Wittes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Wittes
Wittes
La mairie et le monument aux morts ;
en arrière-plan, l'église Saint-Omer.
Blason de Wittes
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Saint-Omer
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays de Saint-Omer
Maire
Mandat
Pascal Danvin
2020-2026
Code postal 62120
Code commune 62901
Démographie
Gentilé Wittois
Population
municipale
999 hab. (2020 en augmentation de 16,3 % par rapport à 2014)
Densité 255 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 40′ 13″ nord, 2° 23′ 33″ est
Altitude Min. 17 m
Max. 41 m
Superficie 3,92 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Saint-Omer
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Aire-sur-la-Lys
Législatives Huitième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Wittes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Wittes
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Wittes
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Wittes
Liens
Site web wittes.fr

Wittes est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

La commune fait partie de la communauté d'agglomération du Pays de Saint-Omer qui regroupe 53 communes et compte 105 142 habitants en 2019.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte interactive (cliquer sur la carte).

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de quatre communes, dont deux dans le département du Nord :

Communes limitrophes de Wittes
Blaringhem
(Nord)
Roquetoire Wittes Boëseghem
(Nord)
Aire-sur-la-Lys

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est situé dans le bassin Artois-Picardie.

Le canal de Neufossé traverse l'est de la commune. C'est un canal navigable de 19,63 km, qui prend sa source dans la commune d'Aire-sur-la-Lys et se jette dans Aa canalisée au niveau de la commune de Saint-Omer[1].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

L'entrée de la commune, rue de Roquetoire.

Typologie[modifier | modifier le code]

Wittes est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Omer, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 79 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (89,3 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (100,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (72,1 %), prairies (10,4 %), zones urbanisées (9,5 %), zones agricoles hétérogènes (6,8 %), mines, décharges et chantiers (1,1 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Witeke en flamand[9].
Witteke (1091), Witeka (1207), Witeke (1294), Wytre (1302), Witteque (1362), Witke (1439), Witte (1793).

Histoire[modifier | modifier le code]

Wittes : Cohem (hameau rattaché en 1821).

Le prieuré Saint-Jean-Baptiste de Cohem était un prieuré bénédictin. Créé aux environs de 1095 par cinq chevaliers flamands et une dame aumônière, il a appartenu à l'abbaye de Molesmes à la suite d'une entrevue avec le comte de Flandre[10] puis aux jésuites wallons (bulle du pape Sixte V le ). Cette possession (Notre-Dame-de-Cohem) sera contestée par François du Clerc, abbé et sieur de la Rochefoucauld, abbé de l'abbaye de Molesmes ; cela donnera lieu à un procès en 1717 contre les jésuites du collège de Saint-Omer (voir les mémoires des antiquaires de la Morinie et les œuvres de Cochin).

Le , est rendue une sentence de noblesse au bénéfice de Guillaume Grenet, seigneur de Cohem, Hingettes. Il peut prendre la qualité d'écuyer et jouir des privilèges de la noblesse comme étant issu de noble génération. Ses armes sont « D'azur à 3 gerbes d'or[11] ». Le , une sentence du Conseil privé du roi (le Roi est Henri III) en faveur de Pierre Grenet, seigneur de Fermont, confirme la sentence rendue au profit de son cousin Guillaume Grenet le déclarant noble[12]. Le dit Pierre Grenet, écuyer, seigneur de Fermont est lui-même reconnu noble en même temps que ses deux frères François Grenet, écuyer, seigneur de Garimes ou Clarinnes et Waast Grenet, abbé de l'abbaye de Saint-Bertin à Saint-Omer, par une sentence de noblesse rendue le . Ils sont reconnus issus d'une ancienne et noble maison d'Écosse. Leurs armes agréées à cette occasion sont « D'azur à 3 gerbes d'or »[13].

Une plaque commémore la libération de la ville le par la 1re DB polonaise du général Maczek.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Saint-Omer du département du Pas-de-Calais.

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté d'agglomération du Pays de Saint-Omer.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée au canton d'Aire-sur-la-Lys.

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la huitième circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1995 2014[14] Hervé Faucon    
mars 2014[15],[16] juillet 2016[17] Stéphane Hanquez   Secrétaire de mairie
Démissionnaire
décembre 2016 En cours
(au 17 avril 2022)
Pascal Danvin   Agent de gestion[18]
Réélu pour le mandat 2020-2026[19],[20],[21]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[23].

En 2020, la commune comptait 999 habitants[Note 3], en augmentation de 16,3 % par rapport à 2014 (Pas-de-Calais : −0,71 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
204379365386611618626595564
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
544567545578561536502530505
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
511473484465450414414390404
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
379382389434572687797828869
2018 2020 - - - - - - -
985999-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 40,9 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 16,9 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 502 hommes pour 483 femmes, soit un taux de 50,96 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[26]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ou +
0,4 
2,8 
75-89 ans
3,3 
14,3 
60-74 ans
13,0 
19,7 
45-59 ans
19,0 
22,9 
30-44 ans
22,6 
15,9 
15-29 ans
16,8 
24,3 
0-14 ans
24,8 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[27]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Omer.
  • L'église Saint-Omer.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Wittes Blason
De sinople au prieuré du lieu d'argent essoré d'or, ouvert et ajouré de sable, accosté de deux chevaux cabrés et affrontés aussi d’argent aux sabots aussi d’or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - canal de Neufossé ( E40-0182) » (consulté le )
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Saint-Omer », sur insee.fr (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. « proussel.voila.net/pages/noms_… »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  10. Archives du cartulaire de Molesmes en Côte d'Or
  11. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-bas, de la Flandre et d'Artois, Douai, (lire en ligne), p. 3.
  12. Amédée le Boucq de Ternas, op. cit. page 10
  13. Amédée le Boucq de Ternas, op. cit. page 15
  14. « Wittes : Hervé Faucon est resté mystérieux quant à ses intentions à propos de la mairie : « On ne le dit pas, on ne l’écrit pas, mais à Wittes aussi ça a bougé. » Ainsi s’exprima Bruno Clerbout, premier adjoint, chargé de la rétrospective, samedi soir. « Parce que nous avons un chef de file, tenace, pas toujours bien perçu, mais qui a réalisé un travail remarquable. Et je vous demande de l’applaudir. » », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. « Une nouvelle équipe s’installe à la mairie de Wittes avec Stéphane Hanquez : Maire sortant, il ne se représentait pas, Hervé Faucon a installé le nouveau conseil municipal dans ses fonctions. C’est au doyen d’âge, Dominique Delvart, qu’il a remis les clés de la mairie, le chargeant d’organiser l’élection de son successeur « au nom de la continuité républicaine » », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  16. Marion Clauzel, « Wittes : Stéphane Hanquez, 34 ans, le secrétaire de mairie passé aux manettes : C’est un jeune maire. Stéphane Hanquez, 34 ans, a suivi des études techniques, lui qui était plutôt littéraire. Après un court passage à l’Éducation nationale, il est finalement devenu animateur, puis secrétaire de mairie à Wittes. Aujourd’hui, il occupe le fauteuil de maire », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  17. H. V., « Wittes : le maire, Stéphane Hanquez, a bien démissionné : La préfecture a reçu, mardi 23 août, la lettre de démission de Stéphane Hanquez, maire de Wittes », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Stéphane Hanquez a été élu conseiller municipal et maire en mars 2014. Mi-juillet, il avait envoyé un courriel aux conseillers municipaux pour les informer de son intention de démissionner. De même, il avait quitté, du jour au lendemain, son travail à la mairie de Roquetoire ».
  18. « Wittes a un nouveau maire, Pascal Danvin : Pascal Danvin a été élu maire de la commune ce vendredi 2 décembre. », L'Écho de la Lys,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Suite aux démissions de Stéphane Hanquez (maire) en juillet, Yann Courtois et Dominique Delvart en cours de mandat, une élection municipale partielle s’était déroulée dimanche 27 novembre afin de retrouver un conseil au complet. Les trois nouveaux conseillers installés, vendredi 2 décembre à 20h, en mairie, la désignation du maire et de ses adjoints pouvait intervenir ».
  19. https://reader.cafeyn.co/fr/1926576/21597855
  20. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  21. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  22. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  24. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  26. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Wittes (62901) », (consulté le ).
  27. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).