Aller au contenu

Lagnicourt-Marcel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lagnicourt-Marcel
Lagnicourt-Marcel
La rue de la place, avec l'église.
Blason de Lagnicourt-Marcel
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Intercommunalité Communauté de communes Osartis Marquion
Maire
Mandat
Francis Degand
2020-2026
Code postal 62159
Code commune 62484
Démographie
Gentilé Lagnicourtois
Population
municipale
308 hab. (2021 en diminution de 9,41 % par rapport à 2015)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 09′ 30″ nord, 2° 57′ 24″ est
Altitude Min. 74 m
Max. 109 m
Superficie 8,42 km2
Type Commune rurale à habitat dispersé
Unité urbaine Hors unité urbaine
Aire d'attraction Arras
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bapaume
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Lagnicourt-Marcel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Lagnicourt-Marcel
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
Lagnicourt-Marcel
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
Lagnicourt-Marcel

Lagnicourt-Marcel est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France. Ses habitants sont appelés les Lagnicourtois.

Le prénom Marcel, du coiffeur Marcel Grateau, est ajouté à Lagnicourt par décret présidentiel du .

La commune fait partie de la communauté de communes Osartis Marquion qui regroupe 49 communes et compte 42 651 habitants en 2021.

Géographie

[modifier | modifier le code]

Localisation

[modifier | modifier le code]
Carte
Carte interactive (cliquer sur la carte).

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de cinq communes :

Communes limitrophes de Lagnicourt-Marcel
Noreuil Quéant
Lagnicourt-Marcel
Vaulx-Vraucourt Morchies Beaumetz-lès-Cambrai

Géologie et relief

[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 8,42 km2 ; son altitude varie de 74 à 109 m[1].

Hydrographie

[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est situé dans le bassin Artois-Picardie[2].

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[3]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Nord-est du bassin Parisien, caractérisée par un ensoleillement médiocre, une pluviométrie moyenne régulièrement répartie au cours de l’année et un hiver froid (°C)[4].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,3 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 14,5 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 707 mm, avec 11,7 jours de précipitations en janvier et 8,8 jours en juillet[3]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Wancourt à 12 km à vol d'oiseau[5], est de 10,8 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 711,4 mm[6],[7]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[8].

La commune est située dans le paysage régional des grands plateaux artésiens et cambrésiens tel que défini dans l’atlas des paysages de la région Nord-Pas-de-Calais, conçu par la direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL)[Note 1],[9]. Ce paysage régional, qui concerne 238 communes, est dominé par les « grandes cultures » de céréales et de betteraves industrielles qui représentent 70 % de la surface agricole utilisée (SAU)[10].

Milieux naturels et biodiversité

[modifier | modifier le code]

Espèces faunistiques et floristiques

[modifier | modifier le code]

L’Inventaire national du patrimoine naturel (INPN) recense plusieurs espèces faunistiques et floristiques sur le territoire de la commune dont certaines sont protégées et d’autres menacées et quasi-menacées[11].

Au , Lagnicourt-Marcel est catégorisée commune rurale à habitat dispersé, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[12]. Elle est située hors unité urbaine[13]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Arras, dont elle est une commune de la couronne[Note 2],[13]. Cette aire, qui regroupe 163 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[14],[15].

Occupation des sols

[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (94,9 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (95,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (94,9 %), zones urbanisées (5,1 %)[16]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Le nom de la localité est attesté sous les formes Lagnicortis (1096) ; Legnecourt (1186) ; Laignicort (1212) ; Laignecort (1226) ; Leignecort (1245) ; Laignicourt (1249) ; Laignincourt (1268) ; Lagnecourt (1310) ; Laygnicourt (1359) ; Lanycourt (1670)[17].

Dans le nom de la commune Lagnicourt-Marcel, Marcel fait référence à Marcel Grateau[18], personnage de la coiffure du XIXe siècle. La commune demande, le , la permission d’ajouter le nom de Marcel à celui de Lagnicourt ; ce que lui accorde le décret présidentiel du [18].

L'histoire de la commune peut être consultée dans le Dictionnaire historique et archéologique du Pas-de-Calais paru en 1873, en cliquant sur le lien ci-après[19].

Le 13 juillet 1591, est rendue une sentence de noblesse de l'élection d'Artois pour Jean de Waziers, écuyer, seigneur de Femy, demeurant à Lagnicourt[20].

Avant la Révolution française, Lagnicourt est le siège d'une seigneurie. Par lettres données à Madrid le , la terre de Lagnicourt est jointe à celle d'Ervillers, à celle de Gomiécourt et d'autres, tenues du château d'Arras, pour être érigée en comté de Gomiécourt, au bénéfice de Philippe de Gomiécourt, chevalier, seigneur de Gomiécourt, gouverneur, capitaine et bailli des ville et château de Béthune[21].

Carte de Cassini

[modifier | modifier le code]
Carte de Cassini du secteur vers 1750.

La carte de Cassini ci-dessus montre qu'au milieu du XVIIIe siècle, Lagnicourt était une paroisse située près du Fossé de l'Hirondelle , cours d'eau aujourd'hui asséché.
Le château, détruit au cours de la guerre 14-18, est représenté au sud du village.
Au nord-ouest, un moulin à vent en bois aujourd'hui disparu était en activité à cette époque .

Première Guerre mondiale

[modifier | modifier le code]

Après la bataille des Frontières du 7 au 24 août 1914, devant les pertes subies, l'État-Major français décide de battre en retraite depuis la Belgique. Dès le 28 août, les Allemands s'emparent du village de Lagnicourt et poursuivent leur route vers l'ouest. Dès lors commença l'occupation allemande qui dura jusqu'au début de 1917. Des arrêtés de la kommandantur obligeaient, à date fixe, sous la responsabilité du maire et du conseil municipal, sous peine de sanctions, la population à fournir : blé, œufs, lait, viande, légumes, destinés à nourrir les soldats du front. Toutes les personnes valides devaient effectuer des travaux agricoles ou d'entretien.
En mars 1917, les Allemands décident de se retirer sur la Ligne Hindenburg, ligne fortifiée située à seulement 1 km à l'est devant Quéant. Avant leur départ, le village est évacué de ses habitants et toutes les constructions (église, mairie, maisons) sont systhématiquement dynamitées, tous les arbres sont coupés, les puits pollués avec du fumier[22].
A lire, le récit de Mme J.C., institutrice à Lagnicourt, qui relate la vie du village sous le joug des Allemands, depuis le 31 août 1914, premier jour de l'occupation du village, jusqu'au 18 février 1917, évacuation des derniers habitants vers la Belgique[23].
Les troupes britanniques prennent alors possessions des ruines du village le 2 avril 1917. Les ruines de Lagnicourt repasseront aux mains des Allemands en mars 1918 lors de l'Offensive du Kaiser jusqu'au , date à laquelle le village sera définitivement repris par les troupes du Commonwealth après de violents combats, attestés par la présence de nombreux cimetières britanniques ou allemands dans le secteur
Après l'armistice, les habitants reviennent peu à peu au village.
Vu les souffrances endurées par la population pendant les quatre années d'occupation et les dégâts aux constructions, la commune s'est vu décerner la Croix de guerre 1914-1918 le [24].
Alors commença une longue période de reconstruction des habitations, de l'église et de la mairie qui fut inaugurée le 27 septembre 1925[25].

Marcel « le coiffeur » et la reconstruction

[modifier | modifier le code]

1922 : c'est à cette date que les chemins de Lagnicourt croisent ceux d'un grand personnage de la coiffure du XIXe siècle, Marcel Grateau, né à Chauvigny dans la Vienne. « Il se prit à suivre à l’aide d’un fer à friser les belles ondulations que seule la nature pouvait donner à la chevelure » dépeignent ses biographes. L’ondulation Marcel (en) est née et va révolutionner les méthodes professionnelles de la coiffure. Sa renommée est telle que les coiffeurs d'Angleterre lui organisent au Holborn de Londres une « grande fête à Marcel »[26]. En 1922 la fête a rapporté 550 livres sterling, somme que les organisateurs souhaitent offrir, comme aide à la reconstruction, à un village français. Il contacte donc la Ligue britannique de l'Aide aux pays dévastés dont le président, Francis Reginald Wingate, général de son état, n'est autre que le père de Malcolm, notre infortuné soldat. C'est par ce concours de circonstances que Lagnicourt devient la bénéficiaire de cette somme[18].

Reconnaissance et changement de nom

[modifier | modifier le code]
Inauguration de l'église le 27 septembre 1925.

Reconnaissante, la commune demande, le , la permission d’ajouter le nom de Marcel à celui de Lagnicourt ; ce que lui accorde le décret présidentiel du .

L'histoire n'est pas finie. Le dimanche , en grande pompe, au cours d'une cérémonie accueillant 350 personnes, le coiffeur Marcel vient assister à l'inauguration de la mairie et de l'école communale Marcel. À cette occasion, un nouvel acte de générosité permettra de constituer une bibliothèque et de récompenser chaque année un élève méritant en... anglais[27].

Politique et administration

[modifier | modifier le code]
La mairie.

Découpage territorial

[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Arras du département du Pas-de-Calais[28].

Commune et intercommunalités

[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes Osartis Marquion[28].

Circonscriptions administratives

[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée au canton de Bapaume[28].

Circonscriptions électorales

[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la première circonscription du Pas-de-Calais[29].

Élections municipales et communautaires

[modifier | modifier le code]

Liste des maires

[modifier | modifier le code]
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1989 2014[30],[31] Jean-Marie Peugnet    
2014 En cours
(au 24 mars 2022)
Francis Degand   Ancien employé[31],[32],[33]
Réélu pour le mandat 2020-2026[34],[35]

Équipements et services publics

[modifier | modifier le code]

Population et société

[modifier | modifier le code]

Démographie

[modifier | modifier le code]

Les habitants sont appelés les Lagnicourtois[36].

Évolution démographique

[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[37]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[38].

En 2021, la commune comptait 308 habitants[Note 3], en diminution de 9,41 % par rapport à 2015 (Pas-de-Calais : −0,76 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
603618625691757815822783795
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
815827818820795730716597572
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
568564548352377376366344355
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
347355335355327295301305347
2015 2020 2021 - - - - - -
340319308------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[39].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges

[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 35,8 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). De même, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 20,6 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 167 hommes pour 160 femmes, soit un taux de 51,07 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[40]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ou +
0,6 
4,3 
75-89 ans
6,4 
16,0 
60-74 ans
14,1 
22,7 
45-59 ans
22,4 
22,1 
30-44 ans
19,9 
17,8 
15-29 ans
17,9 
17,2 
0-14 ans
18,6 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2021 en pourcentage[41]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,6 
5,6 
75-89 ans
8,9 
16,7 
60-74 ans
18,1 
20,2 
45-59 ans
19,2 
18,9 
30-44 ans
18,1 
18,2 
15-29 ans
16,2 
19,9 
0-14 ans
17,9 

Culture locale et patrimoine

[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments

[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune

[modifier | modifier le code]

Héraldique

[modifier | modifier le code]

Les armes de la ville se blasonnent ainsi : d'azur aux deux léopards d'argent passant l'un sur l'autre.

Pour approfondir

[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

[modifier | modifier le code]

Articles connexes

[modifier | modifier le code]

Liens externes

[modifier | modifier le code]

Bases de données, dictionnaires et encyclopédies

[modifier | modifier le code]

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. La DREAL distingue, dans la région Nord-Pas-de-Calais, quatre grandes familles de paysages : ceux du Haut Pays, Bas Pays, Littoraux et d’interface. Ces grandes familles de paysages comprennent 21 grands paysages régionaux.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  4. "Remonter le temps" est un outil de comparaison de l’évolution de l’occupation des sols dans le temps sous forme de cartes ou photos aériennes : carte de Cassini (XVIIIe siècle), carte d'état-major (1820-1866) et période actuelle (1950 à aujourd'hui). Pour comparer deux autres cartes, sélectionner les cartes en haut de la page.
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références

[modifier | modifier le code]
  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. « Données de la commune », sur le site du service d'administration nationale des données et référentiels sur l'eau (Sandre) (consulté le ).
  3. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  4. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  5. « Orthodromie entre Lagnicourt-Marcel et Wancourt », sur fr.distance.to (consulté le ).
  6. « Station Météo-France « Arras » (commune de Wancourt) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  7. « Station Météo-France « Arras » (commune de Wancourt) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  9. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Synthèse des grandes familles de paysages et des paysages régionaux qui la composent » [txt], sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  10. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Paysages des grandes plaines arrageoises et cambrésiennes », sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  11. « statistiques des espèces recensées sur la commune », sur Le site de l’Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  12. « La grille communale de densité », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  13. a et b Insee, « Métadonnées de la commune de Lagnicourt-Marcel ».
  14. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Arras », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  15. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  16. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  17. Comte Auguste De Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne), p. 215.
  18. a b et c Nathalie Labreigne, « Lagnicourt-Marcel, un nom de village à l’origine qui décoiffe ! », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. « Dictionnaire historique et archéologique du Pas-de-Calais. Tome 2 », sur Gallica, 1873-1883 (consulté le ).
  20. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 13, lire en ligne.
  21. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 245, lire en ligne.
  22. https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/af/Ligne_Hindenbourg_Carte_Nord_2.jpg
  23. « Bulletin des réfugiés du Pas-de-Calais », sur Gallica, (consulté le ).
  24. http://memorialdormans.free.fr/CommunesCroixDeGuerre14-18.pdf
  25. https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Lagnicourt-Marcel_Inauguration_de_la_mairie_1925a.jpg
  26. « Marcel Grateau, héros de la nouvelle vague », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  27. (fr) Ch. Defrance, « Lagnicourt-Marcel : Son histoire n’est pas tirée par les cheveux »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur echo62.com, L'Echo du Pas-de-Calais n°56, (consulté le ).
  28. a b et c « Rattachements administratifs de la commune », sur l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) (consulté le ).
  29. « Circonscriptions législatives : Table de correspondance des communes et des cantons pour les élections législatives de 2012 et sa mise à jour pour les élections législatives 2017 », sur data.gouv.fr (consulté le ).
  30. « Lagnicourt-Marcel : Jean-Marie Peugnet, mis à l’honneur pour sa dernière cérémonie de vœux », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  31. a et b « Lagnicourt-Marcel : un premier mandat de maire pour Francis Degand : Élu conseiller municipal durant trente-sept années dont vingt-cinq à la tête de la commune, Jean-Marie Peugnet, a présidé sa dernière réunion en installant le nouveau conseil municipal. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  32. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  33. « Les projets des maires - Lagnicourt-Marcel: Rénovation de trottoirs et défense incendie programmées pour 2015 : Après deux mandats de conseiller municipal et un d’adjoint, Francis Degand a été élu maire en mars. Des travaux sont en cours à la chapelle et au calvaire, et les principaux projets devraient voir le jour courant 2015 », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  34. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur data.gouv.fr, (consulté le ).
  35. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  36. Roger Brunet, « France, le trésor des régions », sur tresordesregions.mgm.fr (consulté le ).
  37. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  38. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  39. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  40. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Lagnicourt-Marcel (62484) », (consulté le ).
  41. Insee, « Évolution et structure de la population en 2021 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  42. « Le monument aux morts », sur monuments-aux-morts.fr (consulté le ).