Épinoy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Épinoy
Épinoy
Façade de la mairie d'Épinoy.
Blason de Épinoy
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Intercommunalité Communauté de communes Osartis Marquion
Maire
Mandat
Corinne Delevaque
2020-2026
Code postal 62860
Code commune 62298
Démographie
Gentilé Spinassiens
Population
municipale
547 hab. (2018 en diminution de 0,73 % par rapport à 2013)
Densité 68 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 13′ 50″ nord, 3° 09′ 48″ est
Altitude Min. 45 m
Max. 79 m
Superficie 8,08 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Douai
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bapaume
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Épinoy
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Épinoy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Épinoy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Épinoy

Épinoy est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune à la frontière entre les départements du Nord (59) et du Pas-de-Calais (62). À égale distance entre Douai et Cambrai. Épinoy se situe sur un plateau, à quelques kilomètres de la vallée de la Sensée. Une ancienne base aérienne militaire est installée (BA 103) sur le territoire de la commune (en reconversion pour le futur projet E-Valley, plus grande plateforme e-logistique européenne)

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Épinoy est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Douai, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 61 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (79,5 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (77,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (79,5 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (15,6 %), zones urbanisées (4,9 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tombe d'Eugène Bustin dans le cimetière d'Épinoy.
Épinoy dans son canton et dans l'arrondissement d'Arras.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Léon Rincheval devient chevalier de la légion d'honneur le en sa qualité de maire, fonction qu'il occupe alors depuis trente-quatre ans et huit mois.

Titulaires de la fonction de maire d'ÉpinoyVoir et modifier les données sur Wikidata
IdentitéPériodeDuréeÉtiquette
DébutFin
Eugène Bustin (d)
( - )
Léon Rincheval (d)[8]
(né le )
Gilbert Théron (d)[9],[10],[11]
(né le )
24 ans et 11 mois divers droite
Corinne Delevaque (d)[12],[13]
(née le )
En cours1 an, 4 mois et 29 jours

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[15].

En 2018, la commune comptait 547 habitants[Note 3], en diminution de 0,73 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : +0,1 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
597571697867956924920878846
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
776819860800801866850793750
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
739747708555596552551426523
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
478452466444463498514517544
2017 2018 - - - - - - -
546547-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (19,3 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,3 % contre 48,4 % au niveau national et 48,2 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,3 % d'hommes (0 à 14 ans = 23,8 %, 15 à 29 ans = 15 %, 30 à 44 ans = 27,7 %, 45 à 59 ans = 16,5 %, plus de 60 ans = 16,9 %) ;
  • 49,7 % de femmes (0 à 14 ans = 21 %, 15 à 29 ans = 14 %, 30 à 44 ans = 23,7 %, 45 à 59 ans = 19,5 %, plus de 60 ans = 21,7 %).
Pyramide des âges à Épinoy en 2007 en pourcentage[18]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
0,0 
5,0 
75 à 89 ans
8,9 
11,9 
60 à 74 ans
12,8 
16,5 
45 à 59 ans
19,5 
27,7 
30 à 44 ans
23,7 
15,0 
15 à 29 ans
14,0 
23,8 
0 à 14 ans
21,0 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[19]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Façade de l'église d'Épinoy
(Pas-de-Calais).
Panneau d'accueil de la commune d'Épinoy.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Florence de Verquigneul (1559 - 1638), religieuse bénédictine, est née à Épinoy.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Epinoy.svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

d'or aux trois lionceaux naissants de gueules, armé et lampassés d'argent, au chef d'hermine chargé d'un croissant de sable.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Douai », sur insee.fr (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. « Léon Rincheval », base Léonore
  9. Bernard Lesage, « Le Bilan des maires - Épinoy : motivé par la bonne entente au conseil, Gilbert Théron sollicitera de nouveau les électeurs en 2014 », La Voix du Nord,  : « Gilbert Théron a été élu au conseil municipal il y a 42 ans. Quatre mandats de conseiller avant d’occuper le fauteuil majoral depuis 1995 et la présidence du SIVOM depuis 2008. »
  10. « Épinoy : Gilbert Théron entame son quatrième mandat », La Voix du Nord,  : « Gilbert Théron, retraité de l’agriculture et maire sortant à la tête de la liste unique a été réélu sans surprise par le conseil municipal avec quatorze voix sur quinze. »
  11. « Les projets du maire d’Épinoy : priorité à l’autofinancement pour des réalisations raisonnables », La Voix du Nord,  : « Avec trois adjoints pour épauler le maire, Gilbert Théron, réélu une nouvelle fois en mars, le conseil municipal, composé de quinze élus, a le projet, après les réalisations en cours, de s’occuper de la réfection de plusieurs trottoirs au centre du village. »
  12. « Épinoy : Corinne Delevaque a été élue maire », La Voix du Nord,‎ (ISSN 0999-2189 et 2491-3189, notice BnF no FRBNF34418428, lire en ligne) :

    « C’est Corinne Delevaque, candidate de la liste unique menée par Fabrice Libéral, qui a été élue à la tête du village. Elle succède à Gilbert Theron. »

    Voir et modifier les données sur Wikidata
  13. Bérangère Flament, « Qui est votre maire ? À Épinoy, Corinne Delevaque sait qu’il ne faut pas perdre de temps », La Voix du Nord,‎ (ISSN 0999-2189 et 2491-3189, notice BnF no FRBNF34418428, lire en ligne) :

    « Conseillère municipale lors du précédent mandat, la nouvelle maire, en endossant l’écharpe, veut travailler en concertation avec l’équipe constituée autour d’elle. »

    Voir et modifier les données sur Wikidata
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  18. « Évolution et structure de la population à Épinoy en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  19. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).