Combat de coqs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Combat de coqs au Tamil Nadu, en Inde.

Le combat de coqs est un type de combat d’animaux qui consiste à faire s'affronter deux coqs domestiques préparés aux combats sur une aire circulaire prévue à cet effet (appelée gallodrome ou « pitt » aux Antilles et « rond » à la Réunion). Cette pratique ancienne est controversée en raison des mutilations que subissent les coqs tant et si bien qu'elle est interdite dans de nombreux pays. Cette tradition reste néanmoins populaire dans différentes régions du globe (Asie du Sud-Est, Amérique Centrale et du Sud)[1].

"Two cocks fighting: striving for Christ and the palm of glory."[2] Combat de coqs luttant pour le Christ et les lauriers de la gloire - Sarcophage de Sainte-Agnès.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancien gallodrome, aujourd'hui musée à Neuville-en-Ferrain.
Combat de coqs, mosaïque romaine (Musée archéologique national de Naples).

Le combat de coqs est aussi vieux que la domestication du coq sauvage. Le coq sauvage Gallus gallus aurait été domestiqué en Asie pour ses qualités belliqueuses. Cela date de la sédentarisation des premiers agriculteurs dans ces régions. De l'Asie, la pratique s'est répandue en Europe grâce aux Grecs, aux Romains et aux Phéniciens[3]. Il eut beaucoup de succès en Grande-Bretagne, en Irlande, en Espagne, dans les Flandres. Il fut tellement populaire en Angleterre, notamment dans l'aristocratie, que Cromwell décida de l'interdire pour éviter les rassemblements des royalistes autour des « pits », arènes[3].

De l'Europe, il fut exporté aux États-Unis par les Anglais et Irlandais, au Brésil par les Portugais et dans le reste de l'Amérique latine par les Espagnols[4].

Aux États-Unis, il fut pratiqué par les premiers présidents et fut tellement populaire que l'aigle américain fut préféré de justesse au coq de combat comme symbole national[5]. Certains lui reprochaient de rappeler le colonisateur anglais puisque bon nombre de souches de coqs de combat provenaient d'Angleterre[5].

L'Afrique l'a moins connu, mis à part Madagascar où il fut amené par les Merina de Malaisie et par les commerçants arabes[6].

En Asie, il reste très pratiqué[7].

En France, la loi ne l'autorise que dans les localités où la tradition est ininterrompue, c'est-à-dire dans une vingtaine de gallodromes des départements du Nord et du Pas-de-Calais, et dans ceux (appelés « pitt » dans les Antilles ou « rond » à la Réunion) de la Guadeloupe de la Martinique et de la Réunion[8].

Combat de coq et sociologie[modifier | modifier le code]

Combat de coqs à Bali, circa 1958.

La domestication du coq sauvage (Gallus gallus) est apparue dès que l'espèce humaine s'est sédentarisé en Asie. Cette domestication des volailles lui fournit des œufs et de la viande. Mais surtout cela lui permit de s'identifier à cet animal qui lui ressemblait tellement[6]. Comme lui, il est bipède[6]. Il a un dimorphisme sexuel bien marqué[6]. En Inde, « les ethnographes soulignent le rapport d'inimité constant entre le coq et le coqueuleur, parfois comparé à une sorte de fusion identitaire entre l'animal et le mâle humain[9] ».

Il apprécie les céréales tout en étant omnivore. Il défend sa famille contre les prédateurs. Et finalement, il combat avec les semblables de son sexe pour s'approprier un territoire et une ou des femelles. En organisant des combats de coqs, les premiers agriculteurs trouvaient un moyen de réguler les conflits entre eux par l'intermédiaire de leurs coqs[10].

L'agriculture avait permis à l'espèce humaine d'avoir une abondance de nourriture mais aussi lui imposait de vivre nombreux sur un espace réduit. Les conflits virils à l'intérieur de la communauté pouvaient présenter un danger. Il fallait orienter, sublimer cette agressivité sans qu'elle ne nuise à la communauté. Les hommes d'une communauté ne pouvaient s’entre-tuer. Une solution était un sport ritualisé, telle que la lutte[10], une autre solution est le combat de coqs qui permet aux propriétaires de s'affronter sans risques pour eux, quels que soient leur force physique et/ou leur âge[6].

Dans plusieurs régions du monde, telle Bali, le combat de coq n'est pas tant considéré comme un spectacle que comme un sport à dimension sociale et religieuse[6].

À Bali, les combats de coqs, appelés tetadjen ou sabungan en balinais[11], sont pratiqués depuis extrêmement longtemps. L'anthropologue Clifford Geertz explique dans son ouvrage The Interpretation of Cultures que, chez les Balinais, ce n'est qu'en apparence que les coqs se battent, et que, derrière cela, ce sont les hommes qui s'affrontent[12]. Il y explique notamment la place importante des combats de coqs dans la société balinaise.

Pratique moderne[modifier | modifier le code]

Mise en place d’ergots métalliques.

La pratique du combat de coqs, devenue marginale en Occident, subsiste dans certains pays d'Asie du Sud-Est, d’Amérique latine. En 2008, 27 pays autorisent ou tolèrent l'organisation de combats de coqs[13]. C'est notamment le cas aux Philippines, en Espagne (seulement en Andalousie et aux Canaries), au Mexique, au Pérou, en Haïti, en République dominicaine, à Cuba, à Madagascar, en Malaisie, au Viêt Nam[14] et en France, où cette pratique est autorisée dans certaines localités des régions où elle perdure traditionnellement[8] : les Hauts-de-France, La Réunion, la Guyane, les Antilles françaises et la Polynésie française.

Ergots naturels remplacés par des ergots plus grands affûtés.

Elle consiste à mettre, dans une sorte de ring circulaire, deux coqs dont les ergots sont coupés et remplacés par des ergots naturels en corne (plus longs et affûtés) ou en acier[15]. Les deux coqs sont présentés face à face et se battent, des paris sont pris sur le vainqueur[16],[17].

Diversité des types de combats de coqs en France[modifier | modifier le code]

Le combat de coq est une pratique diversifiée. Les règles et le profil des coqs varient d'une région à l'autre. Il existe néanmoins trois grands types de combat de coqs :

  • Le combat de vitesse pratiqué avec des ergots artificiels en métal, soit une lame ou une pointe. Ce type de combat est très court et expéditif.
  • Le combat d'endurance pratiqué avec l'ergot émoussé ou recouvert de bandes de tissu ou d'un capuchon. Ce type de combat est plus long et l'issue est habituellement l'abandon ou le KO.
  • Le troisième type de combat est un intermédiaire entre les deux précédents qui se pratique avec l'ergot naturel pointu ou avec un ergot artificiel lui ressemblant[18].

Les races de coqs les plus utilisées en Europe sont le combattant du Nord (4 à 6 kg)[19], le combattant anglais ancien (2,2 à 3 kg) et le combattant anglais moderne (3 à 4 kg) [20], plus rarement le chanteur des montagnes ou Alberfeld d'origine allemande[21]. L'Asie offre une grande variété de races de coqs de combats[22].

Caractéristiques et préparation des coqs de combat[modifier | modifier le code]

Coqs se défiant dans un espace ouvert.
Coqs se combattant dans un espace ouvert à Barakot, Sundargarh, Orissa, Inde.

Détournement d'une tendance naturelle[modifier | modifier le code]

Les coqs ont une tendance naturelle à se battre. À la fin du XVIIIe siècle, dans son traité d'histoire naturelle, Leclerc de Buffon rapporte plusieurs traditions de combats de coqs et d'autres oiseaux (cailles[23]) fondés sur les combats fréquents, naturels et « terribles » entre les oiseaux polygames pour les faveurs des femelles. Il cite notamment le coq de bruyère[24], la capture par les indiens de gallinacés sauvages distincts de ceux d'élevages spécialement pour ces combats[25], et la « fureur des combats de coqs[26] » et des paris à Sumatra[27]. Tous se fondent sur l'aptitude naturelle des gallinacés à se battre :

« Les hommes, qui tirent parti de tout, pour leur amusement, ont bien su mettre en œuvre cette antipathie invincible que la Nature a établi entre un coq et un coq ; ils ont cultivé cette haine avec tant d'art que les combats de deux oiseaux de basse-court sont devenus des spectacles dignes d'intéresser des peuples, même des peuples polis [...] »

— Leclerc de Buffon Du Coq [28]

Sélection[modifier | modifier le code]

Malgré un comportement naturel attesté, le travail des éleveurs ou coqueleurs est de sélectionner les souches (ou races) les plus combatives[29], voire de les croiser avec des faisans[30] et d'écarter ceux qui ne sont pas les plus aptes au combat[29]. Les œufs sont sélectionnés en fin d'hiver, et font 55 grammes[29]. Génération après génération, le coqueleur conserve les poussins mâles et 2 à trois femelles de la couvée, de façon à pouvoir forcer l'accouplement entre les meilleurs individus[31].

Les coqs ont un poids allant de 1 kg à 6 kg. Les coqs de combat sont classés en différentes catégories de poids pour les combats[32].

Conditionnement[modifier | modifier le code]

Après éclosion, les poussins mâles sont séparés plus ou moins tôt. Vers 5 mois, les animaux commencent à devenir dangereux et sont séparés de la volière commune. Certaines poules jugées moins robustes sont destinées à l'alimentation, les autres réservées à la ponte. Vers 10 mois, les mâles sont isolés jusqu'à ce qu'ils soient prêt au combat[29].. Chaque jeune coq est isolé et placé dans un enclos séparé. Selon les coutumes locales, le coq sera sans poule, avec une poule ou avec un petit groupe de poules. Leur régime alimentaire est très éloignée de celle des animaux de basse-court[29].

Quinze jours avant ses premiers combats l'alimentation du coq est changée[29]. Dès lors, pour Marie Cegarra, le soin apporté à l'alimentation de l’animal constitue un point essentiel de son alimentation. Le coq est alors considéré comme un athlète et « mérite de ce fait que lui soit appliqué la diététique du sportif[29] ».

Combat de coqs dans un temple balinais.

Entraînement[modifier | modifier le code]

Les coqs de combat sélectionnés sont entraînés pour développer leur combativité et endurance. La préparation physique commence par de la course et des exercices de musculation, et est suivie par des combats d'entraînement avec les ergots protégés pour éviter les blessures. Le premier combat d'entraînement commence en général vers 8 mois; il a pour but de savoir si le sujet est assez combatif pour poursuivre une carrière complète. Le deuxième se fera à 10 mois et puis tous les quinze jours jusqu'au premier combat officiel. La durée de ces combats de préparation augmentera progressivement, passant de 5 minutes à une trentaine de minutes[18],[33].

Opposition aux combats de coqs[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

La tradition des combats de coqs est l'objet de controverses à travers le monde, en raison notamment des mutilations ou de la mort des animaux dont les ergots sont parfois remplacés par une lame ou une pointe en métal[34]. Outre les souffrances infligées aux coqs de combat, les pratiques d'élevage de ces coqs sont régulièrement dénoncées comme contre nature. Ainsi, l'isolement modifie chez l'animal la notion d'espace vital individuel et lui fait perdre ses capacités de communication ritualisée. La violation de cet espace et le changement d'environnement (dimensions réduites du « parc » où il se bat, lumières, bruits de la foule) lors des combats plongent les coqs dans un état de stress. Cela provoque une forte sécrétion de corticostérone qui rend les coqs particulièrement intolérants à leurs congénères. Se sentant menacés, ils attaquent.[réf. nécessaire]

Un coq qui fonce aveuglément sur ses congénères, et même sur sa propre image reflétée dans un miroir, est un coq perturbé. Certes, les coqs domestiques ou sauvages se battent entre eux mais uniquement dans le cadre de rituels sociaux qui ne vont pas jusqu'à la mort d'un des combattants.[réf. nécessaire]

L'utilisation de moyens biochimiques (injection d'hormones mâles, etc.) est aussi dénoncée[35].

Législation[modifier | modifier le code]

La majorité des pays occidentaux condamnent la pratique des combats de coqs.

Canada[modifier | modifier le code]

Les combats de coqs y sont interdits. Les contrevenants sont accusés de sévices inutiles aux animaux[36],[37].

États-Unis[modifier | modifier le code]

Les combats de coqs sont interdits dans les 50 états (depuis août 2008 en Louisiane, le dernier état à l’interdire)[38]. Une loi signée en décembre 2018 qui entrera en vigueur en décembre 2019, interdira les combats de coqs dans les 5 Territoires des États-Unis habités: Samoa américaines, Îles Mariannes du Nord, Guam, Porto Rico et Îles Vierges des États-Unis[39],[40].

Belgique[modifier | modifier le code]

Ils sont interdits en Belgique depuis 1929[41].

France[modifier | modifier le code]

L'article 521-1 du Code pénal[8] interdit les combats de coqs sur l'ensemble du territoire sauf dans les localités où une tradition locale ininterrompue peut être établie (certaines localités des Hauts-de-France, de la Guadeloupe, de la Martinique et de la Réunion), mais toute nouvelle ouverture de gallodrome y est interdite, ce que confirme en juillet 2015, le Conseil constitutionnel, conformément à l'esprit de la loi de 1964 qui vise la disparition progressive du combat de coqs[42],[43]. Malgré la législation, des combats illégaux de coqs se déroulent régulièrement en France[44].

Représentations artistiques de combats de coq[modifier | modifier le code]

Combat de coqs en Flandre - peinture de Rémy Cogghe - 1889.

Peinture[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Les combats de coqs sont encore très prisés en Asie du Sud Est, en Amérique du Sud, dans le Sud des États-Unis et au Canada. En Europe, mis à part le Nord de la France, les combats de coqs se concentrent essentiellement en Écosse et en Andalousie (Espagne)" - site univers nature consulté le 20 février 2019
  2. [Cyclopedia of Biblical, Theological and Ecclesiastical Literature - Rev. John M'Clintock D.D. & James Strong S.T.D - 1887]
  3. a et b Luuk Hans, p. 1.
  4. Luuk Hans, p. 3.
  5. a et b Luuk Hans, p. 4.
  6. a b c d e et f « Combats de coqs à Bali »
  7. Luuk Hans, p. 6-7.
  8. a b et c « Code pénal, Article 521-1 », sur legifrance.gouv.fr (consulté le 11 février 2017)
  9. Nalini Balbir et Georges-Jean Pinault, Penser, dire et représenter l'animal dans le monde indien, Centre national de la recherche scientifique,
  10. a et b « 2011 Centenaire de l'exposition internationale de Roubaix. Les combats de Coqs »
  11. Geertz, Clifford. « Jeu d'enfer. Notes sur le combat de coqs balinais », Le Débat, vol. 7, no. 7, 1980, pp. 86-146.
  12. Geertz, Clifford. (1973). The interpretation of cultures : selected essays.
  13. « Au XXIe siècle, les combats de coqs perdurent légalement en France », sur univers-nature.com,
  14. À Thô Hà, le gratin des coqs de combat - Le courrier du Viet-nam - 08 novembre 2015
  15. « LES COQS DE COMBATS, TRADITION DE FLANDRE », sur association YSER HOUCK (consulté le 25 février 2019) « L’ergot du coq est lui aussi scié avec un fil d’acier au raz de la patte, cette opération est indolore. Un ergot artificiel sera posé pour les combats. Il semble que ce choix de poser des ergots artificiels ait été fait afin de diminuer la gravité et la douleur des blessures. L’ergot artificiel droit et lisse provoque des blessures nettes qui cicatrisent rapidement contrairement à l’ergot naturel courbe qui arrache les chairs. De plus l’ergot en acier de taille et de forme strictement contrôlées rapproche les chances des combattants qui n’ont pas tous les mêmes ergots naturels. »
  16. « LES COQS DE COMBATS, TRADITION DE FLANDRE », sur Association YSER HOUCK (consulté le 25 février 2019) « Le coqueleur verse un droit à combattre, une mise de l’ordre de 15-20 euros (100-130 F), le gagnant récupérant les deux mises ainsi qu’une petite somme supplémentaire donnée par l’organisateur. Ce qui s’annonce par exemple 19x45 (19 euros misés pour 45 euros gagnés). Le coqueleur paiera également comme les spectateurs un droit d’entrée d’environ 3 euros »
  17. - Les combats de coqs, bien plus qu'un jeu d'argent "§ 4. Les paris" - site Bali authetique consulté le 25 février 2019
  18. a et b Combats de Coqs - La Ferme Galamé, ferme des Jeux Traditionnels - consulté le 20 février 2019
  19. http://poussincitadin.free.fr/races/CombattantduNord.htm
  20. http://poussincitadin.free.fr/races/combatanglmod.htm
  21. http://poussincitadin.free.fr/races/elberfeld.htmUn grand nombre
  22. http://poussincitadin.free.fr/races/aseel_asie.htm
  23. Leclerc de Buffon Historie naturelle des oiseaux, p. 119.
  24. Leclerc de Buffon Historie naturelle des oiseaux, p. 296.
  25. Leclerc de Buffon Historie naturelle des oiseaux, p. 226-227.
  26. Guérin-Méneville Dictionnaire d'histoire naturelle, p. 300.
  27. Leclerc de Buffon Historie naturelle des oiseaux, p. 118.
  28. Leclerc de Buffon Historie naturelle des oiseaux, p. 117.
  29. a b c d e f et g Marie Cegarra Coqs combattants.
  30. Mémoires de l'Institut royal de France, Académie des inscriptions..., Volume 13 - books.google
  31. Olivier Danaë, Combats de coqs : histoire et actualité de l'oiseau guerrier, Agence de coopération culturelle et technique,
  32. « LES COQS DE COMBATS, TRADITION DE FLANDRE », sur association YSER HOUCK (consulté le 25 février 2019) « Les combats sont organisés de manière très précise. Les coqs sont classés en différentes catégories selon leur poids qui peut être vérifié avant l’entrée dans le gallodrome ; nous avons les petits coqs (7 à 8 livres), les moyens (8 à 9 livres), les ½ lourds (9 à 10 livres) et enfin les gros de plus de 10 livres »
  33. Illegal animal fighting - The Humane Society of the United States - consilté le 21 février 2019
  34. « Conseil constitutionnel: Pourquoi les combats de coqs font polémique en France », sur www.20minutes.fr (consulté le 21 février 2019)
  35. Illegal animal fighting - p32 - The Humane Society of the United States - consilté le 21 février 2019
  36. « Démantèlement d'un réseau de combats de coqs », sur ici.radio-canada.ca,
  37. « Texte du projet de loi S-213 », sur parl.gc.ca (consulté le 11 février 2017)
  38. (en) « Legislature Votes to Ban Cockfighting », sur wafb.com,
  39. " Cockfighting ban now law - Saipantribune - 24 décembre 2018
  40. Puerto Ricans Angry Over Impending Ban On Cockfighting - "the bill had already been approved. Under the law, the ban would take effect in a year" - npr - 14 décembre 2018
  41. « Depuis 1929, la loi belge qui interdit les combats de coqs est bafouée quasiment toutes les semaines. Pas de pitié pour les coqs. », sur lesoir.be, (consulté le 19 septembre 2017)
  42. « En France, les combats de coq perdent leurs dernières plumes », sur liberation.fr,
  43. « Pas de nouveau gallodrome pour les combats de coqs », sur leparisien.fr,
  44. « Une arène prévue pour les combats de coqs détruite dans le Vaucluse », sur www.20minutes.fr (consulté le 21 février 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Livres
  • Le Génie des combats de coqs, J. de Witt, Didier et Cie, 1868.
  • Coqs de combats et combats de coqs dans le Nord et le Pas-de-Calais, Roger Delannoy, Foulon, 1948.
  • Combats de coqs en Polynésie française, Jean Vonsy, École Nationale Vétérinaire, 1975.
  • Les Pitts et combats de coqs aux Antilles, Yves-Marie Séraline, Désormeaux, 1978.
  • Combats de coqs, Olivier Danaë, ACCT-L'Harmattan, 1990.
  • Marie Cegarra, Les Fils du sang : Coqs combattants du Nord (lire en ligne)
Articles

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :