Raphaël Glucksmann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Glucksmann.
Raphaël Glucksmann
Defaut 2.svg
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Père

Raphaël Glucksmann est un essayiste français né le [1],[2] à Boulogne-Billancourt.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Il est le fils du philosophe André Glucksmann.

Formation[modifier | modifier le code]

Raphaël Glucksmann est diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris.

Carrière[modifier | modifier le code]

En collaboration avec David Hazan et Pierre Mezerette, il a réalisé en 2004 le documentaire Tuez-les tous ! sur le génocide au Rwanda et, toujours en 2004, un documentaire sur la Révolution orange, Orange 2004.

Cofondateur de l'association Études sans frontières (ESF), il s'est occupé des missions concernant le Rwanda et la Tchétchénie.

Également membre du cercle de réflexion du Cercle de l'Oratoire, il contribue à l'édition de la revue Le Meilleur des mondes, et collabore à différentes revues et journaux, français et étrangers.

En 2008, il coécrit avec son père Mai 68 expliqué à Nicolas Sarkozy.

Raphaël Glucksmann est présenté comme un des « conseillers officieux » du président géorgien Saakachvili[3],[4], qu'il a interviewé pour un livre paru en 2008 et intitulé Je vous parle de liberté. Cette proximité avec le pouvoir lui a été reproché par Salomé Zourabichvili, ancienne ministre des Affaires étrangères de Tbilissi[5].

Raphaël Glucksmann est gérant de la société NOÉ CONSEIL, spécialisée dans la communication, la rédaction d'articles, la promotion de personnes, de pays, le lobbying et le conseil auprès d'institutions[6].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est l'époux d'Eka Zgouladze, vice-ministre de l'Intérieur puis ministre de l'Intérieur en Géorgie sous la présidence de Mikheil Saakachvili[3]. Après avoir reçu la nationalité ukrainienne en décembre 2014, elle est nommée quelques jours plus tard vice-ministre de l'Intérieur de l'Ukraine dans le second gouvernement Iatsenouk[7].

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]