Maresquel-Ecquemicourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Maresquel-Ecquemicourt
Maresquel-Ecquemicourt
La mairie.
Blason de Maresquel-Ecquemicourt
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Montreuil
Intercommunalité Communauté de communes des 7 Vallées
Maire
Mandat
Lionel Leborgne
2020-2026
Code postal 62990
Code commune 62552
Démographie
Gentilé Maresquellois
Population
municipale
1 030 hab. (2019 en augmentation de 9,34 % par rapport à 2013)
Densité 131 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 24′ 40″ nord, 1° 55′ 41″ est
Altitude Min. −13 m
Max. 104 m
Superficie 7,89 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Beaurainville
(banlieue)
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton d'Auxi-le-Château
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Maresquel-Ecquemicourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Maresquel-Ecquemicourt
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Maresquel-Ecquemicourt
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Maresquel-Ecquemicourt

Maresquel-Ecquemicourt est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France. Elle est créée en 1969 par la fusion des communes de Maresquel et d'Ecquemicourt.

La commune fait partie de la communauté de communes des 7 Vallées qui regroupe 69 communes et compte 29 653 habitants en 2018.

En 2022, pour la première fois dans la commune et dans le montreuillois, des vignes sont vendangées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Maresquel-Ecquemicourt se trouve respectivement à 14 km au sud-est de Montreuil, à 9 km de Hesdin et à 35 km au nord d'Abbeville.

Carte interactive (cliquer sur la carte).

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de cinq communes :

Communes limitrophes de Maresquel-Ecquemicourt
Beaurainville Contes
Maresquel-Ecquemicourt
Campagne-lès-Hesdin Gouy-Saint-André Aubin-Saint-Vaast

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est situé dans le bassin Artois-Picardie.

La commune est traversée par la Canche, fleuve côtier du Pas-de-Calais de 100,22 km, qui prend sa source dans la commune de Gouy-en-Ternois et qui se jette dans la Manche entre Étaples et Le Touquet-Paris-Plage, limite au nord Maresquel[1]. Un petit ruisseau traverse également la commune, le Fiez ou Fliez, cours d'eau naturel non navigable de 4,68 km, qui prend sa source dans la commune de Contes et se jette dans la Canche au niveau de la commune de Beaurainville[2].

La commune possédait autrefois des marais peu à peu drainés et comblés. Les archives départementales ont reçu en 1894 un plan du marais communal, fait par Lens et daté de 1780[3].

Bastion de la fabrication de papier, responsable d'une partie de la pollution de la Canche dans les années 1980/1990, Maresquel perdra sa papeterie en 2006.

Paysages[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le « paysage montreuillois » tel que défini dans l’atlas des paysages de la région Nord-Pas-de-Calais, conçu par la direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL)[Note 1],[4]. Ce paysage, qui concerne 98 communes, se délimite : à l’Ouest par des falaises qui, avec le recul de la mer, ont donné naissance aux bas-champs ourlées de dunes ; au Nord par la boutonnière du Boulonnais ; au sud par le vaste plateau formé par la vallée de l’Authie, et à l’Est par les paysages du Ternois et de Haut-Artois. Ce paysage régional, avec, dans son axe central, la vallée de la Canche et ses nombreux affluents comme la Course, la Créquoise, la Planquette…, offre une alternance de vallées et de plateaux, appelée « ondulations montreuilloises ». Dans ce paysage, et plus particulièrement sur les plateaux, on cultive la betterave sucrière, le blé et le maïs, et les plateaux entre la Ternoise et la Créquoise sont couverts de vastes massifs forestiers comme la forêt d'Hesdin, les bois de Fressin, Sains-lès-Fressin, Créquy[5].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Espaces protégés et gérés[modifier | modifier le code]

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[6]. Dans ce cadre, la commune fait partie d'un espace protégé : le marais de Beaurainchateau[7].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal comprend trois ZNIEFF de type 1[Note 2] :

et une ZNIEFF de type 2[Note 3] : la basse vallée de la Canche et ses versants en aval d’Hesdin[11].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Une entrée de la commune.

Typologie[modifier | modifier le code]

Maresquel-Ecquemicourt est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[12],[13],[14]. Elle appartient à l'unité urbaine de Beaurainville, une agglomération intra-départementale regroupant 3 communes[15] et 3 303 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[16],[17]. La commune est en outre hors attraction des villes[18],[19].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (73,5 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (76,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (49,9 %), prairies (15,5 %), zones urbanisées (13,9 %), forêts (12,6 %), zones agricoles hétérogènes (8,1 %)[20].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[21].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

La commune est accessible par la route nationale 39, qui est une route express entre Hesdin et Montreuil.

Transports[modifier | modifier le code]

La gare de Maresquel, située sur la ligne de Saint-Pol-sur-Ternoise à Étaples, est desservie par des TER Nord-Pas-de-Calais entre les gares de Boulogne-Ville et Saint-Pol-sur-Ternoise, Arras ou Lille-Flandres. La Gare d'Étaples - Le Touquet, située à 25 mn par le train et à 25 km par la route de Maresquel-Ecquemicourt, est desservie par des TGV et TERGV en direction de Lille-Europe et Paris-Nord.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les anciennes communes de Maresquel et d'Ecquemicourt ont fusionné en 1969[22].

Maresquel[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Maraculum (1135), Maresquellium (1156), Marescel (1165), Mareschel (1187), Mareskiel (1201), Mareskiene (1205), Mareskel (1248), Maresquel (XIVe siècle), Maresquels (1507), Maresquelles (XVIIIe siècle), Maresquel (1789)[23], Maresquel-Ecquemicourt depuis 1968[24].

Ecquemicourt[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Erkemari curtis (fin XIe siècle), Erkemercort (1113), Erchemercort (1143), Erchemercurt et Erchemecurt (1163), Herkemercorth (1178), Erchemeri curtis, Erchemeir curtis et Herchemercurt (XIIe siècle), Erquemercort (1202), Heeremercourt (1217), Herkemercort (1252), Harquemecourt (1282), Herkemecourt, Hechemercourt (1292), Eskemecourt (1296), Ékemecourt (1345), Eckemecourt (1358), Esquemecourt (1372), Ecquemecourt (1375), Équemecourt (1429), Esquemecourt (1443), Esguemicourt (1631), Ecmicourt (1638), Exquemicourt (1790), Ecquemicourt (1789)[25], Maresquel-Ecquemicourt depuis 1968[24].

Herkemercurt (vers 1120). D'un nom de personne germanique Erchenmar + cortem[26].

Ecquemicourt portait le nom d'Esquemicourt en 1723 (Dictionnaire universel de la France ancienne et moderne et de la Nouvelle France). « Esquemicourt, dans l'Artois, Diocèse d'Arras, Parlement de Paris, Intendance d'Amiens, Gouvernance, Bailliage et Recette de Saint Pol, a 87 habitants. »

Histoire[modifier | modifier le code]

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Avant la Révolution française, Ecquemicourt était le siège d'une seigneurie[27].

Seigneur d'Ecquemicourt[modifier | modifier le code]

Charles Laizer de Siongeat, chevalier, seigneur d'Ecquemicourt, chevalier de Saint-Louis, ancien premier enseigne dans le régiment des gardes françaises, membre des États nobles d'Artois, bénéficie en novembre 1759 de lettres données à Versailles, lui accordant le titre de comte. La famille, connue depuis le XIVe siècle, est originaire d'Auvergne. François de Laizer, père de Charles, commandait un bataillon au régiment du Lyonnais et a eu un bras arraché lors de la bataille de Denain. Il est mort peu après de ses blessures. Jean de Laizer, aïeul de Charles, était écuyer de la Grande Écurie du roi et a été tué au combat en tant que capitaine au régiment d'Esfiat. Plusieurs autres membres de la famille ont combattu au service du roi. Pour ces motifs, Charles de Laizer de Siongeat bénéficie du titre de comte pour lui et sa postérité, est autorisé à mettre une couronne de comte sur ses armes, n'est pas obligé d'affecter le titre à une terre en particulier[27].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

La papeterie de Maresquel a fourni de l'emploi, à ses habitants et aux habitants de la région, depuis la création de la première papeterie en 1840. Au milieu des années 1970, elle produisait 300 tonnes de papier et 650 familles en vivaient. En 1929, elle est reprise par une entreprise belge (De Ruysscher), ensuite, en 1985, elle devient une filiale d’Aussedat Rey (Iridium) puis est rachetée par les Américains d’International Paper en 1989 qui fermeront l’usine en 2006. Deux meules en béton, installées sur la place des tilleuls et inaugurées le , rappelle la mémoire de la papeterie. Le site a retrouvé une nouvelle vie avec l'installation de nouvelles entreprises[28],[29].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Montreuil du département du Pas-de-Calais.

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune a fait partie, de 1996 à 2013, de la communauté de communes du val de Canche et d'Authie et, depuis le , elle fait partie de la communauté de communes des 7 Vallées (7 Vallées comm) dont le siège est basé à Hesdin.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie du canton de Campagne-lès-Hesdin, depuis la loi du reprise par la constitution de 1791, qui divise le royaume (la République en ), en communes, cantons, districts et départements[24].

Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, elle est maintenant rattachée, ainsi que toutes les communes de l'ancien canton de Campagne-lès-Hesdin, au canton d'Auxi-le-Château qui passe de 26 à 84 communes[30].

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie, depuis 1986, de la quatrième circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs de Maresquel-Ecquemicourt de 1968 à nos jours
Période Identité Étiquette Qualité
1968 1971 Charles Martin    
1971 1983 Marie Wilquin-Pizzety PS  
1983 1989 Alain Decaudin[31],[32] PS Ingénieur à la papeterie
1989 1993 Jacqueline Pawlowski    
1995 2014 Alain Decaudin[31],[32] PS Ingénieur à la papeterie
2014 En cours
(au 28 mars 2022)
Lionel Leborgne SE Éducateur spécialisé[33],[34]
Réélu pour le mandat 2020-2026[35],[36],[37]

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Maresquellois[38].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[39]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[40].

En 2019, la commune comptait 1 030 habitants[Note 5], en augmentation de 9,34 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
385392378479501560568641663
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
667634622567575540519495480
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
493484514507445466461484543
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
7458351 0051 037900847846839883
2014 2019 - - - - - - -
9711 030-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[41].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 32,0 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 33,9 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 478 hommes pour 530 femmes, soit un taux de 52,58 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[42]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ou +
1,5 
9,4 
75-89 ans
11,4 
20,9 
60-74 ans
23,4 
20,3 
45-59 ans
16,8 
15,8 
30-44 ans
15,5 
13,1 
15-29 ans
14,0 
19,7 
0-14 ans
17,3 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[43]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La gare.
  • L'église Saint-Pierre (Maresquel).
  • Le monument aux morts (Maresquel).
  • Le monument à la mémoire de la papeterie de Maresquel[28].

Viticulture[modifier | modifier le code]

En 2022, pour la première fois dans la commune et dans le montreuillois, des vignes sont vendangées. Le vignoble, planté en 2020, de 8 000 pieds de chardonnay sera vinifié dans un chai à Dompierre-Becquincourt, dans la Somme. Les premières bouteilles seront commercialisées en 2023[44].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes, pour Maresquel, de la famille de Dion de Ricquebourg et, pour Ecquemicourt, de la famille De Laizier de Siougeat.
Blason de Maresquel-Ecquemicourt Blason
Parti: au 1er d'argent à l'aigle bicéphale de sable, becquée et membrée de gueules, chargée sur sa poitrine d'un écusson d'or, au 2e de sable à la bande d'or accompagnée en chef d'une étoile et d'une rose et en pointe d'une rose et d'une étoile, le tout d'argent[45].
Détails
La commune de Maresquel-Ecquemicourt a juxtaposé, en un parti, les armes des deux familles.

Adopté par la municipalité.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La DREAL distingue, dans la région Nord-Pas-de-Calais, quatre grandes familles de paysages : ceux du Haut Pays, Bas Pays, Littoraux et d’interface. Ces grandes familles de paysages comprennent 21 grands paysages régionaux.
  2. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  3. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - Canche (E54-003-) » (consulté le )
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fiez (E5400800) » (consulté le )
  3. Rapport de M. L'archiviste départemental sur la situation des archives de la préfecture, des sous-préfectures, des communes et des hospices du Pas-de-Calais et sur la bibliothèque départementale durant l'exercice 1893-1894, Arras, 1894 (extrait du volume du Conseil Général du Pas-de-Calais de la session d'août 1894) (consulté 2009 12 30), p. 290
  4. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Synthèse des grandes familles de paysages et des paysages régionaux qui la composent » [txt], sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  5. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Paysages montreuillois », sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Les espaces protégés. », sur le site de l'INPN (consulté le )
  7. « Espace protégé FR4505950 - marais de Beaurainchateau », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  8. « ZNIEFF 310030121 - Marais de Beaurainchâteau », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  9. « ZNIEFF 310013687 - Marais et prairies humides de Contes et d’Ecquemicourt », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  10. « ZNIEFF 310030086 - Marais d’Ecquemicourt », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  11. « ZNIEFF 310013699 - La basse Vallée de la Canche et ses versants en aval d’Hesdin », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  12. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  13. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  14. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Unité urbaine 2020 de Beaurainville », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  16. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  17. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  18. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  19. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  20. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  21. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  22. Fabrice Leviel, « Alors que trois com de com ne feront bientôt qu'une, ces communes montreuilloises qui ont déjà fait l'expérience de la fusion... : Les communautés de communes de l’Hesdinois, du Val de Canche et de Canche-Ternoise vont bientôt ne faire qu’une. Les communes de Bouin-Plumoison, Maresquel-Ecquemicourt et Bréxent-Énocq ont, elles, fusionné il y a longtemps. Hesdin a tenté de faire une grande agglomération en englobant les villages voisins, sans succès. Que tirer de ces expériences ? », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  23. Auguste de Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne), p. 244.
  24. a b c et d Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. Auguste de Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne), p. 128 et 130.
  26. Toponymie générale de la France: Tome 2, Formations non-romanes - Ernest Nègre
  27. a et b Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 91, lire en ligne.
  28. a et b Philippe Lambert, « Un monument rappelle la mémoire de la papeterie de Maresquel », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  29. Chœeurs de Papetiers, « Historique du site des papeteries de Maresquel », sur zi.site.maresquel.free.fr (consulté le ).
  30. « Liste des communes composant le canton d'Auxi-le-Château (6206) », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  31. a et b « Maresquel-Ecquemicourt : Alain Decaudin, maire pour la vie », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ) « En 1977, il est élu conseiller municipal. Il a ensuite cumulé quatre mandat de maire. A 70 ans, il a fait le choix de ne plus se représenter aux dernières élections municipales. La fermeture et la disparition de la papeterie, dans laquelle il a été ingénieur, auront marqué sa carrière d’élu ».
  32. a et b « Alain Decaudin s’en est allé », L'Abeille de la Ternoise, nos 8716-1909,‎ , p. 5 « Engagé au parti socialiste, il s'est investi dans la vie politique de sa commune en 1977. Élu conseiller municipal, il a ensuite cumulé quatre mandats de maire, de 1983 à 1989 puis de 1995 à 2014. Il est à l'origine de plusieurs réalisations comme la création de la salle des fêtes, de lotissements, d'un béguinage, du RPI de Maresquel-Ecquemicourt, Contes et Aubin-Saint-Vaast et de la revitalisation du site de l'ancienne papeterie après sa fermeture en 2006 ».
  33. « Projets des maires : à Maresquel, Lionel Leborgne « suit [sa] ligne de conduite » : Habitant la commune depuis deux ans, Lionel Leborgne, éducateur spécialisé de 39 ans, entame son premier mandat de maire (sans étiquette). Il a passé treize années au conseil municipal de Radinghem dont un mandant de premier adjoint. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  34. « Regard sur Maresquel-Ecquemicourt : Lionel Leborgne, maire depuis 2014, évoque les projets et les pistes de travail pour rendre son attractivité à cette commune longtemps marquée par l’activité papetière. », L'Avenir de l'Artois,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  35. https://reader.cafeyn.co/fr/1926576/21599233
  36. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  37. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  38. Roger Brunet, « France, le trésor des régions », sur tresordesregions.mgm.fr (consulté le ).
  39. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  40. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  41. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  42. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Maresquel-Ecquemicourt (62552) », (consulté le ).
  43. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  44. Claire de Vregille, « Des vignes vont être vendangées pour la première fois dans le Montreuillois », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  45. « 62552 Maresquel-Ecquemicourt (Pas-de-Calais) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).