Liste de monuments aux morts français surmontés d'une croix de guerre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Croix de guerre sur monument.jpg
Bourgnac.
Journiac.
Saint-Amand-de-Vergt.

La croix de guerre 1914-1918, plus ou moins épurée, est un des symboles les plus fréquents (et peut-être le plus fréquent) décorant le sommet des monuments aux morts de France.

La simplification du symbole est par exemple obtenue par la suppression des deux épées dressées se croisant au centre de la croix pattée, comme à Brossainc ou à Condé-sur-Vesgre.

Parfois, si les épées sont effectivement présentes, les motifs ne sont que taillés à la surface du matériau : pour des raisons de solidité et/ou d'entretien, la croix de guerre apparaît donc plutôt de loin sous la silhouette d'un disque de pierre, pas ou peu évidé, comme à Plaisir ou à Jumel.

Ce symbole militaire n'est pas plus privilégié dans une région plutôt qu'une autre. La liste non exhaustive ci-dessous, classée par départements, n'inclut pas la mention d'édifices décorés d'une croix de guerre présente ailleurs qu'au sommet de l'obélisque, qu'elle soit sculptée dans la pierre à la surface de son fût quadrangulaire ou réalisée en métal et fixée sur une des faces.

On notera par ailleurs des monuments (dans l'Allier par exemple, à Bizeneuille, Cérilly, La Chapelaude et Vallon-en-Sully), dont la partie supérieure ornée d'une croix de guerre apposée en façade est évidée, dessinant ainsi comme quatre petits piliers trapus soutenant une sorte de coffre, qui ne peut être interprété que comme une variante de l'urne funéraire.

Ain[modifier | modifier le code]

Aisne[modifier | modifier le code]

Allier[modifier | modifier le code]

Ardèche[modifier | modifier le code]

Ariège[modifier | modifier le code]

Ardennes[modifier | modifier le code]

Aube[modifier | modifier le code]

Aveyron[modifier | modifier le code]

Cantal[modifier | modifier le code]

Cher[modifier | modifier le code]

Corrèze[modifier | modifier le code]

Creuse[modifier | modifier le code]

Dordogne[modifier | modifier le code]

Doubs[modifier | modifier le code]

Eure[modifier | modifier le code]

Eure-et-Loir[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Gers[modifier | modifier le code]

Haute-Marne[modifier | modifier le code]

Hautes-Alpes[modifier | modifier le code]

Hautes-Pyrénées[modifier | modifier le code]

Isère[modifier | modifier le code]

Jura[modifier | modifier le code]

Loiret[modifier | modifier le code]

Lozère[modifier | modifier le code]

Marne[modifier | modifier le code]

Mayenne[modifier | modifier le code]

Meuse[modifier | modifier le code]

Oise[modifier | modifier le code]

Pas-de-Calais[modifier | modifier le code]

Puy-de-Dôme[modifier | modifier le code]

Pyrénées-Orientales[modifier | modifier le code]

Saône-et-Loire[modifier | modifier le code]

Sarthe[modifier | modifier le code]

Savoie[modifier | modifier le code]

Seine-Maritime[modifier | modifier le code]

Seine-et-Marne[modifier | modifier le code]

Somme[modifier | modifier le code]

Vendée[modifier | modifier le code]

Yvelines[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Annette Becker, Les Monuments aux Morts - Mémoire de la Grande Guerre, éd. Errance, coll. « Art et Patrimoine », 1991, (ISBN 2-903442-68-1)
  • Mireille Giraud, Quand la pierre bleue raconte la Grande Guerre. Les monuments aux morts, les cimetières américains, (ISBN 2-9523960-1-9)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  1. MemorialGenWeb.org site dédié aux monuments aux morts, avec listes des inscrits sur les monuments
  2. Monuments aux morts du Loiret
  3. Monuments aux morts du Pas-de-Calais
  4. Inventaire pour la Somme (site officiel)
  5. Monuments de la Somme étudiés par un universitaire et un inspecteur de l'Éducation Nationale