Febvin-Palfart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Febvin-Palfart
Febvin-Palfart
Entrée de la commune.
Blason de Febvin-Palfart
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Saint-Omer
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays de Saint-Omer
Maire
Mandat
Jean-Luc Evrard
2020-2026
Code postal 62960
Code commune 62327
Démographie
Gentilé febvinois(e)
Population
municipale
609 hab. (2019 en augmentation de 6,1 % par rapport à 2013)
Densité 42 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 32′ 20″ nord, 2° 18′ 58″ est
Altitude Min. 87 m
Max. 196 m
Superficie 14,51 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Fruges
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Febvin-Palfart
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Febvin-Palfart
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Febvin-Palfart
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Febvin-Palfart

Febvin-Palfart est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

La commune fait partie de la communauté d'agglomération du Pays de Saint-Omer qui regroupe 53 communes et compte 105 169 habitants en 2018.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Ravin de la Méroise, un cours d'eau naturel non navigable de 9,32 km, prend sa source dans la commune et se jette dans la Nave au niveau de la commune de Lespesses. Les communes traversées par cette rivière sont : Auchy-au-Bois, Febvin-Palfart, Fontaine-lès-Hermans, Lespesses, Nédonchel, Saint-Hilaire-Cottes et Westrehem[1].

Climat[modifier | modifier le code]

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est situé, pour partie, sur un site classé en zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) : le site de la vallée de la Ternoise et ses versants de Saint-Pol-sur-Ternoise à Hesdin et le vallon de Bergueneuse. La Ternoise, avec ses 25 km de vallée étroite, a des versants occupés par des bois, des pelouses, des prairies et des lisières arbustives, et son plateau limoneux est utilisé pour la culture. Le versant droit de la Ternoise est entaillé par de nombreuses vallées sèches drainant les collines crayeuses de l’Artois[2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Febvin-Palfart est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5]. La commune est en outre hors attraction des villes[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (97,6 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (97,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (68,5 %), prairies (23,1 %), zones agricoles hétérogènes (6 %), zones urbanisées (2,4 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

La commune compte trois hameaux, dont Ramiévile[10].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Fevin en 1119 ; Phevin en 1184 ; Fevins au XIVe siècle ; Febvin-Palfart en 1698[11] ; Febvin Palfait en 1793 et Febvin-Palfait puis Febvin-Palfart depuis 1801[12].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au début de la Seconde Guerre mondiale, pendant la bataille de France, le , 32 artilleurs de la 5e division d'infanterie nord-africaine furent fusillés par les Allemands[13].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Saint-Omer du département du Pas-de-Calais.

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie de la petite communauté de communes du canton de Fauquembergues.

Le , cette intercommunalité rejoint, avec d'autres, la Communauté d'agglomération de Saint-Omer pour former la communauté d'agglomération du Pays de Saint-Omer [14] dont la commune est désormais membre.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie depuis 1801 du canton de Fauquembergues[12]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est intégrée au canton de Fruges.

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la sixième circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  1997[15] M. Loison   Démissionnaire
1997 mars 2017[15] Pierre Deremetz[16],[17],[18]   Ingénieur
Démissionnaire
mars 2017 En cours
(au 21 février 2022)
Jean-Luc Évrard   Cadre de la fonction publique[10]
Réélu pour le mandat 2020-2026[19]

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[21].

En 2019, la commune comptait 609 habitants[Note 2], en augmentation de 6,1 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
805792784831970906911877862
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
848849841827823839830812749
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
753752710687680694707645674
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
703653612552512497496506574
2018 2019 - - - - - - -
604609-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 39,3 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 20,9 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 297 hommes pour 307 femmes, soit un taux de 50,83 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,5 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[23]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,7 
90 ou +
1,3 
6,7 
75-89 ans
8,8 
12,1 
60-74 ans
12,1 
15,5 
45-59 ans
17,3 
24,2 
30-44 ans
22,8 
16,2 
15-29 ans
13,0 
24,6 
0-14 ans
24,8 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[24]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Économie[modifier | modifier le code]

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Sainte-Berthe.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument historique[modifier | modifier le code]

Autres monuments[modifier | modifier le code]

  • Le monument élevé en 1971 en l'honneur des 32 tirailleurs marocains exécutés par les nazis le et inhumés dans le cimetière communal[26].
  • Le monument aux morts[27].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Febvin-Palfart Blason
De sinople à un fer à cheval d'argent clouté de onze pièces de gueules encadrant une (cosse de) fève d'or, à la bordure du même chargée de onze tourteaux du champ[28].
Détails
Le fer à cheval fait allusion au monde rural, les onze clous et tourteaux représentent les onze hameaux de la commune et enfin la fève (ou cosse de fève) est pour le nom de Febvin qui signifierait « pays des fèves ».

Adopté le .

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ravin de la Méroise (E3640700 ) » (consulté le )
  2. « ZNIEFF 310007268 - La vallée de la Ternoise et ses versants de Saint-Pol-sur-Ternoise à Hesdin et le vallon de Bergueneuse », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. a et b « Febvin-Palfart : Jean-Luc Évrard revêt l’écharpe de maire : Après la démission surprise de Pierre Deremetz, élu depuis 22 ans, son 1er adjoint lui succède », L’Écho de la Lys,‎ (lire en ligne) « Le conseil municipal s’est ensuite mis d’accord pour élire trois adjoints. Si l’élection de Mickaël Nayet et de Francis Bulot, respectivement aux postes de 1er et de 2e adjoint, n’a souffert d’aucune contestation – seuls en lice, ils ont été élus avec 9 et 10 voix – l’élection du troisième adjoint a, en revanche, été plus commentée.
    Deux élus ont fait acte de candidature, Pierre Deremetz et Dorothée Fruchart. L’ancien maire a été élu avec 10 voix »
    .
  11. Auguste de Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, Imprimerie nationale de Paris, , 499 p. (lire en ligne), p. 145.
  12. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/fr/thematique/2nde-guerre-mondiale?page=55
  14. « Audomarois : la nouvelle grande agglo s’appellera la CAPSO », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  15. a et b A.H., « Pierre Deremetz passe la main », L'Abeille de la Ternoise, nos 8613-1710,‎ , p. 35 « Élu en 1995, il exerce la fonction de premier adjoint jusqu’en 1997 en remplacement de M. Loison, démissionnaire. Il est alors élu maire. Il sera confirmé au fauteuil majoral en 2001, 2008 et 2014. Des raisons personnelles ont motivé la décision de Pierre Deremetz ».
  16. Hervé Vaughan, « Le bilan du maire de Febvin-Palfart, Pierre Deremetz : pas d’école, pas d’éoliennes non plus, mais une salle des fêtes : Le rassemblement pédagogique concentré et les éoliennes de la Carnoye. C’étaient les deux projets énoncés en 2008. Aucun n’a abouti. Pierre Deremetz, candidat à un quatrième mandat, les verra peut-être, s’il est réélu », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  17. « Febvin-Palfart : Pierre Deremetz entame son quatrième mandat de maire : Dimanche, les conseillers nouvellement élus ont désigné maire Pierre Deremetz. À 59 ans, il entame son quatrième mandat consécutif à la tête du village », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  18. C. H (CLP), « Les projets des maires : à Febvin-Palfart, la sécurité des enfants renforcée : Pierre Deremetz a entamé en mars son quatrième mandat à la tête de la commune et l’aménagement d’un parking entre l’école et la salle sera la première réalisation à sortir de terre. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. https://reader.cafeyn.co/fr/1926576/21598579
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  23. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Febvin-Palfart (62327) », (consulté le ).
  24. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  25. « Église », notice no PA00108277, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  26. France 3, mai 2020, « 1940, la bataille de France au jour le jour : 30 mai, La Bourrasque coulée en quittant Dunkerque, 500 hommes périssent »
  27. « Le monument aux morts », sur Mémoires de pierres (consulté le ).
  28. « 62327 Febvin-Palfart (Pas-de-Calais) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).