Achiet-le-Petit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Achiet-le-Grand.
Achiet-le-Petit
Le monument aux morts devant la mairie.
Le monument aux morts devant la mairie.
Blason de Achiet-le-Petit
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Canton Bapaume
Intercommunalité Communauté de communes du Sud Artois
Maire
Mandat
Xavier Duquesne
2014-2020
Code postal 62121
Code commune 62006
Démographie
Population
municipale
309 hab. (2014)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 07′ 28″ nord, 2° 45′ 07″ est
Altitude Min. 97 m – Max. 139 m
Superficie 7,25 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Achiet-le-Petit

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Achiet-le-Petit

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Achiet-le-Petit

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Achiet-le-Petit

Achiet-le-Petit est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Achiet-le-Petit
Ablainzevelle Courcelles-le-Comte
Bucquoy Achiet-le-Petit Achiet-le-Grand
Miraumont Irles Bihucourt

Grévillers

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Ascehel en 1098, Asceel en 1159[1].

Nom issu du mot germanique ask ou asch désignant le frêne[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

  • En 1393, les comtes de Béthune vendirent cette seigneurie aux de Montbertaut, mayeur d'Arras en 1413 et seigneur d'Achiet-le-Chastelain dès 1407. Les Montbertaut la revendirent aux Crèvecœur en 1474 ; ces derniers la revendirent à Jean-Adrien de Longueval Bucquoy en 1549 ;
  • Les Longueval Bucquoy réunirent Bergagne (alias Bergame) à Achiet et, en 1699, vendirent l'ensemble à Jacques Charles Adrien de Mullet, seigneur de Wancquetin. En 1700, ce dernier fit démolir les restes du petit château fort, raser la motte et combler la plupart des fossés. Il fit alors construire un corps de logis en briques et pierres blanches, fit fermer le jardin par des murs, fit faire aux deux côtés de la cour un pavillon, des remises et des offices. Derrière le pavillon, à droite en entrant, s'élevait une belle grange à deux entrées ;
  • En 1749 le château était terminé par une vaste terrasse (500 pieds de long et 40 de large) sur laquelle se trouvaient deux canons donnés par Louis XV. À la Révolution les canons ont été fondus et leurs plaques jetées dans un puits. Au XIXe siècle, ces plaques ont été retrouvées et restituées à la famille Diesbach ;
  • En 1789, Achiet-le-Petit, bien qu'enclavée dans le bailliage de Bapaume, faisait partie de l'avourie ou gouvernance de Béthune et suivait la coutume d'Artois. Le château a été pillé puis détruit à la Révolution. Il n'en reste plus trace. Les pierres et briques du château servirent aux habitants pour construire quelques bâtiments qui furent à leur tour détruits pendant la Première Guerre mondiale ;
  • Au XIXe siècle, les terres, vendues à la Révolution, ont été restituées par la famille de Mgr Guillaume-Marie-Joseph Labouré à la famille Diesbach, cette dernière ne les conserva point ;
  • La commune a été décorée de la croix de guerre le 23 septembre 1920 ;
  • Dans l'ancienne église se trouvait le caveau de la famille Diesbach (armoiries de la famille adoptées par la commune vers 1985).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Achiet-le-Petit dans son canton et dans l'arrondissement d'Arras.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2001 2014 Daniel Lavoisier    
2014 En cours Xavier Duquesne[3]   Agriculteur retraité

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Le résultat de l'élection présidentielle de 2012 dans cette commune est le suivant[4] :

Candidat Premier tour Second tour
Voix % Voix %
Eva Joly (EÉLV) 3 1,36
Marine Le Pen (FN) 50 22,73
Nicolas Sarkozy (UMP) 64 29,09 105 49,53
Jean-Luc Mélenchon (FG) 27 12,27
Philippe Poutou (NPA) 1 0,45
Nathalie Arthaud (LO) 1 0,45
Jacques Cheminade (SP) 0 0,00
François Bayrou (MoDem) 21 9,55
Nicolas Dupont-Aignan (DLR) 2 0,91
François Hollande (PS) 51 23,98 107 50,47
Inscrits 250 100,00 250 100,00
Abstentions 25 10,00 27 10,80
Votants 225 90,00 223 89,20
Blancs et nuls 5 2,22 11 4,93
Exprimés 220 97,78 212 95,07

Le résultat de l'élection présidentielle de 2017 dans cette commune est le suivant[5] :

Candidat Premier tour Deuxième tour
% Voix % Voix
Nicolas Dupont-Aignan (DLF) 6,54 14
Marine Le Pen (FN) 39,25 84 55,33 109
Emmanuel Macron (EM) 18,69 40 44,67 88
Benoît Hamon (PS) 1,87 4
Nathalie Arthaud (LO) 0,47 1
Philippe Poutou (NPA) 1,40 3
Jacques Cheminade (SP) 0,00 0
Jean Lassalle (R) 0,00 0
Jean-Luc Mélenchon (LFI) 16,82 36
François Asselineau (UPR) 0,00 0
François Fillon (LR) 14,95 32
Inscrits 267 100,00 267 100,00
Abstentions 50 18,73 42 15,73
Votants 217 81,27 225 84,27
Blancs 3 1,38 14 6,22
Nuls 0 0,00 14 6,22
Exprimés 214 98,62 197 87,56

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 309 habitants, en diminution de -8,04 % par rapport à 2009 (Pas-de-Calais : 0,77 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
498 522 578 624 684 648 639 647 663
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
649 671 683 695 692 677 661 621 595
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
571 552 559 351 433 432 416 436 439
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
407 358 358 355 348 328 322 336 309
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (24,7 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,2 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 14,6 %, 15 à 29 ans = 17,7 %, 30 à 44 ans = 24,4 %, 45 à 59 ans = 23,2 %, plus de 60 ans = 20,1 %) ;
  • 51,2 % de femmes (0 à 14 ans = 21,5 %, 15 à 29 ans = 14 %, 30 à 44 ans = 22,7 %, 45 à 59 ans = 12,8 %, plus de 60 ans = 29,1 %).
Pyramide des âges à Achiet-le-Petit en 2007 en pourcentage[10]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90 ans ou +
0,6 
6,7 
75 à 89 ans
11,6 
12,8 
60 à 74 ans
16,9 
23,2 
45 à 59 ans
12,8 
24,4 
30 à 44 ans
22,7 
17,7 
15 à 29 ans
14,0 
14,6 
0 à 14 ans
21,5 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[11]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes d'Achiet-le-Petit

Les armes d'Achiet-le-Petit se blasonnent ainsi : écartelé : aux 1 et 4 parti de gueules et d'argent, à un croissant de l'un en l'autre ; aux 2 et 3 de sable à la bande vivrée d'or accostée de deux lions du même posés dans le sens de la bande. (le dessin donne par erreur les lions d'argent).

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le cimetière militaire allemand[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Guillaume-Marie-Joseph Labouré né le 27 octobre 1841 à Achiet-le-Petit et décédé le 21 avril 1906 à Rennes, homme d'Église, évêque du Mans, puis Archevêque de Rennes, Dol et Saint Malo, créé cardinal par Léon XIII le 19 avril 1897, au titre de Santa Maria Nuova, il participa au conclave de 1903. Très attaché à sa commune de naissance, il sut y revenir régulièrement malgré ses obligations. Il eut pour secrétaire le futur Cardinal Alexis-Armand Charost, premier évêque de Lille. Le cardinal Labouré est le grand oncle du Docteur Marc Labouré à qui l'Institut Yad Vashem de Jérusalem décerna le titre de Juste parmi les Nations le 30 octobre 2001.

Seigneurs d'Achiet le Petit

- Jean Adrien de LONGUEVAL, né vers 1510 et décédé le , baron de Vaulx, seigneur d'Achiet-le-Châtelain dit Le Petit et la Bergagne (par achat aux Crèvecœur en 1549), Vaulx, Villiers, Reneghelst, conseiller, chambellan et maître d'hôtel de Charles V, gouverneur de Bapaume. Il épousa en 1527 Jeanne de ROSIMBOS.

- Maximilien de LONGUEVAL, né le , + siège de Tournay 29.11.1581, seigneur de Rosimbos, Grand Bucquoy (1567), Petit Bucquoy (1580), Achiet-le-Petit et la Bergagne d'Arras, et Vaulx, 1er comte de Bucquoy (par lettres de Philippe II données à Badajos le 20 juin 1580), gouverneur d'Arras et de Mons, chef des finances aux Pays-Bas espagnols, conseiller d'État (1578), ambassadeur du roi d'Espagne, capitaine d'une compagnie wallonne, et grand veneur d'Artois. Il épousa Marguerite de LILLE.

- Charles-Bonaventure de Longueval, 2e comte de BUCQUOY, né en 1570 et décédé à la bataille de Neuhausel en 1621, seigneur aux Pays-Bas espagnols de Bucquoy, Reinegelt, Achiet-le-Petit et le Bergagne d'Arras, Puisieux-au-Val, Villers-su-Flos, Cappy, Hommel, Goeuslin, Bellonne et Fresne, seigneur baron de Vaulx, seigneur en Bohême (06.02.1621) de Gratzen, Rosenberg, Libiegitz, Sonnberg et Zuckenstein, chevalier de la Toison d'Or, conseiller de guerre du roi d'Espagne, général de son artillerie, gouverneur et grand bailli du Hainaut, maréchal de camp et général de l'armée impériale (1619). Il épousa Marguerite de BIGLIA.

- Charles-Albert de Longueval, 3e comte de Bucquoy (de), né en 1607 et décédé à Mons le 29 mars 1663, seigneur de Bucquoy, Achiet-le-Châtelain dit Le-Petit et la Bergagne, Vaulx, Gratzen, Rosenberg, Libiegitz, Farcienne (principauté de Liège), etc., chevalier de la Toison d'Or (1650), grand veneur et louvetier héréditaire d'Artois, capitaine général du comte de Hainaut, grand-bailli et souverain gouverneur du Hainaut, gouverneur de Valenciennes, général d'artillerie, général de cavalerie espagnole aux Pays-Bas, et commandeur de l'Ordre de Calantrava. Il épousa Maria Wilhelmine de CROY SOLRE.

- Ferdinand de LONGUEVAL, 4e comte de Bucquoy (1663), né en 1634 et décédé le , seigneur baron de Vaux, seigneur de Gratzen, Rosenberg, Libiegitz, Sonnberg, Zuckenstein, Farcienne, Achiet-le-Châtelain dit Le-Petit et la Bergagne, et Bucquoy, colonel aux Pays-Bas espagnols, et chevalier de l'Ordre de Calatrava. Il épousa en 1666 Maria Margarethe, Gräfin von ABENSPERG und TRAUN.

- Charles Philippe, Prince de LONGUEVAL BUCQUOY, 6e comte de Bucquoy (1687), né en 1636 et décédé le , seigneur de Gratzen, Rosenberg, Libiegitz, Sonnberg, Zuckenstein, Farcienne, Achiet-le-Châtelain dit Le-Petit et la Bergagne, et Bucquoy, colonel de cavalerie du roi d'Espagne puis de l'empereur, chevalier de l'Ordre de Calatrava, et prince des Pays-Bas espagnols (par diplôme de l'empereur Léopold, Madrid 01.06.1688). Il épousa Marguerite de HORNES.

- Philippe Charles Emmanuel, 2e prince de LONGUEVAL, 7e comte de BUCQUOY (1690), né en 1673 et décédé le , seigneur de Gratzen, Rosenberg, Libiegitz, Sonnberg, Zuckenstein, Farcienne, Achiet-le-Châtelain dit Le-Petit, et Bucquoy, gentilhomme de la Clef d'Or. Il vendit Achiet et la Bergagne en 1699 à Jacques Charles Adrien de MULLET.

- Jacques Charles Adrien de Mullet, baptisé à Arras le 1er avril 1674, décédé en son château d’Achiet le 9 octobre 1745 et inhumé dans la chapelle des Carmes à Arras, seigneur de La Laque, Wancquetin en partie, et Achiet-le-Châtelain dit le-Petit. Il épousa Marie Charlotte de LA DIENNEE.

- Marie Thérèse Dominique de MULLET de La LAGUE, vicomtesse d'Ervillers, née et baptisée à Arras le 31 mars 1713, décédée au château de La Poya à Fribourg et inhumée dans le caveau Diesbach de Givisiez le 24 juillet 1798, dame de Wanquetin, Achiet le Châtelain dit le Petit, Achiet le Village dit le Grand, Ervillers, etc. Elle épousa François Joseph Romain, 1er comte et 3e baron de DIESBACH BELLEROCHE.

- François Philippe Ladislas, 2e comte et 4e baron de DIESBACH BELLEROCHE, vicomte d'Ervillers, né à Arras le 5 octobre 1747, décédé à Saint-Germain-en-Laye le 10 mars 1822 et y inhumé, seigneur d'Achiet, Wanquetin, La Cour de Cugy, propriétaire du château de La Poya (1786), sous-lieutenant au régiment de Diesbach (1764), bourgeois de Fribourg (1769), second-lieutenant (1770), du Conseil des Deux-Cents de Fribourg (1771-1798), aide-major (1778), major (1780), chevalier de Saint-Louis (1783), lieutenant-colonel (1783), colonel, colonel-propriétaire du régiment de Diesbach (1785-1792), otage-prisonnier au château de Chillon (1798), député au Grand-Conseil de Fribourg (1814-1817), puis lieutenant-général en France (1816).

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Toponymie générale de la France: Tome 3, Formations dialectales - Ernest Nègre, page 1441, (ISBN 2600028846).
  2. Pierre Miquel - Petite Histoire des noms de lieux, villages et villes de France, (ISBN 2226381767).
  3. « Résultats de l'élection municipale de 2014 à Achiet-le-Petit », sur http://www.cartes-2-france.com (consulté le 10 novembre 2014)
  4. Ministère de l'Intérieur - Pas-de-Calais (Nord-Pas-de-Calais), « Résultats de l'élection présidentielle de 2012 à Achiet-le-Petit » (consulté le 15 août 2014)
  5. Ministère de l'Intérieur - Pas-de-Calais (Hauts-de-France), « Résultats de l'élection présidentielle de 2017 à Achiet-le-Petit » (consulté le 2 juillet 2017)
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. « Évolution et structure de la population à Achiet-le-Petit en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 août 2010)
  11. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 août 2010)