Libercourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Libercourt
Libercourt
L'hôtel de ville.
Blason de Libercourt
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Lens
Intercommunalité Communauté d'agglomération d'Hénin-Carvin
Maire
Mandat
Daniel Maciejasz
2020-2026
Code postal 62820
Code commune 62907
Démographie
Gentilé Libercourtois
Population
municipale
8 337 hab. (2018 en diminution de 2,31 % par rapport à 2013)
Densité 1 263 hab./km2
Population
agglomération
552 694 hab.
Géographie
Coordonnées 50° 29′ 05″ nord, 3° 00′ 53″ est
Altitude Min. 21 m
Max. 41 m
Superficie 6,6 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Douai-Lens
(banlieue)
Aire d'attraction Lille (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Carvin
Législatives Onzième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Libercourt
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Libercourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Libercourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Libercourt
Liens
Site web libercourt.fr

Libercourt est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

La commune appartient au bassin minier du Nord-Pas-de-Calais au cœur de l’aire métropolitaine lilloise. Elle fait partie de la communauté d'agglomération d'Hénin-Carvin et du schéma de cohérence territoriale (SCOT) de Lens-Liévin et d'Hénin-Carvin.

Géographie[modifier | modifier le code]

La gare de Libercourt, en 2010

Situation[modifier | modifier le code]

Ville clairière de l'ancien bassin minier du Nord-Pas-de-Calais située dans l’aire métropolitaine lilloise et de l'aire d'attraction de Lille. La commune est placée à l'extrémité Est du département du Pas-de-Calais. La ville se situe aux frontières de La Pévèle, du Carembault, de la Flandre romane, du parc naturel régional Scarpe-Escaut et appartient à l'Artois.

Libercourt se positionne à la croisée des grands axes européens. Située à 2 heures de Bruxelles, 2 heures de Paris, 3 heures de Londres, 3 heures d'Amsterdam, 3 heures de Luxembourg, 3 heures aux frontières de l'Allemagne et à moins de 2 heures de celles des Pays-Bas.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La gare de Libercourt (ligne de Paris-Nord à Lille), l'une des plus importantes de la région des Hauts-de-France et la plus importante de la CAHC[1], est située sur le territoire municipal et offre des liaisons du réseau TER Hauts-de-France vers Lille, Lens, Douai, Arras, Amiens et Saint-Quentin. Avec le nouveau projet de l'Eco-Pôle à la gare de Libercourt en 2019, cette gare constitue un important pôle d'échanges multimodaux et possède par ailleurs une gare de bus à haut niveau de service, une station de taxis et un grand parking à vélos protégé. De plus, la ville est éligible aux services proposés par Uber. La ville est desservie par divers réseaux de bus et des lignes scolaires afin de desservir les collèges et lycées aux alentours[2].

Réseau Tadao

  • 15 : Oignies — Vauban ↔ Noyelles-Godault — Europe
  • 17 : Carvin — Cité Saint-Paul ↔ Oignies — Vauban
  • 29 (ancien) : Oignies — Gambetta ↔ Leforest — Gare SNCF
  • 33 : Lens — Gare Bus ↔ Libercourt — Gare SNCF
  • B5 : Lens — Gare Bus ↔ Libercourt — Gare SNCF
  • B7 : Libercourt — Gare SNCF ↔ Henin Beaumont — Mairie
  • Chronopro Delta 3 : Libercourt — Gare ↔ Dourges — Plateforme Delta 3
  • Allobus A : Plateforme Delta 3
  • Allobus B : Zone Industrielle du Château
  • Allobus C : Zone Industrielle "Les Portes du Nord"

Réseau Arc-en-Ciel (Ilevia)

  • 202 : Libercourt GareLille Porte de Douai
  • 203 : Libercourt Gare ↔ Douai Lycée Edmond Labbé
  • 237 : Mons-en-Pévèle Deux VillesLibercourt Gare

Réseau Flexi Pév’ailes

Lignes scolaires

Lignes TER

Transport aérien et voie fluviale[modifier | modifier le code]

Pour les voies aériennes, l'aéroport le plus proche est celui de Lille-Lesquin dans la ville de Lesquin. En termes de voies fluviales, le canal de la Deûle se trouve à moins de 5 kilomètres et fait office de frontière entre les villes d'Oignies et de Courrières.

Projets de transports en commun[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Libercourt est une ancienne ville minière avec deux fosses principales sur son territoire, fermées et sécurisées à ce jour. La richesse de son sol en houille en a fait une ville de l'ouest du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais. Libercourt a des zones marécageuses. La superficie de la commune est de 660 hectares et son altitude varie de 21 mètres à 41 mètres au dessus du niveau de la mer.

Fosse numéro 3

En 1883, la réglementation des mines grisouteuses prescrivit l'obligation de la double communication des travaux souterrains avec le jour. Ainsi fut décidé, par le Conseil d'Administration, le creusement de la fosse no 3. Elle est foncée en 1884 à Libercourt le long de la route Oignies - Libercourt (à proximité de la gare). Le diamètre du puits est de 2,30 m et la profondeur est de 357 m. Elle est détruite en 1914, au début de la Première Guerre mondiale.

L'extraction des charbons maigres cesse en 1941 car la fosse no 3 devient retour d'air pour la fosse no 2 jusqu'en 1946. Après avoir servi de camp de prisonniers, le carreau est devenu un parc de matériel. En 1964, le puits est remblayé. Le chevalement est abattu en 1966. Sur le carreau de cette fosse a été installé le centre de distribution de charbon aux retraités des mines. Le puits a été mis en sécurité en 2000.

Fosse numéro 5

La fosse no 5 dite Henri Buchet est foncée en 1906 avec un diamètre de 4,10 m sur le territoire de Libercourt. La Compagnie prend la décision de concentrer la fosse no 5 sur la fosse no 2 dès 1934, mais la concentration ne sera effective qu'en 1951. Le puits sert alors de retour d'air à la fosse no 2 jusqu'en 1968. Profond de 363 m, le puits est remblayé la même année. Le chevalement est abattu un an plus tard.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La ville de Libercourt a plusieurs étendues d'eau sur son territoire :

  • le fossé des moines est une rivière qui traverse Libercourt ;
  • les deux étangs de la base de loisirs de l'Émolière ;
  • l'étang du bois d'Épinoy.
  • le boulandrieu est une petite rivière, elle a disparu entre Libercourt et Évin-Malmaison par suite de la canalisation de la Deûle et du dessèchement des marais.

Climat[modifier | modifier le code]


Relevé météorologique de Lille-Lesquin
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1,2 1,3 3,6 5,4 8,9 11,7 13,8 13,6 11,2 8,1 4,4 1,9 7,1
Température moyenne (°C) 3,6 4,1 8,6 9,8 13,4 16,2 18,6 18,5 15,5 11,6 7,1 4,1 10,8
Température maximale moyenne (°C) 6 6,9 10,6 14,1 17,9 20,6 23,3 23,3 19,7 15,2 9,8 6,4 14,5
Record de froid (°C) −19,5 −17,8 −10,5 −4,7 −2,3 0 3,4 3,9 1,2 −4,4 −7,8 −17,3 −19,5
Record de chaleur (°C) 15,2 19 22,7 27,9 31,7 34,8 41,5 36,6 33,8 27,8 20,3 15,9 41,5
Ensoleillement (h) 65,5 70,7 121,1 172,2 193,9 206 211,3 199,5 151,9 114,4 61,4 49,6 1 617,5
Précipitations (mm) 60,5 47,4 58,3 50,7 64 64,6 68,5 62,8 61,6 66,2 70,1 67,8 742,5
Source : Le climat à Lille-Lesquin 1981 - 2010 sauf soleil 1991 - 2010(en °C et mm, moyennes mensuelles) [1]

Tableau comparatif des données climatiques de Carvin

Ville Ensoleillement
(h/an)
Pluie
(mm/an)
Neige
(j/an)
Orage
(j/an)
Brouillard
(j/an)
Médiane nationale 1 852 835 16 25 50
Carvin 1 600 650 12 18 42
Paris 1 662 637 12 17 8
Nice 2 724 733 1 27 1
Strasbourg 1 693 665 26 28 51
Brest 1 530 1 210 7 12 76
Bordeaux 2 035 944 3 31 69
Valeurs moyennes du dernier tiers du XXe siècle de la station Lille-Lesquin
Températures l'hiver 1 °C à 6 °C
Températures l'été 10 °C à 22 °C avec moins de quatre journées chaudes à plus de 30 °C
Novembre à mai 60 jours avec gelées matinales
Précipitations annuelles 650 mm
Ensoleillement annuel 1 600 heures
Vent 60 jours à plus de 16 m/s (vent sensible)

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Libercourt
Camphin-en-Carembault Phalempin
Carvin Libercourt Wahagnies
Oignies

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Libercourt est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[6],[7],[8]. Elle appartient à l'unité urbaine de Douai-Lens, une agglomération inter-départementale regroupant 67 communes[9] et 503 966 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue. L'agglomération de Douai-Lens est la dixième plus importante de la France en termes de population, derrière celles de Paris, Lyon, Marseille-Aix-en-Provence, Lille (partie française), Toulouse, Bordeaux, Nice, Nantes et Toulon[10],[11].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lille (partie française) dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 201 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[12],[13].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (80 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (63,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (48,3 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (23,9 %), forêts (16,1 %), mines, décharges et chantiers (7,8 %), terres arables (3,9 %)[14].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[15].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Division de la commune[modifier | modifier le code]

La commune est divisée en plusieurs quartiers / cités :

  • Cité du bois d'Épinoy
  • Cité de Garguetelles
  • Cité de la Faisanderie
  • Cité de la Fosse numéro 5
  • Cité de la Fosse numéro 2
  • Cité 1940
  • Cité des Six Drèves
  • Cité de la Gare
  • Cité du Vert-Chemin
  • Les Marlières
  • ZAC du Paradis

La ligne de chemin de fer (ligne Paris-Lille) traverse la ville en 2 parties distinctes du Nord au Sud.

Forêts et espaces verts[modifier | modifier le code]

La trame verte et bleue traverse la ville. Il y a plusieurs parcs municipaux, comme le parc de la Chapelette, situés à de nombreux endroits de la ville et certaines citées sont boisées. La ville se situe à quelques minutes de nombreux parcs, bois et plans d'eau[16] dont la forêt de Phalempin, le site ornithologique des Cinq Tailles classé Natura2000 et le golf à Thumeries, le bois départemental des Hautois et le Terril 110 à Oignies, la gare d'eau et le Tour d'Horloge à Carvin, les étangs de la Sabloneuse à Wahagnies, le bois du Court Digeau à Ostricourt et le bois de l'Offlarde à Leforest. Par ailleurs, la voie verte de la Pévèle et le véloroute du bassin minier se situent à seulement quelques kilomètres. Parmi les divers parcs et forêts situés à Libercourt, voici les principaux et leurs caractéristiques :

Le terril du téléphérique no 115

Le terril du téléphérique est considéré comme zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) pour l’importance de sa biodiversité. Des chemins pédestres aménagés permettent au public d’accéder facilement au sommet du terril.

Le bois d'Epinoy

Le Bois d’Epinoy est un espace naturel sensible dont une partie n’est accessible au public que lors des visites guidées organisées par Eden 62. Il est reconnu zone naturelle d’intérêt écologique (ZNIEFF) et est classé espèce naturel sensible car il justifie d’un fort intérêt floristique et faunistique. De nombreuses balades, libres ou encadrées par un guide, sont possibles sur les chemins balisés le tout accolé à une cité minière classée au patrimoine mondial UNESCO

Le bois de l'Emolière et sa base de loisirs

Le bois de l’Emolière fait partie d’un ancien espace forestier qui s’appelait jadis «Bois du Roy» et qui est aujourd’hui divisé en différentes parties. Ce bois est un élément de la forêt de Phalempin Il constitue un vrai bois, dans une zone pourtant très urbanisée, qui s’étend sur le département du Nord. Ce bois est constitué d'une faune et d'une flore très riche. La base de loisirs est située à l'entrée du bois, elle est dotée d'une école de pêche et de 3 étangs où les personnes peuvent pêcher. Cette base de loisirs constitue le point de départ de plusieurs parcours d'orientation situés dans le bois.

Architecture[modifier | modifier le code]

Le bassin minier a été inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO en 2012 et les maisons des mines nécessitent une attention particulière pour qu'elles soient conservées. Certaines citées de Libercourt sont soumises, en plus du Plan Local d'Urbanisme (PLU), au cahier de recommandations.

Logements[modifier | modifier le code]

Le nombre de logements à Libercourt a été estimé à 3 690 en 2015[réf. nécessaire]. Ces logements de Libercourt se composent de 3 308 résidences principales, 3 résidences secondaires ou occasionnelles ainsi que 212 logements vacants.

Parc de logements 2015 % 2010 %
Résidences principales 3319 90,0 % 3305 92,5 %
Dont maisons
ou appartements
3290
393
89,2 %
10,6 %
3215
357
89,9 %
10,0 %
Résidences secondaires et
logements occasionnels
3 0,1 % 0 0 %
Logements vacants 368 10 % 269 7,5 %
TOTAL[17] 3690 100 % 3575 100 %

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Depuis 2017, la ville se transforme et se modernise. Libercourt prend le pari de la réhabilitation des quartiers en poursuivant un rythme de 100 logements construits ou réhabilités par an. Les voiries font, elles aussi, l'objet de travaux au même rythme que les logements. Le développement urbain de Libercourt s'imagine notamment autour de la réalisation du projet Eco-Pôle[18] à la gare, la requalification paysagère de l'ancien cavalier minier, le chantier du bois d'Epinoy, la réhabilitation des terrils et la construction d'un nouveau centre-ville. Ces projets seront consolidés par la création d'aires de jeux dans plusieurs quartiers de la ville, la réalisation d’une nouvelle médiathèque, de nouveaux locaux à destination des associations, du nouveau collège, du nouveau terrain de Football synthétique, de la création de pistes cyclables pour favoriser les déplacements à vélo et par la modernisation de la base de loisirs de l'Emolière.

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Le site de la préfecture du Pas-de-Calais indique que l'état de catastrophe naturelle a été déclenché 5 fois pour des inondations mais celle-ci n'ont pas entraîné la mise en danger des personnes[19]. Selon le rapport pour Libercourt présent sur le site officiel du gouvernement, les risques recensés pour la commune sont les suivants[20]:

  • Emissions en surface de gaz de mine
  • Inondation
  • Mouvement de terrain
  • Mouvements de terrains miniers - Effondrements localisés
  • Mouvements de terrains miniers
  • Glissements ou mouvements de pente
  • Mouvements de terrains miniers - Tassements
  • Séisme (Zone de sismicité : 2)
  • Transport de marchandises dangereuses

Toponymie[modifier | modifier le code]

Selon la légende : Il fait très froid. Il est tombé, en quelques jours, une couche de neige d'un bon mètre. Les Hottin ne peuvent pas rentrer chez eux et décident donc de construire des huttes à quelques centaines de mètres du rond-point où ils avaient l'habitude de travailler; c'est à dire à l'emplacement actuel de l'église Notre-Dame, le long du petit cours d'eau. Il était alors devenu plus commode, aux ouvriers, de rester sur place pendant les mois d'hiver. Les huttes devinrent de plus en plus confortables. L'été, on y sema même fleurs et légumes. Les ouvriers avaient pris tellement soin de leur habitation qu'ils appelèrent leur famille pour y vivre. L'endroit donnait une telle impression de liberté qu'il fut baptisé "Librecour ". Quelques petits problèmes administratifs plus tard entre le seigneur d'Epinoy et les comtes de Flandre, quant à la paternité du site, le " r " se déplaça et on vint y rajouter un " t ". Petit à petit, les maisons se firent plus nombreuses. Les frères Hottin, eux, sont devenus échevins de la cité. L'histoire suivit son cours[réf. nécessaire].

Le hameau était désigné Libercours au XIIIe siècle (abb. d'Hénin, l. 5) et Liber-Court en 1739 (Maillart, p. 22)[21].

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Nous sommes au xie siècle dans une grande forêt. Le bois d'Epinoy et le bois de Phalempin sont séparés par un cours d'eau. C'est aussi la séparation entre deux provinces: la Flandre et l'Artois, le Nord et le Pas-de-Calais aujourd'hui. Dans cette forêt travaillent des hommes: les Hottin et quelques ouvriers de l'entreprise familiale, marchande de bois. Ils sont installés au rond-point des Six-Drèves dans des abris de fortune. Ce rond-point sera le point de départ de la construction de Libercourt.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Érigée en commune en 1947, Libercourt ne formait pas, sous l'Ancien Régime, une communauté d'habitants distincte. Elle dépendait comme Carvin de la principauté d'Epinoy. Au début du XIIe siècle, Épinoy est donné comme la terre natale de saint Druon. À l'autre bout de la ville actuelle, l'église du bourg est vouée à saint Martin. La ville actuelle est pour l'essentiel formée à partir de ces deux sous-ensembles, celui d'Épinoy où se trouvait aussi le château du seigneur et celui de Carvin où s'élevaient les halles et la maison des échevins, centre administratif de la seigneurie.

La seigneurie d'Épinoy (De Spineto) fut successivement possession de la famille d'Antoing, puis de la maison de Melun et enfin de celle des Rohan. Les seigneurs d'Épinoy furent faits chevalier de l'ordre de la Toison d'or. Ils devinrent comtes, puis, sans pour autant être de sang royal, furent faits prince. Leur château fut démantelé au début du XVIIIe.

À l'époque de Louis XIV, le rattachement de la châtellenie et principauté d'Épinoy à la France s'accompagna de changements profonds. Devenus grands du royaume de France, les princes d'Epinoy confièrent l'administration de Carvin et celle des paroisses environnantes aux Robespierre. Ceux-ci s'y succédèrent aux postes de notaires et procureurs pendant plusieurs générations avant que, devenu avocat, l'un d'entre eux ne s'en aille se fixer à Arras et fonder ainsi la lignée dont est issu le célèbre conventionnel Maximlien de Robespierre. En 1783, celui-ci rendit visite à ses parents de Carvin et relate son voyage et son séjour dans une lettre méconnue enjouée et divertissante.

Au XVIIIe siècle, contre l'avis des habitants, les princes d'Epinoy entreprirent une urbanisation à marche forcée16 des quartiers nord ainsi que de l'espace situé en rase campagne entre Epinoy et le bourg, qui vit ainsi la création de la grand-place actuelle. Les États d'Artois créant une nouvelle chaussée qui, reliant Arras à Lille, réunit les différents hameaux en pleine prospérité. En vue des États généraux de 1789, la paroisse de Carvin-Epinoy rédigea des cahiers de doléances. Puis l’administration révolutionnaire fit de ce chef-lieu d'ancien régime le chef-lieu d'un canton, regroupant alors dix communes, au sein de l'arrondissement de Béthune. Au plus fort des guerres révolutionnaires qui agitèrent la frontière nord de la France, la tour de l'église fut surmontée d'une cabine de relais du premier télégraphe optique mis au point par les frères Chappe pour la ligne Lille-Paris.

Notre-Dame de Libercourt[modifier | modifier le code]

Selon la légende, vers l'an 1150, un jeune berger du nom de Ruchot aperçut un saule dont il aurait jailli du sang. Au sein de cet arbre, il aurait trouvé un buste de la Vierge Marie. Le berger l'emporta avec lui mais, arrivé à la ferme, la statue serait allée reprendre sa place dans le hallot[22]. Cette statue fit alors l'objet d’une vénération au titre des « prodiges » opérés. Le hallot devint le rendez-vous de nombreux pèlerins et la statue l'objet de leur superstition[23].

La statue fut d'abord abritée dans une chapelle bâtie à l'endroit même de son apparition, et qui servit probablement d'église à la population jusqu'au milieu du XVIe siècle. Une seconde chapelle fut édifiée sur un terrain perpendiculaire à l'église actuelle. À la fin du XVIIIe siècle, les révolutionnaires pillèrent le sanctuaire Notre-Dame. Ses ornements, son autel, son tabernacle, ses verrières et la statue « miraculeuse » furent dérobés. Une nouvelle église fut construire en 1880. On y retrouve plusieurs éléments de la seconde chapelle, dont une vasque baptismale en marbre et une pierre sculptée retrouvée au début des années 2000 par l'abbé Pronnier. Le grand vitrail est quant à lui formé de quatre petits vitraux de l'ancienne chapelle[23].

Un pèlerinage a lieu chaque année à l'occasion de l'Assomption[23]. Notre-Dame de Libercourt est particulièrement invoquée pour les petits enfants, les affligés et la protection des étables[22].

Circonscriptions d'Ancien Régime[modifier | modifier le code]

En 1789, avant la Révolution française, Libercourt était une paroisse du diocèse de Tournai, dépendant du doyenné de Camphin-en-Carembault[21].

La Révolution en fit un hameau de la commune de Carvin[21].

Le temps de l'industrie[modifier | modifier le code]

Vers 1840, la première affaire sur Libercourt fut la construction d'un four à chaux et d'une briqueterie installés par M. Jean Hottin-Turbelin, à une centaine de mètres de l'église. À peu près au même moment, une tuilerie fut bâtie exactement au "Coron sans beurre". On y fabriquait des tuiles, des drains et des carreaux en terre cuite. La partie mécanique était actionnée par un cheval qui tournait au milieu de la cour. Puis apparut le moulin à vent dont le gros œuvre existe encore de nos jours. Entre temps au bosquet "Martinet", on perça un forage dans l'espoir de trouver du minerai de fer, mais sans aucun résultat. Cette recherche avait été entreprise parce que, dans les champs environnants, on trouvait constamment des morceaux ferreux qui donnaient à la terre une couleur de rouille. Après le démontage du matériel, le trou du forage avait formé une cuvette d'environ une dizaine de mètres de diamètre qui s'était remplie d'eau et où il y eut quelques noyades dont la première fut celle de M. Lagache. Ceci valut à cette mare d'être dénommée le "Vivier Lagache".

Après l'installation de la ligne de chemin de fer, eut lieu, près de la gare, l'implantation de lavoirs à charbon par monsieur Cambray. Cette affaire ne marcha pas très bien. Il essaya de se diversifier en construisant un four à chaux. Quelques années plus tard, lavoirs et four à chaux firent faillite. Les affaires furent reprises par monsieur Savourat; il installa une usine de dérivés de goudron qui devint par la suite la Société Nouvelle des Usines de Libercourt. Il y eut aussi près de la gare l' "Usine au noir": on y broyait du charbon pour en faire une poudre très fine utilisée dans les fonderies.

Enfin, ce fut le tour de la carrière de sable de monsieur Breschard, située sur la route de Wahagnies à Ostricourt. Le produit était acheminé jusqu'à la gare le long d'un petit chemin de fer à voie étroite, où une petite machine à vapeur appelée "Coucou" tractait et montait les wagonnets sur une rampe pour déverser dans les wagons de la Compagnie du Nord. À cette époque, Libercourt comptait en son sein : le classement des Houillères qui préparait les trains de charbon, les anciennes fosses no 3 et 5, la Société Nouvelle des Usines de Libercourt, les Tuileries de Libercourt, les Boulonneries de Libercourt, les ateliers mécaniques Breschard, Coquant, Jules Haze et les ciments armés Willaert. Aujourd'hui le tissu industriel s'est profondément transformé; la métamorphose de notre société et son évolution ont peu à peu fait disparaître certaines de ces entreprises pour laisser place à une nouvelle conception, celle des zones industrielles.

Une ville minière[modifier | modifier le code]

En 1875, 700 habitants vivaient à Libercourt, qui était donc un hameau de Carvin. Dès le XIXe siècle, excentrés par rapport au chef-lieu communal, ses habitants, des ruraux pour l'essentiel, revendiquèrent sur fond de dissensions politiques une place et une reconnaissance qui aboutit à ce que le hameau soit érigé en commune à part entière en 1947. Les pétitionnaires avaient alors les arguments nécessaires : une population de 900 habitants, une distance Carvin / Libercourt de 5 km, séparées par un bois de 2 km de longueur, une gare, une mine de houille, plusieurs fabriques et une carrière de sable. Libercourt abritait également deux écoles et une paroisse érigée depuis 50 ans.

En presque 100 ans, l'épopée minière aidant, la population augmenta pour atteindre près de 10 000 habitants. Polonais, Italiens, Portugais, Algériens, Marocains arrivèrent à Libercourt pour y travailler, accompagnés de leur famille. Aujourd'hui encore, la ville est riche de cette diversité. Deux événements majeurs liés à la révolution industrielle étaient venus militer en faveur du rôle grandissant joué par Libercourt :

  • la découverte de la houille à Oignies à l'origine de la création des fosses et de cités minières vont faire du hameau de Libercourt une ville minière champignon faisant partie de la conurbation minière qui voit le jour sur le territoire de la Compagnie des mines d'Ostricourt dont le siège se trouve dans la commune voisine de Oignies. Le , l'éboulement d'un terril provoque la mort par ensevelissement de quatre personnes[24] ;
  • l'ouverture en 1865 de la gare de Libercourt, sur la ligne de Paris-Nord à Lille, tandis qu'un embranchement raccorde la gare de Libercourt à la gare de Carvin, sur la ligne de Lens à Ostricourt.

Le centre de Libercourt se situait alors entre l'église Notre Dame et la Poste, constitué de nombreux commerces. Mais avec l'installation des familles au sein des cités minières, la commune s'est étendue et le cœur de ville a perdu sa centralité. À l’époque, les commerces, souvent situés au rez-de-chaussée des habitations, ont progressivement fermé lors des départs en retraite des propriétaires. C'est la raison pour laquelle, la grande ambition de la municipalité est de recréer un véritable centre-ville où l'activité économique a une place importante, en réimplantant habitations et commerces en périphérie de la place qui y sera aménagée.

Première Guerre mondiale et Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Au cours des deux guerres mondiales, Libercourt et ses habitants souffrirent gravement de l'action des belligérants qui savent toute l'importance que revêt pour l'économie régionale ce centre minier et ferroviaire névralgique[25].

Libercourt petite bourgade à l'époque, devait payer un lourd tribut à la Première Guerre mondiale : 60 de ses fils tombèrent au champ d'honneur et 10 victimes civiles étaient à déplorer[26]. Carvin, dont dépendait à l'époque Libercourt a été décoré de la Croix de guerre 1914-1918 le [27].

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, Les 2 et , la ville de Libercourt est libérée de l'occupation après 51 mois par les troupes anglaises, aidées par un groupe de résistants locaux. Libercourt a payé un lourd tribut durant la guerre, puisque vingt soldats y ont laissé la vie, de même que quatorze résistants fusillés, dix-sept victimes civiles, sans oublier les nombreux Libercourtois blessés physiquement et moralement[réf. nécessaire].

Le référendum de 1991[modifier | modifier le code]

En 1991, un référendum d'initiative locale est organisé sur un projet d’agrandissement d'une mosquée existante. Dans un contexte très confus à l'époque, le référendum a rejeté le projet avec 83 % de non (2709 voix) contre 17 % pour (537 voix)[28],[29],[30]. Le referendum était illégal[réf. nécessaire] et a été désapprouvé par l’État et la préfecture à l'époque. La mosquée a néanmoins été inaugurée en . Selon Rémy Auchedé, secrétaire du PCF du Pas-de-Calais, « le referendum n'est pas la solution sur une telle question[31] ». À la suite de cela, l'ancien maire Samuel Lannoy aurait été exclu d'un Parti Communiste très mal à l'aise dans un contexte de hausse du Front National en France.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

L'exploitation des mines s'est arrêtée en 1968 sur le territoire communal. En 2019, Libercourt est une ville clairière de l’ex-bassin minier située au sud de l’aire métropolitaine lilloise. Cette commune principalement résidentielle se trouve à la croisée des grands axes européens, bénéficie d’une situation géographique et économique tout à fait privilégiée proche de la capitale régionale, Lille et d'autres grandes villes régionales. Par ailleurs, elle profite d'un cadre agréable avec ses nombreux espaces verts. Les sites miniers de la commune ont été transformés en lieux culturels, de mémoire ou de balade afin de conserver le passé historique du territoire et ont été classés au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

L'hôtel de ville

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Libercourt est une commune créée en 1947 par détachement de celle de Carvin[32].

Elle est située dans l'arrondissement de Lens dans le département du Pas-de-Calais. Pour les élections législatives, elle fait partie de la onzième circonscription du Pas-de-Calais depuis le redécoupage des circonscriptions législatives françaises de 2010.

Elle fait partie depuis sa création du canton de Carvin[32]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton, dont la commune est toujours membre, est modifié, passant de 2 à 3 communes.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté d'agglomération d'Hénin-Carvin créée en 2001.

Libercourt est membre de l’Association Française du Conseil des Communes et Régions d'Europe (AFCCRE)[réf. nécessaire].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Libercourt est une ville traditionnellement ancrée à gauche.

Depuis 1983, les différents maires de Libercourt étaient étiquetés au Parti Communiste Français et au Parti Socialiste. Bien que le Front national arrive à se hisser en première place du premier tour des différentes élections de ces dernières années, Libercourt s'oppose au parti politique de Marine Le Pen en votant pour l'autre candidat au second tour. Par exemple pour les législatives de 2017, c'est la candidate La République en marche, Anne Roquet, qui est arrivée en tête du second tour des législatives, ce qui fait de Libercourt, l'une des seules villes de sa circonscription n'ayant pas mis le Front National en tête des législatives au second tour. Tout comme pour les présidentielles de 2017Emmanuel Macron est arrivé en tête du deuxième tour face à Marine Le Pen[33],[34].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires de Libercourt depuis sa création en 1947
Période Identité Étiquette Qualité
1947 1965 Étienne Pruvost   Employé des HBNPC
Premier maire de Libercourt
1965 1971 Georges Mangin   Premier adjoint du maire sortant Etienne Pruvost
1971 1983 Antoine Victor PS Employé des HBNPC
1983[31] mars 1986[35] Léon Delfosse[36] PCF Mineur, administrateur des Houillères
Syndicaliste
Décédé en fonction
1986 1995 Samuel Lannoy[31] PCF Retraité des HBNPC
1995 2002 Jean-Claude Mortreux PS Galibot
Démissionnaire
2002[37] En cours
(au 13 janvier 2019[38])
Daniel Maciejasz PS Enseignant
Conseiller général puis départemental de Carvin (2004 →)
Vice-président de la Communauté d'agglomération Hénin-Carvin (2014 →)
Réélu pour le mandat 2014-2020[39],[40],[41]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

En , la mairie de Libercourt dispose de 29 élus locaux composés de 14 femmes et 15 hommes. Ils font partie de l'administration communale de Libercourt. Ces 29 élus sont divisés en deux parties, 7 adjoints au maire et 22 conseillers municipaux.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La commune abrite le Bois d'Épinoy classé en espace naturel sensible (ENS), de près de 110 ha, l'une des deux forêts de protection de l'ancienne région Nord-Pas-de-Calais, instituées en 1984[42] et la forêt départementale du bois de l'Émolière, de près de 13 ha, avec ses deux étangs pour la pêche et ses parcours d'orientation.

Libercourt bénéficie d'une politique environnementale stricte et respectueuse[43] :

  • Mars 2018, trophée obtenu par la ville au salon de l'agriculture après s’être classée première au concours de la meilleure animation réalisée par les NAP (Nouvelles Activités Périscolaires)
  • Installation d'hôtels à insectes et de nichoirs dans les écoles et les espaces publics.
  • La ville a banni le recours aux produits phytosanitaires.
  • La ville utilise la méthode du fauchage tardif.
  • Éclairage raisonné et éclairage LED.
  • Mise en place de carrés potagers.
  • L’arrosage en ville se fait grâce à la récupération des eaux de pluie
  • Chaque arbre coupé est systématiquement remplacé

Le tri sélectif est en place dans la commune, ainsi les habitants sont invités à séparer leurs déchets. Il y a en tout trois collectes de déchets triés à Libercourt, l'un pour les déchets recyclables, l'autre les déchets non-recyclables et enfin pour les déchets organiques. Plusieurs containers à verres sont disposés dans la ville et la déchetterie la plus proche se trouve à Carvin[44].

Démocratie participative[modifier | modifier le code]

La commune s'est dotée d'un conseil municipal des jeunes, dont les membres ont été renouvelés en 2019[45] et d'un conseil citoyen.

Distinctions, labels, décorations et récompenses[modifier | modifier le code]

  • La ville a obtenu en 2017 le niveau 2 du label « ville active et sportive »[46]
  • Après avoir obtenu deux fleurs en 2010, la ville a obtenu en 2018 trois étoiles au concours des villes et villages fleuris. Libercourt est ainsi la seule ville de la CAHC à détenir ce niveau de distinction ainsi que l'unique des 50 villes qui composent l'arrondissement de Lens[47].
  • Croix de guerre 1914 - 1918 obtenue après la première guerre mondiale en 1920. La cérémonie s'est déroulée le pour le centenaire de la première guerre mondiale[48].
  • Lauréate du programme « Petites villes de demain ».

Jumelage[modifier | modifier le code]

Mur montrant les villes jumelées à Libercourt en 2014

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1954. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[49]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[50].

En 2018, la commune comptait 8 337 habitants[Note 3], en diminution de 2,31 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : +0,1 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011
9 70410 52310 7269 83710 0939 7608 8548 7228 431
2016 2018 - - - - - - -
8 3968 337-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[32] puis Insee à partir de 2006[51].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (19,8 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,2 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 22,3 %, 15 à 29 ans = 21,7 %, 30 à 44 ans = 19,8 %, 45 à 59 ans = 19,4 %, plus de 60 ans = 16,9 %) ;
  • 52,2 % de femmes (0 à 14 ans = 19,3 %, 15 à 29 ans = 20,2 %, 30 à 44 ans = 19 %, 45 à 59 ans = 19,1 %, plus de 60 ans = 22,4 %).
Pyramide des âges à Libercourt en 2007 en pourcentage[52]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,1 
90 ans ou +
0,5 
5,6 
75 à 89 ans
9,5 
11,2 
60 à 74 ans
12,4 
19,4 
45 à 59 ans
19,1 
19,8 
30 à 44 ans
19,0 
21,7 
15 à 29 ans
20,2 
22,3 
0 à 14 ans
19,3 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[53]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Libercourt se situe dans l'académie de Lille. En 2019, la commune dispose de :

  • École maternelle publique André Pantigny
  • École maternelle Jean Jaurès
  • École maternelle publique Frédéric et Irène Joliot-Curie
  • École élémentaire publique André Pantigny
  • École élémentaire publique Jean Jaurès
  • École élémentaire publique Marie et Pierre Curie
  • Collège public Jean de Saint-Aubert

Le collège a bénéficié en 2018 d'une rénovation complète et d'une cuisine centrale destinée dont la production est également destinée au restaurant municipal Berthe-Dupuis et au bâtiment de la demi-pension, qui accueille l'ensemble des écoliers de la commune[54],[55].

Culture[modifier | modifier le code]

  • L'école de musique municipale "La Concorde"
  • Bibliothèque Raymond Devos
  • Le Métaphone
  • L'ESCALE et la salle Claude Meurant (Concerts, théâtre, spectacle)
  • Le Tilbury (Scène musicale)
  • Une médiathèque

Sports[modifier | modifier le code]

En 2007, l'Office Municipal des Sports est une association créée sous l'impulsion de la municipalité. Son objectif est de fédérer le mouvement associatif sportif local

En 2010, le Service municipal des sports est créé. Il a pour but d'agir pour le développement de la pratique sportive sur le territoire communal, afin de contribuer à l'élaboration d'une politique sportive locale.

En 2019, Libercourt possède de nombreuses salles, équipements et espaces où le citoyen peut venir pratiquer des activités sportives :

  • le Complexe Sportif Antoine-Victor ;
  • le COSEC Léo-Lagrange, les skate-parcs et terrains de tennis du COSEC et de la Rayère ;
  • les terrains multisports de la Rayère, du Ponchelet et de la Chapelette ;
  • le stade de football et la piste d'athlétisme Fernand Duchaussoy entièrement rénové par la FIFA ;
  • la salle de sport du collège Jean-de-Saint-Aubert ;
  • la salle de sport « L'Orange Bleue » ;
  • le stade-parc ;
  • le boulodrome et le pas de tir à l'arc ;
  • le centre de fitness ;
  • l'école de pêche ;
  • le skate park au Complexe Sportif Antoine-Victor;
  • le parcours d'orientation au bois de l'Émolière

Solidarité[modifier | modifier le code]

  • Point Information Médiation Multi Services
  • Point d'Accès au Droit
  • Local du Secours Populaire Français
  • La Maison des Droits et des Solidarités de Libercourt
  • Eden62
  • Conseil Départemental de l'Accès au Droit du Pas-de-Calais
  • Centre Communal d'Action Sociale
  • Banque Alimentaire
  • Restaurants du coeur
  • Outillothèque
  • Point Information Jeunesse
  • Semaine bleue
  • Service de portage de repas à domicile
  • Service de transport pour les seniors
  • Allocation Personnalisée d'Autonomie
  • Opération Oasis pour lutter contre l'isolement
  • Liste de veille plan canicule et grand froid

Sécurité[modifier | modifier le code]

  • Adhésion au dispositif "Participation Citoyenne"
  • Police municipale armée
  • Vidéosurveillance
  • Mise en place d'une cellule de veille
  • Radars pédagogiques
  • Feux tricolores intelligents

Santé[modifier | modifier le code]

  • En 2019, la commune compte 7 médecins généralistes et d'un centre de santé[56]
  • Le centre hospitalier le plus proche est celui d'Hénin-Beaumont.
  • Le centre de rééducation le plus proche est celui de Oignies
  • La commune disposait, avec la commune voisine Oignies, la clinique Anquetil, qui faisait partie du service public hospitalier le

Emploi[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Festival de Brass Band "Éclats de Cuivre". Organisé le dernier week-end du mois de mai. Ce festival rassemble chaque année les plus prestigieuses formations comme le Brass Band Nord-Pas-de-Calais, le Brass Band Willbroek et le Brass Band Buizingen
  • Festival de l'arbre
  • Fête de la nature
  • Festival du livre
  • Festival des langues et des cultures
  • Libercourt Plage
  • Liber’couleurs (Color Run)
  • Concours des balcons fleuris
  • Les parcours du coeur
  • Marché de La Saint Nicolas et de Noël
  • Festivités du 14 juillet et carnaval
  • Nombreuses commémorations militaires et historiques
  • La caravane connectée
  • Brocante, cirque et ducasse
  • AmStramGram - Jeux de société
  • Réunions "Tupperware Littéraire"
  • Semaines thématiques culturelles
  • Cyberséniors
  • Journée régionale des aidants
  • Journée des associations
  • Salon des arts plastiques
  • Festival des langues et des cultures
  • Chorale
  • Trail des pyramides noires
  • La rando des Terrils

La ville propose de nombreux clubs, de nombreuses associations ainsi que de nombreuses activités dans beaucoup de domaines pour les plus jeunes et les plus âgés dans différentes infrastructures créées par la mairie. De nombreux spectacles, concerts, expositions, forums et journées spéciales sont organisées tout au long de l'année par la commune.

Cultes[modifier | modifier le code]

Église Notre-Dame de Libercourt.

Catholicisme[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame[modifier | modifier le code]

L’édifice a été construit en 1881. Il abrite la statue de Notre-Dame, qui fait l’objet d’une procession chaque 15 août depuis plusieurs siècles. Il représente aussi une étape du pèlerinage à Saint-Jacques-de-Compostelle.

L'église Saint-Henri[modifier | modifier le code]

Avec le développement d’activité des mines et l’arrivée de travailleurs polonais, le nombre d’habitants autour de la fosse n°5 s’accroissait rapidement. L’abbé Stanislas Clément désirait leur proposer des messes le dimanche. Il rêvait d’un centre religieux, au cœur même de la cité. Son rêve fut réalisé grâce à la bienveillance de la Compagnie des Mines d’Ostricourt. La chapelle est dédiée à Saint Henri, en souvenir de M. Henri Buchet, administrateur et directeur général des Mines d’Ostricourt. Dès 1910, une salle avait été construite pour servir de garderie, à l'angle du boulevard Faidherbe et du chemin de la Rayère. En 1923, ce local fut élevé d'un étage ; le rez-de-chaussée, aménagé en chapelle, fut ouvert au culte. En semaine, un rideau était tiré devant le chœur et la salle devenait une garderie. En 1928, la chapelle est transférée à l'étage avec accès par un escalier extérieur, chemin de la Rayère. Il n'y avait qu'une seule paroisse à Libercourt : baptêmes, mariages et enterrements ont toujours lieu à Notre-Dame. En 1942, Saint-Henri devient la seconde paroisse. La poussée démographique fit monter la population de la paroisse à environ 5 000 âmes : la chapelle devenait beaucoup trop petite. Le 22 juin 1957 les Houillères vendent à l'association diocésaine d'Arras le terrain destiné à l'édification d'un centre paroissial .L'abbé Vincent est nommé à Libercourt-Saint-Henri avec la mission de réaliser ce projet. Il s'installe le 6 octobre 1957. Par sa simplicité et sa familiarité dans ses contacts avec le monde ouvrier l'entourant, il gagne vite l'estime de toute la paroisse. Il sait réunir et galvaniser les énergies pour construire l'église. Pour trouver la somme nécessaire, il emploie tous les moyens : quêtes, enveloppes, vente de cartes dessinées par M. Hardy, spectacles... Des paroissiens apportent leur concours manuel, travaillant à la construction pour diminuer les frais de main-d'œuvre ou s'activant pour assurer le succès des kermesses. L'œuvre est inaugurée solennellement le 11 novembre 1961. L'abbé Vincent maintint fermement sa paroisse. Il continua la construction de la salle de cinéma, des salles de réunions et du presbytère où il emménagea en 1963. Il y avait deux séances de cinéma chaque dimanche. Avec la récession puis la fermeture des Houillères, le départ de nombreuses familles remplacées par des Nord-Africains musulmans, le nombre de pratiquants a fortement diminué et le manque de prêtres ont conduit l'évêché d'Arras à associer les deux paroisses en 1984.

Le programme du centre paroissial de Libercourt comprend une église de 450 places, un presbytère, une salle paroissiale, des salles de catéchisme, un parking. L'église se distingue des autres bâtiments paroissiaux par son architecture originale et son emplacement à l'angle du terrain, au confluent de deux voies de passage. Son plan s'articule autour de deux octogones emboîtés l'un dans l'autre. L'édifice, de plan allongé, présente six pans de murs en brique. Il est couvert de longs pans en ardoise. Les vitraux sont dus au verrier Blanchet.

L'église est une œuvre des architectes Jean Battut et Robert Warnesson. Pour anecdote, à la demande des paroissiens, Jacques Brel est venu faire un concert et il reversé tout son cachet à l’église.

Chapelle des Six-Drèves[modifier | modifier le code]

L’endroit fut nommé les Six-Drèves et restera boisé jusqu’au milieu du XIXe siècle. C’est à cette période d’après-guerre, comme il fallait redresser le pays, que le besoin de main-d’œuvre était énorme, notamment pour assurer la production de charbon. De ce fait, les Houillères ont recruté de nombreux travailleurs étrangers qu’il fallait héberger. C’est ainsi qu’après avoir défriché le site des Six-Drèves, la compagnie minière a édifié, en 1946, 197 baraquements en bois destinés à abriter les mineurs italiens, polonais, ukrainiens, et d’autres nationalités, mais aussi des Français venus d’autres régions pour travailler dans les mines de charbon du secteur. Les anciens se souviennent que ces habitations étaient fortement vulnérables au feu, les pompiers ne disposaient que de très peu de temps pour intervenir.

L’abbé Clément, curé de Notre-Dame à l’époque, et ces travailleurs issus de plus de vingt nationalités différentes ont souhaité avoir un lieu de culte. Une chapelle dédiée à « Marie, reine du monde » fut donc édifiée dans le quartier, et inaugurée le 8 septembre 1967. Une messe y fut ensuite célébrée chaque dimanche à 9 heures.

La chapelle n’a finalement accueilli les fidèles que durant quelques années. Elle a, en effet, été démolie en 1974, après que les habitants des Six-Drèves ont été relogés dans les cités minières, et remplacés par des travailleurs algériens et marocains qui bénéficiaient de contrats de travail de cinq ans renouvelables.

À leur tour, ces travailleurs ont fait valoir leur droit au regroupement familial pour faire venir leur famille, et quitter les Six-Drèves pour s’installer dans les cités du secteur.

Les baraquements ont été démolis et ont laissé place à la résidence des Marlières, qui comprend des appartements et des maisons individuelles de qualité. Ce quartier est aujourd’hui l’un des plus prisé et peuplé de Libercourt.

Islam

  • Mosquée El Islah

Média[modifier | modifier le code]

Presse locale[modifier | modifier le code]

Le quotidien régional La Voix du Nord publie une édition locale pour la communauté d'agglomération d'Hénin-Carvin, ajoutée à celle du communaupole de Lens-Liévin.

Télévision locale[modifier | modifier le code]

La ville est couverte par les programmes de France 3 Nord-Pas-de-Calais et les chaînes nationales de la TNT. Elle reçoit également la chaîne régionale Wéo

Radio locale[modifier | modifier le code]

Les habitants reçoivent les programmes de Nostalgie Lens et de Chérie FM Haut de France. Elle reçoit également des radios régionales comme Fréquence Horizon, Metropolys, Contact, Mona FM et France Bleu Nord

Autres services[modifier | modifier le code]

La ville de Libercourt dispose de nombreuses infrastructures de service public. Cela permet de faciliter la vie à la population locale :

  • Plusieurs salles communales pour les nombreux clubs et associations de la ville
  • Un bureau de poste avec distributeur automatique de billets

Économie[modifier | modifier le code]

En 2019, la ville dispose notamment de :

  • Plusieurs auto-écoles
  • Une station service Total et deux stations de lavage
  • Des banques
  • Des bureaux de tabac

Elle est dotée d'un centre ville avec de nombreux commerces et un marché chaque semaine du côté de la Mairie

Dynamisme[modifier | modifier le code]

En , 385 entreprises étaient encore actives et implantées à Libercourt[réf. nécessaire]. Entre et , l'indice de dynamisme[Note 4] de Libercourt est de 0,58%[réf. nécessaire]. Au cours de cette période, on compte 2 entreprises en défaillances à Libercourt pour 5 sociétés créées.

L'économie de la ville est traditionnellement tournée vers l'agriculture, le commerce et l'industrie.

Emploi[modifier | modifier le code]

Taux de chômage à Libercourt
Année Taux de Chomage en %
2004 14,5
2005 14,7
2006 15,7
2007 14,2
2008 13,2
2009 15,8
2010 15,3
2011 15
2012 16,1
2013 17,2
2014 16,5
2015 16,5
2016 15,5

Il y a en moyenne 810 demandeurs d'emploi inscrits à Pôle Emploi pour la commune de Libercourt.Les personnes au chômage sont 454 hommes pour 356 femmes. Le chômage de longue durée (en recherche active depuis plus d'un an) touche 344 personnes dans la ville de Libercourt, soit 42,47% des chômeurs[Quand ?]

Principales zones industrielles[modifier | modifier le code]

  • Plateforme DELTA 3
  • Écopôle Gare
  • Zone Industrielle des portes du Nord
  • Zone Industrielle les Botiaux
  • Zone Industrielle Parc à Stock
  • Parc d'activités de la Faisandière

Principales zones commerciales[modifier | modifier le code]

  • Zone commerciale des Botiaux.
  • Zone commerciale à côté de Simastock.
  • Un Carrefour Market.

Revenu de la population[modifier | modifier le code]

Le revenu annuel moyen[Quand ?] d'un ménage est de 22 900 euros bruts[réf. nécessaire].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Lieux inscrits au patrimoine mondial de l'UNESCO[modifier | modifier le code]

Depuis le , la valeur universelle et historique du bassin minier Nord-Pas de Calais est reconnue et inscrite sur la liste du patrimoine mondial l’UNESCO, au titre de « Paysage culturel » et « œuvre conjuguée de l’homme et de la nature ». Parmi les 353 lieux inclus dans le périmètre du bassin minier, Libercourt en compte 7 :

  • L'église Saint-Henri
  • Le terril 115 dit «terril du téléphérique» et 115a
  • L'école Jean Jaurès
  • Cité de la faisanderie
  • La cité 1940 / cité du verger
  • La cité de la Forêt

Afin de matérialiser ces lieux dans le paysage, une signalétique « Bassin minier Patrimoine mondial » a été installée à l'entrée de la ville. Par ailleurs la mine créée en 1945 a été inscrite aux Monuments Historiques par arrêté du 25 novembre 2009.

Saint-Jacques de Compostelle[modifier | modifier le code]

Depuis 2019, L'église Notre-Dame de Libercourt est devenue officiellement une étape de pèlerinage vers Saint-Jacques de Compostelle.[59] L'église s'est vue dotée de deux nouvelles plaques en marbre dont une qui représente la coquille saint Jacques.[60],[61]

En 2021, l'église Notre-Dame de Libercourt a rejoint les «églises ouvertes et accueillantes». Les services techniques de la commune ont procédé à l'installation d'un visuel matérialisant l’intégration de l’église à cette opération.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Arme de Libercourt

Parti d’azur aux sept besants d’or ordonnés au chef du même, mi parti d’or à l’aigle bicéphale de sable.

Histoire du blason

Les armoiries de la ville ont été adoptées après consultation des archives départementales par le Conseil Municipal.

Erigée en commune en 1947, Libercourt ne formait pas, sous l'Ancien Régime, une communauté d'habitants distincte. Elle dépendait comme Carvin de la principauté d'Epinoy. La ville de Carvin a adopté les armoiries de la maison de Melun, qui a possédé la seigneurie d'Epinoy de 1327 à 1724, soit " d'azur à sept besants d'or posés trois, trois et un, et au chef d'or.

Lors de l'échange territorial de 1959[réf. nécessaire] avec la ville d'Oignies, Libercourt a regroupé les deux parties du hameau de Garguetelles : l'une appartenait à la principauté d'Epinoy, l'autre était terre d'Empire aux armes " d'or et d'argent à l'aigle déployé ".

Le directeur des archives départementales a donc proposé et fait adopter un blason séparé dans le sens vertical comprenant à gauche les armes de Melun et à droite les armes impériales. L'écu est surmonté d'une couronne murale à trois tours, attribut des armes communales.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Léon Glovacki, ancien joueur français de football né à Libercourt
  • Guillaume Bieganski, ancien joueur français de football né à Libercourt
  • Bernard Placzek, ancien joueur français de football né à Libercourt
  • Alexandre Stassievitch, ancien joueur français de football né à Libercourt
  • Jean Kaczmarek, ancien joueur français de football né à Libercourt
  • Edmond Jaruzewski, ancien joueur français de football décédé à Libercourt en 2004.
  • L'Abbé Pierre Carpentier, prêtre résistant déporté et décapité à Dortmund en Allemagne en 1943. Il est né à Libercourt en 1912 et a été décoré à titre posthume chevalier de la Légion d'Honneur, croix de Guerre avec Palme et médaille de la Résistance.
  • Teddy Montana, chanteur et présentateur de télévision
  • Charles Legendre, lutteur et triple champion de France
  • Paulette Mercier, joueuse de tennis de table et triple championne de France
  • Adjudant-Chef Jean-Marie Lacressonnière, décoré de la Légion d'Honneur
  • Paul Vanduren, caporal et membre fondateur des "Poilus de Libercourt"
  • Docteur Lordez, décédé en 1949
  • Jean-Baptiste Delobel, décédé en 1930
  • Jacques Droulez, décédé en 2008. Responsable des chorales paroissiales et municipales et choriste pour "Les petits chanteurs d'Artois" en 1942. Il s’était vu remettre le diplôme de citoyen d’honneur
  • Édouard Paszkier, bandonéoniste
  • "Karas Brothers", groupe de musique
  • André Pantigny
  • Cyprien Quinet

Libercourt dans les arts[modifier | modifier le code]

  • Un rideau d'arbres de l'écrivain Olivier de Solminihac, illustré par le photographe Richard Baron (2012, La Madeleine, éditions Light Motiv, 144 pages, (ISBN 9782953790825)) évoque la vie à Libercourt.
  • Un figuier au pied du terril de Nadia Bouferkas, Naim Haddad et Mehmet Arikan est un documentaire regroupant des témoignages qui évoquent la vie à Libercourt.
  • Maisons de Mineur du photographe Michel Marcq.
  • Le Magazine du Mineur de l'ORTF est un documentaire qui présente la chorale des petits chanteurs d'Artois à Libercourt en 1966.

Vie associative[modifier | modifier le code]

Libercourt dispose de nombreux clubs et associations, voici les principales[62] :

  • L'Union des mutilés de Libercourt (1923)
  • Amicale des anciennes élèves de Libercourt (1946)
  • Association des sinistrés de Libercourt (1946)
  • Fanfare municipale la concorde de Libercourt (1946)
  • Association familiale de l'union des femmes françaises de Libercourt (1946)
  • Société d’entraide à l’enfance malheureuse de Libercourt (1950)
  • La jeune France (1950)
  • Rénovation canine de Libercourt (1950)
  • Amicale des sapeurs-pompiers de Libercourt (1950)
  • Amicale laïque de Libercourt (1952)
  • Abeille des Terrils
  • ALFA - Association Locale des Femmes Actives
  • Les amis du jardin
  • Association colombophile
  • Association culturelle européenne
  • Amicale des donneurs de sang
  • A.2.P.C.L
  • Bien être et culture au Nord de la France
  • Billard club libercourtois
  • Brass band Atout Vent
  • C.P.C.L
  • Club des Chibanis
  • Ch'Faid
  • Club pongiste libercourtois
  • Football club libercourtois
  • Fuji Yama Libercourt
  • Gardes d'honneur de Lorette
  • Histo Libercourt
  • Karaté Shotokan Libercourt
  • Le volant libercourtois
  • Les amis de Jarocin
  • Les amis de la pétanque libercourtoise
  • Les amis du jardin
  • Les amis du plan d'eau
  • Les chasseurs libercourtois
  • Les restos du coeur
  • Secours Populaire
  • Libercourt ensemble
  • Libercourt handball club
  • Libercourt solidarité
  • Libercourt futsal
  • Moment du cinéma vivant
  • OCCE
  • PIMMS
  • Olympique lutteur club libercourtois
  • Tennis club libercourtois
  • The Quater Horse
  • Union des poilus et des anciens combattants
  • UNSS
  • USEP
  • Vétérans OPEX/ONU/OTAN France

Anciennes associations étrangères[modifier | modifier le code]

  • Association polonaise catholique de la jeunesse féminine, section de Libercourt
  • Association polonaise catholique de la jeunesse masculine, section de Libercourt
  • Association ukrainienne Ivan Franco de Libercourt
  • Union des anciens de la résistance polonaise en France POWN, section de Libercourt
  • Union des associations théâtrales polonaises en France, section de Libercourt

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  4. L'indice de dynamisme est un indicateur de performances des entreprises. S'il est positif, cela signifie qu'il y'a eu plus d'entreprises créées que d'entreprises défaillantes au cours de la période. À l'inverse, s'il est négatif, cela signifie que les défaillances ont été plus nombreuses

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Syndicat Mixte des Transports Lens-Liévin : étude sur l'aménagement du pôle d’échange de Libercourt » « Copie archivée » (version du 20 janvier 2007 sur l'Internet Archive), Centre ressource du développement durable (page consultée le 28 août 2008)
  2. Tadao 2015, « TADAO - Une mobilité d'avance », sur tadao.fr (consulté le ).
  3. « 4.3. Un système de transport public de qualité » [archive], Schéma directeur 2003 - Lille Métropole
  4. [PDF] Plan des déplacements urbains du Syndicat Miste des transports de Lens-Liévin-Hénin-Carvin, Thème no 5 : Transports publics — Action no 8 : Développer l’offre ferroviaire sur les axes Lens – Hénin-Beaumont – Libercourt et Lens – Don Sainghin [archive], page 34, SMT de Lens-Liévin-Hénin-Carvin (document consulté le 4 octobre 2008)
  5. Jean-Marc Dubois, « Libercourt Les travaux du BHNS en voie d’achèvement : Encore un peu de patience et les automobilistes qui traversent Libercourt vont pouvoir enfin circuler normalement. La fin des travaux d’aménagement des nouveaux arrêts de bus, situés route d’Oignies face à Aldi et boulevard Darchicourt face à Total Access, est prévue dans une quinzaine de jours. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  8. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Unité urbaine 2020 de Douai-Lens », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  10. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  11. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  12. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Lille (partie française) », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  13. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  14. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  15. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  16. « Guide des balades nature », sur www.agglo-henincarvin.fr (consulté le ).
  17. Recensement général de la population 2015, mentionné en liens externes, tableau LOG T2.
  18. « Éco-pôle gare de Libercourt - Euralens », sur www.euralens.org (consulté le ).
  19. « PPRN-de-Libercourt », sur www.pas-de-calais.gouv.fr (consulté le ).
  20. « Rapport | Géorisques », sur www.georisques.gouv.fr (consulté le ).
  21. a b et c Comte Auguste de Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, Imprimerie nationale, , 499 p. (lire en ligne), p. 222-223 sur Gallica.
  22. a et b Pèlerinage à Notre Dame de Libercourt
  23. a b et c Libercourt : pèlerinage à Notre-Dame de Libercourt ce lundi 15 août
  24. « Deux personnes meurent ensevelies par l'éboulement d'un terril », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  25. Synthèse historique établie d'après les publications de la société de recherches historiques de Carvin.[source insuffisante].
  26. « Libercourt Beaucoup d’émotion à la commémoration du centenaire : Le mauvais temps n’a pas empêché les Libercourtois à venir nombreux commémorer le centenaire de la fin de la première guerre mondiale », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  27. Journal officiel du 28 septembre 1920, p. 14314.
  28. « Libercourt mosquée », Midi 2, INA,‎ (lire en ligne).
  29. Jocelyne Cesari, « L'islam à domicile », Communications, no 65 « L'hospitalité »,‎ , p. 77-89 (DOI 10.3406/comm.1997.1989, www.persee.fr/doc/comm_0588-8018_1997_num_65_1_1989) « Le 28 avril 1991, le maire de Libercourt organisait un référendum à propos de l'agrandissement de la mosquée existante dans sa commune : 83,5 % des votants se sont prononcés contre le projet d'extension. Les étrangers installés dans la commune étaient également appelés à se prononcer après s'être inscrits sur des listes électorales extraordinaires. Une telle démarche est contraire à la Constitution, qui garantit le libre exercice du culte, et dépasse les attributions du maire, qui, en matière d'édifice religieux, se limitent strictement à l'application du Code de l'urbanisme (page 83) ».
  30. Sylvia Zappi, « L'attitude des municipalités envers l'islam commence à évoluer », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  31. a b et c Jean-Pierre Ravery, « Le referendum n'est pas la solution », L'Humanité,‎ (lire en ligne).
  32. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  33. « Résultats Libercourt - Législatives 2017 - 2nd et 1er tour », sur Le Monde.fr (consulté le ).
  34. « Résultats Libercourt - Présidentielle 2017 - 1er et 2nd tour », sur Le Monde.fr (consulté le ).
  35. « Décès de Léon Delfosse », FR3 (Collection: JT soir Nord Pas-de-Calais), INA Æ,‎ (lire en ligne).
  36. https://maitron.fr/spip.php?article22039, notice DELFOSSE Léon par Claude Pennetier, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 25 octobre 2008.
  37. « Libercourt : diplômes et médailles pour quatre élus qui se sont dévoués au service de la population : Au terme de la cérémonie des vœux, quatre élus locaux se sont vus remettre la médaille d’honneur régionale, départementale et communale, au titre des années passées au service de la population. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  38. Anna Morello, « Libercourt Cinq choses qui vont changer dans la commune en 2019 : Davantage d’aires de jeux, un nouveau site internet, le visage du centre-ville… voici quelques exemples de ce qui va changer cette année dans la commune. Des changements annoncés par le maire, Daniel Maciejasz, ce dimanche matin, salle Delfosse, lors de la cérémonie des vœux », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  39. « Bilan du maire de Libertcourt - Daniel Maciejasz : « On avance à notre rythme, on ne sera jamais la banlieue de Lille Sud » : Devenu maire après la démission de Jean-Claude Mortreux, dont il était le premier adjoint, en 2002, Daniel Maciejasz termine donc son deuxième mandat. Fin gestionnaire, il n'est pas un homme d'annonces. Son bilan ? Rien de spectaculaire : il explique avoir rebâti des fondations solides à sa commune pour préparer l'avenir. Les ratés ? Il les assume aussi. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  40. Julien Chabrout, « Libercourt : Daniel Maciejasz réélu, 7 adjoints nommés et un conseil vite terminé : Élu au premier tour des municipales, le maire sortant l’a aussi été par le conseil municipal dimanche. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  41. Isabelle Conynck, « Libercourt : Daniel Maciejasz, « continuer à améliorer la qualité de vie » : Avec la liste « Union pour Libercourt », Daniel Maciejasz a rassemblé plus de 80 % des voix aux dernières municipales. Pour son 3e mandat, le maire veut poursuivre le travail réalisé depuis 2002, terminer les programmes en cours et engager de nouveaux projets favorisant les mutations de la ville. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  42. Décrets du 9 juillet 1984 portant respectivement création de la forêt de protection du Bois-des-Dames et du Bois-d'Epinay, Journal officiel du 21 juillet 1984 pages 2379-2380
  43. Ville de Libercourt, « Le cadre de vie libercourtois », (consulté le ).
  44. « Notre action pour le cadre de vie et le développement durable | Ville de Libercourt », sur www.libercourt.fr (consulté le ).
  45. Jean-Marc Dubois, « Libercourt Le conseil municipal des jeunes 2019 a été installé : Les membres du conseil municipal des jeunes 2019 ont été installés dans leur fonction. Après l’accueil des nouveaux élus et l’accomplissement des formalités d’usage, Alain Cottignies, adjoint aux affaires scolaires, a expliqué le fonctionnement d’une mairie et de ses différents services. Une visite des bâtiments administratifs, mais aussi des quartiers de la ville et des chantiers en cours, est prévue prochainement », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  46. « Labellisés | Label ville active et sportive », sur ville-active-sportiv (consulté le ).
  47. Jean-Marc Dubois, « Libercourt La commune a décroché sa troisième fleur et elle est la seule du secteur! : Après avoir obtenu deux fleurs en 2010, Libercourt vient de franchir une nouvelle étape à l’occasion de l’édition 2018 du concours des villes et villages fleuris. À la suite du passage du jury en juillet dernier, le label « trois fleurs » vient d’être décerné à la commune. Libercourt est ainsi la seule ville de la CAHC à détenir ce niveau de distinction. La seule également parmi les 50 villes qui composent l’arrondissement de Lens. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  48. « Libercourt - Beaucoup d’émotion à la commémoration du centenaire », sur La Voix du Nord (consulté le ).
  49. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  50. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  51. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  52. « Évolution et structure de la population à Libercourt en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  53. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le ).
  54. Céline Debette, « Libercourt Un restaurant scolaire tout neuf, mais pas d’augmentation de tarif pour autant : Depuis la rentrée des vacances de Toussaint, les collégiens déjeunent dans leur nouveau restaurant scolaire. Un bâtiment disposant d’une cuisine centrale qui alimentera, à partir de janvier, l’ensemble des demi-pensionnaires Libercourtois, sans que ça ne leur coûte plus cher. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  55. Céline Debette, « Libercourt La cuisine centrale de la nouvelle cantine fonctionne et ça plaît : Étrennée par les collégiens en novembre dernier, la demi-pension tourne désormais à plein régime. Elle accueille, depuis lundi dernier, les maternelles et primaires de Pantigny qui peuvent déguster les plats mijotés sur place, dans la cuisine centrale, qui fournit également les repas au restaurant municipal Berthe-Dupuis. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  56. « Médecin Généraliste à Libercourt, prendre Rendez-vous », sur www.pagesjaunes.fr (consulté le ).
  57. « Pour l'emploi | Ville de Libercourt », sur www.libercourt.fr (consulté le ).
  58. « Diaporama des monuments », sur www.memorialgenweb.org (consulté le ).
  59. « La voie est ouverte pour les pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle », sur La Voix du Nord, (consulté le )
  60. « Étape du pèlerinage de Compostelle, l’église Notre-Dame de Libercourt fait tout pour renforcer son attractivité », sur La Voix du Nord, (consulté le )
  61. « Libercourt: pèlerinage annuel à Notre-Dame, ce jeudi 15 août », sur La Voix du Nord, (consulté le )
  62. « Annuaire des associations libercourtoises | Ville de Libercourt », sur www.libercourt.fr (consulté le ).