Industrie textile dans le Nord-Pas-de-Calais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ancien peignage Motte à Roubaix.

L'industrie textile dans le Nord-Pas-de-Calais est un secteur économique d'une région française. Dans la région et dans les années 1950, l'industrie textile est un des trois piliers économique avec l'industrie charbonnière et la sidérurgie ; ce qui valut le surnom d'« usine de la France » à la région.

Dans la région Nord-Pas-de-Calais, l'industrie textile s'est majoritairement répandue sur Roubaix, Tourcoing, leurs alentours et Lille.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les villes drapières[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de la laine et du drap.

La plus ancienne industrie du Nord de la France est l'industrie textile[1].

Source importante de revenus dans les villes flamandes dès le Xe siècle elle connut son plein développement au XIIe siècle[2]. Les marchands associés au sein de la Hanse des XVII villes (qui compta jusqu'à 25 villes) organisaient le commerce de cette production.

L'essor de la sayetterie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Sayetterie.

L'industrialisation[modifier | modifier le code]

L'industrie textile de Tourcoing et de Roubaix date vraisemblablement du XIVe siècle. Son existence est attestée au XVIe siècle à Tourcoing, au XVIIIe siècle à Roubaix[3]. Il existait à Wattrelos, 105 tisserands contre 62 à Roubaix, au début du XVIIe siècle[4].

Jusqu'au début du XIXe siècle, les paysans filaient et tissaient à domicile sur des métiers dont ils étaient propriétaires et apportaient leur production à Lille, Roubaix et Tourcoing à des marchands-fabricants, échelon intermédiaire entre l'ouvrier et le négociant[5].

La mécanisation de l'industrie et la concentration dans des ateliers des ouvriers qui travaillent dans des conditions très dures (longueur extrême des journées de travail, insécurité…) remplacent progressivement le travail à domicile au cours de la première moitié du XIXe siècle.

Le 3 décembre 1881, dix-sept peigneurs de laines fines se réunissent à l'hôtel de l'Europe à Lille afin de « mettre un terme à la concurrence ruineuse qu’ils se faisaient jusqu’à ce jour »[6].

Le 30 avril 1911, la ville de Roubaix accueille l'Exposition internationale du Nord de la France[7].

Les usines sont pour la plupart détruites ou fortement endommagées et leurs équipements emportés en Allemagne lors de l'occupation du Nord-Est de la France par l'Allemagne pendant la Première Guerre mondiale. Certains de leurs dirigeants sont déportés avec d'autres notabilités de la région lilloise au camp de Holzminden. D'autres qui avaient pu quitter la région restés à l'arrière préparent l'après guerre en constituant à Paris dès le 24 décembre 1914 une association pour les sinistrés du Nord et en formant un regroupement de plusieurs des principaux industriels dans la Société immobilière d’industrie textile qui aboutira à la création en 1919 d'une filiale commune « La Cotonnière lilloise ». Cette nouvelle entreprise construira dans le quartier des Bois Blancs à Lille, une vaste usine fermée en 1989 dont les bâtiments réhabilités abritent les activités d'EuraTechnologies.

Le versement des indemnités pour dommages de guerre regroupées dans un «Comptoir central d'achats industriels pour les régions envahies» permet une reconstruction relativement rapide au début des années 1920, l'activité étant rétablie à la fin de 1923[8].

L'industrie fut frappée par la crise des années 1930. À la suite de la déclaration d'une baisse de 10 % puis de 4 % du salaire, le , 114 500 ouvriers sur 127 601, d'après les sources patronales, se mirent en grève. Les patrons qui ne voulaient rien entendre et la médiation de l'évêque de Lille Achille Liénart n'y changea rien. La grève dura jusqu'au 24 juillet de la même année[9],[10]. Les 12 et 13 juin, des émeutes, consécutives à la grève, éclatèrent à Roubaix. La justice ordonna en représailles des descentes de police dans les maisons du peuple communistes de Roubaix, Tourcoing, Halluin et Lille[11]. Ce conflit fait l'objet du roman de Maxence Van der Meersch « Quand les sirènes se taisent ».

L'occupation de la Seconde guerre mondiale fut moins désastreuse que celle de la Première. Contrairement à la période de 1914 à 1918 où les usines étaient pratiquement arrêtées et leur matériel pillé, l'industrie continua de fonctionner, cependant ralentie par la pénurie de matières premières et de main d'œuvre ponctionnée par la captivité en Allemagne et le STO mais la plus grande partie de la production était détournée au profit du l'effort de guerre du Reich. La filature de coton sortit de la guerre sinistrée à 30 % et les usines Thiriez du Faubourg de Béthune et de Loos furent dévastées par les combats de mai 1940 mais la filature de lin était épargnée et l'industrie de la laine de Roubaix-Tourcoing connut peu de difficulté de remise en marche.

Le début des années 1950 fut une période d'euphorie pour l'industrie textile où l'écoulement des produits finis était sans difficulté. Les handicaps d'une mono-industrie insuffisamment modernisée, perdant ses marchés coloniaux et subissant la concurrence précoce des pays émergents suscitée en partie par les implantations étrangères des entreprises du Nord, se révélèrent progressivement au cours de la période suivante, bien avant la fin de la prospérité des trente glorieuses. Les concentrations et restructurations des années 1960, 1970 et 1980 ne firent que ralentir le déclin de l'industrie du Nord jusqu'à sa quasi disparition dans le domaine de la fabrication au XXIe siècle[12].

Démographie et population[modifier | modifier le code]

À partir du début du XXe siècle, l'industrie textile est florissante à Lille, Roubaix et Tourcoing. De nombreux migrants étrangers, en majorité Belges flamands viennent y trouver un travail. La population de Roubaix évolue de 8 300 habitants en 1800 à 124 661 en 1896, soit une augmentation de 1 380 %[13] ; durant la même période, Tourcoing passe de 11 380 habitants à 73 553, soit un gain de 577,3 %[14]. Les années suivantes, tandis que Roubaix stagnait Tourcoing gagnait de nouveau des habitants pour atteindre 82 644 habitants en 1911[14]. Les populations grandissent également dans les villes autour du duopole[14].

Au total, La population de Lille, Roubaix et Tourcoing triple entre 1851 et 1911. Faute d'effort de construction en rapport avec cette croissance, malgré quelques initiatives limitées de logements sociaux telle que la Cité philanthropique ou de maisons ouvrières, un grand nombre d'ouvriers étaient obligés de loger dans des courées ou d'autres logis insalubres [15].

Familles patronales[modifier | modifier le code]

Les dynasties de l'industrie textile de la métropole lilloise, dont l'origine remonte au début du XIXe siècle, étaient unies par des liens familiaux. Ces alliances matrimoniales ont contribué à la solidité de l'industrie textile jusque dans les années 1950 et ont aidé à sa reconversion à partir des années 1960 dans d'autres activités, vente par correspondance, grande distribution, hôtellerie etc.[16]

La famille Motte est une famille d'industriels. Parmi les 81 foyers que compte les trois générations à partir du XVIIIe siècle, 81,5 % des chefs de famille travaillent dans l'industrie textile[17].

La famille Pollet a fondé La Redoute qui fut l'un des précurseurs des filatures lainières à Roubaix[18].

La famille Prouvost lance les entreprises Peignage Amédée Prouvost et la Lainière de Roubaix[19].

La famille Wallaert est à la tête d'un empire industriel au XIXe siècle et jusqu'en 1970 dont les principales usines étaient des filatures de coton à Lille.

La famille Agache est la fondatrice au début du XIXe siècle de la plus importante entreprise française de filature de lin disparue à la fin des années 1980.

La famille Le Blan alliée à la famille Wallaert était à la tête d'importantes filatures de coton à Lille dans les quartiers de Moulins et de Canteleu.

La famille Thiriez dont l'entreprise fusionna avec Cartier Bresson en 1925, DMC en 1961, absorbant ensuite plusieurs sociétés telle l'entreprise Wallaert formant un des plus importants ensembles textiles français avant sa disparition à la fin du XXe siècle.

La famille Despature créatrice du produit Thermolactyl et de la marque Damart.

La famille Descamps qui a donné son nom à une marque de linge de maison.

La famille Delebart-Mallet était à la tête d'un ensemble de filatures de coton qui connut son apogée au cours de la première moitié du XXe siècle puis fut absorbé par le groupe britannique Courtaulds, repris par le groupe Mosley qui ferma les dernières usines vers 2000.

Bruno Toulemonde, lointain descendant de Floris Toulemonde, fondateur de la dynastie dirige une entreprise de fabrication de fils à coudre rescapée du naufrage de l'industrie textile du Nord.

Données économiques[modifier | modifier le code]

Métier[modifier | modifier le code]

Le lin devient la spécialité de Lille et de la plaine de la Lys, tandis que Roubaix-Tourcoing se concentre sur la laine[20]. Certains peigneurs de laine étaient regroupés en cartel[6].

Emploi[modifier | modifier le code]

L'industrie textile dans le Nord-Pas-de-Calais est en 1954, la première activité régionale, avec plus de 171 000 emplois[21], avec les activités charbonnières et de sidérurgie.

La région eut le surnom d'« usine de la France »[22]. Cette industrie représente environ 12,8 % de l'emploi régional et 26,5 % de l'industrie textile nationale[23].

Depuis la fin des années 1950, le nombre d'emplois diminue continuement. Ainsi, l'industrie textile, hors habillement, compte 160 000 emplois en 1962, 95 000 en 1975, 51 000 en 1989[24], 33 000 en 2000 et 11 900 emplois en 2013, essentiellement dans les centres de recherche-développement, l'activité de fabrication ayant pratiquement disparu[25].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Guy Dubois, Le Nord-Pas-de-Calais pour les Nuls, First Editions, , p. Chapitre 11
  2. Émile Coornaert, « Draperies rurales, draperies urbaines. L'évolution de l'industrie flamande au moyen âge et au XVIe siècle », Revue belge de philologie et d'histoire, no tome 28, fasc. 1,‎ , p. 59-96 (lire en ligne)
  3. Delsalle 1991, p. 88
  4. Delsalle 1991, p. 157
  5. Pouchain, p. 19-22.
  6. a et b [PDF] Jean-Luc Mastin, « Les groupes textiles du Nord face au marché (XIXe siècle) : un improbable monopole collectif ? », (consulté le 22 décembre 2013)
  7. Hubert Ledoux, Cent ans de vie dans la région : 1900-1914 : Un train d'enfer, La Voix du Nord, , p. 82-84
  8. Pierre Pouchain, Les Maîtres du Nord, Perrin, , 413 p. (ISBN 2 262 00935 X), p. 194 à 208
  9. Trénard 1971, p. 411
  10. Mollier et George 1994
  11. Cent ans de vie dans la région, Tome II ː 1914-1939, La Voix du Nord éditions, n° hors série du 17 février 1999, p. 53
  12. Pouchain, p. 293-337.
  13. Daumas 2004, p. 260
  14. a b et c Daumas 2004, p. 262
  15. [PDF] « Lille-Roubaix-Tourcoing - Le Grand Boulevard et le Mongy ont 100 ans », Fonds de poche,‎ (lire en ligne)
  16. Pierre Pouchail, Les maîtres du Nord du XIXe siècle à nos jours, Perrin, , 413 p. (ISBN 2 262 00935 X), p. 355-361
  17. Daumas 2003, p. 187
  18. Petit, Francis, 19.-, Le Blan, Martine. et Impr. Van Meenen), Aux fils du temps, La Redoute, R. Laffont, (ISBN 2221048741 et 9782221048740, OCLC 417315417, lire en ligne)
  19. Dubois 2012
  20. Delsalle 1991, p. 139
  21. Dormand 2001, p. 32
  22. Paris 1993, p. 30
  23. Dormand 2001, p. 26
  24. Paris 1993, p. 65
  25. [PDF] « la filière textile-habillement en Nord-Pas-de-Calais », CCI de région Nord de France (consulté le 26 juillet 2013)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Trénard, Histoire d'une métropole : Lille-Roubaix-Tourcoing, Privat, , 520 p. (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Paul Delsalle, La région de Lille-Roubaix-Tourcoing : La Communauté urbaine et ses environs, Éditions Charles Corlet, , 295 p. (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Didier Paris, La mutation inachevée : Mutation économique et changement spatial dans le Nord-Pas-de-Calais, L'Harmattan, , 367 p. (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jean-Yves Mollier et Jocelyne George, La Plus longue des Républiques : 1870-1940, Fayard, , 874 p. (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Serge Dormard, L'économie du Nord-Pas-de-Calais : Histoire et bilan d'un demi-siècle de transformations, Presses Univ. Septentrion, , 315 p. (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jean-Claude Daumas, Le capitalisme familial : logiques et trajectoires : Actes de la journée d'études de Besançon du 17 janvier 2002, Presses Univ. Franche-Comté, , 252 p. (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jean-Claude Daumas, Les territoires de la laine : Histoire de l'industrie lainière en France au XIXe siècle, Presses Univ. Septentrion, 419 p. (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Roubaix-Tourcoing et les villes lainières d'Europe : Découverte d'un patrimoine industriel, Presses Univ. Septentrion, , 95 p. (lire en ligne)
  • Hubert Bonin et Jean-François Eck, Les banques et les mutations des entreprises : le cas de Lille-Roubaix-Tourcoing aux XIXe et XXe siècles, Presses Univ. Septentrion, , 360 p. (lire en ligne)
  • Guy Dubois, Le Nord-Pas-de-Calais pour les Nuls, First Editions, , 427 p. (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Pierre Pouchain, Les maîtres du Nord, Perrin, (ISBN 2 262 00935 X) Document utilisé pour la rédaction de l’article