Camiers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Camiers
Camiers
La mairie.
Blason de Camiers
Blason
Camiers
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Montreuil
Intercommunalité Communauté d'agglomération des Deux Baies en Montreuillois
Maire
Mandat
Gaston Callewaert
2020-2026
Code postal 62176
Code commune 62201
Démographie
Gentilé Camièrois
Population
municipale
2 730 hab. (2019 en augmentation de 3,57 % par rapport à 2013)
Densité 169 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 34′ 00″ nord, 1° 36′ 52″ est
Altitude Min. 2 m
Max. 176 m
Superficie 16,13 km2
Type Commune rurale et littorale
Unité urbaine Camiers
(ville-centre)
Aire d'attraction Étaples - Le Touquet-Paris-Plage
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Étaples
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Camiers
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Camiers
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Camiers
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Camiers
Liens
Site web camiers.fr

Camiers est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Elle est composée du bourg de Camiers, dans les terres, et de la station balnéaire de Sainte-Cécile-Plage et, dans une moindre mesure, de la plage de Saint-Gabriel, plus au sud.

La plage de Sainte-Cécile est connue pour la pratique du char à voile et les compétitions nationales et internationales qui s'y déroulent.

À la sortie de Camiers en direction de Widehem (par la D148E5)[1], on dispose d'un vaste panorama en direction de l'ouest. Outre la vue sur la Manche et la baie de Canche, par temps clair on peut y distinguer entre autres le nord du Touquet-Paris-Plage avec son phare. La lumière changeante et ces paysages ont attiré, entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle, de nombreux de peintres comme la colonie artistique d'Étaples.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Camiers est située au sud-ouest du département du Pas-de-Calais, sur la Côte d'Opale, entre les stations balnéaires du Touquet-Paris-Plage (11 km)[2] et d'Hardelot-Plage (13 km)[3], à 26 km au sud de Boulogne-sur-Mer[4], ainsi qu'à environ 7 km de Étaples[5], 19 km de Montreuil[6], 58 km de Calais[7], 101 km d'Arras[8], 166 km de Lille[9] et 235 km de Paris[10] par la route.

La commune, située sur les rivages de la Manche, sur la rive droite de l'embouchure de la Canche, est aussi, avec Sainte-Cécile-Plage et la plage de Saint-Gabriel, une station balnéaire de la Côte d'Opale, qualificatif dû à la couleur donnée par les reflets irisés du soleil couchant sur la mer. C'est Édouard Lévêque, peintre, écrivain, botaniste et membre de la société académique du Touquet-Paris-Plage, qui est l'inventeur de cette appellation en 1911 de la Côte d'Opale[11].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Descriptif du littoral[modifier | modifier le code]

La commune de Camiers est située sur un littoral, composé de paysage dunaires et d'estuaires, de 30 kilomètres entre le sud d’Équihen-Plage et le nord de Berck.

On peut distinguer cinq grands types de milieux naturels qui sont, d’ouest en est, depuis la mer : les estrans et les estuaires, les cordons dunaires, la plaine humide des bas champs, les anciennes dunes plaquées sur les falaises et les falaises fossiles du rebord du plateau d’Artois.

Ces espaces dunaires occupent l’ensemble de la façade littorale sur une profondeur dans les terres (de l’ouest vers l’est) pouvant atteindre quatre kilomètres comme au niveau de la commune d'Étaples. On y observe des dunes nues et des dunes boisées artificiellement comme Hardelot et le Touquet-Paris-Plage[12].

Histoire de la formation du littoral[modifier | modifier le code]

L’histoire des paysages dunaires et estuaires d’opale est une succession de transgressions et de régressions marines du bassin parisien.

Il y a 170 millions d’années, au Jurassique, le boulonnais est un golfe et le milieu de sédimentation assez proche d’aujourd’hui. À −90 millions d’années, la mer Crétacé envahit le continent et dépose d’épaisses couches de sédiments. À −45 millions d’années, l’anticlinal de l’Artois commence à se soulever et sépare définitivement le bassin parisien de celui de Londres-Bruxelles. Ce soulèvement crée les premières côtes à falaise. À −2,5 millions d’années, les littoraux de la mer du Nord et de la Manche sont au niveau des Pays-Bas et de la Normandie. À −500 000 ans, au Pléistocène moyen, le détroit du Pas-de-Calais est ouvert, probablement lié à un effondrement de blocs entre des jeux de faille qui crée l’ouverture du détroit, créant une fosse entre les îles Britanniques et l’Europe. À −18 000 ans, lors de la dernière période glaciaire, le niveau de la mer était 130 mètres plus et le détroit était à sec. Puis survient, avec la fonte des glaces, la transgression flandrienne qui entraine l’élévation de la mer et l’inondation du détroit. C’est partir de cette période que les dépôts sableux de la plaine maritime se mettent en place. À −10 000 ans, à l’Holocène, début du réchauffement, la mer est encore à environ 65 mètres au-dessous du niveau actuel. À −8 500 ans, la jonction entre la mer du Nord et la Manche est réalisée puis, il y a 5 000 ans, le niveau de la mer s’établit sensiblement au niveau actuel.

Ensuite recommence une évolution littorale des falaises et des marais littoraux, aboutissant par érosion et colmatage à la situation actuelle. Les dunes littorales forment un seul ensemble entre Équihen et le nord de la baie de la Canche. Elles continuent d’envahir, du Moyen Âge jusque récemment, le relief intérieur en constituant des dunes plaquées sur les falaises fossiles (collines d’Artois) et enfin, les résurgences de sources au pied des coteaux, qui proviennent de la nappe de craie, sont à l’origine de nombreux ruisseaux et zones humides dans les bas-champs.

La commune de Camiers est, en partie vers le nord-est, adossée sur les falaises fossiles, et les stations balnéaires de Sainte-Cécile-Plage et de Saint-Gabriel-Plage, sont situées sur l'espace dunaire[12].

L'estuaire de la Canche[modifier | modifier le code]

La baie de la Canche, qui constitue un écosystème remarquable, est le seul estuaire picard à avoir conservé une rive nord, le musoir, indemne de tout aménagement humain lourd, c’est donc un site unique avec son système complexe de contre poulier au niveau du pli de Camiers.

Au sud de Camiers, débute un vaste ensemble de dunes plaquées sur les falaises fossiles du Crétacé (craie calorifère), ces habitats prennent toute leur ampleur sur la commune d’Étaples.

Dans ce paysage de l’estuaire de la Canche, il faut distinguer deux parties : le schorre qui correspond aux prés salés appelés mollières dans la région, c’est une partie de la grève qui est recouverte de vives eaux seulement par haute mer. le score est le domaine d’une flore riche et diversifiée, on peut y voir l’obione, la salicorne appelée aussi passe-pierre, la soude maritime et l’aster maritime. le pâturage par les ovins était le mode de gestion de ces sites ; et la slikke qui est la partie basse des estuaires, recouverte à chaque marée, composée de vasières nues. Elle a une productivité biologique importante, elle occupe 20 % de la surface et 80 % de la biomasse. C’est le domaine des limicoles (bécasseaux, courlis…). on peut y trouver également la salicorne[12].

Zones humides[modifier | modifier le code]

On trouve une zone humide, appelée bas champs (4 à 5 mètres d’altitude) entre Canche et Authie, cette zone provient des eaux des collines de l’est, résurgences de la nappe de la craie. Ces eaux trouvent leur chemin entre les dunes peu franchissables et les falaises fossiles, comme le ruisseau du Rohard qui va se jeter dans la Canche[12].

Superficie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 16,13 km2 ; son altitude varie de 2 à 176 mètres[13].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune, située dans le bassin Artois-Picardie, est traversée, du nord vers le sud, par le ruisseau de Camiers, appelé aussi ruisseau du Rohard, qui prend sa source à Dannes et d'une longueur de 7 km. Au niveau du centre de Camiers, le ruisseau traverse l'étang du Roi et, après être passé sous la D 940, se jette dans l'estuaire de la Canche[14],[15].

Climat[modifier | modifier le code]

La commune littorale est sous un climat océanique marqué. Les amplitudes thermiques sont faibles, les hivers sont doux et les étés frais. Les jours de gelée et de neige sont peu nombreux.

Les vents influencent beaucoup le climat en fonction de leur direction. Les vents dominants venant de l'ouest (façade maritime) apportent un air relativement pur et poussent les nuages vers l'arrière-pays. Il existe également des vents froids en provenance du nord ou de l'est. Les précipitations se répartissent tout au long de l’année, avec un maximum en automne et en hiver.

Données météorologiques d'après le relevé de la station météorologique la plus proche, celle de Boulogne-sur-Mer
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 3 2,7 4,6 6,3 9,4 12 14,4 14,9 13 10 6,3 3,5 8,3
Température moyenne (°C) 5 4,8 7,1 9,3 12,5 15 17,3 17,8 15,7 12,4 8,5 5,6 10,9
Température maximale moyenne (°C) 6,9 6,9 9,4 12,2 15,6 17,9 20,2 20,6 18,4 14,8 10,6 7,6 13,4
Record de froid (°C)
date du record
−13,4
1987
−13,6
1956
−7,8
1971
−2
1966
1,6
1997
4
1962
8
1965
9
1956
5,8
1979
−1
1947
−5,6
1978
−9,6
1996
−13,6
Record de chaleur (°C)
date du record
15
1975
17,4
1961
22,6
1990
26
1949
31,2
2005
32,6
2011
35,4
2015
34,8
1990
31,5
2016
27,2
1985
20
1977
17,2
1978
35,4
Précipitations (mm) 63 37,5 46,2 44,7 50,6 49,7 54,7 46,7 60,4 83,4 84,6 81,1 702,6
Source : Le climat à Boulogne-sur-Mer (en °C et mm, moyennes mensuelles 1981 à 2010[16] et records depuis 1947[17])


Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

La commune bénéficie d'une ouverture sur la Manche avec la station balnéaire de Sainte-Cécile. on note la présence de dunes de sable fin protégées par la loi littoral. Compte tenu de son orientation ouest, le soleil couchant offre de magnifiques étendues de lumière rougeoyante sur plusieurs kilomètres. Sur la partie est de la commune, les coteaux calcaires constituent un des noyaux de la trame verte régionale, laquelle décline régionalement le réseau écologique paneuropéen. Ces coteaux abritent des pelouses calcicoles caractérisées par un sol particulier (rendosol, calcosol).

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal comprend une ZNIEFF de type 1[Note 1] : les dunes de camiers et la baie de Canche, d'une superficie de 2 706 ha, altitude de 0 mètre à + 113 mètres 50° 32′ 44″ N, 1° 36′ 00″ E[18].

Sites Natura 2000[modifier | modifier le code]

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d’intérêt écologique élaboré à partir des directives « habitats » et « oiseaux ». Ce réseau est constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS). Dans les zones de ce réseau, les États Membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[19].

Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la « directive Habitats » : l'estuaire de la Canche, dunes picardes plaquées sur l'ancienne falaise, forêt d'hardelot et falaise d'Équihen, zone de type B (pSIC/SIC/ZSC), d'une superficie de 1 661 ha, altitude de 0 mètre à + 151 mètres 50° 36′ 17″ N, 1° 35′ 39″ E[20].

Espaces protégés[modifier | modifier le code]

Sur la commune, on trouve deux sites classés espace protégé :

Inventaire national du patrimoine géologique[modifier | modifier le code]

Le territoire communal comprend le site de l'estuaire de la Canche. il est inscrit à l'inventaire national du patrimoine géologique[23].

Biodiversité[modifier | modifier le code]

L'inventaire national du patrimoine naturel permet de découvrir les espèces présentes[24], les espèces protégées[25] ainsi que le statut biologique (indigène, introduite dont envahissante…) des espèces recensées sur la commune de Preures[26].

La proximité de la mer et le micro-climat qu'elle permet, l'absence de cultures et une exposition aux vents d'ouest les a relativement protégé de l'eutrophisation et de la banalisation de la biodiversité qui touche une grande partie de l'Europe de l'Ouest. 208 espèces de plantes vasculaires ont été recensées rien que sur les coteaux (14 espèces protégées et 31 espèces menacées). On estime que dans cette région 35 % environ de la biodiversité végétale n'est plus présente que sur les coteaux calcaires. Celui de Camiers/Dannes abrite de nombreuses Orchidées et offre un paysage typique, notamment caractérisé par le genévrier (Juniperus communis) et l'argousier (Hippophae rhamnoides)[réf. nécessaire].

Sans être à proprement parler endémiques, les plantes[27] ci-dessous sont assez spécifiques de la région. Elles peuvent être notamment rencontrées dans le domaine du Rohart[28],[29] qui est une zone communale protégée, accessible au public et gérée depuis 2003 par le conservatoire d'espaces naturels du Nord et du Pas-de-Calais[30].

L'inventaire récent (2001) des lépidoptères et orthoptères effectué par le groupement pour la défense de l'environnement dans l'arrondissement de Montreuil (GDEAM) a montré une grande richesse en biodiversité pour les (36 espèces de papillons de jour dont plusieurs en forte régression ou disparue dans tout ou partie de la région). Quelques papillons trouvent là leur territoire le plus septentrional (Zygaena trifolii, Zygaena transalpina hippocrepidis). Les orthoptères comprennent des espèces rares, mais en assez faible densité (peut-être à cause des embruns marins ?)[31]. Mais ce groupe reste menacé par la surfréquentation, l'artificialisation et son isolement biogéographique notamment à cause d'une matrice écopaysagère globalement pauvre et à cause de l'autoroute A16 qui ne dispose que d'un petit nombre d'écoducs pour diminuer son impact en termes de fragmentation écopaysagère et de mortalité liée à la circulation automobile.

Le conservatoire des sites naturels du Nord-Pas-de-Calais est chargé de la gestion de la réserve naturelle régionale[32] qui a été constituée sur ces coteaux considérés comme parmi les plus beaux et remarquables de la région Nord-Pas-de-Calais. D'autres sites naturels proches augmentent l'intérêt de cette partie du littoral en termes de réseau écologique ; autant d'éléments qui ont justifié la création d'un parc naturel régional sur cette partie de la région.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Camiers est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[33],[Insee 1],[34]. Elle appartient à l'unité urbaine de Camiers, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[35] et 4 033 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[36],[37].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Étaples - Le Touquet-Paris-Plage, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 21 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[38],[39].

La commune, bordée par la Manche, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[40]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[41],[42].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols est marquée par l'importance des espaces forestiers, des milieux à végétation arbustive ou herbacée et des espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (52,7 %). La répartition détaillée ressortant de la base de données européenne d'occupation biophysique des sols Corine Land Cover millésimée 2018 est la suivante : forêts (31,3 %), terres arables (20,5 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (13,9 %), zones urbanisées (13,8 %),milieux à végétation arbustive ou herbacée (7,5 %), prairies (7,7 %), mines, décharges et chantiers (2,9 %), zones humides côtières (2,3%)[43].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[44].

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

La commune est constituée de deux parties : Camiers centre, et à l'ouest sur la côte, de la station balnéaire de Sainte-Cécile, et un peu plus au sud, de la plage de Saint-Gabriel.

Sur le territoire de la commune, on trouve les lieux-dits, du nord au sud : les Garennes ; la Boulonnaise ; Opaline ; le val des sablons ; les prés de Camiers ; les quatre vents ; la ferme des Anglettes ; Beauregard[45].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

En 2017, on dénombre à Camiers 3 920 logements se répartissant en 28,2 % de résidences principales, 69,8 % de résidences secondaires et 1,9 % de logements vacants, répartis en 1 499 appartements (38,2 %) et 2 413 maisons (61,5 %). En l'espace de cinq ans, entre 2012 et 2017, le nombre d'appartements a augmenté de 3,3 % soit + 48, et le nombre de maisons a diminué de 3,8 % soit - 94.

Les constructions des résidences principales, jusqu'en 2015, s'échelonnent comme suit : 4 % ont été construites avant 1919, 6,5 % entre 1919 et 1945, 22,5 % entre 1946 et 1970, 34,9 % entre 1971 et 1990, 20,1 % entre 1991 et 2005 et 12,1 % de 2006 à 2014.

En 2017, parmi ces résidences principales, 65,1 % sont occupées par leurs propriétaires, 33,9 % par des locataires (dont 16,2 % pour des logements HLM loués vides) et 1,1 % par des occupants à titre gratuit[Insee 2].

Au , la commune disposait de 25 chambres dans un hôtel deux étoiles, de 1 439 emplacements de camping-caravaning, répartis en 630 emplacements dans un trois étoiles, de 259 emplacements dans un deux étoiles, de 147 emplacements dans un une étoile et de 403 emplacements dans deux campings non classés[Insee 3].

Planification de l'aménagement[modifier | modifier le code]

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

La commune se situe sur la route départementale D 940 qui longe le littoral de Calais au nord à Berck au sud et elle est traversé par la D 148 E5 venant de Widehem et qui se prolonge au sud, vers Étaples avec la D 148 E6 jusqu'à sa jonction avec la D 940.

L'autoroute A16 passe à proximité de la commune, la desservant par le biais des sorties no 26 (Étaples-Le Touquet) à 10 km en venant du sud et no 27 (Neufchâtel-Hardelot) à 9 km en venant du nord (trajet de h 40 en venant de Paris[46] et h 15 depuis Dunkerque[47]).

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une gare, la gare de Dannes-Camiers qui est située sur l'axe Paris-Amiens-Boulogne, qui est desservie par les réseaux TGV, TERGV (vers Calais et Lille) et TER.

De 1898 à 1914, la commune disposait d'un tramway partant de la gare jusqu'à la station balnéaire de Sainte-Cécile.

Transport aérien[modifier | modifier le code]

La commune est située à 8 km au nord de l'aéroport du Touquet-Côte d'Opale.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la ligne d'autobus no 512 du réseau Oscar (autocars départementaux du Pas-de-Calais)[48].

Voies de la commune[modifier | modifier le code]

Énergie[modifier | modifier le code]

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Le risque sismique est « très faible » sur l'ensemble du territoire communal (zone 1 sur 5 du zonage mis en place en )[49], la majorité des communes du Pas-de-Calais étant en risque « faible » (zone 2 sur 5).

La commune n'est pas exposé à un risque important d'inondation, aucun mouvement de terrain ou de présence de cavité souterraine n'est recensé, le potentiel radon est faible, en revanche, l'exposition au retrait-gonflement des sols argileux dans la commune est avéré[50].

À la suite d'inondations et coulées de boue qui se sont produites du 27 au 29 octobre 2012, la commune est reconnue en état de catastrophe naturelle par arrêté du [51],[52].

Risques technologiques[modifier | modifier le code]

La commune est à plus de 20 km d'une centrale nucléaire. Les centrales nucléaires françaises les plus proches, productrices de la grande majorité de l'électricité fournie à la commune, sont celles de Gravelines et Penly (respectivement à environ 80 km au nord et 70 km au sud), à noter que la centrale de Dungeness, en Angleterre, est située à 60 km.

Une seule installation industrielle est présente sur la commune.

Une canalisations de matières dangereuses est recensée dans la commune[50].

Qualité de l'environnement[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Cafitmere (853), Casmera (1026), Catiniers prononcé Catmiers (1084), Catmeiacum (1134), Camier et Camyer (1125-1150), Camir (1199), Cathmir (XIIe siècle), Kamiers (1226), Camry (1236), Chamieis (1248), Camiers (XIIIe siècle), Camières (1554)[53], Camiers (depuis 1793)[54].

Ernest Nègre donne comme origine toponymique l'anthroponyme germanique Gasmarus[55]. Une autre hypothèse avance le flamand kat « chat » suivi de meer « lac, pièce d'eau » qui donne donc le « lac aux chats »[réf. nécessaire].

L'Étang du Roi : l'étang de la Mierre, la Mere de Camiers (1292), l’étang du Roy (1750), l’étang du Roi (1775).

Camié en picard.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le tramway hippomobile de Dannes-Camiers à Sainte-Cécile (route de la Plage).

Camiers se trouvait sur l'ancienne voie romaine reliant Boulogne-sur-Mer à Étaples[56]. La première évocation de Camiers se situe dans le cartulaire de l'abbaye Saint Bertin de Saint-Omer dit cartulaire de Folcuin en 853[53]. Le village est encore cité dans une charte de la même abbaye en 1026[57].

Le , Cécile de Rocquigny donne procuration à son mari, Armand de Rosamel, pour vendre ses terres de Camiers.

Une petite ligne de tramway à traction hippomobile a relié la gare de la compagnie des chemins de fer du Nord de Dannes-Camiers à la plage de Sainte-Cécile entre 1897 (1898 pour les voyageurs) et 1914[58].

Saint-Gabriel-Plage avait un grand hôtel qui fut détruit, de même que de nombreuses villas, lors de la grande tempête dans la nuit du 3 au .

Au cours de la Première Guerre mondiale, Camiers fait partie de la base arrière littorale des armées alliées. Camiers héberge notamment un camp d'entraînement des armées britanniques et un hôpital voué aux soins des blessés du front. Un petit mémorial rappelle en détail cet épisode de l'histoire de la commune.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Dannes et Camiers sont des centres permanents d'où les Allemands envoient les prisonniers vers Étaples, Hardelot, Merlimont, voire Calais, Ferques et Sangatte au nord et Fort-Mahon au sud[59].

Le , un convoi parvient à Dannes via Boulogne. Au camp de Dannes, les Allemands centralisent les arrivés de Juifs puis répartissaient les prisonniers vers d'autres camps[60].

Le , un convoi de Juifs de Belgique se dirigeant vers Boulogne transite à Dannes.

En , 250 parmi les plus robustes des camps de Dannes et de Camiers sont envoyés travailler à Étaples.

Les conditions du camp sont très difficiles. Six Juifs meurent en juin et en octobre 1942. Ils sont inhumés au cimetière de Dannes.

Le , 650 prisonniers juifs évacuent Aurigny en bateau vers Cherbourg, pendant 10 jours et 9 nuits, ils circulent en train de Cherbourg à Hazebrouck, ils s'entassent à cinquante par wagons.

À Hazebrouck, ils sont parqués dans un hangar, ce qui permet quelques évasions, puis un tri s'opère : 150, les moins valides, sont envoyés au lycée Mariette de Boulogne où ils occupent le quatrième étage, les 500 autres sont dirigés vers Dannes et Camiers.

Le , le camp de Camiers reçoit les prisonniers de Dannes et enfin, en , les Allemands se replient sur Samer avec leurs prisonniers. Début septembre, dans la débâcle, ils parviennent encore à organiser un convoi pour la déportation : il ne va pas loin. À Dixmude, la résistance belge l'arrête et libère les occupants[61].

La plage de Sainte-Cécile est, en 1997, le théâtre d'un quadruple homicide, dit "affaire des frères Jourdain", au cours duquel quatre adolescentes furent assassinées.

En 2008, un char d'assaut léger Hotchkiss H35 abandonné sur la plage en 1940 est apparu au gré des marées à fort coefficient. La tourelle, manquante, a vraisemblablement été récupérée par les Allemands et installée sur un blockhaus du Mur de l'Atlantique. En 2020, le sort de la carcasse n'est pas encore décidé, faute de financement pour sa restauration.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Montreuil du département du Pas-de-Calais.

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune a fait partie, de 1999 à 2016, de la Communauté de communes mer et terres d'Opale et, depuis le , elle fait partie de la Communauté d'agglomération des Deux Baies en Montreuillois (CA2BM) dont le siège est basé à Montreuil.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

Elle fait partie du canton d'Étaples, depuis la loi du reprise par la constitution de 1791, qui divise le royaume (la République en ), en communes, cantons, districts et départements. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, elle est demeure rattachée au canton d'Étaples, qui est alors modifié, passant de 19 à 15 communes[62],[54].

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, elle fait partie, depuis 1986, de la quatrième circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Élections 2020[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de Camiers, commune de plus de 1 000 habitants, est élu au scrutin proportionnel de liste à deux tours (sans aucune modification possible de la liste)[63], pour un mandat de six ans renouvelable[64]. Compte tenu de la population communale, le nombre de sièges à pourvoir lors des élections municipales de 2020 est de 23[65]. Les 23 conseillers municipaux, issus de la liste conduite par Gaston Callewaert, sont élus au premier tour avec un taux de participation de 39,53 %[66].

Dans les communes de 1 000 habitants et plus, les conseillers sont élus au suffrage direct à la fois pour un mandat de conseiller municipal et pour un mandat de conseiller communautaire[67]. Les 2 sièges attribués à la commune au sein de la CA2BM sont élus dès le premier tour et issus de la liste menée par Gaston Callewaert SE[66].

  • Maire sortant : Gaston Callewaert (SE)
  • 23 sièges à pourvoir au conseil municipal (population légale 2018 : 2730 habitants)
  • 2 sièges à pourvoir au conseil communautaire (CA des Deux Baies en Montreuillois)
Résultats des municipales de 2020 à Camiers
Culoz Conseil municipal 2020.svg
Tête de liste Liste Premier tour Sièges
Voix % CM CC
Gaston Callewaert SE 789 89,25 23 2
Votes valides 789 89,25
Votes blancs 27 3,05
Votes nuls 68 7,69
Total 884 100 23 2
Abstention 1 352 60,47
Inscrits / participation 2 236 39,53

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
Vers 1830   Brice Wacogne   Cultivateur
Les données manquantes sont à compléter.
juin 1867 juin 1871 Auguste de Rocquigny   Propriétaire
juin 1871 mai 1884 Augustin Masson    
mai 1884 octobre 1890 Paul de Rocquigny   Propriétaire
octobre 1890 mai 1896 Augustin Masson    
mai 1896 avril 1904 Pierre-Marie Pocholle    
mai 1904 mars 1944 Jules Masson    
mars 1944 mars 1945 René La Chaussée    
mars 1945 juin 1947 Jules Ducrocq    
mars 1947 mars 1965 Paul Van compernol    
mars 1965 mars 1977 Jules Monsigny[Note 4]    
mars 1977 juin 1995 Marcel Rimetz SE Docteur en médecine
juin 1995 mars 2008 Guy Bassement DVD Docteur
mars 2008 mars 2014[68] Jacques Jupin SE  
mars 2014 En cours
(au 4 février 2022)
Gaston Callewaert 2014 DVD
2020 SE
Cadre du secteur privé[69],[70]
Réélu pour le mandat 2020-2026[71]

Finances communales[modifier | modifier le code]

Jumelage[modifier | modifier le code]

La commune de Camiers n'est jumelée avec aucune ville.

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Eau et déchets[modifier | modifier le code]

Prélèvements en eau et usages[modifier | modifier le code]

La commune a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21 en 2003[72].

En 2018, la commune a prélevé 296 355 m3, d'origine à 100 % souterraine[73].

Services en production et distribution d'eau potable, assainissement collectif, assainissement non collectif[modifier | modifier le code]

La Communauté d'agglomération des Deux Baies en Montreuillois (CA2BM) est compétente en matière de gestion de l'eau potable de la commune en gestion délégué à Véolia Eau, elle gère également l'assainissement collectif en gestion délégué et l'assainissement non collectif géré en régie par à Véolia Eau[74].

Tarifs de l'eau[modifier | modifier le code]

au les tarifs sont les suivants :

  • Eau potable, pour une facture de 120 m3, le m3 est facturé 1,98 euro.
  • Assainissement collectif, pour une facture de 120 m3, le m3 est facturé 3,43 euros.
  • Assainissement non-collectif, pour un diagnostic de bon fonctionnement et d'entretien, le montant facturé est de 100 euros[74].

Gestion des déchets[modifier | modifier le code]

La gestion des déchets est organisée par la CA2BM[75].

La commune est à proximité de la déchèterie d'Étaples (8 km)[76].

Un site de compostage est situé à Cucq (11 km) dont le maître d'ouvrage est Agriopale Services[77].

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est située dans l'académie de Lille.

La comune administre, sur un même site, l'école communale Hervé Charpentier, avec une école maternelle et une école élémentaire avec 212 élèves (2021)[78].

Espaces publics[modifier | modifier le code]

Sur le plan touristique, deux niveaux de classement sont prévus pour les communes qui développent une politique touristique sur leur territoire. Le premier niveau se matérialise par l’obtention de la dénomination en « commune touristique » et délivrée par un arrêté préfectoral pris pour une durée de cinq ans. Le second niveau, plus élevé que le premier, se matérialise par le classement en « station classée de tourisme », attribué par décret pour une durée de douze ans.

La commune de Camiers est « station classée de tourisme »[79].

Elle est labellisée, depuis 2022, « station verte »[80].

La commune bénéficie du label « villes et villages fleuris » avec une fleur[81].

Postes et télécommunications[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un bureau de poste situé au no 7 Grande-Rue.

La commune propose une connexion internet payante accessible sur l'esplanade de Sainte-Cécile[82].

Santé[modifier | modifier le code]

Les Camièrois bénéficient, d'une part, des services du centre hospitalier de l'arrondissement de Montreuil (CHAM), situé à Rang-du-Fliers, à 20 km de Camiers. Cet établissement né en 1980 s'est agrandi depuis, particulièrement en septembre 2009. Il s'est étendu sans cesse et offre aujourd'hui plus de 900 lits et places[83] et d'autre part, de la clinique des acacias, au hameau de Trépied, à Cucq. Cette clinique, créée en 1958, fait partie de la fondation Hopale, et dispose de 108 lits[84].

Pour les personnes âgées, la commune dispose d'un Établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), l'institut Calmette situé rue de Widehem[85].

Justice, sécurité, secours et défense[modifier | modifier le code]

Justice[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal de proximité de Montreuil, du tribunal judiciaire de Boulogne-sur-Mer, de la cour d'appel d'Amiens et de Douai, du tribunal pour enfants de Boulogne-sur-Mer, du conseil de prud'hommes de Boulogne-sur-Mer, du tribunal de commerce de Boulogne-sur-Mer et du tribunal paritaire des baux ruraux de Boulogne-sur-Mer, Calais et Montreuil[86].

Sécurité[modifier | modifier le code]

La commune est dans la compétence territoriale de brigade de gendarmerie d'Étaples, au no 1 avenue du Blanc-Pavé, dont le territoire de compétence comprend les communes : Cormont, Étaples, Frencq, Hubersent, Lefaux, Tubersent et Widehem[87],[88].

Secours[modifier | modifier le code]

La commune est sous la responsabilité du centre d'incendie et de secours (CIS) d'Étaples[89].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[90]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[91].

En 2019, la commune comptait 2 730 habitants[Note 5], en augmentation de 3,57 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
396367410439463529542574579
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
600669624661665665792860906
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
8949669761 2181 6841 7231 8651 2141 922
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
1 7642 0882 0642 0932 1762 2522 6052 7032 636
2018 2019 - - - - - - -
2 7482 730-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[54] puis Insee à partir de 2006[92].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 30,1 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 31,4 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 1 318 hommes pour 1 430 femmes, soit un taux de 52,04 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,5 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[93]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ou +
2,3 
6,6 
75-89 ans
9,5 
20,7 
60-74 ans
22,8 
21,7 
45-59 ans
19,4 
17,9 
30-44 ans
18,0 
16,3 
15-29 ans
12,1 
16,2 
0-14 ans
15,9 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[94]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Depuis 2017, se déroule, début septembre pendant trois jours, sur l'esplanade et la plage de Sainte-Cécile, le « Côte d’Opale Freerider fest », festival de sport de glisse. Plus de trente riders et sportifs français et internationaux de haut niveau y participent dans des disciplines comme : le roller, le BMX, la trottinette, le skateboard, le skimboard, la Slackline et le char à voile[95].

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

Sports nautiques[modifier | modifier le code]

La commune avec Sainte-Cécile, avec son front de mer et sa vaste plage, est naturellement tournée vers les sports nautiques, comme l'école municipale de char à voile, avec le club « Au gré du vent ».

Ci-dessous quelques images de la course de chars à voile du grand prix national de Camiers de sur la plage de Sainte-Cécile[96].

En 2022, la commune accueille les 54e championnats d'Europe de char à voile, organisés par le club « au gré du Vent », sous l'égide de la fédération internationale du char à voile, épreuve qui devait se dérouler du au mais qui, pour des raisons sanitaires liées à la pandémie de Covid-19, sont, d'abord, reportés en 2021, de fin septembre à début octobre, puis finalement du au [97].

Le club « au gré des vagues » propose des activités en mer comme le paddle, le kayak de mer et le longe-côte[98].

Autres sports[modifier | modifier le code]

La commune propose, avec les associations, différentes activités comme le football avec l'amicale laïque de Camiers, l'espace fitness, le tennis, le badminton, le tennis de table, la gymnastique

Elle dispose d'un parc Opalaventure doté d'un parc accrobranche.

Lorsque la météo et la marée s'y prêtent, on peut voir des chiens d'attelage, avec leur musher, venir s'entrainer sur l'estran entre la plage de Sainte-Cécile et de Saint-Gabriel.

La plage de Sainte-Cécile est parfois le théâtre d'entraînements de chiens de sauvetage. L'évènement attire un public de cinophyles venus apprécier les évolutions des terre-neuve, labradors et leonbergs. Ces chiens qui sont régulièrement entraînés en eau douce et calme viennent s'aguerrir à l'eau salée plus agitée. Assez prudents au début, les bêtes finissent par jouer dans les vagues donnant lieu à quelques scène cocasses qui font la joie des spectateurs.

Ci-dessous quelques images de la réunion consacrée aux terre-neuve le dimanche 9 mai 2021[99].

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Sentiers pédestres[modifier | modifier le code]

Le sentier de grande randonnée GR 120 ou GR littoral (partie du sentier européen E9 allant du Portugal à l'Estonie et la Russie), appelé aussi sentier des douaniers, traverse la commune en longeant la côte et la réserve naturelle de la baie de Canche[100].

Un chemin de randonnée PR (Promenades & Randonnées) parcourt la commune, en partant du centre de la commune, et, passant par l'est, rejoint l'entrée ouest d'Étaples[100].

On peut découvrir la réserve naturelle de la baie de Canche en empruntant le sentier de la butte aux signaux, celui-ci forme une boucle de 2,3 km au travers de zones boisés. Avec un point culminant à 57 mètres au-dessus du niveau de la mer, il offre un panorama exceptionnel sur l’estuaire de la Canche. Pour trouver le sentier, en venant d’Étaples, empruntez la D 940 en direction de Camiers, puis tournez à droite pour prendre la D 148E6 toujours en direction de Camiers et cent mètres après la bifurcation, on trouve le parking, point de départ de la randonnée[101].

Pistes cyclables[modifier | modifier le code]

La piste cyclable « La Vélomaritime », partie côtière française de la « Véloroute de l’Europe - EuroVelo 4 », qui relie Roscoff en France à Kiev en Ukraine sur 4 000 km, traverse la commune du nord au sud et une piste cyclable relie la vélomaritime à la station balnéaire de Sainte-Cécile[102],[103],[104].

Vie associative[modifier | modifier le code]

La commune, toujours au travers des associations propose de nombreuses activités à découvrir sur le site de la commune[105].

Cultes[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est rattaché à la paroisse de « Notre-Dame de foy » au sein du doyenné de Berck-Montreuil, dépendant du diocèse d'Arras. Ce doyenné couvre 68 communes.

La commune dispose de deux lieux de culte, l'église Notre-Dame-de-la-Mer, sise rue de l'Église[106] et la chapelle Saint-Félicien sise rue des Lys à Sainte-Cécile.

Média[modifier | modifier le code]

Le quotidien régional La Voix du Nord publie une édition locale pour le Montreuillois[107].

La commune est couverte par les programmes de France 3 Nord-Pas-de-Calais. Jusqu'en 2014, on pouvait également recevoir les programmes d'Opal'TV. Actuellement, la commune est également couverte par BFM Grand Littoral[108].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2018, le revenu fiscal médian par ménage, de la commune de Camiers, est de 20 030 , pour un revenu fiscal médian en métropole de 21 730 .

En 2018, 53 % des foyers fiscaux ne sont pas imposables[Insee 4].

Emploi[modifier | modifier le code]

La commune de Camiers fait partie, selon l'INSEE, de l'unité urbaine de Camiers, de l'aire d'attraction des villes d'Étaples - Le Touquet-Paris-Plage et de la zone d’emploi et du bassin de vie de Berck[109].

La commune est composée de 34,1 % de personnes n'ayant pas d'activité professionnelle (25,9 % en métropole), qui se décompose en retraités (11 %) et personnes n’exerçant pas une activité professionnelle, étudiants et autres inactifs (23,1 %) :

Répartition de la population de 15 ans ou plus selon la catégorie socioprofessionnelle 2017[Insee 5]
Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d'entreprise
Cadres, professions
intellectuelles
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers Retraités Autres personnes sans activité professionnelle
Camiers 0,2 % 3,3 % 2,8 % 11,5 % 17,6 % 11,1 % 34,1 % 19,3 %
Métropole 0,8 % 3,5 % 9,5 % 14,2 % 16,1 % 12,2 % 27,2 % 16,5 %
Répartition des emplois selon le secteur d'activité 2017[Insee 6]
Agriculture Industrie Construction Commerce,
transports,
services divers
Administration publique,
enseignement,
santé, action sociale
Camiers 0,7 % 0,0 % 4,5 % 26,4 % 68,4 %
Métropole 2,6 % 12,2 % 6,4 % 46,8 % 32 %

En 2017, le taux de chômage est de 15,5 % alors qu'il était de 18,1 % en 2012. Sur 100 actifs, 76 travaillent dans une autre commune que leur commune de résidence[Insee 7].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au , la commune de Camiers comptait 143 établissements (hors agriculture) : 7 dans l'industrie, 17 dans la construction, 60 dans le commerce de gros et de détail, transport, hébergement et restauration, 1 dans l'information et communication, 2 dans l'activité financières et l'assurance, 5 dans l'activité immobilière, 11 dans l'activité spécialisée, scientifique et technique et activité de service administratif et de soutien, 24 dans le secteur administratif et 16 dans les autres activités de services[Insee 8].

En 2019, 20 entreprises ont été créées[Insee 9].

Un marché de plein-air hebdomadaire en période estivale (de juin à septembre) tous les lundis et jeudis, parking des Oyats à Sainte-Cécile[110].

Agriculture[modifier | modifier le code]

La commune de Camiers fait partie de la petite région agricole des « Bas-champs picards »[111].

En 2010, on comptait 3 exploitations agricoles, pour une superficie agricole utilisée de 244 hectares[112].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Construction inscrite au patrimoine architectural du ministère de la Culture[modifier | modifier le code]

La commune a une construction inscrite au patrimoine architectural du ministère de la Culture, la chapelle Saint-Félicien[113] située à Sainte-Cécile-Plage, et qui a bénéficié du label « Patrimoine du XXe siècle »

Autres constructions notables[modifier | modifier le code]

  • L'institut Albert Calmette : situé route de Widehem, l'institut est un organisme de santé départemental d'environ 300 places[114]. À l'origine c'était un préventorium (traitement des tuberculoses, anémies) construit en 1928 et nommé ainsi en 1934. C'est aujourd'hui un établissement psychiatrique pour enfants et adultes ainsi qu'un centre médico-éducatif pour personnes polyhandicapées. Il héberge également une maison de retraite de type EHPAD[115] ainsi qu'un service de soins à domicile SESSAD.
  • Château du Rohart (1879), propriété de la commune depuis 2002. À l'abandon. Au XIXe siècle, le domaine du Rohart appartient à l'amiral Claude du Campe de Rosamel, ministre de la Marine sous Louis-Philippe, né au château de Rosamel à Frencq le 24 juin 1774 et mort à Paris le 27 mars 1848.
    Le château porte la date de 1879 en chiffres romains, inscrite dans un phylactère qui surmonte les armes des Du Campe de Rosamel et De France supportées par deux lions. Il est vraisemblablement édifié à cette date par Édouard du Campe de Rosamel qui épouse Louise de France l'année précédente.
    Le château se compose d'un corps de logis de plan rectangulaire à un étage, flanqué de deux pavillons en retrait d'alignement et à un seul niveau d'élévation. La travée centrale en léger ressaut est délimitée par un chaînage et couronnée d'un fronton brisé d'où émerge une lucarne. La toiture à croupe est percée de deux autres lucarnes amorties par une boule. Les ouvertures sont légèrement cintrées.
    Les façades des pavillons sont percées d'une porte et d'une fenêtre à encadrements de brique. Ce matériau est décliné aux angles sous la forme de pilastres à refends. Sous la toiture court une corniche de briques disposées en épi. Ces détails ornementaux se retrouvent sur la remise charretière et un second commun, bâtiments individuels disposés sur les côtés de la cour
    [réf. nécessaire].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une bibliothèque et médiathèque situé dans la cour du Bosquet[117].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Camiers Blason
Parti ondé de deux ondes : au 1er d'or à un arbre de sinople, au 2d d'azur à une nef d'argent ; à deux dards de gueules passés en sautoir, la pointe en bas, brochant en chef sur la partition[119].
Détails
Le parti ondé évoquerait la côte. Le bateau symbolise la côte de la Manche, et les nombreux naufrages qui y eurent lieu. L'arbre rappelle « le reboisement destiné à endiguer les flots »[120].
Les deux dards de gueules rappelleraient les deux flèches d'or des armes de la famille Macquet (de Longpré) qui possédait le fief des Roharts, situé à Camiers.

Adopté le .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. de 1871 à 1977, informations données, par l'accueil état civil de la commune de Camiers, par courriel du 15 avril 2021
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

  1. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  2. « Dossier complet de Camiers en 2017, rubrique Logement en 2017 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  3. « Dossier complet - commune de Camiers rubrique Tourisme au 1er janvier 2021 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  4. « Dossier complet - commune de Camiers - Revenus et pauvreté des ménages en 2018 - REV T1 et T3 - Ménages fiscaux de l'année 2018 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ) et « Dossier complet - France métropolitaine - Revenus et pauvreté des ménages en 2018 - REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  5. Sources des données (INSEE) : « Dossier complet - commune de Camiers - POP T5 - Population de 15 ans ou plus selon la catégorie socioprofessionnelle », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ) et « Dossier complet - France métropolitaine - POP T5 - Population de 15 ans ou plus selon la catégorie socioprofessionnelle », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  6. Sources des données (INSEE) : « Dossier complet - commune de Camiers - EMP T8 - Emplois selon le secteur d'activité », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ) et « Dossier complet - France métropolitaine - EMP T8 - Emplois selon le secteur d'activité », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  7. « Dossier complet - commune de Camiers - EMP T4 - Chômage (au sens du recensement) des 15-64 ans », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  8. « Dossier complet - commune de Camiers - DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2018 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  9. « Dossier complet - commune de Camiers - DEN T4 - Créations d'établissements par secteur d'activité en 2019 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. L'endroit est nommé Côte Dandan sur les cartes IGN
  2. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance par la route entre Camiers et Le Touquet-Paris-Plage », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  3. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance par la route entre Camiers et Hardelot-Plage », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  4. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance par la route entre Camiers et Boulogne-sur-Mer », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  5. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance par la route entre Camiers et Étaples », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  6. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance par la route entre Camiers et Montreuil », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  7. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance par la route entre Camiers et Calais », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  8. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance par la route entre Camiers et Arras », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  9. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance par la route entre Camiers et Lille », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  10. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance par la route entre Camiers et Paris », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  11. J. Chauvet, C. Béal et F. Holuigue, Le Touquet-Paris-Plage à l'aube de son nouveau siècle 1882 - 1982, Éditions Flandres-Artois-Côte d'Opale, , 108 p., p. 22
  12. a b c et d « paysages dunaires et estuaires d’opale », sur Le site de l'atlas des paysages de la région Nord-Pas-de-Calais, (consulté le ).
  13. Institut national de l'information géographique et forestière, Répertoire géographique des communes, [lire en ligne].
  14. Fiche du ruisseau de Camiers ou du Rohard sur le site du SANDRE.
  15. Fiche du déversoir de l'étang du Roi sur le site du SANDRE.
  16. Normales climatiques 1981-2010 : Boulogne-sur-Mer sur www.lameteo.org
  17. Climat, Boulogne-sur-Mer - Pas-de-Calais (62200) sur www.linternaute.com
  18. « ZNIEFF 310007015 - Les dunes de camiers et la baie de Canche », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  19. « Réseau européen Natura 2000 », sur le site du Ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le )
  20. « Natura 2000 FR3100480 - Estuaire de la Canche, dunes picardes plaquées sur l'ancienne falaise… », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  21. « Espace protégé FR1100134 - Les Garennes De Lornel », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  22. « Espace protégé FR3600087 - Baie De Canche », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  23. « Patrimoine géologique NPC0010 - Estuaire de la Canche », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  24. « espèces présentes », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  25. « espèces protégées », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  26. « statut biologique des espèces recensées », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  27. Les espèces ont été vérifiées sur le site https://identify.plantnet.org/fr.
  28. le domaine du Rohart
  29. L'entrée est située au croisement de la D940 et de la rue de Sainte Cécile.
  30. le conservatoire d'espaces naturels du Nord et du Pas-de-Calais
  31. « « Lépidoptères et Orthoptères des coteaux calcaires de Dannes et de Camiers » (Pas-de-Calais), Philippe Lambret, GEDEAM/OPI »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  32. Muséum national d'Histoire naturelle, « Coteau de Dannes et de Camiers (FR3100483) », sur Inventaire national du Patrimoine naturel, 2003+ (consulté le ).
  33. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  34. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  35. « Unité urbaine 2020 de Camiers », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  36. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  37. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  38. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Étaples - Le Touquet-Paris-Plage », sur insee.fr (consulté le ).
  39. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  40. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  41. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  42. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  43. « CORINE Land Cover | Données et études statistiques - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur le site de l'inventaire biophysique de l’occupation des sols et de son évolution (consulté le ).
  44. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  45. « La commune de Camiers et ses lieux-dits » sur Géoportail (consulté le 14 avril 2021)..
  46. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Durée du trajet par la route entre Camiers et Paris », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  47. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Durée du trajet par la route entre Camiers et Dunkerque », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  48. « Ligne 512 - Boulogne-sur-Mer / Camiers / Étaples », sur passpass.fr site Pass-Pass, (consulté le ).
  49. « Zonage sismique en France », sur planseisme.fr, (consulté le ).
  50. a et b « Les risques près de chez moi », sur georisques.gouv.fr (consulté le ).
  51. « Arrêté du 30 novembre 2012 portant reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle », sur legifrance.gouv.fr, (consulté le ).
  52. « Intempéries de fin octobre : 30 premières communes en état de catastrophe naturelle », sur La Voix du Nord, .
  53. a et b Auguste de Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne), p. 212.
  54. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  55. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : Formations non-romanes ; formations dialectales, Droz, (présentation en ligne), p. 835.
  56. M. Cousin, « Trois voies romaines du Boulonnais », dans Mémoire de la société dunkerquoise pour l'encouragement des sciences, des lettres et des arts, Années 1858-1859, p. 422, lire en ligne.
  57. M. Cousin, option citée, p. 423.
  58. Notice sur la plage Saint Gabriel : bains de mer : Chemin de fer du nord, saison d'été, Impr. de G. Hamain - Boulogne-sur-Mer, , 2 p. (lire en ligne), p. 10.
  59. « Les camps de Juifs dans le Boulonnais 1942-1944 », Revue Memor, .
  60. Pour un compte-rendu sur les camps du Nord - Pas-de-Calais, les rafles et les déportations.
  61. Petit cahier N°15 - Journée d’étude du  : - Résistance, internement et déportation dans le commandement militaire allemand de Belgique occupée et du Nord de la France B ; Krouck, M.Steinberg, D. Lemaire..
  62. « Liste des communes composant le canton d'Étaples (6224) », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  63. Loi no 2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral, article 51 et son décret d'application no 2013-938 du 18 octobre 2013.
  64. « Election des conseillers municipaux et du maire », sur le site de la DGCL (consulté le ).
  65. Article L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales
  66. a et b « Résultats du 1er tour pour Camiers », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  67. « Conseillers communautaires : les règles de l'élection », sur https://www.vie-publique.fr/ (consulté le ).
  68. J. H. Mabille de H., « Le bilan des maires à Camiers : « J’ai assumé pendant 19 ans trois mandats de vie municipale. J’aspire à la retraite » : Jacques Jupin rendra son tablier de maire fin mars 2014. C’est une décision qui n’est pas liée, selon lui, aux soubresauts qui agitent son conseil depuis janvier dernier. Mais à 74 ans, il l’estime « raisonnable » après un mandat où il a consacré « énormément de temps à servir tous ses concitoyens avec les mêmes yeux ». », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  69. « Camiers : Gaston Callewaert veut mener son mandat « en toute transparence » », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  70. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  71. https://reader.cafeyn.co/fr/1926576/21598216
  72. FICHE | Agenda 21 de Territoires - Camiers, consultée le 26 octobre 2017
  73. « Volume d'eau prélevé en 2018 », sur Le site de la Banque nationale des prélèvements en eau (BNPE) (consulté le ).
  74. a et b « Gestion de l'eau », sur L'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  75. « Gestionnaire des déchets », sur Le site de Sinoe (consulté le ).
  76. « Déchèterie », sur Le site de Sinoe (consulté le ).
  77. « Site de compostage », sur Le site de Sinoe (consulté le ).
  78. « Liste des écoles de Camiers », sur education.gouv.fr (consulté le ).
  79. « Label station classée de tourisme commune touristique », sur entreprises.gouv.fr Le portail de la Direction générale des Entreprises (consulté le ).
  80. La Voix du Nord, « La commune de Camiers obtient le lable station verte », La Voix du Nord,‎ , p. 13 (lire en ligne, consulté le ).
  81. « Camiers une fleur », sur villes-et-villages-fleuris.com (consulté le ).
  82. « Le réseau Wifi est opérationnel sur l’esplanade de Sainte-Cécile », sur camiers.fr le site de la commune (consulté le ).
  83. « Les chiffres », sur le site du centre hospitalier de l'arrondissement de Montreuil (consulté le ).
  84. « Clinique des acacias-hautsdefrance.com » (consulté le ).
  85. « Portail national d'information pour les personnes âgées et leurs proches », sur pour-les-personnes-agees.gouv.fr (consulté le ).
  86. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice et des libertés (consulté le ).
  87. « Brigade de gendarmerie d'Étaples », sur lannuaire.service-public.fr (consulté le ).
  88. « Compétence territoriale gendarmerie et police nationales », sur data.gouv.fr (consulté le ).
  89. « CIS du Pas-de-Calais », sur Le site du centre départemental d'incendie et de secours (consulté le ).
  90. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  91. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  92. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  93. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Camiers (62201) », (consulté le ).
  94. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  95. Cécile Legrand-Steeland, « Le Freerider fest de Sainte-Cécile revient du 9 au 11 septembre », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  96. « grand prix international de Camiers », sur ffcv.org Le site de la fédération internationale de char à voile, (consulté le ).
  97. « Championnat d'Europe de char à voile à Camiers », sur charavoile62.fr (consulté le ).
  98. « Sports et loisirs à Camiers », sur sainte-cecile-tourisme.fr le site de la commune (consulté le ).
  99. Claire De Vregille (Texte) Et Sébastien Jarry (Photos), « Des saint-bernard des mers du bassin minier à l’assaut des vagues de Sainte-Cécile », sur lavoixdunord.fr, (consulté le ).
  100. a et b « Visualisation GR et PR de Camiers. » sur Géoportail (consulté le 15 avril 2021.)..
  101. Découvrir le sentier de la butte aux signaux sur le site eden62
  102. « Le Touquet / Boulogne-sur-Mer - La Vélomaritime / EuroVélo 4 », sur francevelotourisme.com (consulté le ).
  103. « Le réseau de pistes cyclables », sur ca2bm.fr (consulté le ).
  104. « EuroVelo 4 - Véloroute de l'Europe Centrale », sur eurovelo.com (consulté le ).
  105. « vie associative à Camiers », sur camiers.fr Le site de la commune (consulté le ).
  106. « Doyenné de Berck Montreuil », sur Diocèse d'Arras (consulté le )
  107. « Actualités Montreuil », sur le site du quotidien régional La Voix du Nord (consulté le ).
  108. Déborah Adoh, « Grand Littoral TV devient BFM Grand Littoral », sur lavoixdunord.fr, (consulté le ).
  109. « Intercommunalités et zonages d'études », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  110. « Jours et emplacement du marché », sur Le site de la commune de Camiers (consulté le ).
  111. « Les régions agricoles (RA), petites régions agricoles (PRA) voir le référentiel », sur agreste.agriculture.gouv.fr, (consulté le ).
  112. « Les exploitations ayant leur siège dans la commune », sur Le site du ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt (consulté le ).
  113. Notice no IA62001269, base Mérimée, ministère français de la Culture
  114. « Institut départemental Albert Calmette ».
  115. « EHPAD de Camiers ».
  116. Journal La Voix du Nord édition de Montreuil du lundi 12 avril 2021 page 16
  117. « Bibliothèque de Camiers », sur camiers.fr le site de la commune (consulté le ).
  118. « La route de Camiers ».
  119. « 62201 Camiers (Pas-de-Calais) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).
  120. Armorial du Pas-de-Calais (tome II, 1996).