Georges Docquois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Georges Docquois
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 63 ans)
OrgevalVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction

Georges Louis Edmond Docquois (né le à Boulogne-sur-Mer et mort le (à 63 ans) à Orgeval, alors dans le département de Seine-et-Oise) est un romancier, dramaturge, scénariste et poète français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Journaliste, il s'établit à Paris en 1890. Secrétaire de Fernand Xau, fondateur du Journal, celui-ci lui confie une rubrique d'informations littéraires. Il travaille aussi pour l'L'Écho de Paris, Gil Blas ou encore Le Figaro. Docquois est le fondateur de l'Académie de l'humour français (). Il a été célèbre pour avoir mené une enquête sur les écrivains et leurs animaux, parue sous le titre Bêtes et gens de lettres[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

On lui doit plusieurs pièces de théâtre, des poèmes et des ouvrages sur la Première Guerre mondiale.

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Paris sur le pont, 1892, (avec Georges Charton)
  • Mélie, pièce en 1 acte, Bibliothèque de l'art social, Paris, 1894 (d'après Jean Reibrach).
  • Avant la fin du jour, comédie en 1 acte, Menus-Plaisir, Paris, 1895
  • La Demande, pièce en 1 acte, Ollendorff, Paris, 1895 (avec Jules Renard)
  • Le Petit Champ, farce tabarinique, Stock, Paris, 1896
  • Compliment de la Parisienne, Lemerre, Paris, 1897 (d'après François Coppée)
  • J'ai fait la connaissance d'un homme charmant, Stock, Paris, 1897
  • Leur régime, drame, Stock, Paris, 1897
  • Pantomime de poche, Stock, Paris, 1897
  • Le Pont aux ânes, farce en 1 acte, Stock, Paris, 1897
  • Quand on l'est ..., saynète, Stock, Paris, 1897 (avec Émile Codey)
  • Voyageuse, saynète, Stock, Paris, 1897 (avec Émile Codey)
  • Le Facteur bien noté, comédie en 1 acte, Stock, Paris, 1898 (avec Émile Marchais)
  • On demande un jeune ménage, comédie en 1 acte, Stock, Paris, 1898 (avec Émile Marchais)
  • Paris sur la route, revue en 1 acte, Ollendorff, Paris, 1898 (avec Lucien Métivet)
  • Les Taupier reçoivent, comédie, Stock, Paris, 1898 (avec Émile Codey)
  • Mlle Bigarot n'y tient pas, ou Allons à l'Athénée, vaudeville en 1 acte, Librairie théâtrale, Paris, 1899 (avec Félix Cresson)
  • La Cure de César, saynète, Stock, Paris, 1900 (avec Émile Codey)
  • Voyageur, comédie en 1 acte, Stock, Paris, 1901 (avec Émile Codey)
  • Le Peigne, comédie en 1 acte, Stock, Paris, 1902 (avec Paul Acker)
  • La Petite Maison, opéra-comique en 3 actes, Choudens, Paris, 1903 (avec Alexandre Bisson, musique de William Chaument)
  • Le Renoncement, drame en 1 acte, Stock, Paris, 1903
  • Lucas s'en va-t-aux Indes, farce tabarinique en 1 acte, Stock, Paris, 1905
  • Rue Saint-Thomas-du-Louvre, comédie en 1 acte, Fasquelle, Paris, 1905
  • Le Tour de Ninon, comédie en 1 acte, Stock, Paris, 1907
  • Après l'opéra, drame en deux actes et trois tableaux, Stock, Paris, 1908 (basé sur une histoire de Jean Reibrach)
  • Le Ghoung, pièce en 1 acte, Stock, Paris, 1908 (avec Jules Poignard)
  • Cuisinière d'Amérique, comédie en 1 acte pour jeunes filles, Maison de la bonne chanson, Paris, 1911 (avec Emile Codey)
  • La Rôtisserie de la reine Pédauque, comédie lyrique en 4 actes et 5 tableaux, Calmann-Lévy, Paris, 1920 (d'après le roman d'Anatole France).

Prose[modifier | modifier le code]

  • Bêtes et Gens de Lettres, Flammarion, 1895
  • L'Armoire aux bonshommes, 1899
  • Les Minutes libertines, Cents contes en vers, Fasquelle, Paris, 1904
  • L'Automab-Illiade, Récit Héroïque-comique du raid Pékin-Paris, 1907
  • Le Plaisir des nuits et des jours, Contes en vers, Fasquelle, Paris, 1907
  • Le Petit Dieu tout nu, Contes en vers, Fasquelle, Paris, 1908
  • L'Union tragique, Fasquelle, Paris, 1908
  • La Petite Flûte, Odelettes parisiennes, Fasquelles, Paris, 1909
  • Drôles de gens, 1910
  • Ce qui plaît aux dames, 1914
  • La Cendré rouge, Poèmes, Fasquelle, 1914
  • Guillaume en vers et contre tous, Épigrammes et récits, Lemerre, Paris, 1916
  • Valentine, rue des Dames, 1916
  • Ces dames de l'Hôpital 336, 1917
  • La Chaise innocente. L'enfant du viol boche, 1917
  • La Confession légère, 1917
  • Le Poème sans nom, Fasquelle, Paris, 1919

Musique[modifier | modifier le code]

Filmographie partielle[modifier | modifier le code]

Comme scénariste

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bénédicte Didier, Petites revues et esprit bohème à la fin du XIXe siècle, 2009, p. 246.
  • Bertrand Millanvoye, Anthologie des poètes de Montmartre, 1909, p. 94.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf, Stéphane Mallarmé, Correspondance, vol.4, partie 1, p.205

Liens externes[modifier | modifier le code]