Ségolène Royal

Cette page est semi-protégée.
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ségolène Royal
Illustration.
Ségolène Royal en 2012.
Fonctions
Ambassadrice chargée de la négociation internationale pour les pôles arctique et antarctique

(2 ans, 4 mois et 23 jours)
Président Emmanuel Macron
Prédécesseur Michel Rocard
Successeur Olivier Poivre d'Arvor (indirectement)
Ministre de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer, chargée des Relations internationales sur le climat[N 1]

(3 ans, 1 mois et 15 jours)
Président François Hollande
Premier ministre Manuel Valls
Bernard Cazeneuve
Gouvernement Valls I et II
Cazeneuve
Prédécesseur Philippe Martin
Successeur Nicolas Hulot (Transition écologique et solidaire)

(11 mois et 27 jours)
Président François Mitterrand
Premier ministre Pierre Bérégovoy
Gouvernement Bérégovoy
Prédécesseur Brice Lalonde
Successeur Michel Barnier
Présidente du conseil régional de Poitou-Charentes

(10 ans et 19 jours)
Élection
Réélection
Prédécesseur Élisabeth Morin-Chartier
Successeur Jean-François Macaire
Députée française

(5 ans)
Élection 16 juin 2002
Circonscription 2e des Deux-Sèvres
Législature XIIe (Cinquième République)
Groupe politique SOC
Prédécesseur Jean-Pierre Marché
Successeur Delphine Batho

(4 ans, 3 mois et 2 jours)
Élection 28 mars 1993
Circonscription 2e des Deux-Sèvres
Législature Xe et XIe (Cinquième République)
Groupe politique SOC
Prédécesseur Jean-Pierre Marché
Successeur Jean-Pierre Marché

(3 ans, 10 mois et 9 jours)
Élection 12 juin 1988
Circonscription 2e des Deux-Sèvres
Législature IXe (Cinquième République)
Groupe politique SOC
Prédécesseur Proportionnelle par département
Successeur Jean-Pierre Marché
Ministre déléguée à la Famille, à l'Enfance et aux Personnes handicapées[N 2]

(2 ans, 1 mois et 9 jours)
Président Jacques Chirac
Premier ministre Lionel Jospin
Gouvernement Jospin
Prédécesseur Martine Aubry
Successeur Jean-François Mattei
Ministre déléguée à l'Enseignement scolaire

(2 ans, 9 mois et 23 jours)
Président Jacques Chirac
Premier ministre Lionel Jospin
Gouvernement Jospin
Prédécesseur Françoise Hostalier (secrétaire d'État, indirectement)
Successeur Xavier Darcos (indirectement)
Conseillère générale des Deux-Sèvres

(5 ans, 11 mois et 25 jours)
Élection 29 mars 1992
Circonscription Canton de La Mothe-Saint-Héray
Président André Dulait
Prédécesseur Pierre Thomas
Successeur Jean-Pierre Griffault
Biographie
Nom de naissance Marie Ségolène Royal
Date de naissance (70 ans)
Lieu de naissance Dakar (Sénégal, AOF)[N 3],[N 4]
Nationalité Française
Parti politique PS (1978-2017 ; depuis 2021)
Conjoint François Hollande
(1978-2007)
Diplômée de Université Nancy-II
IEP de Paris
ENA
Profession Juge administrative
Avocate
Site web segoleneroyal.eu

Signature de Ségolène Royal

Ségolène Royal (/seɡolɛn ʁwajal/[N 5] Écouter), née Marie Ségolène Royal le à Dakar (Sénégal), est une haute fonctionnaire et femme politique française.

Membre du Parti socialiste, conseillère du président François Mitterrand dans les années 1980, elle est députée de la deuxième circonscription des Deux-Sèvres de 1988 à 2007. Ministre de l'Environnement dans le gouvernement Pierre Bérégovoy, elle est ensuite nommée ministre de l'Enseignement scolaire, puis de la Famille, par Lionel Jospin lors de la troisième cohabitation. En 1995, elle perd les élections municipales de Niort. Elle préside le conseil régional de Poitou-Charentes de 2004 à 2014. Elle est de 1978 à 2007 en couple avec François Hollande, avec qui elle a quatre enfants.

En 2007, Ségolène Royal est la première femme française à accéder au second tour d'une élection présidentielle, mais elle est battue par Nicolas Sarkozy, récoltant 46,94 % des suffrages exprimés. En 2008, elle est défaite de justesse par Martine Aubry lors de l'élection à la fonction de premier secrétaire du Parti socialiste. Elle finit quatrième au premier tour de la primaire socialiste de 2011, puis est battue aux élections législatives de 2012 dans la première circonscription de la Charente-Maritime.

Dans les gouvernements Manuel Valls et Bernard Cazeneuve, entre 2014 et 2017, elle est ministre de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer. Elle quitte ensuite le PS et se voit nommée par Emmanuel Macron ambassadrice chargée de la négociation internationale pour les pôles arctique et antarctique, une fonction dont elle est démise en 2020 en raison de ses critiques envers la politique de l’exécutif. L’année suivante, elle est battue aux élections sénatoriales pour les Français établis hors de France.

Situation personnelle

Origines familiales

Marie Ségolène Royal[N 6],[1] est la fille de Jacques Royal (1920-1981)[2], lieutenant-colonel d'artillerie de marine[3], et la petite-fille du général de brigade du 44e régiment d'artillerie Florian Auguste Émile Royal[N 7] et de Marie-Thérèse Carage. En 1949, Jacques Royal épouse Hélène Dehaye (1924-2019)[2] ; le couple a huit enfants en neuf ans : Odette, Nicole, Gérard[4], Ségolène, Antoine, Paul, Henry et Sigisbert.

Un cousin, Benoît Royal, est général dans la deuxième section[5]. Il est l'auteur du livre l'Éthique du soldat français paru en 2008[6]. Une cousine, Anne-Christine Royal, a été membre du comité central du Front national[7].

Enfance et études secondaires

De 1960 à 1963, la famille habite en Martinique, en raison d'une affectation du père. Marie-Ségolène Royal est alors élève du pensionnat Saint-Joseph de Cluny, à Fort-de-France[8][réf. obsolète].

À son retour en métropole, en 1963, la famille Royal s'installe dans le village de Chamagne, près d'Épinal (Vosges), dont elle est originaire. Hélène Dehaye, ne supportant plus l'autorité de son mari sur elle et ses enfants, quitte le domicile familial, avec l'assentiment de ceux-ci, qui rompent tout contact avec leur père[1],[9],[N 8]. Hélène Dehaye fait des ménages, avant de recevoir un héritage de ses parents[1],[9].

Après avoir effectué son premier cycle secondaire à Charmes (Vosges) et à Nancy (Cours Notre-Dame), Marie-Ségolène Royal, réputée élève studieuse, entre au lycée privé Notre-Dame d'Épinal, où elle obtient un baccalauréat B en 1971[10]. Pendant l'été 1971, elle est jeune fille au pair à Dublin (Irlande)[11].

Études supérieures

Elle obtient une licence de sciences économiques à l'université Nancy-II, puis, après avoir été élève au Centre universitaire d'études politiques (CUEP), elle entre à l'Institut d'études politiques de Paris, dont elle sort diplômée en 1975 (section Service public)[12].

Après une tentative infructueuse, elle intègre l'École nationale d'administration[13]. Pendant sa scolarité, elle fait un stage en Martinique. Elle sort, en 1980, 64e de sa promotion de l'ENA, la promotion Voltaire où se trouvent notamment Frédérique Bredin, Jean-Marie Cambacérès, Henri de Castries, Renaud Donnedieu de Vabres, François Hollande, Jean-Pierre Jouyet, Pierre Mongin, Michel Sapin ou encore Dominique de Villepin[13],[14].

Carrière professionnelle

À sa sortie de l’ENA, elle choisit un poste de conseiller[15] au tribunal administratif de Paris[16],[17].

En 1994, bénéficiant du décret no 91-1197 du 27 novembre 1991[N 9], qui autorise une dispense de diplôme, de formation théorique et pratique et du CAPA les membres et anciens membres du corps des tribunaux administratifs, elle devient avocate au barreau de Paris — tout en siégeant à l'Assemblée nationale et au conseil général des Deux-Sèvres. Elle entre au cabinet Mignard, Teitgen, Grisoni & associés.

En septembre 2023, elle devient chroniqueuse de l'émission de télévision Touche pas à mon poste ![18].

Vie privée et familiale

Ségolène Royal et François Hollande lors de la campagne présidentielle de 2007.

À la fin des années 1970, elle fait la connaissance de François Hollande, également de la promotion Voltaire (1980) de l'ENA. Elle se lie avec lui au cours d'un stage effectué dans une cité HLM de banlieue, « La Noé », à Chanteloup-les-Vignes[19]. Le couple forme une union libre et a quatre enfants : Thomas (1984), qui est avocat, Clémence (1986), spécialiste en hépato-gastro-entérologie à Paris, Julien (1987), cinéaste, et Flora (1992), psychologue[20]. Leur séparation est annoncée au soir du second tour des élections législatives de 2007[21].

Parcours politique

Débuts et ascension

En 1978, Ségolène Royal adhère au Parti socialiste (PS), à la section du 6e arrondissement de Paris, l'année de l'obtention de son diplôme de Sciences Po.

D'abord appelée au cabinet ministériel de Nicole Questiaux, elle est remarquée par Jacques Attali alors qu'elle est conseillère de tribunal administratif en disponibilité[22]. De 1982 à 1984, sur proposition de Jacques Attali, elle est chargée de mission au secrétariat général de la présidence de la République pour suivre les questions de jeunesse et des sports. De 1984 à 1988, François Mitterrand lui confie les affaires sociales et l'environnement en remplacement de Yannick Moreau, partie diriger le cabinet de Jean-Pierre Chevènement, nouveau ministre de l'Éducation nationale. C'est à ce poste qu'elle prépare pour l'Élysée les sommets internationaux.

En 1983, pour se rapprocher de la résidence de sa mère à Villers-sur-Mer (Calvados), Ségolène Royal est conseillère municipale à Trouville-sur-Mer, sur une liste menée par le socialiste Gilbert Hurel[23] ; la gauche ayant été défaite, elle devient conseillère municipale d'opposition. Elle est présente à 12 conseils municipaux sur 39[24]. Visant les élections législatives de 1986, elle essuie le refus des socialistes bas-normands, notamment Louis Mexandeau. En recherche d'une implantation électorale plus porteuse, elle démissionne peu après du conseil municipal de Trouville-sur-Mer[25].

Le , alors que la scène est filmée, Ségolène Royal demande à François Mitterrand, le jour de l’investiture de celui-ci pour un second septennat au palais de l’Élysée, une circonscription dans laquelle elle pourrait se présenter lors des élections législatives du mois suivant[26],[27],[28]. Elle obtient la deuxième circonscription des Deux-Sèvres, réputée difficile pour la gauche. Après une campagne de terrain, lors de laquelle elle promet aux agriculteurs une formation à la langue anglaise, elle est élue députée, avec 50,6 % des suffrages exprimés au second tour[29],[30].

Elle ne parvient cependant pas à devenir maire, sa dernière tentative datant de l'année 1995. Ayant obtenu l'investiture du Parti socialiste pour l'élection à Niort, elle échoue face au maire socialiste sortant, Bernard Bellec.

Ministre du gouvernement Bérégovoy

Du au , elle est ministre de l'Environnement dans le gouvernement Bérégovoy[31].

Ses lois remarquables concernent : le traitement et le recyclage des déchets (juillet 1992), avec un soutien aux technologies innovantes en la matière ; les nuisances sonores avec la loi-cadre de décembre 1992, avec la prévention du bruit des transports, dans les bâtiments publics (les cantines scolaires par exemple), les lieux de travail ; l'environnement avec la « reconquête des paysages » (janvier 1993). Elle veille à l'application de la loi sur l'eau votée peu de temps avant sa prise de fonction, à l'initiative de son prédécesseur, Brice Lalonde[N 10].

Son passage au gouvernement est marqué par une communication et une médiatisation importantes, ce qui lui attire des inimitiés dans la majorité[32]. Par exemple, elle fait venir des journalistes dans sa chambre d'hôpital à la naissance de son quatrième enfant, Flora, pour montrer qu’il est possible de concilier maternité et responsabilités au plus haut niveau ; cela suscite un débat sur la séparation entre vie publique et vie privée[33].

Ministre du gouvernement Jospin

Du au , elle est ministre déléguée à l'Enseignement scolaire du gouvernement Lionel Jospin auprès du ministre de l'Éducation nationale, Claude Allègre. Elle affirmera par la suite avoir eu des relations de travail difficiles avec celui-ci[34].

En tant que ministre déléguée, elle aide les enfants défavorisés avec la relance des zones d'éducation prioritaire, la création de fonds sociaux, d'heures de soutien scolaire. Elle crée le contrat éducatif local et les itinéraires de découverte au collège. Elle lutte contre la pédophilie, avec la circulaire en 1997 dite circulaire Royal. En matière de sécurité, elle défend les droits de l'enfant et lutte contre la violence à l'école[N 11]. Dans le domaine de la santé, elle rend disponible gratuitement la pilule du lendemain dans les lycées.

En 1998, elle perd son siège de conseillère générale des Deux-Sèvres.

Du au , elle est ministre déléguée à la Famille et à l'Enfance[35] auprès de la ministre de l'Emploi et de la Solidarité, Martine Aubry puis Élisabeth Guigou. Du au , elle est ministre déléguée à la Famille, à l'Enfance et aux Personnes handicapées auprès de la ministre de l'Emploi et de la Solidarité, Élisabeth Guigou[36]. Ses mesures notables sont la réforme de la loi sur l'autorité parentale et de l'accouchement sous X, la création du Conseil national d'accès aux origines personnelles (CNAOP), et le congé de paternité.

Députée des Deux-Sèvres

Elle est réélue députée dans la 2e circonscription des Deux-Sèvres en 1993, 1997 et 2002.

Le journaliste politique Alain Duhamel lui a prêté l'intention de se présenter à l'élection présidentielle de 1995[37].

Après la dissolution de 1997, Ségolène Royal continue à avoir recours aux services de trois collaboratrices lors des élections législatives. Deux d'entre elles saisissent la justice pour le non-paiement de leurs salaires de juin et juillet 1997. Elles obtiennent en 1999 une condamnation de Ségolène Royal à un rappel de salaires de trois semaines sur les trois mois demandés. Elles portent également plainte au pénal pour « recours au travail clandestin » : le , la cour d'appel de Rennes condamne Ségolène Royal au versement des salaires non payés, arguant notamment d'un licenciement « sans cause réelle et sérieuse » ; cette condamnation devient définitive avec le rejet du pourvoi de Ségolène Royal par la chambre sociale de la Cour de cassation[38],[39].

D'après l'hebdomadaire L'Express, elle se classe au 469e rang des 577 députés les plus actifs, avec huit interventions en séance[40]. Elle a aussi présenté deux propositions de loi, alors que la moyenne dans l'assemblée est de six[N 12].

Aux élections législatives de 2007, elle ne brigue pas un nouveau mandat de députée au titre du principe de non-cumul des mandats, qu'elle prône[41]. La socialiste Delphine Batho lui succède[42].

Élections municipales de 1995 à Niort

En 1995, Ségolène Royal souhaite conduire la liste soutenue par le Parti socialiste aux élections municipales à Niort (Deux-Sèvres). Elle perd cependant la primaire interne à six voix près face à Alain Baudin, soutenu par le maire sortant, Bernard Bellec ; mais le conseil fédéral du PS — présidé par Ségolène Royal elle-même — gèle aussitôt ce vote et Ségolène Royal est finalement investie comme tête de liste socialiste sur décision des instances nationales. Au second tour des élections municipales, dans le cadre d'une triangulaire, celle-là est battue par la liste menée par le maire Bernard Bellec, qui se présentait en dissident PS[43].

Présidente du conseil régional de Poitou-Charentes

Élections de 2004 et 2010

Ségolène Royal en 2006.

Aux élections régionales de 2004, la liste qu'elle conduit en Poitou-Charentes — le fief du Premier ministre Jean-Pierre Raffarin — l'emporte au second tour avec 55,10 % des voix, face notamment à la liste UMP d'Élisabeth Morin-Chartier (36,20 %)[44].

Candidate à sa réélection aux élections régionales de 2010, elle présente une liste d'« ouverture », allant du PCF au MoDem en passant par des personnalités de la société civile[45],[46],[47],[48]. Après fusion dans l'entre-deux tours avec la liste Europe Écologie, elle l'emporte au second tour avec 60,6 % des suffrages[49]. Elle est réélue présidente de la région le [50].

Ségolène Royal est porte-parole de l'Association des régions de France de 2004 à 2010. Après avoir visé un temps la tête de l'ARF en juillet 2007[51], elle est élue le présidente de l'Association internationale des régions francophones (AIRF), qui regroupe 140 régions dans 26 pays à travers le monde[52].

Politique écologique et sociale

Elle appuie les « comités de bassins d'emploi », et l'aide aux salariés licenciés avec le contrat régional de sécurisation des parcours professionnels (CRSPP)[N 13]. Face à l'augmentation forte de certaines dépenses, elle procède fin 2012 à une augmentation de la taxe sur les cartes grises des véhicules[53],[N 14],[54].

En 2009, face à la recrudescence des grossesses non désirées de jeunes femmes et aux difficultés d'accès au planning familial en zones périphériques, Ségolène Royal met en place le « Pass-contraception », permettant un accès gratuit à une consultation chez un gynécologue, une sage-femme ainsi qu'à la pilule. Le gouvernement d'alors s'y oppose mais la mesure est mise en œuvre[55].

Pour la période 2009-2012, elle lance, avec la Banque européenne d'investissement, le « Plan énergie solaire », de plus de 400 millions d’euros d’investissements[56]. Les priorités de ce plan sont le développement de la production d’énergie renouvelable avec l’installation de 650 000 m2 de panneaux photovoltaïques, le renforcement de l’autonomie énergétique des territoires, la création de 1 000 emplois sur l’ensemble du territoire régional et la réduction des gaz à effet de serre. En 2009, Ségolène Royal inaugure le lycée Kyoto, qui est le premier établissement scolaire d'Europe à fonctionner exclusivement avec des énergies renouvelables, et non avec des énergies fossiles[N 15],[57],[58].

Économie

Alors que le carrossier Heuliez rencontre des difficultés, Ségolène Royal promet pendant la campagne régionale de 2010 de redresser l'entreprise et de constituer une filière de la voiture électrique en Poitou-Charentes. Cette dernière société, Mia, voit entrer dans son capital la région Poitou-Charentes, fait inédit pour une collectivité locale. Mais le marché de la voiture électrique est moribond. Juste avant l'annonce de la liquidation judiciaire de Mia, prononcée en , Ségolène Royal crée une société d'économie mixte pour sauver les derniers actifs de Mia et y injecte un million d'euros, en pure perte. Avec le soutien accordé à Eco&Mobilité (un autre fabricant de véhicules électriques de la région), Ségolène Royal a fait dépenser quelque 20 millions d'euros dans la filière de la voiture électrique qu'elle entendait bâtir[59]. Cet échec s'ajoute alors à ses déclarations controversées sur General Electric, Alstom et l'écotaxe[59].

En , L'Expansion publie le classement des présidents de conseils régionaux selon la qualité de leur gestion : elle figure en 17e position sur 21 alors que Poitou-Charentes était classé 4e en 2004. Le magazine économique souligne que « la gestion de Ségolène Royal a été raisonnable sur les impôts mais moins sur les frais de personnels, les plus élevés de France »[60],[N 16].

Ségolène Royal et Gilbert Annette en 2006.

Début 2016, le nouveau président du conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, le socialiste Alain Rousset, fait état d'un mauvais bilan financier de l'ancienne région Poitou-Charentes, déclarant que « c'est une région qui manifestait beaucoup de volontarisme et avait sans doute les yeux plus gros que le ventre par rapport aux capacités de financement »[61]. Un audit commandé au cabinet EY et publié en avril 2016 confirme une « forte dégradation » de la situation financière de la région Poitou-Charentes sous la présidence de Ségolène Royal. L'étude relève des retards de paiements s'élevant à 132 millions d'euros et évoque une situation de quasi-banqueroute si la région n'avait pas été fusionnée avec l'Aquitaine et le Limousin en 2015[62],[N 17]. Le quotidien La Nouvelle République indique que la région bouclait depuis plusieurs années son budget en reportant une partie de ses dépenses sur l'année suivante, une pratique qui avait été précédemment condamnée par la chambre régionale des comptes[62]. L'audit relève également une absence d'épargne de l'ancienne région et une dette de 450 millions d'euros[62]. Sur cette somme, le montant d'emprunts structurés est de 200 millions d'euros, dont 56 millions d'euros sont estimés « à très haut risque » et 46 millions « à risque »[63]. Ségolène Royal dénonce un règlement de comptes politique et invoque un problème informatique venant de la région Aquitaine[62].

Démission

Ségolène Royal démissionne de son mandat de présidente du conseil régional de Poitou-Charentes le , après son entrée au gouvernement Valls[64].

Élection présidentielle de 2007

En 2006, Ségolène Royal est candidate à l'élection primaire organisée par le Parti socialiste pour l'élection présidentielle de 2007 ; elle est considérée comme favorite[65],[66]. Le , au premier tour de scrutin, Ségolène Royal obtient 60,65 % des voix, contre 20,69 % pour Dominique Strauss-Kahn et 18,66 % pour Laurent Fabius. Elle est ainsi désignée candidate du Parti socialiste[67]. Ségolène Royal constitue son équipe de campagne avec Jean-Louis Bianco et François Rebsamen comme codirecteurs, et Dominique Bertinotti comme mandataire financière. Après des débats en ligne pour recueillir des suggestions dans la population, elle présente son pacte présidentiel le à Villepinte[68].

Ségolène Royal lors d'une réunion publique (, halle Georges-Carpentier de Paris).

Elle suscite des réticences : parmi les responsables socialistes et dans la presse, le journaliste politique Alain Duhamel qualifie sa campagne de « psychédélique » ; il écrit après l’élection : « Elle a créé aussi bien avec ses militants qu'avec une partie des Français un lien incroyable à base de psychologie et de volonté de participation : c'était une forme de civisme, de scoutisme, de générosité de quartier »[69].

Plusieurs de ses prises de position déroutent au sein de la gauche[70],[71]. C’est notamment le cas lorsqu’elle exprime sa nostalgie du service militaire, prône la mise en place de « lieux d’encadrement à dimension militaire », lorsqu’elle fait part de son souhait que tous les Français disposent d’un drapeau de la France chez eux ou souligne son attachement à La Marseillaise[22],[72]. La presse de droite qualifie certaines de ses interventions de « gaffes »[73] : en voyage en Chine, Ségolène Royal complimente la justice chinoise en dépit de ses violations des droits de la défense[74], déclare que « qui va sur la Grande Muraille conquiert la bravitude » (au lieu de « bravoure »)[75] et affirme qu'en France, « une femme sur trois meurt sous les coups de son conjoint » (au lieu d'une femme tous les trois jours)[76]. Dans un enregistrement téléphonique diffusé pendant la campagne, elle discute de l'indépendance de la Corse et déclare dans un rire que « Tous les Français ne seraient pas contre », ce qui provoque des remous[77].

À la fin de la phase participative de sa campagne et après la présentation de son programme, Ségolène Royal connaît un important recul dans les sondages : les études réalisées par TNS Sofres indiquent ainsi que les intentions de vote en sa faveur au premier tour passent de 34 % au moment de sa désignation comme candidate PS à 26 % en [78],[79]. Elle doit alors faire face à la montée dans les sondages du candidat centriste François Bayrou, qui est un temps en passe de la dépasser[80].

Ségolène Royal se qualifie finalement pour le second tour de l'élection présidentielle en arrivant en deuxième position, le , avec un score de 25,87 % des suffrages exprimés[81]. Dans l’entre-deux tours, elle tente un rapprochement avec François Bayrou[82],[83]. Elle est battue à l’issue du second tour en recueillant 46,94 % des suffrages, face à Nicolas Sarkozy, qui obtient 53,06 %[81]. Au soir de sa défaite, elle promet à ses partisans de les mener « vers d'autres victoires »[84].

Congrès de Reims de 2008

Le , elle est pose sa candidature au poste de premier secrétaire du Parti socialiste, avant de la mettre entre parenthèses le 15 septembre, en proposant « que chacun mette au frigidaire les questions de candidature »[85],[86]. Lors du vote des militants socialistes pour le congrès de Reims, le , la motion dont elle est signataire arrive en tête avec 29,1 % des suffrages, devant celles de Bertrand Delanoë (25,2 %), de Martine Aubry (24,3 %) et de Benoît Hamon (18,5 %).

Alors que le congrès peine à dégager une synthèse, elle confirme sa candidature au poste de premier secrétaire et arrive en tête du premier tour de l'élection du premier secrétaire du PS, le , avec 42,4 % des votes des adhérents, devant Martine Aubry (34,7 %) et Benoît Hamon (22,8 %), qui appelle à voter pour cette dernière[87],[88]. Le lendemain, Martine Aubry est donnée gagnante avec 50,02 % et 42 voix d’avance sur Ségolène Royal. Contestant la régularité du scrutin alors que ses partisans sont également accusés de fraude, elle réclame un nouveau vote[89]. Le , le conseil national valide l'élection de Martine Aubry avec 102 voix de plus que sa rivale (soit 50,04 % des suffrages contre 49,96 %). Ségolène Royal renonce à toute action judiciaire et prend acte de ce résultat[90].

Début 2009, ses partisans créent, au sein du PS, le courant L'Espoir à gauche, tandis que son association de soutien Désirs d'avenir reste en fonctionnement et finance certains de ses déplacements dans le pays[91]. Parallèlement, Pierre Bergé crée l'Association des amis de Ségolène Royal pour lui permettre d'occuper pour une somme symbolique des locaux au cœur du 6e arrondissement de Paris[92].

Primaire socialiste de 2011

Ségolène Royal entourée de Guillaume Garot et de Najat Vallaud-Belkacem, lors de la Fête de la fraternité, en septembre 2009, à Montpellier.

Dans l'opposition à Nicolas Sarkozy, elle signe l'« Appel du 14 février [2008] pour une vigilance républicaine » lancé par l'hebdomadaire Marianne[93]. En , en déplacement au Sénégal, elle demande « pardon » pour certaines paroles du discours de Dakar, prononcé par Nicolas Sarkozy en 2007. Une semaine plus tard, elle présente à nouveau ses excuses pour des propos désobligeants sur José Luis Rodríguez Zapatero attribués à Nicolas Sarkozy par Libération. L'UMP critique ses déclarations, tandis que peu de personnalités au PS lui apportent leur soutien[94]. En , elle est nommée par Martine Aubry vice-présidente de l'Internationale socialiste[95].

Le , Ségolène Royal annonce sa candidature à la primaire citoyenne de 2011 en vue de la désignation du candidat PS à l'élection présidentielle de 2012[96]. Dans les mois qui suivent, les intentions de vote en sa faveur restent inférieures à celles de la plupart de ses concurrents potentiels (Dominique Strauss-Kahn, Martine Aubry, François Hollande)[97]. Les médias estiment que son aura ne cesse de décroître depuis 2007, ses prises de position ne rencontrant plus guère d'écho[98],[99]. Prenant en exemple la composition de ses listes aux élections régionales de 2010 en Poitou-Charentes, elle appelle à un large rassemblement allant de l'extrême gauche à la « droite gaulliste »[100].

Créditée de 11 à 13 % des voix dans les sondages et régulièrement annoncée en troisième position de cette primaire, Ségolène Royal arrive quatrième, le , derrière Arnaud Montebourg, Martine Aubry et François Hollande ; avec 6,95 % des voix, elle est éliminée au premier tour. Dans l'entre-deux tours, elle apporte son soutien à François Hollande, afin d'« amplifier le résultat du premier tour »[101].

Après la primaire, Ségolène Royal fait campagne pour François Hollande. Son premier déplacement de campagne se tient dans les « quartiers populaires » de Marseille, où elle a réalisé de bons scores en 2007. Elle participe à un meeting à Rennes aux côtés de son ancien compagnon. Elle définit ainsi son rôle : « parler simple et faire de la pédagogie » et aider à « la participation à la campagne et le vote à gauche d'une partie de l'électorat tenté par le FN »[102]. En , elle est nommée secrétaire nationale du Parti socialiste chargée des mobilisations citoyennes, une fonction qu'elle occupe jusqu'en [103].

Élections législatives de 2012

Ségolène Royal en 2012.

Ségolène Royal aurait souhaité un nouveau mandat dans sa deuxième circonscription des Deux-Sèvres aux élections législatives de 2012, mais sa suppléante devenue députée, Delphine Batho, ne se retire pas à son profit[69].

Ségolène Royal choisit alors la première circonscription de la Charente-Maritime, où le député socialiste sortant, Maxime Bono, ne se représente pas. Validée par le bureau national du Parti socialiste, sa candidature est contestée par plusieurs responsables locaux, dont le premier secrétaire fédéral du PS en Charente-Maritime, Olivier Falorni, qui dénonce un parachutage. Dans l'entre-deux tours, alors que le président François Hollande lui apporte son soutien, la compagne de celui-ci, Valérie Trierweiler, encourage publiquement son concurrent, Olivier Falorni[104]. Celui-ci l'emporte face à Ségolène Royal avec 62,97 % des voix[105].

Le , elle est nommée, par François Hollande, administratrice de la Banque publique d'investissement (BPI), fonction qu'elle exerce bénévolement[106]. Elle devient vice-présidente et porte-parole de la BPI[107]. Sa nomination au sein de cet organisme de financement suscite notamment les critiques de l'opposition, qui dénonce un manque de légitimité, en particulier au vu de ses investissements dans le groupe Heuliez[108].

Ministre des gouvernements Valls et Cazeneuve

Nomination

Le , Ségolène Royal est nommée ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie. Elle fait voter la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte en 2015[109]visant notamment à réduire la part du nucléaire dans la production énergétique à 50 % en 2025 (conformément à un des engagements de François Hollande)[110].

Mesures portées

Ségolène Royal durant la Conférence de Paris de 2015 sur les changements climatiques.

Adoptée sous l’égide de Ségolène Royal, la loi de transition énergétique du 17 août 2015 ouvre à la concurrence les barrages hydroélectriques[111].

En 2015, Ségolène Royal accuse Ferrero de contribuer fortement à la déforestation en Asie par un recours massif à l'huile de palme[112], appelle au boycott de la pâte à tartiner Nutella, puis elle fait marche arrière et finit par s'excuser[113]. L'année suivante, en 2016, elle essaie d'aligner la fiscalité de l'huile de palme sur celle de l'huile d'olive ; l'initiative suscite deux crises diplomatiques : le gouvernement italien menace de fermer l'usine Ferrero de Rouen et le gouvernement indonésien (premier producteur mondial) menace d'exécuter un Français emprisonné dans le pays si la fiscalité sur l'huile palme augmentait. La ministre dénonce un « chantage » et un « bluff odieux », mais s'incline. Dans son livre Ce que je peux enfin vous dire (2018), elle mentionne à travers cet épisode le poids des groupes d'intérêt dans le pouvoir politique. Elle affirme avoir cependant dissuadé le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, de renouveler l'autorisation de mise sur le marché du glyphosate, et souligne l'influence des lobbys de pesticides au sein des institutions européennes[N 18],[114].

À la suite des attentats du 13 novembre 2015, elle fait installer des portiques de sécurité à la gare de Paris-Nord pour contrôler les bagages des voyageurs au départ dans les trains Thalys, en direction de l'Allemagne, la Belgique et des Pays-Bas[115].

Au début de l’année 2016, la ministre prévoit 1 000 km de routes couvertes de panneaux solaires photovoltaïques ; en décembre 2016, elle inaugure la plus grande route solaire du monde, d’une longueur d’un kilomètre, dans l’Orne. Trois ans plus tard, l'expérience n'est pas poursuivie : le seul kilomètre réalisé ayant coûté cinq millions d'euros, avec un rendement d'installation bien inférieur à celui annoncé et une dégradation de l’infrastructure plus importante que prévue[116],[117].

Élections de 2017

Ségolène Royal et John Kerry, secrétaire d'État des États-Unis, en 2016.

En , Ségolène Royal est candidate à la fonction d’administratrice du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) ; c'est finalement Achim Steiner, diplomate allemand alors directeur général du Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE) qui est élu[118].

Durant la campagne présidentielle de 2017, elle montre un temps des signes de ralliement au candidat Emmanuel Macron[119],[120] dans le but d'une prolongation de ses fonctions à l'Environnement, mais ne prend finalement pas de position officielle. Elle attribue sa non-reconduction aux « équilibres politiques », et veut mettre « compétences au service du combat climatique et au service de ce gouvernement »[121]. Aux élections législatives de 2017, elle indique avoir voté dans la deuxième circonscription des Deux-Sèvres pour la candidate La République en marche face à son ancienne proche Delphine Batho[122].

Ambassadrice pour les pôles arctique et antarctique

En [123], Ségolène Royal succède à Michel Rocard (mort en ) au poste d'ambassadrice chargée des négociations internationales relatives aux pôles arctique et antarctique[124],[125]. Elle siège au conseil de l'Arctique.

Alors que le Parti socialiste — dont elle n’est plus membre[126] — atteint des scores historiquement bas, elle apparaît fin 2018 comme un recours possible pour la gauche en vue des élections européennes de 2019 et de l’élection présidentielle de 2022[127],[128]. Dans le même temps, dans son ouvrage Ce que je peux enfin vous dire, Ségolène Royal critique Emmanuel Macron et François Hollande, à qui elle reproche notamment ses hausses d’impôts, la loi travail et la réforme territoriale[127].Elle est en désaccord avec les écologistes qui prônent l'abolition de la taxe sur les carburants[129],[130].

Deux ans après sa nomination comme ambassadrice, il est avéré que Ségolène Royal n'a assisté à aucune réunion du Conseil de l'Arctique, contrairement à ses déclarations publiques[131]. De fausses accusations d'utilisation à des fins personnelles des moyens d'ambassadrice provoquent en novembre 2019 l'ouverture d'une enquête par le Parquet national financier[132] qui est classée sans suite en juin 2021[133].

Au début de l'année 2020, elle se montre très critique envers l'exécutif, notamment sur le projet de réforme des retraites ; elle dénonce « l'orgueil et l'obstination du pouvoir » sur ce sujet et déclare : « J'ai voté pour Emmanuel Macron mais je n'ai pas voté pour avoir l'effondrement du système social, l'abandon de l'hôpital public, la misère des agriculteurs, les services publics sans arrêt menacés, l'appel à la privatisation des retraites »[69],[134]. Le Gouvernement lui rappelle son devoir de réserve, et le 24 janvier 2020, la démet en Conseil des ministres de ses fonctions d'ambassadrice[135]. Elle crée l'association « Désirs de France, avenir de la planète » et envisage de se porter candidate à l'élection présidentielle de 2022 afin de proposer une « troisième voie » entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen[136]. Un sondage réalisé par l’IFOP en septembre de la même année la crédite de 5 % des voix en cas de candidature à l’élection présidentielle[137].

Défaite aux élections sénatoriales de 2021

En , Ségolène Royal se présente aux élections sénatoriales de suivant pour les Français établis hors de France[138] avec une liste « qui transcende les clivages droite-gauche »[139]. Elle est critiquée par des représentants des socialistes des Français de l’étranger[140] qui lui reprochent un parachutage. Elle précise qu’elle entend siéger en tant qu’apparentée au groupe socialiste du Sénat[139], puis reprend sa carte au Parti socialiste à l’été 2021[141]. Mais le PS lui reproche d'être trop à droite[142],[143].

Ségolène Royal se maintient en tant que dissidente, avec comme numéro deux Mehdi Benlahcen, socialiste et président du groupe solidarité et écologie à l'Assemblée des Français de l'étranger[144]. Lors du vote du , sa liste arrive en huitième position sur dix listes en présence, avec seulement 2,1 % des suffrages exprimés, ce qui ne lui permet pas d'être élue[145]. À l’annonce des résultats, elle critique « la stratégie de la division » du Parti socialiste[69]. Elle souhaite transformer son association Désirs de France en « un parti politique, basé autour de trois thématiques : protection du modèle social, crise démocratique et urgence écologiste »[143].

Élections nationales de 2022

Estimant que Jean-Luc Mélenchon, candidat de la France insoumise, « fait la meilleure campagne », elle lui apporte en son soutien, considérant qu'il s'agit du « vote utile à gauche ». Cette prise de position est critiquée par Anne Hidalgo, candidate du Parti socialiste, qui la considère comme « choquante »[146]. Au lendemain du premier tour, l'ancienne ministre critique les candidatures à gauche, notamment celles de Anne Hidalgo, Fabien Roussel et Yannick Jadot et les accuse d'être responsables de la défaite du candidat insoumis[147]. À la suite de la réélection d'Emmanuel Macron, elle se dit favorable à une « recomposition » de la gauche autour de Jean-Luc Mélenchon, en vue des élections législatives[148],[149]. Durant la campagne des législatives, elle s'indigne de la campagne de décrédibilisation dont font l'objet la gauche et Mélenchon, et souligne le fait que les mêmes qualificatifs attribués à l'extrême droite sont attribués à Mélenchon[150].

Le , elle apporte son soutien à la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (NUPES)[151]. Sur C8, à partir de septembre 2023, elle vient une fois par semaine sur le plateau de Cyril Hanouna pour décrypter un sujet de l’actualité politique[152].

Prises de position

Contre la violence à la télévision

En 1989, Ségolène Royal entame un mouvement contre la violence à la télévision française à destination des enfants, dont l'archétype serait l’animation japonaise, qu’elle qualifie de « nulle, médiocre et laide ». Sa critique vise aussi les programmes de télévision produits aux États-Unis et diffusés à heure de grande audience sans mention particulière de leur caractère violent ou pornographique.

De façon plus générale, elle critique le rôle néfaste de la télévision sur la santé somatique (dyslexie), psychique (cognition), sociale (illettrisme, relations), affective et civique des enfants. Elle dénonce, en France[153] et en Belgique[154] notamment, une course à l'audience de la télévision, dans le cadre de sa privatisation. À ce sujet, elle publie l’ouvrage Le Ras-le-bol des bébés zappeurs, dans lequel elle écrit : « Quand un enfant âgé de quatre à sept ans passe 820 heures par an à l'école, il en passe 1000 devant la télévision. Et il faudrait se soumettre à l'idée que la télévision n'a aucune influence ? Et il faudrait accepter qu'elle soit privatisée sans contraintes et sans règles, c'est-à-dire que certains s'enrichissent, sans exiger de contrepartie pour ceux qui la regardent ? »[155].

Ségolène Royal conserve en 2007 la même opinion sur la production japonaise[N 19],[156]. Longtemps accusée d'avoir « tué » le manga japonais en France[157], la présidente du conseil régional de Poitou-Charentes affirme s’être attaquée avant tout aux importants contrats signés par exemple entre TF1 et la société AB Productions[158], dans le cadre de son émission-phare le Club Dorothée, s'en prenant vigoureusement à ceux qu'elle appelait dans son ouvrage les « marchands d'images »[155].

Lors de l'épisode 71 de l'émission Pas de pitié pour les croissants, Ariane, co-animatrice de l'émission, jettera dans une poubelle le livre de Ségolène Royal[159],[160], ce que justifiera Dorothée elle-même en 1992[161].

Pour la démocratie participative

En 2004, Ségolène Royal met en place un système présenté comme de démocratie participative ainsi qu’un budget lycéen « participatif » dans la région Poitou-Charentes[162],[163].

Elle développe ces concepts et ajoute celui de jury citoyen dans l'ouvrage Maintenant : Ségolène Royal répond à Marie-Françoise Colombani : « Une réalité à laquelle je crois profondément : les gens sont de bons connaisseurs de ce qu'ils vivent, ils ont une vraie capacité d'expertise de leurs difficultés et des résultats des politiques publiques »[164].

Lors de l'élection présidentielle de 2007, elle organise, avec son association Désirs d'avenir, 5 000 débats « participatifs » afin d'ajouter des idées au programme du PS et pour rédiger son « pacte présidentiel »[165].

Dans Ce que je peux enfin vous dire (2018), critiquant la verticalité du pouvoir exercé selon elle par le président Emmanuel Macron, elle propose démocratie participative et co-construction[166].

Contre le communautarisme

Le 25 septembre 2006, invitée de l'« Assemblée des banlieues » à Bondy, Ségolène Royal déclare : « Il est temps que la France arrête de parler en ce qui concerne tous ses enfants et tous ses jeunes de Français de souche, comme s'il y en avait de branchages et de feuillages. […] Je veux que dans la France d'aujourd'hui, le métissage au lieu de fermer ses portes ouvre des portes. […] Les choses auront changé lorsque l'on ne verra même plus les différences, qu'on ne parlera même plus de la diversité des origines »[167].

Lors de la campagne pour l'élection présidentielle de 2007, le 26 janvier, Ségolène Royal lance un slogan qu'elle reprend par la suite à plusieurs reprises, notamment lors d'une rencontre avec le poète et homme politique français Aimé Césaire : elle promet d'être « la Présidente de la France métissée »[168] ; elle appelle à un « regard lucide sur l’histoire coloniale de la France », s'opposant à la loi de 2005 qui soulignait le rôle positif de la colonisation[169].

Dans un chapitre de Si la gauche veut des idées, coécrit en 2008 avec le sociologue français Alain Touraine, elle affirme : « Jusqu'à quand parlera-t-on de deuxième, troisième génération voire quatrième génération pour certains alors qu'on ne le fait jamais pour ceux dont les parents sont originaires d'Europe ? »[170]. « La France métissée qui nous fera tous avancer » est à nouveau mise en avant dans Lettre à tous les résignés et indignés qui veulent des solutions (2011)[171]. Elle affiche ce slogan volontariste dans le cadre de la lutte contre le Front national, des actes racistes mais aussi des communautarismes[172].

En 2020, dans Résilience française, Sauvons notre modèle social[173], elle s’inquiète de l'incapacité des gouvernants à comprendre que « le sentiment d'appartenance nationale doit sans cesse être réinventé » et de ce que « la question religieuse n'est toujours pas apaisée »[174]. Elle définit la laïcité comme « pas de communautarisme, aucune discrimination ». D'après elle, « la montée des communautarismes et l'entre-soi social sont des conséquences de ce repli sur soi et de l'effondrement de tout ce qui fonde le ciment national »[175].

Économie

Ségolène Royal a plusieurs fois exprimé sa volonté d'appliquer une politique économique keynésienne et a plusieurs fois critiqué la « logique boursière »[176]. Elle déclare adhérer à certaines idées de l'ancien Premier ministre britannique Tony Blair (réinvestissement dans les services publics, lutte contre le chômage des jeunes et prise en charge des jeunes diplômés), ce qui lui vaut l'étiquette de « blairiste »[177].

À la tête de la région Poitou-Charentes, elle s’affiche en opposante aux gestions libérales fondées sur l'austérité budgétaire[178],[179]. Elle met en avant sa politique d'investissement, et notamment sa prise de participation régionale au capital d'Heuliez[180], en appelant notamment à l'État[181] et aux grandes villes, souhaitant être encouragée par une production de masse des constructeurs automobiles français[182].

Écologie

Ségolène Royal, Bruno Léchevin et Marc Mortureux en 2016.

En 1992, invitée de L'Heure de vérité[183] comme ministre de l'Environnement, Ségolène Royal déclare que « l'environnement, c'est aussi un humanisme » et de préciser : « ce qui me préoccupe ce sont les inégalités devant l’environnement, c’est comme cela que j’ai choisi mes priorités ». Elle estime appartenir à la social-écologie.

En 2009, elle est hostile à la contribution climat-énergie alors que le bureau national du PS annonce son accord avec le principe d'une taxe carbone[184],[185]. Elle considère la taxe carbone comme « injuste » car taxant des Français qui n'ont accès ni aux transports en commun ni aux véhicules propres. Pour elle, la taxe carbone n'est pas une fiscalité écologique car elle ne permettrait pas « aux gens de changer de comportement »[186]. Critiquée par Les Verts, elle rappelle avoir émis des réserves sur la taxe carbone lors de sa campagne présidentielle de 2007[187].

En 2011, Ségolène Royal se prononce pour un arrêt de la construction du réacteur nucléaire de troisième génération EPR de Flamanville[188] et propose « un moratoire et la réouverture de l'enquête publique » sur la construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes[189]. En octobre 2014, alors que sa mise en place avait été repoussée à début 2015, Ségolène Royal met fin à l'écotaxe[190]. Elle revient également sur l'interdiction des feux de cheminée en Île-de-France[191]. Elle s’oppose en 2016 aux avis défavorable émis contre les répartiteurs de frais de chauffage[N 20].

En mai 2017, elle veut créer une entreprise dans le domaine de la croissance verte, ainsi qu'un groupe de réflexion sur les questions climatiques du nom de son dernier livre, Manifeste pour une justice climatique. Elle dit avoir déjà déposé les statuts pour la création d'une association[192]. Elle défend les technologies françaises dans le domaine de la croissance verte de haute technologie et dénonce en 2019, au Canada, les « lobbys de l’automobile et du pétrole »[193].

Dans le contexte du mouvement des Gilets jaunes, en 2018, elle appelle Emmanuel Macron à annuler la réforme de hausse des taxes sur les carburants[194].

Lors de l'occupation d'un centre commercial parisien par quelques centaines de militants en octobre 2019, Ségolène Royal qualifie l'association écologiste Extinction Rebellion de « groupe violent » et appelle à ce qu'il soit « réprimé très rapidement »[195].

En 2020, dans son ouvrage Résilience française : sauvons notre modèle social, elle est favorable à un « Pacte Vert » (ou Green New Deal), « projet le plus enthousiasmant pour rénover notre façon d'envisager l'avenir »[173],[196]. Elle soutient ainsi l’idée d’investissements massifs dans la croissance verte et digitale visant à créer de nouveaux emplois non délocalisables liés à l'écologie[197].

Féminisme

Pendant la campagne pour l’élection présidentielle de 2007, elle promet de défendre les femmes en priorité, déclarant : « la première loi qui sera déposée sur le bureau de l'Assemblée nationale si je suis élue sera une loi contre la violence faite aux femmes »[198]. Auparavant, elle avait critiqué la pornographie, la publicité et le port du string, affirmant en 2003 : « Aux yeux des garçons, le string réduit les jeunes filles à leur postérieur […] Après, on s'étonne que les adolescentes soient victimes d'attouchements ou de violences sexuelles »[199].

Mariage homosexuel

Le 25 mai 2013, Ségolène Royal affirme que si elle avait été présidente de la République, elle aurait donné la préférence à l'union civile, plutôt qu'au mariage homosexuel en France[200].

Cuba

Début décembre 2016, alors qu'elle représente le gouvernement français à l'enterrement de l'ancien chef d’État cubain Fidel Castro, elle élude la question de la censure et les accusations de violations des droits de l'homme portées à l'encontre de ce dernier[201]. À l’actif du régime castriste, elle voit « un pays insulaire qui protège son patrimoine, qui interdit les prédateurs, qui a réussi aussi à faire en sorte qu'il y ait une propreté, une sécurité vraiment remarquables, que l'on n'atteint pas dans beaucoup de pays qui donnent aujourd'hui des leçons de droits de l'homme »[202]. Une polémique est déclenchée en France à la suite de ces propos, notamment sur la question de l'existence à Cuba de prisonniers politiques et de liste de prisonniers politiques, qui selon elle n’existe pas à Cuba[203],[204],[205]. Ses déclarations suscitent notamment l'indignation de l'écrivain cubain Jacobo Machover, exilé en France, qui reproche à la ministre socialiste d'être « complètement aveugle ou fanatisée »[206].

Crimes de guerre russes en Ukraine

Le , Ségolène Royal exprime publiquement ses doutes sur l'existence de plusieurs crimes de guerre commis par la Russie au cours de la guerre russo-ukrainienne. Dénonçant « une propagande de guerre par la peur » émanant du président ukrainien Volodymyr Zelensky, elle remet en cause la véracité du massacre de Boutcha et du bombardement de la maternité de Marioupol. Ses propos provoquent l'indignation de plusieurs responsables politiques, notamment d’Olivier Faure, premier secrétaire du PS, ainsi que de Raphaël Glucksmann (mouvement Place publique) et de Nathalie Loiseau, députée européenne[207]. Le lendemain, le collectif Stand With Ukraine annonce un dépôt de plainte contre Ségolène Royal, à la suite de ses déclarations[208]. Le , l'ambassadeur d'Ukraine en France invite Ségolène Royal à venir sur place pour « tout voir de ses propres yeux »[209]. À la suite de ses propos controversés comparant le bombardement de l'hôpital pour enfants et maternité de Marioupol[210] avec l'Affaire des couveuses au Koweït et malgré ses excuses ultérieures[211], elle est écartée des ondes par Marc-Olivier Fogiel[212] étant considérée comme pro-russe, voire une icône à la suite de ses propos repris par la propagande pro-Kremlin[213],[214] et jugés complotistes[215], notamment par Conspiracy Watch[216].

Détail des mandats et fonctions

Au gouvernement

À l’Assemblée nationale

  •  : députée de la 2e circonscription des Deux-Sèvres
  •  : députée de la 2e circonscription des Deux-Sèvres
  •  : députée de la 2e circonscription des Deux-Sèvres

Au niveau local

  • 1983-1986 : conseillère municipale de Trouville-sur-Mer (Calvados)
  •  : conseillère municipale de Melle (Deux-Sèvres)
  •  : conseillère régionale de Poitou-Charentes (démissionne pour entrer dans le gouvernement Bérégovoy)
  •  : conseillère générale des Deux-Sèvres
  •  : conseillère municipale de Niort (Deux-Sèvres)
  •  : présidente du conseil régional de Poitou-Charentes (démissionne à la suite de son entrée dans le gouvernement Valls)

Autres fonctions

Synthèse des résultats électoraux

Élection présidentielle

Année Parti 1er tour 2d tour Issue
Voix % Rang Voix % Rang
2007[218] PS 9 500 112 25,87 2e 16 790 440 46,94 2e Battue

Primaires présidentielles

Année Parti 1er tour
Voix % Rang
2006[87] PS 108 807 60,65 1re
2011[87] 184 091 6,95 4e

Élection au premier secrétariat du PS

Année Congrès 1er tour 2d tour Issue
Voix % Rang Voix % Rang
[87] Reims 57 424 42,45 1re 67 349 49,96 2e Battue

Élections législatives

Année Parti Circonscription 1er tour 2d tour Issue
% Rang % Rang
1988[219] PS 2e des Deux-Sèvres 38,42 2e 50,57 1re Élue
1993[219] 42,40 1re 53,44
1997[219] 49,11 61,82
2002[219] 46,21 55,05
2012[219] 1re de la Charente-Maritime 32,03 37,02 2e Battue

Élections sénatoriales

Les résultats ci-dessous concernent uniquement les élections où elle est tête de liste.

Année Parti Circonscription Voix % Rang Sièges obtenus
2021[145] DVG Français établis hors de France 11 2,07 8e
0  /  6

Élections régionales

Les résultats ci-dessous concernent uniquement les élections où elle est tête de liste.

Année Liste Région 1er tour 2d tour Sièges obtenus
% Rang % Rang
2004[220] PS Poitou-Charentes 46,29 1re 55,10 1re
37  /  55
2010[221] 38,98 60,61
39  /  55

Élections cantonales

Année Parti Canton 1er tour 2d tour Issue
% Rang % Rang
1992[222] PS La Mothe-Saint-Héray 43,50 1re 51,04 1re Élue
1998[223] 43,73 2e 48,38 2e Battue

Élections municipales

Les résultats ci-dessous concernent uniquement les élections où elle est tête de liste.

Année Liste Commune 1er tour 2d tour Sièges obtenus
% Rang % Rang
1995[224] PS Niort 32,29 1re 32,09 3e
7  /  45

Décorations

Généalogie

Bibliographie

Ouvrages de Ségolène Royal

  • Le Printemps des grands-parents : la nouvelle alliance des âges, Cogite-R. Laffont, Paris, 1987 (ISBN 2-221-05314-1) ; (France Loisirs, 1988) (ISBN 2-7242-3948-2) ; (Presses pocket, 1989) (ISBN 2-266-02730-1). (Broché) (ISBN 978-2221053140)
  • Le Ras-le-bol des bébés zappeurs, R. Laffont, Paris, 1989 (ISBN 2-221-05826-7) (ISBN 978-2221058268). Note : La couverture porte en plus : « Télé-massacre, l'overdose ? »
    Sujet(s) : Télévision et enfants, Violence télévision. Au-delà de la dénonciation du système, cet ouvrage est un appel aux gestionnaires de chaînes de télévision pour que ce moyen de communication social soit mieux utilisé.
  • Pays, paysans, paysages, R. Laffont, Paris, 1993 (ISBN 2-221-07046-1). (Broché) (ISBN 978-2221070468)
    Sujet(s) : Environnement Protection, Politique de l'environnement, Développement rural. Les efforts faits en France par la ministre Ségolène Royal dans la lutte pour la protection de l'environnement.
  • France. Assemblée nationale (1958-…), Commission des affaires étrangères, Rapport d'information sur les suites de la Conférence de Rio (Assemblée nationale, 1994) présenté par M. Roland Nungesser et Mme Ségolène Royal (ISBN 2-11-087788-X).
  • La Vérité d'une femme, Stock, Paris, 1996 (ISBN 2-234-04648-3). (ISBN 978-2234046481)
    Une étude sur des problèmes sociaux contemporains et sur des solutions à apporter selon l'auteure; exemples : le désordre politique et une morale de l'action ; le désordre du chômage et la valorisation du travail ; le désordre de l'environnement et les métiers pour protéger la vie, etc.
  • Désirs d'avenir, Flammarion, Paris, 2006 (ISBN 978-2080688057).
    Ségolène Royal revient sur sa carrière politique, ses sept années de chargée de mission à l'Élysée pendant la présidence de François Mitterrand. Elle propose une réflexion sur le pouvoir politique et son exercice.
  • Parler du patrimoine roman : enjeux, démarches et mises en œuvre : actes de la première université d'automne des professionnels de la médiation du patrimoine, abbaye royale de Saint-Jean d'Angely, 17-19 octobre 2005 / [organisée par la Région Poitou-Charentes et le Centre de culture européenne] ; sous la direction de Ségolène Royal, L'Harmattan, Paris, 2006 (ISBN 978-2296015838)
  • Maintenant, Hachettes littératures, Paris, 2007 (sous la dir. de Marie-Françoise Colombani), Hachette Littérature et Flammarion (ISBN 978-2012372467).
    Dans ce livre d'entretien avec Marie-Françoise Colombani — le titre est une référence au Ici et maintenant de François Mitterrand sorti sur fond de campagne présidentielle victorieuse en 1981 —, Ségolène Royal détaille son projet « pour changer la France » et se livre à quelques confidences sur sa vie de couple et de mère. Elle y développe notamment les concepts de « démocratie participative » et d'« ordre juste » qui sont au cœur de sa campagne.
  • Les Droits de l'Enfant, Dalloz, Paris, 2007 (ISBN 978-2247072590).
    Ouvrage de vulgarisation juridique sur l'enfance et ses droits.
  • Ma plus belle histoire, c'est vous, B. Grasset, Paris, 2007 (ISBN 978-2246736110).
    Elle revient sur sa campagne présidentielle, sa défaite, et elle annonce notamment avoir proposé un poste de Premier ministre à François Bayrou au cas où elle serait élue.
  • Si la gauche veut des idées, B. Grasset, Paris, 2008. Avec Alain Touraine (ISBN 978-2246744917).
  • Femme debout, Denoël, Paris, 2009. Entretiens avec Françoise Degois, alors journaliste à France Inter (ISBN 978-2207260982).
  • Lettre à tous les résignés et aux indignés qui veulent des solutions, Plon, Paris, 2011 (ISBN 978-2259210553).
  • Cette belle idée du courage[227], B. Grasset, Paris, 2013, (ISBN 978-2246804598).
  • Manifeste pour la justice climatique, Plon, 2017, (ISBN 978-2259259422).
  • Ce que je peux enfin vous dire, Fayard, 2018, (ISBN 978-2213706023).
  • Résilience française : sauvons notre modèle social, L'Observatoire, 2020.
  • Refusez la cruauté du monde ! Le temps d’aimer est venu, éditions du Rocher, 2023.

Ouvrages sur Ségolène Royal

  • Cécile Amar et Didier Hassoux, Ségolène et François, Paris, Prive, (ISBN 2350760022).
  • Daniel Bernard, Madame Royal, Paris, Jacob-Duvernet, (ISBN 2847240918).
  • Marie Malouines et Carl Meeus, La madone et le culbuto, ou, L'inlassable ambition de Ségolène Royal et François Hollande, Paris, Fayard, (ISBN 9782213623542)
  • Cassandre, La prétendante : Le livre qui la révèle, Paris, P. Rey, (ISBN 2848760745)
    Sujet : critique de Ségolène Royal par un(e) proche écrivant sous un pseudo. Il révèle que Ségolène Royal aurait plagié en 1996 les 10 commandements de Bernard Poignant, proche de Lionel Jospin[6] [7] [8].
  • Philippe Alexandre, Les éléphants malades de la peste, Paris, Albin Michel, (ISBN 9782226172693)
  • Maurice Séveno, Ségolène à la plage, Paris, Méditions Coprah, (ISBN 9782912187178)
  • Marie-Monique Robin, L'école du soupçon : les dérives de la lutte contre la pédophilie, Paris, La Découverte, (ISBN 9782707146755)
  • François Moulin, Ségolène Royal, un destin français, Strasbourg, La Nuée bleue, (ISBN 9782716502450)
  • Evelyne Pathouot, Ségolène Royal, ombre & lumière : témoignage, Paris, Michalon, (ISBN 2841863948)
  • Éric Besson, Qui connaît madame Royal? : entretien avec Claude Askolovitch, Paris, Grasset, (ISBN 2246726514)
  • Raphaëlle Bacqué et Ariane Chemin, La Femme fatale, Paris, Éditions Albin Michel, (ISBN 9782226179296)
  • Guillaume Bachelay, Désert d’avenir : le Parti socialiste 1983-2007, L'Encyclopédie du socialisme, 2007
  • Jacques Mazeau, Merci Madame Royal, Éditions Hors commerce
  • Marie-Noëlle Lienemann, Au revoir Royal, Librairie académique Perrin
  • Lionel Jospin, L'Impasse, Éditions Flammarion, 2007
  • Claude Fouchier, Ségolène, l'électron libre, chroniques picto-charentaises, comment elle gouverne la région Poitou-Charentes, [Éditions Anne Carrière], 2006
  • Patrick Menucci, Ma candidate, récit du directeur adjoint de campagne présidentielle de Ségolène Royal, [Éditions Albin Michel], 2007
  • François Rebsamen, De François à Ségolène, entretien avec Philippe Alexandre, récit du codirecteur de campagne présidentielle de Ségolène Royal, [Édition Fayard], 2007
  • Aymeric Mantoux et Benoist Simmat, Ségolène Royal : la dame aux deux visages, Paris, L'Archipel, (ISBN 9782841878666)
  • Christine Courcol et Thierry Masure, Ségolène Royal : les coulisses d'une défaite, Paris, Archipel, (ISBN 9782841879588)
  • Jean-François Macaire et Ségolène Royal (postface), En route pour le vrai changement : Elle la fait en région, Albi, un Autre reg'art, (ISBN 978-2-916534-88-6 et 2-916534-88-1)
  • E. R. Éleuthère, De quoi Ségolène Royal est-elle le nom ? : introduction au ségolénisme, Cergy, ILV éd, (ISBN 9782352094562)
  • Evelyne Pathouot, Au-dessus des lois : mes douze années de procédure contre Ségolène Royal, Paris, Éditions Michalon, (ISBN 9782841865567)
  • Anna Cabana et Anne Rosencher, Entre deux feux, Grasset, 2012 (ISBN 978-224-680287-7)
  • Sylvain Courage, L'ex, Paris, Éditions du Moment, (ISBN 9782354171629)
  • Robert Belleret, Ségolène Royal L'Espérance empêchée in Portraits sur le vif, Amazon éditeur, avril 2014
  • Patrick Guilloton, La princesse Royal, éditions du Cherche Midi, 2016.
  • Wicem Gindrey (Marianne-Ségolène Gindrey) L'écologie c'est le social, édition Lulu.com , 2015

Documentaires

  • Gérard Miller et Anaïs Feuillette, Ségolène Royal, la femme qui n'était pas un homme, Deux cafés l'addition - Morgane Production, diffusé le sur France 3.
  • Katsuhiro Harada, Ségolène Royal : la femme qui n'était pas Devil, Les douces pommes de Breizh - Françoise Production, diffusé le 02 avril 2017 sur France Culture.

Fictions

Notes et références

Notes

  1. Sous Pierre Bérégovoy, elle est seulement ministre de l'Environnement. Sous Manuel Valls, l'intitulé du ministère est « Ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie » jusqu'au remaniement du 11 février 2016, date à laquelle s'ajoutent à ses attributions les négociations internationales sur le climat et notamment le suivi de l'accord issu de la COP21.
  2. Attribution aux Personnes handicapées ajoutée en 2001.
  3. Sur une base militaire où son père était affecté.
  4. Ouakam est une des communes d'arrondissement de la ville de Dakar.
  5. Prononciation en français de France retranscrite phonémiquement selon la norme API. Voir aussi Wikipédia:API pour le tableau API complet en français.
  6. Son second prénom est son prénom usuel.
  7. Florian Royal (18911975) : polytechnicien (promotion 1912), officier de la Légion d'honneur.
  8. Ségolène Royal dira de celui-ci : « Mon père m'a toujours fait sentir que nous étions, mes sœurs et moi, des êtres inférieurs ». Cf. « Ségo, Sarko : qui choisir ? ».
  9. Article 97 du décret no 91-1197 du 27 novembre 1991.
  10. Création d'une direction de l'eau au sein du ministère, lancement des schémas directeurs d'aménagement et de gestion des eaux (SDAGE), augmentation du budget des agences de l'eau et réforme de la police des eaux (coordination interministérielle de la gestion de l'eau).
  11. Loi de juin 1998 relative à la prévention et à la répression des infractions sexuelles ainsi qu'à la protection des mineurs. Elle fait voter également la loi de juin 1998 contre le bizutage et soutient des campagnes de sensibilisation contre le racket.
  12. L’une porte sur « la prévention des violences faites aux femmes » et l'autre sur « la lutte contre l’utilisation marchande et dégradante du corps humain dans la publicité ».
  13. Ceux-ci se voient garantir plus de 90 % de leur salaire net antérieur pour une durée maximale de 18 mois (à la condition qu'ils s'engagent dans une formation professionnelle qualifiante).
  14. Ségolène Royal refuse le terme d'« augmentation d'impôts » car le vote intervenait en 2012, à quelques semaines du vote du budget, et il ne pouvait s'agir d'impôts sur 2013. Pourtant, la mesure, dont l'effet était au 1er novembre 2012, court encore plusieurs années après. Cf. « Conseil régional: Royal interdit d'augmenter les impôts et de taxer l'essence », sur charentelibre.fr (consulté le ).
  15. Il possède notamment des toitures végétalisées qui renforcent son isolation, un système de récupération des eaux pluviales, une cuve pour stocker la chaleur, l'énergie solaire fournie par des panneaux photovoltaïques, l'utilisation du bois, des éclairages et équipements à faible consommation.
  16. Selon Ségolène Royal, cette hausse des frais de personnels s'explique en partie par le fait que, pendant la période 2006-2008, le personnel de l'État travaillant dans les lycées sont devenus des agents régionaux. Cf. « Comment Ségolène Royal gère les finances de Poitou-Charentes », Le Point, 20 janvier 2010.
  17. Le vice-président de la commission des Finances, le socialiste Florent Boudié, note « une gestion absolument pas maîtrisée », « une sous-budgétisation », « des dépenses qui ne sont pas inscrites au budget en fonction de la réalité des besoins ». Cf. Poitou-Charentes : un audit pointe la situation "alarmante" de l'ex-région, lepoint.fr, 7 avril 2016.
  18. Elle indique que les lobbys des pesticides « ont infiltré les commissions européennes d'experts », certains parmi eux étant selon elle « payés par les firmes » impliquées sur le sujet.
  19. Mizuho Fukushima, dirigeante du Parti social-démocrate japonais, qu'elle a rencontrée le , a expliqué que Ségolène Royal l'avait interrogée sur la condition des femmes au Japon et avait considéré que le problème pourrait venir de l'impact des mangas et des dessins animés japonais « dans lesquels des femmes sont torturées » et note que même au sein du gouvernement japonais, certains craignaient un refroidissement des relations franco-japonaises en cas d'élection de Ségolène Royal à l'élection présidentielle de 2007.
  20. Elle déclare : « L’individualisation des frais de chauffage se fera. Il est inacceptable que les gens n’aient pas le droit de connaître ce qu’ils consomment. Maîtriser sa consommation d’énergie est un élément majeur de la citoyenneté énergétique et de la baisse de la consommation d’énergie ». Cf. Laetitia Van Eeckhout, « Chauffage collectif : la facture individuelle va s’imposer », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le ).

Références

  1. a b et c La jeunesse cachée de Ségolène Royal, L'Express, 2 novembre 2006.
  2. a et b « Fichier des personnes decedees ».
  3. Jacques Royal, chevalier de la Légion d'honneur, a aussi été adjoint au maire de Chamagne (Vosges).
  4. Gérard Royal : lieutenant-colonel à la DGSE ; il a été un protagoniste de l'affaire du Rainbow Warrior, cf. « Royal, son frère et le Rainbow Warrior », L'Express, 2 octobre 2006.
  5. « Le général Benoit Royal s’engage pour François Fillon », sur lopinion.fr/blog/secret-defense, (consulté le ).
  6. « Livre : L’éthique du soldat français, 2e édition »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur defense.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Une cousine de Ségolène Royal candidate FN s'enchaîne à un pied de vigne », sur liberation.fr, .
  8. « Ségolène Royal sur les traces de son enfance en Martinique »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Challenges, 26 janvier 2007.
  9. a et b « Ségolène Royal, la fille du lieutenant-colonel », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. « Adieu notre bac », Paris Match, semaine du 8 au 14 février 2018, pages 26-27.
  11. (en) « When Ségolène came to stay », sur independent.co.uk, (consulté le ).
  12. « Sciences Po Stories - L'histoire de Sciences Po : la frise, les récits, les portraits et la carte », sur Sciences Po stories (consulté le ).
  13. a et b « Ségolène Royal : portrait de Ségolène Royal », sur letudiant.fr (web.archive.org), (consulté le ).
  14. « Le roman de la promotion Voltaire », La lettre du libraire, 12 mars 2013.
  15. « Mme Ségolène Royal », sur assemblee-nationale.fr (consulté le ).
  16. « Biographie de Ségolène Royal », sur franceculture.fr.
  17. « La biographie de Ségolène Royal », sur gala.fr.
  18. « TPMP :J'ai pu tout dire » Accès libre, sur ladepeche.fr, (consulté le ).
  19. https://www.nouvelobs.com/rue89/rue89-francois-hollande/20111016.RUE5006/douze-trucs-a-savoir-sur-la-jeunesse-de-francois-hollande.html
  20. Émilie Cabot, « Les confidences de Ségolène Royal et sa fille », lejdd.fr, 21 mars 2012.
  21. « Ségolène Royal annonce sa séparation d'avec François Hollande », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  22. a et b Aubry - Royal : la guerre des roses, émission Duels, diffusée sur France 5 le 10 mars 2016, 13’02.
  23. Elodie Sentenac, « Trouville : premiers pas en politique », L'Express,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  24. Maurice Séveno, Ségolène à la plage, éditions Méditions Coprah, 2006.
  25. « Quand Ségolène Royal dînait chez Marinette à Trouville », Les Échos,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  26. Aubry - Royal : la guerre des roses, émission Duels, diffusée sur France 5 le 10 mars 2016, 15’40.
  27. Ariane Chemin, « Ségolène Royal : du bon usage de Mitterrand », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  28. « Ségolène Royal "Vous ne pouvez pas faire quelque chose pour moi" » [vidéo], sur ina.fr, (consulté le ).
  29. MARC DURIN-VALOIS, « Ségolène Royal de A à Z », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  30. GERBAUD Dominique, « Ségolène Royal a choisi Melle, et Melle l'a adoptée », La Croix,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  31. Le décret de nomination au Gouvernement.
  32. Aubry - Royal : la guerre des roses, émission Duels, diffusée sur France 5 le 10 mars 2016, 8’25.
  33. Émission spéciale sur Ségolène Royal sur M6, le 20 novembre 2006.
  34. Ségolène Royal, Ce que je peux enfin vous dire, Fayard, 2018, (ISBN 978-2213706023).
  35. Voir le décret relatif à ses attributions.
  36. Décret relatif à ses attributions
  37. Alain Duhamel, La Marche consulaire de France, Plon, 2009.
  38. Soc. , pourvois08-42161 et 08-42162.
  39. « Royal condamnée définitivement à indemniser deux ex-collaboratrices », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  40. « Ségolène Royal, députée discrète » par Vincent Nouzille, L'Express du 28 septembre 2006.
  41. « Royal: «Je n'ai pas l'intention de me représenter à la députation» », sur liberation.fr, (consulté le ).
  42. « Batho-Royal, un passif lourd », sur Le Journal du dimanche, (consulté le ).
  43. Yves Revert, « Ségolène et le psychodrame rochelais : un air de déjà vu », sur lanouvellerepublique.fr, (consulté le ).
  44. Élections régionales de 2004 - résultats en Poitou-Charentes sur le site du ministère de l'Intérieur.
  45. « Poitou-Charentes : Royal table sur une large victoire en attendant d'autres batailles »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Nouvelobs interactif, 22 février 2010.
  46. « Présentation de la liste Poitou-Charentes, une énergie d’avance : l’écologie, les emplois, la justice sociale' par Ségolène Royal (15/02/10) »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur segorama.fr (consulté le ).
  47. « Le cas Ségolène Royal divise le PS - Après ses « excuses » à Zapatero, Ségolène Royal, et ses sorties aussi personnelles que fracassantes contre Nicolas Sarkozy, divise plus que jamais le Parti socialiste »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur francesoir.fr (consulté le ).
  48. « La balade de Poitiers - Si sa réélection semble acquise, le score de Ségolène Royal sera comparé à celui de 2004, alors qu’elle affronte Europe Écologie à gauche, et Dominique Bussereau à droite. »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur liberation.fr (consulté le ).
  49. Élections régionales de 2010 - résultats en Poitou-Charentes sur le site du ministère de l'Intérieur.
  50. Michel Revol, « Ségolène Royal, la "princesse" du Poitou-Charentes », sur Le Point, (consulté le ).
  51. Nathalie Segaunes, « L'ex-candidate cherche comment rebondir », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  52. « Ségolène Royal élue à la tête de l'Association des régions francophones », sur rtl.be, (consulté le ).
  53. « Conseil régional: Royal augmente la carte grise de 32% », sur charentelibre.fr, (consulté le ).
  54. « +32% sur la carte grise: "C'est mieux que d'être matraqué sur l'essence" selon Royal », sur charentelibre.fr, (consulté le ).
  55. Antoine Strobel-Dahan, « Ségolène Royal veut rendre la contraception plus accessible aux mineures », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  56. « Plan photovoltaïque en région Poitou-Charentes, un pas vers la révolution écologique ? Première expérience en Europe, à suivre... », sur mediapart.fr (consulté le ).
  57. « Ségolène Royal dénonce une nouvelle fois la taxe carbone », sur liberation.fr, (consulté le ).
  58. « Éco-construction - Poitou-Charentes : inauguration du Lycée Kyoto à Poitiers », sur ubacto.com, (consulté le ).
  59. a et b « Mia : l'échec cuisant de Ségolène Royal », sur Le Point, (consulté le ).
  60. « Les patrons de régions classés selon la qualité de leur gestion », sur LExpansion.com, (consulté le ).
  61. Marc de Boni, « Poitou-Charentes : Rousset pointe la «dérive» financière de l'ancien fief de Royal », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  62. a b c et d Mathilde Siraud, « Mise en cause dans sa gestion de la région Poitou-Charentes, Royal se dit «scandalisée» », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  63. « Grande Aquitaine : L'audit financier confirme la mauvaise gestion de l'ex région Poitou Charentes »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Le Journal des Entreprises (consulté le ).
  64. « Répertoire d’archives détaillé : Cabinet de Ségolène Royal, ministre… », sur archives.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  65. Sondage CSA paru dans Le Parisien dimanche du  ; sondage TNS Sofres-Unilog publié dans Le Figaro du .
  66. Sondage TNS Sofres-Unilog publié dans Le Figaro du  ; sondage Ipsos paru dans Le Point du .
  67. « Présidentielle : Ségolène Royal candidate officielle du PS », sur ina.fr, (consulté le ).
  68. Ségolène Royal présente son pacte présidentiel le 11 février 2007.
  69. a b c et d Ella Micheletti, « Nouvelle défaite de Ségolène Royal aux sénatoriales : retour sur 15 ans d'échecs », sur marianne.net, (consulté le ).
  70. Synthèse de toutes les réactions politiques dans L'Obs le 25 mars 2007 [1]
  71. "Marseillaise et drapeau tricolore : réaction à l'extrême gauche" Edition nationale du journal de France Télévision le 26 mars 2007 [2]
  72. « Drapeau français : quand Royal fâchait son camp », sur Le Point, (consulté le ).
  73. Sophie Huet, « Les gaffes de la candidate font les délices de l'UMP », Le Figaro, 29 janvier 2007.
  74. « L'éloge de la justice chinoise par Royal fait des vagues », sur Figaro, (consulté le ).
  75. « Ségolène Royal conquiert la “bravitude” », sur le site de TF1-LCI, 6 janvier 2007[réf. obsolète].
  76. « Femmes battues : quand Royal s'emmêle dans les lois », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  77. « TOP 5 des bourdes de Ségolène Royal », sur marieclaire.fr (consulté le ).
  78. « Infographie : Les intentions de vote au premier tour, sondage TNS-Sofres Unilog les 8 et 9 novembre 2006 », Le Monde, 13 novembre 2011.
  79. « Un sondage confirme la position de “troisième homme” de François Bayrou », Le Monde, 5 mars 2007.
  80. « François Bayrou à égalité avec Ségolène Royal, selon un sondage IFOP », Le Monde, 10 mars 2007.
  81. a et b Résultats officiels de l'élection présidentielle de 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur.
  82. « Le rapprochement avec Bayrou, Ségolène Royal y avait déjà pensé en 2007 », sur RTL.fr, (consulté le ).
  83. Carl Meeus, « Les rencontres secrètes de François Bayrou », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  84. « Ségolène Royal avait pris date le 6 mai 2007 », Sud Ouest, 1er décembre 2010.
  85. « Ségolène Royal engage la bataille du congrès du Parti socialiste », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  86. Matthieu Écoiffier et David Revault d'Allonnes, « Royal n'a plus la tête à prendre le PS », sur Libération, (consulté le ).
  87. a b c et d Laurent de Boissieu, « Chronologie du Parti socialiste (PS) », sur france-politique.fr (consulté le ).
  88. « Duel serré entre Aubry et Royal pour la direction du PS », Le Figaro, 21 novembre 2008.
  89. « Aubry s'impose avec 50,02 %, Royal exige un nouveau vote », Le Figaro, 22 novembre 2008.
  90. « Au PS la guerre des dames ne fait que commencer », L'Internaute, 26 novembre 2008[réf. obsolète].
  91. Nos comptes sont transparents, Le Parisien, 4 février 2009.
  92. « Le trésor de guerre de Ségolène », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  93. L'Appel républicain de Marianne dans Marianne no 565 du 16 février 2008..[réf. obsolète]
  94. Rosalie Lucas, Marion Mourgue, Martine Aubry : les secrets d'une ambition, Éditions Archipel, 2011, p. 148.
  95. « PS : Royal assure Aubryde son «soutien complet» », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  96. « Ségolène Royal, candidate aux primaires du PS », sur parismatch.com, (consulté le ).
  97. « Royal ignore les sondages et poursuit sa campagne », Le Figaro, 9 février 2011.
  98. « Ségolène Royal se fait discrète », France-Soir, 23 février 2011.
  99. « La chute de la maison Royal », Le Journal du dimanche, 26 février 2011.
  100. « La candidate à l'investiture PS pour 2012 s'est dite prête à un rassemblement de l'extrême gauche à la droite gaulliste », sur Franceinfo, (consulté le ).
  101. « Ségolène Royal annonce son soutien à François Hollande », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  102. Le Figaro, no 21 001 lundi 8 décembre 2011.
  103. « PS : Royal reste en place, Dussopt et Assouline promus », sur lejdd.fr, (consulté le ).
  104. « Valérie Trierweiler et Ségolène Royal, les nerfs à vif », L'Express, 12 juin 2012.
  105. « La Rochelle : Victoire écrasante d'Olivier Falorni contre Ségolène Royal», Sud Ouest, 17 juin 2012.
  106. « Pour Ségolène Royal, la BPI n'est pas un lot de consolation », sur France24, .
  107. « Ségolène Royal sera vice-présidente et porte-parole de BPI », Les Échos,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  108. Le Figaro, « La nomination de Royal à la BPI divise droite et gauche », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  109. Loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte, publiée au journal officiel le 18 août 2015.
  110. Géraldine Woessner, Électricité : enquête sur une débâcle, lepoint.fr, 26 octobre 2022
  111. David Garcia, « Les barrages hydroélectriques dans le viseur de Bruxelles », sur Le Monde diplomatique, .
  112. « Royal contre Nutella : la polémique en quatre rounds », sur Francetvinfo.fr, Franceinfo, (consulté le ).
  113. « Nutella : Ségolène Royal s'excuse pour la polémique sur l'huile de palme », sur BFMTV (consulté le ).
  114. Judith Waintraub, « Le vrai pouvoir des lobbys », Le Figaro Magazine, semaine du 16 novembre 2018, p. 46-54.
  115. « Des portiques de sécurité dans les gares pour les trains Thalys », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  116. « Ségolène Royal veut 1 000 km de routes couvertes de panneaux solaires d’ici à cinq ans », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  117. Julien Bonnet, « La route solaire, ou l’échec d'une expérience coûteuse », sur bfmtv.com, (consulté le ).
  118. « Ségolène Royal échoue à prendre la tête du Programme des Nations unies pour le développement », France Info,‎ (lire en ligne).
  119. « INFO RTL - Ségolène Royal soutient discrètement Emmanuel Macron », sur RTL.fr (consulté le ).
  120. « Royal tacle (encore) Valls : est-elle un agent secret de Macron ? », sur Nouvelobs.com, L'Obs, (consulté le ).
  121. Yohan Blavignat, « Royal en veut à Macron de ne l'avoir prévenue qu'«au dernier moment» », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  122. « Ségolène Royal a voté pour une candidate LREM aux législatives, pas pour son ex-protégée Delphine Batho », sur lelab.europe1.fr (consulté le ).
  123. Royal nommée ambassadrice pour les pôles, Le Figaro, 28 juillet 2017.
  124. « Ségolène Royal devient ambassadrice pour les pôles arctique et antarctique », sur bfmtv.com, (consulté le ).
  125. Le Parisien.
  126. « "Devenir députée européenne n'est pas du tout dans mes plans", assure Ségolène Royal »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Orange Actualités, (consulté le ).
  127. a et b Le Monde avec AFP, « Ségolène Royal n’exclut pas d’être à nouveau candidate à l’élection présidentielle », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  128. « Européennes : Ségolène Royal prendra-t-elle la tête de liste du PS? », sur Le Journal du dimanche (consulté le ).
  129. « Elections européennes : Yannick Jadot rejette la demande d’alliance de Ségolène Royal », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  130. « Européennes : Ségolène Royal jette l'éponge », sur Lci.fr, (consulté le ).
  131. « Ambassadrice des pôles, Ségolène Royal ne s'est jamais rendue à une réunion du Conseil de l'Arctique », sur bfmtv.com, (consulté le ).
  132. Sylvain Tronchet, Cellule investigation de Radio France, « Une enquête ouverte sur les activités de Ségolène Royal comme ambassadrice des pôles », sur franceinter.fr, (consulté le ).
  133. « Classement sans suite de l’enquête visant Ségolène Royal pour ses frais en tant qu’ambassadrice des pôles », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  134. « Réforme des retraites : Ségolène Royal dénonce « l’ego machiste » de l’exécutif », 20 minutes,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  135. « Emmanuel Macron débranche Ségolène Royal », sur lepoint.fr, (consulté le ).
  136. « Présidentielle 2022 : Ségolène Royal crée une association politique », sur RTL.fr (consulté le ).
  137. https://www.ifop.com/wp-content/uploads/2020/10/117621-Rapport-T1s.pdf
  138. « Ségolène Royal candidate aux sénatoriales », sur bfmtv.com, (consulté le ).
  139. a et b « Sénatoriales : Ségolène Royal tête d'une "liste citoyenne" pour les Français de l'étranger », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  140. « Ségolène Royal divise la gauche et amuse la droite », sur lesfrancais.press, (consulté le ).
  141. « Royal revient au PS », sur lepoint.fr, (consulté le ).
  142. Pierre Lepelletier, « Sénatoriales 2021 : Ségolène Royal maintient sa candidature malgré le refus du PS de la soutenir », sur lefigaro.fr, 6 septembre 2021 (consulté le 7 septembre 2021).
  143. a et b Nicolas Berrod, « Sénatoriales des Français de l’étranger : sévèrement battue, Ségolène Royal accuse le PS d’avoir «joué la division» », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  144. « Arrêté du 13 septembre 2021 établissant l'état des listes de candidats pour les élections sénatoriales du 26 septembre 2021 », sur legifrance.gouv.fr (consulté le ).
  145. a et b Guillaume Jacquot, « Sénatoriales des Français de l’étranger : LR perd un siège, défaite cuisante de Ségolène Royal », sur publicsenat.fr, (consulté le ).
  146. Xavier Demagny, « "Le vote utile à gauche c’est le vote Mélenchon", estime Ségolène Royal », sur franceinter.fr, (consulté le ).
  147. « Pour Ségolène Royal, aujourd'hui, "la gauche ce n'est plus le Parti socialiste" », sur BFMTV (consulté le ).
  148. « Législatives: Royal se dit favorable à une "recomposition" politique autour de Mélenchon », sur BFMTV (consulté le ).
  149. « Élections législatives : Ségolène Royal souhaite une "recomposition" politique autour de Jean-Luc Mélenchon », sur ladepeche.fr (consulté le ).
  150. « Le 20h de Darius Rochebin du 15 mai 2022 », sur TF1 INFO, (consulté le ).
  151. « Législatives : Ségolène Royal appelle à voter pour la Nupes », sur ladepeche.fr, (consulté le ).
  152. Kevin Boucher, « Ségolène Royal rejoint « Touche pas à mon poste » sur C8 », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  153. Ina Politique, « Plateau Ségolène Royal », sur youtube.com, (consulté le ).
  154. Betamax Belgique et RTBF1, « RTBF1 | 18 Décembre 1989 | Ecran Témoin "La Télévision et la Violence" », sur youtube.com, (consulté le ).
  155. a et b Ségolène Royal, Le Ras-le-bol des bébés zappeurs, Robert Laffont, 1989, (ISBN 2221058267).
  156. « Rencontrant à Paris Mme Mizuho Fukushima, la présidente du Parti social-démocrate japonais, la candidate socialiste s’est inquiétée de la condition des femmes japonaises », Courrier international,  : « Le problème pourrait venir de l’impact des mangas. ».
  157. Constance Vilanova, « Sur YouTube : non, Ségolène Royal n’a pas provoqué la mort du manga sur le petit écran », sur telerama.fr, (consulté le ).
  158. Arkeo Toys, « Ségolène Royal VS Les Mangas : UN SCANDALE !? », sur youtube.com, (consulté le ).
  159. benjiraton, « Ségolène Royal aux ordures ! par Dorothée », sur youtube.com, (consulté le ).
  160. Génération Club Do, « Pas de pitié pour les croissants - Épisode 71 - Croissants en fleurs », sur youtube.com, (consulté le ).
  161. Ina, « Dorothée à propos des programmes de son émission », sur ina.fr, (consulté le ).
  162. [3]
  163. [4]
  164. Ségolène Royal, Marie-France Colombani, Maintenant. Ségolène Royal répond à Marie-Françoise Colombani, Paris, Hachette Littératures, , 331 p. (ISBN 978-2-01-237246-7), p. 54, 88-90, 175-178
  165. [5]
  166. Ségolène Royal, Ce que je peux enfin vous dire, Paris, Fayard, , 294 p. (ISBN 978-2-213-70602-3), p. 218-227 et 277-278
  167. Dailymotion[le lien externe a été retiré], Ségolène Royal et L'équipe FatCat, « Segolene - Pacte de Bondy », sur dailymotion.com, (consulté le ).
  168. « Royal pour une "France métissée" », sur LExpress.fr, (consulté le ).
  169. France 2 et Ina Politique, « Ségolène Royal aux Antilles », sur youtube.com, (consulté le ).
  170. Ségolène Royal et Alain Touraine, Si la gauche veut des idées, Paris, Grasset, , 323 p. (ISBN 978 2 246 74491 7), p. 128
  171. Ségolène Royal, Lettre à tous les résignés et indignés qui veulent des solutions, Paris, Plon, , 160 p. (ISBN 978-2-259-21055-3), p. 69
  172. Ségolène Royal, La vérité d'une femme, Paris, Stock, , 308 p. (ISBN 2-234-04648-3), p. 171-172 et 151 :

    « L'auteur de souligner la progression du racisme : "En France même, le rapport de la Commission des droits de l'homme rendu public en mars 1996 s'inquiète de la "banalisation des actes xénophobes", qui traduit un sentiment relatif d'impunité chez ceux qui "cassent du bougnoule" du Noir […]." Et en même temps la crainte d'une montée des communautarismes : "La politique doit être capable de proposer une communauté de destins, une humanité universelle qui s'oppose au rejet des autres. Un projet de solidarité qui s'oppose au repli sur le communautarisme, donc aux conflits de proximité". »

  173. a et b Ségolène Royal, Résilience française. Sauvons notre modèle social, Paris, Editions de l'Observatoire, , 254 p. (ISBN 979-10-329-0851-8)
  174. Idem, p. 210.
  175. Ibid. p. 65.
  176. article de L'express, 27 avril 2007.
  177. Isabelle Mandraud, « Ségolène Royal vante le blairisme et prend le PS de court », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  178. « L'Heure de vérité : Ségolène Royal : Décembre 1994, Ségolène Royal, députée PS, ancienne ministre de l'Environnement est l'invitée de L'heure de vérité. Alain Duhamel l'interroge sur la candidature alors envisagée de Jacques Delors à l'élection présidentielle de mai 1995. Jean-Marie Colombani, la questionne sur les différences entre la gauche et la droite ainsi que sur l'avenir de ce clivage… », Ségolène Royal y déclare qu'il faut en finir avec une vision uniquement financière ou boursière de l'emploi et revendique la création d'une nouvelle valeur-travail utilitaire, qualitative et sociale par l'Etat. Ce qui débouchera notamment sur la création des Emplois-Jeunes par le gouvernement du Premier Ministre Lionel Jospin par la Loi n° 97-940 du 16 octobre 1997 relatif au développement d'activités pour l'emploi des jeunes (J.O. du 17.10.97).(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur ina.fr, (consulté le ).
  179. Ségolène Royal, Cette belle idée du courage, Paris, Frasset, , 311 p. (ISBN 9782246804598), « Franklin D. Roosevelt », "Je crois à la nécessité d'un Nex Deal à la hauteur de la crise globale dans laquelle les pays d'Europe s'enlisent et s'entraînent mutuellement […] n'en déplaise aux austériens" […].", page 239
  180. France 3 Région Poitou-Charentes, « Ségolène Royal: voiture ecolo et croissance verte », sur dailymotion.com, France 3, (consulté le ).
  181. Challenges, « Heuliez - Ségolène Royal écrit à Nicolas Sarkozy », challenges.fr,‎ (lire en ligne) :

    « « L'Etat a débloqué trois milliards d'euros pour soutenir le Groupe Renault. L'Etat a le devoir d'exiger en contrepartie un partenariat entre Renault et Heuliez", poursuit la présidente de la région Poitou-Charentes pour qui "il serait inconcevable, au moment où le président des États-Unis engage une forte politique de développement de véhicules électriques que nous ne puissions consolider l'avance que nous avons en la matière en France. » »

  182. « Royal veut une "révolution de la voiture électrique" comme réponse au diesel », lesechos.fr,‎ (lire en ligne)
  183. Ina Politique et YouTube, « Ségolène Royal invitée de L'heure De Vérité | 18/10/1992 | Archive INA », sur youtube.com, (consulté le ).
  184. « Royal en vert et contre tous », sur liberation.fr, .
  185. « Taxe carbone: les raisons de la polémique entre PS et Verts », sur liberation.fr, .
  186. Ségolène Royal : « Et si j'étais la meilleure candidate écolo pour 2012 ? ».
  187. « Royal contre-attaque : “Je n’ai jamais signé la taxe carbone” », sur liberation.fr, .
  188. Royal et Aubry divergent sur l'avenir de l'EPR de Flamanville, David Revault d'Allonnes, Le Monde.fr, 23 septembre 2011.
  189. « Notre-Dame-des-Landes (44). Ségolène Royal remet en cause le projet »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Accès payant, sur letelegramme.fr, (consulté le ).
  190. Ségolène Royal met un terme au feuilleton de l'écotaxe.
  191. « Interdiction des feux de cheminée : Ségolène Royal désavouée », sur leparisien.f, .
  192. « Ségolène Royal se plairait « beaucoup » dans un rôle de chroniqueuse politique », sur BFMTV.com, (consulté le ).
  193. Romain Schué, « Ségolène Royal applaudit la « différence » dans le discours environnemental de Legault », sur ici.radio-canada.ca, (consulté le ).
  194. « « Gilets jaunes » : Macron souhaite apporter « une réponse claire » aux « classes moyennes et laborieuses », sur lemonde.fr, .
  195. « Ségolène Royal demande que l'on "réprime très rapidement" Extinction Rebellion », L'Obs,‎ (lire en ligne).
  196. Ségolène Royal, Résilience française. Sauvons notre modèle social, Paris, éditions de l'Observatoire, , 254 p. (ISBN 979-10-329-0851-8), p. 223
  197. Ségolène Royal, Résilience française. Sauvons notre modèle social, Paris, éditions de l'Observatoire, , 254 p. (ISBN 979-10-329-0851-8), p. 222-227
  198. « La candidate Ségolène s'engage contre la violence conjugale », Libération, .
  199. Philippe Moreau, « Le string à l'école, et alors? », Libération, .
  200. « Ségolène Royal rappelle qu'elle n'est pas pour le mariage homo mais plutôt pour une union civile », sur lelab.europe1.fr (consulté le ).
  201. « Six faits à connaître sur la censure à Cuba », sur amnesty.org, (consulté le ).
  202. « A Cuba, la numéro 3 du gouvernement français défend le bilan de Fidel Castro », L'Orient-Le Jour,‎ (lire en ligne).
  203. « Les chiffres qui contredisent Ségolène Royal sur Fidel Castro », sur Le HuffPost, (consulté le ).
  204. « Ségolène Royal critiquée pour son éloge sans nuances de Fidel Castro », lemonde.fr, 4 décembre 2016.
  205. « Cuba. La répression à l'occasion de la Journée des droits de l'homme s’inscrit dans la lignée d’un mois d’arrestations massives », sur amnesty.org, .
  206. « Déclaration sur Fidel Castro : "Ségolène Royal doit prendre la porte de sortie" », France Info, .
  207. « Ségolène Royal met en doute les crimes de guerre commis en Ukraine, malgré les preuves », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  208. Jules Fresard, « Une plainte va être déposée contre Ségolène Royal après ses propos sur la guerre en Ukraine », sur BFMTV, (consulté le ).
  209. Paul Gratian, « L'ambassadeur ukrainien invite Ségolène Royal en Ukraine pour « tout voir de ses propres yeux » », sur ouest-france.fr, Ouest-France, (consulté le ).
  210. « Pourquoi le bombardement de la maternité de Marioupol continue d’alimenter la propagande russe », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  211. Alexandre Bozio, « Guerre en Ukraine : les excuses de Ségolène Royal après ses propos polémiques sur les crimes de guerre », sur rtl.fr, (consulté le ).
  212. « Ukraine : Ségolène Royal se dit « censurée pour des vérités interdites » », sur lepoint.fr, (consulté le ).
  213. « Ukraine - les propos polémiques de Ségolène Royal sur Marioupol repris par la télévision russe », sur Tf1 info, (consulté le ).
  214. « Ségolène Royal, une aubaine pour la propagande russe - 28 Minutes (06/09/2022) - Regarder l’émission complète »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur ARTE (consulté le ).
  215. Valérie Toranian, « L'honneur perdu de Ségolène Royal », sur Revue Des Deux Mondes, (consulté le ).
  216. « L'Observatoire du conspirationnisme », sur Conspiracy Watch (consulté le ).
  217. Décret du 18 février 2013.
  218. « Résultats de l'élection présidentielle 2007 », sur interieur.gouv.fr.
  219. a b c d et e « Tous les jeux de données de 1958 à 2012 au format XLS en une archive », sur data.gouv.fr.
  220. « Résultats des élections régionales 2004 - Poitou-Charentes », sur interieur.gouv.fr.
  221. « Résultats des élections régionales 2010 - Poitou-Charentes », sur interieur.gouv.fr.
  222. « Elections cantonales 1992 – Résultats », sur data.gouv.fr.
  223. « Elections cantonales 1998 – Résultats », sur data.gouv.fr.
  224. « DEUX-SÈVRES », sur lemonde.fr, .
  225. Décret no 2002-88 du 17 janvier 2002 relatif à l'ordre du Mérite maritime.
  226. Généastar : Ascendants de Marie Segolene ROYAL.
  227. Ségolène Royal revient par la case livre, Le Figaro, 10 mai 2013.
  228. « Une Potiche au service du rire », sur France-Amérique, (consulté le ).
  229. Jean-Marc Lalanne, « L'interview culte de Catherine Deneuve en 2010 », Les Inrockuptibles,‎ (lire en ligne, consulté le ).

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes