Laires

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Laires
Laires
Entrée de la commune.
Blason de Laires
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Saint-Omer
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays de Saint-Omer
Maire
Mandat
Éric Lagache
2020-2026
Code postal 62960
Code commune 62485
Démographie
Population
municipale
369 hab. (2019 en stagnation par rapport à 2013)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 32′ 28″ nord, 2° 15′ 23″ est
Altitude Min. 140 m
Max. 190 m
Superficie 8,64 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Fruges
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Laires
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Laires
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Laires
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Laires

Laires est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

La commune fait partie de la communauté d'agglomération du Pays de Saint-Omer qui regroupe 53 communes et compte 105 169 habitants en 2018.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte interactive (cliquer sur la carte).

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de six communes :

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est situé dans le bassin Artois-Picardie.

C'est dans la commune que le Bomy 1, cours d'eau de 2,27 km, prend sa source et se jette dans la Laquette au niveau de la commune de Bomy[1].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Laires est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (92,8 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (94 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (66,6 %), prairies (26,2 %), zones urbanisées (7,2 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

En 734, Laires s'appelait Wilbert, du nom de son possesseur. L'orthographe du nom a varié (Larae, Laris, Lares, Laire, Lare) pour devenir Laires très certainement au XVIIIe siècle.

Laren en flamand[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1115, Baudouin, comte de Flandre, fait donation à l'abbaye Saint-Sauveur à Ham, de la seigneurie de Saint-Martin à Laires. En , Guy de Dampierre augmente la donation ci-dessus. En , une bande de la garnison de Renescure terrorise les alentours de Laires et au lieu d'aider les habitants à combattre les ennemis français, pillent le village. En 1537, le territoire est complètement dévasté. En 1542 et 1543, le village est pillé plusieurs fois et les Français brûlèrent quatorze maisons.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

→ Conseils pour la rédaction de cette section.

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1953 Copin Augustin    
mars 2001 2002 Gérard Wigneron   Démissionnaire
2002 2014[10] Bernadette Franche    
2014 En cours
(au 24 mars 2022)
Éric Lagache   Chauffeur routier[11],[12],[13]
Réélu pour le mandat 2020-2026[14],[15],[16]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[18].

En 2019, la commune comptait 369 habitants[Note 2], en stagnation par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
800545686672689621596615585
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
498496488500523523512551511
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
532523476402400386406404405
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
359347302314337297305360363
2019 - - - - - - - -
369--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 43,2 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 18,6 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 203 hommes pour 165 femmes, soit un taux de 55,16 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[21]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ou +
0,0 
5,4 
75-89 ans
4,8 
13,4 
60-74 ans
13,3 
13,9 
45-59 ans
19,5 
21,1 
30-44 ans
22,8 
17,5 
15-29 ans
19,0 
28,7 
0-14 ans
20,4 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[22]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Laires.svg

Les armes de Laires se blasonnent ainsi :

parti d’or et d’azur à la fleur de lys de l’un en l’autre.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin.
  • L'église aurait été rebâtie vers 1555, mais le clocher est plus ancien car on y trouve des inscriptions datant de 1442, 1517 et 1540. Je dis "rebâtie" puisqu'en 1544, les habitants retranchés dans l'église, repoussent une attaque de la garnison de Thérouanne. En 1641, l'église brûla (procuration de Liévin BOCQUET, bailly de Laires). L'église était couverte de tuiles rouges et pavée de grands carreaux bleus. En 1740, une forte tempête fait envoler le clocher dans le « Flot Delvil » et en 1741, le clocher est réparé par Pierre Anthome Dumez et Anthome Delautre charpentiers à Lisbourque pour « onze cens livres monoy dartoy ». À la Révolution, l'église est vendue (le 4 ou 11 vendémiaire an VIII) à un certain CARON d'Arras qui ne pourra pas la démolir comme il en avait l'intention par suite d'une farouche opposition des Lairois.
  • Il existe dans l'église un bénitier (en mauvais état) en pierre noire de Tournai, portant cette inscription « Donné par Mgr MIRE VINCENT DU PREY, Grand Vicaire de Tournay le . Priez Dieu pour lui. »
  • La cloche date de 1583 et vient de Saint-Bertin ; elle porte ces inscriptions : « UT SONES ABBATIS DIGNISSIMA NOLA VEDASTI NO(M)I(NE) GRENETII IVRE VEDASTA VOCOR. Nicolas de Lecourt filiusque ejus jo(ann)es duace(n)ses me et meas sonores fecerut. 1583. »
Le monument aux morts.
  • Le monument aux morts a été inauguré en grande pompe le  ; il porte la liste des Lairois morts pour la France pendant les guerres de 1870, 1914 et 1939.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bomy 1 (E3510960 ) » (consulté le )
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois
  10. Hervé Vaughan, « Le bilan du maire de Laires : l’endettement par habitant a fortement chuté en un mandat : Réélue maire en 2008, Bernadette Franche n’avait annoncé aucun projet. Son seul objectif était de réduire la dette de la commune et l’endettement par habitant. C’est fait », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  11. « Laires : Éric Lagache revêt l’écharpe tricolore pour la première fois : Vendredi en fin de matinée, les conseillers nouvellement élus ont choisi Éric Lagache, âgé de 52 ans, comme premier magistrat », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  13. Marie Jansana, « À Laires, l’ancienne cantine laissera place à une salle pour les écoliers : Éric Lagache, ancien premier adjoint, a pris la tête de la commune en mars. La première décision du nouveau conseil a été de revoir le projet de salle périscolaire. Ce sera le gros investissement du mandat », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  14. https://reader.cafeyn.co/fr/1978716/21599238
  15. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  16. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  21. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Laires (62485) », (consulté le ).
  22. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).