Hermaville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hermaville
Vue aérienne d'Hermaville.
Vue aérienne d'Hermaville.
Blason de Hermaville
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Canton Avesnes-le-Comte
Intercommunalité Communauté de communes de l'Atrébatie
Maire
Mandat
Michel Accart
2014-2020
Code postal 62690
Code commune 62438
Démographie
Population
municipale
550 hab. (2014)
Densité 87 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 19′ 24″ nord, 2° 35′ 14″ est
Altitude Min. 85 m – Max. 142 m
Superficie 6,32 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Hermaville

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Hermaville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hermaville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hermaville

Hermaville est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Hermaville fait partie du classement des communes sous-cavées proposé par l'association "Sub-artésia".

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Hermaville
Aubigny-en-Artois Agnières Capelle-Fermont
Tilloy-lès-Hermaville Hermaville
Lattre-Saint-Quentin Habarcq

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 21 mai 1940, au cours de la Bataille de France, 4 civils (dont une femme handicapée de 78 ans dans son lit) et plusieurs maisons et fermes incendiées par la 3e Panzerdivision SS Totenkopf[1]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Hermaville dans son canton et dans l'arrondissement d'Arras.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au 24 janvier 2015)
Michel Accart   Réélu pour le mandat 2014-2020[2],[3],[4]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 550 habitants, en augmentation de 2,61 % par rapport à 2009 (Pas-de-Calais : 0,77 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
455 468 492 466 540 514 519 515 505
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
536 522 530 518 476 450 460 436 438
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
440 433 408 354 339 347 330 307 352
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
343 329 313 402 456 455 536 533 550
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006 [8].)
Histogramme de l'évolution démographique

>

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (14,9 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (53,7 % contre 48,4 % au niveau national et 48,2 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 53,7 % d’hommes (0 à 14 ans = 22,9 %, 15 à 29 ans = 16,3 %, 30 à 44 ans = 23,3 %, 45 à 59 ans = 23,6 %, plus de 60 ans = 13,9 %) ;
  • 46,3 % de femmes (0 à 14 ans = 18,1 %, 15 à 29 ans = 17,7 %, 30 à 44 ans = 22,2 %, 45 à 59 ans = 25,8 %, plus de 60 ans = 16,1 %).
Pyramide des âges à Hermaville en 2007 en pourcentage[9]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,4 
3,8 
75 à 89 ans
5,6 
10,1 
60 à 74 ans
10,1 
23,6 
45 à 59 ans
25,8 
23,3 
30 à 44 ans
22,2 
16,3 
15 à 29 ans
17,7 
22,9 
0 à 14 ans
18,1 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[10]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Hermaville.svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi : de sable aux trois coquilles d’or.

Le blason d'Hermaville tire probablement son origine de celui de son seigneur, Antoine du BOIS de HOVES[11], né en 1623 à Douai et décédé le 24 mai 1703 dans la même ville, seigneur d'Haucourt, de Lassus, d'Hermaville, de la Mouvardrie, du Londicq, de Duisans et de la baronnie de Fosseux, et dont les états de service sont les suivants[12] :

  • avocat en parlement,
  • conseiller ordinaire du roi en son conseil provincial d'Artois,
  • député général et ordinaire des États,
  • reçu gratis bourgeois d'Arras le 7/10/1652,
  • anobli janvier 1677,
  • épousa Jeanne GALBART par contrat passé le 15 juillet 1659 (AD62 1J1420).

Le blason d'Antoine du BOIS de HOVES, d'azur à trois coquilles d'argent, est en effet fort similaire. La présence de la coquille, traditionnellement assimilée à Saint-Jacques-de-Compostelle, est en général liée au fait que la personne, ou l'un de ses ancêtres, ayant cheminé jusque la cité jacquaire, a par la suite ajouté ce symbole au blason familial. Cela ne signifie pas forcément que la commune figurait sur les chemins de Saint-Jacques[13].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Flèche à crochets[modifier | modifier le code]

Flèche à crochets.
Flèche à crochets.

L'église de Hermaville possède une flèche à crochets, comme certaines églises de communes voisines :

L'église est l'une des plus importantes du Ternois, reconstruite en 1782 dans le style classique, elle a conservé la tour-porche datée de 1659.


Monuments historiques[modifier | modifier le code]

  • Château d'Hermaville :
    • façades et toitures du château, à l'exclusion des communs (cad. D 350) ;
    • façades et toitures de l'orangerie (cad. D 355) ;
    • parc (cad. D 350) ;
    • potager avec son mur de clôture (cad. D 92) : inscription par arrêté du 28 décembre 1993.
  • Église : inscription par arrêté du 10 juin 1926.

Renseignements issus de : Bases de données Ministère de la culture

Vues aériennes[modifier | modifier le code]

Galerie sur Wikimédia Commons présentant quelques vues aériennes du village d'Hermaville, prises en 1986 d'une part, et prises en 2006 d'autre part.

Roger Quillot, maire de Clermont-Ferrand et sénateur du Puy-de-Dôme est né à Hermaville.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bruno Kartheuser, La France occupée, page 17
  2. « Hermaville : Michel Accart réélu maire avec quatre adjoints », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  3. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais,‎ (consulté le 24 janvier 2015).
  4. David Derieux, « Hermaville – L’assainissement, mais aussi les travaux de l’église et de la salle polyvalente au programme : LES PROJETS DES MAIRES - Le nouveau mandat vient de commencer avec la mise en œuvre d’un chantier important, préparé au cours des dernières années : le déploiement de l’assainissement collectif, dont les travaux ont débuté rue d’Arras. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. « Évolution et structure de la population à Hermaville en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 18 août 2010)
  10. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 18 août 2010)
  11. Armorial de Tournai et du Tournaisis, Par Aimé François Joseph Bozière, Fr.-J. Bozière, page 51
  12. Généalogie LEFEBVRE, de la 13e à la 21e génération.
  13. Précisions aimablement transmises par l'auteur de ce site dédié aux chemins de Compostelle.