Libercourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Libercourt
Libercourt
L'hôtel de ville.
Blason de Libercourt
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Lens
Canton Carvin
Intercommunalité Communauté d'agglomération d'Hénin-Carvin
Maire
Mandat
Daniel Maciejasz
2014-2020
Code postal 62820
Code commune 62907
Démographie
Gentilé Libercourtois
Population
municipale
8 442 hab. (2015 en diminution de 1,61 % par rapport à 2010)
Densité 1 279 hab./km2
Population
aire urbaine
552 694 hab.
Géographie
Coordonnées 50° 29′ 05″ nord, 3° 00′ 53″ est
Altitude Min. 21 m
Max. 41 m
Superficie 6,6 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Libercourt

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Libercourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Libercourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Libercourt
Liens
Site web libercourt.com

Libercourt est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France. Ses habitants sont appelés les "Libercourtois" et les "Libercourtoises"

La commune appartient au bassin minier du Nord-Pas-de-Calais au cœur de l’aire métropolitaine lilloise. Elle fait partie de la communauté d'agglomération d'Hénin-Carvin et du schéma de cohérence territoriale (SCOT) de Lens-Liévin et d'Hénin-Carvin.

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Libercourt dans son canton et son arrondissement.
La gare de Libercourt, en 2010

Situation[modifier | modifier le code]

Ville clairière de l’ancien Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais située au cœur de l’aire métropolitaine lilloise, Libercourt se situe à la croisée des grands axes[pas clair] européens. Située à 2 heures de Bruxelles, 2 heures de Paris, 3 heures de Londres, 3 heures d'Amsterdam, 3 heures de Luxembourg, 3 heures des frontières de l'Allemagne et à 1 heure à peine[Selon qui ?] des frontières de la Belgique et des Pays-Bas. La commune est située à l'extrémité est du département du Pas-de-Calais. Grâce à l'autoroute A1, la ville se situe à moins de 30 kilomètres de Lille, Lens, Douai, Arras.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Voies ferroviaires[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

  • La ville est desservie par les réseaux de bus Tadao, Arc-en-Ciel, ID Voyages et de nombreuses lignes scolaires afin de desservir les collèges et lycées aux alentours.
  • La ville possède par ailleurs une gare de bus à haut niveau de service et une gare de taxis avec le nouveau projet Eco-Pôle à la gare de libercourt

Voies fluviales et aériennes[modifier | modifier le code]

  • L'aéroport le plus proche est celui de Lille-Lesquin dans la ville de Lesquin. En termes de voies fluviales, le canal de la Deûle fait office de frontière entre les villes d'Oignies et de Courrières

Projets[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Libercourt est une ancienne ville minière avec deux fosses principales sur son territoire fermées et sécurisées à ce jour. La richesse de son sol en houille en a fait une ville de l'ouest du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais. Libercourt a des zones marécageuses. La superficie de la commune est de 660 hectares et altitude varie de 21 mètres à 41 mètres au dessus du niveau de la mer

Fosse numéro 3 :

En 1883, la réglementation des mines grisouteuses prescrivit l'obligation de la double communication des travaux souterrains avec le jour. Ainsi fut décidé, par le Conseil d'Administration, le creusement de la fosse n°3. Elle est foncée en 1884 à Libercourt le long de la route Oignies - Libercourt (à proximité de la gare). Le diamètre du puit est de 2,30 m et la profondeur est de 357m. Elle est détruite en 1914, au début de la Première Guerre Mondiale.

L'extraction des charbons maigres cesse en 1941 car la fosse n°3 devient retour d'air pour la fosse n°2 jusqu'en 1946. Après avoir servi de camp de prisonniers, le carreau est devenu un parc de matériel. En 1964, le puits est remblayé. Le chevalement est abattu en 1966. Sur le carreau de cette fosse a été installé le centre de distribution de charbon aux retraités des mines. Le puits a été mis en sécurité en 2000.

Fosse numéro 5 :

La fosse n°5 dite Henri Buchet est foncée en 1906 avec un diamètre de 4,10 m sur le territoire de Libercourt. La Compagnie prend la décision de concentrer la fosse n°5 sur la fosse n°2 dès 1934, mais la concentration ne sera effective  qu'en 1951. Le puits sert alors de retour d'air à la fosse n°2 jusqu'en 1968. Profond de 363 m, le puits est remblayé la même année. Le chevalement est abattu un an plus tard.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La ville de Libercourt a plusieurs étendues d'eau sur son territoire :

  • Le fossé des moines est une rivière qui traverse Libercourt
  • Les deux étangs de la base de loisirs de l'Émolière
  • L'étang du bois d'Épinoy

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat du Nord-Pas-de-Calais.

Libercourt profite d'un climat océanique appartenant au climat océanique tempéré. Celui-ci se caractérise par des hivers frais et humides et par des étés doux au temps variable. Le climat océanique est favorable à la croissance végétale. Les précipitations paraissent plus abondantes qu'elles ne le sont.

Valeurs moyennes
Températures l'hiver 1 °C à 6 °C
Températures l'été 10 °C à 22 °C avec moins de quatre journées chaudes à plus de 30 °C
Novembre à mai 60 jours avec gelées matinales
Précipitations annuelles 650 mm
Ensoleillement annuel 1 600 heures
Vent 60 jours à plus de 16 m/s (vent sensible)
Données du dernier tiers du xxe siècle de la station Lille-Lesquin
Tableau comparatif des données météorologiques de Carvin (commune voisine à Libercourt) et de quelques villes françaises
Ville Ensoleillement
(h/an)
Pluie
(mm/an)
Neige
(j/an)
Orage
(j/an)
Brouillard
(j/an)
Moyenne nationale 1 973 770 14 22 40
Carvin 1 600 650 12 18 42
Paris 1 661 637 12 18 10
Nice 2 724 733 1 29 1
Strasbourg 1 693 665 29 29 53
Brest 1 605 1 211 7 12 75

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Libercourt
Camphin-en-Carembault Phalempin
Carvin Libercourt Wahagnies
Oignies

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Division de la commune[modifier | modifier le code]

La commune est divisée en plusieurs quartiers / cités :

  • Cité du bois d'Épinoy
  • Cité de Garguetelles
  • Cité de la Faisanderie
  • Cité de la Fosse numéro 5
  • Cité de la Fosse numéro 2
  • Cité 1940
  • Cité des Six Drèves
  • Cité de la Gare
  • Cité du Vert-Chemin

La ligne de chemin de fer (ligne Paris-Lille) traverse la ville en 2 parties distinctes du Nord au Sud.

Espace verts[modifier | modifier le code]

La ville dispose de nombreux espaces verts :

  • Parc de la Chapelette
  • Base de loisirs de l'Émolière
  • Bois d'Épinoy
  • Bois de l'Émolière

Logements[modifier | modifier le code]

Le nombre de logements de Libercourt a été estimé à 3690 en 2015. Ces logements de Libercourt se composent de 3 308 résidences principales, 3 résidences secondaires ou occasionnels ainsi que 212 logements vacants.

Part des résidences principales en 2015, en % 90,0
Part des résidences secondaires (y compris les logements occasionnels) en 2015, en % 0,1
Part des logements vacants en 2015, en % 10,0
Part des ménages propriétaires de leur résidence principale en 2015, en % 41,0

Toponymie[modifier | modifier le code]

Il fait très froid. Il est tombé, en quelques jours, une couche de neige d'un bon mètre. Les Hottin ne peuvent pas rentrer chez eux et décident donc de construire des huttes à quelques centaines de mètres du rond-point où ils avaient l'habitude de travailler; c'est à dire à l'emplacement actuel de l'église Notre-Dame, le long du petit cours d'eau. Il était alors devenu plus commode, aux ouvriers, de rester sur place pendant les mois d'hiver. Les huttes devinrent de plus en plus confortables. L'été, on y sema même fleurs et légumes. Les ouvriers avaient pris tellement soin de leur habitation qu'ils appelèrent leur famille pour y vivre. L'endroit donnait une telle impression de liberté qu'il fut baptisé "Librecour ". Quelques petits problèmes administratifs plus tard entre le seigneur d'Epinoy et les comtes de Flandre, quant à la paternité du site, le " r " se déplaça et on vint y rajouter un " t ". Petit à petit, les maisons se firent plus nombreuses. Les frères Hottin, eux, sont devenus échevins de la cité. L'histoire suivit son cours.     

Histoire[modifier | modifier le code]

Et Libercourt vit le jour[modifier | modifier le code]

Nous[Qui ?] sommes au xie siècle dans une grande forêt. Le bois d'Epinoy et le bois de Phalempin sont séparés par un cours d'eau. C'est aussi la séparation entre deux provinces: la Flandre et l'Artois, le Nord et le Pas-de-Calais aujourd'hui. Dans cette forêt travaillent des hommes: les Hottin et quelques ouvriers de l'entreprise familliale, marchande de bois. Ils sont installés au rond-point des Six-Drèves dans des abris de fortune. Ce rond-point sera le point de départ de la construction de Libercourt.

Notre-Dame de Libercourt[modifier | modifier le code]

Vers l'an 1150, un jeune berger du nom de Ruchot aperçut un saule dont il aurait jaillit du sang. Au sein de cet arbre, il aurait trouvé un buste de la Vierge Marie. Le Berger l'emporta avec lui mais, arrivé à la ferme, la statue serait allée reprendre sa place dans le hallot[2]. Cette statue fit alors l'objet d’une vénération au titre des « prodiges » opérés. Le hallot devint le rendez-vous de nombreux pèlerins et la statue l'objet de leur superstition[3].

La statue fut d'abord abritée dans une chapelle bâtie à l'endroit même de son apparition, et qui servit probablement d'église à la population jusqu'au milieu du XVIe siècle. Une seconde chapelle fut édifiée sur un terrain perpendiculaire à l'église actuelle. À la fin du XVIIIe siècle, les révolutionnaires pillèrent le sanctuaire Notre-Dame. Ses ornements, son autel, son tabernacle, ses verrières et la statue « miraculeuse » furent dérobés. Une nouvelle église fut construire en 1880. On y retrouve plusieurs éléments de la seconde chapelle, dont une vasque baptismale en marbre et une pierre sculptée retrouvée au début des années 2000 par l'abbé Pronnier. Le grand vitrail est quant à lui formé de quatre petits vitraux de l'ancienne chapelle[3].

Un pèlerinage a lieu chaque année à l'occasion de l'Assomption[3]. Notre-Dame de Libercourt est particulièrement invoquée pour les petits enfants, les affligés et la protection des étables[2].

Une ville minière[modifier | modifier le code]

Le hameau de Libercourt faisait partie intégrante de la commune de Carvin. Dès le XIXe siècle, excentrés par rapport au siège de l'administration communale de Carvin, ses habitants, des ruraux pour l'essentiel, revendiquèrent sur fond de dissensions politiques une place et une reconnaissance qui aboutit à ce que le hameau soit érigé en commune à part entière en 1947.

Dans l'intervalle, deux événements majeurs liés à la révolution industrielle étaient venus militer en faveur du rôle grandissant joué par Libercourt qui accueillit de nombreux ouvriers mineurs et notamment de nombreux immigrés polonais :

Au cours des deux guerres mondiales, Libercourt et ses habitants souffrirent gravement de l'action des belligérants qui savent toute l'importance que revêt pour l'économie régionale ce centre minier et ferroviaire névralgique[4].

Le 4 avril 1963, l'éboulement d'un terril provoque la mort par ensevelissement de quatre personnes[5].

Le référendum de 1991[modifier | modifier le code]

En 1991, un référendum d'initiative locale est organisé sur un projet d’agrandissement d'une mosquée existante. Dans un contexte très confus à l'époque, le référendum a rejeté le projet avec 83 % de non (2709 voix) contre 17 % pour (537 voix)[6],[7],[8]. Le referendum était illégal[réf. nécessaire] et a été désapprouvé par l’État et la préfecture à l'époque. La mosquée a néanmoins été inaugurée en juillet 1996. Selon Rémy Auchedé, secrétaire du PCF du Pas-de-Calais, « le referendum n'est pas la solution sur une telle question[9] ». A la suite de cela, l'ancien maire Samuel Lannoy aurait été exclu d'un Parti Communiste très mal à l'aise dans un contexte de hausse du Front National en France.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

L'hôtel de ville.

Libercourt est membre de l’Association Française du Conseil des Communes et Régions d'Europe (AFCCRE)

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[10]
Période Identité Étiquette Qualité
1947 1965 Étienne Pruvost   Employé des HBNPC
Premier maire de Libercourt
1965 1971 Georges Mangin    
1971 1983 Antoine Victor   Employé des HBNPC
1983[9] mars 1986[11] Léon Delfosse PCF Mineur, administrateur des Houillères
Syndicaliste
Décédé en fonction
1986 1995 Samuel Lannoy[9] PCF Retraité des HBNPC
1995 2002 Jean-Claude Mortreux PS Galibot
Démissionnaire
2002[12] en cours
(au 29 janvier 2014)
Daniel Maciejasz PS Conseiller général puis départemental de Carvin (2004 → )
Réélu pour le mandat 2014-2020[13],[14],[15]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La ville de Libercourt est située dans l'arrondissement de Lens dans le département du Pas-de-Calais. Pour les élections législatives, elle fait partie de la onzième circonscription du Pas-de-Calais depuis le redécoupage des circonscriptions législatives françaises de 2010. Elle fait partie du canton de Carvin.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté d'agglomération d'Hénin-Carvin créée en 2001.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Site naturel du Pas-de-Calais.

Libercourt bénéficie d'une politique environnementale stricte et respectueuse. La commune abrite le Bois d'Épinoy, de près de 110 ha, l'une des deux forêts de protection de la région Nord-Pas-de-Calais, instituées en 1984[17] et la forêt départementale du bois de l'Émolière avec ses deux étangs pour la pêche de plus, la ville propose plusieurs espaces verts et parcs

  • Trophée obtenu par la ville au salon de l'agriculture après s’être classée première au concours de la meilleure animation réalisée par les NAP
  • Installation d'hôtels à insectes et de nichoirs dans les écoles et les espaces publics
  • La ville a obtenu trois étoiles au concours des villes et villages fleuris. Libercourt est ainsi la seule ville de la CAHC à détenir ce niveau de distinction ainsi que l'unique des 50 villes qui composent l'arrondissement de Lens.
  • La ville a banni le recours aux produits phytosanitaires
  • La ville utilise la méthode du fauchage tardif
  • Éclairage raisonné et éclairage LED
  • Mise en place de carrés potagers

Jumelage[modifier | modifier le code]

Services[modifier | modifier le code]

  • Bureau de poste
  • Salle des fêtes
  • Banque
  • Auto-école
  • Station service

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1954. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[19].

En 2015, la commune comptait 8 442 habitants[Note 1], en diminution de 1,61 % par rapport à 2010 (Pas-de-Calais : +0,77 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011
9 70410 52310 7269 83710 0939 7608 8548 7228 431
2015 - - - - - - - -
8 442--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (19,8 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,2 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 22,3 %, 15 à 29 ans = 21,7 %, 30 à 44 ans = 19,8 %, 45 à 59 ans = 19,4 %, plus de 60 ans = 16,9 %) ;
  • 52,2 % de femmes (0 à 14 ans = 19,3 %, 15 à 29 ans = 20,2 %, 30 à 44 ans = 19 %, 45 à 59 ans = 19,1 %, plus de 60 ans = 22,4 %).
Pyramide des âges à Libercourt en 2007 en pourcentage[22]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,1 
90 ans ou +
0,5 
5,6 
75 à 89 ans
9,5 
11,2 
60 à 74 ans
12,4 
19,4 
45 à 59 ans
19,1 
19,8 
30 à 44 ans
19,0 
21,7 
15 à 29 ans
20,2 
22,3 
0 à 14 ans
19,3 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[23]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Loisirs et festivités[modifier | modifier le code]

  • Libercourt Plage
  • Liber’couleurs (Color Run)
  • Concours des balcons fleuris
  • Les parcours du coeur
  • Marché de La Saint Nicolas et de Noël
  • Festivités du 14 juillet et carnaval
  • Brocante, cirque et ducasse
  • AmStramGram - Jeux de société
  • Réunions "Tupperware Littéraire"
  • Semaines thématiques culturelles
  • Cyberséniors
  • Journée régionale des aidants
  • Journée des associations
  • Chorale

La ville propose de nombreux clubs, de nombreuses associations ainsi que de nombreuses activités dans beaucoup de domaines pour les plus jeunes et les plus âgés dans différentes infrastructures créées par la mairie. De nombreux spectacles, concerts, expositions, forums et journées spéciales sont organisées tout au long de l'année par la commune.

Église Notre-Dame de Libercourt.

Cultes[modifier | modifier le code]

  • L'église Notre-Dame
  • L'église Saint-Henri
  • Chapelle des Six-Drèves
  • Mosquée El Islah

Solidarité[modifier | modifier le code]

  • Point Information Médiation Multi Services
  • Point d'Accès au Droit
  • La Maison des Droits et des Solidarités de Libercourt
  • Eden62
  • Conseil Départemental de l'Accès au Droit du Pas-de-Calais
  • Centre Communal d'Action Sociale
  • Banque Alimentaire
  • Restaurants du coeur
  • Outillothèque
  • Semaine bleue

Enseignement[modifier | modifier le code]

Libercourt se situe dans l'académie de Lille

  • École maternelle publique André Pantigny
  • École Maternelle Jean Jaurès
  • École maternelle publique Frédéric et Irène Joliot-Curie
  • École primaire publique André Pantigny
  • École primaire publique Jean Jaurès
  • École primaire publique Marie et Pierre Curie
  • Collège public Jean de Saint-Aubert

Sécurité[modifier | modifier le code]

  • Adhésion au dispositif "Participation Citoyenne"
  • Police municipale armée
  • Vidéosurveillance
  • Mise en place d'une cellule de veille

Santé[modifier | modifier le code]

  • La commune compte 7 médecins généralistes
  • Le centre hospitalier le plus proche est celui d'Hénin-Beaumont.
  • Le centre de rééducation le plus proche est celui de Oignies
  • La commune possédait, avec la commune voisine Oignies, la clinique Anquetil, qui faisait partie du service public hospitalier le 1er janvier 1978

Emploi[modifier | modifier le code]

Média[modifier | modifier le code]

Presse locale[modifier | modifier le code]

  • Le quotidien régional La Voix du Nord publie une édition locale pour la communauté d'agglomération d'Hénin-Carvin, ajoutée à celle du communaupole de Lens-Liévin.

Télévision locale[modifier | modifier le code]

Radio locale[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Dynamisme[modifier | modifier le code]

En décembre 2015, 385 entreprises étaient encore actives et implantées à Libercourt. Entre août 2018 et octobre 2018, l'indice de dynamisme de Libercourt est de 0,58%. L'indice de dynamisme est un indicateur de performances des entreprises. S'il est positif, cela signifie qu'il y'a eu plus d'entreprises créées que d'entreprises défaillantes au cours de la période. A l'inverse, s'il est négatif, cela signifie que les défaillances ont été plus nombreuses. Au cours de cette période, on compte 2 entreprises en défaillances à Libercourt pour 5 sociétés créées. L'économie de la ville est traditionnellement tournée vers l'agriculture, le commerce et l'industrie.

Emploi[modifier | modifier le code]

Année Taux de Chomage en %
2004 14,5
2005 14,7
2006 15,7
2007 14,2
2008 13,2
2009 15,8
2010 15,3
2011 15
2012 16,1
2013 17,2
2014 16,5
2015 16,5
2016 15,5

Il y a en moyenne 810 demandeurs d'emploi inscrits à Pôle Emploi pour la commune de Libercourt. Les personnes au chômage sont 454 hommes pour 356 femmes. Le chômage de longue durée (en recherche active depuis plus d'un an) touche 344 personnes dans la ville de Libercourt, soit 42,47% des chômeurs

Principales zones industrielles[modifier | modifier le code]

  • Plateforme DELTA 3
  • Écopôle Gare
  • Zone Industrielle des portes du Nord
  • Zone Industrielle les Botiaux
  • Zone Industrielle Parc à Stock
  • Parc d'activités de la Faisandière

Principales zones commerciales[modifier | modifier le code]

  • Zone commerciale des Botiaux
  • Zone commerciale à côté de Simastock
  • Un Carrefour Market

La ville dispose d'un centre ville avec de nombreux commerces et un marché chaque semaine du côté de la Mairie

Revenu de la population[modifier | modifier le code]

Le revenu annuel moyen d'un ménage est de 22900 euros bruts.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

  • L'école de musique municipale "La Concorde"
  • Médiathèque Raymond Devos
  • Le Métaphone
  • L'ESCALE et la salle Claude Meurant (Concerts, théâtre, spectacle)
  • Le Tilbury (Scène musicale)

Patrimoine commémoratif[modifier | modifier le code]

  • Le cimetière militaire

Héraldique et décorations[modifier | modifier le code]

Arme de Libercourt

Parti d’azur aux sept besants d’or ordonnés au chef du même, mi parti d’or à l’aigle bicéphale de sable.

Histoire du blason :

Les armoiries de la ville ont été adoptées après consultation des archives départementales par le Conseil Municipal.

Erigée en commune en 1947, Libercourt ne formait pas, sous l'Ancien  Régime, une communauté d'ha- bitants distincte. Elle dépendait comme Carvin de la principauté d'Epinoy. La ville de Carvin a adopté les armoiries de la maison de Melun, qui a possédé la seigneurie d'Epinoy de 1327 à 1724, soit " d'azur à sept besants d'or posés trois, trois et un, et au chef d'or.

Lors de l'échange territorial de 1959 avec la ville d'Oignies, Libercourt a regroupé les deux parties du hameau de Garguetelles : l'une appartenait à la principauté d'Epinoy, l'autre était terre d'Empire aux armes " d'or et d'argent à l'aigle déployé ".

Le directeur des archives départementales a donc proposé et fait adopter un blason séparé dans le sens ver- tical comprenant à gauche les armes de Me- lun et à droite les armes impériales. L'écu est surmonté d'une couronne murale à trois tours, attribut des armes communales.

Décorations :

Évènements[modifier | modifier le code]

  • Festival de Brass Band "Éclats de Cuivre". Organisé le dernier week-end du mois de mai. Ce festival rassemble chaque année les plus prestigieuses formations comme le Brass Band Nord-Pas-de-Calais, le Brass Band Willbroek et le Brass Band Buizingen
  • Festival de l'arbre
  • Fête de la nature
  • Festival du livre

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Léon Glovacki, ancien joueur français de football
  • Guillaume Bieganski, ancien joueur français de football
  • Bernard Placzek, ancien joueur français de football
  • Alexandre Stassievich, ancien joueur français de football
  • Jean Kaczmarek, ancien joueur français de football
  • L'Abbé Pierre Carpentier, prêtre résistant déporté et décapité à Dortmund en Allemagne en 1943. Il est né à Libercourt en 1912 et a été décoré à titre posthume chevalier de la Légion d'Honneur, croix de Guerre avec Palme et médaille de la Résistance[24].

Personnalités locales[modifier | modifier le code]

  • Teddy Montana, chanteur et présentateur de télévision
  • Charles Legendre, lutteur et triple champion de France
  • Paulette Mercier, joueuse de Tennis de Table et triple championne de France
  • Adjudant-Chef Jean-Marie Lacressonnière, décoré de la Légion d'Honneur
  • Paul Vanduren, caporal et membre fondateur des "Poilus de Libercourt"
  • Docteur Lordez, décédé en 1949
  • Jean-Baptiste Delobel, décédé en 1930
  • Jacques Droulez, décédé en 2008. Responsable des chorales paroissiales et municipales et choriste pour "Les petits chanteurs d'Artois" en 1942. Il s’était vu remettre le diplôme de citoyen d’honneur
  • "Karas Brothers", groupe de musique
  • André Pantigny
  • Cyprien Quinet

Activités sportives[modifier | modifier le code]

  • En 2007, l'Office Municipal des Sports est une association créée sous l'impulsion de la municipalité. Son objectif est de fédérer le mouvement associatif sportif local.
  • En 2010, le Service Municipal des Sports est créé. Il a pour but d'agir pour le développement de la pratique sportive sur le territoire communal, afin de contribuer à l'élaboration d'une politique sportive locale.
  • En 2017, la ville de Libercourt a obtenu le niveau 2 du label « ville active et sportive ».

Équipements sportifs[modifier | modifier le code]

La ville de Libercourt est dotée de nombreuses salles, équipements et espaces où le citoyen peut venir pratiquer des activités sportives :

  • Le Complexe Sportif Antoine-Victor ;
  • Le COSEC Léo-Lagrange, les skate-parcs du COSEC et de la Rayère ;
  • Les terrains multisports de la Rayère, du Ponchelet et de la Chapelette ;
  • Le stade de football et la piste d'athlétisme Fernand Duchaussoy entièrement rénové par la FIFA ;
  • La salle de sport du collège Jean-de-Saint-Aubert ;
  • La salle de sport "L'Orange Bleue" ;
  • Le stade-parc ;
  • Le boulodrome et le pas de tir à l'arc ;
  • Le centre de fitness ;
  • L'école de pêche ;
  • Le skate park de l'ESCALE ;
  • Le parcours d'orientation au bois de l'Émolière

Vie quotidienne[modifier | modifier le code]

Associations d'hier et d'aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Culturelles :

  • Compagnie Sapharide

Sportives :

Politiques :

Amicales :

Sociales :

Scolaires :

Loisirs :

  • L'Union des mutilés de Libercourt (1923)
  • Amicale des anciennes élèves de Libercourt (1946)
  • Association des sinistrés de Libercourt (1946)
  • Fanfare municipale la concorde de Libercourt (1946)
  • Association familiale de l'union des femmes françaises de Libercourt (1946)
  • Société d’entraide à l’enfance malheureuse de Libercourt (1950)
  • La jeune France (1950)
  • Rénovation canine de Libercourt (1950)
  • Amicale des sapeurs-pompiers de Libercourt (1950)
  • Amicale laïque de Libercourt (1952)
  • ALFA - Association Locale des Femmes Actives
  • Les amis du jardin
  • Etc...

Anciennes associations étrangères[modifier | modifier le code]

  • Association polonaise catholique de la jeunesse féminine, section de Libercourt
  • Association polonaise catholique de la jeunesse masculine, section de Libercourt
  • Association ukrainienne Ivan Franco de Libercourt
  • Union des anciens de la résistance polonaise en France POWN, section de Libercourt
  • Union des associations théâtrales polonaises en France, section de Libercourt

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Un rideau d'arbres de l'écrivain Olivier de Solminihac, illustré par le photographe Richard Baron (2012, La Madeleine, éditions Light Motiv, 144 pages, (ISBN 9782953790825)) évoque la vie à Libercourt.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Syndicat Mixte des Transports Lens-Liévin : étude sur l’aménagement du pôle d’échange de Libercourt » « Copie archivée » (version du 20 janvier 2007 sur l'Internet Archive), Centre ressource du développement durable (page consultée le 28 août 2008)
  2. a et b Pèlerinage à Notre Dame de Libercourt
  3. a b et c Libercourt : pèlerinage à Notre-Dame de Libercourt ce lundi 15 août
  4. Synthèse historique établie d'après les publications de la société de recherches historiques de Carvin.[réf. insuffisante]
  5. « Deux personnes meurent ensevelies par l'éboulement d'un terril », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  6. « Libercourt mosquée », Midi 2, INA,‎ (lire en ligne).
  7. Jocelyne Cesari, « L'islam à domicile », Communications, no 65 « L'hospitalité »,‎ , p. 77-89 (DOI 10.3406/comm.1997.1989, www.persee.fr/doc/comm_0588-8018_1997_num_65_1_1989) « Le 28 avril 1991, le maire de Libercourt organisait un référendum à propos de l'agrandissement de la mosquée existante dans sa commune : 83,5 % des votants se sont prononcés contre le projet d'extension. Les étrangers installés dans la commune étaient également appelés à se prononcer après s'être inscrits sur des listes électorales extraordinaires. Une telle démarche est contraire à la Constitution, qui garantit le libre exercice du culte, et dépasse les attributions du maire, qui, en matière d'édifice religieux, se limitent strictement à l'application du Code de l'urbanisme (page 83) »
  8. Sylvia Zappi, « L'attitude des municipalités envers l'islam commence à évoluer », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  9. a b et c Jean-Pierre Ravery, « Le referendum n'est pas la solution », L'Humanité,‎ (lire en ligne).
  10. « Les maires de Libercourt », Histo Libercourt, (consulté le 20 juillet 2016).
  11. « Décès de Léon Delfosse », FR3 (Collection: JT soir Nord Pas-de-Calais ), INA Æ,‎ (lire en ligne).
  12. « Libercourt : diplômes et médailles pour quatre élus qui se sont dévoués au service de la population : Au terme de la cérémonie des vœux, quatre élus locaux se sont vus remettre la médaille d’honneur régionale, départementale et communale, au titre des années passées au service de la population. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  13. « Bilan du maire de Libertcourt - Daniel Maciejasz : « On avance à notre rythme, on ne sera jamais la banlieue de Lille Sud » : Devenu maire après la démission de Jean-Claude Mortreux, dont il était le premier adjoint, en 2002, Daniel Maciejasz termine donc son deuxième mandat. Fin gestionnaire, il n'est pas un homme d'annonces. Son bilan ? Rien de spectaculaire : il explique avoir rebâti des fondations solides à sa commune pour préparer l'avenir. Les ratés ? Il les assume aussi. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  14. Julien Chabrout, « Libercourt : Daniel Maciejasz réélu, 7 adjoints nommés et un conseil vite terminé : Élu au premier tour des municipales, le maire sortant l’a aussi été par le conseil municipal dimanche. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  15. Isabelle Conynck, « Libercourt : Daniel Maciejasz, « continuer à améliorer la qualité de vie » : Avec la liste « Union pour Libercourt », Daniel Maciejasz a rassemblé plus de 80 % des voix aux dernières municipales. Pour son 3e mandat, le maire veut poursuivre le travail réalisé depuis 2002, terminer les programmes en cours et engager de nouveaux projets favorisant les mutations de la ville. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  16. « Libercourt : le conseil municipal des jeunes 2015 a été officiellement installé : Élus juste avant les vacances de Noël, les nouveaux membres du conseil municipal des jeunes, Justine Adamczak, Pauline Besnard, Hamza El Attar, Alison Fiévet, Jérémy Joveniaux, Alexandre Lefèbvre et François Thériez, ont été installés officiellement samedi matin dans leurs nouvelles fonctions. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  17. Décrets du 9 juillet 1984 portant respectivement création de la forêt de protection du Bois-des-Dames et du Bois-d'Epinay, Journal officiel du 21 juillet 1984 pages 2379-2380
  18. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  22. « Évolution et structure de la population à Libercourt en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 26 août 2010)
  23. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 26 août 2010)
  24. « Abbé Pierre Carpentier », Personnages, Histo Libercourt, (consulté le 21 juillet 2016).