Méricourt (Pas-de-Calais)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Méricourt
Méricourt (Pas-de-Calais)
La mairie.
Blason de Méricourt
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Lens
Intercommunalité CA de Lens-Liévin
Maire
Mandat
Bernard Baude
2020-2026
Code postal 62680
Code commune 62570
Démographie
Gentilé Méricourtois
Population
municipale
11 431 hab. (2021 en diminution de 2,38 % par rapport à 2015)
Densité 1 518 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 24′ 11″ nord, 2° 52′ 00″ est
Altitude Min. 31 m
Max. 63 m
Superficie 7,53 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Douai-Lens
(banlieue)
Aire d'attraction Lens - Liévin
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton d'Avion
Législatives 3e circonscription du Pas-de-Calais

Onzième circonscription

Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Méricourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Méricourt
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
Méricourt
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
Méricourt
Liens
Site web https://mairie-mericourt.fr/

Méricourt est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais dans la région Hauts-de-France.

La commune fait partie de la communauté d'agglomération de Lens-Liévin qui regroupe 36 communes et compte 241 268 habitants en 2019.

La Compagnie des mines de Courrières y a ouvert la fosse no 3 - 15, et la Compagnie des mines de Drocourt la fosse no 4 - 5. Celles-ci sont devenues de grands sièges de concentration, et ont fermé dans les années 1980.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte
Les limites du territoire communal.
Carte interactive (double-cliquer sur la carte).

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de huit communes. Les communes limitrophes sont Sallaumines, Acheville, Arleux-en-Gohelle, Avion, Billy-Montigny, Fouquières-lès-Lens, Rouvroy et Vimy.

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Nord-est du bassin Parisien, caractérisée par un ensoleillement médiocre, une pluviométrie moyenne régulièrement répartie au cours de l’année et un hiver froid (°C)[2].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,4 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 14,3 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 728 mm, avec 12,3 jours de précipitations en janvier et 9 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Douai à 16 km à vol d'oiseau[3], est de 11,0 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 729,2 mm[4],[5]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[6].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Méricourt est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[7],[8],[9]. Elle appartient à l'unité urbaine de Douai-Lens, une agglomération inter-départementale regroupant 67 communes[10] et 503 966 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue. L'agglomération de Douai-Lens est la dixième plus importante de la France en termes de population, derrière celles de Paris, Lyon, Marseille-Aix-en-Provence, Lille (partie française), Toulouse, Bordeaux, Nice, Nantes et Toulon[11],[12].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lens - Liévin, dont elle est une commune du pôle principal[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 50 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[13],[14].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (56,2 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (53,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (51,1 %), terres arables (43,9 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (4,7 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (0,4 %)[15]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Quartiers, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

La cité du Maroc est le plus grand quartier de la ville. On y trouve deux écoles, une place qui accueillait auparavant la fête foraine, un city-stade et le parc de la Croisette qui fait le bonheur des amateurs de football.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La gare de Coron-de-Méricourt est desservie par des trains TER Hauts-de-France qui effectuent des missions, entre les gares de Lens et de Lille-Flandres, ou de Valenciennes, ou de Dourges.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Menricurt en 1115, Merlicurt en 1119, Menricort en 1154, Merricourt, en 1302, Mainricourt en 1328, Menricourt en 1387, Meuricourt en 1449, Méricourt-en-Gohelle au XVIIIe siècle[16], Méricourt en 1793, Mericourt et Méricourt depuis 1801[17].

Au cours du XXe siècle, d'une manière non officielle, la commune a parfois été appelée Méricourt-sous-Lens, sans doute pour éviter la confusion avec les quatre autres communes se nommant Méricourt[18].

Le nom de « Méricourt » viendrait d'un nom d'origine germanique, Médéric, et du suffixe -court, dérivé du latin curtis, domaine.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant la Révolution française, Méricourt est le siège d'au moins deux seigneuries : en 1585, un Antoine de Loueuse est dit seigneur de Cronevelt et de Méricourt en partie[19]. Antoine de Loueuse, écuyer, seigneur de Cronevelt et de Méricourt en partie, est autorisé le 19 février 1585, à faire enregistrer les lettres de chevalerie données à Vienne le 12 avril 1577, par l'empereur Maximilien II à son frère Jacques de Loueuse, seigneur dudit lieu[19]. Le 8 mars 1585, Antoine de Loueuse est autorisé à faire enregistrer les lettres de chevalerie données le 24 février 1536, par l'empereur Charles V (Charles Quint), à Jean de Baiart, seigneur de Gautaul, père de Claire de Baiart, sa femme[20].

La ville est desservie depuis 1860 par la ligne de Lens à Ostricourt, qui a favorisé son développement minier.

La ville est considérée comme détruite à la fin de la Première Guerre mondiale[21] et a été décoré de la Croix de guerre 1914-1918, le [22].

En 1945, Méricourt accueille un camp de prisonniers allemands, qui seront progressivement réquisitionnés pour travailler dans les mines, et/ou dans les fermes : le , c'est le cas pour neuf cents prisonniers du camp[23].

Exploitation minière[modifier | modifier le code]

Fosse no 3 en 1982

La Fosse 3 des Mines de Courrières est ouverte à partir d', sur le faisceau des veines du puits no 2 et à l'ouest. La fosse est mise en exploitation en 1860. Le terrain houiller est atteint à 149,55 mètres. Le diamètre est de quatre mètres, le cuvelage possède vingt côtés (ou pans). Le maximum d'eau fourni par le niveau a été de cent hectolitres par minute. La houille contient 34 à 40 % de matières volatiles.

La nécropole (le Silo) de Méricourt.

Le puits no 15 est commencé en 1905. Alors que se déroule la catastrophe minière dite catastrophe de Courrières qui fit 1 099 morts le sur les territoires de Billy-Montigny, Méricourt, Noyelles-sous-Lens et Sallaumines, le puits n'est pas encore assez profond pour desservir les chantiers. Dès sa mise en service, le puits no 15 est entrée d'air, le puits no 3 assure le retour d'air.

Années 1920[modifier | modifier le code]

Après la catastrophe de Courrières de 1907, les communes voisines commencent à recruter des mineurs à l'étranger. Au début de l'année 1913, des familles polonaises s'installent à Méricourt, dans les vieilles cités appelées "Méricourt-Coron", selon le témoignage d'un mineur polonais de l'époque[24].

Tout comme le reste du bassin minier, Méricourt a accueilli une part importante de l'immigration polonaise en France dans les années 1920.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

La ville est occupée par l'Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale, quand elle est placée sous administration militaire allemande.

C'est dans la commune proche de Montigny-en-Gohelle, dans le Pas-de-Calais, à la fosse 7 de la Compagnie des mines de Dourges, que la grève patriotique des cent mille mineurs du Nord-Pas-de-Calais de mai-juin 1941 a démarré, avec Emilienne Mopty et Michel Brulé (1912-1942), privant les Allemands de 93.000 tonnes de charbon pendant près de 2 semaines[25]. C'est l'un des premiers actes de résistance collective à l'occupation nazie en France et le plus important en nombre, qui se solda par 414 arrestations en 3 vagues, la déportation de 270 personnes[26], 130 mineurs étant par ailleurs fusillés à la Citadelle d'Arras. Après-guerre, la commune est aussi au centre de trois événements nationaux, la "bataille du charbon" (1945-1947), suivie des grève des mineurs de 1947 et celles de 1948.

Années 1950[modifier | modifier le code]

La fosse est modernisée en 1953. L'année suivante, la fosse no 4/11 est concentrée dessus. En 1963, des ingénieurs évoquent la possibilité de creuser un troisième puits sur le site, équipé d'une tour d'extraction semblable à Barrois no 1 et 2, au 10 d'Oignies ou au 19 de Lens, mais l'idée est abandonnée. En 1965, la fosse no 6/14 est concentrée, quatre ans plus tard, c'est au tour de la fosse no 5/12. En 1971, le chevalement et la recette du puits no 15 sont détruits, et remplacés par une nouvelle recette, et le chevalement du puits no 6 bis de Liévin.

Années 1980[modifier | modifier le code]

La concentration fonctionne jusqu'en 1983, date à laquelle l'extraction est reprise par la fosse no 4 - 5 de Drocourt. Le puits no 15 est remblayé en 1983, il est profond de 840 mètres. Le puits no 3 assure le service pendant deux ans, puis il est remblayé en 1985. Il est lui profond de 757 mètres.

Les deux chevalements sont détruits en 1988. Subsistent sur le site cinq bâtiments en 2011, les bains douches, les bureaux, le magasin, le poste électrique et les garages.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouvait dans l'arrondissement d'Arras du département du Pas-de-Calais. Le , elle est rattachée à son arrondissement de Lens[27].

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

Méricourt est membre de la communauté d'agglomération de Lens-Liévin, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé en 2000 et auquel la commune a transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales. Cette intercommunalité a adopté en 2004 la dénomination de communication de Communaupole, mais son nom officiel demeure communauté d'agglomération de Lens-Liévin.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie de 1793 à 1973 du canton de Vimy, année où elle intègre le canton d'Avion. En 1984, une partie de la commune est rattachée au canton de Rouvroy, le surplus restant dans celui d'Avion[17]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 d'un nouveau canton d'Avion.

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie à la fois de la troisième et de la onzieme circonscription du Pas-de-Calais, correspondant à la division des anciens cantons d'Avion et de Rouvroy.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

La commune a la particularité d'être sans discontinuer une municipalité communiste.

Lors du premier tour des élections municipales de 2014 dans le Pas-de-Calais, la liste FG-PS menée par le maire sortant Bernard Baude obtient la majorité absolue des suffrages exprimés, avec 2 656 voix (51,25 %, 26 conseillers municipaux élus dont 3 communautaires); devançant largement les listes menées respectivement par[28] :
- Jean-François Delcroix (FN, 1 745 voix, 33,67 %, 5 conseillers municipaux élus dont 1 communautaire) ;
- Daniel Sauty (UDI, 781 voix, 15,07 %, 2 conseillers municipaux élus).
Lors de ce scrutin, 40,76 % des électeurs se sont abstenus.

Lors du premier tour des élections municipales de 2020 dans le Pas-de-Calais, la liste PCF menée par le maire sortant Bernard Baude remporte la majorité absolue des suffrages exprimés, avec 2 376 voix (68,51 %, 29 conseillers municipaux, dont 4 communautaires), devançant très largement celles menées respectivement par[29] :
- Laurent Dassonville (RN, 897 voix, 25,86 %, 4 conseillers municipaux élus) ;
- Daniel Sauty (LR), 195 voix, 5,65 %, pas d'élus).
Lors de ce scrutin, marqué par la pandémie de Covid-19 en France, 59,19 % des électeurs se sont abstenus

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1919 1924 Michel Richard[30] SFIO puis PCF Ouvrier mineur
1924 1935 Georges Thernisien[31] PCF Marchand de vins
1935 1939 Michel Richard PCF Ouvrier mineur
Les données manquantes sont à compléter.
1944 1945 Michel Richard PCF Ouvrier mineur
Les données manquantes sont à compléter.
1947 1953 Henri Hotte   Ouvrier mineur
1953   Henri Bodart    
1959   Henri Hotte   Ouvrier mineur, maire honoraire
février 1970 avril 2002 Léandre Létoquart[32],[33] PCF Ouvrier électricien puis permanent politique
Fils de Léandre Létoquart, député-maire d'Avion
Conseiller régional du Pas-de-Calais (1983 → 1998)
Démissionnaire
avril 2002 En cours
(au 6 juillet 2021)
Bernard Baude PCF Ancien cadre chez les Pionniers de France
Conseiller régional du Pas-de-Calais (? → 2015)[réf. nécessaire]
Conseiller régional des Hauts-de-France (2021 → )
Vice-président de la CA de Lens-Liévin (2020 → )
Réélu pour le mandat 2014-2020[34],[35]
Réélu pour le mandat 2020-2026[36]

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune est jumelée avec :

Carte
Jumelages et partenariats de Méricourt.Voir et modifier les données sur Wikidata
Jumelages et partenariats de Méricourt.Voir et modifier les données sur Wikidata
VillePaysPériode
Flöha[37]Allemagnedepuis
Roccamandolfi[37]Italiedepuis
Tarnowskie Góry[37]Polognedepuis

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[38],[Note 3].

En 2021, la commune comptait 11 431 habitants[Note 4], en diminution de 2,38 % par rapport à 2015 (Pas-de-Calais : −0,76 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
535486587658673648705736667
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
6566691 0821 6822 1902 3212 6262 8443 157
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 5933 5963 8051 6628 50110 4967 1878 74010 297
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
13 20013 41613 80613 27312 33011 72311 85811 81211 688
2021 - - - - - - - -
11 431--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[39].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 37,3 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 25,7 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 5 425 hommes pour 5 921 femmes, soit un taux de 52,19 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[40]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,8 
5,6 
75-89 ans
11,3 
15,8 
60-74 ans
16,0 
19,4 
45-59 ans
19,0 
18,0 
30-44 ans
17,6 
18,2 
15-29 ans
15,6 
22,4 
0-14 ans
18,8 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2020 en pourcentage[41]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,6 
5,5 
75-89 ans
8,9 
16,4 
60-74 ans
17,8 
20,3 
45-59 ans
19,3 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,1 
15-29 ans
16,2 
20,2 
0-14 ans
18,1 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vue de l'église Saint-Martin.
Le monument aux morts.
  • C'est à Méricourt que se trouve le mémorial de la catastrophe minière dite de Courrières (1 099 morts en ). Depuis 2006, ce mémorial comporte aussi un chemin de marche reconstituant le parcours souterrain « des rescapés », c'est-à-dire des survivants qui ressortirent des galeries effondrées environ trois semaines après le coup de grisou et de poussière.
  • Église Saint-Martin, vaste église néo-romane.
  • Église Sainte-Barbe, petite église moderne qui remplace l'ancienne (1927-1997).
  • Chapelle Saint-André-Bobola, chapelle moderne desservant la communauté polonaise et ses descendants.
  • Monument de Jean Jaurès par le sculpteur Augustin Lesieux, inauguré le .

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Louis Delaby (1897-1972), dirigeant syndicaliste français.
  • Charles Humez (1927-1979), boxeur, né à Méricourt.
  • Arthur Chardon (pcd) (poète-mineur). Arthur Chardon était mineur à la Fosse 3 des mines de Courrières à Méricourt. C'est un poète patoisant qui a écrit Les Chants d'un mineur (1912).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

d'azur aux deux terrils de sable, au chevalement de mine d'argent brochant sur le tout, posé sur une terrasse de gueules chargée d'une foi d'or, au franc canton cousu aussi de gueules chargé d'une roue d'engrenage d'argent surchargée d'un coupon de rail de sable.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Mylène Mihout, Un militant syndicaliste franco-polonais : "La vie errante" de Thomas Olszanski, 1886-1959, Presses Universitaires Septentrion, (lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Carte spéciale des régions dévastées : 08 NO, Douai[Nord-Ouest], Service géographique de l'armée, (lire en ligne), lire en ligne sur Gallica.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  3. « Orthodromie entre Méricourt et Douai », sur fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Station Météo-France « Douai » (commune de Douai) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  5. « Station Météo-France « Douai » (commune de Douai) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  7. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  9. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Unité urbaine 2020 de Douai-Lens », sur insee.fr (consulté le ).
  11. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  13. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Lens - Liévin », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  14. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  15. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  16. Comte Auguste De Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne), p. 252.
  17. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Philippe Roger, « Un second Courrières : la catastrophe minière du 19 avril 1948 », sur Cairn.info, (consulté le )
  19. a et b Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 8-9, lire en ligne.
  20. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 9, lire en ligne.
  21. Carte spéciale des régions dévastées, document mentionné en liens externes, 1920.
  22. Journal officiel du 24 septembre 1920, p. 14066.
  23. Cent ans de vie dans la région, tome 3 : 1939-1958, La Voix du Nord éditions, hors série du 17 juin 1999, p. 47
  24. Mihout 1993, p. 128.
  25. "Chronique de la grève des mineurs du Nord/Pas-de-Calais (27 mai - 6 juin 1941)" par Etienne Dejonghe, Maître de conférences à l'Université de Lille III et président du Conseil scientifique de l'Association "Mémoire de l'Occupation et de la Résistance en Zone interdite", dans la Revue du Nord en 1987 [1]
  26. « Grève des mineurs du Nord-Pas-de-Calais », Chemins de Mémoire (consulté le ).
  27. « Commune de Méricourt (62570) (commune actuelle) », Code Officiel Géographique (date de référence : 01/01/2021), sur insee.fr (consulté le ).
  28. Résultats officiels pour la commune Méricourt
  29. « Pas-de-Calais (62) - Méricourt », Résultats des élections municipales et communautaires 2020, Ministère de l'intérieur (consulté le ).
  30. Yves Le Maner, notice RICHARD Michel, Léon, Eugène, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 27 décembre 2013.
  31. « THERNISIEN Georges », sur maitron.fr, .
  32. Christian Lescureux, « LÉTOQUART Léandre (fils) : Né le 9 février 1937 à Maroeuil (Pas-de-Calais) ; ouvrier électricien puis permanent ; membre du secrétariat de la fédération communiste du Pas-de-Calais, maire de Méricourt (Pas-de-Calais), conseiller régional du Nord Pas-de-Calais », Le Maitron en ligne, 20/3/2012 mis à jour le 25/4/2013 (consulté le ).
  33. « Léandre Létoquart, ancien maire de Méricourt est décédé : Méricourt La nouvelle a provoqué une vive émotion auprès des habitants », L'Avenir de l'Artois,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Il avait fêté ses 80 ans en février dernier. Il s’était retiré de la vie politique après avoir passé la main à Bernard Baude, en 2002. Élu depuis 1970 dans sa commune, il a présidé durant 32 années le conseil. En 1986 il a été tête de liste au conseil régional. Son mandat a été renouvelé en 1992 ».
  34. « Méricourt: Bernard Baude réélu face à une nouvelle opposition, le FN : Dimanche matin, le maire communiste Bernard Baude a officiellement reçu de nouveau l’écharpe de premier magistrat. Lui qui a fait taire les ambitions d’un FN pourtant confiant en étant élu dès le premier tour avec 51,25 % des suffrages, devra désormais composer avec ces élus d’opposition. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  35. Céline Debette, « Méricourt: le maire compte bien mener à terme le projet «fou» d’une grande cuisine pédagogique : La démocratie participative a guidé chacun de ses mandats. Et ce n’est pas près de changer. Le maire de Méricourt continue de la mettre en place pour mener à bien les projets de ces six prochaines années. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  36. Élise Forestier, « Méricourt: le conseil municipal installé, premières joutes avec l’opposition RN : Ce mercredi soir, salle Jean Vilar, la ville installait son conseil municipal et son maire, Bernard Baude, dans ses fonctions », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  37. a b et c « https://pastel.diplomatie.gouv.fr/cncdext/dyn/public/atlas/rechercheAtlasFrance.html?criteres.collectiviteId=24647 »
  38. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  39. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  40. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Méricourt (62570) », (consulté le ).
  41. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).