Lignereuil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lignereuil
Lignereuil
La façade avant du château.
Blason de Lignereuil
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Intercommunalité Communauté de communes des Campagnes de l'Artois
Maire
Mandat
Sylviane Évain
2020-2026
Code postal 62810
Code commune 62511
Démographie
Population
municipale
141 hab. (2019 en diminution de 3,42 % par rapport à 2013)
Densité 48 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 17′ 30″ nord, 2° 28′ 18″ est
Altitude Min. 120 m
Max. 157 m
Superficie 2,92 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Arras
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Avesnes-le-Comte
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lignereuil
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lignereuil
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Lignereuil
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Lignereuil

Lignereuil est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

La commune fait partie de la communauté de communes des Campagnes de l'Artois qui regroupe 96 communes et compte 33 193 habitants en 2018.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte interactive (cliquer sur la carte).

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de cinq communes :

Communes limitrophes de Lignereuil
Ambrines Givenchy-le-Noble
Denier Lignereuil Manin
Beaufort-Blavincourt

Paysages[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le paysage régional des grands plateaux artésiens et cambrésiens tel que défini dans l’atlas des paysages de la région Nord-Pas-de-Calais, conçu par la direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL)[Note 1],[1]. Ce paysage régional, qui concerne 238 communes, est dominé par les « grandes cultures » de céréales et de betteraves industrielles qui représentent 70 % de la surface agricole utilisée (SAU)[2].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est situé, pour partie, sur un site classé en zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) : le site de la haute vallée de la Canche et ses versants en amont de Sainte-Austreberthe qui se situe dans le pays du Ternois. Il offre un relief de coteau abrupt au Nord et des pentes douces au Sud. Le fond de vallée est constitué de pâturages et de zones de cultures. Les versants les plus pentus et inaccessibles accueillent des boisements[3].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Lignereuil est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[4],[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Arras, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 163 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (84,7 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (84 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (59,8 %), prairies (24,9 %), zones urbanisées (9,1 %), forêts (6,2 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est noté Lineroles vers 1136 (cart. d’Aubigny, f° 2 v°), Lignereulles en 1305 (ch. d’Art., A. 208)[11].

Le toponyme Lineroles vers 1136, qui désigne un « champ de lin », a subi l’attraction des finales en –euil[11], issues du gaulois –ialo.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1980 2001 Vicomte Renaud de Chabot-Tramecourt DVD  
mars 2001 2008 Guy Ledru    
mars 2008 2014[12] René Van Eetvelde   Directeur général d’entreprise retraité
2014 En cours
(au 25 mars 2022)
Sylviane Évain   Ancienne cadre[13],[14]
Réélue pour le mandat 2020-2026[15],[16]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[18].

En 2019, la commune comptait 141 habitants[Note 4], en diminution de 3,42 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
188175220241238241255251242
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
234220231211199216212190202
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
201193190162166146148168147
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
144160135144149133121124143
2014 2019 - - - - - - -
142141-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 30,5 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 30,5 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 74 hommes pour 65 femmes, soit un taux de 53,24 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[21]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ou +
1,5 
10,7 
75-89 ans
7,6 
16,0 
60-74 ans
25,8 
17,3 
45-59 ans
15,2 
22,7 
30-44 ans
22,7 
8,0 
15-29 ans
9,1 
25,3 
0-14 ans
18,2 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[22]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château fut construit en 1618 par Philippe de Gomiécourt, fils d'Adrien II et de Philippe de Montmorency. François -Louis Baltazar, son frère et son successeur, y érigea une chapelle pour l'usage de sa maison.

L'ancien château des Gomiécourt, des Coupigny et des Tramecourt appartient aujourd'hui au vicomte de Chabot.

Sur la façade du château se voient les armes accolées de François de Malet de coupigny Noyelles et de Marie Françoise Walburge de Hangouart sa femme.

Ce mariage fut contracté le et François de Coupigny mourut le .

Coupigny Noyelles : « d'azur à l'écusson d'or ».

Hangouart : « de sable à l'aigle d'argent mestré d'or ».

L'entrée arrière du château.

L'église : église Saint-Martin : 

Porche extérieur voûté d'ogives ; portail en anse de panier, vantaux de bois à montant au milieu sculpté d'écailles, du XVe siècle.

La nef est du XVIe ; larmier décroché sous les fenêtres. Le chœur est daté par le claveau de sa fenêtre sud : 1760.

Sa voûte, du même temps, est un berceau à pénétrations latérales, avec doubleaux. Le chevet, à trois pans, est voûté de trois quartiers de voûte d'arête.

Une peinture sur bois représentant la cène, date de la fin du XVIIe siècle.

Graffitis : 

Mur sud du chœur : 1770, mur nord de la nef : 1737 - 1729.

Un autre graffiti :  

Pierre-Fran

cois-Petit 

Anno 1696

Inscription de la cloche :

Sit nomen domini Benedictvm ie svis nommée povr appeler les fidels av  de (une fleur de lys)

Diev 166Z dv village de Ligneroevilles.

en dessous 6 palmes au naturel. (communication de l'abbé Dezombre, curé, le 4 aout 1911).

Le clocher fut bâti en 1614, ainsi que le chœur, par Adrien Duquesnoy, abbé du Mont St Eloi.

Sous le chœur existait autrefois la sépulture de la famille Gomiécourt.

Voici ce qu'on sait des épitaphes de cette maison.

 Dom Le Pez nous a conservé le texte de deux épitaphes qui se trouvaient dans le chœur de « Ligneroeulles » sur deux grands marbres :

Cy gist haulte et puissante dame Madame Marie -Christine de Noyelles, comtesse douarière de Gomiècourt, qui fut Femme de haut et puissant seigneur messire Jacques Philippe de Gomiécourt, comte de Gomiécourt, et fille de haut et puissant seigneur messire Florent de Noyelles, comte de Marles, gouverneur des villes et cité d' Arras, du depuis capitaine général, gouverneur, grand Bailly du pays et comté de Haynault et de haulte et puissante dame madame Françoise de noyelles laquelle mourut au chasteau de Ligneroeulles le 4e de juillet de l'an 1668 : voulut estre inhumée en cette place auprès du cœur de son mary. Preiez Dieu pour son âme, Réquiescant in Pacé.

On voyait sur le marbre les seize quartiers suivant :

Noyelles :           Noyelles

Quiéret :            Luxembourg, (écartelé de croix )

Boetzaluer :       Lille

d'Artrel :           Ligne, (écartelé de Barbenson )

Immersele :      Gand - Velain 

Lannoy :           Stravel

Vandaele :        Jausse

Ruffault :          Lannoy 

Icy gisent les corps de haut et puissant seigneur messire François Louis Baltazar de Gomiécourt  , comte de Gomiécourt marquis de Maizières, viscomte d'Esquennes, baron de Lagnicourt, seigneur de Ligneroeulles, Henin sur Cogeul, Noeuvireulles, Erlencourt, Le Plouich, Conchy le Haut  et autres lieux, député de la noblesse d' Artois, et de haulte et puissante dame Madame Anne Joseph de Leon, contesse de Gomiécourt, son espouse  , lequel seig r comte mourut le et la dite dame le..........

Priez Dieu pour.............

(note que le comte mourut à Bouchain et sa femme dit Dom Le Pez).

La pierre portait 16 quartiers, 8 pour le mari et 8 pour la femme.

Gomiécourt :           Leon

Montmorency :       Ribera

Gand-Vilain :           Menese

Merode :                  Castre 

Noyelles, écartelé de Maulde :      Bacquehem

                                     (un lion sur le tout)

Gand-Vilain :         Bethencourt 

Leur fils Louis Joseph Baltazar de Gomiécourt, né le 13 aout 1678, passa au service de l'Espagne et y fut comblé d' honneurs et de dignités. Il vint en 1735 fixer sa résidence d'été au château de Lignereuil et y perdit sa fille aînée vers la fin de juin et il la fit déposer dans les tombeaux de ses nobles aïeux. Il ne reste rien de ces tombes seigneuriales, non plus que les maîtresse-vitres du chœur, où Le Pez a vu un ancien écusson : « De gueules à la bande d'argent, semé de croisettes recroisées au pied fiché d'or » qui sont les armes de Poix Tyrel.

Aujourd'hui, dans le mur latéral nord près de l'autel de la vierge, est encastré sur lozange de marbre blanc, encadré d'une double bordure en marbre noir uni, et en marbre blanc avec rinceaux sculptés. On y lit cette inscription :

(un sablier)

À la plus grande 

gloire de Dieu

sire Dominique Toursel

Grand Prieur de l'abbaë

Du mont St Eloy a fait poser

ce marbre en mémoire

de baltazar Toursel son père décédé 

Le & de Marie Rose Loquet

Sa mère décédée le 28xbre 1731 de Catherine

Galbart sa mère Grande, de Charles, François  Maxime 

Guillaine Galbart ses oncles et tantes & de

Guillain  de Cauchy son beau père décédé

Le 24 aoust 1710 qui ont Fondez

en cette église une messe

Par semaine et plusieurs obits

Repris par leurs testaments 

Priez Dieu pour leurs

Âmes

Requistcat in Pacé

Amen

(tête de mort)

l'église est ancienne, simple ; un chœur et une nef (du XVIe). Le clocher fut rebâti en 1614, il était dit d'Oresmieulx ; « vieux et très caduc ».

Le chœur aussi fut relevé la même année par l'abbé de St Eloi, Mr Duquesnoy.

C'est au bas du chœur que se trouve la sépulture de la famille Gomiécourt.

Marie Étienne de Noyelles, comtesse de Gomiécourt, morte au château de Lignereuil, voulut  être inhumée dans l'église, près du cœur de son mari, Jacques Philippe de Gomiécourt. On voit sur sa pierre tombale les quartiers suivant :

Noyelles :               Noyelles 

Coursière :            Luxembourg

Boeslaër :              Lille

Carkiels :               Lionne

Chirmers :             Gand et Vilain

Lannoy :                Stavèle

Vandafay :            Jausse 

Bassaux :              Lannoy

François-Louis Baltazar, chevalier, comte de Gomiécourt, marquis de Maizières, vicomte de sovesmes, baron de Lagnicourt, seigneur de Lignereuil, Henin sur cojeul, Neuvireuil, Erlencourt, de Plouich, Cuinchy -le-Haut, etc. marié à Anne Joseph de Léon, espagnole, capitaine de cavalerie au service du roi de France, députyé de la noblesse d'Artois, mort à Bouchain, le , fut inhumé à Lignereuil près de sa mère.

Sur le marbre blanc qui recouvrait sa tombe, on y voyait ses quartiers d'armoiries.

Gomiécourt :           Leon

Montmorency :       Ribera

Gand et Vilain :       « Méoege » (écriture incertaine)

Mérodes :                Castro

Noyelles :                 Cuinchy

Du Chatel :              Bacquehem

Gand :                      Bethancourt 

(source, documents privés de Ledru)

L'allée des Tilleuls[modifier | modifier le code]

Une double rangée de tilleuls est implantée depuis 1745 par Louis Benoit de Hamel, écuyer, seigneur de Manin, de chaque côté de la route reliant le château de Givenchy-le-Noble et le château de Lignereuil, sur plus de deux kilomètres.

L'allée des Tilleuls datant de 1745.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Lignereuil.svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

d'or à la bande de sable, au chef soudé d'argent chargé de cinq arbre de sinople.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La DREAL distingue, dans la région Nord-Pas-de-Calais, quatre grandes familles de paysages : ceux du Haut Pays, Bas Pays, Littoraux et d’interface. Ces grandes familles de paysages comprennent 21 grands paysages régionaux.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Synthèse des grandes familles de paysages et des paysages régionaux qui la composent » [txt], sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  2. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Paysages des grandes plaines arrageoises et cambrésiennes », sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  3. « ZNIEFF 310007267 - La haute vallée de la Canche et ses versants en amont de Sainte-Austreberthe », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Arras », sur insee.fr (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. a et b Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : Formations non-romanes ; formations dialectales, vol. 2, p. 1320, consulté le 20 janvier 2021.
  12. « « Le Bilan des maires » de Lignereuil : réouverture de l’école et aménagement d’un restaurant scolaire, en gardant le budget équilibré : René Van-Eetvelde, directeur général d’entreprise à la retraite, a la particularité de ne plus habiter sa commune. Natif de Vendin-le-Vieil, il s’est installé à Lignereuil en 2001. Élu maire en 2008, il avait annoncé qu’il n’exercerait durant qu’un seul mandat. Il ne se représentera donc pas aux prochaines élections », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  13. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  14. Claudie Deschamps (CLP), « Lignereuil – La rénovation de l’église, un des chantiers majeurs : LES PROJETS DES MAIRES. Après avoir effectué un mandat en tant qu’adjointe, Sylviane Évain entame son premier mandat de maire. « Cela me tenait à cœur. Il y a tant de choses à faire pour notre village. Cependant les élections ont été compliquées. » », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  16. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  21. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Lignereuil (62511) », (consulté le ).
  22. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).