Le Portel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Portel
Le Portel
La mairie.
Blason de Le Portel
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Boulogne-sur-Mer
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Boulonnais
Maire
Mandat
Olivier Barbarin
2020-2026
Code postal 62480
Code commune 62667
Démographie
Gentilé Portelois
Population
municipale
9 071 hab. (2019 en diminution de 5,82 % par rapport à 2013)
Densité 2 356 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 42′ 27″ nord, 1° 34′ 28″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 59 m
Superficie 3,85 km2
Type Commune urbaine et littorale
Unité urbaine Boulogne-sur-Mer
(banlieue)
Aire d'attraction Boulogne-sur-Mer
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Boulogne-sur-Mer-2
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Le Portel
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Le Portel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Portel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Portel
Liens
Site web ville-leportel.fr

Le Portel est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Il s'agit d'une ville de 9 071 habitants, limitrophe de Boulogne-sur-Mer dont elle abrite d'ailleurs une partie du port. C'est également une station balnéaire de la Côte d'Opale, connue pour son carnaval et son équipe de basket-ball.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le Portel est une commune littorale du Pas-de-Calais, située au sud de Boulogne-sur-Mer, sur la Côte d'Opale, au bord de la Manche. Elle est située à environ 35 km au sud-ouest de Calais[1], 105 km à l'ouest de Lille[2] et 215 km au nord de Paris[3] à vol d'oiseau.

Par temps clair, de la plage, on aperçoit les falaises blanches des côtes anglaises, au-delà de la mer.

Communes limitrophes du Portel
Boulogne-sur-Mer
Manche du Portel
Équihen-Plage Outreau

Plage et bord de mer[modifier | modifier le code]

Descente de la plage - À gauche, l'épi, au centre, en mer, le fort de l'Heurt.

La plage de sable fin du Portel est considérée comme une des plus belles de la côte d'Opale[4].

Elle est bordée au sud d'une petite digue appelée « Épi », construite entre 1867 et 1870, et au nord, par la grande digue « Carnot » (du nom de l'ancien président de la République française), où l'on trouve quatre éoliennes de 750 kW chacune : le parc éolien du Portel[5]. La présence de ces deux digues et la zone de calme ainsi créée ont favorisé l'apport de sable fin dont profitent aujourd'hui les estivants.

La plage du Portel est une des rares plages de la Côte d'Opale dont l'ensablement s'accroît actuellement (environ de 6 mètres depuis les années 1900).

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte avec les communes environnantes

Climat[modifier | modifier le code]

La ville côtière est sous un climat océanique marqué. Les amplitudes thermiques sont faibles, les hivers sont doux et les étés frais. Les jours de gelée et de neige sont peu nombreux. Le temps est variable à cause des vents, très fréquents et parfois violents, qui influencent le climat en fonction de leur direction. Les vents dominants venant de l'ouest (façade maritime) apportent un air relativement pur et poussent les nuages vers l'arrière-littoral. Il existe également des vents froids en provenance du nord ou de l'est. Les précipitations se répartissent tout au long de l'année, avec un maximum en automne et en hiver.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Le Portel est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[6],[7],[8]. Elle appartient à l'unité urbaine de Boulogne-sur-Mer, une agglomération intra-départementale regroupant 8 communes[9] et 84 811 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[10],[11].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Boulogne-sur-Mer, dont elle est une commune du pôle principal[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 80 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[12],[13].

La commune, bordée par la Manche, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[14]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[15],[16].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (67,2 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (59,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (40,2 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (27 %), terres arables (12,5 %), zones agricoles hétérogènes (7,5 %), prairies (7,2 %), zones humides côtières (4,6 %), eaux maritimes (0,8 %)[17].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[18].

Accès et transports[modifier | modifier le code]

Le Portel est essentiellement accessible à partir des communes voisines.

L'autoroute A16 passe à proximité de la commune et la dessert par le biais de la sortie Sortie 29 (située à environ 8 km du centre).

La commune est desservie par de nombreuses lignes du réseau de bus Marinéo.

Le Portel est également à proximité des deux gares ferroviaires de Boulogne-sur-Mer (Boulogne-Ville et Boulogne-Tintelleries).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le portel (petit port) est un toponyme qui a prévalu un ancien nom germanique, qui était composé d'un anthroponyme, Turbod, suivi du suffixe -ing et de hem (enclos, demeure)[19].

Anciens noms : Turbodinghem (858), Torbinghen et Torbinguehem (1389), Le Portet (1546).

Histoire[modifier | modifier le code]

Les quais.
Statue de Notre Dame de Boulogne sur le quai de la Vierge.
Le phare du Portel, ou « phare d'Alprech ».
Le Portel en 1900.

Le Portel signifie par altérations successives le petit port. À l'origine, Le Portel est un hameau de la commune d'Outreau. Il devient une commune indépendante le par décret impérial de Napoléon III.

On a découvert au XIXe siècle, au centre du village (Pont Hamel) dans le lit du Tihen (petit ruisseau qui traverse la commune), de nombreux silex taillés qui attestent de l'occupation très ancienne du site ainsi qu'un cimetière gallo-romain à Châtillon.

En 1208, Le Portel fait partie du fief de Tihe, allié du duc de Flandre. Ce domaine s'étendait sur la Salle, Outreau, Manihen, Alprech, Ningles et Équihen. Ce n'est qu'en 1339 qu'apparait pour la première fois le nom de Le Portel dans le compte du domaine de Boulogne rendu à Marguerite d'Evreux. On y apprend l'existence d'un four banal.

En 1415, on y précise que les marins du Portel contribuaient à l'entretien du feu de la tour d'Odre (phare romain construit sous Caligula) depuis la Saint-Michel jusqu'à Pâques. En 1545, le maréchal du Biez y établit son quartier général dans la tentative de François Ier de reprendre Boulogne occupée par les Anglais.

Sa population était agricole à l'origine. Devenu petit village de pêcheurs, en 1725, la population du Portel s'élevait à 120 feux. Elle se développa très rapidement au cours du XIXe siècle avec la pêche et la proximité du port de Boulogne-sur-Mer. Les marins du Portel étaient aussi nombreux que ceux de Boulogne avant la Première Guerre mondiale.

En 1803, pour défendre les préparatifs d'un débarquement en Angleterre, Bonaparte installa le camp de gauche sur Le Portel et Outreau, le camp de droite à Boulogne et ordonna la construction sur le socle rocher de l'Heurt, d'un fort qui portera le nom de Fort de l'Heurt. En 1841, deux marins portelois sont sur le navire nommé la Belle Poule, qui ramène les cendres de Napoléon Ier en France.

Gabriel Rémy Fourcroy (1822-1905) fut le premier maire de la commune, exerçant de 1856 à 1870. Césaire Gournay, exerça pour sa part les fonctions d'édile municipal durant 23 ans.

La commune fut desservie, de à , par le Chemin de fer de Boulogne au Portel, dont on voit ici le terminus de la gare du Portel.

En 1909, le capitaine du génie Saconney, conçoit un train de cerfs-volants militaires, le fait construire par la société Astra (spécialisée dans la fabrication des ballons) et part l’essayer au cap d’Alprech au Portel. Il est accompagné de son épouse Marie-Louise munie de sa machine à coudre pour effectuer les modifications à prévoir. Malgré quelques casses dues aux vents violents, les essais se déroulent convenablement. Le 10 janvier 1910, jour des essais publics devant la presse internationale, le vent est, hélas, faible. Saconney, trop lourd, doit à contrecœur, céder la place dans la nacelle à Marie-Louise enchantée. Ainsi a-t-on vu partout la photo d’une jeune femme en chapeau s’élever dans la nacelle d’un cerf-volant militaire. Quelques officiers lui succéderont. Les altitudes atteintes sont de 200 mètres avec passager et de 600 mètres avec un lest de sable équivalent.

Bombardements alliés de 1943 et opération Starkey[modifier | modifier le code]

En 1943, lors de la Seconde Guerre mondiale, les Alliés lancèrent le Cockade, un plan de diversion pour faire croire à un débarquement prochain dans le Pas-de-Calais pour immobiliser des troupes allemandes en Europe du Nord-ouest et éviter qu'elle ne se déplacent vers le front russe ou vers la Méditerranée, les Alliés se préparant à débarquer en Sicile et en Italie continentale.

Les 8 et 9 septembre 1943, des bombardements détruisirent près de 94 % des habitations du Portel et firent plus de 500 morts[20] avec 5 000 points de chute de bombes[21]. Mais l’opération Starkey, une des opérations du plan Cockade, mise au point par le général Sir Frederik Morgan, chef du SHAEF, le grand état-major des forces alliées, n’eut pas les résultats escomptés sur le plan stratégique. Lors de la Libération de la France, en septembre 1944, les armées alliées passèrent à travers la cité rasée et sans population, ses habitants avaient été évacués et dispersés[22]. À la fin de la guerre, le , le général de Gaulle se rendit dans la ville en ruines qui reçut la Croix de guerre avec étoile d’argent pour son sacrifice.

Reconstruit après guerre, Le Portel redevint une station balnéaire fréquentée.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Boulogne-sur-Mer du département du Pas-de-Calais.

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté d'agglomération du Boulonnais.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée au canton de Boulogne-sur-Mer-2.

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la cinquième circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1856 1870 Gabriel Fourcroy    
1870 1892 Prudent Athanase Sauvage    
1892 1898 Jules Tronchon    
1898 1900 Marie Emmanuel Bourgain    
1900 1912 François Gournay Hédouin    
1912 1935 Césaire Gournay RG Conseiller d'arrondissement du Canton de Samer (1919-1925)
Conseiller général du Canton de Samer (1925-1929)
1935 1943 Augustin Lobez    
1943 1944 Jules Pirot    
1944 1945 Arthur Vasseur    
1945 1945 Joséphine Bourgain    
1945 1946 Jean Coppin    
1946 1947 Alfred Justin    
1947 1953 Léon Godard   Docteur en médecine
1953 1965 Jean-Baptiste Gournay-Pauchet    
1965 1971 Maurice Isidore    
1971 1977 Paul Justin   Rédacteur
mars 1977 juin 1995 Paul Barbarin PS Métreur-vérificateur
juin 1995 mars 2014[23] Laurent Feutry UDF puis DVD Médecin généraliste
Conseiller général du canton du Portel (1998 → 2004)
mars 2014 En cours
(au 2 avril 2022)
Olivier Barbarin PS puis DVG Cadre supérieur[24],[25]
Conseiller régional du Nord-Pas-de-Calais (2010 → 2015)
Conseiller départemental depuis 2021
Réélu pour le mandat 2020-2026[26],[27]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Eau et déchets[modifier | modifier le code]

La commune a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21[29].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le Portel compte quatre écoles maternelles publiques, trois écoles primaires (deux publiques et une privée), un collège, le collège Jean-Moulin, et un lycée professionnel maritime.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1861. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[30]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[31].

En 2019, la commune comptait 9 071 habitants[Note 3], en diminution de 5,82 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
3 2843 6004 0234 2665 1105 3925 3295 6115 772
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
6 3526 7637 7607 7128 0698 1313 6178 70011 198
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2019
11 37911 11210 98410 61510 72010 1109 7059 2629 071
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[32] puis Insee à partir de 2006[33].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 36,9 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 27,1 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 4 351 hommes pour 4 806 femmes, soit un taux de 52,48 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[34]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ou +
1,6 
5,5 
75-89 ans
9,7 
17,2 
60-74 ans
19,3 
20,6 
45-59 ans
19,5 
16,7 
30-44 ans
15,3 
19,4 
15-29 ans
16,9 
20,1 
0-14 ans
17,6 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[35]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Défilé carnavalesque (dimanche avant Mardi gras).
  • Ducasse - Grande Foire aux manèges durant deux semaines en mai.
  • Fête du Parc de la Falaise (juin).
  • Bénédiction de la mer (juillet).
  • Animations estivales juillet-août.
  • Fête de la Moule (août).
  • Fête du Welsh (août).
  • Liberty Memory - Camp américain Guerre 39/45 - Club de l'oncle Sam sur le site d'Alprech (septembre).
  • Défilé de Saint-Nicolas (6 décembre).
  • Défilé des guénels (23 décembre).
  • Village de Noël sur la place de l'Église.

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

Équipements sportifs[modifier | modifier le code]

  • Salle de sports et de spectacles « Le Chaudron », rue Charles-Lamarre (3 500 à 4 500 places)
  • Stade et salle de sports Georges Carpentier, boulevard du Maréchal Lyautey
  • Piscine intercommunale d'Outreau-Le Portel « Océane »
  • « Opale Bowling », 6 pistes

Sport professionnel[modifier | modifier le code]

L'équipe de basket-ball professionnelle du Portel, l'Étoile Sportive Saint-Michel (ESSM), évolue en Pro A (1re division) depuis 2016 (anciennement en Pro B). Elle joue ses matchs à domicile dans le Chaudron depuis novembre 2015.

Autres sports[modifier | modifier le code]

La ville compte aussi un champion du monde de trampoline, Louis Fait, et l'Athlétic-Gym Le Portel participe à des compétitions internationales comme les championnats du monde ou d'Europe.

La Savate Porteloise a aussi forte réputation, l’équipe professionnelle de bénévoles, enseignent et dispensent les cours aux plus jeunes et aux confirmés. Au fil des années, grâce à ses résultats (titres nationaux), le club jouit d’une bonne réputation au niveau régional, voire national.

Économie[modifier | modifier le code]

En 2018, le revenu fiscal de référence moyen par foyer est de 16 993  au Portel[36], soit un chiffre inférieur à celui national (27 475 ), et le taux de chômage est de 20,8 %[37] (contre 8,8 % en France). Cela en fait une des villes les plus pauvres du nord de la France. L'impôt sur la fortune y est très faible et on y compte un grand nombre d'HLM.

Le nombre de foyers fiscaux imposés est de 1504 en 2018. En comparaison, le nombre de foyers fiscaux était de 2247 en 2013. Ce qui signifie que la ville a perdu des recettes de fonctionnement entre 2018 et 2013[38],[pertinence contestée].

Les impôts locaux totaux de la commune ont augmenté, passant de 597 € par habitant en 2014 à 662 € par habitant en 2018.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La ville conserve les vestiges de nombreuses fortifications dont :

  • le fort de l'Heurt (construit en 1803-1805 sur ordre de Napoléon Bonaparte) est un fort en mer qui devait assurer la protection du port de Boulogne et les préparatifs du projet de descente en Angleterre (camp de Boulogne)[39].
  • le fort d'Alprech, près du phare du même nom[40], est une batterie côtières de type Séré de Rivières (ouvrage casematé de 1883).
  • Le fort de Couppes, construit en 1883 est une des quatre batteries côtières de type Séré de Rivières qui devaient assurer la défense du port en eau profonde de Boulogne-sur-Mer (Alprech, Couppes, Odre et La Crèche).
  • Le fort du Mur de l'Atlantique[41], référencé à l'inventaire général du Patrimoine du Pas-de-Calais, le site d'Alprech dit Moulin de l'Enclos. Ce site possède de nombreux blockhaus et casemates, vestiges des constructions allemandes de la Seconde Guerre mondiale encore en très bon état.
    Les forts se visitent l'été, gratuitement grâce aux bénévoles des associations locales (l’ASFHPP, Association de Sauvegarde du Fort de l'Heurt et du Patrimoine Portelois et le CHP, Cercle Historique Portelois).
    On peut visiter la batterie d'Alprech lors des Journées des Villes Fortifiées et du Patrimoine.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

La médiathèque les Jardins du Savoir : construite en 2007-2008, elle offre à un quartier défavorisé de la ville un équipement culturel qui se veut pédagogique, à hautes performances et de grande qualité d'usage. Pour l'intérieur, les architectes sont Bernard Laffaille, Sébastien Calmus et Fabienne Gavory[43].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Personnalités nées dans la commune (par ordre chronologique) :

  • Alexis Coppin dit Major (1778-1864), premier Portelois à recevoir la Légion d'honneur remise par Napoléon Ier le 18 août 1805 à Boulogne-sur-Mer. On peut trouver sa tombe à l'entrée, tout de suite à gauche, dans le cimetière du Portel. Celle-ci a été restaurée par la municipalité dans les années 2000.
  • Célestin Rousseau (1861-1949), espérantiste et pharmacien.
  • Joseph Bourgain (1872-1925), missionnaire et vicaire apostolique du Kientchang (Chine), sacré le 10 novembre 1918[44].
  • Remy-Louis Leprêtre (1878-1961), archevêque de Rhusium, délégué apostolique en Syrie, sacré le 12 mai 1936[45].
  • Alfred Desenclos (1912-1971), compositeur et pianiste.
  • Lucien Leduc (1918-2004), footballeur puis entraîneur international.
  • Éric Dewilder (1964), footballeur professionnel.
  • Bernard Lobez, golfeur semi-professionnel dont le principal fait d'armes est d'avoir bousculé Tiger Woods en play-off à Scottdale en 2002.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Le Portel.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

d'azur à la croix d'argent, à l'écusson de gueules en cœur, chargé d'une ancre d'or enlacée d'un caducée d'argent.


Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Voisin, Notice complémentaire sur l'anse du Portel : modifications survenues de 1873 à 1907, Paris : Imprimerie nationale, 1908 (lire en ligne)
  • Élisabeth Gueuret, Marin, les élèves de la mer, photographies de Xavier Voirol, éditions Light Motiv (59110 La Madeleine), 4e volume de la collection Long Cours, 72 pages, (ISBN 978 -2-95379-080-1)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Distance à vol d'oiseau entre Le Portel et Calais », sur www.lion1906.com (consulté le ).
  2. « Distance à vol d'oiseau entre Le Portel et Lille », sur www.lion1906.com (consulté le ).
  3. « Distance à vol d'oiseau entre Le Portel et Paris », sur www.lion1906.com (consulté le ).
  4. La plage de sable fin du Portel sur video.google.fr, consulté le 1er janvier 2007
  5. Sylvain Delage, « Une éolienne géante au lieu de quatre sur la digue de Boulogne : un projet à l’étude », sur https://www.lavoixdunord.fr/, La Voix du Nord,
  6. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  8. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Unité urbaine 2020 de Boulogne-sur-Mer », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  10. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  11. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  12. « Liste des communes composant l'aire d'attraction duBoulogne-sur-Mer », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  13. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  14. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  15. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  18. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  19. Jacques Mahieu - Promenade flamande dans Boulogne-sur-mer (2009)
  20. Le Portel dans la tourmente
  21. Présentation du livre "Outreau d'hier à aujourd'hui"
  22. Le bombardement
  23. Romain Douchain, « Le Portel: le maire Laurent Feutry battu par Olivier Barbarin de 19 voix! : Une page se tourne au Portel. Laurent Feutry (divers droite), maire depuis 1995, est battu par Olivier Barbarin (PS), son opposant notoire », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  24. Olivier Merlin, « Le Portel: Olivier Barbarin installé dans le fauteuil de maire dans le calme et l’émotion », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  25. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  26. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  27. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  28. « Städtepartnerschaften » Site web de la commune de Stockelsdorf, consulté le 30 avril 2016
  29. FICHE | Agenda 21 de Territoires - Le Portel, consultée le 30 octobre 2017
  30. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  31. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  32. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  33. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  34. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune du Portel (62667) », (consulté le ).
  35. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  36. Impôts au Portel (62480) sur L'Internaute, consulté le 9 avril 2013
  37. Emploi au Portel (62480) sur L'Internaute, consulté le 9 avril 2013
  38. Argus commune du Portel consulté le 2 mars 2020
  39. Le Fort de l'Heurt sur le site de l'Association de Sauvegarde du Fort de l'Heurt et du Patrimoine Portelois (ASFHPP)
  40. le fort d'Alprech
  41. Référence Mérimée IA00050749 dans l'Inventaire général du Patrimoine culturel du Nord-Pas-de-Calais, sur www.culture.gouv.fr
  42. Informations paroissiales
  43. Guide de l'écoconstruction en Caps et Marais d'Opale, syndicat mixte du Parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale, 2010
  44. Notice sur http://www.catholic-hierarchy.org
  45. Notice sur http://www.catholic-hierarchy.org