Wimereux (fleuve)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wimereux (homonymie).
le Wimereux
Le Wimeureux dans la ville homonyme.
Le Wimeureux dans la ville homonyme.
Bassin versant du Wimereux en bleu foncé au nord-ouest de l'ancienne région Nord-Pas-de-Calais.
Bassin versant du Wimereux en bleu foncé au nord-ouest de l'ancienne région Nord-Pas-de-Calais.
Caractéristiques
Longueur 22 km [1]
Bassin 83 km2 [1]
Bassin collecteur le Wimereux
Débit moyen 1,04 m3/s (Wimille) [2]
Régime pluvial océanique
Cours
Source dans le Parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale
· Localisation Colembert
· Altitude 103 m
· Coordonnées 50° 44′ 50″ N, 1° 50′ 33″ E
Embouchure la Manche
· Localisation Wimereux
· Altitude 0 m
· Coordonnées 50° 46′ 13″ N, 1° 36′ 25″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Denacre, Pernes, Vignette
· Rive droite Grigny
Pays traversés Drapeau de la France France
Régions traversées Hauts-de-France
Principales localités Wimille, Wimeureux

Sources : SANDRE, Géoportail, Banque Hydro

Le Wimereux est un petit fleuve côtier français qui coule dans le département du Pas-de-Calais, dans la région Hauts-de-France et se jette dans la Manche. Ce petit fleuve contribue à alimenter le fleuve marin côtier qui longe les estuaires picards jusqu'au site des deux caps.

Son estuaire fait partie du projet de Parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d'Opale (préparé depuis 2008, soumis à enquête publique en 2011 et créé en décembre 2012).

Géographie[modifier | modifier le code]

L'embouchure du Wimereux (au premier plan).

La longueur de son cours d'eau est de 22,1 km[1].

Il prend sa source à Colembert, passe à Belle-et-Houllefort, Conteville-lès-Boulogne, Pernes, Pittefaux et Wimille et se jette dans la Manche à Wimereux. Sa pente moyenne est de 5,2 .

Il sépare le centre densément construit de la commune en fond de vallée (et protégé de la mer par une digue-promenade), et la partie nord de la ville où plusieurs habitations, sont situées à proximité immédiate du trait de côte, sur une zone vulnérable à l'érosion côtière, le long de petites rues montant vers la falaise marno-argileuses qui est un substrat tendre et localement meuble[3] et en cours d'effondrement.

Affluents[modifier | modifier le code]

Ses quatre affluents sont :

  • le ruisseau de Grigny, 7,8 km, en rive droite,
  • le ruisseau du Denacre, 5,6 km,
  • le ruisseau de Pernes, 2,3 km, et
  • la Vignette, 4,2 km en rive gauche[1].

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Le Wimereux est un petit fleuve fort peu régulier. Son débit a été observé sur une période de 33 ans (1981-2013), à Wimille, localité du département du Pas-de-Calais située non loin de son embouchure dans la Manche[2]. La surface ainsi étudiée est de 78 km2, soit la quasi-totalité du bassin versant du cours d'eau.

Le module du fleuve à Wimille est de 1,04 m3/s.

Le Wimereux présente des fluctuations saisonnières de débit importantes. Les hautes eaux se déroulent en fin d'automne et en hiver et se caractérisent par des débits mensuels moyens allant de 1,87 à 2,21 m3/s, de novembre à janvier inclus (avec un maximum en décembre). À partir du mois de février, le débit diminue progressivement jusqu'aux basses eaux d'été qui ont lieu de juin à septembre, entraînant une baisse du débit mensuel moyen jusqu'au plancher de 0,254 m3/s au mois d'août. Mais ces moyennes mensuelles ne sont que des moyennes et cachent des fluctuations plus prononcées sur de courtes périodes ou selon les années.

Débit moyen mensuel (en m3/s))
Station hydrologique : Station hydrologique : E5205710 Le Wimereux à Wimille[2]
(08/06/2013 - Données calculées sur 33 ans)

Aux étiages, le VCN3 peut chuter jusque 0,023 m3/s en cas de période quinquennale sèche, ce qui peut être considéré comme sévère, le cours d'eau étant alors réduit à peu de choses.

Les crues peuvent être très importantes, compte tenu de la petitesse du cours d'eau et l'exigüité de son bassin versant. Les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 17 et 25 m3/s. Le QIX 10 est de 30 m3/s, le QIX 20 de 35 m3/s, tandis que le QIX 50 se monte à quelque 41 m3/s.

Le débit instantané maximal enregistré à Wimille a été de 52,3 m3/s le , tandis que la valeur journalière maximale était de 37,1 m3/s le même jour. Si l'on compare la première de ces valeurs à l'échelle des QIX du fleuve, l'on constate que cette crue était largement supérieure à la crue cinquantennale définie par le QIX 50, et donc tout à fait exceptionnelle.

Le Wimereux est un petit fleuve fort abondant. La lame d'eau écoulée dans son bassin versant est de 428 millimètres annuellement, ce qui est largement supérieur à la moyenne d'ensemble de la France (320 millimètres). Le débit spécifique (ou Qsp) atteint de ce fait le chiffre robuste de 13,6 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Il a fait l'objet d'un atlas des zones inondables téléchargeable[4] et d'une carte interactive[5].

Écologie, hydrobiologie[modifier | modifier le code]

Ce fleuve abritait autrefois une abondante population de truites de mer, comme autrefois tous ceux de l'Europe de l'ouest selon Roule cité par JA Lestage[6], « La truite de mer effectue sa montée peu après les migrations d'automne des grands reproducteurs (saumons) et dit avoir lu que "ce poisson est si friand des œufs du Saumon que l'on a observé en Angleterre que ce Salmonié diminuait dans les fleuves où la truite de mer se multiplie »[7]).

Ce fleuve contribue aujourd'hui à enrichir le milieu marin en particules et nutriments perdu par les terres agricoles[8].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gómez, F., & Artigas, L. F. (2014). High diversity of dinoflagellates in the intertidal sandy sediments of Wimereux (north-east English Channel, France). Journal of the Marine Biological Association of the United Kingdom, 94(03), 443-457 (http://journals.cambridge.org/abstract_S0025315413001744 Résumé]).
  • Université libre de Bruxelles (1968) Contribution à l'étude de la zonation et de l'écologie des algues marines fixées: littoral français dans la région de Wimereux ;, 154 pages.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Sandre, « Fiche cours d'eau - Wimereux (E5200570) » (consulté le 16 juin 2013)
  2. a, b et c Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - Le Wimereux à Wimille (E5205710) » (consulté le 16 juin 2013)
  3. Meur-Férec, C., Deboudt, P., Heurtefeux, H., FLANQUART, F., Morel, V., Roussel, S., & Lequint, R. (2006). Vers une stratégie de gestion à long terme de l’érosion côtière: l'apport de l'évaluation de la vulnérabilité. Interactions nature-sociétés: analyses et modèles
  4. Altlas des zones inondables du Wimmereux (téléchargeable)
  5. carte interactive
  6. XVIII - La truite de mer (Salmo trutta L.) existe-t-elle en Belgique ? ; Laboratoire de Recherche hydrobiologique pp136-147
  7. Cf Dispositions légales et réglementaires régissant la pêche fluviale en Belgique, Bruxelles, 1902, p 105
  8. Boulart C (2004) Apports de sels nutritifs en Manche orientale : bilan 2003-2004