Bréxent-Énocq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bréxent-Énocq
Bréxent-Énocq
L'église Saint-Brice.
Blason de Bréxent-Énocq
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Montreuil
Intercommunalité Communauté d'agglomération des Deux Baies en Montreuillois
Maire
Mandat
Michel Hedin
2020-2026
Code postal 62170
Code commune 62176
Démographie
Gentilé Bréxentois
Population
municipale
655 hab. (2019 en diminution de 4,38 % par rapport à 2013)
Densité 90 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 30′ 39″ nord, 1° 43′ 50″ est
Altitude Min. 3 m
Max. 91 m
Superficie 7,27 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Montreuil
(banlieue)
Aire d'attraction Étaples - Le Touquet-Paris-Plage
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Étaples
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bréxent-Énocq
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bréxent-Énocq
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Bréxent-Énocq
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Bréxent-Énocq

Bréxent-Énocq est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

La commune fait partie de la communauté d'agglomération des Deux Baies en Montreuillois qui regroupe 46 communes et compte 65 940 habitants en 2019.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de neuf communes :

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est situé dans le bassin Artois-Picardie.

La commune est traversée par la Canche, un cours d'eau naturel de 100,22 km, qui prend sa source dans la commune de Gouy-en-Ternois et se jette dans la Manche entre Étaples et Le Touquet-Paris-Plage[1].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc de type 5 »[Note 1], selon la typologie des climats en France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2].

Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après[2].

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000

  • Moyenne annuelle de température : 10,4 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,7 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 1 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 13 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 862 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,5 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,4 j

Paysages[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le « paysage montreuillois » tel que défini dans l’atlas des paysages de la région Nord-Pas-de-Calais, conçu par la direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL)[Note 3],[3]. Ce paysage, qui concerne 98 communes, se délimite : à l’Ouest par des falaises qui, avec le recul de la mer, ont donné naissance aux bas-champs ourlées de dunes ; au Nord par la boutonnière du Boulonnais ; au sud par le vaste plateau formé par la vallée de l’Authie, et à l’Est par les paysages du Ternois et de Haut-Artois. Ce paysage régional, avec, dans son axe central, la vallée de la Canche et ses nombreux affluents comme la Course, la Créquoise, la Planquette…, offre une alternance de vallées et de plateaux, appelée « ondulations montreuilloises ». Dans ce paysage, et plus particulièrement sur les plateaux, on cultive la betterave sucrière, le blé et le maïs, et les plateaux entre la Ternoise et la Créquoise sont couverts de vastes massifs forestiers comme la forêt d'Hesdin, les bois de Fressin, Sains-lès-Fressin, Créquy[4].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal comprend une ZNIEFF de type 1[Note 4] : le bois de Longvilliers. Ce bois est situé sur le flanc d’une creuse assez importante, aux versants abruptes dans la partie amont, qui s’élargissent ensuite dans les parties moyenne et aval[5].

et une ZNIEFF de type 2[Note 5] : la basse vallée de la Canche et ses versants en aval d’Hesdin. Cette ZNIEFF s’étend en aval d’Hesdin jusqu’à son embouchure à Étaples. Elle souligne la dépression synclinale isolant les hautes terres Artésiennes du vaste plateau picard.[6].

Inventaire national du patrimoine géologique[modifier | modifier le code]

Le territoire communal comprend le site de l'estuaire de la Canche. il est inscrit à l'inventaire national du patrimoine géologique[7].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Bréxent-Énocq est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[8],[9],[10]. Elle appartient à l'unité urbaine de Montreuil, une agglomération intra-départementale regroupant 9 communes[11] et 6 599 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[12],[13].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Étaples - Le Touquet-Paris-Plage dont elle est une commune de la couronne[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 21 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[14],[15].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (93,2 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (93,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (65,9 %), prairies (27,3 %), zones urbanisées (6,8 %)[16].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[17].

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

La commune est constituée de deux villages distants de deux kilomètres environ, Bréxent et Énocq, qui disposent chacun de leur église et de leur cimetière[18].

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Voies de communication (routières et ferroviaire).

La commune est proche de l'autoroute A16 (5 km), qui relie la région Île-de-France à la frontière franco-belge, elle est desservie, au sud, par la sortie no 26 « Étaples - Le Touquet »[19].

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

La commune se trouve à 8 km de la gare d'Étaples - Le Touquet située sur deux lignes de chemin de fer : la ligne Paris-Boulogne et la ligne de Saint-Pol-sur-Ternoise à Étaples. La gare est desservie par des TGV, qui permettent de rejoindre les gares de Boulogne, Calais, Lille et Paris, par des Intercités vers Boulogne, Amiens et Paris et de nombreux TER Nord-Pas-de-Calais.

Transport aérien[modifier | modifier le code]

La commune est située à proximité de l'aéroport du Touquet-Côte d'Opale (11 km).

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Le risque sismique est « très faible » sur l'ensemble du territoire communal (zone 1 sur 5 du zonage mis en place en )[20], la majorité des communes du Pas-de-Calais étant en risque « faible » (zone 2 sur 5).

La commune n'est pas exposé à un risque important d'inondation, aucun mouvement de terrain ou de présence de cavité souterraine n'est recensé, le potentiel radon est faible et l'exposition au retrait-gonflement des sols argileux dans la commune est avéré[21].

À la suite d'inondations, coulées de boue et effets exceptionnels dus aux précipitations qui se sont produits le , la commune est reconnue en état de catastrophe naturelle par arrêté du [21].

Risques technologiques[modifier | modifier le code]

La commune est à plus de 20 km d'une centrale nucléaire. Les centrales nucléaires françaises les plus proches, productrices de la grande majorité de l'électricité fournie à la commune, sont celles de Gravelines et Penly (chacune à environ 70 km au nord et au sud), à noter que la centrale de Dungeness, en Angleterre, est située à 80 km.

Une seule installation industrielle est présente sur la commune.

Une canalisations de matières dangereuses est recensée dans la commune[21].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Bréxent[modifier | modifier le code]

Bréxent absorbe Enocq entre 1790 et 1794[22].

Le nom de la localité est attesté sous les formes Brekelesent en 1151 ; Brechelessem en 1170 ; Brescelessen en 1182 ; Brekenesem en 1196 ; Berquesen en 1313 ; Bresquesen en 1314 ; Brekelessent en 1339 ; Breqlesans et Bréquelissant en 1361 ; Brekelsent en 1362 ; Brecquelsent en 1392 ; Brecqtressent en 1452 ; Brequelessent en 1464; Bresclessent en 1477 ; Breucqsent vers 1512 ; Brecquessent et Brexen en 1559 ; Brecquesen en 1598 ; Brequesan en 1613 ; Bréquezent en 1739 ; Bréquesent en 1743 ; Brecquessens en 1774[23], Brequesent (1793), Brexent et Enocq ; Bréxent-Énocq depuis 1801[22].

Peut-être du néerlandais broec, suivi d’un élément obscur[24] ou formation de type germanique *Brakilas haim « habitation de Brakilo »[25].

Énocq[modifier | modifier le code]

Attesté sous les formes Anoch au XIIe siècle, Anoc en 1248, Anok en 1373, Anocq 1477, Ennocq en 1537, Annoc en 1588, Hénocq en 1725, Énoq en 1739, Énoch en 1773[26].

Maurits Gysseling ne se prononce pas sur l'étymologie d’Énocq, signe qu'il en ignore l'origine[27]. On note cependant le passage du groupe initial An- à En(n)- dans de nombreux toponymes régionaux comme Ennecourt (Nord, Anacurt 1183); Ennequin (Nord, Loos, Anakin 1147); Ennemain (Somme, Anemagn 1170), etc.[27]

Histoire[modifier | modifier le code]

Une voie romaine reliant Lillebonne à Boulogne-sur-Mer passait, selon certains érudits, par Brexent[28]. Elle venait d'Attin et allait à Frencq, passant près de Tubersent[28].

Jean de Longvilliers, bâtard d'Engontsend, seigneur sur la commune actuelle de Bréxent-Enocq, trouve la mort à la bataille d'Azincourt en 1415[29].

Les communes de Bréxent et Énocq fusionnent en 1790[Arch. 1],[18].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Montreuil du département du Pas-de-Calais, depuis 1801[22].

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune a fait partie, de 1999 à 2016, de la Communauté de communes mer et terres d'Opale et, depuis le , elle fait partie de la Communauté d'agglomération des Deux Baies en Montreuillois dont le siège est basé à Montreuil.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie du canton d'Étaples, depuis la loi du reprise par la constitution de 1791, qui divise le royaume (la République en ), en communes, cantons, districts et départements[22].

Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, elle reste rattachée au canton d'Étaples[30].

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie, depuis 1986, de la quatrième circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 En cours
(au 3 février 2022)
Michel Hédin   Agriculteur retraité
Réélu pour le mandat 2014-2020[31],[32]
Réélu pour le mandat 2020-2026[33],[34]

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Espaces publics[modifier | modifier le code]

Les jardins du manoir d'Hénocq créés en 2001 sur un ancien fief féodal, à l'arrière d'un manoir du XVIe siècle et situés au 7, rue de la Creuse, ont été labellisés jardin remarquable par le ministère de la Culture en 2015[35].

Justice, sécurité, secours et défense[modifier | modifier le code]

La commune dépend du tribunal de proximité de Montreuil, du conseil de prud'hommes de Boulogne-sur-Mer, du tribunal judiciaire de Boulogne-sur-Mer, de la cour d'appel de Douai, du tribunal de commerce de Boulogne-sur-Mer, du tribunal administratif de Lille, de la cour administrative d'appel de Douai et du tribunal pour enfants de Boulogne-sur-Mer[36].

Population et société[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Bréxentois[37].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[38]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[39].

En 2019, la commune comptait 655 habitants[Note 8], en diminution de 4,38 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
285310315382438390394392374
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
357370359354369356371361344
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
380352316303258273278303333
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
354347340419554577610614673
2015 2019 - - - - - - -
687655-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2006[40].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 30,5 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 29,4 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 336 hommes pour 332 femmes, soit un taux de 50,3 % d'hommes, légèrement supérieur au taux départemental (48,5 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[41]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ou +
0,9 
5,0 
75-89 ans
7,2 
23,2 
60-74 ans
22,6 
22,0 
45-59 ans
20,4 
17,6 
30-44 ans
20,1 
14,6 
15-29 ans
12,9 
17,6 
0-14 ans
16,0 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[42]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La place de l'Apogée accueille tous les ans un rassemblement tunning aux alentours de fin avril-début mai, organisé par l'association "Tunning en folie" présidé par Jean Etrot depuis 1995.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2018, le revenu fiscal médian par ménage, de Bréxent-Énocq, est de 21 890 , pour un revenu fiscal médian en métropole de 21 730 [Insee 1].

Emploi[modifier | modifier le code]

Bréxent-Énocq fait partie, selon l'INSEE, de l'unité urbaine, de la zone d’emploi et du bassin de vie de Berck et de l'aire d'attraction des villes de Étaples - Le Touquet-Paris-Plage[Insee 2].

Dans la catégorie des 15 à 64 ans, en 2018, la commune est composée de 26,1 % d'inactifs, en baisse de 2,5 points depuis 2008 (25,7 % pour la métropole), qui se décompose en retraités et pré-retraités (11,6 %) et élèves, étudiants et stagiaires non rémunérés (8,6 %) et autres inactifs (5,9 %)[Insee 3].

En 2018, le taux de chômage est de 9,7 % (13,7% en France métropolitaine) alors qu'il était de 12,1 % en 2013. Sur 100 actifs domiciliés sur la commune, 89 travaillent dans une autre commune[Insee 4],[Insee 5],[Insee 6].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au , Bréxent-Énocq comptait 29 établissements (hors agriculture) : 3 dans l'industrie manufacturière, industrie extractive et autres, 3 dans la construction, 11 dans le commerce de gros et de détail, transports, hébergement et restauration, 2 dans l'activité financière et d'assurance, 2 dans l'activité immobilière, 6 dans l'activité spécialisée, scientifique et technique et activité de service administratif et de soutien, 1 dans l'administration publique, enseignement, santé humaine et action sociale et 1 dans les autres activités de services[Insee 7].

En 2020, 5 entreprises ont été créées[Insee 8].

La commune ne dispose pas de marché de plein-air, le marché le plus proche est situé dans la commune d'Étaples[43].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le monument aux morts[44].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Bréxent-Énocq Blason
Parti : au 1er de gueules à l'aigle d'argent, au 2e d'or à la croix ancrée de gueules[45].
Détails
Dans le premier parti : armes des Blondel, anciens seigneurs de Bréxent, qui portaient «de sable à l'aigle d'or membrée et becquée de gueules» ; au second parti, les armes des De Courteville, seigneurs d'Énocq et d'Hodicq, aujourd'hui deux hameaux de Bréxent, qui portaient «d'or à la croix ancrée de gueules».

Adopté par la municipalité.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le climat océanique franc de type 5 occupe un mince liseré en bordure de la mer du Nord et l'ensemble de la Normandie, la Bretagne, la Vendée et les Charentes. Un espace océanique réduit occupe l'ouest des landes et des Pyrénées-atlantiques. Les températures sont moyennes et très homothermes : l'amplitude annuelle (moins de 13°C d'écart entre juillet et janvier), le nombre de jours froids (moins de 4) et chauds (moins de 4) et la variabilité interannuelle sont minimaux. Les précipitations sont annuellement abondantes (un peu plus de 1000 mm) et fréquentes en hiver (plus de 13 jours en janvier). L'été est également pluvieux (8-9 jours en juillet) mais les cumuls sont réduits. Le climat océanique se caractérise enfin par une forte variation interannuelle des précipitations d'hiver. (Source : Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography).
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. La DREAL distingue, dans la région Nord-Pas-de-Calais, quatre grandes familles de paysages : ceux du Haut Pays, Bas Pays, Littoraux et d’interface. Ces grandes familles de paysages comprennent 21 grands paysages régionaux.
  4. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  5. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références de type "arch"[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

  1. « Dossier complet - commune de Bréxent-Énocq - Revenus et pauvreté des ménages en 2018 - REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 », sur le site de l'INSEE (consulté le ) et « Dossier complet - France métropolitaine - Revenus et pauvreté des ménages en 2018 - REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 », sur le site de l'INSEE (consulté le ).
  2. « Bréxent-Énocq - Intercommunalités et zonages d'études », sur le site de l'INSEE, (consulté le ).
  3. « Bréxent-Énocq - EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité », sur le site de l'INSEE, (consulté le ).
  4. « commune de Bréxent-Énocq - EMP T4 - Chômage (au sens du recensement) des 15-64 ans », sur le site de l'INSEE (consulté le ).
  5. « France métropolitaine - EMP T4 - Chômage (au sens du recensement) des 15-64 ans », sur le site de l'INSEE (consulté le ).
  6. « commune de Bréxent-Énocq - ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la zone », sur le site de l'INSEE (consulté le ).
  7. « commune de Bréxent-Énocq - DEN T3 - Nombre d'unités légales par secteur d'activité au 31 décembre 2019 », sur le site de l'INSEE (consulté le ).
  8. « commune de Bréxent-Énocq - DEN T4 - Créations d'établissements par secteur d'activité en 2020 », sur le site de l'INSEE (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - Canche (E54-003-) » (consulté le )
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Synthèse des grandes familles de paysages et des paysages régionaux qui la composent » [txt], sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  4. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Paysages montreuillois », sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  5. « ZNIEFF 310030063 - Bois de Longvilliers », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  6. « ZNIEFF 310013699 - La basse Vallée de la Canche et ses versants en aval d’Hesdin », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  7. « Patrimoine géologique NPC0010 - Estuaire de la Canche », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  8. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  10. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Unité urbaine 2020 de Montreuil », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  12. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  13. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  14. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Étaples - Le Touquet-Paris-Plage », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  15. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  16. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  17. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  18. a et b Fabrice Leviel, « Alors que trois com de com ne feront bientôt qu’une, ces communes montreuilloises qui ont déjà fait l’expérience de la fusion… : Les communautés de communes de l’Hesdinois, du Val de Canche et de Canche-Ternoise vont bientôt ne faire qu’une. Les communes de Bouin-Plumoison, Maresquel-Ecquemicourt et Bréxent-Énocq ont, elles, fusionné il y a longtemps. Hesdin a tenté de faire une grande agglomération en englobant les villages voisins, sans succès. Que tirer de ces expériences ? », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. « Visualisation des routes départementales de Bréxent-Énocq. » sur Géoportail (consulté le 30 décembre 2021)..
  20. « Zonage sismique en France », sur planseisme.fr, (consulté le ).
  21. a b et c « Les risques près de chez moi », sur georisques.gouv.fr (consulté le ).
  22. a b c d et e Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. Comte Auguste De Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne), p. 70-71.
  24. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 115ab
  25. Maurits Gysseling, Toponymisch Woordenboek van België, Nederland, Luxemburg, Noord-Frankrijk en West-Duitsland (vóór 1226), 1960, p. 188 (lire en ligne) [1]
  26. Comte Auguste De Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne), p. 133.
  27. a et b Maurits Gysseling, Toponymisch Woordenboek van België, Nederland, Luxemburg, Noord-Frankrijk en West-Duitsland (vóór 1226), 1960, p. 321 (lire en ligne) [2]
  28. a et b M. Cousin, « Trois voies romaines du Boulonnais », dans Mémoire de la société dunkerquoise pour l'encouragement des sciences, des lettres et des arts, Années 1858-1859, p. 420, lire en ligne.
  29. « Azincourt 1415 : d'où venaient les chevaliers français morts à la bataille ? ».
  30. « Liste des communes composant le canton d'Étaples (6224) », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  31. « Bilan des maires à Bréxent-Énocq avec Michel Hédin :« L’hiver mouvementé, avec les inondations, me fait beaucoup réfléchir ! » : Il cogite, réfléchit, hésite… Les envies de nouveau mandat de Michel Hédin ont pris l’eau depuis les inondations qui ont touché sa commune cet hiver. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  32. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  33. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  34. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  35. « Les jardins du manoir d'Hénocq », sur le ministère de la Culture (consulté le ).
  36. « Tribunaux dont la commune dépend », sur justice.fr (consulté le ).
  37. Roger Brunet, « France, le trésor des régions », sur tresordesregions.mgm.fr (consulté le ).
  38. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  39. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  40. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  41. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Bréxent-Énocq (62176) », (consulté le ).
  42. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  43. « Le marché de Bréxent-Énocq », sur le site de la mairie (consulté le ).
  44. « Le monument aux morts de Bréxent-Énocq », sur le site de MÉMOIRES DE PIERRE (consulté le ).
  45. « Blason », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).