Hendecourt-lès-Cagnicourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Hendecourt-lès-Cagnicourt
Hendecourt-lès-Cagnicourt
La mairie
Blason de Hendecourt-lès-Cagnicourt
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Intercommunalité Communauté de communes Osartis Marquion
Maire
Mandat
Denis Senechal
2020-2026
Code postal 62182
Code commune 62424
Démographie
Gentilé Hendecourtois
Population
municipale
314 hab. (2019 en diminution de 1,87 % par rapport à 2013)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 12′ 38″ nord, 2° 56′ 57″ est
Altitude Min. 61 m
Max. 92 m
Superficie 8,86 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Arras
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Brebières
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hendecourt-lès-Cagnicourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hendecourt-lès-Cagnicourt
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Hendecourt-lès-Cagnicourt
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Hendecourt-lès-Cagnicourt
Liens
Site web hendecourtlescagnicourt.fr

Hendecourt-lès-Cagnicourt est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

La commune fait partie de la communauté de communes Osartis Marquion qui regroupe 49 communes et compte 42 277 habitants en 2018.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Hendecourt-lès-Cagnicourt est une commune rurale de l'Arrageois dans le Pas-de-Calais, situé à 15 km au sud-est d'Arras, à 21 km à l'ouest de Cambrai et à 47 km au nord-ouest de Saint-Quentin.

Carte interactive (cliquer sur la carte).

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de sept communes :

Climat[modifier | modifier le code]

Paysages[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le paysage régional des grands plateaux artésiens et cambrésiens tel que défini dans l’atlas des paysages de la région Nord-Pas-de-Calais, conçu par la direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL)[Note 1],[1]. Ce paysage régional, qui concerne 238 communes, est dominé par les « grandes cultures » de céréales et de betteraves industrielles qui représentent 70 % de la surface agricole utilisée (SAU)[2].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Hendecourt-lès-Cagnicourt est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[3],[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Arras, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 163 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (95,5 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (95,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (95,5 %), zones urbanisées (4,5 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Énergie[modifier | modifier le code]

Douze éoliennes produisent de l’électricité à Hendecourt-lès-Cagnicourt depuis 2012[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Hendecurt (876)[11] (cartulaire de Saint-Vaast), Hendencourt (1024)[11] (id), Hendencourt (1102)[11] (id), Hendicort (1216)[11] (cartulaire du chapitre d'Arras), Hendecourt-les-Yser-en-Escrebieu (1361)[11] (chapitre de Lens), Hendecourt-en-Artois (XVIIIe siècle)[11] (Cassini), sur un plan daté du disponible aux archives départementales du Pas-de-Calais à Arras, réalisé par Antoine Joseph Cornu, arpenteur sermenté de la province d'Artois, sous le nom d'Hendecourt-en-Artois, Hendecourt-lez-Cagnicourt (1759)[11].

Nom qui vient de Hanto, nom d'homme et de cortem, domaine[11].

En français, la préposition « lès » signifie « près de » et permet de signifier la proximité d'un lieu géographique par rapport à un autre lieu. En règle générale, il s'agit d'une localité qui tient à se situer par rapport à une ville voisine plus grande. La commune indique qu'elle se situe près de Cagnicourt.

Histoire[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Situé près de la ligne de front, le village est entièrement rasé par les tirs d'artillerie. La population est évacuée en France et entre autres dans l'Audomarois, à Berck, Paris, Angers, Évian, Thonon, Clermont-Ferrand[12],[13],[14],[15]. Il est le théâtre de violents combats, une guerre de tranchées, au même titre que la campagne environnante.

Arrivée des Allemands[modifier | modifier le code]

Course à la mer.

La présence des Allemands est attestée dès le 28 septembre 1914 : « Arrivés à la jonction du chemin d'Hendecourt, nous voyons trois segments de roues de bicyclettes [...] Il a vu les cyclistes, il a reconnu les allemands, sa figure est décomposée, il a les yeux hagards, il ouvre la bouche toute grande, mais n'articule aucun son, ne fait aucun geste. Il se gare dans le chemin d'Hendecourt »[16].

Batailles de Bullecourt[modifier | modifier le code]

Bataille d'Arras (1917).

Le village est concerné par la Bataille de Bullecourt (en)[17]

Libération du village[modifier | modifier le code]

Offensive des Cent-Jours.

« Le 29 Août les positions allemandes sur l'ancien front de 1916 sont devenues intenables. [...] Les troupes de Londres et du West-Lancashire prennent Bullecourt et Hendecourt-lès-Cagnicourt. Dans la soirée du 29, au nord de Bapaume, les troupes anglaises et écossaises occupent les villages de Bullecourt et d'Hendecourt ainsi que les puissants systèmes de tranchées dépendant de l'ancienne ligne Hindenburg »[18]».

« Par la capture d'Écoust-Saint-Mein, de Longatte, de Bullecourt et d'Hendicourt, la fameuse position de Quéant, un des piliers les plus solide du système Hindenburg, est extrêmement menacée et débordée par le Nord. »[19]

« Le jeudi 29, les Allemands reculaient [...] Bullecourt et Hendecourt tombait aux mains des assaillants, mais les efforts les plus énergiques furent impuissants devant la résistance farouche des Allemands qui défendait Ecoust »[20].

Le village est considéré comme détruit à la fin de la guerre[21] et a été décoré de la Croix de guerre 1914-1918, le [22].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Le village rasé a été entièrement reconstruit. Les populations évacuées sont revenues dans des baraquements puis ont pu regagner des maisons.

Aujourd'hui encore on retrouve des vestiges dans la campagne : obus, balles, grenades, plombs (shrapnel). Les souterrains creusés lors de la guerre occasionnent des mouvements de terrain qui peuvent fragiliser les habitations[23].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Arras du département du Pas-de-Calais.

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

Hendecourt-lès-Cagnicourtétait membre de la communauté de communes Osartis, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé fin 1999 et auquel la commune avait transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Dans le cadre des prescriptions du schéma départemental de coopération intercommunale approuvé par le préfet du Pas-de-Calais le [24], cette intercommunalité a fusionné avec sa voisine pour former, le , la communauté de communes Osartis Marquion dont est désormais membre la commune.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie depuis 1793 du canton de Vitry-en-Artois[25]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton de Brebières

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la première circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1904 1944 Joseph Boulangé    
1945 1945 Roger Camier    
1945 1946 Fulgence Danel    
1946 1959 Léon Fournier    
1959 1975 Pierre Legrand    
1979 1995 Raymond Sénéchal    
1995 2008 Étienne Tabary    
mars 2008 En cours
(au 2 décembre 2020)
Denis Sénéchal   Ancien agriculteur exploitant
Réélu pour le mandat 2020-2026[26],[27],[28],[29]

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Hendecourtois[30].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[31]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[32].

En 2019, la commune comptait 314 habitants[Note 4], en diminution de 1,87 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
670642667786838772794840789
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
772753698636602590594626589
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
555530554327389402394402358
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
348328321310292286317321319
2017 2019 - - - - - - -
312314-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[25] puis Insee à partir de 2006[33].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 35,8 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). De même, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 24,8 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 154 hommes pour 160 femmes, soit un taux de 50,96 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[34]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,3 
90 ou +
0,6 
9,2 
75-89 ans
12,6 
12,5 
60-74 ans
13,2 
24,8 
45-59 ans
20,1 
14,4 
30-44 ans
19,5 
15,0 
15-29 ans
11,3 
22,8 
0-14 ans
22,6 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[35]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

Une aire de jeux a été aménagée en 2019 par la commune[36]

Économie[modifier | modifier le code]

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château dont l'origine remonterait au XIe siècle détruit pendant la Première Guerre mondiale et reconstruit entre 1922 et 1927 en style Art déco néo-classique. Le parc est orné d'une allée de charmes de plus de 250 ans[37].
  • L'église Saint-Léger.
  • Le Mont d'Hendecourt, Monument du Crows Nest.
  • Le bois d'Hendecourt, de 15 ha, sur la route de Vis-en-Artois.
  • Le monument aux morts[38].
  • Les cimetières militaires du commonwelth :
  • Chapelle Notre-Dame du Mont Carmel.
  • « eul' cuarrière », ancienne carrière de craie sur le chemin de Vis-en-Artois qui a ensuite servi de décharge. À la fin du XIXe siècle, la craie y était extraite pour faire de la chaux dans le four à chaux à proximité.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

La commune dans les arts[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Hendecourt-lès-Cagnicourt Blason
D'azur à deux chevrons d'argent accompagnés en pointe d'une molette du même[40].
Ornements extérieurs
Croix de guerre 1914-1918
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La DREAL distingue, dans la région Nord-Pas-de-Calais, quatre grandes familles de paysages : ceux du Haut Pays, Bas Pays, Littoraux et d’interface. Ces grandes familles de paysages comprennent 21 grands paysages régionaux.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Synthèse des grandes familles de paysages et des paysages régionaux qui la composent » [txt], sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  2. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Paysages des grandes plaines arrageoises et cambrésiennes », sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Arras », sur insee.fr (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. Pierrick Jouan, « Bon vent, chères éoliennes », L’Avenir de l’Artois, 15 octobre 2012, consulté le 25 novembre 2013.
  11. a b c d e f g et h Auguste Charles Henri Menche De Loisne, Dictionnaire Topographique Du Département Du Pas-De-Calais: Comprenant Les Noms de Lieu Anciens Et Modernes, Creative Media Partners, LLC, (ISBN 978-0-270-84433-7, lire en ligne).
  12. Bulletin des régugiés du Pas-de-Calais du 14 avril 1917
  13. « Bulletin des réfugiés du Pas-de-Calais », sur Gallica, (consulté le ).
  14. « Bulletin des réfugiés du Pas-de-Calais », sur Gallica, (consulté le ).
  15. « Bulletin des réfugiés du Pas-de-Calais », sur Gallica, (consulté le ).
  16. « Carnets de guerre d’Alexandre Poutrain - Wikisource », sur fr.wikisource.org (consulté le ).
  17. (de) « Die Schlacht bei Arras », Berichte aus dem deutschen Großen Hauptquartier 1914 -1918, sur http://www.stahlgewitter.com, (consulté le ).
  18. « Archives en ligne - Les Archives du Pas-de-Calais (Pas-de-Calais le Département) », sur archivespasdecalais.fr (consulté le ).
  19. Extrait du bulletin des réfugiés du Pas-de-Calais du 9 septembre 1918
  20. « Le Lion d'Arras : journal de siège, organe hebdomadaire d'union atrébate », sur Gallica, (consulté le ).
  21. Carte spéciale des régions dévastées, document mentionné en liens externes, 1920.
  22. Journal officiel du 24 septembre 1920, p. 14066.
  23. « Hendecourt-lès-Cagnicourt - Dix-huit mois que leur maison est sinistrée et toujours aucune indemnisation », sur La Voix du Nord, (consulté le ).
  24. « Arrêté préfectoral portant schéma départemental de coopération intercommunale du Pas-de-Calais » [PDF], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ), p. 10.
  25. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  26. Géraldine Csizmadia, « Le Bilan des maires – Hendecourt-les-Cagnicourt: Des investissements subventionnés, pour l’école, la mairie, la sécurité routière : Denis Sénéchal, conseiller municipal en 1995, premier adjoint en 2001 et maire depuis 2008, a pris sa décision pour les prochaines élections, et en fera part à ses 329 administrés lors des vœux, le 4 janvier, à la salle des fêtes. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  27. Réélu pour le mandat 2014-2020 : « Hendecourt-lès-Cagnicourt: Deux adjoints autour de Denis Sénéchal : L'installation du conseil, vendredi soir, a abouti à l'élection attendue de Denis Sénéchal, qui sera donc également délégué à la communauté de communes Osartis. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  28. Sarah Bardis, « Hénin-sur-Cojeul: la salle polyvalente et la nouvelle mairie, stars du mandat : Le troisième mandat de maire de Pierre Roussez sera marqué par un projet d’ampleur : la sortie de terre de la nouvelle salle polyvalente où s’installera aussi la mairie. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  29. Réélu pour le mandat 2020-2026 :« Denis Sénéchal confirmé maire d’Hendecourt-lès-Cagnicourt : Le nouveau conseil municipal d’Hendecourt-lès-Cagnicourt a été installé lundi dans la salle des fêtes », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  30. Roger Brunet, « France, le trésor des régions », sur tresordesregions.mgm.fr (consulté le ).
  31. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  32. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  33. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  34. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune d'Hendecourt-lès-Cagnicourt (62424) », (consulté le ).
  35. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  36. Thomas Bourgeois, « Une aire de jeux digne d’une ville moyenne, au cœur d’Hendecourt-lès-Cagnicourt : ’équipe municipale d’Hendecourt-lès-Cagnicourt n’a pas chômé pendant le dernier mandat. Une vaste aire de jeux a notamment fait son apparition dans le village », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  37. Thomas Bourgois, « Le château d’Hendecourt-lès-Cagnicourt ouvre son parc et ses jardins au public ce week-end : Voilà une activité en plein air qui devrait séduire, après des mois de vie confinée : le château d’Hendecourt-lès-Cagnicourt dévoilera son parc et ses jardins aux promeneurs et aux curieux ce week-end des 5 et 6 juin. Et c’est gratuit… », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  38. « Le monument aux morts », sur Mémoires de pierres (consulté le ).
  39. Page 4 -La Voix du Nord du 17 mai 2009
  40. « Blason », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).