Marck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marck
La place de l'Europe.
La place de l'Europe.
Blason de Marck
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Calais
Canton Marck
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Calaisis
Maire
Mandat
Corinne Noël
2017-2020
Code postal 62730
Code commune 62548
Démographie
Population
municipale
10 676 hab. (2014)
Densité 338 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 56′ 55″ nord, 1° 57′ 03″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 14 m
Superficie 31,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Marck

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Marck

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Marck

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Marck

Marck est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais, en région Hauts-de-France.

Avec plus de 10 000 habitants, il s'agit de la seconde ville de l'agglomération de Calais (après celle-ci).

Ville côtière, c'est également elle qui marque la séparation entre la Manche et la Mer du Nord (au niveau du phare de Walde).

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Marck est limitrophe de l'est de Calais. Elle est située à 31 km à l'ouest de Dunkerque[1], 85 km au nord-ouest de Lille[2] et environ 235 km au nord de Paris[3] à vol d'oiseau.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Manche Mer du Nord Mer du Nord Rose des vents
Calais N Oye-Plage
O    Marck    E
S
Coulogne Les Attaques Offekerque

Guemps

Hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Deux hameaux sont rattachés à la commune de Marck :

  • le Fort Vert, situé au nord ;
  • les Hemmes de Marck, situé au nord-ouest.

Environnement[modifier | modifier le code]

Marck a fait l'objet d'une analyse environnementale urbaine (AEU) dans le cadre de la révision du plan local d'urbanisme (PLU)[réf. nécessaire].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Merki (961), Merch (1098), Merk (1121), Merc (1142).

Merk en flamand[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 2 décembre 952, Arnoul le Vieux, comte de Flandre et abbé de Saint-Bertin de Saint-Omer, donne à sa communauté la terre de Marck, dont dépendait l’église de Pétresse. Cette donation fut ratifiée le 7 janvier 962 par le roi Lothaire. L’église Saint-Pierre existait déjà dès le VIIe siècle, puisque les historiens s’accordent à reconnaître que saint Bain y vint, à cette époque, prêcher le christianisme. Elle était établie sur le point culminant du banc des galets qui s’étend de Marck au fort Nieulay.

Le canal actuel qui passe au pied de ce monument n’existait pas alors. Il n’a été creusé que plus tard, pour concourir à la défense de Calais. La rivière de Guînes se joignait, en ce temps-là, à la vieille rivière (Watergand du Sud, au pont Gilles), et s’en allait se jeter au fort Nieulay[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Marck dans son canton et son arrondissement.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie depuis 1942 de l'arrondissement de Calais du département du Pas-de-Calais, en région Hauts-de-France. Pour l'élection des députés, elle dépend depuis 1986 de la septième circonscription du Pas-de-Calais.

Elle fait partie de 1801 à 1887 du canton de Calais, qui est alors scindé, et Marck intègre le canton de Calais-Sud-Est. Un nouveau redécoupage intervient en 1973 et la ville intègre le canton de Calais-Est [6]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, Marck devient le bureau centralisateur du nouveau canton de Marck.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Marck est membre fondateur de la communauté d'agglomération du Calaisis, dite Grand Calais Terres et Mers, créée au .

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs depuis la Libération de la France[7]
Période Identité Étiquette Qualité
décembre 1944 novembre 1947 François Jobert    
novembre 1947 octobre 1952 Gaston Deléglise   Agriculteur[8]
octobre 1952 mai 1953 Charles Périlliat    
mai 1953 mars 1956 Gaston Germes    
mars 1956 mars 1959 Robert Flament    
mars 1959 mars 1971 Adrien Lefebvre   Agriculteur sécheur[9]
mars 1971 mars 1977 Léon Delplace    
mars 1977 mars 1989 Lucien Devos   Entrepreneur en maçonnerie
mars 1989 avril 1989 Jean Claude Agneray    
avril 1989 juin 1995 Jacques Eveno    
juin 1995 mars 2014 Serge Péron[10] PS Conseiller général de Calais-Est (1998 → 2015)
mars 2014[11],[12] juillet 2017[13] Pierre-Henri Dumont UMP[14] Attaché parlementaire
Député du Pas-de-Calais (7e circ.) (2017 → )
Démissionnaire à la suite de son élection comme député.
2017[15] en cours
(au 17 juillet 2017)
Corinne Noël   Enseignante

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville est jumelée à Haibach en Allemagne.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[16],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 10 676 habitants, en augmentation de 14,3 % par rapport à 2009 (Pas-de-Calais : 0,77 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 027 2 327 2 506 2 753 3 044 2 027 2 074 2 096 2 108
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 134 2 204 2 246 2 258 2 356 2 436 2 618 2 785 2 800
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 792 2 990 3 097 3 192 3 127 3 096 3 161 3 184 3 671
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
3 899 4 576 5 735 7 448 9 069 8 987 9 137 10 481 10 676
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (15,6 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est égale à la population féminine.

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50 % d’hommes (0 à 14 ans = 22,7 %, 15 à 29 ans = 18,5 %, 30 à 44 ans = 22,3 %, 45 à 59 ans = 22,1 %, plus de 60 ans = 14,5 %) ;
  • 50 % de femmes (0 à 14 ans = 21,6 %, 15 à 29 ans = 16,7 %, 30 à 44 ans = 22,7 %, 45 à 59 ans = 22,3 %, plus de 60 ans = 16,7 %).
Pyramide des âges à Marck en 2007 en pourcentage[18]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90 ans ou +
0,3 
3,2 
75 à 89 ans
5,0 
11,2 
60 à 74 ans
11,4 
22,1 
45 à 59 ans
22,3 
22,3 
30 à 44 ans
22,7 
18,5 
15 à 29 ans
16,7 
22,7 
0 à 14 ans
21,6 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[19]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Équipements sportifs[modifier | modifier le code]

  • Le stade Jean-Claude-Agneray où évolue l'AS Marck à domicile, évoluant actuellement en CFA 2, et le COSEC où évolue également le BCM (Basket Club de Marck).

Économie[modifier | modifier le code]

L'aérodrome Louis-Blériot (code AITA : CQF), l'aéroport de Calais-Dunkerque, est installé à Marck.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin.

La commune compte un monument historique : L'église Saint-Martin. Elle succède à une église du XVe siècle dynamitée lors du retrait des troupes allemandes en septembre 1944. Située impasse Saint-Martin près de la place de la mairie, elle a été conçue sur un plan en ellipse par l'architecte calaisien Maurice Suaudeau, et réalisée sur des crédits du ministère de la reconstruction et du logement. La première pierre de l'église est posée le et l'inauguration a eu lieu le . Les vitraux en dalle de verre sont réalisés par Gabriel Loire et la fresque du choeur par Geneviève Colladant-d'Andréis[20]

On peut également citer :

Le monument aux morts.
  • Le monument aux morts.
  • La chapelle Notre-Dame-de-Lourdes, édifiée en 1955-1956 par l'architecte boulonnais Charles Parenty pour l'association diocésaine et financée par celle-ci, l'association paroissiale, ainsi que diverses souscriptions et des dommages de guerre[21].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]


Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Marck.svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :
De gueules au sautoir d'argent accompagné de deux étoiles de même, l'une en chef, l'autre en pointe.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Distance à vol d'oiseau entre Marck et Dunkerque », sur www.lion1906.com (consulté le 3 juillet 2015)
  2. « Distance à vol d'oiseau entre Marck et Lille », sur www.lion1906.com (consulté le 3 juillet 2015)
  3. « Distance à vol d'oiseau entre Marck et Paris », sur www.lion1906.com (consulté le 3 juillet 2015)
  4. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois
  5. Éphémérides du Calaisis. Le Patriote
  6. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. « La Mairie », A la découverte de Marck, Commune de Marck (archives), avant 2014 (consulté le 17 juillet 2017).
  8. Archives départementales du Pas-de-Calais, 1405 W 370 : notices de renseignements sur les maires du Pas-de-Calais (1947-1953)
  9. Archives départementales du Pas-de-Calais, 1 W 26989 : notices individuelles de renseignements sur les maires du Pas-de-Calais (1959-1964).
  10. Éric Dauchart, « Marck : l’ancien maire Serge Peron devient « l’ennemi » de Pierre-Henri Dumont : Serge Peron, ancien maire et leader de l’opposition socialiste à Marck, réagit après les différentes réunions publiques tenues par son successeur, ainsi qu’à la cérémonie des vœux de la commune. Accusant Pierre-Henri Dumont d’être un « menteur », il veut redevenir son principal opposant. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  11. É. D., « Second tour à Marck : Pierre-Henri Dumont, l’outsider surprise : Tranquillement assis dans un sofa de sa permanence, Pierre-Henri Dumont, 26 ans, affiche une sérénité de vieux briscard. Il évoque son excellent score (1 562 voix et 32,5 %) sans en rajouter, analyse le scrutin et rappelle les principales mesures qu’il compte mettre en place. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  12. É. D., « Pierre-Henri Dumont, élu maire de Marck : « J’ai senti qu’il y avait une attente » », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  13. « Pierre-Henri Dumont a démissioné : La date des nouvelles élections est connue », Nord littoral,‎ (lire en ligne).
  14. Bruno Mallet, « Retour de Nicolas Sarkozy : le maire de Marck Pierre-Henri Dumont en première ligne : Le journal « Le Monde » place le jeune maire de Marck dans ce qu’il nomme « la sphère du nouveau candidat Sarkozy », parmi seize personnalités. Pierre-Henri Dumont explique pourquoi il peut être considéré comme un proche de celui qu’il nomme « le président ». », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  15. « Corinne Noël succède à Pierre-Henri Dumont dans le fauteuil de maire : Corinne Marck est devenue maire de Marck dimanche. Elle succède à Pierre-Henri Dumont, qui a démissionné pour se mettre en conformité avec la loi sur le cumul des mandats. Elle assure qu'elle ne sera pas une maire fantoche, mais qu'elle assumera pleinement ses prérogatives, avec le soutien de son prédécesseur et de ses adjoints », Nord Littoral,‎ (lire en ligne).
  16. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  18. « Évolution et structure de la population à Marck en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 26 août 2010)
  19. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 26 août 2010)
  20. « L'église Saint(Martin », notice no PA62000050, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  21. « La Chapelle Notre-Dame-de-Lourdes », notice no IA62001301, base Mérimée, ministère français de la Culture.