Campigneulles-les-Grandes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Campigneulles-les-Grandes
Campigneulles-les-Grandes
La mairie.
Blason de Campigneulles-les-Grandes
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Montreuil
Intercommunalité CA des Deux Baies en Montreuillois
Maire
Mandat
Hubert Douay
2020-2026
Code postal 62170
Code commune 62206
Démographie
Gentilé Campigneullois
Population
municipale
281 hab. (2021 en diminution de 4,42 % par rapport à 2015)
Densité 53 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 26′ 11″ nord, 1° 42′ 51″ est
Altitude Min. 23 m
Max. 61,9 m
Superficie 5,34 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Berck
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Berck
Législatives 4e circonscription du Pas-de-Calais
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Campigneulles-les-Grandes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Campigneulles-les-Grandes
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
Campigneulles-les-Grandes
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
Campigneulles-les-Grandes

Campigneulles-les-Grandes est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Ses habitants de la commune sont appelés les Campigneullois.

La commune fait partie de la communauté d'agglomération des Deux Baies en Montreuillois qui regroupe 46 communes et compte 65 940 habitants en 2019.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune se situe à 6 km au sud-ouest de Montreuil-sur-Mer (chef-lieu d'arrondissement).

Carte
Carte interactive (cliquer sur la carte).

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de cinq communes :

Communes limitrophes de Campigneulles-les-Grandes
Airon-Notre-Dame Sorrus Campigneulles-les-Petites
Airon-Saint-Vaast Campigneulles-les-Grandes
Wailly-Beaucamp

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est situé dans le bassin Artois-Picardie.

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique franc, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Côtes de la Manche orientale, caractérisée par un faible ensoleillement (1 550 h/an) ; forte humidité de l’air (plus de 20 h/jour avec humidité relative > 80 % en hiver), vents forts fréquents[2].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,4 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 13,1 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 835 mm, avec 12,6 jours de précipitations en janvier et 8,6 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune du Touquet-Paris-Plage à 12 km à vol d'oiseau[3], est de 11,2 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 888,8 mm[4],[5]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[6].

Paysages[modifier | modifier le code]

La commune s'inscrit dans l'ouest du « paysage du val d’Authie » tel que défini dans l’atlas des paysages de la région Nord-Pas-de-Calais, conçu par la direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL)[Note 1],[7].

Ce paysage, qui concerne 83 communes, se délimite : au sud, dans le département de la Somme par le « paysage de l’Authie et du Ponthieu, dépendant de l’atlas des paysages de la Picardie et au nord et à l’est par les paysages du Montreuillois, du Ternois et les paysages des plateaux cambrésiens et artésiens. Le caractère frontalier de la vallée de l’Authie, aujourd’hui entre le Pas-de-Calais et la Somme, remonte au Moyen Âge où elle séparait le royaume de France du royaume d’Espagne, au nord.

Son coteau Nord est net et escarpé alors que le coteau Sud offre des pentes plus douces. À l’Ouest, le fleuve s’ouvre sur la baie d'Authie, typique de l’estuaire picard, et se jette dans la Manche. Avec son vaste estuaire et les paysages des bas-champs, la baie d’Authie contraste avec les paysages plus verdoyants en amont.

L’Authie, entaille profonde du plateau artésien, a créé des entités écopaysagères prononcées avec un plateau calcaire dont l’altitude varie de 100 à 163 m qui s’étend de chaque côté du fleuve. L’altitude du plateau décline depuis le pays de Doullens, à l'est (point culminant à 163 m), vers les bas-champs picards, à l'ouest (moins de 40 m). Le fond de la vallée de l’Authie, quant à lui, est recouvert d’alluvions et de tourbes. L’Authie est un fleuve côtier classé comme cours d'eau de première catégorie où le peuplement piscicole dominant est constitué de salmonidés. L’occupation des sols des paysages de la Vallée de l’Authie est composé de 70% en culture[8].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Campigneulles-les-Grandes est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[9],[10],[11].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Berck, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 19 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[12],[13].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (82,1 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (82,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (77,6 %), forêts (11,8 %), zones urbanisées (6,2 %), prairies (4,5 %)[14]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la route départementale D 317 et est située à 4 km de la sortie no 25 de l'autoroute A16 reliant région parisienne à la frontière avec la Belgique. Cette autoroute traverse l'est du territoire communal[15].

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

La commune se trouve à 6,5 km, au sud-ouest, de la gare de Montreuil-sur-Mer, située sur la ligne de Saint-Pol-sur-Ternoise à Étaples, desservie par des trains TER Hauts-de-France[16].

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la ligne 2 du réseau de transport de la communauté d'agglomération des Deux Baies en Montreuillois (CA2BM).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Campaniæ (752-757), Campanias (890)[17], Campanioles (1100), Campiniolae (1169), Campeinnoles (1173), Campenolae (1175), Campennole (1202), Campinoles (1209), Campenoles et Campineuls (1231), Campegnuelles (1239), Campegnoles (1241), Campegnuueles et Campignoelez (1241), Campignolae (1245), Campegnueles et Campignoles (1248), Campenoeles (1250), Campegnoeles (1251), Campeingnoolae et Campeingnueles (1257), Campegneull (1258), Campegnoeles (1269), Campeneles, Campenoliae et Campigneules (1270), Campeingneles (1286), Champaingnueles-les-Grans (1288), Campegneules (1289), Champeigneules (1297), Campegnoeilles-les-Grandes (vers 1366), Campeigneules (1372), Campegnoilles (XIVe siècle), Campignoeules-les-Grandes (1479), Champignolles (1534), Campaignieuolle (1631), Campignoeul (1668)[18], Campigneul les Grandes (1793), Campigneules-les-Grandes et Campigneulles-les-Grandes depuis 1801[19].

Campigneulles est issu du mot latin campus, « plaine, plaine cultivée, champs ». Au début, pluriel de campanea (terra) : les « pays de plaine » et ensuite Campaniæ avec le suffixe diminutif du féminin pluriel -eolas : « petites étendues de plaine »[17].

Campigneulles-les-Grandes et Campigneulles-les-Petites ne formaient qu’un seul et même village désigné sous le nom de Campaniæ vers 752-757 (cart. de Saint-Vaast, p. 23).

Histoire[modifier | modifier le code]

Campigneulles-les-Grandes et Campigneulles-les-Petites ne formaient qu'un seul et même village désigné en 1003 sous le nom de Campania, qui signifie plaine, campagne en latin campus dans un titre de l'ancienne abbaye de Saint-Vaast d’Arras. Il apparaît également en 1173 sous le nom de Campeinnoles dans la charte de la Maladrerie du Val. La division du village n'a pas de date de précise, néanmoins cette séparation est antérieure au XIIIe siècle. En effet, en 1209, Campigneulles-les-Grandes étaient soumis à l'abbaye de Saint-Vaast d'Arras alors que Campigneulles-les-Petites était soumis à l'abbaye de Saint-Saulve de Montreuil.

Le panneau d'information.

Un panneau émaillé destiné à l'information des visiteurs est fixé à l'entrée de l'église. Voici, in extenso, le texte qu'il contient :

« Campigneulles-les-Grandes
Campigneue la grande
Campigneulles-les-Grandes est situé au milieu de champs ouverts. L'agglomération est entourée d'une ceinture végétale composée d'un bois qui la protège des vents marins et de pâtis, prés entourés de haies ou d'arbres.
Le village est le jumeau étymologique de son voisin Campigneulles-les-Petites. Il semble toutefois plus ancien puisqu'il est pour la première fois évoqué en 752 sous le nom de Campaniae. Campigneulles-les-Grandes relève de l'abbaye Saint-Vaast à Arras jusqu'en 1212, date à laquelle la seigneurie est partagée entre le chevalier Guy Mortlay et les religieux de l'abbaye avant de connaître de nombreux propriétaires.
L'église paroissiale est un petit édifice composé d'une nef du XVe siècle et d'un chœur bâti en 1712. Les murs portent de nombreuses traces de remaniement. Le chœur est construit en rouge-barres, appareillage constitué d'une succession de lits de brique et de craie de hauteur équivalente, disposés alternativement. Cette technique ancienne est héritée des Romains. Elle est peu courante dans le Montreuillois mais semble avoir connu un certain succès a Campigneulles-les-Petites et à Campigneulle-les-Grandes.En 1869, le fragile clocher-mur situé entre le chœur et la nef est remplacé par un petit clocher en charpente recouvert d'ardoises et surmonté d'une flèche octogonale. L'église est flanquée d'une sacristie interprétée par certains érudits comme l'ancienne chapelle seigneuriale, accessible depuis une porte percée dans le mur de clôture du château.
Le château situé sur la route de Berck a été élevé par Jacques Wlart, baron d'Œuf en 1655. II reprend quelques caractéristiques du style Louis XIII, notamment l'alliance de la brique et de la pierre, l'appareillage en harpe et les hautes toitures. Le corps de logis de plan rectangulaire est flanqué aux angles de trois pavillons carrés. Le quatrième au nord-ouest n'a jamais été construit. Malgré l'existence d'un mur de clôture élevé, le château de Campigneulles est une demeure ouverte, compromis entre la fonction défensive hérité du Moyen Age et l'exigence de confort et d'apparat annonçant le XVIIIe siècle. »

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Montreuil du département du Pas-de-Calais.

Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune a fait partie, de 2001 à 2016, de la communauté de communes du Montreuillois et, depuis le , elle fait partie de la communauté d'agglomération des Deux Baies en Montreuillois (CA2BM) dont le siège est basé à Montreuil.

Circonscriptions administratives[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie du canton de Saint-Josse (1793), depuis la loi du reprise par la constitution de 1791, qui divise le royaume (la République en ), en communes, cantons, districts et départements, puis du canton de Montreuil (1801)[19].

Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, elle est maintenant rattachée au canton de Berck qui passe de 10 à 31 communes[20].

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

Pour l'élection des députés, la commune fait partie, depuis 1986, de la quatrième circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Marcelle Caron    
mars 2008 En cours
(au 4 février 2022)
Hubert Douay   Gestionnaire d'entreprise
Réélu pour le mandat 2014-2020[21],[22],[23]
Réélu pour le mandat 2020-2026[24],[25]

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Justice, sécurité, secours et défense[modifier | modifier le code]

La commune dépend du tribunal de proximité de Montreuil-sur-Mer, du conseil de prud'hommes de Boulogne-sur-Mer, du tribunal judiciaire de Boulogne-sur-Mer, de la cour d'appel de Douai, du tribunal de commerce de Boulogne-sur-Mer, du tribunal administratif de Lille, de la cour administrative d'appel de Douai et du tribunal pour enfants de Boulogne-sur-Mer[26].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Campigneullois[27].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[28]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[29].

En 2021, la commune comptait 281 habitants[Note 4], en diminution de 4,42 % par rapport à 2015 (Pas-de-Calais : −0,76 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
192205203220249256252236227
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
239272259254254254263297283
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
266268266235204205210177175
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
175177167175221256279274315
2015 2020 2021 - - - - - -
294284281------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[30].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 32,0 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). De même, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 24,3 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 143 hommes pour 151 femmes, soit un taux de 51,36 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,5 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[31]
HommesClasse d’âgeFemmes
2,2 
90 ou +
0,7 
5,8 
75-89 ans
8,9 
13,8 
60-74 ans
17,1 
27,5 
45-59 ans
25,3 
15,9 
30-44 ans
18,5 
15,2 
15-29 ans
12,3 
19,6 
0-14 ans
17,1 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2020 en pourcentage[32]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,6 
5,5 
75-89 ans
8,9 
16,4 
60-74 ans
17,8 
20,3 
45-59 ans
19,3 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,1 
15-29 ans
16,2 
20,2 
0-14 ans
18,1 

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La fontaine Saint-Augustin se trouve en face de la résidence des Campigneulles.
  • L'église Saint-Vaast.
Vues extérieures.
Vue de l'intérieur et des statues.

Les vitraux ont été réalisés à Bruges au cours des années 1930 dans les ateliers de Jos Desmet (vitrailliste, peintre et sculpteur) ainsi qu'indiqué en bas à droite sur le vitrail de Saint Hubert.

Vitraux de la nef.
Vitraux du chœur.
  • Le château, édifié en 1655, est sur la D317.
  • Le monument aux morts, situé près de l'église est inauguré en . L'inauguration a lieu un lundi, alors qu'en général les inaugurations de monument se tiennent le dimanche. La commune avait pris l'habitude de célébrer une messe solennelle à ses enfants morts au champ d'honneur, le lendemain de la ducasse. C'est la raison pour laquelle que les habitants ont choisi d'inaugurer le monument après une messe assurée par l'abbé Merlens[34].
  • La Place Verte.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Plus d'une trentaine de fromages, venant de Normandie, sont affinés, à l’alcool et à l’arôme, dans une entreprise sise dans la commune, comme Cœur de Pommeau[35].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Campigneulles-les-Grandes Blason
D'or à la croix ancrée de gueules chargée en cœur d'une molette du champ, cantonnée en chef à senestre et en pointe à dextre de deux molettes aussi de gueules, rangées en barre avec celle du cœur[36].
Détails
Mélange des armes de l'abbaye de Saint-Vaast d'Arras (d'or à la croix ancrée de gueules) et de la famille de Boufflers (d'argent à trois molettes de gueules accompagnées de neuf croisettes recroisetées du même, 3, 3, 2 & 1), qui furent tous deux en propriété de la seigneurie.

Adopté par la municipalité.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La DREAL distingue, dans la région Nord-Pas-de-Calais, quatre grandes familles de paysages : ceux du Haut Pays, Bas Pays, Littoraux et d’interface. Ces grandes familles de paysages comprennent 21 grands paysages régionaux.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  3. « Orthodromie entre Campigneulles-les-Grandes et Le Touquet-Paris-Plage », sur fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Station Météo-France « Le-Touquet » (commune du Le Touquet-Paris-Plage) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  5. « Station Météo-France « Le-Touquet » (commune du Le Touquet-Paris-Plage) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  6. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le ).
  7. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Synthèse des grandes familles de paysages et des paysages régionaux qui la composent » [txt], sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  8. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Paysages du val d’Authie », sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  11. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Berck », sur insee.fr (consulté le ).
  13. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  14. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  15. « La commune sur le site OpenStreetMap », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  16. « Distance entre la commune et gare de Montreuil-sur-Mer », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  17. a et b Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, vol. 1 : Formations préceltiques, celtiques, romanes, Genève, Librairie Droz, (ISBN 978-2-600-02883-7, présentation en ligne), p. 314.
  18. Auguste de Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, Imprimerie nationale de Paris, , 499 p. (lire en ligne), p. 84.
  19. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. « Liste des communes composant le canton », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  21. Anthony Berteloot, « Bilan des maires à Campigneulles-les-Grandes : un seul regret, même si tous les projets ont été menés à bien : Élu en 2008, Hubert Douay demeure à 45 ans le plus jeune maire du canton. Gestionnaire d’une entreprise à Attin, il administre un village qui continue de gagner dans habitants, 324 à ce jour. En 2008, neuf membres de sa liste ont été élus pour deux de l’opposition : « On a travaillé en bonne entente avec tous. Et j’ai également pu bien m’appuyer sur mes deux adjoints. » », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  22. « Liste des communes et des maires »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  23. J.-C. L. (CLP), « Campigneulles-les-Grandes : une mairie plus fonctionnelle avant la fin du mandat : C'est le deuxième mandat de maire, pour Hubert Douay. Il est au conseil municipal depuis 2001 et maire depuis 2008. Il ne manque pas de projets. S'il veut développer Campigneulles, il refuse que le village, qui attire les promoteurs, devienne un dortoir en accueillant trop de constructions. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  24. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur data.gouv.fr, (consulté le ).
  25. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  26. « Tribunaux dont la commune dépend », sur justice.fr (consulté le ).
  27. Roger Brunet, « France, le trésor des régions », sur tresordesregions.mgm.fr (consulté le ).
  28. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  29. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  30. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  31. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Campigneulles-les-Grandes (62206) », (consulté le ).
  32. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  33. La photo a été prise lors des journées de l'art dans les églises du Montreuillois des 22 et 23 juillet 2023[1]. Les sculptures en argiles que l'on peut y voir sont l'œuvre de Jean-Marie Vienne.
  34. « monument aux morts de Campigneulles-les-Grandes », sur Mémoires de pierres (consulté le ).
  35. Élodie Adjoudj, « À Campigneulles-les-Grandes, on affine à l’alcool et à l’arôme des fromages dont les étrangers raffolent », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  36. « 62206 Campigneulles-les-Grandes (Pas-de-Calais) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).