Audruicq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Audruicq
La mairie.
La mairie.
Blason de Audruicq
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Calais
Canton Marck
Intercommunalité Communauté de communes de la Région d'Audruicq
Maire
Mandat
Nicole Chevalier
2014-2020
Code postal 62370
Code commune 62057
Démographie
Population
municipale
5 364 hab. (2014)
Densité 371 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 52′ 47″ nord, 2° 04′ 53″ est
Altitude Min. 3 m – Max. 22 m
Superficie 14,44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Audruicq

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Audruicq

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Audruicq

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Audruicq
Liens
Site web ville-audruicq.fr

Audruicq est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée de la commune.

La ville est la capitale de l'ancien pays de Bredenarde, « la terre large » en flamand, formé de Nortkerque, Zutkerque et Polincove, qui se trouve entre la plaine des wateringues et les collines boisées de l'Artois annonçant le Boulonnais.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Audruicq
Nouvelle-Église Vieille-Église Saint-Omer-Capelle

Saint-Folquin

Nortkerque Audruicq Sainte-Marie-Kerque

Polincove

Zutkerque

Toponymie[modifier | modifier le code]

Audruick (1793 et 1801).
Ouderwijk en flamand[1] (littéralement le Vieux quartier)

Histoire[modifier | modifier le code]

Baudouin II comte de Guînes l'érigea en ville en 1175, reconstruisit le château fort et convertit les marais avoisinants en terres labourables.

Après avoir changé continuellement d'autorité de tutelle entre le XIIIe et le XVIIIe siècle, Audruicq devient définitivement française après la paix de Nimègue en 1678.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Audruicq dans l'ancien canton d'Audruicq et dans son ancien arrondissement de Saint-Omer
(situation en 2010).

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouvait de 1801 à 2016 dans l'arrondissement de Saint-Omer du département du Pas de Calais.

Par arrêté préfectoral du , la commune en est détachée le pour intégrer l'arrondissement de Calais[2].

Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1986 de la Septième circonscription du Pas-de-Calais.

Elle était depuis 1793 le chef-lieu du canton d'Audruicq[3]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, elle est désormais intégrée au canton de Marck.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est le siège de la Communauté de communes de la région d'Audruicq créée en 1993 et qui succède à un SIVOM créé en 1971.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[4]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1891 1919 Florentin Mitenne[5]   Propriétaire
Chevalier de la Légion d'honneur
    Louis Boo RG Conseiller général d'Autruick (1919 → 1926)
1945[6]   André Villers RPF
puis DVD
puis UDR
Pharmacien
Conseiller général d'Autruick (1945 → 1973)
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1977 2001 Albert Doublet[7] UDR puis RPR Commerçant
Conseiller général d'Autruick (1973 → 2004)
Conseiller régional[Quand ?]
Président du SIVOM[Quand ?]
mars 2001 2008 Philippe Caron UMP  
mars 2008 en cours
(au 18 mai 2017)
Nicole Chevalier UMP-LR Institutrice
Conseillère départementale de Marck (2015 → )
Présidente de la CC Région d'Audruicq (2014[8] → )
Réélue pour le mandat 2014-2020[9],

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[12],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 5 364 habitants, en augmentation de 13,14 % par rapport à 2009 (Pas-de-Calais : 0,77 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 704 1 874 2 252 2 212 2 287 2 373 2 299 2 296 2 263
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 254 2 225 2 479 2 397 2 428 2 615 2 703 2 862 2 979
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 009 3 034 3 011 3 190 3 065 3 040 3 010 3 029 3 033
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
3 388 3 606 3 616 4 078 4 586 4 555 4 636 5 048 5 364
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (19,8 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,5 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 23,2 %, 15 à 29 ans = 18,6 %, 30 à 44 ans = 20,4 %, 45 à 59 ans = 21,2 %, plus de 60 ans = 16,7 %) ;
  • 51,5 % de femmes (0 à 14 ans = 19,4 %, 15 à 29 ans = 17 %, 30 à 44 ans = 19,4 %, 45 à 59 ans = 21,5 %, plus de 60 ans = 22,8 %).
Pyramide des âges à Audruicq en 2007 en pourcentage[14]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
0,6 
5,5 
75 à 89 ans
9,3 
10,9 
60 à 74 ans
12,9 
21,2 
45 à 59 ans
21,5 
20,4 
30 à 44 ans
19,4 
18,6 
15 à 29 ans
17,0 
23,2 
0 à 14 ans
19,4 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[15]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Tous les mercredis matins, le marché d'Audruicq est l'un des plus importants de la région et des plus typiques. Les paysans du secteur viennent vendre volailles, lapins, pommes-de-terre sur la place des Marronniers.

Tous les ans (15 jours avant Pâques) : concours agricole.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château, rebâti au XVIIIe siècle par la famille de Laurétan sur d'anciennes fondations féodales, transformé en mairie à la fin du XXe siècle[16].
  • La gare d'Audruicq.
  • Monuments aux morts et vierge d'une langue allemande[pas clair].
  • Moulin des Olieux, moulin à huile puis à farine, installé à Audruicq de 1743 à 1901, puis à Offekerque et installé depuis 1977 sur le site du Musée des moulins de Villeneuve d'Ascq.
  • L'église Saint-Martin, construite fin XVIIe – début XVIIIe, en brique blonde sous la forme d’une hallekerke[Quoi ?].
  • Tombe de soldats napoléoniens (située dans le cimetière).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes d'Audruicq

Les armes d'Audruicq se blasonnent ainsi :
D’argent à la figure d’un évêque de carnation, vêtu d’une aube du champ, d’une tunique de pourpre, revêtu d’une chape de gueules brodée d’or, la mitre en tête du même, tenant de sa dextre une palme de sinople et de sa senestre une crosse aussi d’or, le tout accosté de deux écussons de gueules chargés d’une croix patriarcale d’argent[20].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Site sur Audruicq jadis

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois
  2. « Arrêté préfectoral portant modification des limites territoriales des arrondissements du Pas-de-Calais - Recueil des actes administratifs », sur http://www.pas-de-calais.gouv.fr/, (consulté le 6 janvier 2017).
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. « Les maires de Audruicq », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 23 juillet 2017).
  5. « Florentin Nestor Mitenne », base Léonore, ministère français de la Culture.
  6. Archives départementales du Pas-de-Calais, 1 W 23408/2, notices de renseignements sur les maires du Pas-de-Calais.
  7. « Audruicq : la médiathèque Albert-Doublet, un hommage à l'ancien maire : Samedi, la municipalité organisait une opération portes ouvertes à la médiathèque aménagée dans l'ancienne mairie. L'occasion pour Nicole Chevalier, maire, de rendre hommage à Albert Doublet, maître des lieux pendant près de vingt-cinq ans », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  8. Jennifer-Laure Djian, « Nicole Chevalier élue présidente de l’intercommunalité d’Audruicq, vendredi soir : Nicole Chevalier, maire d’Audruicq, a été élue présidente de la communauté de communes de la région d’Audruicq (CCRA), vendredi soir. D’une courte avance, vingt-deux voix pour elle contre dix-neuf à Olivier Majewicz, maire d’Oye-Plage – Dominique Pourre, le maire de Vieille-Église, s’était désisté pour le second tour. Autour d’elle, elle a installé sept vice-présidents. Récit d’une longue soirée », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  9. Jean-Marc Szuba, « Les projets des maires : à Audruicq, Nicole Chevalier, saura « s’arrêter à temps » : Réélue maire en mars dernier, Nicole Chevalier se réjouit de l’esprit constructif de l’opposition. Avec son équipe, elle va réfléchir à l’aménagement d’une zone de sept hectares, entre la rue du Fort-Bâtard et la proximité de l’église. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  10. « Audruicq : 15 ans d'amitié avec Hawkhurst », Nord Littoral,‎ (lire en ligne).
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  14. « Évolution et structure de la population à Audruicq en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 août 2010)
  15. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 août 2010)
  16. L'Écho du Pas-de-Calais n°121 décembre 2011
  17. Clément Codron, Procédés de forgeage dans l'industrie : C. Codron, ingénieur-conseil, professeur du cours des arts mécaniques, du cours des organes de machines, directeur du laboratoire des essais mécaniques à l'Institut industriel du Nord, professeur du cours de constructions industrielles à l'École nationale des industries agricoles de Douai, lauréat de l'Institut de France, de la Société d'encouragement pour l'industrie nationale, de la Société des anciens élèves des écoles nationales des arts et métiers., Paris, Albin Michel, (notice BnF no FRBNF31955526, présentation en ligne)
  18. Clément Codron, Le Sciage des métaux : , par C. Codron, ingénieur civil, professeur du cours des arts mécaniques et du cours d'organes de machines à l'Institut industriel du Nord, professeur du cours de constructions industrielles et de résistance appliquée, à l'École nationale des industries agricoles de Douai, Paris, Dunod, (notice BnF no FRBNF31955527)
  19. Clément Codron, « Le disque à découper les métaux », La Machine moderne, no 90,‎ , p. 162-163-164 (ISSN 0024-9130, lire en ligne).
  20. Banque du Blason