une forte variation interannuelle des précipitations d'hiver. (Source : Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography).
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance entre la commune et Fruges », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  2. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance entre la commune et Saint-Omer », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - Laquette (E3510850 ) » (consulté le )
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bomy (E3510960 ) » (consulté le )
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bomy (E3510950 ) » (consulté le )
  6. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  7. « ZNIEFF 310007270 - La haute Vallée de la Lys et ses versants en amont de Thérouanne », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  8. Articles L. 341-1 à 22 du code de l'environnement
  9. « Bilans annuel de la politique de classement des sites », sur ecologie.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  12. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  13. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Saint-Omer », sur insee.fr (consulté le ).
  14. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  15. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  16. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  17. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « La commune sur le site OpenStreetMap », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  18. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance entre la commune et la gare d'Anvin », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  19. Auguste de Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne), p. 59.
  20. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Georges Dupas, Le clergé, les couvents et leurs biens dans la châtellenie de Bourbourg avant la Révolution, Coudekerque-Branche, Galaad, 2000, p. 41.
  22. Georges Dupas, Seigneuries et seigneurs de la châtellenie de Bourbourg, Coudekerque- Branche, Galaad Graal, , p. 164-165.
  23. Hervé Vaughan, « Le bilan des maires à Bomy, avec Alain Deblock : un riche mandat qui se termine par… la scission du conseil municipal : Tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes pour Alain Deblock, maire, si au moins deux de ses trois adjoints n’avaient pas décidé de se présenter contre lui en mars. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  24. « Bomy : Alain Deblock au côté d’une équipe en partie renouvelée : Élus au premier tour de scrutin, les quinze candidats de la liste « Unie, dynamique et solidaire » conduite par Alain Deblock, maire sortant, étaient réunis samedi matin à la mairie pour l’élection du maire et de ses trois adjoints. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  25. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  26. M.-F. B. (CLP), « Les projets des maires : à Bomy, Alain Deblock veut terminer la rénovation de l’église : Après deux mandats de conseiller municipal de 1983 à 1995, Alain Deblock est devenu maire de Bomy en 2008. Il a entamé son deuxième mandat en mars. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  27. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  28. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  29. « Tribunaux dont la commune dépend », sur justice.fr (consulté le ).
  30. Roger Brunet, « France, le trésor des régions », sur tresordesregions.mgm.fr (consulté le ).
  31. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  32. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  33. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  34. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Bomy (62153) », (consulté le ).
  35. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  36. « Château », notice no PA00108210, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  37. « Le monument aux morts », sur Mémoires de pierres (consulté le ).
  38. « Source Sainte Frévisse de Bomy », sur geocaching.com (consulté le ).
  39. « 62153 Bomy (Pas-de-Calais) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).