Riencourt-lès-Cagnicourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Riencourt et Riencourt-lès-Bapaume.

Riencourt-lès-Cagnicourt
Riencourt-lès-Cagnicourt
La rue de Clichy.
Blason de Riencourt-lès-Cagnicourt
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Canton Brebières
Intercommunalité Communauté de communes Osartis Marquion
Maire
Mandat
Gérard Crutel
2014-2020
Code postal 62182
Code commune 62709
Démographie
Population
municipale
267 hab. (2016 en diminution de 5,65 % par rapport à 2011)
Densité 56 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 12′ 00″ nord, 2° 57′ 31″ est
Altitude Min. 75 m
Max. 102 m
Superficie 4,73 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Riencourt-lès-Cagnicourt

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Riencourt-lès-Cagnicourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Riencourt-lès-Cagnicourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Riencourt-lès-Cagnicourt
Liens
Site web riencourtlescagnicourt.fr

Riencourt-lès-Cagnicourt est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Riencourt-lès-Cagnicourt est un village rural de l'Artois, situé au nord-est de Bapaume et au sud-est d'Arras. Il est aisément accessible depuis l'ancienne route nationale 356 (actuelle RD 956).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Riencourt-lès-Cagnicourt
Hendecourt-lès-Cagnicourt Cagnicourt
Riencourt-lès-Cagnicourt
Bullecourt Noreuil Quéant

Toponymie[modifier | modifier le code]

La localité était connue sous les noms de Radincurt en 1024 (cartulaire de Saint-Vaast, p. 60), Ryencourt en 1333 (titres et comptes d'Artois., t. 11, P 32, n° 1), Riencourt-en-Artoys en 1330-1331 (chroniques d'Artois, A. Il 9, n° 5), Riencourt-lès-Hendecourt, 1720 (Saugrain, p. 337)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Circonscriptions d'Ancien Régime

A la fin de l'Ancien Régime, le village dépendait du gouvernement d'Artois et était régi par la coutume d'Artois[1].

L'église paroissiale consacrée à saint Vaast relevait du diocèse d'Arras, doyenné de Croisilles, district de Fampoux[1].

Première Guerre mondiale

Au début de la guerre, le village « se composait de cent quarante-cinq maisons comportant plusieurs grosses métairies. Les bâtiments communaux étaient une église du XVIIe siècle, un presbytère, une mairie-école et des dépendances[2] ».

Le village est considéré comme détruit à la fin de la guerre[3]. « Pourtant, 130 personnes, hommes, femmes et enfants sont revenus [en 1919] s’installer dans ce désert où plane la mort, où la mitraille a fait rage pendant près de cinquante mois, sans arrêt. La mairie, une baraque en planches, compose avec deux ou trois autres du même genre, toutes les habitations. C’est là-dedans que vivent une centaine de personnes et une vingtaine d’enfants filles et garçons. Tout ce monde est dénué de tout vêtement, de literie, d’appareils de chauffage[2] ».

Le village est « adopté » en 1919 par la ville de Clichy, en banlieue parisienne, pour aider à sa reconstruction[4],[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Riencourt-lès-Cagnicourt dans son ancien canton de Vitry-en-Artois et dans l'arrondissement d'Arras.
La mairie.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Arras du département du Pas-de-Calais. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la première circonscription du Pas-de-Calais.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Vitry-en-Artois[6]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France,la commune est désormais rattachée au canton de Brebières.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie de la communauté de communes Osartis, créée fin 1999.

Dans le cadre des prescriptions de la réforme des collectivités territoriales françaises (2008-2012)[7], afin d'achever la couverture intégrale du département par des intercommunalités à fiscalité propre, supprimer les enclaves et discontinuités territoriales et rationaliser les périmètres des intercommunalités, cette intercommunalité fusionne avec sa voisine, formant le la communauté de communes Osartis Marquion dont est désormais membre la commune.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
18xx 1846 Adrien Tabary    
1846 1856 Casimir Savary    
1856 1871 Jean François Savary    
1870 1871 Belonni Tabary    
1872 1877 Bayart Tabary    
1878 1882 Aimé Tabary    
1971 1989 Jean Bayart[8]    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014[9] Jean-Michel Barbier    
2014[10],[11],[12] En cours
(au 13 novembre 2018)
Gérard Crutel   Retraité agricole

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[14].

En 2016, la commune comptait 267 habitants[Note 1], en diminution de 5,65 % par rapport à 2011 (Pas-de-Calais : +0,54 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
456439474529624631625635625
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
600600590575577557540532520
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
515526504343372367368337324
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
307279270267255279268284271
2016 - - - - - - - -
267--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (22,2 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,8 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,2 % d'hommes (0 à 14 ans = 22,6 %, 15 à 29 ans = 15,3 %, 30 à 44 ans = 22,6 %, 45 à 59 ans = 21,9 %, plus de 60 ans = 17,5 %) ;
  • 51,8 % de femmes (0 à 14 ans = 16,3 %, 15 à 29 ans = 17,7 %, 30 à 44 ans = 21,1 %, 45 à 59 ans = 18,4 %, plus de 60 ans = 26,5 %).
Pyramide des âges à Riencourt-lès-Cagnicourt en 2007 en pourcentage[16]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
0,0 
5,8 
75 à 89 ans
13,6 
11,7 
60 à 74 ans
12,9 
21,9 
45 à 59 ans
18,4 
22,6 
30 à 44 ans
21,1 
15,3 
15 à 29 ans
17,7 
22,6 
0 à 14 ans
16,3 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[17]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église.
  • La chapelle de la Délivrance, détruite pendant la Première Guerre mondiale et reconstruite sur le chemin de Noreuil au début des années 1920 par la famille Canlers-Cornet. De nombreux australiens viennent commémorer leurs ancêtres disparus lors des combats du printemps 1917[18],[19].
  • Le monument aux morts, dont le sculpteur est Hippolyte Lefèbvre[20].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Riencourt-lès-Cagnicourt.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :
d'or à la croix ancrée de gueules, à la bordure de sinople.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Auguste de Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, Imprimerie nationale, , 499 p. (lire en ligne), p. 322-323, sur Gallica.
  2. a et b Compte rendu rédigé par Alphonse Desormeaux, élu de Clichy, lors du déplacement d'élus municipaux le 11 septembre 1919, relaté par Le Parisien (Seine-Saint-Denis) du 6 novembre 1918.
  3. Carte spéciale des régions dévastées, document mentionné en liens externes, 1920.
  4. G.B., « 11 septembre 1919, Clichy découvre le village ravagé de Riencourt : Au sortir de la Première Guerre, la ville des Hauts-de-Seine décide de venir en aide à un village du Pas-de-Calais. La délégation qui se rend alors sur place est abasourdie. Récit », Le Parisien, édition de Seine-Saint-Denis,‎ (lire en ligne, consulté le 16 décembre 2018).
  5. A.-S.D, « Place Riencourt, un bout de Pas-de-Calais à Clichy : La place portant le nom du village du Pas-de-Calais dévasté par la guerre et «adopté» par Clichy en 1919 a été inaugurée ce mardi », Le Parisien, édition de Seine-Saint-Denis,‎ (lire en ligne, consulté le 16 décembre 2018).
  6. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Loi n°2010-1563 du 16 décembre 2010 portant réforme des collectivités territoriales
  8. « Riencourt-lès-Cagnicourt L’ancien maire s’en est allé : Le 1er octobre, le maire honoraire est décédé à Arras. Né le 16 juin 1926, Jean Bayart fut maire de Riencourt-les-Cagnicourt de mars 1971 à mars 1989, soit trois mandats », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 16 décembre 2018).
  9. Timothée Brisson, « Bilan du maire à Riencourt-lès-Cagnicourt : « Je ne suis pas candidat à ma succession », déclare Jean-Michel Barbier : Élu à la tête de la commune de Riencourt-Lès-Cagnicourt pour la première fois en 2001, Jean-Michel Barbier a décidé de ne pas se représenter en mars prochain. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 21 février 2015).
  10. « Riencourt-lès-Cagnicourt: un premier mandat de maire pour Gérard Crutel : Élu à la tête de la commune de Riencourt-lès-Cagnicourt pour la première fois en 2001, Jean-Michel Barbier, maire sortant, a présidé l’installation du conseil municipal, dimanche matin. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 21 février 2015).
  11. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le 21 février 2015).
  12. A. D., « Riencourt-Lès-Cagnicourt : Un nouveau maire qui a déjà beaucoup d’expérience : Gérard Crutel, 62 ans, retraité agricole, connaît son bourg dans les moindres recoins. Après vingt-cinq années dans le fauteuil de premier adjoint, il a été élu maire le 30 mars dernier », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 21 février 2015).
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  16. « Évolution et structure de la population à Riencourt-lès-Cagnicourt en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 27 août 2010)
  17. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 27 août 2010)
  18. « Riencourt-lès-Cagnicourt La famille Canlers veille sur la chapelle Notre-Dame de la Délivrance, lieu de recueillement australien : À la sortie du village, en direction de Quéant, il est une chapelle qui reçoit fréquemment la visite d’Australiens sur les traces de leurs ancêtres disparus lors des combats du printemps 1917 », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 16 décembre 2018).
  19. « La première bataille de Bullecourt - 11 avril 1917 : La première bataille de Bullecourt est l’une des composantes de la bataille d’Arras, menée par les armées britanniques du 9 avril au 16 mai 1917, en soutien de l’offensive française du Chemin des Dames », Chroniques de la Grande Guerre, sur http://www.archivespasdecalais.fr/ (consulté le 16 décembre 2018).
  20. « Riencourt-lès-Cagnicourt », Les lieux de mémoire dans le Pas-de-Calais, Mémoires de pierre (consulté le 16 décembre 2018).