Biache-Saint-Vaast

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Biache-Saint-Vaast
Mairie.
Mairie.
Blason de Biache-Saint-Vaast
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Canton Brebières
Intercommunalité Communauté de communes Osartis Marquion
Maire
Mandat
Michel Housau
2014-2020
Code postal 62118
Code commune 62128
Démographie
Gentilé Biachois
Population
municipale
4 002 hab. (2014)
Densité 430 hab./km2
Population
aire urbaine
9 137 hab. (2014)
Géographie
Coordonnées 50° 18′ 45″ nord, 2° 56′ 42″ est
Altitude 57 m (min. : 42 m) (max. : 70 m)
Superficie 9,30 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Biache-Saint-Vaast

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Biache-Saint-Vaast

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Biache-Saint-Vaast

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Biache-Saint-Vaast
Liens
Site web www.biachesaintvaast.fr

Biache-Saint-Vaast est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Pont sur la Scarpe.

La commune est située entre Vitry-en-Artois et Fresnes-lès-Montauban. La commune fait partie de l'Artois. La Scarpe, le Trinquise et la Rivièrette y passent. La commune s'établit entre 42 et 70 m d'altitude.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Biache-Saint-Vaast
Gavrelle Fresnes-lès-Montauban
Plouvain Biache-Saint-Vaast Vitry-en-Artois
Plouvain Pelves          Hamblain-les-Prés Sailly-en-Ostrevent

La commune possède au sud une queue de poêle limitrophe au commune de Vitry-En-Artois, Sailly-En-Ostrevent et Hamblain-Lès-Prés.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Bigartium en 765, Bigartu en 1098, Biarcium en 1148, Biarce en 1169, Bigardoe en 1227, Bigardum en 1233, Biach en 1239, Biarch en 1271, Byarc en 1303.

Biache a pour origine le mot germanique bigard qui signifie enclos ou jardin clos près de la maison [1].

Durant la Révolution, en 1793, la commune porte le nom de Biache-sous-Scarpe[2].

Ses habitants sont appelés les Biachois[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Archéos - Biache-Saint-Vaast - rhinocéros et ours.
  • Un site paléolithique vieux de 180 000 ans y a été découvert en avril 1976, lors de la construction d’une usine métallurgique Usinor. Des fouilles de sauvetage, dirigées par A. Tuffreau, s’ensuivirent jusqu’en 1982 et ont permis de découvrir les restes de deux individus Homme de Néandertal dont deux crânes incomplets (les plus anciens retrouvés dans la moitié Nord de la France)[4],[5]. Le site contenait aussi de nombreux ossements d’animaux et beaucoup d’outils en pierre, le tout dans un remarquable état de conservation. Le gisement a été détruit par la construction de l'usine qui a fermé ses portes vingt-cinq ans plus tard[6].

Une copie du crâne découvert est visible à la bibliothèque municipale.

  • L'abbaye de Saint-Vaast a été entièrement détruite en . Elle a été en partie remplacée par l'église Saint-Pierre qui renferme des fonts baptismaux datant de 1544.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Biache-Saint-Vaast dans son canton et dans l'arrondissement d'Arras.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Auguste Lestoquoy    
1947 1959 Émile Huré SFIO  
1959 1971 Paul Fouquez    
1971 1992 Yves Briet PCF Clerc de notaire
1992 1995 Michel Lefebvre   Cartonnier
1995 en cours
(au 23 novembre 2014)
Michel Housau DVD Médecin
Réélu pour le mandat 2014-2020[7],[8],[9]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[11],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 4 002 habitants, en augmentation de 2,99 % par rapport à 2009 (Pas-de-Calais : 0,77 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
683 792 797 957 1 068 1 034 1 090 1 187 1 242
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 356 1 401 1 470 1 467 1 550 1 700 1 757 1 953 2 073
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 131 2 212 2 273 1 676 2 164 2 427 2 352 2 483 2 971
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
3 525 3 860 4 224 4 032 3 981 3 923 3 815 3 907 4 002
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (21 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,7 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,3 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,2 %, 15 à 29 ans = 18,5 %, 30 à 44 ans = 22,6 %, 45 à 59 ans = 21,6 %, plus de 60 ans = 17,1 %) ;
  • 50,7 % de femmes (0 à 14 ans = 17,2 %, 15 à 29 ans = 16,1 %, 30 à 44 ans = 22 %, 45 à 59 ans = 20 %, plus de 60 ans = 24,8 %).
Pyramide des âges à Biache-Saint-Vaast en 2007 en pourcentage[13]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
7,5 
12,3 
60 à 74 ans
16,6 
21,6 
45 à 59 ans
20,0 
22,6 
30 à 44 ans
22,0 
18,5 
15 à 29 ans
16,1 
20,2 
0 à 14 ans
17,2 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[14]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Sports[modifier | modifier le code]

  • Base nautique de la Scarpe (kayak polo, etc.), rue Marcelin-Berthelot ;
  • La salle des sports Emile Huré ;rue Gambetta
  • Un boulodrome ,mur d'escalade
  • Le Dojo Municipal, rue Gambetta.
  • L'équipe de handball Handball Biache Vallée de Scarpe (HBVS) ;
  • L'équipe de football l'US Biache.
  • Les clubs d'athlétisme,tennis , judo, aikido,karaté full contact,jiu jitsu, gym jeunesse,gym féminine, balade biachoise,cyclotourisme, velo
  • Les 3 terrains de football Stade Louis Deret, rue Jean Jaurès , Stade Bernard Leroy, rue du 19 mars 1962,stade au parc de la flanerie
  • Les 3 courts de tennis,2 au Marais, rue du 19 mars 1962 et 1 en terre battue au Parc De La Flânerie, rue du Maréchal Foch.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Les marais de Biache-Saint-Vaast (Grand Marais,Petit Marais et Marais Industriel) Le collège Germinal L'école primaire Jean-de-La-Fontaine, L'école maternelle Charles-Perrault, Le géant de Biache Néandertus (2008) en référence à l'homme de Biache, La braderie brocante le premier dimanche de juillet, La ducasse au mois de septembre, Les feux d'artifice du 14-Juillet et de la ducasse,

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Pierre, reconstruite après 1918.
  • Le monument aux morts.
  • Le monument au général Delestraint.
  • Le monument de commémoration pour les ouvriers de la cimenterie.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Plaque en hommage à Charles Delestraint.
  • Charles Delestraint, (1879-1945),né le 12 mars 1879 à Biache-Saint-Vaast et mort le 19 avril 1945 à Dachau est général français, héros de la Résistance, premier chef de l'Armée secrète ; son nom a été donné à une rue et à un parc de la commune.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Lyon Blason Écartelé d'or et d'azur, aux premier et quatrième à la croix ancrée de gueules, aux deuxième et troisième à la fleur de lis d’or[16].
Détails Le blason est présent sur le site internet de la commune.
Alias
Alias du blason de Lyon
De gueules à la roue dentée cousue de sable, chargée de quatre feuilles de nénuphar de sinople posées en croix[15].

Source inconnue.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 82a
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Nom des habitants de la commune sur habitants.fr.
  4. Étude Descriptive et Comparative de Biache-Saint-Vaast 1 Thèse de Hélène Rougier, décembre 2003
  5. A late middle Pleistocene hominid : Biache-Saint-Vaast 2. GUIPERT, G., LUMLEY, M.-A. de, TUFFREAU, A., MAFART, B. (2011). C. R. Palevol 10(1): 21-33.
  6. De l’archéologie de sauvetage à l’archéologie préventive. Par Jean-Paul Demoule, président de l’Inrap. Préface du livre « La France archéologique », éditions Hazan/Inrap.
  7. « Biache-Saint-Vaast : Michel Housau a été réélu pour un quatrième mandat », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  8. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le 23 novembre 2014)
  9. Géraldine Csizmadia, « Biache-Saint-Vaast :Voirie, logement, court de tennis à La Flânerie, et deux nouvelles classes : Michel Housau, après vingt ans au poste de maire, se dit que ce mandat sera peut-être le dernier. Il entend poursuivre le développement de la commune, sans augmenter l’impôt. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  13. « Évolution et structure de la population à Biache-Saint-Vaast en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 août 2010)
  14. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 août 2010)
  15. Banque du Blason
  16. Le blason sur le site de la mairie.