Beuvry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Beuvry
La mairie.
La mairie.
Blason de Beuvry
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Béthune
Canton Beuvry
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Béthune-Bruay, Artois-Lys Romane
Maire
Mandat
Nadine Lefebvre
2014-2020
Code postal 62660
Code commune 62126
Démographie
Population
municipale
9 502 hab. (2014)
Densité 564 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 31′ 14″ nord, 2° 40′ 49″ est
Altitude Min. 18 m – Max. 42 m
Superficie 16,85 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Beuvry

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Beuvry

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Beuvry

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Beuvry

Beuvry est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France. Ses habitants sont dits « Beuvrygeois ».

Géographie[modifier | modifier le code]

Beuvry est situé à 35 km de Lille, près de Béthune, au sud de l'ancien quartier des Weppes.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Beuvry
Essars Locon , La Couture
Béthune Beuvry Festubert
Verquigneul Labourse , Sailly-Labourse Annequin

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat du Pas-de-Calais.

Le climat est de type océanique tempéré dans ce département ayant une façade maritime, située à environ 85 km de Beuvry. Du fait de cette distance, le climat local est légèrement plus continental que celui de la côte. Les amplitudes thermiques sont modérées (un peu plus grande que sur le littoral) et les hivers sont doux avec un temps instable. Il pleut en moyenne environ 600 à 650 mm de pluie par an[1]. Les précipitations sont de 723 mm à Lille, station météorologique la plus proche à environ 33 km[2].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Gares SNCF[modifier | modifier le code]

La gare TER de Beuvry-lès-Béthunes se situe à 2 kilomètres du centre-ville. La gare TGV la plus proche est celle de Béthune située à 4 kilomètres de la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Beuvry, qui pourrait avoir comme origine le mot Bièvre (« Castor » en ancien français), qu'on retrouve aussi dans la commune proche de Labeuvrière. Ce mot, dans sa forme écrite, a pris successivement au moins les formes suivantes Berri, Beuvri, Bevery, Bouvry et enfin Beuvry.

Histoire[modifier | modifier le code]

Premières occupations humaines[modifier | modifier le code]

L'homme de Néandertal occupe la région, à proximité d'Arras[Note 1], il y a 200 000 ans[3]. Des silex taillés en biface de type prondnik de l'époque Dernier Glaciaire ont été mis à jour dans d'anciennes sablières du Mont de Beuvry [4]. Des pointes barbelées en os et bois de cervidé (datées autour de 10 000 av. J.-C.) ont été retrouvées à Béthune et Beuvry, ainsi que des outils plus récents dans le marais de Beuvry (-7000 à -5000 ans, au mésolithique). Au néolithique (-4000 à -1600 ans), l'activité s'oriente vers l'agriculture et l'élevage ; une occupation à l'âge du bronze (-1600 à -800) est également attestée sur la commune[5]. À l'époque gallo-romaine, on trouve les traces d'une villa et de tombes du IIe[6].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Sous Charlemagne, vers 800 apr. J.-C., le Béthunois compte 4 000 à 5 000 habitants. Cette population est multipliée par 10 dans les 500 années qui suivent[7].

Époque moderne et contemporaine[modifier | modifier le code]

Ancien Régime

D'abord propriété des ducs de Bourgogne, la terre de Beuvry passe dans la maison de Hénin-Liétard au XVIème siècle, puis dans celle des Ghistelles en 1736. Alexandre de Hénin-Liétard, prince de Chimay, hérite cette année là de Beuvry mais le revend au comte Ignace de Ghistelles. Celui-ci fait démolir le château médiéval et construit à la place un château plus moderne. Lorsqu'il meurt en 1754, sa sœur hérite des biens. Mademoiselle de Ghistelles meurt en 1765 et lègue le village à son neveu Philippe de Ghistelles. Il fréquentera régulièrement le château et y donnera de somptueuses fêtes, jusqu'à son émigration en 1792 et la vente du château comme bien national, puis sa destruction.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

La zone rouge au niveau de l'Artois.

La Première Guerre mondiale entraîne la destruction de près de la moitié de la ville de Béthune. Dans les arrondissements d'Arras et Béthune, 150 000 ha de terres sont stérilisés[8].

Beuvry s'est vue attribuer les Croix de guerre 1914-1918

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Au début de la Seconde Guerre mondiale, au cours de la Bataille de France, les 24 et 25 mai 1940, dans le quartier du Quesnoy, la 3e Panzerdivision SS Totenkopf[9] massacra 48 civils, habitants de la commune et réfugiés, en raison de la résistance qu'elle rencontrait de la part de soldats français et anglais le long du canal d'Aire à La Bassée.

La Croix de guerre 1939-1945 fut attribuée à la commune de Beuvry.

Fin du XXe siècle : fusion et scission[modifier | modifier le code]

La ville de Beuvry a été fusionnée avec la ville proche de Béthune fin 1993. Beuvry ne bénéficiant pas de ses pouvoirs municipaux propres, de nombreux Beuvrygeois ont montré leur mécontentement contre cette décision du conseil municipal de l'époque, ce qui s'est traduit par les élections communales de 1995, des pétitions en 1995 et 1996, l'élection en octobre 1996 d'une commission spéciale chargée de donner un avis sur un "projet de modification des limites territoriales de la commune de Béthune en vue de l'érection de la commune associée de Beuvry en commune distincte". L'élection communale de septembre 1997 a abouti à une scission permettant à la commune associée de Beuvry de redevenir indépendante mais aussi une ville à part entière, en novembre 1997[10],[11],[12].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Beuvry dans son canton et dans l'arrondissement de Béthune.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Période Identité Étiquette Qualité
octobre 1792 octobre 1794 Pierre Philippe Michaux   Officier Municipal
octobre 1794 novembre 1795 Siméon Donze   Officier Municipal
novembre 1795 décembre 1795 Antoine Pruvot   Officier Municipal
décembre 1795 janvier 1796 Louis Descamps   Officier Municipal
janvier 1796 février 1796 Auguste Caron   Adjoint Municipal
février 1796 avril 1797 Félix Pottier   Agent Municipal
avril 1797 septembre 1797 Philippe François Joseph de Genevières   Agent Municipal
avt septembre 1798 septembre 1798 Louis Dusautoir    
septembre 1800 juin 1813 François Somville    
juillet 1813 1820 Philippe Charles Bertuphe Fructueux Lequien    
janvier 1821 juillet 1830 Louis Joseph Dusautoir    
juillet 1830 19 octobre 1840 Pierre Antoine Delelis    
9 octobre 1840 décembre 1854 Xavier Hippolyte Joseph Duquesnoy    
décembre 1854 novembre 1870 Louis Henri Hippolyte Merlin    
mai 1871 22 février 1878 Xavier Hippolyte Joseph Duquesnoy    
30 juin 1878 10 août 1886 Henri Luglien Dalmanza Gosse de Gorre Conservateur  
23 septembre 1886 mai 1888 Luglien Fernand Gosse de Gorre Républicain modéré  
mai 1888 15 septembre 1893 Pierre François Vouters    
novembre 1893   Auguste Barthélémy Joseph François    
Les données manquantes sont à compléter.
1912 1914 Arthur Démulier    
1914 1918 Jules Leblanc    
1919 1928 Arthur Démulier    
1928 1941 Jules Weppe    
1944 1945 Justin Gouillart    
1945 Novembre 1947 Pierre-Jules Delaval    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1965 1971 Ernest Boyaval SFIO  
mars 1971 1989 Noël Josèphe PS  
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 juin 1995 Noël Josèphe PS Maire puis maire délégué
après la "fusion Béthune-Beuvry" fin 1993,
Jacques Mellick étant maire de Béthune.
juin 1995 septembre 1997 Dominique Josien UDF  
septembre 1997 novembre 1997 Robert Hazebrouck    
Période Identité Étiquette Qualité
1997 juin 2007 Robert Hazebrouck   Démissionnaire pour raison de santé
juin 2007 mars 2008 Voltaire Bouque    
mars 2008 en cours
(au 23 septembre 2016)
Nadine Lefebvre PS Réélue pour le mandat 2014-2020[13],[14],[15]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Allemagne Hemer (Allemagne) depuis 1967.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[17],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 9 502 habitants, en augmentation de 7,29 % par rapport à 2009 (Pas-de-Calais : 0,77 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 020 2 544 2 412 2 564 2 794 2 794 2 742 2 803 2 728
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 807 2 947 3 188 3 232 3 328 3 345 3 656 4 043 4 235
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 968 4 842 5 515 5 336 5 787 5 726 5 870 6 253 7 006
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
7 749 7 907 8 147 8 840 8 744 9 175 9 060 8 856 9 502
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (21,9 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,8 %, 15 à 29 ans = 20,7 %, 30 à 44 ans = 19,4 %, 45 à 59 ans = 21,1 %, plus de 60 ans = 18,1 %) ;
  • 51 % de femmes (0 à 14 ans = 17 %, 15 à 29 ans = 17,9 %, 30 à 44 ans = 18,6 %, 45 à 59 ans = 20,8 %, plus de 60 ans = 25,7 %).
Pyramide des âges à Beuvry en 2007 en pourcentage[20]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
1,4 
5,3 
75 à 89 ans
10,5 
12,5 
60 à 74 ans
13,8 
21,1 
45 à 59 ans
20,8 
19,4 
30 à 44 ans
18,6 
20,7 
15 à 29 ans
17,9 
20,8 
0 à 14 ans
17,0 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[21]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • Collège d'Enseignement Secondaire Albert Debeyre
  • Lycée d'Enseignement Général et Hôtelier Marguerite Yourcenar

Santé[modifier | modifier le code]

Le centre hospitalier Germon Gauthier, créé en 1982.

Économie[modifier | modifier le code]

Sur le territoire de la commune se trouve en partie le port fluvial de Béthune-Beuvry géré par la Chambre de commerce et d'industrie de Béthune.

Vie associative et sportive[modifier | modifier le code]

  • Maison de la poésie, dans le château de Bellenville ;
  • L'école internationale de Mansuria Kung Fu dirigée par le Maître Mathieu Derosière (Mansuria Kung Fu School of Chinese Martial Arts), le siège social de la Fédération de Mansuria Kung Fu[22].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin de Beuvry (XVIe siècle) : classement par arrêté du 17 janvier 1920.
  • Ancien moulin : vestiges de l'ancien moulin à vent (cad. BC 432) : inscription par arrêté du 1er juillet 1987.
  • Manoir de l'Estracelles : façades et toitures (cad. B 136) : inscription par arrêté du 18 avril 1966.

Renseignements issus de : Mérimée, base de données du Ministère de la culture

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vue de la chapelle Saint-Eloi de Beuvry, située dans le parc du Quinty.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de  Beuvry

Les armes de Beuvry blasonnent ainsi : de gueules au chevron d’hermine.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Noël Josèphe (1920-2006), député maire de Beuvry, président du conseil régional Nord-Pas-de-Calais, conseiller général du Pas-de-Calais, secrétaire national du Parti socialiste. Chevalier de la Légion d'honneur, Noël Josèphe était combattant volontaire de la Résistance, réseau Voix du Nord.
  • Léon Lepetit-Blois, poète.
  • Florence Cassez (1974 - ...), connue par son arrestation controversée au Mexique (l’affaire Florence Cassez), née à Beuvry.
  • Léone Nogarède (1926 - ...), actrice de théâtre et critique d'art, née à Beuvry.
  • Camille Lenclos (1903-1985), sculpteur et créateur de mobilier religieux. Une rétrospective lui a été consacrée en 2006 à l'Hotel de Beaulaincourt à Béthune : Lefebvre-Lenclos, un atelier de sculpture en Artois, 100 ans d'art sacré 1875-1975.
  • Henri Delerue (1939-2016), natif de Beuvry, athlète international des années 1960, spécialiste de la marche athlétique, trois fois sélectionné aux jeux olympiques d'été.
  • Jean-Philippe Lenclos (1938 - ...), designer-coloriste, auteur de nombreux ouvrages sur la couleur dans l'architecture.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Document utilisé pour la rédaction de l’articleAlain Derville, Histoire de Béthune et de Beuvry, Westhoek Éditions, éditions des beffrois, , 334 p. (ISBN 2-903077-58-4)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En 1976, un fragment de crâne d'une femme de Néandertal est retrouvé sur un chantier à Biache-Saint-Vaast, entre Arras et Douai
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. source : Météofrance, « Les collines de l'Artois, climatologie », DRAAF (consulté le 12 octobre 2011), p. 2
  2. Thibaud Varnier, « Climat du Nord », Météoclimat, (consulté le 8 octobre 2011)
  3. C'artouche, Pas-de-Calais : Histoire d'un renouveau, Librairie Arthème Fayard, , 349 p. (ISBN 2-213-60733-8)
  4. Alain Tuffreau et Jean-Luc Marcy, Les premiers habitants du Pas-de-Calais, Editions du Musée départemental de Préhistoire du Pas-de-Calais, , 46 p. (ISBN 2-9512144-0-5), p. 35
  5. Alain Derville, Histoire de Béthune et de Beuvry, Westhoek Éditions, éditions des beffrois, , 334 p. (ISBN 2-903077-58-4), p. 19
  6. Alain Derville, Histoire de Béthune et de Beuvry, Westhoek Éditions, éditions des beffrois, , 334 p. (ISBN 2-903077-58-4), p. 21
  7. Alain Derville, Histoire de Béthune et de Beuvry, Westhoek Éditions, éditions des beffrois, , 334 p. (ISBN 2-903077-58-4), p. 26
  8. C'artouche, Pas-de-Calais : Histoire d'un renouveau, Librairie Arthème Fayard, , 349 p. (ISBN 2-213-60733-8), p. 37
  9. Récit des atrocités des S.S. Nazis de 1940 à Beuvry.
  10. [PDF]« La sécession d'une commune », sur hal.archives-ouvertes.fr (consulté le 5 novembre 2011)
  11. « Fiche de la commune de Béthune », sur insee.fr (consulté le 5 novembre 2011)
  12. Marc Pivois, « Dimanche, dans le Pas-de-Calais, premier tour de l'élection municipale. A Béthune, le système Mellick soumis au vote. Privé de ses mandats par la justice, l'ancien maire reste le patron. », sur liberation.fr,
  13. St. L., « Beuvry : Nadine Lefebvre réélue, le conseil municipal installé, sans surprise », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  14. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le 20 novembre 2014)
  15. David Cierniak, « Beuvry : les projets de Nadine Lefebvre, maire : Consolidation du pôle éducatif et sportif Léo-Lagrange, au nord de la commune, et rénovation de la place Salengro, dans le centre. Voilà les grands travaux et orientations du mandat qui débute. Le second pour Nadine Lefebvre en tant que maire de cette commune de plus de 9 000 habitants. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  16. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  20. « Évolution et structure de la population à Beuvry en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 9 août 2010)
  21. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 9 août 2010)
  22. David Cierniak, « Beuvry : Ryu ou Petit scarabée, vous avez le choix des armes à l’école de kung-fu », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne)