Allouagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Allouagne
Allouagne
Vue panoramique depuis la via Francigena.
Blason de Allouagne
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Béthune
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Béthune-Bruay, Artois-Lys Romane
Maire
Mandat
Andre Hennebelle
2020-2026
Code postal 62157
Code commune 62023
Démographie
Gentilé Poulouches (patois)

Allouagnais•aises

Population
municipale
2 906 hab. (2018 en diminution de 2,87 % par rapport à 2013)
Densité 372 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 31′ 52″ nord, 2° 30′ 32″ est
Altitude Min. 20 m
Max. 100 m
Superficie 7,81 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Béthune
(banlieue)
Aire d'attraction Béthune
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Lillers
Législatives Neuvième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Allouagne
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Allouagne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Allouagne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Allouagne
Liens
Site web ville-allouagne.fr

Allouagne est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Allouagne
Lillers Gonnehem
Burbure Allouagne Chocques
Auchel Lozinghem Lapugnoy

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Allouagne est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Béthune, une agglomération inter-départementale regroupant 94 communes[4] et 356 052 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Béthune dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 23 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (77,9 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (78,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (77,9 %), zones urbanisées (21 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (1,1 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

D'un nom de personne germanique Aslannus + -ia[11].
silva Aslonias (vers 1000), Allouagnes (1801).

Histoire[modifier | modifier le code]

Allouagne était avant la Révolution française, le siège d'une seigneurie, détenue notamment par des membres de la famille d'Assignies[12].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Allouagne dans son canton et dans l'arrondissement de Béthune.
L'actuelle mairie, appelé château d'Alincourt.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1821 1830 Casimir de l'Orne    
1830 1831 Joseph Berthier    
1831 1837 Jean Baptiste Delerue    
1837 1845 Jean Baptiste Poitevin    
1845 1848 Antoine Saison    
1848 1857 Charles Joseph Delerue    
1857 1865 Fortuné Poitevin    
1865 1870 Edmond d'Alincourt    
1870 1884 Fortuné Poitevin    
1884 1892 Léandre Penet    
1892 1912 Émile Duquesne    
1912 1916 François Bailly    
1919 1925 Georges Richard    
1925 1929 Louis Duhamel    
1929 1935 Paul Duquesne    
1935 1937 Pierre Joseph Lecocq    
1937 1941 Benoît Brévart    
1941 1941 Edmond Vasseur    
1944 1944 Jules Libessart    
1944 1945 Pfeiffer Hirsch    
1945 1945 Edmond Vasseur    
1945 1947 Louis Ponchant    
octobre 1947 mai 1953 Benoît Brévart    
mai 1953 mars 1959 Georges Richard SFIO  
mars 1959 mars 1965 Paul Fontaine    
mars 1965 mars 1983 Jean-Michel Hourez SFIO puis PS Professeur de collège
mars 1983 mars 2001 Bernard Brévart PS Commerçant
mars 2001 avril 2014[13] Daniel Rougé PCF Traducteur
avril 2014[13],[14] En cours
(au 11 novembre 2014)
André Hennebelle SE Chef d'entreprise retraité

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune est jumelée avec :

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[16].

En 2018, la commune comptait 2 906 habitants[Note 3], en diminution de 2,87 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : +0,1 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8528409661 0551 1111 1011 0991 1381 116
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1111 1941 3331 4481 5831 6401 6851 7041 931
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 1742 5232 6412 7992 6392 6412 6252 7142 800
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
3 1332 9182 9642 9703 0553 0553 0573 0573 008
2017 2018 - - - - - - -
2 9252 906-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (21,2 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,1 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 19,9 %, 15 à 29 ans = 17 %, 30 à 44 ans = 22,1 %, 45 à 59 ans = 22,4 %, plus de 60 ans = 18,6 %) ;
  • 51,1 % de femmes (0 à 14 ans = 17,9 %, 15 à 29 ans = 15,4 %, 30 à 44 ans = 22,1 %, 45 à 59 ans = 21 %, plus de 60 ans = 23,5 %).
Pyramide des âges à Allouagne en 2007 en pourcentage[19]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
0,8 
6,0 
75 à 89 ans
9,5 
12,6 
60 à 74 ans
13,2 
22,4 
45 à 59 ans
21,0 
22,1 
30 à 44 ans
22,1 
17,0 
15 à 29 ans
15,4 
19,9 
0 à 14 ans
17,9 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[20]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Léger, garde un reliquaire contenant un éclat de la pierre tombale de Lazare, sur laquelle Jésus pleura. Cette relique fut rapportée par Godefroy de Bouillon, de retour de croisade, à sa nourrice. Durant des siècles la paroisse organisa chaque année la neuvaine à la Sainte-Larme qui est, aujourd'hui, quelque peu tombée en désuétude.
  • L'actuelle mairie, dit château d'Alincourt, ancienne demeure de la famille Delorne d'Alincourt, dont deux membres ont été maires du village.
  • Les nombreux kilomètres de chemins balisés, appréciés et repris dans les rallyes pédestres :

L'ancienne brasserie des Houillères[modifier | modifier le code]

Cette brasserie, aujourd'hui désaffectée, a été construite en 1929. Parmi les bières fabriquées, il y eut la bock des houillères, la DUVA (Duquesne-Vandermersh) et la fameuse Spéciale 60.

Propriétaire de la famille Duquesne essentiellement, la brasserie est dirigée successivement par Émile Duquesne, qui fut maire d'Allouagne, puis son fils Paul Duquesne, puis ses petits-fils Pierre, Alphonse et Émile ainsi que leur cousin Alphonse Vandermersh et cela jusque dans les années 1970. Leurs camions approvisionnaient les cafés ainsi que des particuliers de la région.

Le maître-brasseur fut pendant plus de 40 ans Charles Deprez, assisté notamment par Georges Devos qui lui succéda à la fin des années 1960. Les parents de Charles Deprez tenaient le Café du Centre qui se trouvait à l'angle de la rue Paul-Vaillant-Couturier et la rue du Cimetière, face à l'ancienne salle des fêtes, et qui proposait toutes les boissons fabriquées et proposées par la brasserie. Charles Deprez, grâce à sa réputation, a pu accueillir en stage entre autres Patrice Motte, le fils des propriétaires de la fameuse brasserie Motte-Cordonnier, et le petit-fils du général de Castelnau.

Le fils de Monsieur Alphonse (Vandermersh) a édité une brochure sur les brasseries d'Allouagne, dans laquelle il raconte aussi en partie l'histoire de la brasserie Brévart, de taille plus modeste. Deux des patrons de la brasserie Brévart ont été maires d'Allouagne, Benoît, le père et Bernard, le fils.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Seigneurs d'Allouagne[modifier | modifier le code]

  • Antoine Ier d'Assignies, (famille d'Assignies), chevalier, avoué de Thérouanne, seigneur d'Allouagne, Venchy, mestre de camp de cavalerie sous Charles Quint.
  • Antoine II d'Assignies, fils d'Antoine Ier, chevalier, seigneur d'Allouagne, lieutenant général des hommes d'armes des Pays-bas[12].
  • Jean-Baptiste d'Assignies, chevalier, seigneur de Venchy, Allouagne, Bellefontaine, Escouflons, Saint-Martin-sur-Cogel, avoué de Thérouanne, jouit sans compter la terre de Venchy, d'un revenu de 15 000 livres de rentes. En octobre 1676, la terre de Venchy est érigée en marquisat à son profit : Venvhy représente 281 mesures (environ 126 hectares), de terres labourables, prairoes, pâtures, un moulin. Plusieurs fiefs en relèvent, elle possède toute la justice seigneuriale et procure un revenu de 3000 livres[12].

Autres personnages[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Présentation du blason
Armes d'Allouagne

Les armes d'Allouagne se blasonnent ainsi : D’azur à la fasce crénelée d’or de quatre pièces[21].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  2. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 2 avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  4. « Unité urbaine 2020 de Béthune », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 2 avril 2021).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 2 avril 2021).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 2 avril 2021).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Béthune », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 2 avril 2021).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 2 avril 2021).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 22 mai 2021)
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 22 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. Toponymie générale de la France: Tome 2, Formations non-romanes - Ernest Nègre
  12. a b et c Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 48, lire en ligne.
  13. a et b « Allouagne : André Hennebelle succède à Daniel Rougé », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 11 novembre 2014).
  14. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le 11 novembre 2014).
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  19. « Évolution et structure de la population à Allouagne en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 août 2010).
  20. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 août 2010).
  21. Banque du Blason