Roussent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Roussent
Roussent
La mairie.
Blason de Roussent
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Montreuil
Intercommunalité Communauté de communes des 7 Vallées
Maire
Mandat
Régis Seine
2020-2026
Code postal 62870
Code commune 62723
Démographie
Gentilé Roussentois
Population
municipale
239 hab. (2019 en augmentation de 3,91 % par rapport à 2013)
Densité 47 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 22′ 09″ nord, 1° 46′ 33″ est
Altitude Min. 2 m
Max. 73 m
Superficie 5,04 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Berck
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Auxi-le-Château
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Roussent
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Roussent
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Roussent
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Roussent

Roussent est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

La commune fait partie de la communauté de communes des 7 Vallées qui regroupe 69 communes et compte 29 653 habitants en 2018.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Roussent est située dans la basse vallée de l'Authie et abrite un marais.

Carte interactive (cliquer sur la carte).

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de cinq communes dont une dans le département de la Somme :

Communes limitrophes de Roussent
Lépine Boisjean
Roussent Maintenay
Nempont-Saint-Firmin Nampont
(Somme)

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est situé dans le bassin Artois-Picardie.

Le territoire est drainé par deux cours d'eau : l'Authie et le canal de dessèchement.

Le marais de Roussent est situé aux abords du lit de l'Authie qui - avec son lit majeur et sa vallée joue un rôle majeur de corridor biologique. Il abrite des milieux naturels et semi-naturels de haute valeur patrimoniale (tourbière en particulier). Ses fosses de tourbage (extraction de la tourbe) et les milieux de vasières, cariçaies, roselières, bas marais et bosquets sont des refuges pour de nombreuses espèces animales[1] et végétales. Ils font l'objet de chantiers-nature de volontaires et bénévoles et autres chantiers d'insertion par le travail. Point de passage d'oiseaux migrateurs, ce marais est traversé par un canal d'asséchement qui rejoint la rivière quelques kilomètres plus loin à Nampont à l'endroit appelé le siphon. Il abrite des huttes de chasse prisées et nombre de sources dont certaines sont potables. Des visites naturalistes sont organisées dans le marais.

C'est une des zones intéressant la Trame verte régionale du Nord-Pas-de-Calais.

Mais plus qu'un marais, la commune a aussi su garder plusieurs de ses bois sur les versants du village.

Le point d'exploitation de nappe phréatique a d'ailleurs été reboisé dans les années 1990 pour une meilleure retenue et qualité d'eau potable.

Roussent est auto-suffisant en eau et en redistribue également aux communes de Lépine et Bois-Jean.

Climat[modifier | modifier le code]

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal comprend une ZNIEFF de type 2[Note 1] : la basse Vallée de l’Authie et ses versants entre Douriez et l’estuaire. Cette ZNIEFF forme une longue dépression au fond tourbeux et offre plus de 4 000 ha de marais, de prairies humides et d'étangs[2].

Site Natura 2000[modifier | modifier le code]

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d’intérêt écologique élaboré à partir des directives « habitats » et « oiseaux ». Ce réseau est constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS). Dans les zones de ce réseau, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[3].

Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la « directive Habitats » : les prairies et marais tourbeux de la basse vallée de l'Authie, d'une superficie de 307 hectares[4].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Roussent est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[5],[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Berck, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 19 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (66,8 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (66,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (65,1 %), zones humides intérieures (24,6 %), zones urbanisées (5,4 %), forêts (3,1 %), prairies (1,7 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Voie de communication et transport[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Rossem (1140) (cartulaire de Valloires), Russem (1196) (cartulaire de Saint-Josse-sur-Mer), Rousem (1207) (charte du Val), Russen (1232) (cartulaire de Saint-Josse-sur-Mer), Roussem (1252) (terroir de Dommartin), Roussent (1789)[12], Roussent (depuis 1793 et 1801)[13].

Il s'agit d'un type toponymique germanique en -hem qui résulte de l'évolution de ham constatée en flamand et en picard. Ham signifie « foyer, maison », puis « groupement d'habitations » (voir hameau de même étymologie et toponymes le Ham). La réécriture en -ent est constatée plus au nord vers la Canche, où elle caractérise de nombreux toponymes concentrés dans la même région : Beussent, Rinxent, Inxent, Tubersent, Hubersent, etc.

En réalité, il ne s'agit pas de -ent, mais de -sent, le [s] s'expliquant par le génitif saxon, à la fin de l'élément précédent, c'est-à-dire un anthroponyme. Ce qui implique qu'on ait parlé germanique assez longtemps dans la région, ce [s] apparaissant tardivement en toponymie.

La commune de Roussent fut rattachée à celle de Maintenay pour former la commune de Maintenay-Roussent entre 1824 et 1858

Histoire[modifier | modifier le code]

Une nécropole et des objets de civilisation gallo-romaine, de même qu'une villa furent découverts non loin de là, dans les communes de Nampont et Nempont[14].

Une monnaie gallo-romaine "aurait" d'ailleurs été retrouvée lors des travaux d’installation des égouts dans la commune de Roussent.

La commune a connu les bombardements des dernières guerres, ses bois et le taillis au-dessus du lieu-dit du Bois du val en dissimulent les traces et cratères.

Il est fort probable qu'elle fut libérée en 1944 par les Canadiens, comme la commune de Wailly-Beaucamp sur le plateau côtier rejoignant Montreuil-sur-Mer.

L'artère traversant le village sépare l'église d'une ancienne ferme-couvent, les sœurs qui l'habitaient étaient propriétaires du bois Labbès s'étendant de la périphérie du village en allant vers Buire-le-Sec, jusqu'au lieu-dit le Secmont, duquel démarre un autre bois que l'on longe pour se rendre vers la commune de Boisjean.

La vieille route du lieu-dit Lécayelles, descendant entre ces deux bois jusqu'au pied du mont, fut à une période un passage incontournable du Rallye du Touquet, avant son classement en championnat de France.

L'ancienne école du village jouxtant la mairie, a été reconvertie en salle des fêtes locative avec grande terrasse extérieure et préau à un second niveau. Chaque été, la clôture de la brocante semi-nocturne du village, y donne lieu à la populaire moules-frites. S'y déroule aussi le trophée des élus du canton (quilles) et diverses manifestations et activités sportives (club de gymnastique, danse...).

La forge est un savoir-faire aujourd'hui disparu de la commune qui a compté plusieurs forgerons dans son histoire, mais plusieurs artisans sont toujours du village, dont La « Poterie du Val d'Authie ».

La commune est aussi devenue un village résidentiel.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Montreuil du département du Pas-de-Calais.

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune a fait partie, de 1996 à 2013, de la communauté de communes du val de Canche et d'Authie et, depuis le , elle fait partie de la communauté de communes des 7 Vallées (7 Vallées comm) dont le siège est basé à Hesdin.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie du canton de Campagne-lès-Hesdin, depuis la loi du reprise par la constitution de 1791, qui divise le royaume (la République en ), en communes, cantons, districts et départements[13].

Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, elle est maintenant rattachée, ainsi que toutes les communes de l'ancien canton de Campagne-lès-Hesdin, au canton d'Auxi-le-Château qui passe de 26 à 84 communes[15].

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie, depuis 1986, de la quatrième circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1800 1824 Devilliers    
1858 1871 Élie Parmentier    
1871 1876 Pierre François Delobel    
1876 1892 Charles Ernest Oudin    
1892 1900 Édouard Vaillant    
1900 1904 Martial Lenne    
1904 1919 Benoît Gourlain    
1919 1921 Eugène Godet    
1921 1929 François Loy    
1929 1935 Henri Gobert    
1935 1953 Georges Calippe    
1953 1975[16] Gaston Seine   Décédé en fonction
1975 1977 Georges Loy    
1977 1995 François Boulenger    
1995 En cours
(au 4 avril 2022)
Régis Seine   Employé retraité
Réélu pour le mandat 2014-2020[17],[18],[16]
Réélu pour le mandat 2020-2026[19],[20],[21]

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Eau et déchets[modifier | modifier le code]

Espaces publics[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Roussent fait partie de l'académie de Lille.

Au sein du regroupement pédagogique intercommunal dispersé (RPI) comprenant Saulchoy, Maintenay, Saint-Rémy et Roussent, la commune scolarise des élèves.

Postes et télécommunications[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Justice, sécurité, secours et défense[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Roussentois[22].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[24].

En 2019, la commune comptait 239 habitants[Note 4], en augmentation de 3,91 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1861 1866 1872 1876 1881
128126134188265284300301302
1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931
308322283281271250225201189
1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999
189179181172158148147172151
2006 2007 2012 2017 2019 - - - -
190196217241239----
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 40,6 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 22,8 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 117 hommes pour 123 femmes, soit un taux de 51,25 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[26]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,9 
90 ou +
0,0 
3,4 
75-89 ans
5,6 
18,8 
60-74 ans
16,9 
11,1 
45-59 ans
12,9 
26,5 
30-44 ans
22,6 
13,7 
15-29 ans
15,3 
25,6 
0-14 ans
26,6 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[27]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

Vie associative[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

L'économie de la commune est aujourd'hui fortement axée sur l'accueil touristique et l'exploitation de la chasse et de la pêche. Des randonnées à la découverte des vieux sentiers sont possibles alentour.

Cependant l'activité agricole demeure présente, et si les plantations de tabac ont disparu, on trouve au village un producteur de volailles de qualité reconnue. La célèbre pomme de terre ratte du Touquet, tant appréciée des gourmets, a été un temps également cultivée à Roussent. La variété réside entre céréales et betteraves, vaches allaitantes et laitières.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Venant de Bois-Jean, en allant vers Maintenay, une chapelle se trouve à l'entrée du village ainsi qu'une ferme et deux calvaires sur le bord gauche de la route.

D'anciennes fermes (privées) dont une de 1749 contribuent au patrimoine du village tout comme l'église Saint-Riquier de 1842 et son monument aux morts.

Sur la terrasse d'un commerce, une ancienne pompe à essence à bols subsiste, vestige d'un des deux anciens cafés qui a brûlé et a été reconstruit.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Roussent.svg
Blason de Roussent Blason
D'argent au sautoir d'azur chargé en cœur d'une molette d'or[28].
Détails
Blason inspiré de l'abbaye de Sainte-Austreberthe de Montreuil (abbaye qui portait d'argent au sautoir de gueules chargé en cœur d'une molette d'or) et dont dépendait, avant 1789, la commune.

Adopté par la municipalité.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • X. Cucherat et C. Vanappelghem, Les Mollusques continentaux du marais de Roussent (Pas-de-Calais, France) - Contribution à la connaissance des mollusques continentaux du site Natura 2000 FR3100492, 2003, Le Héron, 36 (4): 249-254.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Recensement de l'avifaune en basse vallée de l'Authie
  2. « ZNIEFF 310013700 - La basse Vallée de l’Authie et ses versants entre Douriez et l’Estuaire », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  3. « Réseau européen Natura 2000 », sur le site du Ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le )
  4. « Natura 2000 FR3100492 - Prairies et marais tourbeux de la basse vallée de l'Authie », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  5. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  7. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Berck », sur insee.fr (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. Auguste de Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne), p. 330.
  13. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Lire en ligne.
  15. « Liste des communes composant le canton d'Auxi-le-Château (6206) », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  16. a et b « Roussent : les projets du maire Régis Seine, réfections à l’église et dans les marais et accessibilité : Retraité UNEAL de 64 ans, Régis Seine (sans étiquette) se consacre à la vie de son village et de ses habitants depuis maintenant trente-neuf ans. Pour faire plaisir à sa mère, il avait intégré le conseil municipal en 1975 à la suite du décès de son père Gaston, maire également. Ce devait être deux ans seulement. Il a donc entamé son quatrième mandat. L’idée de ne plus se représenter lui avait traversé l’esprit à l’automne dernier mais la passion a été plus forte. Rencontre », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  17. « Roussent: un quatrième mandat pour Régis Seine », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  18. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  19. https://reader.cafeyn.co/fr/1926576/21598579
  20. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  21. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  22. Roger Brunet, « France, le trésor des régions », sur tresordesregions.mgm.fr (consulté le ).
  23. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  26. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Roussent (62723) », (consulté le ).
  27. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  28. « 62723 Roussent (Pas-de-Calais) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).