Élections européennes de 2019 en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Élections européennes de 2019 en France
et
Postes à élire 79 sièges au Parlement européen
Corps électoral et résultats
Inscrits 47 345 328
Votants 23 730 740
50,12 %  +7,7
Votes blancs 555 033
Votes nuls 520 533
Transparent - replace this image male on Infobox lightgrey background.svg
Rassemblement national – Jordan Bardella
Voix 5 286 939
23,34 %
 −1,5
Sièges obtenus 23  −1
Nathalie Loiseau sur un marché durant la campagne des européennes (cropped).jpg La République en marche – Nathalie Loiseau
Voix 5 079 015
22,42 %
Sièges obtenus 23
Yannick Jadot against Miguel Canete (15395546666) (cropped).jpg Europe Écologie Les Verts – Yannick Jadot
Voix 3 055 023
13,48 %
 +4,5
Sièges obtenus 13  +7
François-Xavier Bellamy (cropped).JPG Les Républicains – François-Xavier Bellamy
Voix 1 920 407
8,48 %
 −12,3
Sièges obtenus 8  −12
Manon Aubry (cropped).jpg La France insoumise – Manon Aubry
Voix 1 428 548
6,31 %
Sièges obtenus 6
Raphaël Glucksmann-1040795 (cropped).jpg Parti socialiste – Raphaël Glucksmann
Voix 1 403 170
6,19 %
 −7,8
Sièges obtenus 6  −7
Carte
Liste arrivée en tête par département :
  • Rassemblement national
  • La République en marche
Répartition des sièges
Diagramme
  • La France insoumise : 6
  • Parti socialiste : 5 (+1 après Brexit)
  • Europe Écologie Les Verts : 12 (+1 après Brexit)
  • La République en marche : 21 (+2 après Brexit)
  • Les Républicains : 8
  • Rassemblement national : 22 (+1 après Brexit)
elections.interieur.gouv.fr , resultats-elections.eu

Les élections européennes de 2019 en France se tiennent les 25 et , afin de désigner les députés représentant la France au Parlement européen.

Le mode de scrutin français connaît un changement par rapport aux élections de 2014, avec le passage de huit circonscriptions interrégionales à une circonscription nationale. Il s’agit du premier scrutin au suffrage universel direct depuis l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République, en 2017.

Les élections se déroulent sur fond d'incertitudes quant au délai qui sera nécessaire au Royaume-Uni pour se positionner sur son retrait de l’UE. Avec la répartition des sièges devant entrer en effet après cette sortie, la France devrait pouvoir bénéficier à terme de 79 députés européens, soit cinq de plus que lors de la précédente législature.

Les résultats confirment l'ancrage d'une bipolarité nouvelle entre le Rassemblement national (RN) et La République en marche (LREM). Malgré l’implication du président Emmanuel Macron, ces élections voient le Rassemblement national arriver en tête, bien que d'une courte avance. Le scrutin est également caractérisé par une percée inattendue d’Europe Écologie Les Verts, qui n'atteint cependant pas son record de 2009. Ces élections actent la chute des anciens partis de gouvernement, Les Républicains et le Parti socialiste. La France insoumise réalise un résultat moins important que prévu.

Comme dans la plupart des autres pays de l’Union européenne, la participation augmente et s’établit à 50,1 %, son plus haut niveau depuis 1994.

Modalités[modifier | modifier le code]

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

Logo des élections par le ministère de l'Intérieur.

Les 79 membres français du Parlement européen sont élus en France au scrutin proportionnel plurinominal avec listes fermées et seuil électoral de 5 % dans une unique circonscription nationale. Les sièges sont répartis selon la méthode de la plus forte moyenne[1]. Parmi ces 79 sièges pourvus, cinq le seront à compter d'une éventuelle sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne[2].

Alors que l'élection des députés européens représentant la France se faisait depuis 2004 dans le cadre de huit circonscriptions interrégionales, ces élections se feront à nouveau, comme de 1979 à 1999, dans le cadre d'une circonscription nationale unique[3]. Le Gouvernement affirme que cette mesure doit permettre d'accroître l'intérêt des Français pour ces élections[4]. Le parti Les Républicains (LR) est l’un des rares à s'opposer à la loi de 2018 changeant le mode de scrutin, dénonçant une manœuvre visant à favoriser La République en marche (LREM)[4],[5]. Selon Victorin Lurel, sénateur PS de la Guadeloupe, la France d'outre-mer est sacrifiée au profit des ambitions politiques du président de la République, Emmanuel Macron[6]. Pour Le Parisien, ce changement permet à Emmanuel Macron de renforcer le clivage politique et de s'adapter à l'absence de figure politique forte au sein de LREM[5].

La possibilité de l’introduction de listes transnationales est proposée par Emmanuel Macron ; en France, elle rencontre notamment l’opposition du Front national et de La France insoumise. En , la commission des affaires constitutionnelles du Parlement européen approuve l'idée de réserver vingt-sept sièges à des députés transnationaux[7],[8]. Mais le mois suivant, les députés européens rejettent, par 368 voix contre 274, le principe de listes transnationales[9]. Ce vote est toutefois consultatif, la décision finale revenant au Conseil européen[10].

Du fait de la suppression des circonscriptions interrégionales, la représentation française élue en 2019 pourrait être plus paritaire que la précédente (44,4 % de femmes). En effet, bien que la loi impose des listes paritaires avec alternance des sexes[11], le mode de scrutin en vigueur en 2014 était tel que la plupart des têtes de liste dans les différentes circonscriptions étaient des hommes, ce qui éloignait le résultat de la parité à chaque fois qu'une liste régionale menée par un homme obtenait un nombre de sièges impair[12].

Dates du scrutin[modifier | modifier le code]

Les élections ont lieu le . Cependant, en raison du décalage horaire, Saint-Pierre-et-Miquelon, Saint-Barthélemy, Saint-Martin, la Guadeloupe, la Martinique, la Guyane, la Polynésie française et les Français établis sur le continent américain voteront la veille, le [13].

Nombre de sièges[modifier | modifier le code]

Initialement, en raison de la sortie prévue du Royaume-Uni de l’Union européenne prévue pour , le nombre de sièges au Parlement européen devait être redistribué dès ces élections, avec 79 députés pour la France, soit cinq de plus que lors de la précédente législature[14]. Mais le report du Brexit amène à un statu quo, avec l’élection de 74 représentants pour la France[15].

Candidatures[modifier | modifier le code]

Tout citoyen européen pouvant voter peut se présenter aux élections européennes[16]. Chaque liste de candidats doit être constituée de 79 membres et de manière paritaire (alternance systématique d’un homme et d’une femme). Le dépôt des listes se fait au ministère de l'Intérieur du au [17]. Il est ensuite impossible de se retirer, sauf si la majorité des 79 membres de la liste le fait savoir avant le [18].

Contexte[modifier | modifier le code]

Union européenne[modifier | modifier le code]

La 8e législature (2014-2019) a connu plusieurs événements susceptibles d'influer durablement sur la situation politique en Europe, comme le référendum sur l'appartenance du Royaume-Uni à l'Union européenne en 2016, l'émergence et l'élection dans plusieurs pays de mouvements dits populistes et dont la sensibilité politique est globalement eurosceptique (en Hongrie en 2014, en Pologne en 2015, en Autriche en 2017, en Italie en 2018 et en Espagne en 2019)[19],[20] et l'adoption de l'accord de Paris sur le climat en 2015[21].

La campagne a lieu en pleine incertitude sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne (« Brexit »), votée en 2016 par les citoyens britanniques. Les dirigeants européens donnent en leur accord sous conditions pour reporter la date limite du Brexit au-delà des élections européennes. Durant ces négociations, le président français, Emmanuel Macron, apparaît isolé en se montrant le plus intransigeant des chefs d'État[22],[23],[24].

Les élections interviennent alors que la Commission européenne est dominée depuis 15 ans par le Parti populaire européen (PPE) et l'Alliance des libéraux et des démocrates pour l'Europe (ALDE) ; la Commission sortante rassemble des membres du PPE, de l'ALDE et du Parti socialiste européen (PSE). Le président sortant de la Commission européenne, élu par le Parlement européen en 2014, est le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker[25]. Celui-ci ne brigue pas un second mandat et le PPE, dont il est issu, présente la candidature de l’Allemand Manfred Weber, président du groupe du PPE au Parlement européen[26], quand le PSE présente celle du Néerlandais Frans Timmermans, premier vice-président de la Commission européenne[27], et l’ALDE celle de la Danoise Margrethe Vestager, commissaire européenne à la Concurrence[28].

France[modifier | modifier le code]

Présidence d'Emmanuel Macron[modifier | modifier le code]

Gilets jaunes manifestant à Paris, en .

En France, les élections européennes de 2019 sont les premières élections au suffrage universel direct depuis les élections présidentielle et législatives de 2017, qui ont vu la victoire d'Emmanuel Macron et de son parti, La République en marche (LREM). Malgré la baisse de popularité d’Emmanuel Macron, les partis d’opposition continuent à apparaître divisés et affaiblis[29],[30], en particulier à gauche[31].

La campagne électorale se déroule dans un contexte social tendu, avec la poursuite du mouvement des Gilets jaunes[32]. L’exécutif souhaite répondre à cette contestation avec l’organisation du grand débat national, qui est accusé par l’opposition de parasiter la campagne des élections européennes[33]. La fin de l'année 2018 voit aussi émerger un mouvement en faveur d'une lutte accrue contre le changement climatique[34].

Le , un grand incendie ravage la cathédrale Notre-Dame de Paris, suscitant une vive émotion en France et de nombreuses réactions de la classe politique nationale et internationale[35],[36]. Devant l’émoi de l’opinion publique, plusieurs têtes de liste aux élections européennes décident de suspendre leur campagne pour quelques jours[37],[38], avant de reprendre leurs déplacements[39].

Députés sortants[modifier | modifier le code]

Répartition des députés européens sortants représentant la France par parti politique national :
  • PCF (2)
  • FG (1)
  • FI (1)
  • GRS (1)
  • G·s (3)
  • PS (7)
  • LRDG (1)
  • EÉLV (5)
  • DVÉ (1)
  • MRSL (2)
  • MoDem (2)
  • LREM (2)
  • GC (1)
  • UDI (1)
  • Agir (2)
  • DVD (2)
  • LR (16)
  • DLF (2)
  • PCD (1)
  • LP (2)
  • LFL (1)
  • RN (15)
  • CJ (1)
  • SE (2)
Répartition des députés européens sortants représentant la France par groupe parlementaire européen :
  • GUE/NGL (5)
  • S&D (12)
  • Verts/ALE (6)
  • ADLE (7)
  • PPE (20)
  • ELDD (6)
  • ENL (15)
  • NI (3)

Lors des élections européennes de 2014, le Front national (devenu Rassemblement national) était arrivé en tête au niveau national, devant l’UMP (devenue Les Républicains) et le Parti socialiste[40].

Répartition partisane des députés européens sortants représentant la France[41],[42]
Groupe Sièges Listes d'élection de 2014 Parti Sièges Parti européen
PPE 20 Listes UMP Les Républicains (LR) 16 Parti populaire européen
Divers droite (DVD) 2 Parti populaire européen[a],[43]
Agir 2 Parti populaire européen[b],[43]
ENL 15 Listes FN-RBM Rassemblement national (RN) 14 Mouvement pour une Europe des nations et des libertés
Sans étiquette (SE) 1
S&D 12 Listes PS-PRG Parti socialiste (PS) 7 Parti socialiste européen
Génération.s (G·s) 3
La République en marche (LREM) 1
Les Radicaux de gauche (LRDG) 1 Parti socialiste européen[c]
ADLE 7 Listes L’Alternative Mouvement démocrate (MoDem) 2 Parti démocrate européen
Mouvement radical, social et libéral (MRSL) 2 Parti de l'Alliance des libéraux et des démocrates pour l'Europe[42]
Union des démocrates et indépendants (UDI) 1 Parti de l'Alliance des libéraux et des démocrates pour l'Europe[42]
La République en marche (LREM) 1 Parti de l'Alliance des libéraux et des démocrates pour l'Europe[d],[43]
Génération citoyens (GC) 1
Verts/ALE 6 Listes EÉLV Europe Écologie Les Verts (EÉLV) 5 Parti vert européen
Divers écologiste (DVÉ) 1
ELDD 6 Listes FN-RBM Les Patriotes (LP) 2
Debout la France (DLF) 2 Alliance pour la démocratie directe en Europe
Parti chrétien-démocrate (PCD) 1 Mouvement politique chrétien européen
Les Français libres (LFL) 1
GUE/NGL 5 Listes FG Parti communiste françaisFront de gauche (PCF-FG) 2 Parti de la gauche européenne
Front de gauche (FG) 1 Parti de la gauche européenne
La France insoumise – Union pour les Outremer (FI-UOM) 1 Parti de la gauche européenne
Listes PS-PRG Gauche républicaine et socialiste (GRS) 1
Non-inscrits 3 Listes FN-RBM Rassemblement national (RN) 1
Comités Jeanne (CJ) 1 Alliance pour la paix et la liberté[e],[44]
Sans étiquette (SE) 1

Listes[modifier | modifier le code]

Listes déposées[modifier | modifier le code]

Le , 33 listes sont déposées et leur ordre est tiré au sort. Le Journal officiel publie les noms des candidats le [45]. Une 34e liste est validée par le ministère de l'Intérieur après avis du Conseil d'État[46]. Ce nombre constitue un record pour un scrutin national en France[47]. Avec 79 candidats par liste, il y a au total 2 686 candidats[48].

Partis disposant de députés européens et ayant déposé une liste[49]
Parti portant la liste Positionnement et idéologie Tête de liste Parti européen Députés sortants
Nombre Groupe
La France insoumise
Parti de gauche
Gauche républicaine et socialiste
Mouvement républicain et citoyen
Gauche à extrême gauche
Antilibéralisme, écosocialisme, euroscepticisme
Manon Aubry MLP
app. PGE
2 GUE
Parti communiste français[f]
République et socialisme
Gauche à gauche radicale
Communisme, antilibéralisme, euroscepticisme
Ian Brossat PGE 2
Génération.s Gauche
Social-démocratie, écosocialisme, europhilie
Benoît Hamon DiEM25
app. PSE
3 S&D
Parti socialiste
Place publique
Nouvelle Donne
Parti radical de gauche
Gauche à centre gauche
Social-démocratie, social-écologie, europhilie
Raphaël Glucksmann PSE
app. PVE[51]
8
Europe Écologie Les Verts
Alliance écologiste indépendante[g]
Régions et peuples solidaires
Gauche à centre
Écologie politique, fédéralisme européen, régionalisme
Yannick Jadot PVE
ALE
6 Verts/ALE
La République en marche
Mouvement démocrate
Agir
Mouvement radical, social et libéral
Alliance centriste
Centre gauche à droite
Europhilie, social-libéralisme
Nathalie Loiseau app. ALDE
PDE[h]
ALDE[i]
8 ADLE
PPE
Verts/ALE[j]
Union des démocrates et indépendants
Force européenne démocrate
La Gauche moderne
Centre droit
Fédéralisme européen, social-libéralisme
Jean-Christophe Lagarde ALDE 1 ADLE
Les Républicains
Les Centristes
Chasse, pêche, nature et traditions
Centre droit à droite
Libéral-conservatisme, démocratie chrétienne
François-Xavier Bellamy PPE 16 PPE
Debout la France
Centre national des indépendants et paysans
Droite à extrême droite
Euroscepticisme, souverainisme, conservatisme
Nicolas Dupont-Aignan CRE 2 ELDD
Les Patriotes Droite à extrême droite
Euroscepticisme, national-républicanisme, souverainisme
Florian Philippot app. ADDE 2
Rassemblement national Droite radicale à extrême droite
Euroscepticisme, nationalisme, national-conservatisme
Jordan Bardella MENL 16 ENL

D'autres mouvements ou partis n'ayant pas de députés européens sortants, comme Urgence Écologie, l'Alliance royale, Europe Démocratie Espéranto, Génération écologie, Lutte ouvrière, le Parti animaliste, le Parti fédéraliste européen, le Parti pirate, le Parti pour la décroissance, le Parti révolutionnaire Communistes, Souveraineté, identité et libertés, l'Union des démocrates musulmans français et l'Union populaire républicaine, ont également déposé une liste[54].

Par ailleurs, dans la foulée du mouvement des Gilets jaunes, plusieurs initiatives se sont formées avec l'intention de présenter une ou des listes de Gilets jaunes (dites « listes jaunes »)[55],[56],[57]. Finalement, quatre listes se réclament des Gilets jaunes[58].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Les têtes de liste sont particulièrement jeunes par rapport aux scrutins précédents : Jordan Bardella a 23 ans (c’est par ailleurs la première fois que la liste du RN, anciennement FN, n’est pas conduite par un membre de la famille Le Pen[59]), Manon Aubry (FI) 29 ans, François-Xavier Bellamy (LR) 33 ans, tandis que Ian Brossat (PCF) et Raphaël Glucksmann (PS-PP) ont 39 ans[60],[61].

Les Républicains et le Parti socialiste se distinguent de leur ligne traditionnelle en choisissant comme têtes de liste deux intellectuels, relativement inconnus du grand public et ayant une expérience limitée en matière européenne, respectivement François-Xavier Bellamy et Raphaël Glucksmann[62]. D’une manière générale, la campagne est marquée par la faible notoriété des têtes de liste[63], même si cinq d’entre elles ont été ou devaient être candidates à l’élection présidentielle de 2017 : Nathalie Arthaud (LO), François Asselineau (UPR), Nicolas Dupont-Aignan (ADLF), Benoît Hamon (G·s) et Yannick Jadot (EÉLV)[k].

Plusieurs partis placent des personnalités historiques en fin de liste, de façon symbolique : Arlette Laguiller pour Lutte ouvrière, Jean-Luc Mélenchon pour La France insoumise, André Chassaigne pour le Parti communiste français, Eva Joly pour Europe Écologie Les Verts[65], Marine Le Pen et Julien Sanchez pour le Rassemblement national, Jean-Marie Bockel pour l’Union des démocrates et indépendants ou encore Delphine Batho pour la liste « Urgence écologie »[66].

France Inter indique qu'il s'agit de la première fois que deux listes se revendiquant islamophobes se présentent à des élections européennes en France, avec « La Ligne claire » de Renaud Camus et « La Reconquête » de Vincent Vauclin[67].

La moitié seulement des députés élus lors des élections européennes de 2014 en France se représentent en 2019[68].

Campagne[modifier | modifier le code]

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le président Emmanuel Macron, très impliqué dans la campagne.

La campagne est marquée par une forte implication d’Emmanuel Macron, en particulier dans les dernières semaines précédant le scrutin[69],[70]. Il attaque à plusieurs reprises le Rassemblement national et, fait inédit pour un président de la République, apparaît seul sur une affiche de son parti[71],[72]. Il est ainsi considéré comme la véritable tête de liste de la majorité[73],[74].

L’immigration, pourtant désignée thème prioritaire par les Français selon plusieurs enquêtes d’opinion, n’est que peu évoquée durant la campagne, contrairement à la question écologique[75].

Financements[modifier | modifier le code]

Le remboursement des dépenses électorales bénéficie aux candidats têtes de liste obtenant au moins 3 % des suffrages exprimés[76]. Les remboursements concernent les circulaires et les bulletins de vote, les affiches et leur apposition. Tous les tarifs visés dans l'arrêté constituent un maximum et non un remboursement forfaitaire. Le remboursement s'effectue sur présentation de pièces justificatives[77].

Les partis se trouvant dans l’opposition, y compris les principaux (le Rassemblement national, Les Républicains ou La France insoumise), rencontrent des difficultés de financement. Le RN et la FI doivent notamment lancer des emprunts auprès des Français[78],[79]. Certains d’entre eux renoncent même à participer au scrutin en raison des coûts nécessaires pour pouvoir disposer de bulletins de vote et d’affiches[80],[81]. C’est notamment le cas du Nouveau Parti anticapitaliste[82] — présent lors du scrutin de 2014 — et de Résistons[83]. Plusieurs listes enregistrées ne seront ainsi pas en mesure d'imprimer leurs bulletins de vote[84].

Par ailleurs, la liste du Parti révolutionnaire Communistes est la seule qui n'a pas vu ses bulletins validés par la commission de propagande, entrainant de fait la nullité de tout vote sauf si un exemplaire est préalablement déposé en mairie par un candidat ou une personne mandatée à cet effet[85],[86].

Audiovisuel[modifier | modifier le code]

Clips officiels[modifier | modifier le code]

Concernant le temps réservé aux clips de campagne sur les chaînes de télévision, les deux heures auparavant réparties à égalité entre les partis représentés au Parlement français le seront désormais au prorata du nombre de parlementaires nationaux[87],[88]. Cette dernière mesure a été très critiquée par l'opposition. Le temps de parole n'est en revanche pas modifié[89].

Le temps a été calculé à partir de trois fractions[90] :

  1. Pour la première fraction (102 minutes d’antenne), la répartition est strictement égalitaire (diffusion de deux clips d’1 minute 30) ;
  2. Pour la deuxième fraction (120 minutes d’antenne), la répartition est calculée en fonction de la représentativité parlementaire (députés, sénateurs, députés européens) ; au total, seules 12 des 34 listes récupèrent plus ou moins de temps d’antenne dans cette deuxième fraction ;
  3. Pour la troisième fraction (90 minutes d’antenne), le CSA réparti le temps « pour objet de corriger les déséquilibres qui affecteraient la répartition obtenue après l’attribution des durées prévues »[90] ; le CSA distribue ces 90 minutes à six listes.

Le temps maximal est attribué à la liste « Renaissance - LREM » (55 minutes et 53 secondes), suivie par la liste « Prenez le Pouvoir - RN » (48 minutes et 11 secondes) et la liste « Union de la droite et du centre- LR » (38 minutes et 20 secondes)[91].

Débats télévisés[modifier | modifier le code]

Le changement du mode de scrutin permet la tenue de débats nationaux, qui atteignent un nombre inédit pour des élections en France[92].

Sondages[modifier | modifier le code]

Derniers sondages[modifier | modifier le code]

N.B. : est mentionné ici le dernier sondage publié par chaque institut. Pour consulter les sondages précédents ou antérieurs à 2019, se reporter à l'article détaillé.

Sondeur Date Échantillon[l] LO FI PCF G·s PS-PP EÉLV LREM
MoDem
UDI LR DLF LP RN UPR AJ PA Autres

Ipsos Sopra-Steria

24 mai 2019 5 877 0,5 % 7,5 % 2,5 % 2,5 % 5,5 % 9,5 % 0,5 % 23 % 1,5 % 13 % 3,5 % 0,5 % 25 % 1 % 1 % 1,5 % 1,5 %
Ifop-Fiducial 21 - 24 mai 2019 2 773 0,5 % 7,5 % 3 % 2 % 5,5 % 8 % 0,5 % 23 % 1,5 % 13,5 % 4 % 1,5 % 25,5 % 1 % 1 % 1.5 % 0 %
Elabe 23 - 24 mai 2019 2 100 1 % 8,5 % 2,5 % 2,5 % 4,5 % 9 % 1 % 22,5 % 1 % 13 % 4 % 2 % 25 % 1 % <0,5 % 1,5 % 1 %
Harris Interactive – Epoka 23 - 24 mai 2019 1 015 1 % 9 % 3,5 % 2 % 5 % 7,5 % 1 % 22,5 % 1,5 % 12 % 3,5 % 1 % 25 % 1 % 1 % 1,5 % 3,5 %
OpinionWay 20 - 22 mai 2019 2 914 1 % 8 % 3 % 2 % 6 % 9 % 1 % 23 % 1 % 13 % 3 % 1 % 25 % 1 % 1 % 1 % 1 %
BVA 20 - 21 mai 2019 1 347 0,5 % 8,5 % 3 % 2,5 % 5 % 8 % 1 % 22 % 1,5 % 13 % 3,5 % 2 % 23 % 1,5 % <0,5 % 1,5 % 1,5 %
Kantar Sofres-OnePoint 6 - 8 mai 2019 2 010 2 % 8 % 2 % 3,5 % 5 % 8 % 1,5 % 20 % 1,5 % 14 % 4,5 % 1 % 23 % 1 % 1 % 1 % 3 %

Graphique de synthèse[modifier | modifier le code]

Sondages sur les élections européennes de 2019 en France (régression locale).

Résultats[modifier | modifier le code]

Au niveau national[modifier | modifier le code]

Résultats des élections européennes de 2019 en France[111]
Liste
Parti politique
Voix % +/- Sièges Groupe
74 +/- 79
Prenez le pouvoir, liste soutenue par Marine Le Pen
Rassemblement national
5 286 939 23,34 Decrease2.svg 1,52 22 Decrease2.svg 2 23 ID
Renaissance soutenue par La République en marche, le MoDem et ses partenaires
La République en marche, Mouvement démocrate, Agir, Mouvement radical, social et libéral, Union des démocrates et des écologistes et Alliance centriste
5 079 015 22,42 Nv. 21 - 23 RE
Europe Écologie
Europe Écologie Les Verts, Alliance écologiste indépendante et Régions et peuples solidaires
3 055 023 13,48 Increase2.svg 3,07 12 Increase2.svg 6 13 Verts/ALE
Union de la droite et du centre
Les Républicains, Les Centristes et Chasse, pêche, nature et traditions
1 920 407 8,48 Decrease2.svg 12,33 8 Decrease2.svg 12 8 PPE
La France insoumise
La France insoumise, Parti de gauche, Gauche républicaine et socialiste et Mouvement républicain et citoyen
1 428 548 6,31 Nv. 6 - 6 GUE/NGL
Envie d'Europe écologique et sociale
Parti socialiste, Place publique, Nouvelle Donne et Parti radical de gauche
1 403 170 6,19 Decrease2.svg 10,69 5 Decrease2.svg 8 6 S&D
Le courage de défendre les Français avec Nicolas Dupont-Aignan. Debout la France ! – CNIP
Debout la France et Centre national des indépendants et paysans
795 508 3,51 Decrease2.svg 0,31 0 - 0
Liste citoyenne du Printemps européen avec Benoît Hamon soutenue par Génération.s et DéME-DiEM25
Génération.s
741 772 3,27 Nv. 0 - 0
Les Européens
Union des démocrates et indépendants, Force européenne démocrate et La Gauche moderne
566 057 2,50 Nv. 0 - 0
Pour l'Europe des gens, contre l'Europe de l'argent
Parti communiste français et République et socialisme
564 949 2,49 Nv. 0 - 0
Parti animaliste
Parti animaliste
490 074 2,16 Nv. 0 - 0
Urgence écologie
Génération écologie, Mouvement écologiste indépendant et Mouvement des progressistes
412 136 1,82 Nv. 0 Steady.svg 0
Ensemble pour le Frexit
Union populaire républicaine
265 469 1,17 Increase2.svg 0,76 0 Steady.svg 0
Lutte ouvrière – contre le grand capital, le camp des travailleurs
Lutte ouvrière
176 339 0,78 Decrease2.svg 0,39 0 Steady.svg 0
Ensemble Patriotes et Gilets jaunes : pour la France, sortons de l'Union européenne !
Les Patriotes
147 140 0,65 Nv. 0 Decrease2.svg 2 0
Alliance jaune, la révolte par le vote
Sans étiquette
121 209 0,54 Nv. 0 - 0
Les oubliés de l'Europe – artisans, commerçants, professions libérales et indépendants – ACPLI
Coordination nationale des indépendants
51 240 0,23 Nv. 0 - 0
Parti pirate
Parti pirate
30 105 0,13 Decrease2.svg 0,08 0 Steady.svg 0
Union pour une Europe au service des peuples
Union des démocrates musulmans français
28 469 0,13 Nv. 0 - 0
Espéranto – langue commune équitable pour l'Europe
Europe Démocratie Espéranto
18 587 0,08 Decrease2.svg 0,09 0 Steady.svg 0
Parti fédéraliste européen – Pour une Europe qui protège ses citoyens
Parti fédéraliste européen
12 146 0,05 Decrease2.svg 0,04 0 Steady.svg 0
Décroissance 2019
Parti pour la décroissance
10 352 0,05 Increase2.svg 0,03 0 Steady.svg 0
Allons enfants
Allons enfants, le parti de la jeunesse
8 062 0,04 Nv. 0 - 0
À voix égales
Sans étiquette
7 825 0,03 Nv. 0 - 0
PACE – Parti des citoyens européens
Parti des citoyens européens
6 663 0,03 Nv. 0 - 0
Mouvement pour l'initiative citoyenne
Mouvement pour l'initiative citoyenne
5 882 0,03 Nv. 0 - 0
Union démocratique pour la liberté, égalité, fraternité (UDLEF)
Union démocratique pour la liberté, égalité, fraternité
4 912 0,02 Nv. 0 - 0
Liste de la reconquête
Dissidence française
4 569 0,02 Nv. 0 - 0
Une France royale au cœur de l'Europe
Alliance royale
3 150 0,01 Decrease2.svg 0,01 0 Steady.svg 0
Démocratie représentative
La révolution est en marche
3 084 0,01 Nv. 0 - 0
Évolution citoyenne
Sans étiquette
2 061 0,01 Nv. 0 - 0
La ligne claire
Parti de l'in-nocence et Souveraineté, identité et libertés
1 578 0,01 Steady.svg 0 Steady.svg 0
Parti révolutionnaire Communistes
Parti révolutionnaire Communistes
1 413 0,01 Decrease2.svg 0,01 0 Steady.svg 0
Neutre et actif
Sans étiquette
1 321 0,01 Nv. 0 - 0
Suffrages exprimés 22 655 174 95,47
Votes blancs 555 033 2,33
Votes nuls 520 533 2,19
Total 23 730 740 100 - 74 - 79 -
Abstentions 23 614 588 49,88
Inscrits / Participation 47 345 328 50,12


Par département[modifier | modifier le code]

Liste arrivée en tête à Paris :
  • LREM-MoDem
  • EELV

Liste des élus[modifier | modifier le code]

Répartition des 79 sièges par listes.
Répartition des 79 sièges par partis :

Le nombre de députés élus diffère en fonction de la présence ou non du Royaume Uni dans l'Union européenne. 79 députés ont été élus, mais dans un premier temps, seuls 74 siègeront jusqu'au départ du Royaume-Uni de l'UE. Certains députés devront attendre le Brexit pour commencer à siéger même s'ils sont mentionnés comme élus par le ministère de l'Intérieur. Ils sont représentés par un astérisque dans les listes ci-dessous.

Pour le Rassemblement national :

Pour La République en marche :

Pour Europe Écologie Les Verts :

Pour Les Républicains :

Pour La France insoumise :

Pour le Parti socialiste :

Plusieurs nouveaux élus ont par ailleurs un mandat électoral précédent, dont ils vont doivent démissionner afin de pouvoir siéger en tant que député européen. S'ils ne le font pas, ils sont remplacés par le prochain candidat sur la liste de leur parti.

Participation[modifier | modifier le code]

Taux de participation en France métropolitaine[112],[113],[114],[115],[116]
Taux
de participation
En 2014 En 2019 +/-
À 12 heures 15,70 % 19,26 % Increase2.svg 3,56
À 17 heures 35,07 % 43,29 % Increase2.svg 8,22
Final 42,43 % 50,12 % Increase2.svg 7,69

La participation atteint son plus haut niveau depuis les élections européennes de 1994[117]. La France suit ainsi la tendance d'une hausse de la participation dans la plupart des pays de l'Union européenne à l'occasion de ces élections. Le tableau suivant fait état d’une étude IFOP sur le taux de participation en fonction du vote au premier tour de l’élection présidentielle de 2017[118] :

Candidats Jean-Luc
Mélenchon
Benoît
Hamon
Emmanuel
Macron
François
Fillon
Nicolas
Dupont-Aignan
Marine
Le Pen
Votants 47 % 56 % 57 % 62 % 60 % 60 %
Abstentionnistes 53 % 44 % 43 % 38 % 40 % 40 %

Analyse[modifier | modifier le code]

Générale[modifier | modifier le code]

Transfert de votes[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant fait état d’une étude IFOP sur le vote pour les différentes listes en fonction du choix des électeurs au premier tour de l’élection présidentielle de 2017[118].

Listes Jean-Luc Mélenchon Benoît Hamon Emmanuel Macron François Fillon Nicolas Dupont-Aignan Marine Le Pen
Mélenchon

(FI)

Hamon

(PS)

Macron

(EM)

Fillon

(LR)

Dupont-Aignan

(DLF)

Le Pen

(FN)

RN 7 % 5 % 3 % 15 % 26 % 85 %
LREM-MoDem 5 % 8 % 60 % 27 % 4 % 1 %
EELV-AEI-RPS 17 % 26 % 20 % 2 % 3 % 2 %
LR-LC - - 2 % 38 % 7 % 2 %
FI-GRS 37 % 3 % 1 % - 1 % -
PS-PP-ND 7 % 29 % 7 % - 4 % 1 %
DLF-CNIP 2 % 2 % - 4 % 37 % 2 %
G·s 2 % 21 % 1 % - 1 % -
UDI - - 2 % 8 % 2 % -
PCF 13 % 3 % - - 1 % -
Autres 10 % 3 % 4 % 6 % 14 % 7 %

Sociologie[modifier | modifier le code]

Selon l'IFOP, le Rassemblement national arrive en tête chez les tranches d'âge de 25 à 64 ans et chez différentes professions (ouvriers, artisans, commerçants, catégories populaires, employés). Les personnes sans diplômes, avec un CAP, un BEPC ou un baccalauréat se prononcent majoritairement pour le RN, tout comme les catholiques non-pratiquants[118].

La République en marche obtient une majorité chez les personnes de plus de 65 ans, les catégories supérieures, les professions libérales, les cadres supérieurs, les retraités, les personnes détenant au moins un bac+2 ainsi que les catholiques pratiquants. De son côté, Europe Écologie Les Verts arrive en tête chez les 18-24 ans et les professions intermédiaires.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. À titre individuel pour Jérôme Lavrilleux et Alain Lamassoure.
  2. À titre individuel pour Tokia Saïfi et Élisabeth Morin-Chartier.
  3. À titre individuel pour Virginie Rozière.
  4. À titre individuel pour Jean Arthuis.
  5. À titre individuel pour Jean-Marie Le Pen.
  6. Allié à des partis d’outre-mer :
  7. Le président de l'AEI, Jean-Marc Governatori, soutient financièrement la liste Alliance jaune, mais l'AEI présente des candidats (dont sa vice-présidente) sur la liste EÉlV.
  8. Candidats du Mouvement démocrate, membre du Parti démocrate européen.
  9. Candidats du Mouvement radical, social et libéral, membre du Parti de l'Alliance des libéraux et des démocrates pour l'Europe.
  10. Pascal Durand, député européen, qui a quitté Europe Écologie Les Verts en 2016[52] tout en restant membre du groupe des Verts/ALE au Parlement européen, se présente sur la liste de La République en marche pour ces élections européennes[53].
  11. Yannick Jadot a finalement retiré sa candidature au profit de Benoît Hamon[64].
  12. Taille totale de l'échantillon du sondage, comprenant les majeurs non inscrits, les électeurs non certains d'aller voter, et les votants n'exprimant pas d'intention de vote.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.vie-publique.fr/actualite/faq-citoyens/elections-europeennes-2019/#art15058.
  2. https://www.lesechos.fr/elections/europeennes/europeennes-des-eurodeputes-francais-virtuels-en-attendant-le-brexit-1013751.
  3. Loi no 2018-509 du 25 juin 2018 relative à l'élection des représentants au Parlement européen.
  4. a et b « Élections européennes : les députés votent le retour de la circonscription unique », sur Les Échos, (consulté le 30 juillet 2018).
  5. a et b Jannick Alimi, « Élections européennes : le nouveau mode de scrutin chamboule les partis », sur Le Parisien, (consulté le 17 janvier 2018).
  6. « Guadeloupe. Élections européennes 2019 – Nouveau mode scrutin préjudiciable aux Outre-mer », sur CCN – Caraib Creole News, (consulté le 17 janvier 2018).
  7. « L’exécutif veut revenir à des listes nationales pour les élections européennes de 2019 », sur Le Monde, (consulté le 21 janvier 2018).
  8. « Listes transnationales, ce n’est pas encore gagné pour Emmanuel Macron », sur Contexte, (consulté le 24 janvier 2018).
  9. Jean Quatremer, « Listes transnationales : le Parlement européen torpille l'espoir de Macron », sur Libération, .
  10. « Le Parlement européen rejette le principe des listes transnationales pour les européennes », sur Le Monde, (consulté le 11 février 2018).
  11. Loi no 77-729 du 7 juillet 1977 relative à l'élection des représentants au Parlement européen – Article 9.
  12. « Têtes de liste aux européennes : où sont les femmes ? », sur Slate, (consulté le 30 juillet 2018).
  13. Décret no 2019-188 du 13 mars 2019 portant convocation des électeurs pour l'élection des représentants au Parlement européen.
  14. « Élections européennes : Combien de députés par pays en 2019 ? », sur europarl.europa.eu, .
  15. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/eurodeputes-le-parlement-adopte-un-texte-pour-les-elus-reservistes-en-cas-de-brexit-20190516
  16. Loi no 77-729 du 7 juillet 1977 relative à l'élection des représentants au Parlement européen – Article 2-1.
  17. Ministère de l'Intérieur, « Mémento à l'usage des candidats aux élections européennes de 2019 » [PDF], sur interieur.gouv.fr (consulté le 28 avril 2019).
  18. « Se porter candidat aux élections européennes en France », sur Toute l'Europe (consulté le 26 avril 2019).
  19. « Autriche, Pologne, Hongrie… que faire face à la “banalisation” de l’extrême droite en Europe ? », sur Le Monde, (consulté le 23 avril 2019).
  20. « Espagne : l'historique entrée du parti d'extrême droite au Parlement », sur France Info, (consulté le 30 avril 2019).
  21. « Climat : le Parlement européen approuve l’accord de Paris », sur Le Monde, (consulté le 23 avril 2019).
  22. A.G., « Emmanuel Macron, bête noire des pro-Brexit », sur Paris Match, (consulté le 1er octobre 2018).
  23. David Cayla, « La France risque d'être la grande perdante du Brexit », sur Le Figaro, (consulté le 1er octobre 2018).
  24. « Macron se casse les dents sur le Brexit et s’isole sur la scène européenne  », sur Le Figaro, (consulté le 15 avril 2019).
  25. « Européennes : qui pour présider la Commission ? », sur CNews, (consulté le 14 avril 2019).
  26. « Juncker ou la condamnation à géométrie variable », sur Libération, (consulté le 14 avril 2019).
  27. « Européennes : Timmermans investi champion des socialistes », sur L'Obs, (consulté le 4 mai 2019).
  28. « Européennes. La Danoise Margrethe Vestager finalement candidate à la présidence de la Commission », sur Ouest-France, (consulté le 4 mai 2019).
  29. « Un an après l'élection de Macron, quatre oppositions en quête d'espace », sur Les Échos, (consulté le 24 décembre 2018).
  30. « Aucun parti n'incarne l'opposition à Emmanuel Macron, selon 43 % des personnes interrogées par Elabe pour BFM TV », sur BFM TV, (consulté le 22 avril 2019).
  31. « La gauche part en ordre très dispersé », sur France Inter, (consulté le 14 avril 2019).
  32. « Popularité : Macron et Philippe dégringolent de cinq points », sur Libération, (consulté le 18 décembre 2018).
  33. « Le grand débat national est-il “une campagne électorale déguisée” ? », sur 20 minutes, (consulté le 14 avril 2019).
  34. « Mobilisation inédite pour le climat à travers la France », sur France Info, (consulté le 18 décembre 2018).
  35. « Notre-Dame de Paris ravagée par un incendie, émotion internationale », sur Le Point, (consulté le 15 avril 2019).
  36. « Émotion unanime de la classe politique devant l'incendie de Notre-Dame », sur Libération, (consulté le 15 avril 2019).
  37. « Trêve dans la campagne pour les Européennes », sur Libération, (consulté le 21 avril 2019).
  38. « Plusieurs partis suspendent la campagne des européennes après l'incendie de Notre-Dame », sur L'Express, (consulté le 21 avril 2019).
  39. « Européennes : c'est la fin de la trêve politique, quatre jours après l'incendie de Notre-Dame », sur Le Journal du dimanche, (consulté le 20 avril 2019).
  40. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections européennes de 2014 », sur interieur.gouv.fr (consulté le 14 avril 2019).
  41. « Députés par État membre », sur europarl.europa.eu (consulté le 25 décembre 2017).
  42. a b et c (en) « List of registered European Political Parties and European Political Foundations » [archive du ], sur appf.europa.eu (consulté le 27 décembre 2018).
  43. a b et c (en) « List of registered European Political Parties », sur epgenpro.europarl.europa.eu (consulté le 31 décembre 2018).
  44. « Jean-Marie Le Pen rejoint un parti européen néofasciste », sur Le Monde, (consulté le 14 avril 2019).
  45. Arrêté du fixant les listes candidates à l'élection des représentants au Parlement européen des 25 et .
  46. « Élections européennes : une 34e liste validée par le ministère de l'Intérieur après avis du Conseil d'État », sur France Info, (consulté le 9 mai 2019).
  47. « Record battu : 33 listes seront en compétition aux élections européennes », sur Le HuffPost, (consulté le 4 mai 2019).
  48. Geoffroy Clavel, « Européennes : une 34e liste s'ajoute aux 33 déjà validées, dont trois issues des Gilets jaunes », sur LCI, (consulté le 16 mai 2019).
  49. « Élections européennes : qui sont les têtes de liste en France ? », sur CNews, (consulté le 1er avril 2019).
  50. « Julie Pontalba 6e sur la liste du PCF aux européennes », sur Témoignages, (consulté le 23 mars 2019).
  51. « Élections européennes : une candidate de la liste PS-Place publique demande à siéger avec les écologistes », sur France Info, (consulté le 23 avril 2019).
  52. « L'eurodéputé Pascal Durand quitte à son tour EÉLV », sur Public Sénat, (consulté le 25 avril 2019).
  53. « Européennes : l’écologiste Pascal Durand rejoint la liste LREM », sur Le Figaro, (consulté le 25 avril 2019).
  54. Corinne Laurent, « Élections européennes, voici les 34 listes déclarées », sur La Croix, (consulté le 19 mai 2019).
  55. « Européennes : une liste “gilets jaunes” présentée », sur Le Figaro, (consulté le 23 janvier 2019).
  56. « Gilets jaunes : une deuxième liste en préparation pour les européennes », sur BFM TV, .
  57. « Pour les européennes, une troisième liste gilets jaunes proposée », sur Le HuffPost, (consulté le 1er février 2019).
  58. « Européennes : tout le monde veut être sur liste jaune », sur Libération, (consulté le 4 mai 2019).
  59. « Pour les européennes en 2019, Dupont-Aignan dit non à Le Pen », sur Europe 1, (consulté le 21 janvier 2018).
  60. « Cure de jouvence pour les têtes de liste aux élections européennes », sur France Inter, (consulté le 14 avril 2019).
  61. Étienne Jacob, « Européennes: pourquoi les partis politiques placent des ténors à la fin de leurs listes », sur Le Figaro, (consulté le 24 avril 2019).
  62. « Aux élections européennes, l’affrontement de deux philosophes », sur Le Temps, (consulté le 14 avril 2019).
  63. Hervé Favre, « Élections européennes : LREM et RN toujours devant et au coude-à-coude », sur La Voix du Nord, (consulté le 25 avril 2019).
  64. « Européennes : Hamon, Jadot, Glucksmann, les amis d'hier prêts à s'affronter », sur Le Point, (consulté le 20 avril 2019).
  65. Étienne Jacob, « Européennes : pourquoi les partis politiques placent des ténors à la fin de leurs listes », sur Le Figaro, (consulté le 24 avril 2019).
  66. Marylou Magal, « Européennes : l’ancienne ministre Delphine Batho candidate sur une liste écologiste », sur Le Figaro, (consulté le 3 mai 2019).
  67. Maxence Lambrecq, « Du jamais vu : deux listes anti-islam pour les élections européennes en France », sur France Inter le=9 mai 2019, .
  68. http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2019/05/10/europeennes-2019-comment-ont-vote-les-deputes-europeens-francais-depuis-2014_5460395_4355770.html.
  69. https://www.lci.fr/elections/je-ne-peux-pas-rester-spectateur-macron-justifie-son-implication-dans-la-campagne-larem-aux-elections-europeennes-2121711.html.
  70. https://www.europe1.fr/emissions/Le-portrait-de-Catherine-Nay/elections-europeennes-en-mettant-tout-son-poids-dans-la-balance-emmanuel-macron-fait-un-cadeau-a-marine-le-pen-3897939.
  71. https://www.lejdd.fr/Politique/europeennes-macron-attaque-de-nouveau-le-rassemblement-national-et-son-bilan-catastrophique-3899254
  72. http://www.lefigaro.fr/vox/histoire/emmanuel-macron-sur-une-affiche-electorale-une-entorse-a-la-tradition-republicaine-20190516.
  73. https://www.nouvelobs.com/chroniques/20190506.OBS12538/europeennes-macron-la-vraie-tete-de-liste.html
  74. https://www.huffingtonpost.fr/entry/la-vraie-tete-de-liste-quetait-emmanuel-macron-subit-une-double-defaite_fr_5ceaf7a0e4b0512156f3c991
  75. « Immigration: l’enjeu occulté des élections européennes  », sur lefigaro.fr, (consulté le 24 mai 2019).
  76. « Comment se passent les élections en France ? », sur Vie-publique.fr (consulté le 20 avril 2019).
  77. Arrêté du 19 avril 2019 fixant les tarifs maxima de remboursement des frais d'impression et d'affichage des documents électoraux pour l'élection des représentants au Parlement européen des 25 et 26 mai 2019.
  78. « Élections européennes : les partis de l'opposition ont du mal à trouver des financements », sur France Info, (consulté le 14 avril 2019).
  79. « Prêts bancaires, dons et emprunts : la galère de l'opposition pour financer la campagne des européennes », sur LCI (consulté le 14 avril 2019).
  80. « Gilets jaunes : comment monter une liste de candidats pour les élections européennes ? », sur Le Parisien, .
  81. « Européennes : les candidats face au casse-tête du financement de campagne », sur L'Express, (consulté le 14 avril 2019).
  82. « Européennes : faute de moyens, le NPA ne présentera pas de liste », sur L'Express, (consulté le 14 avril 2019).
  83. « Européennes : faute de financements, Jean Lassalle abandonne », sur Le Point, (consulté le 14 avril 2019).
  84. https://www.franceinter.fr/politique/voici-les-33-listes-pour-lesquelles-vous-allez-pouvoir-voter-aux-elections-europeennes.
  85. Certains bulletins ne seront pas présents dans les bureaux de vote : est-ce légal ? Comment voter ?
  86. Note d'informations 29, élections européennes 2019, édition spéciale bulletins de vote
  87. « Pour Mélenchon, Macron veut “fermer la bouche de l'opposition” aux élections européennes », sur Le HuffPost, (consulté le 17 janvier 2018).
  88. « Européennes : le temps d'antenne officiel bientôt réparti », sur Le Figaro, (consulté le 21 avril 2019).
  89. « Le gouvernement veut-il réduire le temps de parole de l’opposition pour les élections européennes ? », sur Libération, (consulté le 6 mai 2018).
  90. a et b Décision no 2019-184 du 9 mai 2019 sur les émissions de la campagne officielle des Européennes 2019.
  91. https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/05/13/europeennes-les-comptes-d-apothicaire-du-csa-pour-repartir-le-temps-de-parole-entre-33-listes_5461233_823448.html.
  92. a b et c « Pour les européennes, les débats télé se programment à la pelle », sur l'Opinion, (consulté le 10 avril 2019).
  93. a et b « Élections européennes : comment le débat organisé mercredi 10 avril par Europe 1 et CNews va-t-il se dérouler ? », sur Europe 1 (consulté le 10 avril 2019).
  94. « Européennes : Un débat entre 6 têtes de liste prévu ce mardi sur France 24 et RFI », sur Ouest-France, (consulté le 10 avril 2019).
  95. « Européennes : Jordan Bardella (RN) annule sa participation au second débat », sur Le Figaro, (consulté le 10 avril 2019).
  96. « Quel “acte II” pour le quinquennat Macron ? Ne ratez pas “La Grande confrontation” mercredi à 20 h 45 sur LCI », sur LCI, (consulté le 22 avril 2019).
  97. Marie Bellan, « Européennes : devant le Medef, les candidats promettent tous de défendre les entreprises », sur Les Échos, (consulté le 27 avril 2019).
  98. « Grand oral des candidats aux élections européennes », sur Medef, (consulté le 27 avril 2019).
  99. « Européennes: nouveau débat mardi sur CNews et Europe 1 », sur Stratégies, (consulté le 6 mai 2019).
  100. « Européennes : le face-à-face entre Nathalie Loiseau et Jordan Bardella », sur Le Figaro, (consulté le 16 mai 2019).
  101. « La grande confrontation : quatorze têtes de liste aux européennes débattront le 20 mai sur LCI », sur LCI, (consulté le 19 mai 2019).
  102. « Européennes : qui sont les 7 candidats qui débattront lundi à 20 h 45 dans La Grande confrontation sur LCI ? », sur LCI, (consulté le 18 mai 2019).
  103. « Élections européennes 2019 - Le débat décisif », sur France Inter (consulté le 19 mai 2019).
  104. « Européennes : nouvelle polémique pour le grand débat de France 2 », sur Le Point, (consulté le 19 mai 2019).
  105. « Européennes : déjà deux émissions prévues avec les têtes de liste », sur Le Figaro, (consulté le 10 avril 2019).
  106. « Votre Europe - Un événement franceinfo et Terra Nova, en partenariat avec Les Echos, le Parlement européen et Accropolis », sur Maison de la Radio (Paris) (consulté le 19 mai 2019).
  107. « Événement franceinfo : « Votre Europe », jeudi 23 mai au studio 104 de la Maison de la Radio », sur France Info (offre globale) (consulté le 21 mai 2019).
  108. « Élections européennes : franceinfo invite 14 candidats têtes de liste à débattre le 23 mai », sur France Info (offre globale), (consulté le 23 mai 2019).
  109. « Europe, l'heure du choix : l'ultime débat le 23 mai à 20 h 45 sur BFM TV », sur BFM TV, (consulté le 3 mai 2019).
  110. « Élections Européennes : les 11 participants et les 3 thèmes du débat jeudi soir sur BFMTV. », sur Le Blog TV News, (consulté le 20 mai 2019).
  111. « Proclamation des résultats de l'élection des représentants au Parlement européen », Journal officiel de la République française, no 125,‎ (lire en ligne).
  112. Ministère de l'Intérieur, « Elections européennes : les taux de participation », sur interieur.gouv.fr (consulté le 26 mai 2019).
  113. Ministère de l'Intérieur, « Elections européennes : taux de participation à 12h », sur interieur.gouv.fr (consulté le 26 mai 2019).
  114. Ministère de l'Intérieur, « Elections européennes : taux de participation à 17h », sur interieur.gouv.fr (consulté le 26 mai 2019).
  115. « Taux de participation 2014 - Parlement européen », sur Taux de participation 2014 - Parlement européen (consulté le 26 mai 2019).
  116. https://www.touteleurope.eu/actualite/europeennes-2019-en-france-5012-de-participation-mieux-qu-en-2014.html
  117. https://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/europeennes-avec-5012percent-c-est-la-plus-forte-participation-depuis-25-ans-1164043.html
  118. a b et c « Européennes 2019 : profil des électeurs et clefs du scrutin », sur IFOP (consulté le 1er juin 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]