Hervelinghen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Hervelinghen
Hervelinghen
L'église Saint-Quentin.
Blason de Hervelinghen
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Boulogne-sur-Mer
Intercommunalité Communauté de communes de la terre des deux caps
Maire
Mandat
Pierre Ammeux
2020-2026
Code postal 62179
Code commune 62444
Démographie
Gentilé Hervelinghinois
Population
municipale
230 hab. (2018 en diminution de 0,86 % par rapport à 2013)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 52′ 57″ nord, 1° 42′ 46″ est
Altitude Min. 39 m
Max. 157 m
Superficie 5,89 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Calais
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Desvres
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Hervelinghen
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Hervelinghen
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hervelinghen
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hervelinghen

Hervelinghen est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le périmètre du parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale (dans sa partie nord-ouest), à mi-distance entre Boulogne-sur-Mer (22 km) et Calais (17 km), au sein du grand paysage nommé paysages littoraux et arrière-littoraux dans le SCOT paysager de la Terre des 2 Caps. La côte est à environ 3 km.

Accès et transports[modifier | modifier le code]

Elle est desservie par la D 244. La gare TER la plus proche est celle de Pihen (environ 5,7 km par la route). L'accès est rapide vers la gare de Calais-Fréthun (à environ 10 km par la route) et l'autoroute A 16.

Le sentier du Cap Blanc-Nez (petite randonnée) passe dans la partie nord de la commune.

Géologie, reliefs et hydrographie[modifier | modifier le code]

Le socle géologique est de la craie blanche à silex et marnes du Secondaire. Il en résulte un paysage ouvert de vallée sèche et de grandes cultures annuelles, caractéristique de l' ambiance maritime arrière-littorale.

Le village est encadré par les Monts de la Cuesta : Mont de Sombre au nord (altitude maximum sur le territoire communal à 157 mètres sur la crête du Mont), Mont de Couple au sud. Le relief est pentu et se décompose en vallons secs (Vallée à cailloux, vallée Tournante, Riez du Mont de Couple) ou « fond » (fond d'Hervelinghen au nord-ouest, fond Bertaux à l'ouest, avec un minimum d'altitude à 39 mètres, Fond de Couple au sud-ouest, les Fonds à l'est). Au sud, le Mont de Couple présente un versant nord en partie boisé. Le village est niché dans la vallée et bien exposé (soleil). On voit la mer depuis le village, et inversement le village est bien visible depuis les grandes ouvertures des Monts de la Cuesta[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Hervelinghen
Escalles Bonningues-lès-Calais
Wissant Hervelinghen
Audembert Saint-Inglevert

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Hervelinghen est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Calais, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 45 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (100 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (100 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (79,6 %), prairies (11,2 %), zones agricoles hétérogènes (9,2 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Helvetingehem, Helbetingahem, Helbetinhem, Helbedingehem et Helvetingehem (1084 et 1127), Helvuenghehem (1119), Helvelingehem (1145), Heuviningehem (1157), Elvelinghem (1174), Helvidingehem (1179), Hervedinghehem (fin XIIIe siècle), Hervedinghem (vers 1512), Hévelinghen (1554), Helveringham et Hervelyngham (1556), Hervelingan (1583), Hervelinghen (1674)[9].

D'après Ernest Nègre, la commune tiendrait son nom de l'anthroponyme germanique Helvidis ayant subi l'attraction du nom Willingus, suivi de -ingen « gens (de) » + he(i)m « demeure, maison », donnant la « demeure du peuple de Helvidis »[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1179, Gérold de Piro et sa femme Béatrix donnent la dîme d'Ervelinghem à l'abbaye Saint-Médard d'Andres[11].

En 1206, Lambert de Bruges, évêque de Thérouanne, déclare qu'à sa demande, le chevalier Gusfrid de Ferchnes (Ferques) a cédé à l'abbé Itérius de l'abbaye d'Andres ses droits sur la dîme de Hervedinghem. Et un peu plus tard, la même année, Gusfrid confirme la cession de la dîme faite par Gérold de Piro[12].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Hervelinghen dans son canton et dans l'arrondissement de Boulogne-sur-Mer.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 En cours
(au 24 janvier 2015)
Hervé Crépin   Réélu pour le mandat 2014-2020[13],[14],[15],[16]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[18].

En 2018, la commune comptait 230 habitants[Note 3], en diminution de 0,86 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : +0,1 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
150151155219228246242242213
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
222221196195187175161164173
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
205202178147143151159173162
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
173149134166172182236237231
2018 - - - - - - - -
230--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (16,5 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,2 % contre 48,4 % au niveau national et 48,2 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,2 % d’hommes (0 à 14 ans = 25,2 %, 15 à 29 ans = 12,6 %, 30 à 44 ans = 21,8 %, 45 à 59 ans = 26,1 %, plus de 60 ans = 14,3 %) ;
  • 49,8 % de femmes (0 à 14 ans = 23,7 %, 15 à 29 ans = 11,9 %, 30 à 44 ans = 24,6 %, 45 à 59 ans = 21,2 %, plus de 60 ans = 18,6 %).
Pyramide des âges à Hervelinghen en 2007 en pourcentage[21]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
0,8 
5,9 
75 à 89 ans
4,2 
8,4 
60 à 74 ans
13,6 
26,1 
45 à 59 ans
21,2 
21,8 
30 à 44 ans
24,6 
12,6 
15 à 29 ans
11,9 
25,2 
0 à 14 ans
23,7 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[22]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Santé[modifier | modifier le code]

Il n'y a en 2010 aucune activité de santé sur la commune[23]. Les médecins les plus proches et pharmacie sont à Wissant à environ 4 km par la route ; Marquise regroupe toute la gamme intermédiaire de services de santé, l’hôpital le plus proche étant celui de Calais.

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune compte une classe de 25 élèves (école élémentaire) en RPI avec Saint-Inglevert (1 classe maternelle et 1 élémentaire)[24].

Économie[modifier | modifier le code]

En dehors des emplois liés aux services locaux (mairie, école), un gîte à la ferme et un camping sont installés sur la commune[25]. Les résidents sont très dépendants de la voiture en raison du relief (pentes pour le vélo) et d'une position excentrée (aucune ville à moins de 10 km) et multipolaire. Ainsi, le cœur de la communauté de communes, Marquise, est à la même distance que celui de la communauté de communes voisine (Guînes). Sangatte et Coquelles (zone commerciale Cité Europe) sont à la même distance, à 11 ou 12 km. Tous ces pôles constituent des zones d'emploi et de services, les deux grands bassin d'emploi étant ceux de Calais et Boulogne.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Intérieur de l'église Saint-Quentin.
  • L'église Saint-Quentin, faisant partie de la paroisse Notre-Dame-des-Flots.
  • On trouve sur une place de la D 244, une colonne en pierre blanche, ornée d'un crucifix, qui date au moins de l'occupation anglaise et remonterait au XIVe siècle. On en doit la conservation à l'énergie du maire, M. Poivre, qui a empêché les vandales de 1793 de la détruire[26].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Hervelinghen Blason
Écartelé : aux 1er et 4e d'argent à trois fasces de gueules, au 2e et 3e d'argent à trois doloires de gueules ; à la cloche d'azur brochant sur la partition en abîme[27].
Détails
Il s'agit des armes de la famille de Croÿ-Renty, qui posséda la seigneurie à partir de 1668. La cloche évoque le fait que lorsque le seigneur se rendait au village (celui-ci ne résidant pas sur place) il se faisait reconnaître en « convoquant » la population sur la place au son de la cloche de l'église.
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. IGN
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Calais », sur insee.fr (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Auguste de Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne), p. 199.
  10. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Volume 2, Librairie Droz, (lire en ligne), p. 1004.
  11. Alphonse Wauters,Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1904. Tome 2 Année 1179.
  12. Alphonse Wauters,Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1904. Tome 3, Année 1206.
  13. Christophe Le-Bas, « Hervelinghen : Ira ? Ira pas ? Troisième mandat municipal incertain mais le programme a été respecté : Hervé Crépin, maire de la commune d’Hervelinghen, 233 habitants en 2010, achève son troisième mandat. Le deuxième en tant que maire. À l’approche des élections municipales, son bilan se veut simple et pratique. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  14. « Hervelinghen: Hervé Crépin réélu maire », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  16. E. C. (CLP), « Hervelinghen : « La réforme des rythmes scolaires n’est vraiment pas un cadeau » : Hervé Crépin vient d’entamer son troisième mandat de maire. Sa commune a peu de ressources. Mais les projets ne manquent pas. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  21. « Évolution et structure de la population à Hervelinghen en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  22. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  23. INSEE BPE 2010
  24. Effectifs à la rentrée 2011-2012, Inspection Académique du Pas-de-Calais, Insee RP 2008
  25. Étude paysagère de Philippe Thomas, maître d'ouvrage Parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale, 2009
  26. Dictionnaire historique et archéologique du Pas-de-Calais. tome 3 / publié par la commission départementale des monuments historiques, Haigneré, Daniel (1824-1893)
  27. « 62444 Hervelinghen (Pas-de-Calais) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).