Agny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Agny
Agny
La mairie.
Blason de Agny
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Intercommunalité Communauté urbaine d'Arras
Maire
Mandat
Pascal Dutoit
2020-2026
Code postal 62217
Code commune 62013
Démographie
Gentilé Agugnois
Population
municipale
1 899 hab. (2019 en diminution de 2,42 % par rapport à 2013)
Densité 314 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 15′ 39″ nord, 2° 45′ 37″ est
Altitude Min. 65 m
Max. 98 m
Superficie 6,05 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Arras
(banlieue)
Aire d'attraction Arras
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Arras-3
Législatives 2e circonscription du Pas-de-Calais
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Agny
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Agny
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Agny
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Agny
Liens
Site web http://agny.fr/

Agny est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Les habitants de la commune sont appelés les Agninois.

La commune fait partie de la communauté urbaine d'Arras qui regroupe 46 communes et compte 108 347 habitants en 2018.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Agny est située dans l'Artois, dans les Hauts-de-France, à 5 km au sud-ouest d'Arras.

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de cinq communes :

Communes limitrophes d’Agny
Achicourt
Wailly Agny Beaurains
Ficheux Mercatel

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Agny est situé à environ 70 mètres d'altitude[1]. Son sol est composé de craie, un type de roche sédimentaire calcaire blanche qui fut notamment exploitée pour l'édification de bâtiments. Le sol est également composé de silex et d'argile. L'argile a été utilisée pour la fabrication des briques servant à la construction de bâtiment ainsi que pour la décoration des façades, au XXe siècle[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La ville est drainée par la rivière le Crinchon, un affluent en rive-droite de la Scarpe (et donc un sous-affluent de l'Escaut) qui prend sa source à Bailleulmont et se jette dans la rivière Scarpe au niveau de la commune de Saint-Nicolas. Les communes traversées sont : Achicourt, Agny, Arras, Bailleulmont, Bailleulval, Basseux, Rivière, Saint-Nicolas et Wailly[3].

La commune est rattachée à l'agence de l'eau Artois-Picardie.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé de type 3 »[Note 1], selon la typologie des climats en France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[4].

Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après[4].

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000

  • Moyenne annuelle de température : 10,4 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,2 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 2,2 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14,1 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 746 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,8 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 9 j

Paysages[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le paysage régional des grands plateaux artésiens et cambrésiens tel que défini dans l’atlas des paysages de la région Nord-Pas-de-Calais, conçu par la direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL)[Note 3],[5]. Ce paysage régional, qui concerne 238 communes, est dominé par les « grandes cultures » de céréales et de betteraves industrielles qui représentent 70 % de la surface agricole utilisée (SAU)[6].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Agny est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[7],[8],[9]. Elle appartient à l'unité urbaine d'Arras, une agglomération intra-départementale regroupant 15 communes[10] et 87 215 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[11],[12].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Arras dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire, qui regroupe 163 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[13],[14].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (88,3 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (89,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (81,8 %), zones urbanisées (11,7 %), zones agricoles hétérogènes (6,5 %)[15].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[16].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune se trouve sur la ligne 8 du réseau de bus Artis une filiale de Keolis dont la communauté urbaine d'Arras est l'autorité organisatrice[17].

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Le risque sismique est faible sur l'ensemble du territoire communal (zone 2 sur 5 du zonage mis en place en mai 2011), comme dans la majorité du Pas-de-Calais[18].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Agni en 1154[19], Aingni en 1261[20], Aignisen 1300[21], Aigni au XVIe siècle[22] jusqu'en 1793 où la commune fut appelée Agny[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

Des traces d'occupation gallo-romaine ont été mises au jour près du territoire de la commune.

1582 : le , Isabeau de Buissy apporte en mariage, à Charles de Bonnière Souastre, les terres de Naves et d'Agny.

Pendant le XVIe siècle, le seigneur du lieu Jean Caulier fut conseiller de Charles Quint et premier président du Conseil d'Artois.

1605-1610 : une vue tirée des albums de Charles De Croy présente le centre du village. On aperçoit un donjon cylindrique à toiture conique, et l'église.

1654 : le prince de Condé est passé dans le camp espagnol. Il prend ses quartiers à Agny.

1710 : le maréchal de Villars fidèle de Louis XIV installe son quartier général à Agny. Il loge dans le presbytère.

1712 : les troupes ennemies menacent les lignes françaises, au sud d'Arras, Agny est occupé. Pierre Montesquieu d'Artagnan, gouverneur d'Arras se prépare au siège. La victoire de Denain, le mettra fin à cet épisode.

À la période révolutionnaire, la population compte 616 habitants. Conformément au décret du de l'Assemblée Nationale, elle se rassemble dans l'église le . Il est procédé à l'élection du conseil général de la commune. Le premier maire est Alexis Petit assisté de 5 officiers municipaux, 1 procureur et 12 notables.

La Grande Guerre 1914 - 1918 : la guerre éclate en et dès septembre les troupes cantonnent sur le territoire. Bien vite, le front s'installe à Agny. Il se situe à proximité de la voie ferrée. Un site, chemin du Buisson, offre la possibilité d'appréhender le théâtre des opérations. En , un affrontement violent permet à l'armée allemande de progresser. Mais la bataille la plus cruelle a lieu le . Le 135e régiment d'Infanterie, dont une rue porte le nom, comptera à lui seul 38 officiers et 1 162 hommes tués, blessés ou disparus. Malgré l'âpreté des combats pendant le conflit, la mairie, édifiée en 1860, ne fut pas détruite.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Arras du département du Pas-de-Calais.

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté urbaine d'Arras, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé en 1998 et qui a succédé au district urbain d'Arras auquel Agny avait adhéré en 1966.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie depuis 1801 du canton d'Arras-Sud[23]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton d'Arras-3

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la deuxième circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Traditionnellement une terre socialiste jusqu'en 2012, la tendance majoritaire de ville a évolué depuis le début des années 2010 vers la droite et l'extrême droite[24],[25],[26],[27],[28],[29],[30].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 1 500 à 2 499 habitants, le nombre de membres du conseil municipal est de 19 conseillers[31].

Politique locale[modifier | modifier le code]

Au terme des élections municipales de 2020 dans le Pas-de-Calais remportées avec quatre voix d'avance par la liste du maire sortant, de fortes tensions apparaissent au sein du conseil municipal juste élu, amenant à la démission neuf conseillers municipaux lors de sa première séance de la mandature 2020-2026[32],[33]. L'effectif du conseil municipal étant alors inférieur au minimum requis, des élections municipales complémentaires sont organisées les 4 et [34], qui voient au premier tour la large défaite de la liste menée par le maire sortant Didier Thuilot au devancée par celle de son opposant Pascal Dutoit et celle menée par Christophe Avronsart, et, au second tour, la victoire de la liste menée par Pascal Dutoit, qui obtient 15 des 19 sièges du conseil municipal[35],[36]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1977 mars 2011[37] Pierre Berquez PS Démissionnaire
avril 2011[37] octobre 2020 Didier Thuilot[37] DVG Mandat écourté par la démission d'une partie du conseil municipal
octobre 2020 En cours
(au 22 octobre 2020)
Pascal Dutoit   Ingénieur et cadre technique d'entreprise[38]

Autres élections[modifier | modifier le code]

Élection présidentielle de 2012[modifier | modifier le code]

À l’élection présidentielle française de 2012, le premier tour, avec 1 274 voix exprimées (76,12 %), a vu arriver en tête François Hollande avec 388 voix (29,98 % des votants) suivi de Nicolas Sarkozy avec 296 voix (22.87 % des votants), Marine Le Pen avec 271 voix (20.94 % des votants) et Jean-Luc Mélenchon avec 145 voix (11.21 % des votants). Le second tour, avec 1 270 voix exprimées (74,71 %), a vu arriver en tête François Hollande avec 696 voix (54.80 % des votants) suivi de Nicolas Sarkozy avec 574 voix (45.20 % des votants).

Élection présidentielle de 2017[modifier | modifier le code]

À l'élection présidentielle de 2017, le premier tour, avec 1 282 voix exprimées (80,58 %), a vu arriver en tête Marine Le Pen avec 334 voix (26.05 % des votants) suivi de Emmanuel Macron avec 314 voix (24.49 % des votants), Jean-Luc Mélenchon avec 218 voix (17.00 % des votants) et François Fillon avec 179 voix (13.96 % des votants). Le second tour, avec 1 102 voix exprimées (69,26 %), a vu arriver en tête Emmanuel Macron avec 639 voix (57.99 % des votants) suivi de Marine Le Pen avec 463 voix (42.01 % des votants).

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Justice, sécurité, secours et défense[modifier | modifier le code]

La commune dépend du tribunal judiciaire d'Arras, du conseil de prud'hommes d'Arras, de la cour d'appel de Douai, du tribunal de commerce d'Arras, du tribunal administratif de Lille, de la cour administrative d'appel de Douai et du tribunal pour enfants d'Arras[39].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Agugnois[40].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[41]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[42].

En 2019, la commune comptait 1 899 habitants[Note 6], en diminution de 2,42 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6087217989171 0031 0071 0061 0521 053
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0171 1001 0861 0751 0661 0721 1011 0551 034
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0471 0641 070728837857834831885
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 0331 0831 2911 2321 9631 9541 8451 8711 958
2015 2019 - - - - - - -
1 9381 899-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[23] puis Insee à partir de 2006[43].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 30,7 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 29,0 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 925 hommes pour 981 femmes, soit un taux de 51,47 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,5 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[44]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
0,7 
3,6 
75-89 ans
7,3 
22,1 
60-74 ans
23,6 
20,9 
45-59 ans
21,4 
18,8 
30-44 ans
19,4 
14,4 
15-29 ans
11,3 
19,6 
0-14 ans
16,2 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[45]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2019, dans la commune, il y a 796 ménages fiscaux qui comprennent 1920 personnes pour un revenu médian disponible par unité de consommation[Note 7] de 22 960 euros, soit supérieur au revenu national qui est de 21 930 euros[46],[47].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts.

Monuments[modifier | modifier le code]

La mairie date de 1860 et se situe au 3 rue Ferdinand Buisson. Elle est édifiée, en pierre blanche.

Le mémorial du 135e Régiment d’infanterie d’Angers a été inauguré en 2005 en hommage aux soldats venus de l’Anjou pendant la troisième offensive de l’Artois ont eu lieu du 25 septembre au 14 octobre 1915. Les troupes françaises du 135e Régiment d’infanterie d’Angers ont pris la première ligne allemande et une partie de la seconde avant de devoir se replier. Dans les combats, on a dénombré en une demi-journée 2 500 morts, dont 1 162 pour ce seul régiment[48].

Le monument aux morts construit en granit de Belgique est constitué d'ornements tel qu'une guirlande, d'une croix de guerre et d'une statue en fonte bronzée (modèle : Poilu "on ne passe pas"). Il commémore les conflits qui ont eu lieu pendant les Première et Seconde Guerres mondiales. Il fut acheté pour un prix de 22 000 francs[49] au marbrier arrageois Octave Bouchez[50] connu pour avoir installé de nombreux monuments aux morts dans la région d'Arras, avoir occupé plusieurs fonctions syndicales et administratives éminentes et avoir reçu plusieurs décorations pour services désintéressés rendus à la communauté (médaille d’argent de la Mutualité, médaille de bronze d’Hygiène et de Prévoyance sociale)[51].

Liste des noms inscrits au monument aux morts (ordre : alphabétique, croissant)[51]
Noms Grades Régiments Dates Notes
Arthur-Jules Bastien Soldat de 1re Classe 369e régiment d’infanterie 1892-1917 Victime militaire, tué à l’ennemi (Aisne)
Fernand Bastien Soldat de 2e classe 41e régiment d’infanterie, matricule 795 1895-1916 Victime militaire, tué à l’ennemi (Sommes), combats de Lihons
Alcide Bienfait Soldat de 2e classe 150e régiment d’infanterie, matricule 267 1891-1916 Victime militaire, morts des suites de blessures (Ille-et-Vilaine))
Lucien Bienfait Soldat de 2e classe 72e régiment d’infanterie, matricule 740 1894-1915 Victime militaire, tué à l’ennemi (Marne)
Hermant Boisleux ? ? ? ?
Léon-Jules Briand Apprenti marin 2e régiment de marins. 1894-1915 Victime militaire, mort au champ d’honneur (Nieuport,Belgique)
Albert-Joseph Cassoret Soldat de 2e classe 107e bataillon de chasseurs à pied, matricule 122 1897-1917 Victime militaire, tué à l’ennemi (Belgique)
Jules-Emile-François

Cléret

Sergent 233e régiment d’infanterie, matricule 1418 1884-1915 Victime militaire, morts des suites de blessures (Marne)
Octave Crépel ? ? ? ?
Alexandre-Joseph Darras Soldat de 2e classe 233e régiment d’infanterie, matricule 655 1885-1916 Victime militaire, tué à l’ennemi (Meuse)
Jules-Pierre-François Darras ? ? 1887-1914 Victime militaire, tué à l’ennemi (Marne)
Narcisse Darras ? ? ? ?
Oscar Darras Soldat de 2e classe 18e bataillon de chasseurs à pied, matricule 869 1893-1914 Victime militaire, tué à l’ennemi (à la formation sanitaire de Biarritz)
Ulysse Darras Soldat de 2e classe 138e régiment d’infanterie, matricule 1301 1884-1917 Victime militaire, mort des suites d’intoxication au gaz asphyxiant (Marne)
Gaston Dehay

Dehay

? ? ? ?
Henri-Joseph Dehay Soldat de 2e classe 54e régiment d’infanterie, matricule 811 1895-1915 Victime militaire, mort des suites de blessures (Marne)
Marius Deltombe Soldat de 2e classe 15e régiment d’artillerie 1896-1916 Victime militaire, tué à l’ennemi (Meuse)
Guislain-Joseph Soldat de 2e classe 162e régiment d’infanterie, matricule 887 1893-1916 Victime militaire, mort des suites de blessures (Meurthe-et-Moselle)
Guislain- Ulysse Deriencourt 2e canonnier 27e régiment d’artillerie, matricule 888 1893-1916 Victime militaire, tué à l’ennemi (Somme)
Alfred Dransart 2e canonnier 27e régiment d’artillerie, matricule 895 1893-1917 Victime militaire, mort des suites de blessures
Jean-Baptiste Dubois ? ? ? ?
Eugène-Adolphe DUVAL Soldat de 2e classe 233e régiment d’infanterie, matricule 408 1884-1916 Victime militaire, tué à l’ennemi (Somme)
Edouard-René-Achille Flahaut 2e canonnier 3e régiment d’artillerie, matricule 806 1894-1916 Victime militaire, mort des suites de blessures (Somme)
Jules-Charlemagne Fourcy Canonnier 27e régiment d’artillerie, matricule 907 1893-1917 Victime militaire, mort des suites de blessures (Aisne)
Marcel-Maurice Fournier Soldat de 2e classe 110e régiment d’infanterie, matricule 808 1894-1916 Victime militaire, tué à l’ennemi (Somme)
Alix Forment ? ? ? ?
Camille Grard Soldat de 2e classe 33e régiment d’infanterie, matricule 107 1882-1916 Victime militaire, tué à l’ennemi

(Meuse)

Francis Hacart ? ? ?-1889 ?
Jules Houriez Soldat de 2e classe 119e régiment d’infanterie, matricule 700 1894-1915 Victime militaire, tué à l’ennemi (Pas-de-Calais)
Lucien-Alfred Houriez Maréchal des logis 241e régiment d’infanterie, matricule 930 1893-1918 Victime militaire, mort des suites de maladie contractée en service (Thessalonique, Grèce)
Alexandre-François-Joseph Legrand Sergent 233e régiment d’infanterie, matricule 1448 1884-1917 Victime militaire, mort des suites de blessures (Belgique)
Ernest Legrand ? ? ? ?
Fernand Legrand Soldat de 2e classe 162e régiment d’infanterie, matricule 356 1891-1914 Victime militaire, tué à l’ennemi (Belgique)
Hermant Legrand Maître pointeur 15e régiment d’artillerie de campagne, matricule 610 1888-1916 Victime militaire, mort des suites de blessures (Meuse), bataille de Verdun
Jules Legrand Soldat de 2e classe 1er régiment d’infanterie, matricule 93 1890-1915 Victime militaire, tué à l’ennemi (Marne)
Jules Legrand Soldat de 2e classe 107e régiment d’infanterie, matricule 5 1882-1915 Victime militaire, tué à l’ennemi (Marne)
Julie Legrand ? ? ? Victime civile
Alexandre Lemaire Soldat de 2e classe 338e régiment d’infanterie, matricule 138 1882-1915 Victime militaire, tué à l’ennemi (Somme)
Henri Leterrier Soldat de 2e classe 233e régiment d’infanterie, matricule 1396 1884-1916 Victime militaire, tué à l’ennemi (Meuse)
Juliette Level ? ? ? Victime civile
François-Camille Level Soldat de 1re classe 4e régiment d’infanterie, matricule 659 1892-1918 Victime militaire, tué à l’ennemi (Marne)
Marius-Henri Nirdol Caporal 208e régiment d’infanterie, matricule 959 1893-1917 Victime militaire, tué à l’ennemi (Aisne)
Alcide Pierrepont Soldat de 2e classe 4e régiment d’infanterie, matricule 969 1893-1915 Victime militaire, tué à l’ennemi (Meuse)
Julien Ravaux Caporal 33e régiment d’infanterie, matricule 1048 1889-1915 Victime militaire, tué à l’ennemi (Marne)
Ulysse Ravaux Soldat de 2e classe 17e bataillon de chasseurs alpins, matricule 6238 1896-1918 Victime militaire, mort des suites de blessures (Oise)
ugust

Richard

? ? ? ?
François Vaast Soldat de 2e classe 24e régiment d’infanterie, matricule 1063 1889-1914 Victime militaire, tué à l’ennemi (Marne)
Arthur Verdière ? ? ? ?

Agny Military Cemetery[modifier | modifier le code]

Le cimetière militaire d'Agny a été inauguré par les troupes françaises et utilisé par les unités du Commonwealth et les ambulances de campagne de mars 1916 à juin 1917. Deux autres sépultures ont été faites en avril 1918 et en 1923-1924, 137 tombes ont été ramenées des champs de bataille à l'est d'Arras. Les 40 tombes françaises ont été transférées. Le cimetière militaire d'Agny contient 408 sépultures du Commonwealth de la Première Guerre mondiale, dont 118 non identifiées et cinq tombes allemandes. Le cimetière a été conçu par Sir Edwin Lutyens[52].

Listes des soldats inhumés au « Agny Military Cemetery »

Église Saint-Laurent[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Laurent.

L'ancienne église apparaît sur une vue des albums de Charles de Croy, entre 1605 et 1610. Une nouvelle église fut bâtie en 1764. Elle fut démolie pendant la Révolution Française puis reconstruite en 1823 et à nouveau détruite pendant le conflit 1914-1918. L'une des cloches fut récupérée par les armées alliées, notamment britanniques. Elle fut installée dans l'une des principales artères d'Arras et annonça aux Arrageois la victoire de 1918 et la fin des hostilités. Aujourd'hui, la cloche est installée dans les locaux de la mairie.

En entrant dans le bâtiment actuel, on remarque l'unique vitrail qui présente des soldats de la grande guerre, des femmes éplorées et un enfant agenouillé près d'une tombe. Dans le fond, on aperçoit l'ancienne église, en ruines. La partie inférieure comporte les noms des Agnynois morts pour la France pendant la « Grande Guerre ». En bas, à droite, apparaît le nom de l'artiste : J. Benoit, Nancy, 1931.

Les « niafs »[modifier | modifier le code]

Le terme «gnaf» («gniaf») se retrouve dans plusieurs argots régionaux de France. Il est plutôt attribué de manière injurieuse ou méprisante aux cordonniers mauvais artisan ou faisant du mauvais ouvrage « Espèce de niaf ! » ou marque le mépris envers un niais (Musset 1929 tl, 1938 t4). Van Gennep note ce sobriquet de commune à Agny : « Agny lé niaff, pays des imbéciles » (1980 : 239). Dans le Bocage Bressuirais, « gnaf » est également le sobriquet du cochon, et «gnaf gnaf » est le bruit que fait entendre le cochon en mangeant Dans le Nord, « gnaffer » qualifie les aboiements étouffés du chien, les cris du chien blessé ou battu (Wartburg FEW Vil : 1). En Anjou, dans un récit de la tradition, des chiens poursuivent un savetier, qui s'est emparé de la dépouille d'un animal mort, en l'accompagnant de leurs aboiements : « gniafe ! gniafe ! »[53].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Philip Edward Thomas, poète, essayiste et romancier britannique, 1878-1917, enterré au Agny Military Cemetery. Philip Edward Thomas est généralement considéré comme un poète de guerre. En 1915, il s'enrôle dans l'armée britannique pour combattre lors de la Première Guerre mondiale et est tué au combat lors de la bataille d'Arras en 1917[54].
  • Sir Edwin Lutyens, architecte britannique, 1869-1944, a conçu le Agny Military Cemetery[52].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Au XVIe siècle, la seigneurie appartenait à un conseiller de Charles Quint, Jean Caullier. Elle fut ensuite acquise par la Maison de Hangests puis celle de Mailly.

Au XVIIIe siècle, Agny avait pour seigneur le comte de Guînes et de Souastre.

Les armoiries adoptées par la commune sont contre vairées d'or et d'azur. Une couronne murale à trois tours rappelle la monarchie et la croix de guerre 1914-1918 y est visible. Elles sont flanquées d'œillette et de colza azur symbolisant le travail des maraîchers.

Blason de la ville d'Agny (62) Pas -de-Calais-france.svg « Contre-vairé d'or et d'azur. »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le six-six a la Guerre 1914-1918, Historique du 66e RI, Jérôme Charraud, 1919, « Paris ».

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Agny », Ma commune, Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le type 3 dégradé affecte l’ensemble du Bassin parisien avec une extension vers le sud (vallée moyenne de la Loire, le nord du Massif central et vallée de la Saône). Le climat reste océanique mais avec de belles dégradations. Les températures sont intermédiaires (environ 11°C en moyenne annuelle, entre 8 et 14 jours avec une température inférieure à -5°C). Les précipitations sont faibles (moins de 700 mm de cumul annuel), surtout en été, mais les pluies tombent en moyenne sur 12 jours en janvier et sur 8 en juillet, valeurs moyennes rapportées à l’ensemble français. La variabilité interannuelle des précipitations est minimale tandis que celle des températures est élevée (Source : Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography).
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. La DREAL distingue, dans la région Nord-Pas-de-Calais, quatre grandes familles de paysages : ceux du Haut Pays, Bas Pays, Littoraux et d’interface. Ces grandes familles de paysages comprennent 21 grands paysages régionaux.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  7. Définition de l'unité de consomation selon l'INSEE : pour comparer les niveaux de vie de ménages de taille ou de composition différente, on divise le revenu par le nombre d’unités de consommation (UC). Celles-ci sont généralement calculées de la façon suivante : 1 UC pour le premier adulte du ménage, 0,5 UC pour les autres personnes de 14 ans ou plus, 0,3 UC pour les enfants de moins de 14 ans. Cette échelle d’équivalence (dite de l’OCE) tient compte des économies d’échelle au sein du ménage. En effet, les besoins d'un ménage ne s'accroissent pas en stricte proportion de sa taille. Lorsque plusieurs personnes vivent ensemble, il n'est pas nécessaire de multiplier tous les biens de consommation (en particulier, les biens de consommation durables) par le nombre de personnes pour garder le même niveau de vie.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « AGNY - Carte plan hotel village d'Agny 62217 - Cartes France.fr », sur www.cartesfrance.fr (consulté le ).
  2. Carte des sols dans le Nord-Pas-de-Calais (format pdf - 955,2 ko - 08/01/2016)
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - Crinchon (E2010800) » (consulté le )
  4. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  5. DREAL, « Atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Synthèse des grandes familles de paysages et des paysages régionaux qui la composent » [txt], sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  6. DREAL, « Atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Paysages des grandes plaines arrageoises et cambrésiennes », sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  9. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Unité urbaine 2020 d'Arras », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  11. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  12. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  13. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Arras », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  14. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  15. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  16. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  17. Guide Artis 2016
  18. « Risque sismique et présence de failles tectoniques actives / Mouvement de terrain / Les risques naturels / Connaissance des risques dans le P-d-C / Prévention des risques majeurs / Politiques publiques / Accueil - Les services de l'État dans le Pas-de-Calais », sur www.pas-de-calais.gouv.fr (consulté le ).
  19. Dans le cartulaire du chapitre d'Arras.
  20. Dans le censier d'Arras.
  21. Dans le cartulaire des chapellenies d'Arras.
  22. Archives historiques et littéraires du Nord de la France et du Midi de la Belgique, (lire en ligne).
  23. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  24. « Résultats européennes 2019 Agny (62217) », sur www.20minutes.fr (consulté le ).
  25. « Résultats législatives 2017 Agny (62217) », sur www.20minutes.fr (consulté le ).
  26. « Résultats présidentielle 2017 Agny (62217) », sur www.20minutes.fr (consulté le ).
  27. « Résultats régionales 2015 Agny (62217) », sur www.20minutes.fr (consulté le ).
  28. « Résultats européennes 2014 Agny (62217) », sur www.20minutes.fr (consulté le ).
  29. « Résultats législatives 2012 Agny (62217) », sur www.20minutes.fr (consulté le ).
  30. « Résultats présidentielle 2012 Agny (62217) », sur www.20minutes.fr (consulté le ).
  31. Code général des collectivités territoriales - Article L2121-2 (lire en ligne).
  32. Laurent Boucher, « Agny : à peine réélu, le maire lâché par sept colistiers en colère et démissionnaires », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Le maire Didier Thuilot a été réélu jeudi soir, lors du conseil d’installation de la nouvelle assemblée. Mais après une élection des adjoints rocambolesque, sept de ses colistiers mécontents de ses choix ont décidé de démissionner. Mandat animé en vue… ».
  33. Laurent Boucher, « Neuf démissions au conseil municipal : Agny, ton univers impitoyable ! : Les électeurs qui ont voté pour réélire Didier Thuilot comme maire, avec quatre voix d’avance lors du scrutin du 15 mars, ne soupçonnaient pas les divisions et les manœuvres en coulisses avant un conseil municipal en forme de règlement de comptes, le 28 mai, suivi de neuf démissions. Décryptage. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  34. Au.D., « Agny : trois listes en lice ce dimanche pour les élections : Après les démissions estivales, il ne restait que dix élus sur dix-neuf. Trois listes sont dans la course : celle de Didier Thuilot, de Pascal Dutoit et celle de Christophe Avronsart », Paris-Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  35. Laurent Boucher, « Municipales partielles à Agny : Didier Thuilot en passe de perdre la mairie : Leader de l’opposition depuis 2014, Pascal Dutoit est en ballottage très favorable après le premier tour des municipales partielles, devant Christophe Avronsart et le maire sortant, seulement troisième », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  36. Fabien Bidaud, « Élections à Agny: sans surprise, la liste de Pascal Dutoit l’emporte haut la main : Le leader de l’opposition au maire sortant Didier Thuilot amplifie son score de dimanche dernier. Pascal Dutoit et son équipe raflent quinze sièges sur dix-neuf, dans un contexte de participation stable. M. Thuilot et son ancien allié Christophe Avronsart sont dos à dos, avec deux sièges chacun », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  37. a b et c Laurent Boucher, « Les projets du maire d'Agny : un espace de jeux pour les enfants et des travaux d’entretien courant : Intronisé maire d’Agny en 2011 à la suite du retrait de Pierre Berquez, Didier Thuilot n’a pas prévu de dépenses somptuaires pour son premier mandat « complet ». Et pour cause : l’État ferme encore un peu plus les robinets après avoir imposé le coût de la réforme des rythmes scolaires. Dur, dur… », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  38. Laurent Boucher, « Agny : Pascal Dutoit élu dans le fauteuil de maire… sept mois après les municipales : Chef de file de l’opposition depuis 2014, Pascal Dutoit a été élu maire ce jeudi soir. Lors des municipales partielles, les électeurs l’ont préféré à l’ancien maire, Didier Thuilot, et à son ex-colistier Christophe Avronsart. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  39. « Tribunaux dont la commune dépend », sur justice.fr (consulté le ).
  40. Roger Brunet, « France, le trésor des régions », sur tresordesregions.mgm.fr (consulté le ).
  41. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  42. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  43. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  44. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune d'Agny (62013) », (consulté le ).
  45. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  46. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2019 de la commune », sur Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) (consulté le ).
  47. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2019 de la France métropolitaine », sur Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) (consulté le ).
  48. « Agny : le mémorial de la Grande Guerre sera coupé du bourg par la rocade - La Voix du Nord », sur www.lavoixdunord.fr (consulté le ).
  49. « Agny-2O-90-13-2553.jpg | Les monuments aux morts », sur monumentsmorts.univ-lille.fr (consulté le ).
  50. Octave BOUCHEZ
  51. a et b « Monument aux morts d'Agny », sur memoiresdepierre.pagesperso-orange.fr (consulté le ).
  52. a et b « Cemetery », sur www.cwgc.org (consulté le ).
  53. Bruce Johnson, « http://press-files.anu.edu.au/downloads/press/p27481/pdf/ch0910.pdf », dans Talking and Listening in the Age of Modernity: Essays on the history of sound, ANU Press, (ISBN 978-1-921313-47-9, lire en ligne).
  54. « Results », sur www.cwgc.org (consulté le ).