Neuve-Chapelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Neuve-Chapelle
Neuve-Chapelle
Le centre de la commune.
Blason de Neuve-Chapelle
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Béthune
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Béthune-Bruay, Artois-Lys Romane
Maire
Mandat
Tanguy Robiquet[1]
2020-2026
Code postal 62840
Code commune 62606
Démographie
Gentilé Neuve-Chapellois, Neuve-Chapelloises
Population
municipale
1 450 hab. (2019 en augmentation de 11,2 % par rapport à 2013)
Densité 780 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 35′ 04″ nord, 2° 46′ 52″ est
Altitude Min. 17 m
Max. 20 m
Superficie 1,86 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Béthune
(banlieue)
Aire d'attraction Lille (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Beuvry
Législatives Neuvième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Neuve-Chapelle
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Neuve-Chapelle
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Neuve-Chapelle
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Neuve-Chapelle
Liens
Site web http://www.neuvechapelle.fr/

Neuve-Chapelle est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

La commune fait partie de la communauté d'agglomération de Béthune-Bruay, Artois-Lys Romane qui regroupe 100 communes et compte 276 238 habitants en 2019.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Neuve-Chapelle est située à 12,9 km au nord-est de Béthune et à 25,7 km au sud-ouest de Lille, à proximité de la jonction des routes D947 et D171.

Communes limitrophes de Neuve-Chapelle
Laventie
Neuve-Chapelle Aubers
Richebourg Lorgies

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Neuve-Chapelle est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de Béthune, une agglomération inter-départementale regroupant 94 communes[5] et 356 052 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lille (partie française) dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 201 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (57,4 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (76,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (57,4 %), zones urbanisées (42,6 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Bachelerot (1122) ; Bakelerot (1194) ; Bakelrod (1213) ; Bacellero (1228) ; Bakelero (vers 1250) ; Neuve-Chapelle ou Brackelerot (1268) ; Bacelrot (1270) ; La Noeve Chapele-au-Bakelerot, la Nœve-Capele du Bakelerot (1270) ; Baquelroit (1292) ; Bakelerost, Bakeleroe ; Le Neuve-Capielle (1296) ; Nova Capella (1299) ; Nouvele-Capele (1309) ; Le Baclerot (1312) ; Le Baquelerot (1328) ; Le Nueve-Capelle (1329) ; Baquelerrot (1330) ; Noeve-Cappelle (1331) ; Le Noeve-Capielle (1334) ; Noef-Cappelle (1429) ; Baquelerot de Allodio (1450) ; Bacquelerot (xve siècle) ; Le Noeufve-Capelle (1507) ; Le Noeufve-Cappelle (1507) ; Noeufve-Couppelle (1565) ; Neuve-Cappel (XVIIIe siècle) ; Neuve-Capelle (1720)[12].

Noefcappel en flamand[13].

Histoire[modifier | modifier le code]

La région a probablement connu une occupation préhistorique.

Les riches terres agricoles ont depuis le Moyen Âge fait l'objet de nombreuses convoitises qui ont fait que la région a appartenu à plusieurs pays et royaumes successifs.

Première Guerre mondiale : la commune a été marquée en 1915 par de violents combats (la bataille de Neuve-Chapelle) dont les séquelles ont nécessité - après l'Armistice - un long travail de déminage puis de reconstruction. Le déminage s'est fait sous l'autorité des Anglais à partir de 1919. La ville reçût la Croix de Guerre en 1922. Un mémorial en hommage aux soldats indiens tombés lors de cette bataille fut érigé en 1927, à la limite de la commune de Richebourg.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Béthune du département du Pas-de-Calais.

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté d'agglomération de Béthune-Bruay, Artois-Lys Romane.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée au canton de Beuvry.

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la neuvième circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs depuis 1977
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1977 2014[14] Maurice Morel    
mars 2014[15],[16],[17] mai 2020 Ronald Lieven    
mai 2020 En cours
(au 16 mai 2021)
Tanguy Robiquet   Technicien[18],[19]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[21].

En 2019, la commune comptait 1 450 habitants[Note 3], en augmentation de 11,2 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
491476503497561602617628641
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
670722770780697705633600634
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
639660661319382430419419447
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
4844624715488649581 3581 3221 439
2019 - - - - - - - -
1 450--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 35,5 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). De même, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 17,8 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 720 hommes pour 725 femmes, soit un taux de 50,17 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[24]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ou +
0,3 
4,3 
75-89 ans
3,5 
13,5 
60-74 ans
13,8 
24,7 
45-59 ans
25,7 
22,0 
30-44 ans
20,9 
13,9 
15-29 ans
14,0 
21,5 
0-14 ans
21,8 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[25]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Neuve-Chapelle.svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

Écartelé d'or et de sable ; sur le tout d'or aux trois fasces de gueules au lion contourné d'argent, lampassé aussi de gueules, couronnée du champ, brochant sur le tout, à la bordure aussi d'argent.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Répertoire national des élus: les maires », sur data.gouv.fr, Plateforme ouverte des données publiques françaises (consulté le )
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Unité urbaine 2020 de Béthune », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  8. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Lille (partie française) », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. Comte Auguste De Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne), p. 272.
  13. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois
  14. Isabelle Mastin, « Neuve-Chapelle : l’heure des comptes pour Maurice Morel qui jure que cette fois il prend sa retraite : Il a déjà fait le coup alors on le presse de confirmer : Maurice Morel achèvera-t-il en mars son ultime mandat de maire ? Il promet que oui, que rien cette fois ne le fera changer d’avis. Et revient sur les six dernières années... ainsi que les 43 de vie politique qui les ont précédées. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. « Neuve-Chapelle : Ronald Lieven ceint l’écharpe », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  16. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  17. Aïcha Noui, « Neuve-Chapelle : Ronald Lieven veut dynamiser le village grâce aux écoles et au logement : Le seul moyen de pérenniser les équipements, de sauvegarder l’école, c’est le logement. Certes, la commune n’a aucune dette mais accueillir de nouveaux habitants, c’est encore la meilleure façon de remplir les caisses du village dans les années à venir. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  18. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  19. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  24. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Neuve-Chapelle (62606) », (consulté le ).
  25. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  26. Claude Markovits, « Les soldats indiens au secours de la France en 1914. », sur Hommes et Migrations, n°1268-1269, Juillet-octobre 2007. Diasporas indiennes dans la ville. pp. 44-59;.