Bonningues-lès-Ardres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bonningues-lès-Ardres
Bonningues-lès-Ardres
La mairie.
Blason de Bonningues-lès-Ardres
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Saint-Omer
Intercommunalité CC du Pays de Lumbres
Maire
Mandat
Gérard-Alexandre Franque
2020-2026
Code postal 62890
Code commune 62155
Démographie
Gentilé Bonninguois
Population
municipale
639 hab. (2019 en diminution de 6,17 % par rapport à 2013)
Densité 60 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 47′ 37″ nord, 2° 00′ 56″ est
Altitude Min. 34 m
Max. 184 m
Superficie 10,6 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Lumbres
Législatives 6e circonscription du Pas-de-Calais
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bonningues-lès-Ardres
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bonningues-lès-Ardres
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Bonningues-lès-Ardres
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Bonningues-lès-Ardres

Bonningues-lès-Ardres est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Ses habitants sont appelés les Bonninguois.

Elle est l'homonyme de Bonningues-lès-Calais, commune située à une vingtaine de kilomètres au nord-ouest.

La commune fait partie de la communauté de communes du Pays de Lumbres qui regroupe 36 communes et compte 24 170 habitants en 2018.

Le territoire de la commune est situé dans le parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Bonningues est un village du parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale, aux confins de l'Audomarois et du Calaisis. Le centre-village est situé dans le nord de la commune, dans la vallée de la Hem. Plus au sud se trouve un hameau, Le Héricat. La majeure partie du territoire est constituée de champs agricoles et de la forêt de Quercamps.

Carte interactive (cliquer sur la carte).

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de cinq communes :

Communes limitrophes de Bonningues-lès-Ardres
Clerques Tournehem-sur-la-Hem
Audrehem Bonningues-lès-Ardres
Journy Quercamps

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est situé dans le bassin Artois-Picardie.

La commune est traversée par la Hem ou Tiret, un cours d'eau de 27,92 km, qui prend sa source dans la commune d'Escœuilles et rejoint l'Aa dans la commune de Sainte-Marie-Kerque[1].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc de type 5 »[Note 1], selon la typologie des climats en France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2].

Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après[2].

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000

  • Moyenne annuelle de température : 10,3 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,5 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 0,5 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 12,8 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 942 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,3 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,2 j

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Espaces protégés[modifier | modifier le code]

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[3].

Dans ce cadre, la commune fait partie d'un espace protégé : le parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale[4].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal comprend quatre ZNIEFF de type 1[Note 3] :

  • la forêt domaniale de Tournehem et ses lisières. Cette ZNIEFF marque le rebord oriental du pays de Licques[5] ;
  • le mont de Bonningues. Cette ZNIEFF s’étend le long du bois du Carnoy[6] ;
  • la haute vallée de la Hem entre Audenfort et Nordausques[7] ;
  • les monts d'Audrehem. Ce coteau de craie marneuse turonienne représente la branche est de la cuesta du pays de Licques[8].

et une ZNIEFF de type 2[Note 4] : la boutonnière de pays de Licques. Cette ZNIEFF, de 17 830 hectares, s'étend sur 43 communes[9].

Site Natura 2000[modifier | modifier le code]

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d’intérêt écologique élaboré à partir des directives « habitats » et « oiseaux ». Ce réseau est constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS). Dans les zones de ce réseau, les États Membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[10].

Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la « directive habitats » : la forêt de Tournehem et pelouses de la cuesta du pays de Licques[11].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée de la commune.

Typologie[modifier | modifier le code]

Bonningues-lès-Ardres est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[12],[13],[14]. La commune est en outre hors attraction des villes[15],[16].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (54,4 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (53,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (45,8 %), forêts (40,5 %), prairies (6,1 %), zones urbanisées (5,1 %), zones agricoles hétérogènes (2,5 %)[17].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[18].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les routes départementales D 217, D 223 et D 225 et située à 5 km de la sortie no 2 de l'autoroute A26 reliant Calais à Troyes[19].

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

La commune se trouve à 14 km de la gare d'Audruicq, située sur la ligne de Lille aux Fontinettes, desservie par des trains TER Hauts-de-France[20].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Bonengia (1069), Boninges, Bonimges et Boninghes (1084), Boningges (XIIe siècle), Boningues (1164), Boninghae (XIIIe siècle), Boininges (1296), Bonnighe (1411), Boyninghes (1598), Bouningue les Ardres (1793), Boningue-lez-Ardres (XVIIIe siècle), Bonninque-lès-Ardres (1801)[21].

Viendrait de l'anthroponyme germanique Buno suivi de -ingen « peuple (de) » francisé en -ingues[22]. Plus tard, -lès-Ardres fut ajouté, montrant la proximité de la commune par rapport à Ardres (lès signifiant « près de »).

Boninge en flamand et Bonnink en picard.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Xe ou XIe siècle, l'église de Bonningues appartient à Adèle de Selvesse, fondatrice de la lignée des seigneurs d'Ardres.

Arnould Ier d'Ardres, fils d'Adèle de Selvesse, va donner l'église aux chanoines qu'il installe dans l'église d'Ardres en 1069[23].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Saint-Omer du département du Pas-de-Calais.

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune, jusqu'alors membre de la communauté de communes de la région d'Ardres et de la vallée de la Hem intègre au la communauté de communes du Pays de Lumbres[24].

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée au canton de Lumbres.

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie, depuis 1986, de la sixième circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1959 1981[25] Florentin Cucheval   Exploitant agricole
1981 2010 Gérard Franque   Mort en fonction
2010[26] En cours
(au 2 février 2022)
Gérard-Alexandre Franque
(fils du maire précédent)
SE Agriculteur
Réélu pour le mandat 2014-2020[27],[28]
Réélu pour le mandat 2020-2026[29],[30],[31]

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Justice, sécurité, secours et défense[modifier | modifier le code]

La commune dépend du tribunal judiciaire de Saint-Omer, du conseil de prud'hommes de Saint-Omer, de la cour d'appel de Douai, du tribunal de commerce de Boulogne-sur-Mer, du tribunal administratif de Lille, de la cour administrative d'appel de Douai, du tribunal judiciaire de Boulogne-sur-Mer et du tribunal pour enfants de Saint-Omer[32].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Bonninguois[33].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[34]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[35].

En 2019, la commune comptait 639 habitants[Note 6], en diminution de 6,17 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
490552559615641629602615623
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
575570600559537586624622614
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
537560589516496452480455423
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
439451401457443509591597651
2014 2019 - - - - - - -
672639-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[36] puis Insee à partir de 2006[37].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 35,2 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). De même, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 23,6 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 321 hommes pour 327 femmes, soit un taux de 50,46 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,5 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[38]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ou +
0,6 
5,4 
75-89 ans
5,9 
15,8 
60-74 ans
19,3 
23,3 
45-59 ans
18,9 
19,9 
30-44 ans
20,2 
17,7 
15-29 ans
15,5 
17,7 
0-14 ans
19,6 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[39]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

Le club de football "Jeunesse Sportive Audrehem - Bonningues-lès-Ardres - Clerques " (JS ABC).

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Léger, de style gothique, a été bâtie initialement au début du XVIIe siècle mais reconstruite sous la Restauration, son cœur et sa nef datant de 1824[40]. Son emplacement fait faire une courbe à la rue principale (appelée route de Licques).
  • Le moulin à eau du XVIIIe siècle sur la Hem, restauré par son propriétaire à la fin du XXe siècle, se trouve sur une propriété privée.
  • Le monument aux morts[41].
  • Les deux plaques, aux morts de la commune lors de la guerre franco-allemande de 1870 et de la Première Guerre mondiale, apposées à l'entrée de l'église[41].
  • Le manoir de Bonningues-lès-Ardres, demeure Napoléonienne datant de 1839, entouré d'un jardin de 5 000 m2[42].
  • La villa Clair de Lune, de style balnéaire, auparavant appelée Chalet de la Hem construite en 1890, entourée d'un parc boisé de 7 000 m2.
  • L'ancienne gare.
  • Le mont de Bonningues.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Bonningues-lès-Ardres Blason
D'or à deux fasces de gueules, à la bordure du même[43].
Détails
Inspiré des armes accolées, présentes sur la voûte de l'église, des époux Marguerite de Berlo et Philippe de Récourt, seigneur du lieu, mariés en 1629.
Marguerite de Berlo portait comme armes : « d'or à deux fasces de gueules » auxquelles a été ajoutée la bordure de gueules du comté de Licques, dont fut héritière la famille de Récourt, qui elle portait : « de gueules à trois bandes de vair ; au chef d'or plain ».
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le climat océanique franc de type 5 occupe un mince liseré en bordure de la mer du Nord et l'ensemble de la Normandie, la Bretagne, la Vendée et les Charentes. Un espace océanique réduit occupe l'ouest des landes et des Pyrénées-atlantiques. Les températures sont moyennes et très homothermes : l'amplitude annuelle (moins de 13°C d'écart entre juillet et janvier), le nombre de jours froids (moins de 4) et chauds (moins de 4) et la variabilité interannuelle sont minimaux. Les précipitations sont annuellement abondantes (un peu plus de 1000 mm) et fréquentes en hiver (plus de 13 jours en janvier). L'été est également pluvieux (8-9 jours en juillet) mais les cumuls sont réduits. Le climat océanique se caractérise enfin par une forte variation interannuelle des précipitations d'hiver. (Source : Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography).
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  4. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - Hem ou Tiret (E4100600 ) » (consulté le )
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Les espaces protégés. », sur le site de l'INPN (consulté le )
  4. « espace protégé FR8000007 - Caps et Marais d'Opale », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  5. « ZNIEFF 310007259 - La Forêt domaniale de Tournehem et ses lisières », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  6. « ZNIEFF 310007260 - mont de Bonningues », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  7. « ZNIEFF 310007272 - Haute vallée de la Hem entre Audenfort et Nordausques », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  8. « ZNIEFF 310013682 - Les Monts d'Audrehem », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  9. « ZNIEFF 310013274 - La Boutonnière de Pays de Licques », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  10. « Réseau européen Natura 2000 », sur le site du Ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le )
  11. « Natura 2000 FR3100498 - Forêt de Tournehem et pelouses de la cuesta du pays de Licques », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  12. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  13. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  14. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  16. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  17. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  18. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  19. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « La commune sur le site OpenStreetMap », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  20. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance entre la commune et Audruicq », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  21. Auguste De Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne), p. 60.
  22. Toponymie générale de la France : Tome 2, Formations non-romanes - Ernest Nègre
  23. André Du Chesne, Histoire généalogique des maisons de Guines, d'Ardres, de Gand et de Coucy, Paris, 1631, p. 89, lire en ligne.
  24. « Bonningues-lès-Ardres: la commune entre dans la CCPL et bénéficie de ses avantages », La Voix du Nord,‎ .
  25. « Liste du 15 avril 1981 DES ELUS AYANT PRESENTE LES CANDIDATS A L'ELECTION DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE - Légifrance », sur Légifrance (consulté le ).
  26. Bernard Carpentier, « Un nouveau maire pour Bonningues les Ardres », sur http://www.bernardcarpentier.fr, (consulté le ).
  27. Jean-Marc Szuba, « Bilan du maire de Bonningues-lès-Ardres : une mairie rénovée pour un meilleur accueil des gens : La rénovation de la mairie figure parmi les plus importantes réalisations du mandat de Gérard-Alexandre Franque qui se représentera en mars 2014. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  28. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  29. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  30. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  31. « Résultats municipales 2020 à Bonningues-lès-Ardres », sur Le Monde.fr (consulté le ).
  32. « Tribunaux dont la commune dépend », sur justice.fr (consulté le ).
  33. Roger Brunet, « France, le trésor des régions », sur tresordesregions.mgm.fr (consulté le ).
  34. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  35. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  36. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  37. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  38. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Bonningues-lès-Ardres (62155) », (consulté le ).
  39. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  40. Bonningues-lès-Ardres sur le site du diocèse d'Arras.
  41. a et b « Le monument aux morts », sur Mémoires de pierres (consulté le ).
  42. http://www.lemanoirdebonningues.com/#fbsection1
  43. « Blason », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).