Matringhem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Matringhem
Matringhem
La place de Matringhem bordée par la Lys.
Blason de Matringhem
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Montreuil
Intercommunalité Communauté de communes du Haut Pays du Montreuillois
Maire
Mandat
Michel Doutriaux
2020-2026
Code postal 62310
Code commune 62562
Démographie
Gentilé Matringhemois
Population
municipale
174 hab. (2019 en diminution de 9,37 % par rapport à 2013)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 32′ 44″ nord, 2° 09′ 57″ est
Altitude Min. 75 m
Max. 186 m
Superficie 4,47 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Fruges
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Matringhem
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Matringhem
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Matringhem
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Matringhem

Matringhem est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

La commune fait partie de la communauté de communes du Haut Pays du Montreuillois qui regroupe 49 communes et compte 15 747 habitants en 2018.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte interactive (cliquer sur la carte).

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de six communes :

Communes limitrophes de Matringhem
Mencas Vincly
Radinghem Matringhem Beaumetz-lès-Aire
Senlis Hézecques

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Matringhem est arrosée par la Lys.

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal comprend une ZNIEFF de type 2[Note 1] : la haute vallée de la Lys et ses versants en amont de Thérouanne. L’entité paysagère de la haute vallée de la Lys et ses versants s’étire sur une vingtaine de kilomètres du Nord au Sud pour moins de dix d’Est en Ouest dans le Haut Artois[1].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Matringhem est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[2],[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (85,4 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (88,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (61,3 %), prairies (24,1 %), zones urbanisées (12,8 %), forêts (1,8 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Matrinkehem et Matrimkehem (1120), Matringehem (1122), Materingehem (1195), Matrigehem (XIIe siècle), Matringehen (1208), Matinguehem (1329), Matringhehem (1386), Martinguehem (1469), Matringhuem (1528), Matinghem (1577)[9].

D'un nom de personne germanique Madaharius suivi du suffixe -ingen + heim, signifiant « demeure du peuple de Madaharius »[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1217, Guillaume de Matringhem est un des douze pairs (pairie) de l'évêque de Thérouanne[11].

En 1756, Eugène François Léonard de Tramecourt, chevalier est propriétaire dans la châtellenie de Bourbourg.

En 1788, sa veuve Marie Anne Josèphe de Nédonchel, dame d'Ambricourt, de Matringhem et Gribauwal hérite de son mari[12].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Montreuil du département du Pas-de-Calais.

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes du Haut Pays du Montreuillois.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée au canton de Fruges.

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la quatrième circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1800 1803 François Célestin Bailloeuil    
1803 1808 François Cousin    
1808 1831 Louis Delcroix    
1831 1836 Louis Gouy    
1836 1841 Florent Ogier    
1841 1843 Maxime Legrand    
1843 1846 Alexis Piedfort    
1846 1860 Jean-Baptiste Hulin    
1860 1876 Louis Demenneville    
1876 1888 Louis Terlutte    
1888 1890 Valéry Legrand    
1890 1892 François Piedfort    
1892 1941 Paul Demenneville URD Agriculteur
1941 1941 Florentin Pillon    
1941 1961 Michel Demenneville    
1961 1971 Charles Rolland    
1971 1995 Henri Normand   Transporteur
1995 2008 Robert Obin    
2008 2014[13] Jean-Luc Obin    
avril 2014[14],[15],[16] 2020 Claudie Carpentier   Mère au foyer retraitée
2020 En cours
(au 18 janvier 2021)
Michel Doutriaux   Architecte à la retraite[17]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[19].

En 2019, la commune comptait 174 habitants[Note 3], en diminution de 9,37 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
330323312359374343357343325
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
314329324318323299287298293
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
292309318262258266283244259
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
223210206204192174175175181
2014 2019 - - - - - - -
194174-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 30,5 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 32,7 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 92 hommes pour 88 femmes, soit un taux de 51,11 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[22]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,1 
90 ou +
2,4 
6,7 
75-89 ans
5,9 
28,1 
60-74 ans
21,2 
25,8 
45-59 ans
24,7 
11,2 
30-44 ans
11,8 
15,7 
15-29 ans
17,6 
11,2 
0-14 ans
16,5 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[23]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Omer.
  • La chapelle Notre-Dame-de-Bonne-Fin.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Matringhem Blason
D'or à la losange de gueules chargée de trois écussons ordonnés en chevron couché, celui de dextre d'argent à trois merlettes de sable, celui de senestre en chef d'argent à l'ombre de fleur de lys, celui de senestre en pointe d'argent à la tête de Maure de sable tortillée du champ surmontée en chef dextre d'une ombre d'étoile.
Détails
S'inspire d'armes en forme de losange retrouvées sur le mur extérieur de la nef de l'église du lieu, surmontant la dalle funéraire en pierre noire de Denise Le Mor, demoiselle de Matringhem et épouse de Jean d'Aix, décédée en l'an 1600 et fondatrice de l'église du village au XVIe siècle.
La famille Le Mor (ou Le More) portait « d'argent à trois têtes de maure » ; quant à la famille d'Aix, devenue suzeraine du lieu à la suite de ce mariage, celle-ci portait « d'argent à trois merlettes de gueules ».
Création de Michel Mentel adoptée par la municipalité en 1992.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « ZNIEFF 310007270 - La haute Vallée de la Lys et ses versants en amont de Thérouanne », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Comte Auguste De Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne), p. 241.
  10. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Volume 2, Librairie Droz, (lire en ligne), p. 1005.
  11. P. Feuchère, « Pairs de principauté et pairs de château. Essai sur l'institution des pairies en Flandre. Étude géographique et institutionnelle », dans Revue belge de Philologie et d'Histoire, Année 1953, Tome 31, fascicule 4, p. 985, lire en ligne.
  12. Georges Dupas, Seigneuries et seigneurs de la châtellenie de Bourbourg, Coudekerque-Branche, Galaad Gral, , p. 95.
  13. Pascal Butstraen, « Le bilan du maire de Matringhem : comment un imbroglio local est remonté jusqu’au conseil des ministres : Difficile pour Jean-Luc Obin de présenter un véritable bilan, puisque durant les cinq ans qu’il a passés à la tête de Matringhem, il n’a pu exercer réellement sa fonction de maire qu’à la suite de sa réélection en décembre dernier. Une situation ubuesque qui trouve son origine au second tour de l’élection de mars 2008, invalidée par le tribunal administratif. Si ubuesque que le cas a dû être tranché par le conseil des ministres. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  14. « Matringhem : Claudie Carpentier, première femme maire dans la commune », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  16. « Les projets du maire de Matringhem : l’éclairage public, vieux de 40 ans, va s’offrir une nouvelle jeunesse : Claudie Carpentier, mère au foyer retraitée de 62 ans, débute dans la tâche de maire de Matringhem. Elle a été élue pour son tout premier mandat en mars, après avoir intégré le conseil en 2012. Le boulot ne manque pas dans ce village voisin de Fruges, placé sous tutelle de 2009 à 2012. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  17. « Michel Doutriaux élu maire de Matringhem », sur La Voix du Nord, (consulté le ).
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  22. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Matringhem (62562) », (consulté le ).
  23. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).