Camblain-l'Abbé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Camblain-l'Abbé
Camblain-l'Abbé
L'église Saint-Pierre.
Blason de Camblain-l'Abbé
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Intercommunalité CC des Campagnes de l'Artois
Maire
Mandat
Monique Debeaumont
2020-2026
Code postal 62690
Code commune 62199
Démographie
Gentilé Camblinois
Population
municipale
675 hab. (2021 en augmentation de 4,65 % par rapport à 2015)
Densité 120 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 22′ 26″ nord, 2° 38′ 16″ est
Altitude Min. 103 m
Max. 161 m
Superficie 5,61 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Arras
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Avesnes-le-Comte
Législatives 1re circonscription du Pas-de-Calais
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Camblain-l'Abbé
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Camblain-l'Abbé
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
Camblain-l'Abbé
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
Camblain-l'Abbé
Liens
Site web camblainlabbe.fr

Camblain-l'Abbé est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Ses habitants de la commune sont appelés les Cambligneulois.

La commune fait partie de la communauté de communes des Campagnes de l'Artois qui regroupe 96 communes et compte 33 179 habitants en 2019.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Camblain-l'Abbé est un village périurbain de l'Artois situé à 14 km au nord-ouest d'Arras (chef-lieu d'arrondissement et aire d'attraction), à 15 km au sud-ouest de Lens, à 42 km au sud-ouest de Lille et à 58 km au nord-est d'Amiens.

Carte
Carte interactive (cliquer sur la carte).

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de sept communes :

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est situé dans le bassin Artois-Picardie.

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Nord-est du bassin Parisien, caractérisée par un ensoleillement médiocre, une pluviométrie moyenne régulièrement répartie au cours de l’année et un hiver froid (°C)[2].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 14,1 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 837 mm, avec 12,3 jours de précipitations en janvier et 9,1 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Saulty à 19 km à vol d'oiseau[3], est de 10,4 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 899,7 mm[4],[5]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[6].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal comprend une ZNIEFF de type 1[Note 1] : le coteau boisé de Camblain-l'Abbé et de Mont-Saint-Éloi. Cette ZNIEFF est composée de bois plus ou moins pentus. Dans le bois d’Écoivres, une couche géologique du Landénien continental affleure au sommet, avec un sol constitué de sables fins et de blocs de grès, grès qui a été exploité dans le bois d’Écoivres[7].

Carte de la ZNIEFF sur la commune.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Camblain-l'Abbé est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[8],[9],[10].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Arras, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 163 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[11],[12].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (77,1 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (77,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (65,4 %), forêts (14,1 %), prairies (11,7 %), zones urbanisées (8,9 %)[13]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par l'ancienne route nationale 341 (actuelle RD 341), qui reprend une grande part du tracé de la voie romaine (chaussée Brunehaut) reliant Arras à Boulogne-sur-Mer par Thérouanne[14].

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

La commune se trouve à 4 km de la gare de Frévin-Capelle, située sur la ligne d'Arras à Saint-Pol-sur-Ternoise, desservie par des trains TER Hauts-de-France[15].

La commune était desservie, de 1895 à 1948, par la ligne de chemin de fer Lens - Frévent, une ancienne ligne de chemin de fer qui reliait les communes de Lens et de Frévent.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Camblinium (vers 1106), Cambelin (1137), Camblin juxta stradellam et Camblign (1221), Camblin (1235), Cambling (XIIe siècle), Camblain-lez-le-Mont-Saint-Éloy (1525), Camblain-és-Estrayelles (1720)[16], Camblain et Camblain-l'Abbé depuis 1793 et 1801[17].

Albert Dauzat et Charles Rostaing dans leur Dictionnaire étymologique des noms de lieux de France indiquent que Camblain serait issu du latin campus associé à blin ou belain, surnom de mouton.

Les différents auteurs ont proposé plusieurs hypothèses quant à la toponymie : la dénomination de « abbé » serait due à la « Ferme de l’Abbaye » de Mont-Saint-Éloi qui se trouvait à Camblain et que l’on appelait l’Abbie[18].

En 1793, Le village s’est appelé Camblain-lez-Estrayelles, Estrayelles étant une paroisse indépendante jusque 1793, située près de la chaussée Brunehaut[19].

En français, la préposition « lès » signifie « près de ». D'usage vieilli, elle n'est guère plus rencontrée que dans les toponymes, plus particulièrement ceux de localités.

Histoire[modifier | modifier le code]

Camblain-l'Abbé est desservie par la route départementale 341 dite chaussée Brunehaut reliant Arras à Thérouanne, il faut cependant noter que sur le territoire de la commune, la RD 341 n'emprunte pas exactement le tracé de la chaussée Brunehaut, mais une dérivation

Comblain-l'Abbé, commune instituée par la Révolution française, absorbe entre 1790 et 1794 celle d'Etrayelles[17].

Le village était desservie par la voie ferrée d'intérêt local (VFIL) du chemin de fer Lens - Frévent qui passait par Aubigny-en-Artois et Avesnes-le-Comte.

Pendant la Première Guerre mondiale, le château a servi de quartier général à l'armée canadienne.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Arras du département du Pas-de-Calais.

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

Comblain-l'Abbé était membre de la communauté de communes de l'Atrébatie, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé en 1999 et auquel la commune avait transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, cette intercommunalité a fusionné avec sa voisine pour former, le , la communauté de communes des Campagnes de l'Artois dont est désormais membre la commune.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie depuis 1793 du canton d'Aubigny-en-Artois[17]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton d'Avesnes-le-Comte

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la première circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 500 et 1 499, le nombre de membres du conseil municipal est de 15[20].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1995 mai 2020[21] Pierre-Albert Mayeur[22],[23] UDI  
mai 2020 En cours
(au 4 février 2022)
Monique Debeaumont SE Fonctionnaire retraitée[24],[25],[26]
Réélu pour le mandat 2020-2026[27],[28]

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Camblain-l'Abbé est située dans l'académie de Lille.

Les enfants de la commune sont scolarisés au sein d'un regroupement pédagogique intercommunal (RPI) de « l'Orée du Bois » (communes de Camblain-l’Abbé, Cambligneul, Villers-Châtel et Mingoval)[29] qui scolarise en 2019 environ 150 élèves, dont environ la moitié à Camblain-l'Abbé , qui dispose d'une salle multimédia[30]..

Par ailleurs, une école élémentaire privée est implantée dans la commune[31], l'école Saint-Jean-Baptiste -de-la-Salle. Cette école est une école hors contrat pour garçons, fondée en 1991 par la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X. En 2020, elle accueille 116 élèves répartis dans les classes de sixième à la terminale, principalement en internat[32].

Cette école privée traditionaliste[33] a signé en 2020 une convention avec la direction départementale militaire du Pas-de-Calais qui permet la création d'une classe de défense et de sécurité globale (CDSG) au sein de l’établissement afin de proposer des échanges et des rencontres, tout au long de l’année, aux élèves désireux de mieux connaître l’univers des armées[32],[34].

Petite enfance[modifier | modifier le code]

Une micro-crèche a ouvert à la rentrée 2018[35],[36].

Justice, sécurité, secours et défense[modifier | modifier le code]

La commune dépend du tribunal judiciaire d'Arras, du conseil de prud'hommes d'Arras, de la cour d'appel de Douai, du tribunal de commerce d'Arras, du tribunal administratif de Lille, de la cour administrative d'appel de Douai et du tribunal pour enfants d'Arras[37].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Cambligneulois[38].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[39]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[40].

En 2021, la commune comptait 675 habitants[Note 4], en augmentation de 4,65 % par rapport à 2015 (Pas-de-Calais : −0,76 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
339324301324366391412441418
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
439465526554537532531508491
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
493507481466430424372365387
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
414390448561615653651652646
2015 2020 2021 - - - - - -
645671675------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[41].)
Histogramme de l'évolution démographique

.

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 32,3 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 28,7 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 335 hommes pour 320 femmes, soit un taux de 51,15 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,5 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[42]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,9 
90 ou +
2,4 
5,8 
75-89 ans
5,8 
19,2 
60-74 ans
23,5 
17,1 
45-59 ans
18,3 
21,1 
30-44 ans
21,3 
15,5 
15-29 ans
9,1 
20,3 
0-14 ans
19,5 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2020 en pourcentage[43]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,6 
5,5 
75-89 ans
8,9 
16,4 
60-74 ans
17,8 
20,3 
45-59 ans
19,3 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,1 
15-29 ans
16,2 
20,2 
0-14 ans
18,1 

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Challenge des Jacques, épreuve sportive organisée par le club cycliste des Jacques de Camblain-l'Abbé, dont la 23e édition a eu lieu le [44].
  • Ducasse communale, en juillet[45]

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

Camblain l'abbé possède des espaces dédiés aux divertissements de ses habitants. En effet, le village est doté d'un terrain de football, avec pour sol un gazon naturel, qui est fonctionnel depuis 1985. Ce projet, a donc donné naissance à une équipe nommée ASC CAMBLAIN L'ABBE[46].

En 2018 le village a inauguré sa première plaine de jeux pour tous les âges, constituée d'un jeu de grimpe araignée, d'un pont de singe, d'un tourniquet,…

Dans l'optique du recyclage, la municipalité a décidé de mettre une boite à livres qui s'adresse à tout le monde, avec l'avantage d'être gratuite, et de ne pas nécessiter d'inscription, ni de date de retour à respecter.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument historique[modifier | modifier le code]

Autres monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Camblain-l'Abbé Blason
D'or au chevron de gueules accompagné de trois étoiles d'azur rangées en chef et d'un croissant du même en pointe[51].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jules Gosselet, Un gisement acheuléen à Camblain-l'Abbé, société géologique du Nord, 1909
  • Van-Drival, Description de l'église, Volume 1 du bulletin de la Commission des antiquités départementales, 1849, p. 226-233, [lire en ligne]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  3. « Orthodromie entre Camblain-l'Abbé et Saulty », sur fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Station Météo-France « Saulty » (commune de Saulty) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  5. « Station Météo-France « Saulty » (commune de Saulty) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  6. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le ).
  7. « ZNIEFF 310013280 - Coteau boisé de Camblain et Mont-Saint-Eloi », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  8. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  10. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Arras », sur insee.fr (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  14. « La commune sur le site OpenStreetMap », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  15. « Distance entre la commune et la gare de Frévin-Capelle », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  16. « Dictionnaire topographique de la France - Heuringhem », sur dicotopo.cths.fr (consulté le ).
  17. a b c et d Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. « Dictionnaire topographique de la France - Heuringhem », sur dicotopo.cths.fr (consulté le ).
  19. « L'origine de son nom », sur le site de la mairie, (consulté le ).
  20. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  21. Thierry Vasseur (Clp), « Camblain-l’Abbé : maire depuis 1995, Pierre-Albert Mayeur ne sera plus candidat en mars », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  22. Réélu pour le mandat 2014-2020 : D. D., « Camblain-l’Abbé - Pierre-Albert Mayeur, réélu au poste de maire, sera aidé par trois adjoints », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  23. David Derieux, « Camblain-L’Abbé : « 600 000 euros de travaux en 2014 pour améliorer le quotidien dans le village » : Pierre-Albert Mayeur a débuté en mars son quatrième mandat de maire, à la tête d’une équipe en partie renouvelée et rajeunie. Après les grands travaux de l’extension de l’école, l’année 2014 a été riche en opportunités, qui ont donné lieu à plusieurs chantiers visant l’amélioration du cadre de vie », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  24. A. C. (Clp), « Monique Debeaumont candidate à la tête de la liste « Camblain-l’Abbé ensemble » : Impliquée dans la vie sociale et associative du village, la retraitée se présente pour la première fois aux élections municipales », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  25. « Camblain-l’Abbé : Monique Debeaumont élue maire », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Monique Debeaumont, qui menait la liste vainqueur des élections municipales et élue dans son intégralité, était la seule candidate au poste de maire. Elle a été élue à l’unanimité ».
  26. Aline Chartrel, « Monique Debeaumont, une novice hyperactive au service de Camblain-l’Abbé : Inconnue du paysage politique, la jeune retraitée et son équipe apolitique ont été largement plébiscitées par les suffrages en mars. Sitôt installée, la première magistrate s’est retroussé les manches », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  27. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur data.gouv.fr, (consulté le ).
  28. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  29. « Camblain-l’Abbé : dernière fête des écoles pour Michèle Bérenger au RPI de l’Orée du bois »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site du quotidien La Voix du Nord, (consulté le ).
  30. Anne Chrétien, « Une nouvelle jeunesse pour le secteur de l’école à Camblain-l’Abbé : Tour d’horizon sur le mandat qui s’achève avec le maire Pierre-Albert Mayeur, qui a décidé de ne plus se présenter aux élections municipales de l’année prochaine », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  31. « Pas-de-Calais (62) > Camblain-l'Abbé > École »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le ).
  32. a et b « Camblain-l’Abbé : une classe de défense et de sécurité globale à l’école Saint-Jean-Baptiste de La Salle : L’établissement scolaire a signé lundi une convention avec la direction départementale militaire du Pas-de-Calais », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  33. Aline Chartrel, « Camblain-l’Abbé : les catholiques traditionalistes en procession contre le coronavirus : Tel que le prévoit leur liturgie, des fidèles traditionalistes se sont rassemblés ce mercredi soir pour une messe et procession pour « les temps d’épidémie ». Sans doute une première dans la commune », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Qualifié le plus souvent de moyenâgeux, l’événement catholique traditionaliste n’en a pas moins rallié plus d’une centaine de fidèles mercredi soir. Des élèves de l’école Saint-Jean-Baptiste de la Salle organisatrice, pour l’essentiel, mais pas que ».
  34. Antoine Da Silva, « Près d’Arras, un étrange mariage annulé entre l’Armée et une école intégriste : Mi-décembre, l’Armée signait une convention avec l’école Saint-Jean-Baptiste de La Salle à Camblain-l’Abbé. Une école privée hors contrat, aux convictions pas très laïques, ni républicaines. Comment est-ce possible ? C’est ce que nous avons voulu savoir. Malaise à l’heure où se prépare une loi dite sur les séparatismes, pour conforter les principes républicains », L'Avenir de l'Artois,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  35. Alexis Degroote, « CAMBLAIN-L’ABBÉ Mille et une comptines défend son concept de crèche « bio et écolo » : Raphaël Devienne a déjà ouvert deux crèches Mille et une comptines, à Liévin. Un concept bio et écolo qu’il veut développer à Camblain. L’ouverture est prévue pour la fin août », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  36. Aline Chartrel, « Camblain-l’Abbé La micro-crèche écolo accueille ses premiers enfants « en douceur » », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  37. « Tribunaux dont la commune dépend », sur justice.fr (consulté le ).
  38. Roger Brunet, « France, le trésor des régions », sur tresordesregions.mgm.fr (consulté le ).
  39. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  40. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  41. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  42. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Camblain-l'Abbé (62199) », (consulté le ).
  43. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  44. « Camblain-l’Abbé : cette année encore, pas de challenge des Jacques », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  45. A. C. (Clp), « Camblain-l’Abbé : la ducasse maintenue ce week-end : La crise sanitaire liée au Covid-19 n’aura pas eu raison de la ducasse communale. Elle est maintenue ce week-end, sous une forme particulière », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  46. « Actualité - club Football ASC CAMBLAIN - L' ABBE - Footeo », sur ASC CAMBLAIN - L' ABBE (consulté le ).
  47. Anne-Sophie Hache, « Autour d’Arras, levez les yeux au ciel vers les « flèches à crochets » : On trouve des « flèches à crochets » ailleurs dans la région. Mais quiconque s’aventure sur les routes d’Artois au nord ouest d’Arras, les remarque aussitôt, tant elles sont concentrées », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  48. « église », notice no PA00108249, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  49. Thierry Vasseur (Clp), « CAMBLAIN-L’ABBÉ Inauguration républicaine et bénédiction religieuse pour la chapelle Saint-Roch : Tous les chemins menant à la chapelle Saint-Roch ont été coupés à la circulation il y a quelques jours pour l’inauguration des travaux de restauration de ladite chapelle et sa bénédiction par Monseigneur Jean-Paul Jaeger, évêque d’Arras, Boulogne et Saint-Omer », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  50. « Le monument aux morts », sur Mémoires de pierres (consulté le ).
  51. « Blason », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).