Longvilliers (Pas-de-Calais)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Longvilliers
Longvilliers (Pas-de-Calais)
La mairie.
Blason de Longvilliers
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Montreuil
Intercommunalité Communauté d'agglomération des Deux Baies en Montreuillois
Maire
Mandat
Philippe Petit
2020-2026
Code postal 62630
Code commune 62527
Démographie
Gentilé Longvillois
Population
municipale
253 hab. (2019 en diminution de 2,32 % par rapport à 2013)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 32′ 40″ nord, 1° 43′ 42″ est
Altitude Min. 19 m
Max. 120 m
Superficie 10,99 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Étaples - Le Touquet-Paris-Plage
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Étaples
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Longvilliers
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Longvilliers
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Longvilliers
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Longvilliers
Liens
Site web www.longvilliers.fr

Longvilliers est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située à environ 6 km du parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale et à 7,5 km de la forêt d'Engoudsent. Son climat est océanique avec des étés tempérés. Les plages les plus proches sont celles de Camiers, à 8,4 km.

Longvilliers est distant de 192 km de Paris.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de huit communes :

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Dordogne à Longvilliers.

La commune est traversée par la Dordogne qui prend sa source à Cormont et se jette dans la Canche à Bréxent-Énocq[1].

Paysages[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le « paysage montreuillois » tel que défini dans l’atlas des paysages de la région Nord-Pas-de-Calais, conçu par la direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL)[Note 1],[2]. Ce paysage, qui concerne 98 communes, se délimite : à l’Ouest par des falaises qui, avec le recul de la mer, ont donné naissance aux bas-champs ourlées de dunes ; au Nord par la boutonnière du Boulonnais ; au sud par le vaste plateau formé par la vallée de l’Authie, et à l’Est par les paysages du Ternois et de Haut-Artois. Ce paysage régional, avec, dans son axe central, la vallée de la Canche et ses nombreux affluents comme la Course, la Créquoise, la Planquette…, offre une alternance de vallées et de plateaux, appelée « ondulations montreuilloises ». Dans ce paysage, et plus particulièrement sur les plateaux, on cultive la betterave sucrière, le blé et le maïs, et les plateaux entre la Ternoise et la Créquoise sont couverts de vastes massifs forestiers comme la forêt d'Hesdin, les bois de Fressin, Sains-lès-Fressin, Créquy[3].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal comprend une ZNIEFF de type 1[Note 2] : le bois de Longvilliers. Ce bois est situé sur le flanc d’une creuse assez importante, aux versants abruptes dans la partie amont, qui s’élargissent ensuite dans les parties moyenne et aval[4].

et une ZNIEFF de type 2[Note 3] : la vallée de la Course. Elle se situe dans le pays de Montreuil et plus précisément dans l’entité paysagère des ondulations montreuilloises[5].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Longvilliers est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[6],[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Étaples - Le Touquet-Paris-Plage, dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire, qui regroupe 21 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[9],[10].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (86,4 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (86,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (72,2 %), prairies (14,2 %), forêts (11,3 %), zones urbanisées (2,4 %)[11].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[12].

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

En 2019, le nombre total de logements dans la commune était de 136, alors qu'il était de 137 en 2014 et de 122 en 2009[I 1].

Parmi ces logements, 79,2 % étaient des résidences principales, 20,1 % des résidences secondaires et 0,8 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 100 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 0 % des appartements[I 2].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Longvilliers en 2019 en comparaison avec celle du Pas-de-Calais et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (20,1 %) supérieure à celle du département (6,4 %) et à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 76,1 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (75,5 % en 2014), contre 57,8 % pour le Pas-de-Calais et 57,5 pour la France entière[I 3].

Le logement à Longvilliers en 2019.
Typologie Longvilliers[I 1] Pas-de-Calais[I 4] France entière[I 5]
Résidences principales (en %) 79,2 85,9 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 20,1 6,4 9,7
Logements vacants (en %) 0,8 7,7 8,2

Toponymie[modifier | modifier le code]

Longum Villare (1160), Lunvileriae (vers 1173), Lonvillare (1177), Longvileirs (1192), Lumvileriae (1194), Lungvilliers et Lungvilers (1196), Loncvilier (1277), Loncvilers (1285), Lonviler (1293), Lonc Villers (1318), Longvellier (1559), Longvillers (vers 1743), Longvillers (1789)[13], Longvilliers (1793), Longvillers et Longvilliers (1801) et Longvilliers (1997)[14].

Vient du latin longum « long » et villare « domaine, ferme ».

Homonymie avec Longvilliers (Yvelines).

La commune, qui portait le nom Longvillers est renommée en Longvilliers le [15].

Histoire[modifier | modifier le code]

Longvilliers était une des quatre châtellenies du Boulonnais. Une tradition veut que sainte Ide de Boulogne y ait nourri son fils Godefroy de Bouillon, premier souverain du royaume de Jérusalem. Plus tard, la terre de Longvilliers a été possédée par la famille des Cayeu, puis des Blondel[21].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Montreuil du département du Pas-de-Calais[15].

Elle faisait partie depuis 1793 du canton d'Étaples[14]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux[modifier | modifier le code]

Pour les élections départementales, la commune est membre depuis 2014 d'un nouveau canton d'Étaples[15]

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la quatrième circonscription du Pas-de-Calais.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Longvilliers était membre de la communauté de communes mer et terres d'Opale, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé fin 1999 et auquel la commune avait transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, cette intercommunalité a fusionné avec sa voisine pour former, le , la communauté d'agglomération des Deux Baies en Montreuillois (CA2BM) dont est désormais membre la commune.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 juin 1995 Pierre Desrumaux[22]    
juin 1995 avril 2014[23] Yves Martel   Agriculteur retraité
avril 2014[24] juillet 2020 Sascha Maignan[25]   Dirigeant de sociétés
juillet 2020[26],[27] En cours
(au 25 mars 2022)
Philippe Petit   Agriculteur

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Longvillois[28].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[29]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[30].

En 2019, la commune comptait 253 habitants[Note 6], en diminution de 2,32 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
499480514575531519512521516
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
473453416431416412405357391
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
352371349363322310306337315
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
294297263243244250229228250
2015 2019 - - - - - - -
253253-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[31].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 37,5 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 26,6 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 116 hommes pour 134 femmes, soit un taux de 53,60 % de femmes, largement supérieur au taux départemental (51,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[32]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ou +
0,7 
5,0 
75-89 ans
5,8 
21,8 
60-74 ans
19,7 
16,8 
45-59 ans
17,5 
21,8 
30-44 ans
16,1 
17,6 
15-29 ans
21,2 
16,8 
0-14 ans
19,0 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[33]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Un site classé ou inscrit est un espace (naturel, artistique, historique…) profitant d'une conservation en l'état (entretien, restauration, mise en valeur...) ainsi que d'une préservation de toutes atteintes graves (destruction, altération, banalisation...) en raison de son caractère remarquable au plan paysager. Un tel site justifie un suivi qualitatif, notamment effectué via une autorisation préalable pour tous travaux susceptibles de modifier l'état ou l'apparence du territoire protégé[34].

Dans ce cadre, la commune présente un site classé par arrêté du  : les ruines du château de Longvillers, qui date du XIe siècle[35].

La commune compte un monument historique :

  • L'église Saint-Nicolas fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le . Elle a été construite aux XVe et XVIe siècles. Elle appartient à la commune. Elle contient une statue en bois de Saint Nicolas[36] ainsi qu'une statue de saint Fiacre[37] portant une bêche et non une pelle de boulanger ce qui explique la confusion faite à l'origine avec saint Honoré. L'église dont l'accès est interdit au public, abrite de nombreuses oeuvres (statues, tableaux, mobiliers et objets de culte) classées au patrimoine mobilier du Ministère de la Culture[38]. Les prises de vue ci-dessous ont été rendues possibles le 18 septembre 2022 lors des journées européennes du patrimoine.
  • La ferme de la Longueroye, fait l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques depuis le  : grange (cad. B 57), propriété privée. Elle date des XIIe et XIIIe siècles[40].

On peut également signaler :

  • Le château de Longvilliers est édifié au XIe siècle pour des raisons stratégiques, afin de protéger Boulogne. Un petit panneau destiné au public situé à proximité de l'édifice et de la mairie résume son histoire. En voici le contenu tel quel :

« CHATEAU DE LONGVILLIERS

Sa construction a été entreprise vers 1049 par le comte de Boulogne. Il est situé au Sud d'une ligne Nord Sud constituée par quatre forteresses destinées à protéger Boulogne d'éventuelles incursions. Il n'a réellement assuré un rôle militaire qu'en 1589, lors des guerres de la ligue.

A l'origine il se composait (selon les historiens) de 4 ou 5 tours flanquantes, qui encastraient une enceinte rectangulaire. Le pont-levis protégé par deux tours, était situé à l'Est, en face flanquant l'enceinte Ouest, se trouvait une tour plus imposante. Ne subsistent de la première construction que la tour Sud-Ouest, la tour d'Est qui laisse voir quatre étages ainsi que les fondations d'une petite tour du Nord.

Vers 1750, le Seigneur des lieux Gabriel Amboise de Bernes décida d'aménager le château dans le style du XVIIIème siècle.

Pour ce faire, il garda l'une des deux tours de l'Est et démolie l'autre afin d'en utiliser les pierres.

En 1789, les travaux étaient inachevés et le restèrent longtemps.

En 1900, alors que la toiture et la charpente venaient d'êtres refaites un incendie ravagea les bâtiments, depuis l'état de délabrement s'amplifie. »

Le monument aux morts.
  • Le monument aux morts[43].
  • La ferme des Chartroux, du XIVe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Roger d'Aumont (1610-1653), évêque d'Avranches, abbé de Longvilliers.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Longvilliers (Pas-de-Calais) Blason
D'argent à une doloire de gueules surmontée d'un lambel du même[44].
Détails
Armes de la famille de Bernes de Longvilliers, brisées d'un lambel, sans doute de cadet de la famille, telles qu'on les retrouve sur un vitrail de l'église locale.

Adopté par la municipalité.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Longvilliers », Ma commune, Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La DREAL distingue, dans la région Nord-Pas-de-Calais, quatre grandes familles de paysages : ceux du Haut Pays, Bas Pays, Littoraux et d’interface. Ces grandes familles de paysages comprennent 21 grands paysages régionaux.
  2. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  3. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Dordogne (E5410750) » (consulté le )
  2. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Synthèse des grandes familles de paysages et des paysages régionaux qui la composent » [txt], sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  3. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Paysages montreuillois », sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  4. « ZNIEFF 310030063 - Bois de Longvilliers », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  5. « ZNIEFF 310013724 - la vallée de la Course », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  6. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  8. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Étaples - Le Touquet-Paris-Plage », sur insee.fr (consulté le ).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  12. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  13. Auguste de Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, Imprimerie nationale de Paris, , 499 p. (lire en ligne), p. 230.
  14. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. a b et c « Commune de Longvilliers (62527) », Code Officiel Géographique (date de référence : 01/01/2022), sur https://www.insee.fr (consulté le ).
  16. M. Cousin, « Trois voies romaines du Boulonnais », dans Mémoire de la société dunkerquoise pour l'encouragement des sciences, des lettres et des arts, Années 1858-1859, p. 404, lire en ligne.
  17. Paul Roger, Archives historiques et ecclésiastiques de la Picardie et de l'Artois, Amiens, Duval et Herment, (lire en ligne), p. 327.
  18. Louis-Joseph Harbaville - Mémorial historique et archéologique du Département du Pas-de-Calais, Volume 2, page 114 - 1842 -Édité chez Topino Rue Saint-Aubert à Arras - archive de la New York public library -numérisé par Google Books
  19. Malbrancq - Cartulaire Moreau- Henry - Mémoires de la Société de la Morinie
  20. « Azincourt 1415 : d'où venaient les chevaliers français morts à la bataille ? ».
  21. La Picardie historique et monumentale, vol. 7, Société des antiquaires de Picardie. Fondation Edmond Soyez. Impr. Yvert et Tellier, , p. 296.
  22. « Ils ont acheté ce presbytère il y a plus de 40ans, l’ont retapé… mais doivent désormais s’en séparer », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  23. Élise Chiari, « Le bilan du maire de Longvilliers, Yves Martel : « Ce troisième mandat a été compliqué à cause de la météo » : Pour son troisième mandat, Yves Martel a dû faire face à des imprévus. À 64 ans, l’agriculteur à la retraite ne se représentera pas. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  24. « Longvilliers : Sascha Maignan reprend l’écharpe tricolore d’Yves Martel : Vendredi dernier, le conseil municipal nouvellement élu s’est réuni en mairie de Longvilliers. Yves Martel, maire sortant après 19 ans de mandat, a remis l’écharpe à Sascha Maignan, qui a été élu maire à l’unanimité du conseil. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  25. « Sascha Maignan, maire de Longvilliers : « ce n’est pas un plan de carrière ni une sinécure » : Sascha Maignan termine son premier mandat. Six années marquées par un rebondissement en 2016, quand il avait démissionné de son propre chef à cause de tensions au sein de son conseil », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  26. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  27. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  28. Roger Brunet, « France, le trésor des régions », sur tresordesregions.mgm.fr (consulté le ).
  29. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  30. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  31. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  32. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Longvilliers (62527) », (consulté le ).
  33. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  34. Articles L. 341-1 à 22 du code de l'environnement
  35. « Bilans annuel de la politique de classement des sites », sur ecologie.gouv.fr (consulté le ).
  36. Notice no PM62001002, base Palissy, ministère français de la Culture
  37. Notice no PM62001004, base Palissy, ministère français de la Culture
  38. https://www.pop.culture.gouv.fr/advanced-search/list/palissy?resPage=2&listResPage=2&qb=%5B%7B%22field%22%3A%5B%22COM.keyword%22%2C%22WCOM.keyword%22%2C%22REG.keyword%22%2C%22PLOC.keyword%22%2C%22LIEU.keyword%22%2C%22DPT.keyword%22%2C%22CANT.keyword%22%5D%2C%22operator%22%3A%22%3D%3D%22%2C%22value%22%3A%22Longvilliers%22%2C%22combinator%22%3A%22AND%22%2C%22index%22%3A0%7D%5D
  39. Notice no PM62002904, base Palissy, ministère français de la Culture
  40. « Ferme de la Longueroye », notice no PA00108463, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  41. Francois-César Louandre, Histoire ancienne et moderne d'Abbeville et de son arrondissement, Abbeville, , 606 p. (lire en ligne), p. 410.
  42. Philippe Lambert, « L’histoire tragique du Chevalier de La Barre, arrêté à Longvilliers avant d’être supplicié à Abbeville », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  43. « monument aux morts de Longvilliers », sur Mémoires de pierres (consulté le )
  44. « 62527 Longvilliers (Pas-de-Calais) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).