Gaudiempré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Gaudiempré
Gaudiempré
L'église Saint-Nicolas.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Intercommunalité Communauté de communes des Campagnes de l'Artois
Maire
Mandat
Luc Delaporte
2020-2026
Code postal 62760
Code commune 62368
Démographie
Gentilé Gaudiemprois
Population
municipale
203 hab. (2019 en augmentation de 4,64 % par rapport à 2013)
Densité 32 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 10′ 43″ nord, 2° 31′ 52″ est
Altitude Min. 114 m
Max. 169 m
Superficie 6,26 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton d'Avesnes-le-Comte
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gaudiempré
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gaudiempré
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Gaudiempré
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Gaudiempré
Liens
Site web http://gaudiempre.fr/

Gaudiempré est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

La commune fait partie de la communauté de communes des Campagnes de l'Artois qui regroupe 96 communes et compte 33 193 habitants en 2018.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Gaudiempré est un village rural de l'Artois situé à 14 km à l'est de Doullens, à 35 km au sud-ouest d'Arras et à 63 km au sud-ouest de Lille.

Elle est accessible par la route nationale 25.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Gaudiempré est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (88,3 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (88,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (79,2 %), prairies (9,1 %), forêts (7,2 %), zones urbanisées (4,5 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Gunduwini pratum en 1179 (titres de Haute-Avesnes, p. 11), Gondewinpre en 1180 (ibid., p. l4), Gaudinpre en 1220 (ibid.,p. 37). Goediempre en 1262 (ibid., p. 46), Geudimpre en 1291 (cartulaire des chapellenies d'Arras, f° 106 r°). Geudinpré en 1383 (Abbaye Saint-Vaast, H. 1149), Geudiempré en 1424 (Arch. nat., S. 5207), Gheudiempré en 1499 (charte d'Artois), Goudepré en 1515 (Arch. nat., J. 1005, n°2), Geudepré en 1518 (ibid., J. 795, n° 47, f° 18 v°), Galiompré en 1618-1619 (abb. de Saint-Vaast, reg. H. 221), Geudiemprez en 1665 (Arch. nat., S. 5207, n° 13)[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

La route départementale RD-1, connue sous le nom de chaussée Brunehaut, passe au sud-est du village, ce qui laisse penser qu'il s'agirait d'une ancienne voie romaine.

En 1262 existait à Gaudiempré une maison de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, qui dépendait de sa commanderie de Haute-Avesnes[8].

Circonscriptions d'Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Gandiempré, en 1689, faisait partie de la sénéchaussée de Saint-Pol et suivait la coutume de la châtellenie de Pas. Son église paroissiale dépendait du diocèse d'Arras, doyenné de Pas, était consacrée à saint Nicolas et avait Grincourt pour secours[8].

Avant la Révolution française, Gaudiempré était le siège d'une seigneurie[9].

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Soldats au repos à Gaudiempré
Dessin de Ernest Blaikley, .

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Arras du département du Pas-de-Calais.

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

Gaudiempré était membre de la Communauté de communes du canton de Pas-en-Artois, créée fin 1997 et qui a fisionné avec la communauté de communes des villages solidaires pour crééer en 2008 la communauté de communes des Deux Sources. Celle-ci a été dissoute fin 2016, et Gaudiempré a été rattachée le ) la communauté de communes des Campagnes de l'Artois, dont elle est désormais membre.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie depuis 1803 du canton de Pas-en-Artois[10].

Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est rattachée au canton d'Avesnes-le-Comte, qui n'est plus qu'une circonscription électorale.

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie depuis 1988 de la première circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1989 7 septembre 2013[11],[12] Siméon Ménuge EXD Décédé en fonction
novembre 2013[13] avril 2014 Albert Dingreville    
2014 En cours
(au 9 mars 2022)
Luc Delaporte   Fonctionnaire territorial[14],[15]
Réélu pour le mandat 2020-2026[16],[17]

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Enseignement[modifier | modifier le code]

À la suite de la fermeture de l'école du village en 2002, les enfants de la commune sont scolarisés à Pas-en-Artois[18]. La mairie occupe désormais les locaux de cette ancienne école[18].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Gaudiemprois[19].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[21].

En 2019, la commune comptait 203 habitants[Note 2], en augmentation de 4,64 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
401498494475445474461453449
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
428450455412393390401381327
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
307285256241224227252252219
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
256263225205182187178177190
2017 2019 - - - - - - -
199203-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 43,2 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 23,6 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 101 hommes pour 97 femmes, soit un taux de 51,01 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[23]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ou +
2,1 
4,9 
75-89 ans
10,3 
16,7 
60-74 ans
13,4 
16,7 
45-59 ans
16,5 
12,7 
30-44 ans
20,6 
21,6 
15-29 ans
14,4 
27,5 
0-14 ans
22,7 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[24]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Économie[modifier | modifier le code]

→ Conseils pour la rédaction de cette section. Le village, a vocation agricole, compte en 2019 plusieurs exploitations agricoles. Dépourvu de commerces de proximité, il accueille plusieurs artisans[18].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Nicolas, datant de 1620. Elle a été rénovée dans les années 1990[18].
  • Le monument aux morts[25]. Elle héberge 3 éléments patrimoniaux inscrits au titre d'objet des monuments historiques[26].
  • Un calvaire.
  • L'arbre de la Liberté, érable planté en 1789 pour commémorer la Révolution française et l'arbre de la paix, planté en 1995 pour rappeler les 50 ans de la fin de la Seconde Guerre mondiale[18]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Seigneurs de Gaudiempré[modifier | modifier le code]

Autres personnalités[modifier | modifier le code]

  • Andrew Charles Mynarski, aviateur canadien qui s'est écrasé la nuit du 13 au à la sortie du village à la suite du Débarquement de Normandie. Une stèle commémorative se trouve rue de Saint-Amand[18].

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Gaudiempré Blason
De sinople à la fasce ondée d'argent accompagnée au 1er canton d'un soleil d'or[27].
Détails
Adopté par la municipalité.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. a b et c Comte Auguste de Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, Imprimerie nationale, , 499 p. (lire en ligne), p. 167, lire en ligne sur Gallica.
  9. a et b Amédée Le Boucq de (Chevalier) Auteur du texte Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, par M. le chevalier Amédée Le Boucq de Ternas,... oeuvre posthume publiée par sa famille. (29 octobre 1878.), (lire en ligne)
  10. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. « Siméon Menuge, maire de Gaudiempré, nous a quittés : Premier magistrat depuis 1989, Siméon Menuge est décédé, samedi 7 septembre à l’âge de 79 ans. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. « Bilan des maires - Gaudiempré - « Une période de transition et une élection partielle » : Le décès de Siméon Menuge, le 7 septembre, va forcément bousculer la donne pour les prochaines municipales. C’est avec Albert Dingreville, premier adjoint, que nous avait fait le point sur la commune (178 habitants) de la CC des Deux Sources », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  13. « Gaudiempré : Albert Dingreville, nouveau maire pour cinq mois », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ) « le conseil municipal a élu le premier magistrat en la personne d’Albert Dingreville qui totalise 37 années comme élu dont trois mandats comme adjoint ».
  14. « Gaudiempré: Luc Delaporte devient premier magistrat : Après le décès de Siméon Menuge et les quelques mois assurés par Albert Dingreville, c’est dorénavant Luc Delaporte qui prend les rênes de la commune, à l’issue de la réunion du conseil municipal, vendredi soir dernier. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. N. A., « Gaudiempré (les projets des maires): « faire avec le budget jusqu’en 2026 » : Luc Delaporte a pris les commandes d’une municipalité endettée. Ce qui limitera forcément les investissements qui se réduiront, dans un premier temps aux mises aux normes imposées », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  16. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  17. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  18. a b c d e et f Sophie Diers, « L'Abeille se pose à ... Gaudiempré », L'Abeille de la Ternoise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. Roger Brunet, « France, le trésor des régions », sur tresordesregions.mgm.fr (consulté le ).
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  23. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Gaudiempré (62368) », (consulté le ).
  24. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  25. « Gaudiempré », Mémoires de pierre (consulté le ).
  26. « Base Palissy - mobiliers inscrits et/ou classés », sur pop.culture.gouv.fr (consulté le ).
  27. « Blason », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).